Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 décembre 2013 1 09 /12 /décembre /2013 17:20
Photo Lockheed Martin

Photo Lockheed Martin

 

09.12.2013 Helen Chachaty - journal-aviation.com

 

Le commandant de l’aviation royale canadienne, le lieutenant-général Yvan Blondin, a déclaré jeudi 5 décembre que le gouvernement canadien allait devoir prendre une décision sur l’achat ou non de chasseurs F-35 Joint Strike Fighter d’ici 2015. « Les F-18 sont encore bons jusqu’en 2025, mais disons que j’ai besoin d’une décision d’ici deux ans. Il y a un moment, le gouvernement va devoir trancher et décider s’il achète des F-35 ou non et s’il débarque du programme ou non », a-t-il déclaré au Journal de l’Aviation en marge de sa visite en Corse sur la BA 126 à l’occasion de l’exercice interalliés Serpentex.

 

Le CEMAA canadien a également révélé que l’analyse menée sur cinq potentiels chasseurs était toujours en cours et que les conclusions devraient être remises au gouvernement « dans les prochaines semaines, avant les fêtes ». Quant à la décision finale du gouvernement, le lieutenant-général ne s’est pas avancé, se contenant de rappeler que « c’est le gouvernement qui prend les décisions, c’est lui qui dira si on continue avec le F-35, si on achète un nouvel avion basé sur notre analyse ou si on décide de les mettre en compétition ».

 

Le gouvernement canadien fait face depuis plus d’un an à d’intenses discussions sur le choix d’équiper l’armée de l’air du F-35 Joint Strike Fighter de Lockheed Martin. Partenaire du programme, le Canada a pourtant demandé en mars 2013 à Lockheed Martin, Boeing, Eurofighter, Dassault Aviation et Saab de lui envoyer des informations sur les capacités opérationnelles des chasseurs produits par ces avionneurs. Les options restent ouvertes et le Canada n’a donc pris encore aucune décision officielle et comme le rappelle le lieutenant-général Yvan Blondin, « le Canada n’a pas signé de contrat d’achat, on a pour l’instant uniquement signifié notre intention d’acheter 65 avions il y a quelques années ».

 

D’un point de vue industriel, la question est sans doute un véritable casse-tête pour le gouvernement canadien, car, étant partenaire, le pays a donc obtenu contrats de développement qui font travailler l’industrie locale, ainsi que le rappelle le commandant de l’armée de l’air : « C’est un programme assez compliqué, mais parce qu’on en fait partie, on a accès aux contrats de développement, ce qui impacte donc sur notre industrie aéronautique. Si le Canada décide de ne pas acheter de F-35, les contrats tombent pour l’industrie canadienne et c’est ça que le gouvernement doit prendre en considération. »

 

La question est donc encore loin d’être réglée et devrait encore occasionner de nombreuses discussions au sein même du gouvernement avant d’être tranchée de manière définitive.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : RP Defense
  • RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories