Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
16 novembre 2011 3 16 /11 /novembre /2011 20:20

http://www.marianne2.fr/blogsecretdefense/photo/art/default/941431-1117196.jpg?v=1321464549

Photo (DR) : Louis Gallois

 

16Novembre 2011 - Jean-Dominique Merchet

 

L'annonce, faite dimanche 13 novembre, que les Emirats arabes unis (EAU) s'interessent à l'Eurofighter et pourraient le mettre en concurrence avec le Rafale a fait l'effet d'une bombe lors de l'ouverture du salon aéronautique de Dubaï.

 

Louis Gallois, PDG d'EADS, l'a appris par la presse en arrivant au Salon... Or, EADS est l'un des deux constructeurs de l'avion de combat européen avec le britannique BAe. Pourtant, selon nos informations, l'affaire s'était engagée depuis près d'un mois, à l'occasion de la visite du Premier ministre britannique David Cameron, aux Emirats, le 19 octobre. Le dirigeant britannique avait pris son baton de pélerin pour aller plaider la cause de l'avion en s'appuyant sur sa participation récente aux opérations en Libye. Le ministre de la défense des EAU, cheikh Mohammed ben Zayed, a alors exprimé son intérêt, dans le but faire pression sur les Français, dans le cadre des négociations très dures pour l'achat de 60 Rafale.

 

David Cameron a alors informé BAe, le constructeur britannique de l'Eurofigher... qui s'est bien gardé d'en parler, dans un premier temps, à EADS. Au sein du consortium Eurofighter Gmbh, les Britanniques sont en charge des discussions avec les pays du Golfe quand les Allemands sont, par exemple, en charge de l'Inde.

 

Mis devant le fait accompli, le PDG du groupe franco-allemand a expliqué, mardi dans le Financial Times, que son groupe préparait "une offre sérieuse" pour répondre aux EAU.

 

Au risque, pour lui, d'écorner sérieusement son image d'industriel patriote, en jouant contre le Rafale - un avion qui incarne le savoir-faire de l'ensemble de l'industrie aéronautique française.

 

Commentaire : Dans cette affaire, la position de Louis Gallois est tout simplement... impossible à tenir. On ne peut pas être le PDG français d'une entreprise franco-allemande qui fabrique  et vend le concurrent du Rafale, dont on sait l'importance stratégique pour la France. La contradiction était connue : elle vient d'éclater - avec la colère des autorités françaises - au grand jour. Situation inconfortable pour un homme qui doit quitter son poste en juillet 2012.

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories