Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
29 mars 2013 5 29 /03 /mars /2013 09:25

Mindef

 

28/03 Par Alain Ruello – LesEchos.fr

 

« Nous dépenserons en 2014 exactement le même montant qu'en 2013 » , a affirmé le chef de l'Etat sur France 2 jeudi soir.

 

Depuis plusieurs jours, sénateurs et députés, PS comme UMP, officiers à la retraite et spécialistes en tout genre dénonçaient certaines hypothèses budgétaires pour la prochaine loi de programmation militaire qui, selon eux, portent en elles un risque mortel pour l'armée française et l'industrie de défense.

 

Le président de la République, François Hollande, s'est voulu rassurant, en tout cas pour l'an prochain, lors de son intervention télévisée sur France 2. « Nous dépenserons en 2014 exactement le même montant qu'en 2013 », a affirmé le chef de l'Etat. Evoquant la « qualité de l'outil militaire » qu'il a pu « apprécier dans l'intervention au Mali », il a insisté sur la nécessité de garantir « l' autonomie » de la France pour intervenir militairement, de « protéger et moderniser » l'arme de dissuasion nucléaire et de « protéger notre territoire ».

 

 

Deux trajectoires budgétaires opposées

Ces derniers jours, la tension était montée sur le sujet. Alors que les rumeurs les plus noires circulaient, les PDG des sept principales sociétés du secteur avaient demandé audience à François Hollande . L'ennemi était clairement désigné : Bercy, que toutes ces prises de position agacent terriblement.

 

Deux trajectoires budgétaires opposaient les ministères de la Défense et du Budget  : quand le premier souhaitait les mêmes crédits en 2014 qu'en 2013, soit 30,1 milliards, le second fixait la barre à 29 milliards. La différence correspond à la part que l'Hôtel de Brienne doit assumer des 5 milliards d'économies à faire l'an prochain.

 

Dans la journée de jeudi, Jean-Marc Ayrault avait commencé à calmer le jeu. Il avait appelé à cesser « de nous faire peur avec des scénarios catastrophes » à propos des déclarations alarmistes sur les risques que ferait courir à la Défense une baisse brutale du budget. Le modèle d'armée qui découlera du Livre blanc de la Défense « sera conforme aux ambitions de la France, en Europe et dans le monde », avait déclaré le Premier ministre au Sénat, cité par l'AFP. Avant d'ajouter que la loi de programmation militaire « préservera l'excellence de notre industrie de défense ».


 La déclaration du président de la République va-t-elle suffire à calmer l'inquiétude générale ? Lors d'un colloque organisé mercredi par « Les Echos », le sénateur PS de la Meurthe-et-Moselle, Daniel Reiner, s'est montré très critique sur le fonctionnement de la commission du Livre blanc.

 

 

Le modèle d'armée qui découlera des travaux du nouveau Livre Blanc de la défense « sera conforme aux ambitions de la France, en Europe et dans le monde ». A savoir: « Protéger notre territoire et la population française, préserver nos forces de dissuasion dans ses deux composantes, et assurer nos capacités d'intervention, seuls ou avec nos alliés. »
 

 

« Ce n'est pas au moment où nous engageons nos forces au Mali (...) que nous allons baisser la garde. »

 
« Cessons de nous faire peur avec des scénarios catastrophe, qui n'ont jamais été sérieusement envisagés, en tout cas ni par le Président de la République, ni par moi-même, ni le ministre de la Défense. »

 

 


La Loi de programmation militaire (LPM) « sera cohérente avec le modèle d'armée que je viens d'évoquer », « elle préservera aussi l'excellence de notre industrie de défense. »

 

 


« Ce qui m'importe, c'est de bâtir le modèle d'armée de demain, cohérent avec le redressement de notre pays et avec les risques et les menaces auxquels il doit faire face. »

 

 


« Ce que la France fait au Mali, elle pourra le faire encore dans cinq ans. »

 

 


   Les conclusions du Livre blanc donneront lieu « avant l'été » à un débat devant le Parlement, appelant les parlementaires à « un dialogue serein » sur ce sujet.

 

 


Le Livre blanc sera adopté « à la fin du mois d'avril ». La LPM qui en découlera sera ensuite discuté à l'automne par le Parlement.

 

 


La défense européenne « a pris trop de retard » ces dernières années. « Il n'est pas juste que seuls deux grands pays, la Grande-Bretagne et la France, fassent tant d'efforts pour la défense, pas seulement de leur pays, mais aussi au service de l'Europe ».

 

 


source  : AFP2

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories