Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 juillet 2014 5 11 /07 /juillet /2014 12:55
L’escadron de guerre électronique 48.530 tire sa révérence

 

11/07/2014 Armée de l'Air

 

Le 24 juin 2014, une cérémonie a marqué la fermeture de l’escadron de guerre électronique (EGE) 48.530, basé au Fort des Adelphes à Jeuxey, dans les Vosges. 

 

Répartis sur trois sites (Grostenquin, Jeuxey et Chenevières), les aviateurs de l’EGE sont chargés de la simulation de menaces sol/air au profit de l’entraînement des équipages français, allemands et américains. En effet, l’escadron travaille pour le polygone de guerre électronique, organisation tripartite située de chaque coté de la frontière allemande (voir encadré). Chacune des nations est régulièrement amenée à s’entraîner au cours d’exercices interalliés et interarmées, comme en juin dernier lors d’une campagne SA8-FR. Après la cérémonie, une dernière mission a d’ailleurs été réalisée pour les équipages de Mirage 2000D de la base aérienne (BA) 133 de Nancy-Ochey.

 

Dès le 1er septembre 2014, date à laquelle l’EGE fermera officiellement ses portes, les autres unités du PGE prendront le relais pour assurer les missions menées par les 23 aviateurs de l’escadron, en utilisant les moyens radars de Grostenquin, Jeuxey et Chenevières et des moyens mobiles. La BA 133 sera quant à elle chargée de la gestion de l’espace aérien dédié au PGE. Au sein du polygone, l’armée de l’air sera désormais représentée par les aviateurs intégrés au sein du centre de coordination du PGE, implanté en Allemagne, à Bann, à quelques kilomètres de la base aérienne de Ramstein. 

 

Zoom sur le polygone de guerre électronique

 

L’escadron de guerre électronique 48.530 tire sa révérence

 

Alors que l’utilisation de système d’armes sol/air s’étend en Europe dans les années 1970, la France, l’Allemagne et les Etats-Unis créent le Polygone de guerre électronique en avril 1979. Dédié à l’entraînement des équipages, il se situe en territoire franco-allemand, avec trois sites en France (Chenevières, Épinal et Grostenquin) et quatre en Allemagne (Bann A, Oberauerbach, Pirmasens et Bann B, qui coordonne l’activité des sept sites). Chaque nation apporte sa contribution à ce système tri-national. Les Allemands mettent à disposition leurs espaces aériens et des systèmes d’armes réels, les Américains le programme de restitutions d’exercice EPICCCS et des simulateurs, et la France des sites en basse-altitude à partir desquels des missions diversifiées et proche de la réalité sont réalisables.

 

Ordre du jour de dissolution de l'EGE 48.530

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : RP Defense
  • RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories