Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 septembre 2013 7 22 /09 /septembre /2013 11:20
Les Etats-Unis ont frôlé la catastrophe nucléaire en 1961

Un B-52 transportant des bombes à hydrogène au-dessus de la côte est américaine s'est disloqué en janvier 1961. Deux bombes 260 fois plus puissantes que celle d'Hiroshima sont tombées, dont l'une a failli exploser en Caroline du Nord.

 

21/09/2013 Par M.S - lexpress.fr

 

Le Guardian révèle qu'une bombe atomique 260 fois plus puissante que celle utilisée à Hiroshima a failli exploser en Caroline du Nord, en janvier 1961. Elle aurait pu changer la face de la côte est américaine.

 

Elle s'appelle MK 39 Mod 2. Son nom n'est sans doute connu que des initiés en matière d'armement, mais il aurait pu faire le tour des Unes de la presse mondiale. Car elle aurait pu changer la face de la côte est des Etats-Unis. MK 39 Mod 2 (également surnommée W39) est une bombe atomique américaine. Et Washington, Baltimore, Philadelphie et New York auraient pu être touchées, lors d'un largage accidentel survenu en janvier 1961, révèlait Le Guardian vendredi. 

 

Nous sommes en janvier 1961. Un bombardier B-52 décolle de la base Seymour Johnson pour effectuer un vol de routine le long de la côte est des Etats-Unis. A son bord, des bombes Mark 39 à hydrogène, dont la puissance est équivalente à 260 fois celle de la bombe nucléaire utilisée à Hiroshima. Mais l'appareil se disloque en vol, laissant échapper deux bombes au-dessus de Goldsboro, d'après un rapport déclassifié auquel un journaliste du quotidien britannique a eu accès. 

 

Et l'une des deux bombes, utilisées par les Etats-Unis dans les années 1960, tombe alors dans un champ de Caroline du Nord, se comportant exactement comme si elle avait été larguée de façon intentionnelle, malgré les mécanismes de sécurité. C'est grâce à un simple interrupteur à faible voltage que la catastrophe a été évitée de justesse. 

 

Dans le rapport intitulé "Goldsboro revisité, ou comment j'ai appris à me méfier de la bombe H" - en référence du sous-titre du film Docteur Folamour -, un ingénieur aux laboratoires nationaux de Sandia chargés de la sécurité mécanique de l'arsenal nucléaire, écrit que trois des quatre dispositifs sensés empêcher une mise à feu accidentelle n'ont pas fonctionné correctement. 

 

Les autorités américaines ont toujours nié que l'arsenal nucléaire national ait jamais menacé des vies américaines. Même lors de l'épisode de Goldsboro, qui avait alimenté les spéculations. Pour le journaliste du Guardian, cependant, "si la bombe avait explosé, des retombées mortelles auraient pu affecter Washington, Baltimore, Philadelphie et même New York plus au nord. Des millions de vies auraient été mises en danger."

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : RP Defense
  • RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories