Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
11 juillet 2013 4 11 /07 /juillet /2013 17:45
Les contingents africains du Mali défilent sur les Champs-Elysées

11.07.2013 par P. CHAPLEAU Lignes de Défense

 

Il y a trois ans, des contingents africains avaient défilé sur les Champs-Elysés. Cette année, l’ouverture du défilé à pied mettra à l’honneur des forces africaines et françaises ayant pris part à l’intervention au Mali.

 

Un détachement de l’armée malienne avec 64 soldats et des détachements de la Mission internationale de soutien au Mali (MISMA) seront du défilé. Neuf soldats par pays et les emblèmes nationaux du Bénin, de la Côte d’Ivoire, de la Guinée, du Niger, de la Sierra Léone, du Burkina Faso, du Ghana, du Libéria, du Nigéria, du Sénégal, du Tchad et du Togo, ouvriront le défilé.

 

Ils seront suivis par un détachement de 55 Casques bleus représentant la Mission des Nations unies au Mali (MINUSMA).

Partager cet article

Repost0
11 juillet 2013 4 11 /07 /juillet /2013 12:55
Répétition du 9 juillet 2013 au-dessus de l'Arc de Triomphe

Répétition du 9 juillet 2013 au-dessus de l'Arc de Triomphe

11/07/2013 Ltt Alexandra Lesur-Tambuté - Armée de l'air

 

Le 9 juillet 2013, la dernière répétition du défilé aérien du 14 Juillet s’est déroulée à Paris, au-dessus des Champs-Élysées.

Un A400M, un Rafale et un Eurofighter allemand lors des répétitions à Paris

Un A400M, un Rafale et un Eurofighter allemand lors des répétitions à Paris

Pour cette ultime répétition, leader et Deputy (remplaçant) de chaque patrouille ont obligatoirement réalisé un passage au-dessus des Champs-Élysées. À 15h30, les plus chanceux ont pu ainsi voir passer la première partie du défilé aérien composée d’avions de chasse et de transport. Parmi eux notamment, le futur avion de transport tactique de l’armée de l’air, l’A400M Atlas. Mais aussi, plusieurs Rafale, Mirage, ravitailleurs C135, ou encore des avions étrangers tels qu’un C130 Hercules danois. Une heure après, c’était au tour des voilures tournantes d’effectuer un passage dans le ciel parisien avec des hélicoptères de l’armée de l’air, de l’armée de terre, de la marine nationale, de la gendarmerie et de la sécurité civile.

 

Le CDAOA à la tête du défilé aérien

 

Au sein du poste de commandement de conduite et de coordination (P3C) dissimulé sous une tente blanche au-dessus de l’Arc de Triomphe, le général Jean Borel, jusqu’alors directeur du défilé aérien, a laissé les commandes au général Thierry Caspar-Fille-Lambie, commandant de la défense aérienne et des opérations aériennes (CDAOA). En effet, le général Borel sera finalement intégré au défilé à pied, au sein d’un dispositif mettant à l’honneur les troupes engagées dans l’opération Serval, au Mali. Le général Caspar-Fille-Lambie est ainsi, pour la deuxième année consécutive, directeur du défilé. Au cours de l’entraînement, son œil expert a vérifié l’alignement, le respect de l’axe et du timing de chaque formation, donnant ainsi les dernières consignes si nécessaire.

 

Les bases aériennes prêtes 

 

Tous les aéronefs mobilisés pour le défilé aérien du 14 Juillet sont déjà positionnés sur les bases aériennes périphériques à la capitale. Ainsi, Villacoublay, Creil et Évreux ont dès à présent accueilli la majorité des équipages. Tout est définitivement prêt pour le 14 Juillet.

 

Le lieutenant Anthony Marchand, pilote du Casa "Deputy"

Le lieutenant Anthony Marchand, pilote du Casa "Deputy"

Le lieutenant Anthony Marchand aux commandes 

 

 Le lieutenant Anthony Marchand, pilote de Casa à l’escadron de transport 1/62 «Vercors» de Creil, a participé à cette dernière répétition du 14 Juillet, au-dessus de Paris. Impressions.

 

Après un briefing des trois équipages Casa, mené par le leader de la patrouille, le commandant Cédric Abriat, Anthony a rejoint son avion. Concentré, il finalise sa préparation en cabine. Fermeture de la porte, une dernière check-list, et les moteurs sont mis en marche.

 

14h45 locales, les trois Casa décollent à tour de rôle de la base aérienne 110 de Creil. Une vingtaine de minutes après, les trois transporteurs intègrent le circuit H. « Paradoxalement, nous étions plus nombreux dans notre couloir d’attente par rapport à la répétition à Châteaudun,  les trois Transall, l’Atlantique 2 de la marine nationale et l’Hercules danois étant présents », confie Anthony. À bord de l’avion du Deputy (remplaçant) l’attente d’autorisation de passage se fait ressentir alors que les équipages patientent à des altitudes différentes. En réalisant des hippodromes dans leur circuit d’attente, le lieutenant Marchand semble impatient de concrétiser ce vol en patrouille, une manœuvre singulière pour leur avion de transport. 

L'équipe leader de la formation Casa

L'équipe leader de la formation Casa

« Étoile » annonce alors le « top ». Instantanément, le commandant Abriat calcule l’heure à laquelle la patrouille Casa doit survoler les Champs-Élysées. « De notre côté, le commandant Arnaud Kauffmann, (second du Vercors et pour l’occasion co-pilote expérimenté) réalise les même calculs en concertation avec le leader, sur une fréquence interpatrouille, raconte le jeune pilote de Casa. En tant que Deputy, nous devons être capables d’assurer le rôle du Casa n°1 en cas de problème technique de cet avion».

 

7’20’’ après le passage d’Athos, le leader de la Patrouille de France, à la verticale des tribunes présidentielles, c’est au tour des trois Casa de s’élancer. Progressivement, les aéronefs se rapprochent des tours de la Défense. Légèrement sur la droite, la Tour Eiffel semble à portée de main.   Les trois Casa survolent alors, à seulement quelques mètres, l’Arc de Triomphe assailli par les touristes venus admirer le ballet aérien. « Au-dessus de Paris, nous profitons de l’espace qui nous est réservé exceptionnellement », avoue Anthony. Un moment où la concentration est optimale pour seulement quelques secondes de précision.

 

Les tribunes présidentielles à peine passées, les trois Casa repartent vers Creil. L’occasion pour eux de réaliser une manœuvre en cas de mauvaises conditions météorologiques. «Nous avons été pris en compte par les contrôleurs aériens de Roissy-Charles de Gaulle, explique le lieutenant Marchand. La formation est remontée à 3 000 pieds et s’est dispatchée pour un retour individuel jusqu’à notre base». À l’escadron, les pilotes s’assurent de la bonne réalisation de leur passage. Un avis conforté par le directeur du défilé aérien, le lendemain.

 

Serein, le lieutenant Marchand se prépare d’ores et déjà pour améliorer encore ce résultat le jour du 14 Juillet. «Nous pouvons toujours mieux faire, il faudra prolonger notre alignement même après le passage des tribunes». Une seule crainte cependant pour le pilote, l’impondérable problème technique.

Formation Casa

Formation Casa

Partager cet article

Repost0
10 juillet 2013 3 10 /07 /juillet /2013 07:55
14 juillet: hommage à nos soldats blessés et tués

09/07/2013 Capitaine Flora Cantin

 

Lors de la fête nationale du 14 juillet, les familles des morts au combat, les blessés et leurs proches sont invités à participer aux différentes cérémonies et activités. C’est l’occasion pour la France de les honorer, de se souvenir de ceux qui ne défileront pas, qui ont donné leur vie ou qui souffrent au quotidien des blessures subies au service de leur pays.

14 juillet: hommage à nos soldats blessés et tués

Fin 2004, le bombardement du camp français de Bouaké en Côte d’Ivoire fait 9 morts et une quarantaine de blessés parmi la force Licorne. Un plan Hommage est mis en place pour prendre en charge les soldats tués, blessés ainsi que leurs proches. Quatre ans plus tard, 10 soldats français meurent au combat dans l’embuscade d’Uzbeen, en Afghanistan. Le plan Hommage prend une nouvelle forme. Validé en 2009, il répond à la nécessité de mettre en place un dispositif d’honneurs aux défunts et de solidarité vis-à-vis de leurs familles. Il structure les diverses cérémonies (familiale, militaire, nationale) lors du rapatriement des dépouilles de soldats morts en opérations depuis ces quatre dernières années. C’est aussi une procédure administrative et financière d’urgence déclenchée sur décision du ministre de la Défense.

14 juillet: hommage à nos soldats blessés et tués

Ce mode opératoire exceptionnel est mis en place pour régler les rigidités administratives : déblocage et engagement de fonds, autorisations d’embarquement de civils dans des aéronefs de la Défense, etc. Si le plan Hommage a été activé pour les soldats français morts en Afghanistan depuis 2001 ou encore au Mali à partir de janvier 2013, il a également été mis en œuvre lors de la mort, par noyade, du caporal Julien Giffard, survenue en Guyane en 2010 dans le cadre de l’opération Harpie. Il en a été de même pour l’adjudant-chef Stéphane Moralia et le sergent Sébastien Pissot, assassinés par des orpailleurs illégaux en Guyane. « Le plan Hommage est déclenché pour tous les soldats tombés, quelque soit la nature de la mission à laquelle ils participaient. Il n’y a pas de distinction particulière », explique le colonel Brulon, conseiller communication du gouverneur militaire de Paris.

14 juillet: hommage à nos soldats blessés et tués

Lors de la fête nationale du 14 juillet, les familles des morts au combat, les blessés et leurs proches sont invités à participer aux cérémonies. C’est l’occasion de les honorer, sur les Champs-Elysées d’abord, où ils assistent au défilé dans une tribune face à celle du président de la République qui vient les saluer, puis lors de la traditionnelle réception des défilants à l’Hôtel de Brienne. Ils sont également reçus par le chef d’état-major de l’armée de Terre et par le gouverneur militaire de Paris lors d’autres réceptions.

Partager cet article

Repost0
9 juillet 2013 2 09 /07 /juillet /2013 17:50
BFA 14 juillet - Crédits ADC F. Chesneau SIRPA Terre

BFA 14 juillet - Crédits ADC F. Chesneau SIRPA Terre

09/07/2013 Laura Bataille - Armée de Terre

 

Le 22 janvier 1963, le général de Gaulle et le chancelier allemand Adenauer signaient le traité de l’Elysée, marquant ainsi le début de la réconciliation entre les deux peuples entrés en conflit à trois reprises.  En 2013, cinquante ans après cette signature symbolique, la brigade franco-allemande (BFA), qui œuvre pour la défense européenne, participe au défilé du 14 juillet.

 

Destiné à sceller l’amitié entre la France et l’Allemagne, le traité de l'Élysée est devenu le symbole de la coopération entre ces deux pays. C’est pourquoi, pour son cinquantième anniversaire, il est à l’honneur lors de l’événement national. Pour cela, des unités allemandes et françaises, qui appartiennent à la BFA, sont présentes lors du défilé.

 

La BFA, emblème de la coopération militaire

 

Cette brigade, créée le 2 octobre 1989, est née de la volonté de montrer que les relations franco-allemandes pouvaient s’étendre au domaine militaire. Elle répond aux quatre principes fondateurs du traité de l’Elysée : réconciliation, solidarité, amitié et coopération. Composée de 4 800 hommes et femmes, elle a, entre autre, permis des progrès considérables en matière d’armement et d’harmonisation des méthodes et des modes d’action. Cette brigade consacre l’engagement pour la paix et l’amitié de leurs peuples et de l’Europe.

 

Présente sur les Champs-Elysées pour le 14 juillet, la brigade défile à pied (3e régiment de hussards, Jagerbataillon 292 et bataillon de commandement et de soutien) et les aéronefs allemands survolent les Champs-Elysées lors des défilés aériens d’ouverture et de clôture (Typhoon et Tigre).

Partager cet article

Repost0
6 juillet 2013 6 06 /07 /juillet /2013 11:24
14 juillet : une armée d’avant-garde, fière de son histoire

05/07/2013 Capitaine Flora Cantin

 

« Une armée d’avant-garde, fière de son histoire » est le thème du défilé du 14 juillet 2013. Fête nationale, c’est aussi un grand rendez-vous entre les français et leur armée.

« Pour moi, le défilé du 14 juillet représente une tradition. Il est aussi un moment unique pour approcher de près le matériel militaire qu’on ne croise pas tous les jours », explique Paul, 26 ans. Eléonore, 38 ans, reprend : « c’est un hymne aux armées, une reconnaissance du travail effectué. En plus, ils sont beaux à regarder ! » conclut-elle.

Aujourd’hui, le défilé du 14 juillet revêt une dimension internationale. « Il mettra en avant l’engagement opérationnel et la modernité de notre défense.  Cette année est aussi riche en anniversaires  d’unités qui seront mises à l’honneur», indique le colonel Brulon, conseiller communication du gouverneur militaire de Paris.

Dès janvier 2013, la France a montré sa capacité à réagir efficacement sur le territoire malien face à l’avancé des islamistes. Les soldats français ont mené des opérations de lutte contre le terrorisme aux côtés des soldats maliens permettant le déploiement de la mission internationale de soutien au Mali (MISMA) et de la mission de formation de l’union Européenne au Mali (EUTM).

De la place de l’Etoile à la celle de la Concorde, des détachements africains de la MISMA et de la mission des nations unies pour la stabilisation au Mali (MINUSMA) ouvriront le défilé à pied, suivis par près de 400 militaires français engagés dans l’opération Serval. 

Pour le 50ème anniversaire du traité de l’Elysée, la brigade franco-allemande, qui œuvre pour la défense européenne, sera mise à l’honneur.

Depuis le 1er juillet 2013, la Croatie est le 28ème état membre de l’Union Européenne (UE). La France, membre fondateur de l’UE, a souhaité célébrer cet événement avec la présence de militaires croates dans le défilé.

L’accent sera également mis sur les nouveaux matériels comme l’A400M et la part considérable accordée à la préparation opérationnelle des forces, avant projection.

A partir du lundi 8 juillet 2013, retrouvez les actualités autour du 14 juillet dans notre dossier.

Partager cet article

Repost0
1 juillet 2013 1 01 /07 /juillet /2013 15:55
Pour tout savoir sur le 14 juillet et le défilé parisien

30.06.2013 par P. CHAPLEAU Linges de Défense

 

Pour découvrir le déroulement du défilé et les unités qui y prendront part, cliquer ICI.

 

Pour résumer, quelques chiffres: 58 aéronefs (45 air, 6 marine nationale, 7 étrangers) 4823 personnels à pied 241 chevaux 82 motos 265 véhicules 35 hélicoptères (19 ALAT, 6 air, 4 marine, 3 Gendarmerie, 3 Sécurité civile, 1 étranger)...

Partager cet article

Repost0
28 juin 2013 5 28 /06 /juin /2013 11:55
Atterrissage du Rafale Marine - photo Armée de l'air Nicolas-Singier

Atterrissage du Rafale Marine - photo Armée de l'air Nicolas-Singier

28/06/20 Par lefigaro.fr

 

VIDÉO - Les économies de plusieurs centaines de milliers d'euros vont modifier l'organisation de la parade militaire.

 

Temps de crise oblige: le défilé du 14 Juillet va réduire ses coûts cette année, tout en essayant de ne pas décevoir le public. «Comme tous nos concitoyens, nous faisons attention à nos dépenses», justifie le gouverneur militaire de Paris, le général Hervé Charpentier. Une économie de l'ordre de 10% à 15%, entre 400.000 et 600.000 euros est attendue par rapport à l'année dernière. En 2012, le défilé à coûté environ 4 millions d'euros à la Défense, notamment en frais d'acheminement du matériel.

Le 14 juillet au matin, quelque 4800 hommes et femmes sont tout de même attendus sur les Champs-Élysées. La défilé motorisé rassemblera près de 265 véhicules - soit 35% de moins qu'en 2012 -, à quoi s'ajoutent 58 avions et 35 hélicoptères - ce qui représente une baisse de 12% par rapport à l'an passé. Pour limiter les coûts sans appauvrir le défilé, seuls les véhicules opérationnels et les équipement les plus modernes des armées seront présentés: l'hélicoptère Tigre, le système lance-missiles sol-air Mamba, et surtout l'A400M, le nouvel avion de transport militaire d'Airbus.

 

Le Mali à l'honneur

L'opération française Serval au Mali sera à l'honneur cette année. Une soixantaine de soldats maliens accompagnés d'un détachement de casques bleus de la Minusma, qui prendra ses fonctions début juillet au Mali, défileront aux côtés de militaires français dont les unités ont été engagées sur ce théâtre d'opérations. L'Europe de la défense, que la France tente de relancer, sera également représentée, avec une unité de la Brigade franco-allemande. Plusieurs appareils allemands, belges et danois, participeront au défilé aérien. La présence d'un détachement de l'armée croate marquera l'entrée de la Croatie début juillet dans l'Union européenne.

Le défilé du 14-Juillet sera en outre l'occasion de nombreuses commémorations, dont le 50e anniversaire du Traité de l'Élysée ou le 60e anniversaire de la Patrouille de France. L'an dernier, un parachutiste, le lieutenant Jean-Michel Poulet, qui effectuait un saut devant la tribune présidentielle en clôture du défilé, s'était blessé à l'atterrissage. Il sera cette année dans les tribunes.

Partager cet article

Repost0
27 juin 2013 4 27 /06 /juin /2013 07:55
Formation ravitailleur, Rafale, Mirage F1

Formation ravitailleur, Rafale, Mirage F1

26/06/2013 Ltt Alexandra Lesur-Tambuté - Armée de l'air

 

Mardi 25 juin 2013, la première répétition du défilé aérien du 14 Juillet a été organisée sur la base aérienne 279 de Châteaudun. Un passage des aéronefs dans des conditions dignes du Jour J.

 

Chaque année, un entraînement au défilé aérien du 14 Juillet est organisé sur la base aérienne 279 de Châteaudun au plus proche des conditions parisiennes. « Ici, les circuits d’attente et  l’axe de la piste  sont positionnés exactement comme au 14 Juillet », explique le général Jean-Jacques Borel, chef d’état-major du commandement de la défense aérienne et des opérations aériennes, directeur du défilé aérien. Tout le dispositif est au plus près de celui établi à Paris ».  Sur place, une tente abritant le poste de commandement, de conduite et de coordination (P3C) a été installée. Ce même poste que l’on retrouvera au sommet de l’Arc de Triomphe le jour de la fête nationale. S'y trouveront plusieurs contrôleurs aériens et pilotes dont le capitaine Pierre Coudray, plus connu pour cet événement sous l’indicatif radio « Étoile ».

 

43 aéronefs et 20 hélicoptères en entraînement

 

Pour cette répétition, une grande partie du dispositif aérien prévu pour le 14 Juillet a fait le déplacement. Au total, ce sont 43 avions (sur 53) dont chaque leader de plot et 20 hélicoptères qui ont réalisé un passage au-dessus de la piste de Châteaudun. Même l’A 400M est venu répéter. «  Notre objectif est de vérifier la tenue des formations et le respect du timing », confie le lieutenant-colonel Nicolas Berjon, coordinateur du défilé aérien. Positionnés en bout de piste, comme en tribune présidentielle, le général  Borel et les officiers projet vont alors contrôler chacun des passages.

Le poste de commandement, de conduite et de coordination (P3C)

Le poste de commandement, de conduite et de coordination (P3C)

Formation Ravitailleur C135, deux Rafale et deux Mirage

Formation Ravitailleur C135, deux Rafale et deux Mirage

Top départ à 11h03 et 30s

 

«Étoile » annonce le top départ à 11h03 et 30 secondes. Chaque patrouille calcule alors son temps de passage en respectant un écart de 30 secondes entre chaque formation. « La difficulté repose sur le fait qu’à Châteaudun tous les aéronefs ne pouvaient pas se poser », souligne le général Borel. « Les transporteurs ont rejoint les axes d’attente depuis leurs bases aériennes tandis que les autres ont décollé de Châteaudun. »  Après la première partie du défilé aérien, les hélicoptères ont, quant à eux, décollé et réalisé la deuxième partie du défilé à 11h45.

 

Débriefing précis

 

À la fin de cette répétition grandeur nature,  chaque leader (chasse, hélicoptère et petit aéronef) s’est posé sur la piste pour un débriefing du défilé revu à la loupe. Les leaders des formations transport se sont posés sur les bases alentour avant de rejoindre en véhicule la BA 279. « Bravo », a souligné le général Borel. « Dans l’ensemble, cette répétition s’est bien déroulée malgré quelques petits détails à corriger pour atteindre la perfection visée ». Cette répétition étant filmée, les pilotes ont pu voir leurs positions et prendre en compte les quelques remarques annoncées par l’officier projet. Le prochain rendez-vous est fixé au 9 juillet, cette fois-ci sur les Champs-Élysées avec la présence indispensable des leaders et Deputy (remplaçant) de chaque formation.

Contrôle du passage des aéronefs par le directeur du défilé aérien

Contrôle du passage des aéronefs par le directeur du défilé aérien

Débriefing des leaders de patrouille

Débriefing des leaders de patrouille

Suivez la préparation d’un pilote de Casa

 

 Pilote de CN 235 Casa à l’escadron de transport 1/62 « Vercors » de Creil,  le sous-lieutenant Anthony Marchand va participer à son premier défilé aérien, à l’occasion du 14 Juillet. Après une première étape de sa préparation réalisée à Villacoublay, il nous embarque à bord de son avion pour sa répétition à Châteaudun.

 

 Pour la répétition à Châteaudun, la formation composée de trois Casa est partie directement de la base de Creil. « Nous ne pouvons pas nous poser sur la base aérienne 279, explique le sous-lieutenant Anthony Marchand. Nous avons décollé à 9 h 40 locales de notre base et rejoint en basse altitude la zone règlementée temporaire (ZRT)  créée pour l’occasion ».Cette ZRT est indispensable pour éviter le passage d’autres aéronefs lors de l’entraînement.

 

Avant le top « départ », les aéronefs rejoignent les circuits d’attentes qui leur sont consacrés. « Pour les Casa, nous étions regroupés avec les autres transporteurs, Hercules et Transall, dans un même circuit », ajoute le pilote.  « Étoile » annonce alors l’heure de passage, le H1, comme on dit. « Dès lors, le leader de notre patrouille fait le calcul pour savoir très exactement à quel moment nous devons quitter l’attente, explique Anthony. Nous sommes les derniers de notre box à devoir passer, seulement 30 secondes après les Transall et en même temps, nous devons être 30 secondes devant les Xingu situés dans un autre circuit d’attente ».

 

Le temps d’un passage, d’un seul essai,  et les Casa repartent déjà à Creil. Malgré le trafic aérien conséquent et une radio à utiliser au minimum, Anthony a manœuvré habilement. Au débriefing, la formation Casa est dite « symétrique », aucun ailier n’étant trop écarté par rapport au leader. Et le timing a été respecté. Situé à gauche du Casa leader, le sous-lieutenant Marchand est plutôt satisfait. Il avoue cependant en toute humilité « Ce n’est pas encore parfait, il faut qu’on affine notre travail et nos positions par rapport au leader pour le meilleur passage possible le Jour J».

Formation des trois Casa pour la répétition de Châteaudun

Formation des trois Casa pour la répétition de Châteaudun

Partager cet article

Repost0
26 juin 2013 3 26 /06 /juin /2013 13:33
photo Armée de l'Air

photo Armée de l'Air

26 juin 2013 AIRetCOSMOS

Le premier entraînement au défilé aérien du 14 juillet 2013 s'est tenu mardi 25 juin sur la base 279 de Châteaudin.

Partager cet article

Repost0
10 juin 2013 1 10 /06 /juin /2013 07:45
Les soldats de la MISMA et du Mali aux côtés de ceux de Serval sur les Champs-Elysées

09.06.2013 par P. CHAPLEAU Lignes de Défense

 

Petite phrase de François Hollande, cet après-midi à Tulle alors qu'il rencontrait des soldats de Brive-la-Gaillarde de retour du Mali: "Le 14 juillet, une partie du 126e RI sera appelé à défiler sur les Champs. J'ai invité les armées de la MISMA, et des représentants de l'armée malienne."

Le 3 mai, dans un post, j'avais annoncé la présence de soldats africains. Puisque c'est désormais présidentiellement confirmé, les communicants vont pouvoir communiquer.

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories