Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 avril 2014 5 11 /04 /avril /2014 07:55
Chamborant : La brigade renseignement en exercice

Patrouille de recherche blindée dans la profondeur (crédits G Belan)

 

10 avril, 2014 Guillaume Belan (FOB)

 

Le 10 avril va s’achever « Chamborant 2014 », exercice annuel de grand ampleur de niveau brigade impliquant la Brigade de Renseignement de l’armée de terre. L’occasion de se pencher sur ces unités peu connues aux savoir-faire uniques.

 

L’exercice, qui se déroule sur une zone de 2500 km2 centrée sur la base de Chaumont-Sémoutier est organisé par le 2ème Régiment de Hussards, appuyé par les autres régiments de la Brigade Rens : a savoir le 61ème Régiment d’Artillerie avec ses drones tactiques SDTI Sperwer ; le 54ème Régiment de Transmission avec ses capacités de guerre électronique ; la 7ème Batterie de Renseignement de brigade avec ses mini-drones DRAC (drones de reconnaissance au contact) ainsi que le 28ème Groupe géographique, unité aux compétences uniques en topographie et cartographie.

 

L’objectif de cette manœuvre est d’entraîner l’ensemble des capacités d’un bataillon multicapteurs, de ses capteurs à son PC. Pour l’occasion, une centaine de véhicules ont été engagés (VAB, PVP, VBL…) et plus de 400 soldats ont été engagés (dont près d’une centaine de plastrons).

 

Organisé autours d’un exercice de type anti-insurrectionnel, le scénario est volontairement très développé et particulièrement complexe, impliquant des sources multiples, caches d’armes, captures, des collusions de certaines sources avec des insurgés, des infiltrations de jours ou de nuits, des zones refuges qui évoluent dans le temps et l’espace… Pour résumer cette complexité, l’exercice Chamborant, c’est, au total, pas moins de 600 pages de scénario et de fiches diverses !

 

Une unité en observation avec une JIM LR, très bien camouflée (crédits: G Belan)

Une unité en observation avec une JIM LR, particulièrement bien camouflée (crédits: G Belan)

 

Des forces très spéciales

 

Il faut dire que ces unités ont un savoir-faire très particulier et unique pour remplir leur mission de recherche de renseignement. Attention, il ne s’agit pas ici d’unités de forces spéciales, même si, les savoirs faire et mode opératoires sont parfois très proches. « A la différence des forces spéciales, nous travaillons en appui des forces conventionnelles, alors que les forces spéciales ont un tempo d’opérations très réactif et plus brutal. Les types d’actions sont différents, et nous ne travaillons pas en général sur les mêmes thématiques, ni sur les mêmes secteurs. Notre objectif est de livrer du renseignement pour la manœuvre conventionnelle interarmes » précisait à FOB, le colonel Haicault de la Regontais, chef de corps du 2ème RH  durant l’exercice. Ce savoir-faire unique et précieux du 2ème RH explique le fort taux de projection du régiment : une centaine de soldats sont actuellement en opérations, et en comptant leur auto-relève, c’est 300 personnels sur les 850 que compte le 2ème RH, qui sont aujourd’hui mobilisés pour les opex (opérations extérieures).

 

Unité de guerre électronique (Crédits: G Belan)

Unité de guerre électronique (Crédits: G Belan)

 

Systématiquement sollicités pour toutes opérations où l’armée de terre est déployée : du Mali à la RCA, en passant par le Tchad ou le Liban, les Hussards sont de toutes les opérations. Un rouage très discret mais très sollicité grâce à ses compétences très particulières : des détachements de renseignement humain qui sont capables, en toute autonomie pendant plusieurs jours de s’infiltrer jusqu’à 200 km à l’intérieur des lignes ennemies. Des capacités également uniques en interrogatoires de personnes, « dans le respect des conventions internationales ».

Le 2ème Hussards compte 9 escadrons (dont un de réserve), répartis en deux fonctions : celle « capteurs » : quatre unités de recherche blindé dans la profondeur (sur des VBL spécialement adaptés : les VB2L-PRP, avec treuil et réservoirs additionnels notamment), dont la mission est l’infiltration et la recherche discrète de renseignement. Ces unités s’infiltrent de nuit, à pieds, en VBL ou sont déposés en hélicoptères pour évoluer et se cacher dans des postes d’observations camouflés dans l’environnement, qu’ils fabriquent. Ils sont là capables d’opérer en toute autonomie, au milieu de l’ennemi, pendant une dizaine de jours. Ils observent, renseignent, transmettent. Impossibles à détecter, effet garanti !

 

Le second capteur est les unités de recueil de l’information (2 escadrons). Il s’agit là de spécialistes du traitement des sources humaines, qui via des rencontres, prises de contact avec la population, entretiens ou interrogatoires, ramènent d’utiles informations. Mémoires d’éléphant et équipements high-tech mais légers.

 

La seconde composante du 2ème RH est celle commandement et transmission, avec un escadron en charge des Trans (VHF, HF ou satellites) ainsi que de l’exploitation du renseignement. Il s’agit d’experts capables d’analyse fine des données et qui travaillent grâce au logiciel SAEr (relire l’article de FOB ici sur ce système). Modélisation, cartographie, portait-robots…

Soldats du 2ème RH en observation  (crédits: G Belan)

Soldats du 2ème RH en observation depuis déjà plusieurs jours (crédits: G Belan)

 

La recherche du renseignement est avant tout humaine

 

« Dans les opérations de renseignement, la colonne vertébrale est la recherche humaine, dans laquelle vient s’intégrer des capacités techniques (écoutes, drones…). Un capteur technique peut se faire leurrer, alors que le capteur humain peut retourner à sa source, il n’est pas si leurrable que cela. Ainsi la recherche du renseignement est avant tout humaine » insiste le colonel Haicault de la Regontais.

 

Et si toutes unités de l’armée de terre font du renseignement élémentaire, le 2ème RH fait lui aussi de l’action élémentaire. Ainsi, à côté des capteurs high-tech, comme la JIM-LR (Jumelles infrarouges refroidies multifonctions longue portée de Sagem) ou des téléobjectifs très puissants, toutes les unités sont armées de divers armements et sont aussi qualifiés pour guider des appuis feu (artillerie LRU, 155 mm, chasseurs bombardiers, hélicoptères, artillerie navale…).

Les autres unités de la Brigade de Renseignement apportent de précieux capteurs complémentaires techniques, qu’il s’agisse des drones (SDTI Sperwer ou DRAC) ou des capacités de guerre électronique (brouillage, interceptions, écoutes…).

 

Le DRAC sur sa lance de lancement  (Crédits; G Belan)

Le DRAC sur sa rampe de lancement (Crédits; G Belan)

Partager cet article

commentaires

Présentation

  • : RP Defense
  • RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

  • Chronique culturelle - 24 Nov.
    24 novembre 1977 : premier vol du Super Etendard de série 24.11.2016 source JFP 24 novembre 885 : début du siège de Paris par les Vikings. Très actifs durant le IXè siècle, les Vikings ont pris l’habitude de remonter les fleuves du Nord de la France pour...
  • Sortie en librairie le 21 novembre du livre LÉGIONNAIRE
    source MAREUIL EDITIONS Pour la première fois, un ancien officier de la Légion et un Légionnaire donnent la parole à 64 de leurs camarades. Pendant 2 ans, Victor Ferreira a rencontré près d’une centaine de Légionnaires à travers le monde en leur posant...
  • Brazilian Navy H225M Naval Combat Configuration
    17 nov. 2016 Airbus Helicopters Helibras and Airbus Helicopters have opened a new chapter in the history of the H225M multirole utility helicopter with the official presentation of the first aircraft in naval combat configuration. More info Helibras and...
  • Chronique culturelle - 17 Nov.
    La Bataille du Pont d'Arcole - Horace Vernet 17.11.2016 source JFP 17 novembre 1794 : début de la bataille de la Sierra Negra (Espagne) « opposant les troupes des généraux de Pérignon et Dugommier à celles du général espagnol de Carvajal. Cette victoire...
  • Le CEAM présente le CEILDT - Centre d’Expertise et d’Instruction des Liaisons de Données Tactiques
    15 nov. 2016 CEAM Petit clip de présentation sur le Centre d’Expertise et d’Instruction des Liaisons de Données Tactiques (CEILDT). Petit clip de présentation sur le Centre d'Expertise et d'Instruction des Liaisons de Données Tactiques (CEILDT).
  • Audition de M. Marwan Lahoud, président du groupement des industries françaises aéronautiques et spatiales
    photo Aseemblée Nationale 9 novembre 2016 Commission de la défense nationale et des forces armées - Compte rendu n° 15 Présidence de Mme Patricia Adam, présidente — Audition, ouverte à la presse, de M. Marwan Lahoud, président du groupement des industries...
  • Chronique culturelle - 15 Nov.
    Jean Gabin, chef de char du Régiment Blindé de Fusiliers Marins 15.11.2016 source JFP 15 novembre 1315 : bataille de Morgarten (Suisse actuelle). Convoités à la fois par la Bavière et l'Autriche, les Cantons suisses (Uri, Schwytz et Unterwald) donnent...
  • Chammal : les artilleurs appuient les forces irakiennes
    10 nov. 2016 Ministère de la Défense Opération Chammal : les artilleurs de la Task Force Wagram appuient les forces irakiennes et participent à la sécurisation des zones conquises aux alentours de Mossoul. Opération Chammal : les artilleurs de la Task...
  • Chronique culturelle - 10 Nov.
    La bataille de Tolbiac, toile marouflée, Panthéon de Paris, France - Joseph Blanc (1846-1904) 10.11.2016 source JFP 10 novembre 496 : bataille de Tolbiac (Zulpich - Allemagne actuelle). Le roi Clovis écrase les Alamans près de l'actuelle ville de Cologne...
  • Chronique culturelle - 9 Nov.
    Bataille de Coulmiers - Prise d'Orléans - 9 novembre 1870 09.11.2016 source JFP 9 novembre 1799 : coup d'Etat du 18 brumaire . Le général Bonaparte est porté au pouvoir par un coup d'Etat qui dure jusqu'au 11 novembre, mettant fin au Directoire et initiant...

Categories