Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
27 octobre 2015 2 27 /10 /octobre /2015 17:50
Le NRF16 Battlegroup s’entraîne et est observé de près lors de l’exercice Active Trip organisé en vue de l’accréditation OTAN Combat Readiness - Photo: Jürgen Braekevelt

Le NRF16 Battlegroup s’entraîne et est observé de près lors de l’exercice Active Trip organisé en vue de l’accréditation OTAN Combat Readiness - Photo: Jürgen Braekevelt

 

21/10/2015 Guillaume François - MIL.be

 

Le Battlegroup belge pour la NATO Response Force 2016, dont le 2e Bataillon de Commandos constitue la charpente, a réalisé avec brio l'accréditation Combat Readiness de l'OTAN. Avec quelques centaines d'autres militaires belges issus des quatre composantes de la Défense, ses membres entreront en action ce 21 octobre au sein de l'immense exercice OTAN Trident Juncture.

 

La Belgique, avec des navires, des troupes d'élite, un détachement d'hélicoptères et des véhicules de combat va pourvoir intégrer la Nato Response Force 2016, la force de « réaction rapide à haut niveau de préparation » de l'Alliance atlantique.

 

Un peu moins de mille soldats belges commenceront l'entraînement lors de l'exercice Trident Juncture se déroulant d'octobre à novembre 2015. Il s'agit du plus grand exercice militaire organisé par l'OTAN depuis 2002 : 36 000 soldats de plus de 30 nations seront sur le pied de guerre pour démontrer que cette force de réaction cadre bien avec les défis sécuritaires présents à nos frontières.

 

En préparation depuis des années déjà, le scénario de toutes les actions qui auront lieu en Espagne, au Portugal et en Italie comporte 4 000 pages ! Après cet ultime test pour l'OTAN, le battle group belge sera donc en standby pour la NRF 16.

 

En cas de crise majeure, les commandos belges du 2e Bataillon de Flawinne seront intégrés à la toute nouvelle brigade « fer de lance » (5 000 hommes) et devront être prêts en à peine cinq jours. D'autres unités belges devront alors suivre le mouvement pour fournir les appuis nécessaires (génie et logistique par exemple).

 

Avec un tel degré de préparation et de rapidité, l'Alliance s'adapte ainsi aux nouveaux défis sécuritaires du 21e siècle.

 

Suivez l'exercice Trident Juncture sur Twitter (#TJ15) ou Facebook.

Partager cet article

Repost0
10 septembre 2015 4 10 /09 /septembre /2015 10:50
Photos : Jürgen Braekevelt – MIL.be

Photos : Jürgen Braekevelt – MIL.be

 

09/09/2015 Virginie Flawinne –MIL.be

 

Le groupement tactique mené par le 2 Bataillon de Commandos a effectué la prise de l'aérodrome de Saint-Hubert le mardi 8 septembre. Les militaires ont progressé toute la nuit jusqu'à l'objectif qu'ils ont attaqué le matin. Après sécurisation et acheminement du matériel nécessaire sur la nouvelle base, le battle group sera fin prêt à stabiliser la région comme lors d'un engagement au sein de la Force de réaction rapide de l'OTAN (NATO Response Force ou NRF).

Photos : Jürgen Braekevelt – MIL.bePhotos : Jürgen Braekevelt – MIL.bePhotos : Jürgen Braekevelt – MIL.be
Photos : Jürgen Braekevelt – MIL.bePhotos : Jürgen Braekevelt – MIL.bePhotos : Jürgen Braekevelt – MIL.be

Photos : Jürgen Braekevelt – MIL.be

Après l'infiltration par C-130 de tout le groupement tactique le lundi 7 septembre à Bertrix et une progression nocturne de 35 km, l'attaque a été menée le mardi matin sur l'aérodrome de Saint-Hubert, tombé aux mains de l'ennemi. Les quelque huit cents soldats sous le commandement du 2 Bataillon de Commandos de Flawinne ont rapidement pris le dessus. « Le site est complexe car les distances sont importantes et les insurgés disposent de véhicules », explique le chef de corps, le lieutenant-colonel Vincent Pierard, qui vient de terminer l'attaque avec ses hommes.

 

Malgré quelques blessés légers pris directement en charge sous le feu, le groupement, qui fera partie de la NRF en 2016, a démontré son professionnalisme. « Ce n'est pas parfait car nous comptons quelques blessés légers », avoue un para-commando « mais l'attaque s'est bien déroulée et nous poursuivrons la sécurisation jusqu'au déminage par le Génie et l'arrivée de l'ensemble des moyens. »

 

Une colonne de véhicules ainsi que du matériel transporté par voies aériennes ont rejoint le battle group dans le courant de l'après-midi. Dès ce mercredi, les troupes se mettront en mouvement depuis leur nouvelle base pour stabiliser la région.

 

Vidéo : DG Com

Partager cet article

Repost0
26 novembre 2014 3 26 /11 /novembre /2014 12:50
Photos : Daniel Orban – MIL.be

Photos : Daniel Orban – MIL.be

 

21.11.2014 Liesbeth Bardyn – MIL.be

 

Dans les communes d’Harelbeke et de Wevelgem, la Brigade légère maîtrisait des preneurs d’otages et effectuait un atterrissage d’assaut ce 20 novembre. Cette démonstration de force s’inscrivait dans l’exercice d’évacuation Storm Tide et se déroulait sous les yeux de notre roi, de notre ministre et de notre chef de la Défense.

 

Trois avions de transport C-130 atterrissent, l’un après l’autre, à l’aéroport de Wevelgem en Flandre occidentale. Tandis que les moteurs tournent encore à plein régime, la trappe arrière s’ouvre, laissant échapper des militaires et des véhicules sur la piste. Par cette simulation de prise d’aéroport, la Brigade légère a donné un aperçu de ses capacités au roi, au chef de la Défense et au ministre de la Défense. « Pour nous, c’est une belle occasion de rencontrer le roi », souligne le premier sergent Clément Empilius du 2 Bataillon de Commandos. « Ainsi, il peut se rendre compte de notre entraînement quotidien et de notre travail. »

 

Plus tard, les para-commandos ont investi le stade de football d’Harelbeke. Leur but : libérer les otages et les emmener en lieux sûrs. Tout s’est passé rapidement et avec efficacité. Les ravisseurs ont été neutralisés en cinq minutes et les civils ont pu être évacués en hélicoptère NH90. « Voici nos nouveaux mortiers de 60 mm et nos armes de précision », explique le lieutenant-colonel Bart Verbist au roi Philippe. « Nous montrons au roi et aux autres autorités nos capacités mais également notre matériel », déclare-t-il. « Ainsi, le nouveau ministre connaît les avoirs du département. »

La Brigade légère sur Storm TideLa Brigade légère sur Storm TideLa Brigade légère sur Storm Tide
La Brigade légère sur Storm TideLa Brigade légère sur Storm TideLa Brigade légère sur Storm Tide

L’exercice Storm Tide a duré cinq jours et se termine le 21 novembre. La Brigade légère a pu tester en finalité un grand nombre de procédures utiles à l’évacuation de civils retenus dans une région en crise. « Durant l’exercice, nous avons pu mettre en œuvre des moyens aériens et pouvions compter sur une collaboration internationale comprenant des Britanniques et des Allemands », conclut le lieutenant-colonel Verbist.

Vidéo: DG COM

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories