Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 avril 2014 2 29 /04 /avril /2014 07:20
JSF : mise à jour de la catastrophe

 

28/04/2014 - Bloc-Notes - dedefensa.org

 

Le mois dernier, le rapport annuel du General Accounring Office donnait de bonnes nouvelles pour le JSF. Pour la première fois, il était annoncé que le prix probable de l’avion baissait de 7%. La nouvelle fut longuement acclamée par la presse-Système spécialisée, sur des sites tels que Breaking Defense et Defense One. Lockheed Martin (LM) et le chef du JSF Program Office (JPO) du Pentagone, le général de l’USAF Christopher Bogdan, surent profiter de cette occasion, qui impliquait le GAO avec sa bonne réputation et sa rigueur comptable, et jusqu’alors toujours très sévère pour le JSF ; ils annoncèrent de concert que le JSF, alias F-35, coûterait finalement autour de $75 millions l’exemplaire, loin des prévisions qualifiées de “catastrophiques” de $150/$200 millions l’exemplaire. En passant, on nous rassura : si quelques problèmes techniques subsistaient, notamment celui du développement et de l’intégration du software (question fondamentale pour l’avion, qui est totalement contrôlé par son ensemble électronique), ils étaient en bonne voie d’être résolus.

 

Winslow Wheeler, ancien fonctionnaire du Congrès qui a également travaillé au GAO, spécialiste du décryptage des labyrinthes bureaucratiques et financiers du Pentagone, intervient pour mettre les choses au point. Il le fait avec d’autant plus d’efficacité que le rapport annuel SAR (Selected Acquisition Reports) du Pentagone qui vient d'être publié la semaine dernière donne, lui, une image particulièrement grinçante et pessimiste de l’état d’avancement du programme. Wheeler publie un long article, extrêmement technique et précis, dans CounterPunch du 25-27 avril 2014. Nous donnons deux extraits de cet article, qui permet de revenir à la vérité de la situation du JSF, avec la précision embarrassante pour le GAO et sa réputation d’intégrité, que cet organisme (équivalent US de la Cour des Comptes française) a accepté sans vérification semble-t-il des chiffres vieux de deux ans de la part de LM et du JPO du Pentagone. Le fait conduit à émettre quelques doutes sur la capacité et/ou l’intégrité des analystes du GAO chargés du dossier, ce qui signifierait éventuellement que l’appareil de corruption vénal et/ou psychologique (psychologique surtout) aurait pénétré ce qui était jusqu’alors considéré comme l’ultime forteresse d’intégrité dans l’observation de la gestion des productions du système de l’américanisme.

 

«Last week the Defense Department released its new Selected Acquisition Reports (SARs) on its major weapon programs. These annual reports are the Pentagon’s effort at definitive cost analysis; they come in two forms: the summary data on all 77 of DOD’s Major Defense Acquisition Programs (MDAPs) and separate reports on individual programs, such as the F-35-the latter put on-line without a pay wall by Breaking Defense.

 

»As in recent years, the release of new data on the F-35 provoked press coverage, some of it quite thorough in summarizing much the new data and what the top F-35 defender, F-35 program manager Lt. Gen. Christopher Bogdan, had to say about it all. However, there are some important points that did not get the attention they perhaps deserve, and one key point seems to have been generally missed.

 

»As the SARs and DOD’s summary of them made clear, the cost to acquire the F-35 has gone up compared to last year’s estimate. Page 6 of DOD’s summary of its SAR states that F-35 airframe “costs increased +$3.1 billion (+1.0%) from $326.9 billion to $330.0 billion” and costs for the separately accounted engine “increased +$4.3 billion (+6.7%) from $64.3 billion to $68.6 billion.” [...]

 

»In truth, the future of the F-35 program remains clouded, and most cloudy of all is the ultimate unit cost of the aircraft and the impact of that cost, as its reality unfolds, on existing and future buyers. As previously argued, there is good reason to think the real-world unit cost of F-35s, on average, will stay much closer to the $200 million level than it does to the dubious predictions of Lockheed and Lt. Gen. Bogdan, such as $75 million each.

 

»Second, the F-35 acquisition cost increases revealed by the new SARs come as a major embarrassment to the Government Accountability Office that pronounced in a report released just last month that DOD SAR data showed F-35 acquisition costs coming down, not going up. As previously explained, GAO’s report used two year old data, thanks to the agency’s ponderous report writing process and the fact that the analysts and manager assigned to the report used a stunningly superficial analytical methodology. Not a single news article I read on the new SAR data recalled GAO’s miss-call of the acquisition cost vector.»

 

Wheeler attaque également, avec une certaine jubilation ironique, certaines projections du Pentagone, inspirées par le JPO. Ces projections annoncent également un coût de l’avion en baisse à partir d’une projection sur le coût entier du programme, c’est-à-dire d’ici à 2065. Le Pentagone est connu pour faire des projections régulièrement fausses sur des périodes de 6 mois à un an, notamment avec des erreurs sur l’inflation, etc. Mais voilà qu’il prétend donner une projection juste sur une période de 51 ans, ce qui représente un extraordinaire tour de magie, – mais une magie si délicieusement optimiste puisque, finalement, en 2065, il fera meilleur vivre que dans 6 mois ou un an... La narrative bureaucratique n’a pas de frontières temporelles, et plus ses prévisions à court terme se révèlent fausses, plus elles se reportent sur des prévisions à très long terme, imaginant ainsi que l’addition vertigineuse de périodes de court terme faussaires finira par donner un très long terme conforme à ses vœux.

 

»We already know DOD manipulates its own inflation prognostications for both its own budget history and for short term future predictions in the five-year Future Year Defense Program (FYDP). It stretches credulity past the breaking point to assert that the cost of a weapon program will be some precise lesser amount 30 years from now because someone has readjusted inflation and labor cost predictions.

 

»In fact, in past inflation predictions for specific on-coming fiscal years (those just months ahead) DOD has proven inaccurate not just in the amount inflation has grown or declined but whether it has grown or declined. If they cannot even get the vector right a few months ahead, what business do they have asserting they can know it precisely 30 years from now? It is quite preposterous.

 

»And yet, here we are, asked to believe that the cost of F-35 O&S will be, as DOD tells us, “decreased $96.8 billion (-8.7%) from $1,113.3 billion to $1,016.5 billion” by the time the program is done in 2065...»

 

Parallèlement, Russia Today s’intéresse lui aussi au JSF. Conscient de sa mission internationaliste et américaniste mise en évidence par l’ectoplasme-secrétaire d’État fort récemment (voir le 25 avril 2014), RT s’est fait un devoir de suivre le JSF. RT s’intéresse plutôt à une conjonction intéressante US Navy-Boeing, ce 25 avril 2014. Les deux parties sont liées, parce que l’US Navy essaie par tous les moyens discrets de se débarrasser du JSF, tandis que Boeing, fournisseur principal de la marine (la famille des F/A-18) lance une attaque féroce contre le JSF, qu’il juge complètement inadéquat pour seulement survivre dans l’environnement de guerre probable. Bien entendu, Boeing a ses intérêts, – et comment ! Il propose à la Navy, ce que la Navy a commencé à faire, de commander plus de EA-18G Growler, version de guerre électronique de la famille F/A-18, seul capable selon lui (Boeing) d’assurer un environnement acceptable pour les avions de combat. (Ce serait alors des F/A-18 standard, puisque l’on n’aurait plus besoin des caractéristiques de guerre électronique, stealth et autres, à la fois affreusement coûteuses et pour certaines jugées inefficaces, intégrées dans l’avion.)

 

«As the price of the Pentagon’s most expensive weapons endeavor ever soars even further, critics are calling into question the cost and capabilities of the F-35 Joint Strike Fighter program. [...] On Friday this week, Military.com reported that the US Navy has not only decided to drop the number of Lockheed Martin-made F-35s it plans on purchasing from 69 to 36, but that 22 new EA-18G Growlers built by Boeing have been added to a list of unfunded priorities.

 

»Reporters Kris Osborn and Michael Hoffman wrote for the website that Boeing “has worked not so quietly this past year to offer the Navy an escape hatch from the costly Joint Strike Fighter program.” According to their report, since at least last summer Boeing has been urging the Navy to buy more F/A-18 Super Hornets and Growlers as concerns continue to emerge about the F-35. [...]

 

»Mike Gibbons is the vice president for Boeing’s Super Hornet and Growler programs, and has good reason to talk down the F-35s—after all, less money to Lockheed Martin likely means more for his firm. Regardless, Gibbons told Osborn and Hoffman that the F-35 is no longer as advanced of a stealth craft as once claimed, and is not as effective as the Growler when it comes to countering a wide spectrum of air defense systems. “The density of the threat is getting more complex and more difficult. The electromagnetic spectrum is getting more complex and more difficult and requires more of what the Growler provides in electronic attack and electronic awareness. Only the Growler has this capability, Gibbons told the website.

 

»Russia and China, Gibbons added, have developed air defense systems that put the F-35’s stealth technology to the test. And if those capabilities should improve, then the Pentagon’s widely-touted weapons program may be no match for the offensive capabilities of foreign militaries. Advocates for Growlers say that those aircraft can outsmart some of that stealth-defying technology, but the ability to actually stay hidden may soon be slipping away from the DOD altogether.»

 

Dans cette dernière affaire, avec la complicité Navy-Boeing, on comprend évidemment que Boeing joue son jeu en tant que membre éminent du Système. Mais il acquiert pour cette circonstance un rôle antiSystème appréciable en se situant comme critique dévastateur du JSF, à la plus grande satisfaction de la Navy qui utilise cette action pour son propre intérêt, également antiSystème puisque qu’anti-JSF. (En effet, dans ce rangement, et compte tenu du contexte et de l’importance considérable du programme, le JSF figure comme la production la plus dévastatrice du Système, et son affaiblissement, voire sa chute catastrophique, serait un coup sévère porté au Système... Par conséquent, Boeing et la Navy, “membres éminents” du Système, sont effectivement antiSystème.)

 

On observera que les arguments opérationnels développés par Boeing et implicitement acceptés par la Navy (commande supplémentaire de Growler aux dépens du JSF) tombent évidemment à point, et leur développement n’est bien entendu pas un hasard. Les deux entités profitent de la crise ukrainienne, qui rend brutalement concevable la possibilité d’une confrontation opérationnelle de haute intensité, pour développer une critique opérationnelle du JSF. La possibilité d’un affrontement avec la Russie n’est désormais plus une vision théorique, et l’argument des formidables capacités russes en matière de défense aérienne joue désormais très largement en faveur de la ligne Boeing-Navy. Effectivement, la crise ukrainienne, véritablement multiple et aux effets innombrables, est promise à jouer un rôle important dans le destin du JSF.

Partager cet article

commentaires

Présentation

  • : RP Defense
  • RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

  • Chronique culturelle - 24 Nov.
    24 novembre 1977 : premier vol du Super Etendard de série 24.11.2016 source JFP 24 novembre 885 : début du siège de Paris par les Vikings. Très actifs durant le IXè siècle, les Vikings ont pris l’habitude de remonter les fleuves du Nord de la France pour...
  • Sortie en librairie le 21 novembre du livre LÉGIONNAIRE
    source MAREUIL EDITIONS Pour la première fois, un ancien officier de la Légion et un Légionnaire donnent la parole à 64 de leurs camarades. Pendant 2 ans, Victor Ferreira a rencontré près d’une centaine de Légionnaires à travers le monde en leur posant...
  • Brazilian Navy H225M Naval Combat Configuration
    17 nov. 2016 Airbus Helicopters Helibras and Airbus Helicopters have opened a new chapter in the history of the H225M multirole utility helicopter with the official presentation of the first aircraft in naval combat configuration. More info Helibras and...
  • Chronique culturelle - 17 Nov.
    La Bataille du Pont d'Arcole - Horace Vernet 17.11.2016 source JFP 17 novembre 1794 : début de la bataille de la Sierra Negra (Espagne) « opposant les troupes des généraux de Pérignon et Dugommier à celles du général espagnol de Carvajal. Cette victoire...
  • Le CEAM présente le CEILDT - Centre d’Expertise et d’Instruction des Liaisons de Données Tactiques
    15 nov. 2016 CEAM Petit clip de présentation sur le Centre d’Expertise et d’Instruction des Liaisons de Données Tactiques (CEILDT). Petit clip de présentation sur le Centre d'Expertise et d'Instruction des Liaisons de Données Tactiques (CEILDT).
  • Audition de M. Marwan Lahoud, président du groupement des industries françaises aéronautiques et spatiales
    photo Aseemblée Nationale 9 novembre 2016 Commission de la défense nationale et des forces armées - Compte rendu n° 15 Présidence de Mme Patricia Adam, présidente — Audition, ouverte à la presse, de M. Marwan Lahoud, président du groupement des industries...
  • Chronique culturelle - 15 Nov.
    Jean Gabin, chef de char du Régiment Blindé de Fusiliers Marins 15.11.2016 source JFP 15 novembre 1315 : bataille de Morgarten (Suisse actuelle). Convoités à la fois par la Bavière et l'Autriche, les Cantons suisses (Uri, Schwytz et Unterwald) donnent...
  • Chammal : les artilleurs appuient les forces irakiennes
    10 nov. 2016 Ministère de la Défense Opération Chammal : les artilleurs de la Task Force Wagram appuient les forces irakiennes et participent à la sécurisation des zones conquises aux alentours de Mossoul. Opération Chammal : les artilleurs de la Task...
  • Chronique culturelle - 10 Nov.
    La bataille de Tolbiac, toile marouflée, Panthéon de Paris, France - Joseph Blanc (1846-1904) 10.11.2016 source JFP 10 novembre 496 : bataille de Tolbiac (Zulpich - Allemagne actuelle). Le roi Clovis écrase les Alamans près de l'actuelle ville de Cologne...
  • Chronique culturelle - 9 Nov.
    Bataille de Coulmiers - Prise d'Orléans - 9 novembre 1870 09.11.2016 source JFP 9 novembre 1799 : coup d'Etat du 18 brumaire . Le général Bonaparte est porté au pouvoir par un coup d'Etat qui dure jusqu'au 11 novembre, mettant fin au Directoire et initiant...

Categories