Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 novembre 2011 1 14 /11 /novembre /2011 08:45

http://alliancegeostrategique.org/wp-content/uploads/2011/11/cyber-security-web.jpg

 

13.11.2011 Mon Blog Defense

 

En cette période de forte tension budgétaire sur la défense, y compris aux États-Unis, les grands industriels du monde militaire, cherchant à sécuriser leurs débouchés et trouver de nouveaux relais de croissance, privilégient de plus en plus les technologies duales. C’est donc tout naturellement qu’ils se penchent sérieusement sur le cyber (mais également, dans un tout autre genre, sur le marché de l’énergie, comme le fait DCNS).

 

En témoignent les rachats, depuis quelques années, de nombreuses sociétés spécialisées par les EADS, Raytheon, BAE Systems, Lockheed Martin ou General Dynamics (voir notamment Les industriels de l’armement se tournent vers la cyberguerre).

Boeing, est, du moins en termes de marché (et pas nécessairement de capacités), un peu en retard sur ses pairs dans le domaine. L’annonce de ses résultats du troisième trimestre 2011, alors qu’elle a naturellement accordé une place importante à l’aviation commerciale, n’a quasiment pas fait état du cyber. Il monte cependant en puissance avec l’acquisition récente de plusieurs acteurs comme eXMeritus(échange sécurisé de données) et Narus (supervision de réseau), et vient d’ailleurs d’inaugurer en grande pompe un nouveau « Cyber Engagement Center ». Hasard ou coïncidence, il se trouve à une centaine de mètres de la NSA, à Fort Meade. Sa fonction première sera (avec deux autres centres déjà existants) d’assurer la sécurité du propre réseau de Boeing, l’un des plus étendus au monde, avec près de 250 000 utilisateurs répartis dans le monde. Comme celui d’autres entreprises de défense (19 entreprises de défense piratées), il est mis à rude épreuve, notamment par la faute d’utilisateurs négligents. Mais il s’agira également d’offrir une vitrine pour les clients gouvernementaux ou étrangers sur ses activités de cybersécurité, et d’aider au développements de nouveaux produits.

Comme l’indique John Hinshaw, patron de Boeing Information Solutions :

The risks to industry and government cyber security grow every second of every day. We’ve established this center to work collaboratively with our customers to help defend their critical infrastructure — as well as our own.

Si les analyses estiment les investissement américains à venir dans le cyber à plusieurs dizaines de milliards de dollars, pas sûr cependant que cela compense les coupes attendues, qui pourraient atteindre le trillion de dollars dans la décennie qui vient, comme l’indique Dennis Duilenburg, patron de la branche défense de Boeing :

D’un point de vue opérationnel, du point de vue de la productivité, nous partons du principe que ce scénario du pire va arriver. Nous adoptons notre structure de coûts pour faire face à une réduction du budget de 1.000 milliards de dollars 

Et on sent la nervosité des defense contractors aux Etats-Unis, face aux nouvelles stratégies d’acquisition de la puissance publique, qui cherche la compétitivité prix (voir par exemple US firms said considering skipping Army truck bids). En tout état de cause, la stratégie d’appui sur un mix dual militaire-civil est plus que jamais d’actualité (La tentation du civil des fleurons du militaire) afin de compenser les décalages de cycle dans les deux univers. Si l’on continue sur le cas de Boeing, alors qu’il y a environ cinq ans, la répartition était de l’ordre de 60-40 en faveur du militaire, aujourd’hui elle se situe autour du 50-50. La balance devrait pencher du côté civil dans les années à venir, notamment par le biais de la croissance des marchés commerciaux (non militaires) en Asie. Ce n’est pas pour rien que le 1000ème Boeing 777 est en cours de construction.

Le terme de « point d’inflexion » évoquée par les dirigeants de Boeing pour leur activité est certes excessif, car le cyber occupe encore une place réduite dans leur chiffre d’affaires et dans leurs investissements. Il est entendu que les technologies de l’information sont montées en puissance depuis longtemps au sein de leur offre (équipements et systèmes militaires et civils), aidées en cela par la vogue du Network Centric Warfare. Il est évident que la Transformation n’a pas porté tous les fruits espérés en termes de revenus, suite notamment à l’annulation de nombreux programmes ces dernières années. Mais alors que l’impression d’insécurité informatique s’accroît (voir par exemple la Global Information Security Survey menée par Ernst & Young), se dresse devant les industriels de l’armement un marché d’envergure mondiale, bien supérieur aux seules dépenses américaines (sur le seul segment du logiciel, il s’élève en 2010 à environ 16 G$). D’autant plus que de nombreuses voix appellent à plus de coopération entre acteurs privés et publics, y compris au sein du DoD :

The Internet has fueled advancements and opportunities in business, medicine and other spheres, said Army Gen. Keith B. Alexander, commander of U.S. Cyber Command and director of the National Security Agency on Fort Meade, Md.. However, he added, protecting networks from information theft or attack by hackers is a big job.

When you look at the vulnerabilities that we face in this area, it’s extraordinary,” Alexander said. Government and commercial networks worldwide have experienced repeated assault by hackers over the past several years, he noted.

What we see is a disturbing trend, from exploitation to disruption to destruction,” Alexander said.

DOD views cyberspace as a domain such as air, land, sea and space, the general said. New and better ways must be developed in partnership with private industry to defend the nation’s military and commercial information networks, he said.

Cependant, attention, car les structures de marchés diffèrent fortement de ceux auxquels il sont habitués, notamment en ce qui concerne la durée de vie des produits (obsolescence extrêmement rapide) et le time-to-market nécessaire pour répondre de façon réactive aux nouvelles menaces. Ce qui fait dire, de façon excessive (mais c’est parce que sa connaissance du cyberespace reste apparemment superficielle et « idéalisée »), à l’analyste financier Byron Callan, qu’il existe une opposition entre l’approche industrielle et commerciale actuelle des industriels de la défense et celle qui est nécessaire pour réussir dans le cyber :

I think cyber is still a business that gets down to individuals, as opposed to plants and facilities. It’s always a hard market. It’s not the same as visiting a factory. That’s why you talk about intellectual prowess in cyber.

Toujours est-il que la partie risque d’être acharnée, sur un secteur très éclaté et concurrentiel, face aux acteurs « traditionnels » du domaine, qu’ils soient éditeurs de logiciels, constructeurs ou prestataires de services. Ces derniers comptent bien lutter avec leurs propres armes, même s’ils n’ont pas toujours la puissance de feu des grands industriels de l’armement.

Partager cet article

commentaires

Présentation

  • : RP Defense
  • RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

  • Egypt apparently acquiring NH90 for FREMM frigate
    photo Airbus HC 01 July 2015 by defenceWeb Egypt is reportedly seeking to acquire a single NH90 multimission helicopter for its new FREMM frigate, which was transferred by DCNS to the Egyptian flag on 23 June. Navy Recognition, quoting several Middle...
  • Pirate ou corsaire ?
    Le Jolly Roger, ce drapeau pirate connu de tous, est l’un des symbole de la piraterie. Il était orné de symboles choisit par le capitaine du bateau, qui faisait ainsi passer un message : les crânes et les tibias était des symboles macabres, mais on pouvait...
  • Un MOOC à la rentrée sur les questions stratégiques
    23.06.2015 Par Olivier Berger, grand reporter à La Voix du Nord - Defense Globale La mode est au MOOC (Massive Open Online Course), une nouvelle façon moderne et puissante de diffuser la connaissance. Le Conservatoire national des arts et méters (CNAM)...
  • La fin d’une longue et intense formation à Arlon (Belgique)
    Photos : Jurgen Braekevelt – MIL.be 01/07/2015 Stijn Verboven – MIL.be L’instruction des nouveaux officiers et sous-officiers destinés aux brigades légère et médiane s’est achevée à Arlon. Le 30 juin 2015, après dix mois de cours intensifs théoriques...
  • 9e BIMa: le général Labuze prend le commandement et s'envole pour Bamako
    01.07.2015 par Philippe Chapleau – Lignes de Défense La 9e BIMa est depuis ce matin aux ordres du général de brigade François Labuze. Saint-cyrien de la promotion "Cadets de la France libre" (1985-1988), le général Labuze est de l’arme des Troupes de...
  • Quai d'Orsay/Défense : le match qui inquiète les industriels
    Les ministères des Affaires étrangères et de la Défense se livrent une compétition en Arabie Saoudite pour gagner des contrats - photo Elysée 30/06/2015 Michel Cabirol – LaTribune.fr Les relations entre les ministères de la Défense et des Affaires étrangères...
  • Liban : Entraînement conjoint avec les sapeurs libanais
    photo EMA / Armée de Terre 01/07/2015 Sources : État-major des armées Le 8 juin 2015, les sapeurs de la FCR (Force Commander Reserve) ont accueilli pour une semaine leurs homologues des Forces Armées Libanaises au sein du camp de Dayr Kifa. Après deux...
  • The British Army trains 31 Egyptian Army officers on EOD
    01 July 2015 by defenceWeb On 17 June 31 Egyptian Army officers from the Egyptian Explosive Ordinance Disposal Brigade completed an intensive two week Counter Improvised Explosive Device Search training package in the United Kingdom run by the UK’s Explosive...
  • Histoire d'applis: de la lutte américaine contre Daesh au concept français de "smart base"
    27.06.2015 par Philippe Chapleau - Lignes de Défense Lu dans DefenseOne.com (voir ici ) cet article sur le projet de recourir à des applis civiles "militarisées". Ces applications nouvelles développées par la JIEDDO (à l'image de Skype et FaceTime) permettraient...
  • Quand l'USAF externalise pour 5 milliards de dollars de prestations
    26.06.2015 par Philippe Chapleau - Lignes de Défense L'AFCAP (pour Air Force Contract Augmentation Program) numéro IV (ce programme date de 1997 et l'appel d'offres pour le programme IV a été lancé en mars 2014. Voir ici ) a été attribué hier aux sociétés...