Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
8 septembre 2016 4 08 /09 /septembre /2016 12:45
photo Armée de l'Air

photo Armée de l'Air


8 sept. 2016  par CEAM

 

Le CEAM et le 25ème RGA travaillent au posé de l’Atlas sur terrain sommaire à Madama

L’EMATT, du CEAM, a été mandatée en juillet 2015 par l’EMAA pour expérimenter l’Atlas sur terrains sommaires afin qu’il soit employable sur ces terrains, dans des conditions acceptables de sécurité, en définissant un cadre d’emploi adapté, et garantissant une préservation optimale de l’intégrité de l’avion, de son équipage, de ses passagers et des matériels transportés.

Des méthodes de travail précises…
Il s’agit ici d’évaluer l’A400M sur terrains sommaires, selon une méthode incrémentale. Dans un premier temps, l’équipe de marque réalise l’expérimentation sur un terrain, à haut CBR (le California Bearing Ratio mesure la résistance de la piste) de jour, puis de nuit. Pour l’A400M, la méthode de mesure de résistance d’une piste est le CBR4, qui a l’avantage d’être utilisé par de nombreuses nations. Dans un deuxième temps, l’expérimentation se déroule sur une piste présentant des conditions de sécurité acceptables permettant l’accès facile et sûr aux personnels au sol.
C’est pour cela que le terrain de Madama a été choisi, du 24 au 31 août 2016, remplissant toutes ces conditions et présentant, de surcroit, l’avantage d’être entretenu au quotidien par les équipes du 25e RGA.

Affaire à suivre…

Repost 0
16 octobre 2015 5 16 /10 /octobre /2015 07:55
photo Armée de Terre

photo Armée de Terre

 

15/10/2015 armée de Terre

 

Le 10 octobre 2015, le général d’armée Jean-Pierre Bosser, chef d’Etat-major de l’armée de Terre (CEMAT), s’est rendu à Istres pour rencontrer les sapeurs du 25e régiment du génie de l’air (25e RGA). L’occasion pour le CEMAT de rappeler l’importance des personnels de l’armée de Terre placés pour emploi auprès d’autres armées.

 

Héritier des compagnies de l’aérostation militaire, le 25e régiment du génie de l’air est une unité de l’armée de Terre employée par l’armée de l’Air.  Comme l’explique son chef de corps, le colonel Yann Latil, « c’est un régiment qui met à disposition de l’armée de l’Air les infrastructures dont elle a besoin, qui expertise ses pistes et qui valide les terrains de posés sommaires dans la nature ». Des conditions de travail difficiles auxquelles fut confronté le régiment lors de ses dernières projections au Tchad, au Niger ou lors de l’opération SANGARIS.

 

A l’issue des tables catégorielles et de la présentation des savoir-faire du régiment, le CEMAT n’a pas manqué de souligner les qualités opérationnelles des sapeurs tout en rappelant son attachement au personnel de l’armée de Terre employé et missionné par d’autres armées.

Repost 0
5 octobre 2015 1 05 /10 /octobre /2015 21:30
photo EMA / Armée de l'Air

photo EMA / Armée de l'Air

 

05/10/2015 Sources : Etat-major des armées

 

Une équipe du 25ème Régiment du génie de l’Air (RGA) est déployée depuis plusieurs jours sur la base aérienne projetée en Jordanie afin de mener une mission d’expertise. Leur mission est d’évaluer les capacités d’accueil de la plateforme aéronautique (piste, taxiway et aires de stationnement avion).

 

Concrètement, les experts doivent s’assurer que la plateforme aéronautique de la base aérienne projetée en Jordanie est suffisamment robuste et en bon état pour accueillir en toute sécurité les différents types d’aéronefs, qu’il s’agisse d’avions de chasse ou de transport. Pour cela, les spécialistes procèdent notamment à des carottages, c’est-à-dire à des prélèvements d’échantillons dans le sol, et utilisent des matériels capables de sonder et d’apprécier la qualité des différentes couches du sol. Deux dessinateurs confirmés font partie de l’équipe déployée. Ils sont spécialisés en conception et dessin assisté par ordinateur. Leur tâche est de modéliser le terrain et fournir des plans précis (en 2Det 3D) qui constitueront des outils essentiels d’aide à la décision. Ils utilisent pour cela un GPS extrêmement perfectionné permettant la prise de mesures topographiques.

 

Suite de l’article

photo EMA / Armée de l'Air

photo EMA / Armée de l'Air

Repost 0
16 septembre 2015 3 16 /09 /septembre /2015 07:56
Relève des Puma de l'armée de l'air par ceux de l'armée de terre à Madama - photo Armée de l'Air

Relève des Puma de l'armée de l'air par ceux de l'armée de terre à Madama - photo Armée de l'Air

 

15/09/2015 Sources : Commandement des forces aériennes

 

Après 15 mois de présence sur le sol africain, les deux Puma de l’escadron d’hélicoptères (EH) 1/67 «Pyrénées»  sont rentrés en métropole lundi 14 septembre 2015. C’est la fin d’une épopée particulièrement intense pour les équipages Puma de la base aérienne de Cazaux.

 

Arrivés lundi à bord d’un Antonov 124 sur la base aérienne de Mont-de-Marsan, les deux hélicoptères Puma de l’EH «Pyrénées» engagés dans l’opération Barkhane rejoindront Cazaux après leur remise en condition opérationnelle. Le théâtre compte encore des hélicoptères Caracal et une vingtaine d’aviateurs du 1/67.

 

Précurseurs en autonome au nord Niger

Le 18 juin 2014, les deux machines et un détachement d’une vingtaine d’aviateurs de l’escadron (pilotes, mécaniciens navigants, mécaniciens) arrivent à N’Djamena au Tchad, avant d’être déployés quatre mois plus tard au nord Niger. Ils opèrent au sein de la force Barkhane pour lutter contre les groupes armés terroristes dans la bande sahélo-saharienne (BSS).

Placé sous le contrôle tactique du groupement tactique désert Est (GTD-Est), le détachement hélicoptères Air (DETHM Air) soutient d’abord la première phase de présence de la force au nord Niger en s’établissant en précurseur et de manière autonome sur l’aérodrome de Dirkou, seule piste d’atterrissage sur le plateau du Djado. Au fur et à mesure que les convois logistiques arrivent, les voilures tournantes œuvrent en appui des unités du génie notamment, qui, plus au nord, débutent quelques semaines plus tard les travaux pour réhabiliter une piste aéronautique. Les hommes du 25e régiment du génie de l’air (25e RGA) ont ainsi fait surgir du désert une base avancée temporaire au pied du fort de Madama, à une centaine de kilomètres au sud de la frontière libyenne (voir encadré). En attendant la construction d’infrastructures capables d’accueillir des avions de transport tactique, le Puma constitue alors l’unique moyen d’assurer les évacuations aéromédicalisées (AeroMedevac) des militaires. Il est également un outil indispensable pour répondre au défi logistique de l’isolement du site de Madama pour les forces armées.

 

Des opérations aéroterrestres d’envergure

Une fois la piste aéronautique mise en service à Madama début décembre 2014, le DETHM Air s’installe sur ce nouveau site pour appuyer les opérations militaires du GTD-Est. Il s’agit principalement de perturber les flux logistiques des groupes armés terroristes dans la zone. Missions logistiques de dépannage, appui-feu (le Puma est équipé d’un canon de 20 mm en sabord), interception de mobiles, AeroMedevac, reconnaissance, aérolargage... Le détachement de l’armée de l’air apporte un panel de capacités indispensables sur le théâtre et participe à des opérations aéroterrestres d’envergure. Par ailleurs, certaines d’entre elles ont nécessité le déploiement en totale autonomie du module héliporté en plein désert, au plus près des troupes au sol, dans des conditions particulièrement éprouvantes tant pour le personnel que pour le matériel.

 

Au bilan, l’action dans la durée

Au final, sept mandats se sont succédé pendant 15 mois dans la BSS, totalisant pas moins de 470 missions de guerre et plus de 800 heures de vol. Ces chiffres mettent en exergue la ténacité des hommes et des femmes du «Pyrénées», équipages et mécaniciens, qui ont œuvré dans un environnement particulièrement rustique. Malgré des conditions climatiques extrêmes (chaleur et tempêtes de sable) et l’absence de locaux adaptés pour la maintenance aéronautique durant les six premiers mois, la disponibilité des aéronefs au plus haut niveau souligne l’excellence du soutien technique et de la logistique des matériels techniques.

Le théâtre nigérien aura mis à rude épreuve aussi bien les machines que les hommes qui les servent. Mais ce bilan démontre surtout une capacité d’adaptation hors du commun des forces aériennes, capables d’accomplir leurs missions et de s’inscrire dans la durée, dans cette région isolée qui compte parmi les plus arides du monde.

 

photo Armée de l'Airphoto Armée de l'Air
photo Armée de l'Air

photo Armée de l'Air

Le 25e RGA à la manœuvre

 

Dans le cadre du déploiement des Puma sur Madama, c’est le 25e régiment du génie de l’air (25e RGA) qui a eu pour mission de réaliser des aires de stationnement et des accès piste.

Ces travaux d’envergure, indispensables à la conduite des opérations militaires en BSS, consistaient à créer de toutes pièces une plateforme de 75 000 m² et deux surfaces béton de 800 m² afin d’accueillir des structures métallo-textiles pour la maintenance des aéronefs.

Fortement contraint par les conditions météorologiques éprouvantes, le groupe travaux du génie de l’air, grâce à ses moyens de terrassement et de production béton autonome, a travaillé durant six semaines, jour et nuit pour respecter les échéances.

Repost 0
14 septembre 2015 1 14 /09 /septembre /2015 11:45
photo Armée de l'Air

photo Armée de l'Air

 

14/09/2015 Armée de l'air

 

Durant un mois, le C160 Transall de l’escadron de transport 50 « Réunion » a effectué neuf rotations sur l’île d’Europa, située à quatre heures de vol de l’île de La Réunion, pour y projeter des engins du 25ème régiment du génie de l’air.

 

L’arrivée du Casa 235 en juin 2015 au sein de l’escadron de transport (ET) 50 « Réunion » a nécessité la remise en état du terrain d’aviation d’Europa, une des cinq îles éparses composant le 5ème district des terres australes et antarctiques françaises. Pour ce faire, des engins, du matériel et du personnel spécialisés du 25ème régiment du génie de l’air (RGA) ont été projetés grâce au dernier Transall encore présent sur l’île de La Réunion. Neuf rotations ont été effectuées au-dessus de l’île d’Europa pour transporter ces matériels spécifiques encombrants. Pour obtenir une capacité de chargement optimale, il a fallu réaménager la soute : démontage des rails d’arrimage, chemins de roulement et dépose des sièges ont permis d’alléger l’appareil. Ainsi, le Transall a pu transporter en une fois jusqu’à neuf tonnes de matériel aussi varié que des bulldozer, des niveleuses, des tracteurs et autres servitudes nécessaires aux importants travaux qui attendent le détachement du 25ème RGA déjà présent sur place.

 

Suite de l’article

photo Armée de l'Air

photo Armée de l'Air

Repost 0
19 juin 2015 5 19 /06 /juin /2015 07:45
photo D. Geffroy - FFDj

photo D. Geffroy - FFDj

 

18/06/2015 Sources : Etat-major des armées

 

Le 15 juin 2015, le directeur de la direction d’infrastructure de la Défense de Djibouti (DID), l’ingénieur en chef de 1e classe Brissaud, a remis officiellement au commandant du détachement de l’aviation légère de l’armée de Terre (DETALAT), le lieutenant-colonel Moreau de Bellaing, la zone de stationnement d’hélicoptères rénovée, en présence du commandant de la base aérienne 188, du chef de corps du 5e régiment interarmes d’outre-mer et du directeur de la société COLAS.

 

A l’occasion d’une étude technique à Djibouti, le 25e régiment du génie de l’air (RGA) avait recommandé la mise aux normes des plots de l’ALAT. La DID a conçu le projet pour livrer une zone de stationnement aux normes hélicoptères de manœuvre NH90. Après six mois de chantier, cinq plots ont ainsi été réalisés incluant des coffrets de mise à la terre et des anneaux d’ancrage afin d’assurer la sécurité des hélicoptères.

 

Cette opération peut sembler simple d’exécution mais elle est en réalité complexe. Le chantier combine une double compétence route enrobée et béton hydraulique. Il a nécessité 4 phases de travaux : démolition des dalles de béton existantes, travaux de terrassement et fondation, réalisation de dalles en béton aux normes NH90 et confection des parties revêtues en béton bitumeux à chaud.

 

En définitive, le véritable défi a été de concilier réalisation d’un chantier et activités opérationnelles aéronautiques. L’opération a été un succès.

photo D. Geffroy - FFDj

photo D. Geffroy - FFDj

En conformité avec le traité de coopération de défense signé en 2011 avec la République de Djibouti, les FFDj constituent une base opérationnelle avancée en Afrique de l’Est. A ce titre, elles participent au dispositif militaire français prépositionné permettant de disposer d’un réservoir de forces pouvant être projetées rapidement en cas de crise. Par ailleurs, dans le cadre de leurs activités de coopération opérationnelle, les Forces françaises stationnées à Djibouti soutiennent leurs partenaires africains dans le renforcement de leurs capacités militaires et dans le maintien de leur aptitude à participer aux opérations de maintien de la paix. Plusieurs fois par an, les FFDj participent ainsi à la formation de militaires africains dont les pays ont des accords bilatéraux avec la France.

photo D. Geffroy - FFDj

photo D. Geffroy - FFDj

Repost 0
29 avril 2015 3 29 /04 /avril /2015 10:50
photo Armée de Terre

photo Armée de Terre

 

28/04/2015 Armée de Terre

 

Du 17 au 22 avril, la 4e compagnie du 25e régiment du génie de l’air (25e RGA) a effectué son contrôle opérationnel sur l’ancienne base aérienne canadienne de Vouziers-Séchault, dans les Ardennes.

 

Régiment de l’armée de Terre, le 25e RGA dispose d’une formation opérationnelle de l’armée de l’Air. Ces sapeurs ont notamment pour mission de permettre à l’armée de l’Air d’utiliser les pistes et zones aéroportuaires à l’étranger. La spécificité de ce régiment réside en effet dans le rétablissement du maintien en condition opérationnelle des infrastructures aéroportuaires françaises ou étrangères. Ce régiment peut ainsi rétablir ou créer des pistes en béton, latérite et autres matériaux dont il dispose.

 

L’exercice, qui s’est tenu jour et nuit et qui visait à réparer la piste semée de pièges à retardement pour permettre l’atterrissage sans encombre d’un A400M, s’est déroulé en présence d’une cinquantaine de sapeurs de l’armée britannique. Il avait pour but de certifier la capacité opérationnelle de la 4e compagnie du 25e RGA.

Repost 0
26 mars 2015 4 26 /03 /mars /2015 15:45
Les officiers français en poste sur la nouvelle BOA de Madama sont invités par le commandant nigérien Ousseini à visiter le vieux fort des méharistes de Madama

Les officiers français en poste sur la nouvelle BOA de Madama sont invités par le commandant nigérien Ousseini à visiter le vieux fort des méharistes de Madama

 

26.03.2015 par Thomas Goisque

 

Opération Barkhane. Aux côtés des soldats nigériens, les légionnaires français du 2e REP luttent contre les islamistes aux confins d’un territoire plus vaste que l’Europe. Une traque incessante de la Mauritanie au Tchad en passant par le Mali, le Burkina Faso et le Niger.

 

Au milieu du Sahara non loin des frontières libyenne et algérienne, le vieux fort méhariste de Madama a retrouvé un rôle stratégique tandis que les unités du Génie construisent à quelques encablures une nouvelle Base Opérationnelle Avancée et une piste d’atterrissage en latérite.

 

Un reportage exclusif à découvrir ce week-end dans le Figaro-Magazine et dès aujourd’hui sur le site internet.

 

Accéder directement au reportage

La 1ere compagnie du 2e REP (Régiment Etranger de Parachutiste) et un peloton du 1e RHP (Régiment de Hussards Parachutiste) au rassemblement du matin à Madama

La 1ere compagnie du 2e REP (Régiment Etranger de Parachutiste) et un peloton du 1e RHP (Régiment de Hussards Parachutiste) au rassemblement du matin à Madama

Repost 0
21 mars 2015 6 21 /03 /mars /2015 12:55
Préparation opérationnelle annuelle pour les unités d’appui au déploiement

 

20/03/2015 Armée de l'air

 

Du 23 février au 12 mars 2015, 430 militaires de toutes les unités de la brigade aérienne d’appui à la manœuvre aérienne (BAAMA) se sont réunis pour la première fois au camp régimentaire de la Courtine pour leur exercice annuel de préparation opérationnelle.

 

Cet entraînement était l’occasion pour le 25e régiment du génie de l’air (25e RGA), le groupement aérien d’appui aux opérations (GAAO), le groupement aérien des installations aéronautiques (GAIA) et le groupement tactique des systèmes d’information et de communication aéronautiques (GTSICAéro) d’améliorer leur savoir-faire « combattant » (toutes unités) et « sapeur » (25e RGA).

 

Cette année, la priorité de l’exercice a été donnée à l’instruction sur le tir de combat (IST-C FAMAS et PA), à l’instruction sauvetage au combat, à l’aguerrissement au travers d’activités de groupe et à la révision des fondamentaux du soldat.

 

Visite du commandant de la BAAMA

 

Préparation opérationnelle annuelle pour les unités d’appui au déploiement

Lundi 9 mars 2015, le général Bruno Maurice, commandant la BAAMA, est venu assister au rallye de fin de séjour au lac Vassivière, près du camp de la Courtine. Le rallye de fin de séjour est un moment important dans le camp. Il permet d’évaluer le niveau d’instruction atteint par les hommes, en parcourant 45 kilomètres sur deux jours, dont 14 en nocturne.

 

Lors de cette visite, le colonel  Stéphane Bajard, chef de corps du 25e RGA, et le lieutenant-colonel Pierre Briy, commandant le GAAO, ont notamment présenté au général les ateliers explosifs et techniques d’interventions opérationnelles rapprochées (TIOR).

Repost 0
4 mars 2015 3 04 /03 /mars /2015 08:45
Opération Barkhane : l’appui au déploiement

 

03/03/2015 Sources : EMA

 

Le 25e régiment du génie de l’air (25e RGA), est présent depuis janvier 2013 à Niamey au Niger dans le cadre de l’opération Barkhane. Il est chargé de la réalisation et du maintien en condition des plateformes aéronautiques de protection du détachement air (DETAIR).

 

Sa mission est de réaliser les travaux de réfection du taxiway militaire, de remettre en état le parking avion de la base aérienne nigérienne, de créer un plot temporaire pour le Boeing C135, ainsi que quatre plots définitifs dédiés aux avions de transport tactiques (ATT).

 

Les unités d’appui au déploiement (UAD) produisent des capacités opérationnelles au profit du système de combat de l’armée de l’air : la base aérienne. Ainsi, le 25e RGA assure l’infrastructure horizontale (pistes et aires aéronautiques). Parmi les autres UAD, le groupement aérien d’appui aux opérations (GAAO) est en charge de l’infrastructure verticale (installations opérationnelles, eau, électricité…) et le groupement tactique des systèmes d’information et de communications aéronautiques (GTSICAéro) est garant de l’infrastructure SIC pour assurer les liaisons opérationnelles intrathéâtre et vers la métropole.

 

Pour en savoir plus sur ce sujet, ne manquez pas le numéro de mars 2015 d’Air actualités. Il vous propose un dossier complet sur les unités d’appui au déploiement.

Opération Barkhane : l’appui au déploiementOpération Barkhane : l’appui au déploiement
Repost 0
3 mars 2015 2 03 /03 /mars /2015 17:55
En piste avec le génie de l'air


3 mars 2015 Armée de l'Air

 

Pour toutes les opérations aériennes demandant une projection, le 25 Régiment de l'Air est sollicité. Cette unité de l'Armée de l'Air, composée de sapeurs de l'armée de terre, est spécialiste des plateformes aéronautiques. Topographes, géomètres, conducteurs d'engins préparent l'arrivée des aéronefs. Que ce soit pour construire, rénover ou expertiser une piste, ils amènent leurs compétences dans toutes les situations.

Repost 0
2 mars 2015 1 02 /03 /mars /2015 19:45
Opération Barkhane : Le SLC de Niamey, le maitre d’œuvre du DETAIR

 

02/03/2015 Sources : État-major des armées

 

Le 25e régiment du génie de l’air (25e RGA), est présent depuis janvier 2013 à Niamey au Niger dans le cadre de l’opération Barkhane. Il est chargé de la réalisation et du maintien en condition des plateformes aéronautiques de protection du Détachement air (DETAIR).

 

Sa mission est de réaliser les travaux de réfection du taxiway militaire, la remise en état du parking avion de la base aérienne nigérienne, la création d’un plot temporaire pour le Boeing C135, ainsi que la création des quatre plots définitifs dédiés aux avions de transport tactiques (ATT). Ces actions s’inscrivent dans le Service local constructeur (SLC) du détachement air de Niamey, qui conduit et réalise les opérations d’infrastructure au profit de du théâtre nigérien ainsi que sur d’autres détachements de l’opération Barkhane.

 

Le SLC dépend du Service d’infrastructure de la Défense (SID), un organisme interarmées qui est le référent ministériel dans les domaines de la construction, de la maintenance immobilière, de la gestion domaniale et de l’énergie aussi bien sur le sol national qu’à l’étranger. Sur le DETAIR de Niamey, l’équipe du SLC compte une dizaine de militaires, parmi lesquels on retrouve des conducteurs de travaux et des spécialistes infrastructure casernement qui s’occupent des réparations et des dépannages ainsi qu’un dessinateur de plans.

 

Depuis le début d’année 2015, d’importants projets ont été finalisés et livrés par le SLC, notamment la zone de détachement de transit interarmées aérien (DETIA), avec ses deux hangars et sa structure métallo-textile, qui permettent le transit du personnel et des matériels lors des périodes de relèves majeures. Le deuxième bâtiment «vie » pouvant accueillir une soixantaine de personnes, et inauguré le 2 janvier 2015 par le ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian, a également été livré au cours de ce mandat.

 

L’opération Barkhane regroupe 3 000 militaires dont la mission, en partenariat avec les pays du G5 Sahel, consiste à lutter contre les groupes armés terroristes pouvant agir dans la bande sahélo-saharienne.

Opération Barkhane : Le SLC de Niamey, le maitre d’œuvre du DETAIROpération Barkhane : Le SLC de Niamey, le maitre d’œuvre du DETAIR
Opération Barkhane : Le SLC de Niamey, le maitre d’œuvre du DETAIR
Repost 0
2 mars 2015 1 02 /03 /mars /2015 17:45
Sangaris: relevés topographiques à Bambari


27 févr. 2015 Ministère de la Défense

 

Opération Sangaris, février 2015
Des sapeurs du 25e régiment du génie de l'air effectuent des relevés topographiques dans le cadre de la réhabilitation de l'aérodrome de Bambari.

Repost 0
6 janvier 2015 2 06 /01 /janvier /2015 20:45
Barkhane : Création d’une aire aéronautique et logistique

 

29/12/2014 Sources : État-major des armées

 

Alors que le soleil se couche sur le Tchad, les 60 sapeurs du détachement du 25e régiment du génie de l’air (RGA) stationnés à N’Djamena se mettent à l’œuvre afin de réorganiser la zone aéroportuaire et logistique.

 

La réalisation d’un parking pouvant accueillir l’A400M représentait la première phase de ce chantier et s’est déroulée de la fin 2013 à l’été 2014. La seconde phase, entamée en octobre 2014, consiste à réaliser une zone logistique, laquelle permettra début 2015 le déménagement du détachement de transit interarmées. La 3e phase consistera à effectuer les raccords des différents taxiways à la piste.

 

Les équipes se succèdent jour et nuit pour optimiser le travail et éviter les interférences entre les différentes machines. La journée, les sapeurs de l’air terrassent la zone afin que, dès la nuit tombée, ils puissent produire et mettre en œuvre le béton.

 

Pour ce faire, ils utilisent la machine « Wirtgen » qui met en place des bandes de béton de 200 mètres de long sur 5 mètres de large et 20 centimètres d’épaisseur. Chaque nuit la machine est capable de produire jusqu’à 40 mètres de béton par heure. Douze heures plus tard les hommes du 25e RGA peuvent marcher sur ces bandes pour finaliser le travail de consolidation.

 

Spécialisé dans la réalisation et le maintien en condition des plateformes aéronautiques, le 25e RGA intervient en France et sur les théâtres d’opérations extérieures. Il est rattaché à la brigade aérienne d’appui à la manœuvre aérienne (BAAMA) du commandement de soutien des forces aériennes (CSFA). Doté d’une capacité unique d’expertise des terrains revêtus et de maintien en condition des terrains sommaires pour avions, il entretient les savoir-faire du génie aéronautique en appuyant toutes les opérations aériennes de l’armée française. Cette pluralité de compétences permet ainsi d’aborder n’importe quelle situation. « Entreprendre pour aboutir », telle est la devise du génie de l’air.

 

L’opération Barkhane regroupe 3 000 militaires dont la mission, en partenariat avec les pays du G5 Sahel, consiste à lutter contre les groupes armés terroristes pouvant agir dans la bande sahélo-saharienne.

Barkhane : Création d’une aire aéronautique et logistiqueBarkhane : Création d’une aire aéronautique et logistique
Repost 0
13 décembre 2014 6 13 /12 /décembre /2014 08:45
Barkhane : mise en service de la piste d’aviation de Madama

 

12/12/2014 Sources : État-major des armées  

 

Le 4 décembre 2014 a eu lieu le premier posé d’un avion de transport tactique (ATT) sur la piste d’aviation de la base de Madama, site d’implantation du détachement temporaire au Nord Niger (DTNN) de l’opération Barkhane.

 

Un CN 235 CASA, parti de N’Djamena, s’est posé à 10h00 au terme d’un vol de 3 heures 40. Puis, le 7 décembre 2014, c’est un Transall C160 qui s’est posé à Madama. Parti dans la matinée du détachement Air (DETAIR) de Niamey, l’aéronef a atterri quelques heures plus tard dans le nord du Niger. Deux Transall C160 du Groupement de Transport Opérationnel (GTO) du fuseau ouest de la bande sahélo-saharienne (BSS) ont ainsi effectué plusieurs rotations entre Niamey et Madama.

 

Les travaux d’allongement et de revêtement de la piste d’aviation de Madama, menés par un détachement de sapeurs du 25e régiment du génie de l’air (25e RGA), se sont déroulés du 5 au 30 novembre 2014. Ces travaux ont consisté à réhabiliter une ancienne piste de 800 mètres et à l’allonger de 500 mètres afin de pouvoir accueillir les avions de transport tactique (ATT), et notamment le Casa « Nurse » médicalisé. Lors de cette première phase, le 25e RGA a procédé au désensablage de la piste existante et a effectué un terrassement afin de permettre l’allongement de la piste. Afin de répondre au mieux aux besoins de ce chantier, les sapeurs de l’air ont créé une carrière de latérite près de la piste. Cette latérite, après avoir été mise en place, a été nivelée, arrosée et compactée afin d’obtenir la portance nécessaire au posé des ATT.

 

La deuxième phase du chantier, qui vient de débuter, consiste en une extension de la piste de 500 mètres supplémentaires, pour arriver à une longueur définitive de 1800 mètres. Des aires aéronautiques, comprenant une bretelle, deux parkings aéronefs et plusieurs plots de stationnement pour les hélicoptères de manœuvre (HM) sont actuellement en cours de réalisation.

Seuls les convois terrestres ou les rotations par hélicoptère permettaient jusqu’alors de rallier la zone. La mise en service de cette piste d’aviation, couplée à la capacité de stationnement d’aéronefs, permettra ainsi l’augmentation des rotations aériennes et l’accélération de la montée en puissance du DTNN de Madama au travers de la mise en place d’une base avancée temporaire (BAT).

 

L’opération Barkhane regroupe 3 000 militaires dont la mission, en partenariat avec les pays du G5 Sahel, consiste à lutter contre les groupes armés terroristes dans la bande sahélo-saharienne.

Barkhane : mise en service de la piste d’aviation de Madama
Barkhane : mise en service de la piste d’aviation de Madama
Repost 0
11 décembre 2014 4 11 /12 /décembre /2014 12:45
Barkhane : raccord du taxiway militaire et de la piste par le 25ème RGA sur le DETAIR de Niamey

 

10/12/2014 Sources : État-major des armées

 

Depuis le mois d’avril 2014, les équipes du 25e régiment du génie de l’air (25e RGA) réalisent le raccord du taxiway militaire à la piste de l’aéroport de Niamey. Ce raccord final, qui doit être effectué dans un délai de 12 heures, impose aux équipes de travailler sur la piste sans que le trafic aérien ne soit interrompu.

 

Plusieurs chantiers aéronautiques sont en cours à Niamey. Parmi les militaires qui composent le détachement du 25ème RGA, une équipe est spécialisée dans la pose et la production d’enrobé.

 

Cette nuit-là, l’équipe dispose de 12 heures pour préparer la piste et les 600 tonnes d’enrobé et les poser en  deux couches, indispensables pour accueillir les gros porteurs tel que le Boeing C135.

 

Les travaux de réfection du taxiway militaire ont débuté en avril 2014 et doivent s’achever dans les semaines à venir. Le 25e RGA aura, au terme de cette mission, entièrement réhabilité le taxiway sur 600 mètres de long et 40 mètres de large, permettant ainsi aux aéronefs de circuler sur un taxiway répondant à toutes les normes aéronautiques en vigueur.

 

Spécialisé dans la réalisation et le maintien en condition des plateformes aéronautiques, le 25e RGA intervient en France et sur les théâtres d’opérations extérieures. Il est rattaché à la Brigade Aérienne d’Appui à la Manœuvre Aérienne (BAAMA) du Commandement de Soutien des Forces Aériennes (CSFA). Doté d’une capacité unique d’expertise des terrains revêtus et de maintien en condition des terrains sommaires pour avions, il entretient les savoir-faire du génie aéronautique en appuyant toutes les opérations aériennes de l’armée française. Cette pluralité de compétences permet ainsi d’aborder n’importe quelle situation.

 

L’action du 25e RGA est un maillon indissociable de la montée en puissance de la plateforme aéroportuaire de Niamey qui se trouve au cœur du dispositif aérien de l’opération Barkhane.

 

L’opération Barkhane regroupe 3 000 militaires dont la mission, en partenariat avec les pays du G5 Sahel, consiste à lutter contre les groupes armés terroristes pouvant agir dans la bande sahélo-saharienne.

Barkhane : raccord du taxiway militaire et de la piste par le 25ème RGA sur le DETAIR de NiameyBarkhane : raccord du taxiway militaire et de la piste par le 25ème RGA sur le DETAIR de Niamey
Repost 0
29 novembre 2014 6 29 /11 /novembre /2014 10:45
Contribution des armées françaises dans la lutte contre le virus Ebola en Guinée

 

28/11/2014 Ministère de la Défense

 

La contribution des armées dans l’action gouvernementale de lutte contre le virus Ebola en Guinée

Organisation du dispositif en Guinée

L’action intergouvernementale pour la lutte contre Ebola est coordonnée par une Task Force interministérielle (plus d’informations sur http://ebola.sante.gouv.fr/).

Le dispositif militaire français s’intègre dans cette action intergouvernementale qui s’articule autour d’un dispositif de soins tourné vers la population et d’un dispositif de soins tourné vers le personnel soignant.

Le personnel soignant est préalablement formé au centre de formation pour soignant (CFS) installé à Manéah. Ce centre vise à former le personnel soignant guinéen, infirmiers et médecins, aux procédures de lutte contre le virus Ebola. La formation délivrée est assurée par des spécialistes français, dont plusieurs appartiennent au service de santé des armées (SSA). Le CFS de Manéah sera opérationnel dans les tous premiers jours de décembre.

Le soin direct à la population est organisé grâce au développement récent de divers centres de traitement Ébola (CTE), dont le CTE installé à Macenta en Guinée forestière. Ce centre construit sous l’égide de la Croix-Rouge française, inauguré et opérationnel depuis le 18 novembre, est armé par du personnel de l’établissement de préparation et de réponse aux urgences sanitaires (EPRUS) et par des médecins et infirmiers guinéens. Ce centre de Macenta, avec les deux futures centres de Beyla et Kérouané soigneront au quotidien les populations locales.

En soutien de l’action du personnel soignant, un centre de traitement pour les soignants (CTS) sera prochainement installé et mis en œuvre par l’armée française à Conakry. Le rôle de ce centre est de prendre en charge les soignants qui interviennent dans la lutte contre le virus.

 

Le CTS : le soutien aux soignants

 Le centre de traitement pour les soignants répond à l’objectif que se donne la France de lutter activement contre la maladie. Il est destiné aux soignants guinéens et ceux de toute autre nationalité amenés à œuvrer dans la lutte contre le virus Ebola dans le pays.

Ce centre apportera une plus-value de dépistage, de diagnostic et de traitements (antiviral et réanimation notamment). Le service de santé des armées (SSA) est seul à concevoir et à démarrer cette mission en Guinée.

Le lieu retenu pour son implantation est la base aérienne d’Alpha Yaya à Conakry.

Le centre comporte neuf lits de médecine infectieuse et un lit de réanimation. Il devrait atteindre une capacité initiale mi-décembre avant d’être pleinement opérationnel début 2015. Il sera composé :

  • d’une unité de traitement Ebola pour la prise en charge de soignants présents en Guinée (Guinéens et expatriés) éventuellement contaminés par le virus Ebola ;
  • d’une unité médicale de transit avec capacité d’hospitalisation médicale pour le soutien médical du personnel du CTS ;
  • d’une pharmacie ;
  • d’un laboratoire.

Une centaine de militaires français seront déployés pour son fonctionnement, incluant plus d’une soixantaine de personnels médicaux et paramédicaux issus du service de santé des armées.

 

Action des armées dans la lutte contre Ebola

Le déploiement du CTS de Conakry vient compléter l’engagement des armées depuis l’été dernier dans la lutte contre Ebola.

 

Moyens de transports et de traitement

Les armées mettent en œuvre des capacités de transport depuis les pays touchés ainsi que des capacités de prise en charge hospitalière en France.

L’HIA Bégin a été désigné par le ministère des affaires sociales et de la santé en juillet comme l’un des 12 établissements de santé de référence pour accueillir un patient atteint du virus Ebola. Il est le seul hôpital français à avoir pris en charge des patients contaminés.

 

Expertise

À Paris, les armées prennent part à la Task Force Interministérielle Ebola, installée au centre de crise du ministère des affaires étrangères et du développement international, par l’intermédiaire d’un conseiller auprès du coordinateur national de lutte contre le virus Ebola.

En Guinée, des experts interviennent à divers niveaux :

  • un conseiller du coordonnateur national de la riposte contre Ebola
  • un officier spécialiste logistique pour la mise en place du CTS ;
  • plusieurs formateurs au sein du CFS ;
  • un épidémiologiste intégré au CTE de Macenta.

Au Mali, un épidémiologiste français est déployé à Bamako comme conseiller auprès du coordinateur malien de la lutte contre le virus au Mali.

 

Logistiques et infrastructures

Les armées françaises réalisent, en coordination avec leurs partenaires locaux et les ONG, des actions de soutien logistique. Elles apportent ainsi leur concours à l’acheminement de moyens médicaux et de personnel au plus près des foyers de l’épidémie.

Des experts du 25e RGA ont été sollicités pour garantir la praticabilité d’une piste sommaire en Guinée.

Le 22 novembre dernier, un C-160 Transall de l’armée de l’air a acheminé depuis Conakry plus de deux tonnes de matériel en Guinée forestière au profit de la Croix-Rouge. Cet avion, déployé à Niamey dans le cadre de l’opération Barkhane, a transporté du matériel destiné au fonctionnement d’un laboratoire du CTE de Macenta.

 

Document à télécharger :

Carte

Dossier de presse

Contribution des armées françaises dans la lutte contre le virus Ebola en Guinée
Contribution des armées françaises dans la lutte contre le virus Ebola en Guinée
Repost 0
22 octobre 2014 3 22 /10 /octobre /2014 16:35
Pamir : phase finale des travaux sur l’aéroport international de Douchanbé au Tadjikistan

 

20/10/2014 Sources : État-major des Armées

 

Depuis le début du mois d’octobre, les militaires du détachement du 25e régiment du génie de l’air (25e RGA) de Douchanbé ont débuté la dernière phase de travaux de la dernière campagne annuelle de réfection de l’aéroport international de la capitale tadjik.

 

Depuis le début du mois d’octobre, les militaires du détachement du 25e régiment du génie de l’air (25e RGA) de Douchanbé ont débuté la dernière phase de travaux de la dernière campagne annuelle de réfection de l’aéroport international de la capitale tadjik.

 

Entre 2004 et 2013, le régiment a procédé à la réfection des chaussées aéroportuaires de cet aéroport, conformément à nos accords de coopération avec le Tadjikistan. Depuis le 20 avril 2014, sur cette surface de 24 000 m², les sapeurs du 25e RGA ont réalisé, selon les normes internationales, quatre plots de stationnement pour avion moyen porteur type B757-200 et Airbus A310. Ils se sont aussi chargés de réparer les dégradations du taxiway, de poser trois pylônes d’éclairage, de réaliser le terrassement des réseaux et la déviation d’une ligne haute tension. Afin de réaliser les travaux dans les meilleures conditions de température, les sapeurs ont travaillé en grande partie de nuit, comme lors de la pose de béton ou la réalisation des joints.

 

Ils effectuent actuellement les travaux de finition (sciage des dalles béton et pose de joints à froid), de peinture et de pose d’anti-kérosène afin de livrer le chantier dans les semaines à venir. Une fois la campagne de travaux terminée, le DETAIR débutera son désengagement définitif du théâtre, après 10 ans de présence.

 

Le dispositif militaire français actuellement déployé dans le cadre des opérations en Afghanistan et au Tadjikistan est armé par environ 250 militaires, jusqu’à la fin de l’année 2014.

Pamir : phase finale des travaux sur l’aéroport international de Douchanbé au TadjikistanPamir : phase finale des travaux sur l’aéroport international de Douchanbé au Tadjikistan
Repost 0
5 juillet 2014 6 05 /07 /juillet /2014 11:45
Niger : Focus sur le soutien de l’armée de l’air

 

04/07/2014 Sources : EMA

 

Depuis novembre 2012, des militaires des unités de la brigade aérienne d’appui à la manœuvre aérienne (BAAMA) sont déployés à Niamey, au Niger, pour assurer l’appui aux déploiements opérationnels des unités du détachement air (DETAIR).

 

La BAAMA est composée :

du 25e régiment du génie de l’air (25e RGA) ;

du groupement aérien d’appui aux opérations (GAAO) qui a pour mission de réaliser les infrastructures opérationnelles initiales nécessaires au déploiement d’un dispositif aérien sur un théâtre d’opération extérieure ;

du groupement des systèmes d’information et de communication tactiques de l’armée de l’air (GTSICAéro) qui assure la projection des capacités tactiques (matériels informatiques, réseaux, liaisons satellites, etc.) ;

du groupement aérien des installations aéronautiques (GAIA) qui est responsable de la composante logistique indispensable à l’approvisionnement des matériels d’infrastructures spécifiques de milieu.

 

A Niamey, les militaires du 25e RGA et du GAAO se sont notamment illustrés avec la mise en place d’infrastructures verticales (protections, clôtures, montage d’astro-arche et de structure métallo...) et horizontales (taxiway, parking avions de transport tactique (ATT), plot de stationnement pour C-135). (Lien brève travaux Niamey)

 

Les élongations importantes de l’opération Serval sur le territoire malien ont nécessité l’intervention de spécialistes de la BAAMA dans plusieurs villes (Gao, Mopti…) avec successivement une phase de reconnaissance, une phase d’expertise, puis une phase d’engagement des travaux. Dès le début des opérations, elle a été la garante des capacités de déploiement de la force.

Niger : Focus sur le soutien de l’armée de l’air
Niger : Focus sur le soutien de l’armée de l’air
Niger : Focus sur le soutien de l’armée de l’air
Repost 0
2 juin 2014 1 02 /06 /juin /2014 06:35
Tadjikistan : visite du commandant de la Force Pamir à Douchanbé

 

28/05/2014 Sources : EMA

 

Les 18 et 19 mai 2014, le général de division aérienne Olivier Taprest, commandant de la force Pamir, s’est rendu sur l’aéroport international de Douchanbé afin de rencontrer les militaires français et visiter le chantier que ceux-ci conduisent, un mois après le lancement de la dernière campagne de travaux.

 

En vertu des accords de coopération entre la France et le Tadjikistan, le 25e régiment du génie de l’air (25eRGA) procède depuis 2004 à la réfection de l’intégralité des chaussées aéroportuaires, à l’exception de l’emprise occupée par le détachement air (DETAIR) pendant dix ans.

 

Depuis le mois d’avril 2014, sur cette surface de 24 000 m², les sapeurs du 25e RGA ont pour mission de réaliser, selon les normes internationales, quatre plots de stationnement pour avion moyen porteur type B757-200 et Airbus A310. Ils se chargeront aussi de réparer les dégradations du taxiway, d’effectuer l’entretien annuel de la piste (dégommage), de poser trois pylônes d’éclairage, de réaliser le terrassement des réseaux et le dévoiement d’une ligne haute tension.

 

La campagne de travaux conduite cette année sera la dernière d’une série de onze campagnes étalées sur dix ans.

Tadjikistan : visite du commandant de la Force Pamir à DouchanbéTadjikistan : visite du commandant de la Force Pamir à Douchanbé
Repost 0
15 mai 2014 4 15 /05 /mai /2014 12:45
Tchad : l’action du génie au profit de la force Epervier

 

15/05/2014 Sources : EMA

 

La régionalisation des opérations dans la bande sahélo saharienne (BSS) fera de la base de N’Djaména le nouveau centre de gravité du commandement des opérations de la zone. Les travaux d’infrastructures engendrés sont donc conséquents.

 

Pour supporter un flux logistique de plus en plus important, la plateforme aéronautique militaire de N’Djaména, doit être entièrement refaite par le 25e Régiment du Génie de l’Air. Les 60 personnes du détachement « composante lourde de la force Epervier » ont pour mission de transformer une zone entièrement marécageuse en un parking pouvant accueillir de gros porteurs (type A400M).

 

Entièrement autonome, de la conception à la réalisation, le régiment du génie de l’air va œuvrer durant plus de 35 semaines pour réaliser cette plateforme.

 

Les militaires de la force Épervier assurent deux missions permanentes : ils apportent un soutien aux forces armées et de sécurité (FADS) tchadiennes, conformément à l’accord de coopération technique signé entre la France et le Tchad et sont en mesure de garantir, si nécessaire, la sécurité des ressortissants français résidant au Tchad.

 

Depuis le 31 mars, la force Epervier est sous le contrôle opérationnel de la force Serval dans le cadre de la régionalisation des opérations dans la bande sahélo-saharienne. D’autres étapes marqueront cette montée en puissance, dont le terme sera marqué par le transfert du poste de commandement unique des opérations de Bamako vers N’Djamena.

Tchad : l’action du génie au profit de la force EpervierTchad : l’action du génie au profit de la force Epervier
Repost 0
14 mai 2014 3 14 /05 /mai /2014 12:55
 Un A400M se pose sur le terrain de Vouziers-Séchault

 

14.05.2014 Armée de l'Air

 

Le 29 avril 2014, un avion de transport A400M Atlas s’est posé sur le terrain de Vouziers-Séchault préparé par le 25ème régiment du génie de l’air (25ème RGA).
 

Cette expérimentation sur un «terrain de circonstance» s’inscrivait dans le cadre d’un processus de certification Otan initié par le 25ème RGA. Cette manœuvre de type expéditionnaire se déroulait dans un cadre franco-britannique, avec la présence d’observateurs du 12 Air Support Engineer Group. Elle fait suite à une mission similaire effectuée à Gao, le 31 décembre 2013. À l’instar des conditions rencontrées dans le nord du Mali, l’A400M Atlas s’est posé sur la piste de Vouziers, sans aide à la navigation.

Les experts du 25ème RGA avaient auparavant homologué la piste pour l’aéronef en établissant un dossier complet comprenant notamment des calculs de portance et une étude de la zone de mise à terre.

 

 

 Un A400M se pose sur le terrain de Vouziers-Séchault


Le 25ème RGA est une unité singulière dans les armées. Ce régiment de l’armée de terre basé à Istres, Avord et Mont-de-Marsan est employé par l’armée de l’air. Il est spécialisé dans la reconnaissance, le rétablissement et le maintien en condition opérationnelle des zones aéroportuaires. Cette unité d’appui au déploiement est un des fers de lance de la brigade aérienne d’appui à la manœuvre aérienne (BAAMA).

Repost 0
1 mai 2014 4 01 /05 /mai /2014 11:35
Tadjikistan : dernière campagne de travaux à Douchanbé

 

 

25/04/2014 Sources : EMA

 

Le 20 avril 2014, les militaires du détachement du 25erégiment du génie de l’air (25e RGA) de Douchanbé ont débuté leur dernière campagne de travaux sur l’aéroport international de la capitale tadjik.

 

Entre 2004 et 2013, le régiment a procédé à la réfection de l’intégralité des chaussées aéroportuaires, à l’exception de l’emprise occupée par le détachement air (DETAIR) pendant dix ans.

 

Cette année, sur cette surface de 24 000 m², les sapeurs du 25e RGA ont pour mission de réaliser, selon les normes internationales, quatre plots de stationnement pour avion moyen porteur type B757-200 et Airbus A310. Ils se chargeront aussi de réparer les dégradations du taxiway, d’effectuer l’entretien annuel de la piste, de poser trois pylônes d’éclairage, de réaliser le terrassement des réseaux et le dévoiement d’une ligne haute tension.

 

Pour mener à bien l’ensemble de ces travaux avant la fin du mois d’octobre, une équipe d’une vingtaine de militaires a été déployée au Tadjikistan. Elle est composée d’experts en réalisation de chaussée aéronautique et d’assistanat en maitrise d’œuvre, de spécialistes en laboratoire des sols et topographie, d’un groupe de terrassement et d’une équipe spécialisée dans la pose mécanique du béton. Elle est accompagnée par deux maîtres d’œuvre du service infrastructure de la Défense (SID) et est soutenue par dix-huit personnes.

 

En novembre, une fois la campagne de travaux terminée, le DETAIR débutera alors la phase de désengagement définitive.

Tadjikistan : dernière campagne de travaux à Douchanbé
Repost 0
17 mars 2014 1 17 /03 /mars /2014 17:55
Visite du CEMAT au 7e RIISC et au 25e RGA

Le CEMAT et le colonel Pierre de VILLENEUVE, commandant le 7e RIISC assiste à une démonstration sur une intervention de feux de forêts commentée par un personnel du régiment. Crédit V.LECLERC/armée de Terre

 

17/03/2014 Armée de Terre

 

Dans les pas du général d’armée Bertrand Ract Madoux, chef d’état-major de l’armée de Terre, découvrez deux régiments très particuliers :

 

le 7e régiment d’instruction et d’intervention de la sécurité civile, qui intervient lors de catastrophes naturelles, et le 25e régiment du génie de l’air, spécialiste de la réfection des pistes d’aviation.

 

Deux unités indispensables dans le cadre des missions de l’armée de Terre.

Repost 0
23 février 2014 7 23 /02 /février /2014 12:35
Afghanistan : Inspection des armées

 

21/02/2014 Sources : EMA

 

Du 10 au 14 février 2014, le général de division Pinel, adjoint à l’inspecteur des armées (IDA), s’est rendu en Afghanistan à la rencontre des militaires français.

 

Lors de ce séjour à Kaboul, il s’est également rendu à  l’hôpital militaire de campagne (HMC) de KAIA (Kaboul International Airport) où il a rencontré l’équipe médicale. Composée d’une centaine de personnes dont plus de 90 français, celle-ci est capable  de déployer simultanément trois équipes chirurgicales. Elle assure trois missions : le soutien à la Force Internationale d’Assistance de Sécurité (FIAS) ; la prise en charge de personnels des forces armées et de la police afghane ; le soutien aux différentes organisations gouvernementales et non gouvernementales, ainsi que l’aide à la population locale.

 

Le général Pinel a également participé à de nombreuses tables rondes avec les différentes catégories de personnel de la force Pamir à KAIA, dont la cinquantaine de militaires du détachement Epidote. Ces derniers, œuvrent au sein de différentes écoles (l’école de guerre ; l’école de la logistique, des finances et des ressources humaines ; l’école des blindés ; l’école du renseignement ou l’école de formation initiale des officiers). Il a par ailleurs eu l’occasion de s’entretenir avec l’ambassadeur de France.

 

Il s’est également rendu sur le futur site de l’université de Défense afghane, encore en construction, à Qargah. Cette université s’agrandira avec plusieurs écoles afghanes qui se créeront ou déménageront, dans les années à venir.

 

Enfin, le 11 février, le général de division Pinel s’est rendu à Douchanbé, au Tadjikistan, auprès des militaires qui y sont déployés dans le cadre des accords de coopération. Des sapeurs du 25e régiment du génie de l’air (25e RGA) y réalisent des travaux de rénovation des  pistes de l’aéroport.

 

Le général Pinel a conclu sa visite en félicitant l’ensemble des militaires constituant la Force Pamir : «  Vous n’avez pas à rougir de ce que vous faites aujourd’hui, car vous le faites avec professionnalisme. Votre mission est aussi importante que celle que vos camarades accomplissent actuellement en Afrique. Dans les mois à venir, il s’agit de  continuer sur cette voie… »

 

L’objectif de cette visite était de pouvoir se faire une idée plus précise du rôle de la Force Pamir dans un contexte de désengagement de la coalition, à quelques mois de la fin de la mission de la Force Internationale d’Assistance et de Sécurité (FIAS), fin 2014. L’intérêt d’une telle visite a également permis de sonder le moral des militaires engagés sur le théâtre.

 

Moins de 500 militaires sont désormais chargés de poursuivre l’engagement français jusqu’à la fin de la mission de l’ISAF en 2014, à travers notamment le commandement de l’aéroport de KAIA, le fonctionnement de l’hôpital médico-chirurgical militaire français de KAIA, l’appui à la formation de l’armée nationale afghane, la participation aux fonctions d’état-major dans les structures de l’ISAF et le commandement du laboratoire européen contre-IED.

Afghanistan : Inspection des armées
Afghanistan : Inspection des armées
Afghanistan : Inspection des armées
Afghanistan : Inspection des armées
Afghanistan : Inspection des armées
Repost 0

Présentation

  • : RP Defense
  • RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories