Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 mars 2015 4 26 /03 /mars /2015 12:35
Unit-61398-Chinese-Army Cyberwarfare

Unit-61398-Chinese-Army Cyberwarfare

 

25 mars 2015  par Daniel Ventre – 45eNord.ca

 

La Chine parle de l’existence de ses unités dédiées à la cyberdéfense (les médias anglo-saxons retiennent le vocable «cyberwarfare»). Selon McReynolds, chercheur au CSIS (Washington), la reconnaissance officielle de l’existence de ces unités serait contenue dans la dernière version de «The Science of Military Strategy » (décembre 2013).

 

On y apprendrait que les forces de cyberdéfense sont de trois types.

– les forces militaires spéciales de guerre sur les réseaux (specialized military network warfare forces) qui sont des unités militaires opérationnelles
– des équipes de spécialistes du monde civil (le ministère de la sécurité publique, le ministère de la sécurité d’Etat…) autorisées par l’armée à mener des opérations de cyberdéfense ;
– et des entités extérieures au gouvernement, qui peuvent être mobilisées, organisées pour de telles opérations.

 

Toujours du point de vue de McReynolds, cette reconnaissance officielle:

– vient conforter les Etats-Unis et nombre d’autres nations qui ont depuis plusieurs années mené des enquêtes sur les cyberattaques et concluant souvent à l’implication des acteurs étatiques chinois.
– vient mettre un terme à des années de déni de la part de la Chine, qui a toujours jusque-là refusé de reconnaître à la fois l’existence de structures de type cybercommandement ou le soutien des forces armées dans de quelconques cyberattaques, notamment à des fins d’espionnage industriel.
– Nécessite de repenser les coopérations engagées par la Chine en matière de lutte contre la cybercriminalité (on apprend au passage que la Chine aurait collaboré avec près de 50 pays dans le cadre d’enquêtes sur des milliers de cas de cybercriminalité au cours des 10 dernières années ; et conclu une trentaine d’accords bilatéraux, dont des accords avec les Etats-Unis et le Royaume-Uni). On ne saurait en effet, selon lui, faire confiance à des institutions étatiques chinoises qui d’un côté prétendent lutter contre la cybercriminalité, mais de l’autre soutiennent des opérations de hacking contre les intérêts des États avec lesquels elles coopèrent…

 

Cette analyse appelle des commentaires. La «révélation» de l’existence d’unités de cyberdéfense chinoises n’est pas véritablement un scoop. Les Etats modernes se dotent de capacités cyber, et la Chine a fait du cyberespace, on le sait depuis longtemps, l’un de ses domaines stratégiques. Que cela soit écrit dans un document officiel est certes important. Mais reconnaître l’existence de structures de cyberdéfense n’est pas l’aveu des cyberattaques qu’on leur attribue.

 

De l’organisation décrite, il ressort que se multiplient, comme ailleurs, les acteurs de la cyberdéfense. Et même si le tout peut paraître parfaitement hiérarchisé, des tensions au sein même des institutions étatiques pourraient gripper la machine. McReynolds évoque ce risque lorsqu’il affirme que des signes de tensions sont apparus, pour savoir qui de l’armée ou des institutions sécuritaires civiles doit assurer le leadership sur les cyber-opérations.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : RP Defense
  • RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories