Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 octobre 2013 2 01 /10 /octobre /2013 20:35
Corée du Nord : le patron du Pentagone monte au front

01/10/2013 Par Sébastien Falletti – LeFigaro.fr

 

Alors que la péninsule est en proie à de nouvelles tensions, Chuck Hagel a réaffirmé le soutien des États-Unis à leur allié sud-coréen.

 

«Ici, il n'y a aucune marge d'erreur possible.» Casquette de baseball vissée sur la tête, blouson de l'US Army sur le dos, Chuck Hagel scrute les soldats nord-coréens, à quelques mètres de l'autre côté de la ligne de démarcation. Un inquiétant parfum de guerre froide flotte toujours sur les barbelés de la DMZ (zone démilitarisée) intercoréenne, où les deux Corées se font face, l'arme à la main, depuis soixante ans. Le chef du Pentagone a choisi Panmunjom -«l'endroit le plus effrayant de la terre», selon Bill Clinton- pour réaffirmer la détermination américaine à défendre son allié sud-coréen face au régime de Kim Jong-un, à l'heure où un nouveau cycle de tension menace. «C'est probablement le seul endroit au monde où nous avons en permanence un risque de confrontation, où les deux camps se font face les yeux dans les yeux», a dramatisé Hagel, en démarrant lundi sa première visite en terre coréenne.

 

Nouveaux signes de tension

Après la timide détente entrevue depuis juin, au lendemain de la crise du printemps, les signes d'un nouveau raidissement s'accumulent sur la péninsule. Pyongyang semble avoir relancé son réacteur atomique de Yongbyon, capable de produire du plutonium depuis fin août et Washington refuse de revenir à la table des pourparlers à six, en dépit des efforts diplomatiques chinois. Quelques jours après la réouverture du parc industriel de Kaesong, Kim infligeait un camouflet à la présidente sud-coréenne, Park Geun-hye, en repoussant les retrouvailles de familles séparées prévues le 25 septembre, une priorité du Sud. Déjà, les experts redoutent une nouvelle surenchère atomique du Nord pour forcer la main de l'Administration Obama. «Je m'attends à ce qu'ils fassent connaître leurs progrès sur le site de Yongbyon, par exemple en invitant des experts sur place afin d'accentuer la pression» explique Joshua Pollack, conseiller du gouvernement américain, spécialiste du programme nord-coréen à la Science Applications International Corporation.

 

Système antimissile régional

Face à la menace, Séoul appelle l'Oncle Sam à la rescousse. Le ministre de la Défense Kim Kwan-jin a demandé à Hagel de repousser le transfert du commandement des opérations militaires en temps de guerre (OPCON), prévu en 2015. Il estime que son armée de 640 .000 hommes n'est pas encore prête à diriger la coalition alliée et les 28.500 GI sur place en cas de conflit. Hagel ne devrait pas trancher ce dossier sensible lors de cette visite, mais le chef du Pentagone jouera les VRP de l'industrie américaine pour convaincre Séoul de rejoindre son système antimissile régional. Un enjeu stratégique dépassant la péninsule, avec en ligne de mire la montée en puissance chinoise.

Depuis le bombardement nord-coréen de l'île de Yeonpyeong en novembre 2010, Séoul a cassé sa tirelire au grand profit de l'industrie américaine. Après l'achat de trente-six hélicoptères Apache, le fidèle allié a ouvert la porte la semaine dernière au coûteux chasseur F35 de Lockheed Martin, après avoir écarté le F15 de Boeing, jugé pas assez furtif. Un mois auparavant, Séoul avait éliminé le Typhoon d'Eurofighter, rappelant que la Corée du Sud reste une chasse gardée américaine.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : RP Defense
  • RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories