Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 octobre 2013 4 10 /10 /octobre /2013 16:30
La cyberguerre, nouveau défi majeur pour Tsahal
Tsahal

 

Depuis 1948, l’armée israélienne a combattu sur trois types de champ de bataille: la terre, la mer et les airs. Aujourd’hui, en 2013, la cyberguerre dématérialise l’ennemi, qui cherche à nuire à l’État d’Israël non plus physiquement mais virtuellement depuis les quatre coins du monde. Découvrez les soldats de Tsahal qui sont déjà sur le front de la guerre de demain.

 

Une révolution est en cours dans Tsahal, mais vous n’en avez sûrement pas entendu parler dans vos médias. L’armée israélienne se transforme en une armée qui est prête à se défendre contre des ennemis sur un nouveau type de champ de bataille: la cyberguerre. Le Corps de Télégestion est au cœur de cette révolution dont le but est de fortifier la cyberdéfense de l’armée contre les menaces de pirates, tout en développant des technologies de pointe qui rendront plus facile la défense du pays sur le terrain.

 

tikshuv1

 

L’unité chargée de la cyberdéfense et le développement des technologies les plus avancées est la division technologique Lotem-C4i. Composée d’experts de l’armée et du monde universitaire, la division est devenue l’une des plus grandes organisations de sécurité en Israël. Ses soldats viennent de domaines comme l’ingénierie, les mathématiques ou encore les technologies de l’information.

Le lieutenant-colonel Eric, chef des technologies de la division Lotem, a la responsabilité d’adapter les technologies existantes pour une utilisation dans l’armée. “Comment puis-je sélectionner une cible, ou des dizaines, des centaines ou des milliers de cibles, identifier l’ennemi en temps réel, et faire que l’arme le vise, lui, au bon moment ?” demande t-il. “Comment puis-je m’assurer  qu’un commandant reçoit les informations complètes sur le terrain dans les plus brefs délais ?” ajoute t-il. Ces questions représentent les défis majeurs qui se présentent à la division Lotem et sont une source d’inspiration pour continuer à innover.

Le lieutenant Colonel Eric explique que les nouvelles technologies militaires sont développées selon deux approches. “Nous regardons les technologies qui sont disponibles et essayons d’imaginer des scénarios où elles seraient utiles», dit-il. “D’autres fois, nous utilisons une approche opposée en examinant les problèmes auxquels nous sommes confrontés pour créer des technologies qui permettront de les résoudre.”

tikshuv2

 

Réalité virtuelle

Les prévisions pour l’avenir sont infinies et vont se réaliser beaucoup plus rapidement que dans le passé. “Les jeunes de 18 ans qui intègre cette unité arrivent avec des connaissances beaucoup plus avancés que ce que Tsahal possédait il y a 10 ans», explique le lieutenant-colonel Eric.

La division Lotem cherche les moyens d’apporter un entraînement efficace et bénéfique à ses soldats de terrain, tout en supprimant la probabilité d’accident. En utilisant des innovations telles que la réalité augmentée, technologie qui fournit des informations sur les caractéristiques physiques des objets sur le terrain, l’armée économise le coût de déploiement de main-d’œuvre et d’équipements, ce qui n’est pas négligeable dans un contexte de coupes budgétaires massives. Les Google Glass, dispositif de réalité augmentée qui devrait se démocratiser dans les années avenirs, est une technologie qui pourrait être utilisée sur le champ de bataille dans un futur proche.

L

 

La Cyberdéfense

Les menaces qui pèsent sur l’armée israélienne, sous la forme de piratage et de terrorisme virtuel, sont prises très au sérieux par Tsahal. L’armée israélienne repose en grande partie sur des systèmes informatiques aussi bien pour ses opérations au jour le jour que dans les situations d’urgence. Le général de brigade Eyal Zelinger, commandant de la Division technologique C4i, explique que sa division qui fonctionne comme un centre de commandement et de contrôle, est devenu la force motrice pour guider les opérations sur le terrain. «Si notre système tombait en panne, l’armée serait face à un gros problème”, dit-il.

Tsahal a prit certaines mesures afin de se protéger et minimiser les risques d’attaques contre son système informatiques. En 2011, l’armée israélienne a crée une division officiel de cyberdéfense. Une salle  a été crée et fonctionne 24h sur 24 et 7 jours sur 7 afin de faire face aux nombreuses menaces contre le système. Des officiers de la Division de Cyberdéfense sont présents partout dans l’armée. De plus, les futurs soldats du C4i doivent suivre une formation de cyberdéfense de trois mois.

DSC_3819

Récemment, en mai 2013, Tsahal a réintégré deux grandes entreprises informatiques qui ont fait leurs débuts dans l’armée et qui ont, par la suite, quitté le domaine militaire.Ces entreprises se trouvent aujourd’hui sous l’unité Matzpan, acronyme en hébreu pour Commandement de l’Armée pour le Contrôle et la Gestion des Systèmes.

Les progrès constants de la division ont permis à l’armée israélienne de faire avancer ses capacités de cyberdefense très rapidement. “Aujourd’hui, nous avons la capacité de frapper dix fois plus de cibles que ce que nous avons pu faire durant la deuxième guerre du Liban. De plus il est possible d’achever ces opérations plus rapidement» affirme le Brigadier General Zelinger.

“Ce que nous faisons peut ressembler à de la fiction, mais de plus en plus cela devient réalité”.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : RP Defense
  • RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories