Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 mars 2014 3 19 /03 /mars /2014 08:40
Numéro deux mondial de l’armement, la Russie a augmenté ses parts de marché

 

17/03 Par Alain Ruello

 

L’ex-Union soviétique reste le deuxième exportateur mondial d’armements, même si la Chine a gagné en autonomie.

 

Malgré les coups terribles que la chute de l’Union soviétique a portés à son industrie, la Russie exporte toujours autant d’armements : selon le Sipri, le pays s’est maintenu à la deuxième place mondiale depuis 2004, bien qu’il peine à contrer les Occidentaux sur les grandes campagnes à l’export. « Ce n’était pas gagné il y a dix ans », commente Louis-Marie Clouet, responsable de recherche.

Mieux, Moscou s’est payé le luxe d’augmenter sa part de marché, passée de 24 % à 27 % entre les périodes 2004-2008 et 2009-2013. Au point, selon le Sipri, de talonner les Etats-Unis, ce qui en surprendra plus d’un.

Cette performance, la Russie la doit principalement à son aéronautique militaire, et au Soukhoï 30 en particulier. L’avion de combat s’est vendu à quelques grands pays, comme l’Inde ou la Chine, mais aussi à certains, qui n’auraient pas les moyens d'acheter occidental, comme l’Ouganda.

Les autres armements à succès portent sur les hélicoptères de combat, les véhicules terrestres ou encore la défense anti-aérienne. Seul bémol : le naval « made in Russia » est à la peine, comme en témoignent les retards de la livraison d’un porte-avions à New Delhi. « Cela s’explique aussi par le fait que Moscou n’a rien commandé à ses chantiers navals depuis vingt ans », selon Louis-marie Clouet. Les exportations militaires russes ont profité de la réorganisation industrielle drastique initiée par Vladimir Poutine et qui a mis fin aux situations de concurrence sauvage russo-russes. Moscou a aussi réussi à compenser la forte décrue des ventes à la Chine.

Jusqu’en 2005, et parce que ses industriels avaient un gros besoin d’argent, la Russie a beaucoup vendu à Pékin, des avions de combat notamment. Après avoir désossé tous ces matériels, les ingénieurs chinois peuvent désormais se passer de leur voisin, sauf pour certains équipements qu’ils ne maîtrisent pas (encore), comme les moteurs. Du coup, l’Inde fait plus que jamais figure de partenaire militaire clef pour le Kremlin.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : RP Defense
  • RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories