Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
29 mars 2012 4 29 /03 /mars /2012 07:45

2011ecpa383p001_022.jpg

 

28/03/2012 Ministère de la Défense

 

Le Centre de formation à l’appui aérien, unité de l'armée de l'air basée à Nancy, forme environ quatre-vingts contrôleurs aériens avancés par an, spécialistes du guidage aérien selon les normes de l’Otan. Les stagiaires sont issus des trois armées, mais aussi de la Bundeswehr.

 

« Nous sommes deux véhicules verts et nous nous apprêtons à bouger. J’aimerais que vous regardiez plus loin sur la route afin de savoir où nous allons rencontrer l’informateur, lance à la radio, en anglais, l’un des hommes du convoi.

 

– C’est dégagé mais… je vois une voiture à 200 mètres, leur répond le pilote survolant la zone.

 

– Contact, contact. Nous sommes sous le feu », alerte le transmetteur au sol. L’homme et son coéquipier, les yeux tournés vers le ciel, guident alors l’aéronef.

 

Nous sommes en Bourgogne. Les militaires, l’un français, l’autre allemand, sont en passe de devenir des FAC (Forward Air Controllers, contrôleurs aériens avancés). Trois lettres pour définir une mission complexe : la gestion et l’intégration des appuis aériens dans les manœuvres terrestres. Avions de chasse, artillerie, hélicoptères de combat, drones… Les FAC doivent coordonner l’action de tous les acteurs dans leur zone d’opération. Ce sont eux qui délivreront l’autorisation ultime d’ouverture du feu.

 

mirage-2000-d-photo-AAir.jpg

 

Une formation accréditée OTAN

 

Cet entraînement, après un volet théorique de deux semaines et plusieurs séances de simulateur, achève la formation de 6 semaines. En France, seul le Centre de formation à l’appui aérien (CFAA), unité de l'armée de l'air située sur la base de Nancy-Ochey, est habilité à instruire les FAC, spécialistes du Close Air Support (ou appui aérien rapproché). Cette unité, qui dépend du commandement des forces aériennes, forme des FAC issus des trois armées et des forces spéciales. Un tiers d’entre eux sont allemands. En août 2011, le CFAA s’est vu renouveler son accréditation Otan pour deux ans. « Ce label garantit que les personnels sont formés selon des normes exigeantes qui les préparent au déploiement en milieu coalisé, notamment en Afghanistan, souligne le lieutenant-colonel Aribaud, commandant du CFAA. Chaque année, nous recevons en moyenne 4 promotions de 18 stagiaires FAC. »

 

Une nouvelle fois, l’équipe demande un appui aérien. Tandis que le lieutenant de la Luftwaffe communique un cap d’attaque à l’avion, le maréchal des logis M. entre en contact avec le poste de commandement. À cet instant, sa principale préoccupation consiste à déterminer la position des troupes amies et des populations civiles, afin d’éviter à tout prix dommages collatéraux et tirs fratricides. « Ça semble bien dégagé. Pour l’instant, on fixe l’ennemi » résume le soldat français.

 

En opération, un FAC n’agit jamais seul : il fait obligatoirement partie d’un TACP (Tactical Air Control Party), dont l’effectif peut varier de 6 à 10 personnes, et qui compte également un extracteur de coordonnées, un opérateur laser, un spécialiste en télécommunications, un groupe assurant la sécurité du dispositif et parfois un auxiliaire sanitaire. Pendant cette phase d’entraînement, les stagiaires doivent enchaîner une vingtaine de guidages, de jour comme de nuit.

 

2011ecpa383p001_059.jpg

 

« Tally target ! »

 

Retour sur le terrain. Un groupe expérimente le récepteur vidéo Rover, installé dans un 4x4. Grâce à cet outil, l’opérateur au sol peut recevoir et exploiter en temps réel les images filmées par la nacelle de désignation laser de l’aéronef. Le FAC a repéré un dépôt de munitions. Il doit maintenant amener le chasseur sur l’objectif, jusqu’à entendre le fameux « tally target », confirmation que le pilote à la cible en visuel.

 

Au même moment, sous une tente, 3 hommes sont initiés au CAS numérique. Avec ce nouveau dispositif, les échanges d’informations entre pilotes et contrôleurs aériens se font aussi par le biais d’un ordinateur relié à un GPS, à des jumelles de télémétrie et à une radio multifréquence. Ce système permet de réduire les erreurs de compréhension et les délais de transmission.

 

2011ecpa383p001_028.jpg

 

Le personnel navigant en stage a vocation à armer des postes de contrôleurs tactiques air (CTA), insérés dans les structures de commandement. Il s’agit de FAC expérimentés dont la mission consiste à coordonner l’action des différents contrôleurs aériens déployés. Cette spécialité nécessite un enseignement supplémentaire qui est dispensé au centre. Aujourd’hui en France, 220 FAC conseillent sur l’emploi des moyens aériens et apportent un appui feu de précision aux unités terrestres déployées en opération.

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories