Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 juin 2012 4 07 /06 /juin /2012 12:25

QE Class Nov 2010 (c) ACA source bmt.org

 

7 juin 2012 par Romain Mielcarek - ActuDéfense

 

Dans une interview accordée au site Defenseiq, Geoff Searle, directeur du programme de porte-avions de classe Queen Elizabeth, donne quelques nouvelles du géant de la Royal Navy. Au programme, le point sur le calendrier, sur les avions embarqués et sur l’impact économique pour les Grands Bretons.

 

Le Queen Elizabeth est attendu pour 2016 et le Prince of Wales pour 2018.

 

A la mi-mai, les premiers morceaux du puzzle étaient déjà assemblés dans les chantiers de Rosyth. Le porte-avions HMS Queen Elizabeth est déjà un beau bébé de quelques 13 000 tonnes qui n’en est pourtant qu’à la première de ses trois phases d’assemblage. Pendant ce temps, le petit frère, le HMS Prince of Wales, voit ses premiers éléments entrer en phase de construction. Geoff Searle, le directeur du programme, se dit optimiste malgré les multiples rebondissements de ces derniers mois : calendrier et budget devraient être tenus.

 

Les deux porte-avions géants de la Royal Navy ont en effet été au coeur des débats ces derniers temps. Alors que le ministère de la Défense britannique cherche à contrôler (couper ?) ses budgets, une réflexion a été entamée sur les aéronefs à embarquer. Une version catapultée du F-35 (F-35C) a en effet été envisagée en remplacement de celle à décollage court et appontage vertical (F-35B). Cette dernière, initialement prévue, sera finalement maintenue. Si elle offre un meilleur potentiel en matière d’autonomie comme d’armement, revenir en arrière coûterait trop cher. Pour le Queen Elizabeth, cela ne change pas grand chose puisque les décideurs avaient déjà décidé de le maintenir sous ce format.

 

Cela ne pose pas de grands changements en matière d’assemblage : le bâtiments peut accueillir aussi bien les éléments nécessaires à la mise en oeuvre de F-35B que de F-35C. Il y aurait évidemment un surcoût à l’installation des catapultes nécessaires à ce dernier. Mais cette mesure serait indispensable pour un travail simplifié avec la marine américaine et surtout, avec la française. Pour mémoire, Londres a renoncé au maintien de ces deux porte-aéronefs et dès la mise à flot du Prince of Wales, le Queen Elisabeth devrait prendre sa retraite et être rapidement proposé à la vente.

 

Revenir en arrière coûterait en effet une fortune : annuler le contrat aurait demandé de payer des pénalités aux industriels pour un montant de 3,5 milliards de livres. En attendant, la construction du Queen Elizabeth fait travailler 300 entreprises britanniques et 10 000 personnes. Pour l’industrie maritime, c’est inespéré. Reste que tout cela ne semble pas laisser présager grand chose de nouveau pour un éventuel rapprochement entre Paris et Londres pour ce qui est de partager un éventuel porte-avions.

Partager cet article

Repost 0
Published by RP Defense - dans Europe
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : RP Defense
  • RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories