Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
21 décembre 2012 5 21 /12 /décembre /2012 07:55

thales-logo-lg

 

21/12 Par Alain Ruello - lesEchos

 

Patrice Caine a fait son entrée au « comex » suite à la nomination du nouveau PDG.

 

Son titre exact n'est pas encore arrêté, mais, pour ceux qui en doutent, Patrice Caine est l'homme qui monte chez Thales. Celui qui n'est aujourd'hui « que » responsable des systèmes de protection d'infrastructure et de réseaux a été convié hier à participer au premier « comex » de l'ère Lévy, alors même qu'il ne faisait pas partie du saint des saints jusque-là.

 

La réunion s'est déroulée sous la forme d'un déjeuner, dans la foulée du conseil d'administration qui a vu Luc Vigneron céder les rênes du groupe d'électronique de défense et de sécurité à Jean-Bernard Lévy. En invitant Patrice Caine, l'ancien patron de Vivendi a montré de manière très claire qu'il entend lui confier un rôle important.

 

Secrétaire général ? Responsable de l'international ? DRH, voire numéro deux, comme certains l'imaginent ? Officiellement, Thales se contente de présenter l'intéressé comme « un homme clef » de la future organisation. Sans doute pour ne pas trop froisser les barons en place, dont deux étaient candidats au poste de PDG, Pascale Sourisse et Reynald Seznec.

 

Au sein du ministère de la Défense, on se montre moins pudique en évoquant un « tandem » Lévy-Caine. En clair : le second s'affiche comme le bras droit du nouveau PDG. Quant à l'intitulé de sa future carte de visite, on verra . « Jean-Bernard Lévy a été désigné PDG, charge à lui de monter son équipe, une fois qu'il aura une idée précise du fonctionnement du groupe. Si on commence à lui dicter son casting… », tempère-t-on dans l'entourage de Dassault, l'actionnaire industriel de référence de Thales.

 

« Une très bonne vision »

 

X-Mines, très jeune - il aura quarante-trois ans en janvier -, ancien du cabinet Fabius à Bercy, où il a notamment supervisé le dossier Areva, Patrice Caine semble faire l'unanimité autour de lui. Il a intégré Thales en 2002, pour s'occuper de stratégie. A cette occasion, il a négocié l'entrée au capital de DCNS. A compter de 2008, il a pris des responsabilités opérationnelles, dans la division radars en particulier. «  Il est doté d'une très bonne vision, excellent manager, très humain et à l'écoute, sachant rattraper des situations difficiles  », estime Gilbert Brokmann, délégué CFE-CGC. Excusez du peu !

 

Les autres syndicats de Thales ne seront peut-être pas aussi laudateurs, mais ils apprécieront sans doute que Jean-Bernard Lévy s'adosse à un très bon connaisseur de la boutique. D'autant qu'ils n'ont pas tardé à faire passer leurs messages. Ayant obtenu l'éviction de Luc Vigneron, l'intersyndicale a demandé dès hier au nouveau PDG d'instaurer un moratoire sur toutes les transformations engagées par son prédécesseur : plan d'économies Probasis, mise en place des services partagés, cessions d'actifs… Surtout, ils réclament la nomination d'un DRH à part entière, la fonction étant actuellement confiée au responsable des opérations. Une décision qui avait entraîné la rupture définitive avec Luc Vigneron.

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories