Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 janvier 2015 4 29 /01 /janvier /2015 16:55
Géopolitique des systèmes d’information

 

29.01.2015 par Jean-François Fiorina - notes-geopolitiques.com

 

Polytechnicien, spécialiste de cryptographie, Guillaume Poupard est le directeur de l’Agence nationale de la sécurité des systèmes d’information (ANSSI), service interministériel redoutablement efficace rattaché au Premier ministre. 

Face aux multiples menaces cybernétiques, l’ANSSI défend non seulement nos intérêts vitaux, mais aide les entreprises françaises à relever les défis de la guerre économique. Car contrairement à certaines idées reçues, Internet et le monde informatique n’ont pas effacé les frontières.

Et c’est bien à une naissance d’une géopolitique du cyberespace, ancrée dans le réel, que nous assistons. Les récents et tragiques événements de ce mois de janvier le confirment.


 

Quel est votre parcours et comment êtes-vous arrivé à la tête de cette prestigieuse institution qu’est l’ANSSI ? Quelle est votre mission ?

Polytechnicien et ingénieur de l’armement option recherche, j’ai toujours été passionné par la cryptographie, au point d’avoir soutenu une thèse de doctorat en 2000 en ce domaine à l’École normale supérieure de Paris. J’ai tout naturellement commencé ma carrière comme expert puis chef de laboratoire de cryptographie à la Direction centrale de la sécurité des systèmes d’information, l’ancêtre de l’actuelle Anssi, Agence nationale de la sécurité des systèmes d’information. En 2006, j’ai rejoint le ministère de la Défense, en me spécialisant dans la cyberdéfense, avant de rejoindre la Direction générale de l’armement (DGA) comme responsable du pôle « Sécurité des systèmes d’information ». En mars 2014, j’ai eu le plaisir de revenir à mes origines en étant nommé directeur général de l’ANSSI.

S’il est vrai que nous comptons beaucoup d’ingénieurs dans les rangs de l’ANSSI, nous nous efforçons cependant d’ouvrir nos rangs à des spécialistes venant d’autres horizons. Le domaine de la sécurité est certes marqué du sceau de la technique, mais l’on ne peut se cantonner à la seule logique du technicien. Il est au contraire souhaitable de bénéficier du savoir-faire et de l’expérience de spécialistes issus d’autres champs d’activités, comme les sciences humaines par exemple.

D’autant que la mission de l’ANSSI couvre de larges domaines. En effet, autorité nationale en matière de sécurité et défense des systèmes d’information, l’ANSSI est interministérielle, placée sous l’autorité du Premier ministre.

De la sorte, notre perception est globale et notre sphère d’activité s’étend bien au-delà des traditionnelles questions de défense et de sécurité. Nous travaillons ainsi en étroite collaboration avec différents ministères – comme Bercy ou les Affaires étrangères – qui ont les uns et les autres de plus en plus de choses à nous apporter.

Les menaces cybernétiques s’étendent désormais tous azimuts. Nos industries – qu’elles soient grandes ou petites – sont toutes concernées, car leur savoir-faire comme leur patrimoine peuvent être pillés.

La sécurité informatique est vitale. D’ailleurs, nous observons le développement d’une industrie dédiée à ces questions, non seulement en France mais également en Europe, à même d’apporter des réponses concrètes. Notre action vise donc tout à la fois à susciter une offre en ciblant la réalité des menaces et à répondre à la demande avec des produits et services appropriés. Enfin, nous pouvons être amenés à conduire nous-mêmes des opérations très concrètes. Raison pour laquelle, au-delà des fonctions de prévention et de conseil, nous avons ajouté une capacité opérationnelle à nos compétences.

 

Dans notre monde globalisé, les menaces sont nombreuses et en perpétuelle évolution, ce qui doit singulièrement compliquer votre tâche…

Les menaces évoluent sans relâche, à l’échelle planétaire. D’où la nécessité de les déceler au plus tôt, voire de les anticiper, pour que les usages soient sécurisés. Nous avons d’excellents experts, qui sont tout à la fois capables de gérer des dossiers confidentiels, voire classifiés, tout en gardant une très grande ouverture sur le monde extérieur.

C’est un positionnement quasiment schizophrénique pas toujours aisé à assumer j’en conviens, mais nos experts sont solides et recrutés sur des critères très précis. D’autant que nous les incitons simultanément

à consacrer une large part de leur temps à la recherche et à publier dans des revues académiques, ce qui nous permet de les maintenir à bon niveau. Voilà pour l’aspect expertise. Nous offrons aussi des prestations de conseil à toutes sortes d’interlocuteurs, ce qui nous oblige à moduler et adapter notre discours.

Les dirigeants, dans leur immense majorité, sont réceptifs à notre discours, ils savent que si leur entreprise a une valeur, c’est qu’elle détient de l’information, un savoir-faire, qu’il convient de protéger. Si l’entreprise est pillée ou attaquée, il y a un impact souvent capital pour sa survie.

Longtemps, le sujet de la sécurité a été cantonné aux seuls techniciens. La tendance s’est inversée. On observe une prise de conscience des dirigeants qui sentent bien que le monde a évolué. À nous de fournir la réponse adaptée à la taille et aux activités de l’entreprise. On n’agira donc pas sur le même mode pour une PME ou pour une entreprise d’envergure internationale œuvrant sur un créneau stratégique.

De même, nous notons un vrai intérêt de la part des parlementaires pour notre travail. Ils contribuent à faire évoluer la loi pour que nous puissions agir efficacement dans un cadre juridique approprié. La loi ne doit pas être un frein à la cyberdéfense, bien au contraire, démarche fort bien comprise par les parlementaires français.

Enfin, dans l’univers complexe de la sécurité des systèmes d’information, notre rôle est aussi d’orienter ces dirigeants sur des produits ou des prestataires de confiance.

Nous leur proposons des labels officiels, des qualifications. À cet égard, nous ne faisons preuve d’aucun manichéisme : certaines offres françaises sont refusées et d’autres, étrangères, sont validées. C’est la compétence et la confiance qui sont retenues comme critères-clés. Cette sélection se fait sous notre responsabilité.

 

Suite de l'entretien

 

 

Pour en savoir plus sur Guillaume Poupard

Depuis mars 2014, Guillaume Poupard est le directeur général de l’ Agence nationale de la sécurité des systèmes d’information ( ANSSI).

Ancien élève de l’École polytechnique (promotion X92), ingénieur de l’armement (option recherche), il est titulaire d’une thèse de doctorat en cryptographie réalisée sous la direction de Jacques Stern à l’École normale supérieure de Paris, soutenue en 2000. Il est également diplômé de l’enseignement supérieur en psychologie.

Guillaume Poupard débute sa carrière comme expert puis chef du laboratoire de cryptographie de la Direction centrale de la sécurité des systèmes d’informa- tion (DCSSI), qui deviendra en 2009 l’ANSSI.

Il rejoint en 2006 le ministère de la Défense, toujours dans le domaine de la cryptographie gouvernementale puis de la cyberdéfense.

En novembre 2010, il devient responsable du pôle « sécurité des systèmes d’information » au sein de la direction technique de la Direction générale de l’armement (DGA), responsable de l’expertise et de la politique technique dans le domaine de la cybersécurité.

L’ ANSSI assure la mission d’autorité nationale en matière de sécurité des systèmes d’information. À ce titre elle propose les règles à appliquer pour la protection des systèmes d’information de l’État et de vérifier l’application des mesures adoptées.

Dans le domaine de la défense des systèmes d’information, elle assure un service de veille, de détection, d’alerte et de réaction aux attaques informatiques, notamment sur les réseaux de l’État.

Elle a notamment pour mission de : détecter et réagir au plus tôt en cas d’attaque informatique, grâce à un centre de détection chargé de la surveillance permanente des réseaux sensibles et de la mise en œuvre de mécanismes de défense adaptés aux attaques ; prévenir la menace, en contribuant au développement d’une offre de produits de très haute sécurité ainsi que de produits et services de confiance pour les administrations et les acteurs économiques ; jouer un rôle de conseil et de soutien aux administrations et aux opérateurs d’importance vitale ; informer régulièrement le public sur les menaces, notamment par le biais du site Internet gouvernemental de la sécurité informatique, lancé en 2008, qui a vocation à être le portail Internet de référence en matière de sécurité des systèmes d’informations.

S’agissant des produits et des réseaux de sécurité, elle est chargée : de développer et d’acquérir les produits essentiels à la protection des réseaux interministériels les plus sensibles de l’État ; de mettre en œuvre les moyens gouvernementaux de commandement et de liaison en matière de défense et de sécurité nationale, notamment le réseau Rimbaud et l’intranet Isis ; de délivrer des labels aux produits de sécurité.

 

 

Partager cet article

Repost 1

commentaires

Présentation

  • : RP Defense
  • RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories