Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 avril 2014 6 12 /04 /avril /2014 06:20
Une étude qui permettra à l’Armée canadienne de prendre du «recul» avant l’achat d’armes

Un membre des Forces armées canadiennes effectuant un tir lors des essais dans le cadre d'une étude menée par RDDC sur l'impact, tant psychologique que physique, du recul d'armes sur les soldats (Marc Légaré/RDDC)

 

11 avril 2014 par Jacques N. Godbout – 45eNord.ca

 

L’Armée canadienne mène une étude sur les effets physiques et psychologiques du recul d’armes afin d’optimiser l’entraînement et augmenter ainsi les chances de survie des soldats sur le champ de bataille.

 

Recherche et développement pour la défense Canada (RDDC), en collaboration avec des industries canadiennes et des militaires de l’armée canadienne, étudie présentement les impacts physiques et psychologiques du recul d’armes sur les soldats ainsi que sur la précision du tir, nous apprend ce mois-ci le site de l’Armée canadienne.

«Afin d’optimiser l’entraînement et augmenter les chances de survie de nos soldats sur le champ de bataille, il est crucial de mieux comprendre comment fonctionne l’équipement du soldat et quel est son impact sur la performance de ce dernier», affirme Guy Vézina, un des responsable de la recherche cité dans l’article de l’Armée canadienne.

Le recul est ce mouvement de l’arme vers l’arrière lors de sa mise à feu. Le recul ressenti se définit par l’impact provoqué par ce mouvement sur le tireur et peut varier en fonction de certains facteurs tels la posture et la taille du soldat, la technique utilisée et la perception, souligne-t-on dans le texte.

La force du recul est un phénomène bien connu, mais son impact tant physique que psychologique sur le tireur et sur le mouvement du baril demeure méconnu.

L’arme (simulateur) qui a été utilisée dans l’étude du recul du canon, avec les fils de capteurs installés sur l’arme qui ont été utilisés lors des essais (RDDC)

 

Le programme dirigé par RDDC étudie donc le phénomène avec l’aide des soldats ayant participé à des essais au cours de l’automne 2013.

Lors de ces essais, les militaires ont expérimenté à tour de rôle un simulateur de recul d’armes légères. Le simulateur utilisé était un fusil de calibre 12 instrumenté de la marque Remington 870 et modifié pour effectuer des tests en fonction de vitesses de munitions variées et d’armes de poids différents simulant des reculs d’armes semblables à ceux utilisés présentement par les FAC.

Les données récoltées sur la force et l’accélération ainsi que des vidéos à haute vitesse sur les mouvements des tireurs permettront ainsi aux scientifiques de mieux comprendre ce phénomène.

«L’information récoltée par ce type de recherche aidera grandement les Forces armées canadiennes avec ses projets d’acquisition d’armes en fournissant des informations critiques sur lesquelles nous pourrons appuyer nos décisions», affirme pour sa part le lieutenant-colonel Serge Lapointe, Directeur – Besoins en ressources terrestres 5 (DBRT-5), Systèmes du soldat, cité lui aussi dans l’article.

Cette étude permettra donc à l’Armée de prendre du…«recul» avant de procéder à d’autres achats d’armes.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : RP Defense
  • RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories