Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 avril 2014 3 02 /04 /avril /2014 12:55
photo MinDefFR

photo MinDefFR

 

02/04/2014 Jean Guisnel Défense ouverte - Le Point.fr

 

Il ne fait pas de bruit, mais a laissé son empreinte partout où il est passé. Le ministre de la Défense est un oiseau rare, à la fois résolu et consensuel.

 

Jean-Yves Le Drian demeure pour beaucoup un mystère : sa cote de popularité est excellente, qui le place juste derrière Manuel Valls, mais il demeure mal connu. L'ancien président du conseil régional de Bretagne est différent : il prétend depuis des mois n'avoir d'autre ambition que de garantir à la France le meilleur outil de défense possible, malgré les contingences budgétaires. Son combat, jusqu'à présent, consistait à sauver les trois milliards que l'ancien Premier ministre Jean-Marc Ayrault voulait arracher à la Défense dans le cadre du futur plan d'économies de 50 milliards. Le Drian coupait court quand on évoquait avec lui un autre ministère, y compris Matignon, que lui aurait proposé François Hollande avant de choisir finalement Manuel Valls. Il prenait à coeur de vendre des armes, partageait tous les secrets avec François Hollande, qu'il voit chaque semaine avant le conseil des ministres.

Les deux hommes se connaissent depuis le début des années 1980. Pour tenter d'apaiser le PS, ils avaient mis ensemble en route en août 1985, à Lorient, la démarche des "transcourants". Lorsque la perspective d'une victoire socialiste se fait sentir, en 2006, Jean-Yves Le Drian est président du conseil régional de Bretagne. Il constitue alors un club d'une quinzaine de membres, le Sémaphore. Il va travailler pour Ségolène Royal et sera réactivé pour la campagne suivante en se mettant au service du candidat Hollande. On connaît la suite...

 

Rude prise de contact

Quand ils arrivent à l'hôtel de Brienne, Le Drian et sa bande du Sémaphore, dont faisaient aussi partie l'actuel chef de cabinet Jean-Michel Palagos et le conseiller spécial Jean-Claude Mallet entre autres, n'ont pas vraiment l'intention de couper des têtes. Mais quels coups de sang, les premiers jours ! Par exemple, lorsqu'un soir de crise sérieuse en Afghanistan, tout l'îlot Saint-Germain, qui abrite le ministère, s'est trouvé privé d'électricité, l'état-major agissant dans son coin, sans référer. Un proche de Le Drian s'indigne : "Mis à part le ministre qui avait un contact, tout le reste du cabinet s'est retrouvé totalement isolé. Ce fut un révélateur. Dans la crise, nous n'étions plus là !"

La prise de contact est rude. L'idéologie n'est pas absente, par exemple quand le cabinet prétend "réaffirmer la primauté du politique", dans un ministère où les militaires savent s'insérer dans les espaces vides, mais où la discipline républicaine n'est pas un sujet de discussion. Spontanément ou de manière plus calculée, Le Drian et Lewandowski se partagent les tâches : patelin, le ministre écoute et panse les plaies. À tout le moins, il essaie, comme dans l'insupportable cas du logiciel de paye Louvois. Soit ce dernier ne paye pas les soldats, soit il leur verse double solde. Un désastre, qui n'est toujours pas réglé après deux ans de cafouillage.

Les chefs militaires apprécient autant Le Drian qu'ils craignent son directeur de cabinet, lequel avoue être "la part d'ombre" du ministre. Comme dans les bons films, l'un rassure, l'autre castagne. Mais l'autorité est unique...Lewandowski confirme : "Notre confiance est totale et réciproque. On ne réinvente pas le pouvoir !"

 

Un discret réformateur

Sous ses dehors bonhommes, Le Drian ne craint nullement les affrontements. Les militants d'Europe-Écologie qui avaient prétendu lui imposer de force un accord pour les dernières régionales en Bretagne n'en sont toujours pas revenus : évincés sans état d'âme, ils regardent depuis les ténèbres extérieures la majorité régionale agir à sa guise. Et son bref passage au secrétariat d'État à la Mer avait été marqué par une historique réforme du statut des dockers, à laquelle personne n'avait voulu s'attaquer !

 

Un catho de gauche convaincu

Le Drian, catho de gauche, petit-fils d'un quartier-maître vétéran des Dardanelles, est aussi le fils de Jean et de Louisette. Lui, magasinier automobile à Lorient, passé par la jeunesse ouvrière chrétienne, n'était pas très loin des communistes. Couturière en usine, sa mère militait si activement à l'Action catholique ouvrière qu'elle avait été invitée au Concile Vatican II ! "À la maison, on ne parlait à table que d'action syndicale, de solidarité, d'Église et de lutte des classes. Je crois bien que la première fois que mon père a voté socialiste, c'est pour moi, quand j'ai été élu député en 1978 !" se souvient le ministre. Quant à sa mère, elle avait pour son fils de bien plus hautes ambitions que la politique: "Elle m'aurait bien vu curé ! Un jour, j'ai dû lui dire que ce ne serait pas mon itinéraire..."

Le jeune Le Drian, presque 21 ans en mai 1968, est l'un des responsables de l'Unef à Rennes, où il a entamé des études d'histoire. L'extrême gauche ne le tente pas. La FGDS (Fédération de la gauche démocrate et socialiste) de François Mitterrand et Guy Mollet, non plus. Le militantisme breton n'est pas sa tasse de thé. Reste la voie... naturelle : succédant à Henri Nallet, il devient pour deux ans secrétaire général de la JECU (Jeunesse étudiante chrétienne universitaire), avant de réussir l'agrégation d'histoire, puis d'effectuer son service militaire au 512e régiment de train de Saint-Lô (Manche). À défaut de souvenirs impérissables, il en conserve une liste impressionnante de permis de conduire, y compris ceux pour autobus et citernes d'essence.

En 1974, Le Drian adhère au PS après la victoire de Valéry Giscard d'Estaing. Il s'installe à Lorient, plaît au cacique local Louis Alaimat, ancien maire de la ville et député PS, qui lui annonce à la fois qu'il ne se représentera pas aux législatives de 1978 et qu'il entend le voir lui succéder. Élu, Le Drian sera député jusqu'en 2002, après deux interruptions dues à une brève expérience ministérielle de secrétaire d'État à la Mer (de mai 1991 à avril 1992) puis à une défaite aux législatives de 1993. Parallèlement, il est devenu maire de Lorient en 1981, poste qu'il quittera en 1998 pour se consacrer à la conquête de la région Bretagne, ratée cette année-là. Mais en 2004, c'est la victoire, reconduite en 2010. Il avait vu juste : "Je suis formaté. C'est normal que j'arrive où je suis, car j'ai anticipé très tôt la synthèse des deux cultures : la gauche et le catholicisme. La Bretagne, ce n'est que ça !"

 

Sa méthode : créer des liens personnels forts

À Lorient, où les chantiers navals DNCS produisent les navires de surface de la marine française, d'où les commandos de marine partent pour guerroyer sur la planète, Le Drian avait acquis ses premières compétences en matière de défense, mises en oeuvre à l'Assemblée nationale, où il fut notamment rapporteur du budget de la défense à la commission des Finances. Mais à la région Bretagne, il va acquérir une nouvelle expérience : celle des relations internationales. Un conseiller régional qui le connaît bien note que tous les ans depuis son élection, il s'est rendu au Japon pour rencontrer un par un tous les industriels possédant des usines en Bretagne (Canon, Fuji, Toshiba, etc.) : "C'est sa méthode. Il crée des liens personnels forts. Quand il m'a parlé l'autre semaine de la vente de deux satellites français aux Émirats arabes unis, il m'a dit n'avoir pas procédé autrement. Il s'est accroché, après avoir "créé du lien" avec le cheikh Mohamed Bin Zayed al-Nahyan." Là, tout le monde est d'accord : ce contrat doit une fière chandelle au ministre !

Les militaires n'aiment rien tant qu'un ministre politiquement "lourd", capable d'influer sur le chef de l'État. Ce fut le cas, en mars 2013, pour convaincre François Hollande d'accorder 190 milliards d'euros aux armées sur les années 2014 à 2020. Bercy et Matignon défendaient une ligne beaucoup plus dure, qui aurait contraint à renoncer à des capacités jusqu'alors essentielles, comme le porte-avions. Le Drian a gagné et, si le budget des armées prend un coup, en perdant chaque année le montant de l'inflation, c'est moins pire que ce qui était attendu. C'est le troisième succès que Jean-Yves Le Drian aime à appeler des "victoires", après le retrait sans anicroche des soldats français d'Afghanistan et l'opération Serval, risquée et réussie à ce stade, au Mali. Des "victoires" largement dues à la qualité et au professionnalisme de l'armée française qui n'auraient sans doute pas été moins réussies avec un autre, quoi qu'on en dise dans l'entourage du ministre.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : RP Defense
  • RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

  • Chronique culturelle 9 Janvier
    Hussards du régiment de Bercheny en 1776 09.01.2017 source JFP 9 janvier 1778 : mort du créateur des régiments de Hussards (Luzancy – près de Meaux). Emigré hongrois et excellent capitaine au service de la France, Ladislas Ignace de Bercheny , obtient...
  • Chronique culturelle 04 Jan.
    Insigne général des Troupes de Forteresse de la Ligne Maginot 04.01.2016 source JFP 4 janvier 1894 : signature de l’alliance franco-russe. Préparée par de nombreuses activités bilatérales dans les années précédentes, une convention militaire secrète est...
  • Chronique culturelle 03 Jan.
    Napoléon en Egypte par Jean-Léon Gérome 03.01.2017 source JFP 3 janvier : Sainte Geneviève, patronne de la gendarmerie. Issue de la noblesse gallo-romaine du IVe siècle, elle convainc les habitants de Lutèce de ne pas livrer leur ville à Attila, roi des...
  • Au Levant, contre Daech avec les Forces Spéciales
    photo Thomas Goisque www.thomasgoisque-photo.com Depuis plus de deux ans, les hommes du C.O.S (Commandement des Opérations Spéciales) sont déployés au Levant et mènent, en toute discrétion, des opérations contre l’Etat islamisque.Au nord de l’Irak, ils...
  • Les blessés en Opérations extérieures ne prennent pas de vacances !
    Source CTSA Pendant la période des fêtes de fin d'années, le nombre de donneurs diminue dangereusement. Le site de Clamart du Centre de transfusion sanguine des armées (CTSA) invite fortement les donneurs des communes proches à profiter des vacances de...
  • Interview SDBR de Gaël-Georges Moullec, Historien
    photo SDBR 20.12.2016 par Alain Establier - « SECURITY DEFENSE Business Review » n°162 SDBR: Comment va la Russie aujourd’hui? Gaël-Georges Moullec * : Il n’y a plus d’ascenseur social dans la Russie d’aujourd’hui, ce qui est un problème moins connu,...
  • Chronique culturelle - 16 Déc. 2016
    Regiment de la marine (1757) - Planche extraite des Troupes du roi, infanterie française et étrangère, 1757, tome 1. Musée Armée 16.12.2016 source JFP 16 décembre 1690 : création des compagnies franches de la Marine. Par ordonnance, 82 compagnies franches...
  • Externalisation de la Défense et de la Sécurité en France ? - 15 Décembre
    Le Comité directeur de l'ANAJ-IHEDN a le plaisir de vous inviter à la conférence : Vers une externalisation de la Défense et de la Sécurité en France ? Guillaume FARDE Maître de conférences à Sciences Po Paris, auteur de Externaliser la sécurité et la...
  • Chronique culturelle - 24 Nov.
    24 novembre 1977 : premier vol du Super Etendard de série 24.11.2016 source JFP 24 novembre 885 : début du siège de Paris par les Vikings. Très actifs durant le IXè siècle, les Vikings ont pris l’habitude de remonter les fleuves du Nord de la France pour...
  • Sortie en librairie le 21 novembre du livre LÉGIONNAIRE
    source MAREUIL EDITIONS Pour la première fois, un ancien officier de la Légion et un Légionnaire donnent la parole à 64 de leurs camarades. Pendant 2 ans, Victor Ferreira a rencontré près d’une centaine de Légionnaires à travers le monde en leur posant...

Categories