Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 mars 2014 2 11 /03 /mars /2014 18:35
132 milliards pour l'armée chinoise : qui doit en avoir peur?

 

 

09 mars 2014 François Clémenceau - Le Journal du Dimanche

 

La Chine a annoncé mercredi qu'elle allait augmenter de 12,2% son budget militaire en 2014, soit une nouvelle hausse à deux chiffres, alors que Pékin est impliqué dans de vifs différends territoriaux avec plusieurs de ses voisins.

 

À quelques jours d'intervalle, les États-Unis et la Chine viennent de faire connaître leurs intentions budgétaires en matière de défense. Le secrétaire américain à la Défense, Chuck Hagel, a révélé qu'il souhaitait voir le budget militaire du Pentagone revenir à la dimension qu'il avait avant les attentats du 11-Septembre. Concrètement, le renseignement et les forces spéciales seraient encore mieux dotés mais l'armée de terre américaine verrait ses effectifs réduits jusqu'à atteindre la taille qui était la sienne en 1940!

 

Parallèlement, la Chine a dévoilé ses chiffres de dépenses pour 2014 : 132 milliards de dollars, une hausse de 12,2% par rapport à l'an passé. Certes, ce volume est presque quatre fois inférieur à celui des États-Unis, qui gardent, et de loin, le plus gros budget de défense au monde.

 

Le pivot se fait attendre

 

Et aucun expert sérieux ne s'attendait à voir la Chine engager une baisse de ses dépenses. Comme l'avait montré en 2013 une étude du Stockholm International Peace Research Institute (Sipri), le budget militaire chinois a été multiplié par six depuis 1992. Les voisins de la Chine ne cessent de s'en inquiéter et la réduction du budget américain pourrait leur laisser croire qu'ils se retrouvent affaiblis face au potentiel de la menace chinoise. Le 13 février, signale Jonathan Pollack de la Brookings Institution, un officier supérieur des services de renseignement américains de la flotte du Pacifique, a rendu publics des exercices militaires chinois conduits à l'automne 2013, visant à "détruire les forces japonaises dans la mer orientale de Chine" et dont l'objectif final aurait été de s'emparer du fameux archipel contesté des îles Senkaku/Diaoyu.

 

Même si ces informations contiennent, selon Pollack, certains ingrédients de guerre psychologique, "les États-Unis sont directement concernés par cette montée des tensions" en Asie, a témoigné cette semaine Sheila Smith, l'experte du Japon au Council of Foreign Relations, lors d'une audition au Congrès. Pas étonnant donc, selon elle, que les forces américaines aient été particulièrement présentes et dissuasives lors des dernières provocations chinoises vis-à-vis du Japon et au moindre geste hostile de la Corée du Nord dirigé contre son voisin du Sud. "Les capacités de projection de la Chine restent faibles", analyse Bruno Tertrais, le patron de la Fondation de la recherche stratégique (FRS). "Depuis la guerre de Corée, la Chine n'a vraiment fait sortir ses troupes qu'en 1979 à la frontière vietnamienne et la génération actuelle des sous-officiers et des hommes du rang n'a aucune expérience des opérations militaires extérieures", ajoute-t-il.

Cela ne veut pas dire que la posture dépensière de la Chine et ses pressions politico-militaires ne doivent pas être prises au sérieux, mais que Barack Obama ferait bien de donner des gages afin de rassurer ses alliés, d'engager enfin son "pivot vers l'Asie". Car aucun autre pays au monde ne le fera à sa place dans cet espace qui sera le plus stratégique au monde dans la décennie à venir.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : RP Defense
  • RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories