Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
2 novembre 2016 3 02 /11 /novembre /2016 11:50
[Exercice EMERALD MOVE 2016] Entrainement spécifique aux savoir-faire amphibie


30 oct. 2016 Armée de Terre

 

Du 1er au 9 octobre, s’est déroulé l’exercice EMERALD MOVE ERMO 16 au large de la Sardaigne.

Son but : poursuivre la démonstration et l’amélioration de l’interopérabilité entre les nations de l’IAE (Initiative amphibie européenne) participantes tout en confortant la capacité amphibie française.

Pour les marsouins du 2e RIMa c’était avant tout une opportunité de travailler des savoir-faire spécifiques, entretenus depuis de longues années avec la Marine nationale.

Au sein de la 9e BIMa, la spécificité amphibie est reconnue depuis 1963, et ses unités sont jumelées avec les Royal Marines britanniques de la 3e Brigade Commando depuis 1995. Les opérations amphibies exigent la maitrise de compétences et de pré-requis qui permettent de conduire des opérations interarmées complexes, dont la planification ne s’improvise pas.

Pendant l’exercice, les manœuvres se sont multipliées dans la région de Porto Scudo, plage d’entraînement de l’armée italienne.

La coordination de la batellerie et des éléments héliportés joue un rôle primordial dans la réduction de la vulnérabilité. Une partie du travail de l’Etat-major tactique (EMT) consiste à préparer et conduire, en étroite coordination avec l’équipage du BPC, le débarquement échelonné du groupement tactique embarqué en limitant la vulnérabilité des troupes aux approches des plages.

Le « GAEA », groupement d’aide à l’engagement amphibie joue alors un rôle essentiel. La section d’aide à l’engagement débarqué (SAED) du régiment préparent le « beachage » et les sections qui débarquent prennent le contrôle de la zone le plus rapidement possible.

Repost 0
18 janvier 2016 1 18 /01 /janvier /2016 17:45
photo EMA / Armée de Terre

photo EMA / Armée de Terre

 

18/01/2016 Sources : État-major des armées

 

Le sergent Baptiste est spécialiste informatique et participe actuellement à sa première opération extérieure, dans le cadre de l’opération Barkhane.

 

En France, le sergent Baptiste gère l’ensemble du matériel informatique du 2e régiment d’infanterie de Marine, situé au Mans, et fournit également une aide quotidienne aux usagers. Engagé dans l’opération Barkhane, ce jeune sous-officier est détaché au groupement tactique désert Ouest, implanté à Gao au Mali.

 

Élément-clé dans la transmission des informations au cours des opérations, il s’assure en permanence que le poste de commandement sur le terrain est bien relié aux échelons de commandement supérieurs, à quelque endroit que ce soit dans l’immensité de la bande sahélo-saharienne. Après un déplacement tactique, dès que les matériels nécessaires sont déployés, il procède à la configuration de tous les programmes sur chacun des postes connectés, et à la mise en réseau des téléphones opérationnels sécurisés.

 

« Je me sens complètement informaticien et complètement militaire. Mon travail quotidien est un travail de spécialiste, mais je suis comme tous mes camarades un soldat engagé dans le désert sahélien, avec un gilet pare-balles sur le dos, un casque lourd sur la tête, et mon Famas à portée de main ».

 

Une fois la connexion établie, un travail de maintenance permanent est vital : « Le sable et les températures extrêmes éprouvent nos matériels qui peuvent parfois se mettre en défaut et ainsi couper temporairement les accès. C’est un travail de tous les instants, car perdre la liaison nous isole du reste de la force et peut donc potentiellement nous faire perdre en efficacité. Il s’agit donc de s’adapter au terrain et à l’environnement et de trouver des solutions pour rétablir la connexion au plus vite.».

 

Sa formation militaire à l’École nationale des sous-officiers d’active de Saint-Maixent (ENSOA), et ses quelques mois de formation spécialisée à Cesson-Sévigné l’avaient-ils préparé à cela ? « Je n’avais aucune formation en informatique avant de m’engager en 2013, j’ai tout appris au sein de l’institution. Exercer ce métier ici, être intégré au cœur d’un convoi de 58 véhicules traversant le désert, évoluer dans des conditions rustiques où la température avoisine les 40°C à l’ombre, voir du pays, c’est pour ça que je me suis engagé ».

 

Cette première opération extérieure marquera, sans aucun doute, une étape importante de la vie de militaire de ce jeune sous-officier. Dès le retour, un nouveau défi l’attend : il a choisi de se présenter au concours d’entrée à l’École militaire interarmes (EMIA) afin d’accéder au corps des officiers.

photo EMA / Armée de Terrephoto EMA / Armée de Terre

photo EMA / Armée de Terre

Repost 0
3 novembre 2015 2 03 /11 /novembre /2015 12:45
photo EMA / Armée de Terre

photo EMA / Armée de Terre

 

01.11.2015 Ministère de la Défense

Barkhane - Fin d'une relève, ultimes réglages de l'armement pour tenir compte des contraintes de l'environnement désertique.

 

+ de vidéos sur www.fb.com/armeefrancaise

Repost 0
15 octobre 2015 4 15 /10 /octobre /2015 10:45
photo EMA / Armée de Terre

photo EMA / Armée de Terre

 

14/10/2015 Sources : Etat-major des armées

 

Le 8 octobre 2015, le mandat du GTD Chimère s’est achevé après 4 mois d’opération dans la bande sahélo-saharienne.

 

Le mandat du GTD Chimère, commandé par le colonel Vincent Tassel, chef de corps du 8eRégiment de parachutistes d’infanterie de marine (8eRPIMa), a été marqué par une activité opérationnelle dense. Les unités déployées sur les différentes emprises ont ainsi été continuellement engagées dans des opérations de niveau groupe à compagnie, parmi lesquelles trois opérations aéroportées (Kounama 4, 5 et 6).

 

Menées en partenariat avec les Forces armées nigériennes (FAN) au Nord-Niger, importante zone de transit entre la Libye et le Nord-Mali, les opérations Kounama auront permis d’entraver les flux des Groupes armés terroristes (GAT) à l’extrême Nord du Niger avec, entre autres, l’interpellation de quatre présumés terroristes, la saisie de trois pickups, de plusieurs centaines de kilos de drogue, et de nombreuses armes.

 

Ces opérations auront encore une fois souligné la complémentarité des moyens aériens et terrestres déployés dans la Bande sahélo-saharienne (BSS), notamment dans le cadre d’opérations aéroportées.

 

photo EMA / Armée de Terre

photo EMA / Armée de Terre

Désormais, c’est le GTD Douaumont, aux ordres du colonel Etienne du Peyroux, chef de corps du Régiment d’infanterie – chars de marine (RICM) qui est déployé dans la zone Est de l’opération Barkhane. Il est constitué de deux sous-groupements à dominante blindée armés par le RICM, complétés de deux sections du 2eRégiment d’infanterie de marine (2eRIMa), de sapeurs du 6eRégiment du génie (6eRG) et d’artilleurs du 11eRégiment d’artillerie de marine (11eRAMa).

 

L’opération Barkhane regroupe 3 500 militaires dont la mission, en partenariat avec les pays du G5 Sahel, consiste à lutter contre les groupes armés terroristes pouvant agir dans la bande sahélo-saharienne.

Repost 0
18 septembre 2015 5 18 /09 /septembre /2015 07:45
Le GTD Richelieu désormais à pied d'oeuvre dans la BSS

 

16.09.2015 par Philippe Chapleau - Lignes de Défense
 

Après la cérémonie à Auvours, les soldats du GTD Richelieu ont pris la direction de la BSS, le chef de corps quittant la France jeudi dernier avec les derniers éléments.

La cérémonie de passation a eu lieu, nuitamment, entre les commandants des GTD sortant (GTD Mistral, 21e RIMa) et entrant (GTD Richelieu, 2e RIMa) dès le samedi 12 septembre.

Le colonel Lainé, chef de corps du 21e régiment d’infanterie de marine a laissé sa place au colonel Georgin, chef de corps du 2e RIMa.

Repost 0
18 juin 2015 4 18 /06 /juin /2015 11:55
Adaptation et adoption: la 9e BIMa bénéficie de la nouvelle maquette de l'armée de terre


18.06.2015 par Philippe Chapleau - Lignes de Défense

Les unités de la 9e brigade d'infanterie de marine, à l'image des composantes des autres six brigades des forces qui vont rejoindre soit la 1ere, soit la 3e division, se préparent à adopter la nouvelle maquette de la FOT (force opérationnelle terrestre). Revue de détails.

 

Deux régiments de plus. Aux 2e et 3e RIMa, RICM, 11e RAMa et 6e RG vont s'ajouter le 1er RIMa (un régiment blindé) et le 126e RI. La 9e brigade (qui rejoindra la 1e division) comptera donc 7 régiments dont les effectifs existants vont être dopés: sont créés une nouvelle compagnie par régiment d'infanterie et un escadron par régiment de cavalerie.   

 

2e RIMa. Le régiment du Man,s qui se prépare à partir à l'automne avec trois compagnies, dans la BSS ne mettra pleinement en œuvre la nouvelle maquette qu'en 2016-2017. Mais le 2e RIMa va bien gagner une compagnie, ce qui portera ses effectifs à 1200 hommes. Le recrutement sera en partie effectué par la cellule recrutement du régiment. Un bâtiment est disponible mais des travaux sont à prévoir.

 

3e RIMa. A Vannes, le colonel Giraud, le successeur du colonel Pierre, va accueillir une nouvelle compagnie. Les travaux d'infrastructures pour accueillir cette 5e compagnie vont bientôt démarrer. Par ailleurs, les effectifs des compagnies de combat existantes seront portés, graduellement, à 180 hommes. Cette densification va bénéficier à toutes unités d'infanterie de l'armée de terre.

 

RICM. Actuellement, le régiment de Poitiers compte 6 escadrons, l’escadron d’éclairage et d’investigation ayant été dissout le 14 février dernier:
- 3 escadrons de combat
- 1 escadron de commandement et de logistique
- 1 escadron de reconnaissance et d’intervention
- 1 escadron de réserve.
Le renforcement officiellement annoncé va se matérialiser par la création d’un second escadron de reconnaissance et d’intervention. Dès l'été, un jeune peloton partira faire ses classes au CFIM de Coëtquidan. L’effectif complet de ce nouvel escadron sera atteint courant 2016. En termes d'infrastructures, pas de changement: le nouvel ERI s'installera dans les locaux de l'EEI.

 

11e RAMa. La recréation de la 4e batterie en 2014 a déjà dopé les capacités du régiment. Pas de changement anticipé pour le régiment d'artillerie qui se prépare actuellement pour une manœuvre  en Ecosse.

 

6e RG. Petit jeu d'équilibriste au régiment angevin qui va perdre deux unités et en gagner deux nouvelles, pour un gain en effectifs assez réduit mais un gain en capacités plus notable. Le régiment va en effet se séparer des 971e et 973e compagnies (compagnie énergie et compagnie d'aide au déploiement). A la place, une compagnie de combat et une compagnie PFM (pont flottant motorisé) vont être rattachées au 6e RG. Actuellement, le 6e RG dispose de 1150 pesonnels.

Repost 0
16 juin 2015 2 16 /06 /juin /2015 04:55
Exercice «SARTHE 2015» pour le 2e RIMa

 

15/06/2015  Gabriel Boyer - Armée de Terre

 

Le 2e régiment d’infanterie de marine (2e RIMa) du Mans a organisé un exercice tactique de préparation opérationnelle dans son département du 8 au 10 juin 2015. Pendant ces 72h, trois compagnies du régiment ont été évaluées.

 

350 marsouins, 40 véhicules (VBCI VPC, PPLD, VAB,…), 2 sections du 6e régiment de génie, 2 hélicoptères Gazelle du 3e régiment d’hélicoptères de combat et un NH90 du 1er régiment d’hélicoptères de combat ont pris part à cet exercice en terrain libre. Le but était d’évaluer toutes les unités du 2e RIMa susceptibles d’être projetées à la fin de l’année 2015.Malgré les opérations intérieures auxquelles prennent part les marsouins, un haut niveau d’entraînement a été maintenu au cours de ces derniers mois. L’exercice a permis « de valider une année de transformation du régiment » comme le souligne le colonel Georgin, chef de corps du régiment.

D’Auvours à Thorée-les-Pins, en passant par Sillé-le-Guillaume et la Flèche, les marsouins du 2e RIMa ont sillonné les routes à bord de leurs VBCI pendant ces 3 jours. Aptes à manœuvrer et combattre en zone urbaine et dans la campagne sarthoise, leurs savoir-faire ont été testés sur des actions spécifiques comme le contrôle de zone, la reconnaissance d’axes, la coopération avec les hélicoptères de combat, l’escorte de convois, l’évacuation de ressortissants, le secourisme et le soutien logistique.

Un passage par le centre d’entraînement au combat début juillet achèvera un cycle de formation et d’évaluation pour les soldats du 2e RIMa, avant leurs prochaines échéances opérationnelles du second semestre 2015.

Repost 0
27 avril 2015 1 27 /04 /avril /2015 16:55
photo EMA

photo EMA

 

20/04/2015 Sources : Etat-major des armées

 

Le 17 avril 2015, le général d’armée Pierre de Villiers est retourné à la rencontre des soldats de l’opération « Sentinelle » déployés à Paris.

 

Dans l’après-midi, il s’est rendu au cœur de la capitale, place Denfert-Rochereau, pour participer à la mission d’une des unités de l’armée de terre engagée à Paris : le 2e régiment d’infanterie de marine (2e RIMa) du Mans. Il a ainsi patrouillé avec des « Marsouins », dont certains rentraient tout juste d’opération extérieure en République de Centrafrique, alors que d’autres effectuaient déjà leur 2e mandat au titre de l’opération « Sentinelle ».

 

Cette rencontre a donc parfaitement illustré les propos tenus par le CEMA lors d’une de ses auditions à l’Assemblée nationale : « La mission est exigeante […] (elle est rendu possible) grâce aux forces morales des militaires […] qui nous permettent de faire face aux exigences des opérations et aux difficultés quotidiennes ».

 

Auparavant, au Kremlin Bicêtre, il avait bénéficié d’un point de situation sur l’opération, avant de consacrer du temps aux soldats hébergés dans ce fort du sud de Paris, afin qu’ils lui parlent de leur quotidien. A cette occasion, il a en particulier rencontré des militaires de deux régiments de l’armée de terre : le 6e régiment du génie (6e RG) d’Angers et le 35e régiment d’infanterie (35e RI) de Belfort.

 

REPÈRES

Depuis le 7 janvier, pour répondre à une situation d’urgence, les armées françaises ont renforcé leurs effectifs directement engagés dans la protection du territoire nationale et des Français. Cet engagement s’inscrit dans l’Opération SENTINELLE déclenchée dans le cadre de l’alerte VIGIPIRATE. 10 000 hommes sont engagés dans cette mission, dont 7 000 sont déployés en permanence sur le territoire national.

Au quotidien, la protection des Français revêt trois dimensions : une mission de protection à terre, l’opération SENTINELLE, la surveillance de l’espace aérien (posture permanente de sûreté aérienne) et la surveillance des approches maritimes (posture permanente de sûreté maritime). Par ailleurs, ces missions sont complétées par les missions permanentes de lutte contre les trafics illégaux, de protection des sites sensibles, etc.

photo EMAphoto EMA

photo EMA

Repost 0
3 décembre 2014 3 03 /12 /décembre /2014 11:55
La promotion « général Delayen » de l’EMIA a célébré son parrain


3 déc. 2014 Armée de Terre

 

La promotion « général Delayen » de l’École militaire interarmes (EMIA) a organisé une journée de commémoration en l’honneur de son parrain, le 21 novembre à Saint-Raphaël, dans le Var.

Repost 0
22 octobre 2014 3 22 /10 /octobre /2014 15:55
CATAMARAN, opération débarquement dans le Var

 

21/10/2014 A. Herlin - Armée de Terre

 

20 octobre 2014, 3 h du matin précises : l’exercice CATAMARAN est enclenché. Première étape d’un exercice qui se poursuit à terre et en mer jusqu’au 26 octobre.

 

L’opération débute avec l’infiltration de l'unité Jaubert des commandos Marine sur la plage de Saint-Aygulf dans le Var. Une fois la zone sécurisée, les plongeurs démineurs neutralisent les éventuels engins explosifs. Les engins du 6e régiment du génie interviennent ensuite pour faciliter le déploiement des autres véhicules de la force terrestre embarquée. Pour la première fois depuis leur mise en service, des VBCI du 2e régiment d’infanterie de marine (2e RIMA) qui débarquent. Fin de l’opération amphibie en dix heures. Au total, plus de 600 hommes et plus de 139 véhicules de la 9e brigade d’infanterie de marine (9e BIMa) ont débarqué.

Repost 0
4 juillet 2014 5 04 /07 /juillet /2014 11:45
Mali : désengagement de la compagnie de la force Licorne

 

04/07/2014 Sources : EMA

 

Le 29 juin 2014, la compagnie d’infanterie de la force Licorne, déployée au Mali depuis fin mai dans le cadre des relèves de la force Serval, a été désengagée du théâtre malien.

 

Cette compagnie « renforcée », armée par trois sections du 2e régiment d’infanterie de marine (2eRIMa), a été projetée au Mali afin de faciliter les actions de la force Serval sur la plateforme opérationnelle Désert (PfOD) de Gao.

 

La relève entre les mandats 3 et 4 de la force Serval s’est effectuée conformément à la planification et s’est achevée mi-juin. La compagnie infanterie a donc été retirée.

 

Un peloton blindé de la force Licorne avait été déployé en même temps que cette compagnie au Mali. Celui-ci a été relevé le 24 juin. Il est constitué d’une vingtaine de militaire du RICM.

 

Environ 1 600 militaires français sont actuellement présents sur le sol malien et poursuivent une mission de lutte contre les groupes armés terroristes, tout en appuyant la montée en puissance des forces de la MINUSMA et des FAMA.

Mali : désengagement de la compagnie de la force Licorne
Repost 0
25 juin 2014 3 25 /06 /juin /2014 07:56
photo lemainelibre.fr

photo lemainelibre.fr

 

24.06.2014 lemainelibre.fr

 

Le 2e RIMa a reçu 16 véhicules blindés de combat d’infanterie (VBCI) le 6 juin et 16 autres arrivent ce vendredi.

Les marsouins ont commencé leur formation pour maîtriser ces engins qui remplacent les véhicules de l’avant blindé. Le régiment s’est notamment doté de quatre simulateurs comprenant plus de 200 programmes d’entraînement.

 

Suite de l'article

Repost 0
23 juin 2014 1 23 /06 /juin /2014 12:45
Côte d’Ivoire : fin du mandat 33 de la force Licorne

 

23/06/2014 Sources : EMA

 

Le 18 juin 2014, le mandat 33 de la force interarmées Licorne, placé sous le commandement du colonel Christophe Paczka, chef de corps du 2e régiment d’infanterie de marine (2e RIMa) du Mans, s’est achevé après quatre mois de présence en République de Côte d’Ivoire.

 

Au cours d’une cérémonie sur la place d’armes du camp de Port-Bouët, le colonel Christophe Paczka a passé le témoin au colonel Paul Sanzey, chef de corps du 27e Bataillon de chasseurs alpins (27e BCA) d’Annecy.

 

En présence des autorités politiques et militaires, le colonel Christophe Paczka a effectué une dernière revue des troupes avant de rendre les honneurs aux drapeaux puis de déposer une gerbe au monument aux morts du camp de Port-Bouët.

 

Durant ses quatre mois de mission, le mandat 33 de la force Licorne a participé à la reconstruction de l’armée ivoirienne. Près de 30 détachements d’instruction opérationnelle et technique (DIO et DIT) ont été mis en œuvre au profit de 600 militaires ivoiriens dans des domaines aussi variés que complémentaires : combat, instruction sur le tir de combat (ISTC), techniques d’intervention opérationnelle rapprochée (TIOR), systèmes d’information et de communication, maintenance ou encore sauvetage au combat.

 

Plusieurs actions civilo-militaires ont également été conduites au profit de la population, en particulier dans le domaine de l’éducation : rénovation d’écoles, distribution de kits scolaires…. Ces actions favorisent l’intégration de la force dans son environnement humain et contribuent à l’accomplissement de ses missions

 

Le colonel Paul Sanzey est accompagné d'un état-major tactique, d’une compagnie d’infanterie et d’une compagnie de commandement et de logistique issues du 27e BCA, d’un escadron de combat armé par le régiment d’infanterie de chars de marine (RICM) de Poitiers ainsi que de militaires issus de différentes entités, principalement dans le domaine du soutien.

 

Forte de ses 450 militaires, la force Licorne accompagne la réforme de l’armée ivoirienne et maintient une présence militaire en Côte d’Ivoire pour assurer la protection des ressortissants français.

Repost 0
18 juin 2014 3 18 /06 /juin /2014 18:45
Sangaris : avant la relève à PK12

 

18/06/2014 A. PHILIBERT - Armée de Terre

 

 Le groupement tactique interarmes (GTIA) « Savoie » est en charge d’appuyer la MISCA, de la sécurisation de Bangui, où une compagnie de la force Sangaris est déployée en permanence, au point nommé PK12.

 

Le capitaine Mickaël, commandant d’unité au 2erégiment d’infanterie de marine stationné au Mans, a passé 4 mois avec ses hommes au cœur de la capitale centrafricaine.

 

L’investissement des marsouins du 2e RIMa a permis de favoriser la reprise de la circulation et de la vie économique, la réouverture des écoles et des centres de santé au point PK12. Un point névralgique de Bangui, ouvrant sur la MSR (main supply road), empruntée par tous les convois de marchandises alimentant le plus grand marché de la capitale. Leur étroite coopération avec les forces de sécurité intérieures a également permis l’acceptation des forces internationales et le retour de la confiance au sein des communautés. Preuve en est, une diminution des actes de violence !

Repost 0
8 mai 2014 4 08 /05 /mai /2014 07:45
Côte d’Ivoire : la force Licorne s’entraîne au contrôle de foule

 

07/05/2014 Sources : EMA

 

Le 1ermai 2014, la force Licorne a réalisé un exercice de contrôle de foule sur le camp de Port-Bouët, à Abidjan, en Côte d’Ivoire.

 

Durant toute la matinée, les 120 militaires de la compagnie du 2erégiment d’infanterie de Marine (2e RIMa), appartenant à la force Licorne, se sont entraînés à mettre en œuvre les différentes techniques de contrôle de foule, afin d’entretenir leur capacité dans ce domaine.

 

L’exercice, réaliste par les situations et les moyens mis en œuvre, a permis aux marsouins de s’entraîner à réagir face à une foule hostile, sous différentes configurations. Cette capacité inclut la réaction et la manœuvre en vue de canaliser ou de disperser des individus agissant en groupe.

 

Les militaires de la compagnie du 2e RIMa avaient suivi l’instruction « capacité contrôle de foule » (CCF), dans le cadre de leur mise en condition avant projection en Côte d’Ivoire. Cette formation leur a permis d’acquérir les réflexes permettant d’évoluer à proximité d’une foule et éventuellement de s’en protéger.

 

La force Licorne, forte de 450 hommes, accompagne la réforme de l’armée ivoirienne en soutien de l’ONUCI. Elle a mené en 2013 la formation de plus de 1500 soldats ivoiriens. Elle est, par ailleurs, en mesure d’assurer la protection des ressortissants français si nécessaire.

Côte d’Ivoire : la force Licorne s’entraîne au contrôle de fouleCôte d’Ivoire : la force Licorne s’entraîne au contrôle de foule
Côte d’Ivoire : la force Licorne s’entraîne au contrôle de foule
Repost 0
2 avril 2014 3 02 /04 /avril /2014 11:45
Sécurité et défense : relève de 150 soldats français à Abidjan

 

1 avril 2014 Cyrille DJEDJED - L’Inter

 

La force Licorne présente à Abidjan a été renforcée. Samedi dernier, une compagnie du 2e Régiment d’Infanterie de Marine est arrivée à Abidjan, dans le cadre des relèves régulières cette force. En effet, 150 militaires ont atterri à l’aéroport Félix Houphouët-Boigny, avant de rejoindre le camp de Port-Bouët par autobus. Il faut dire que tous les quatre mois, la Force Licorne procède à la relève de son personnel. Le 30 mars, la compagnie franc comtoise, arrivée en Afrique en décembre 2013, est repartie donc en France, comme prévu dans la programmation. Ainsi, le volume de la Force reste inchangé : 450 militaires arment un état-major tactique, une compagnie d’infanterie, une compagnie de commandement et de logistique, un escadron de combat, et des militaires issus de différentes entités, principalement dans le domaine du soutien. La France, à la demande des autorités ivoiriennes, accompagne la réforme de l’armée ivoirienne et maintient une présence militaire en Côte d’Ivoire pour assurer la protection des ressortissants français. La force Licorne veille, entre autres, à appuyer la mise en œuvre du processus de paix et à maintenir des éléments aptes à renforcer les unités de L’Onuci en cas de besoin.

Repost 0
24 février 2014 1 24 /02 /février /2014 13:45
Côte d’Ivoire : Fin du mandat 32 de la force Licorne

 

 

23/02/2014 Sources : EMA

 

Le 21 février 2014, le mandat 32 de la force interarmées Licorne, placé sous le commandement du lieutenant-colonel (TA) Stéphane Caille, chef de corps du 1errégiment d’infanterie de Marine (1er RIMa) d’Angoulême, s’est achevé après quatre mois de présence en République de Côte d’Ivoire.

 

Au cours d’une cérémonie sur la place d’armes du camp de Port-Bouët, le COMANFOR Licorne a passé le témoin au colonel Christophe Paczka, chef de corps du 2erégiment d’infanterie de Marine (2e RIMa) d’Auvours.

 

Durant ses quatre mois de mission, le mandat 32 de la Force Licorne a participé à la reconstruction de l’armée ivoirienne. Près de 25 détachements d’instruction opérationnelle et technique (DIO et DIT) ont été mis en œuvre au profit de 600 militaires dans des domaines aussi variés que complémentaires : combat, instruction sur le tir de combat (ISTC), techniques d’intervention opérationnelle rapprochée (TIOR), systèmes d’information et de communication, maintenance ou encore sauvetage au combat.

 

D’autres missions ont marqué le mandat comme les opérations de présence de moyenne durée, notamment dans la région de Man, Douekoue, Daloa et Gagnoa. Tout en contribuant au rayonnement de la force, ces actions lui permettent de s’assurer de la situation sécuritaire, et participent au processus de stabilisation en Côte d’Ivoire. Plusieurs actions civilo-militaires (ACM) ont également été conduites au profit de la population, en particulier la construction de la toiture de la maison des jeunes du village de Lomo nord. Ce chantier, ACM majeur du mandat 32 est terminé et reste à inaugurer.

 

Le mandat 32 de la Force Licorne a également contribué au soutien logistique de l’opération Serval. Véritable plate-forme logistique, les installations militaires françaises ont permis l’accueil et le traitement d’une dizaine de convois routiers conduits entre Bamako et Abidjan. Les militaires de la Force Licorne ont ainsi procédé, avec le soutien de renforts venus de métropole, à la préparation des matériels et à leur embarquement sur trois navires affrétés. Ce soutien s’est également traduit par la prise en charge et l’hébergement du personnel désengagé du théâtre malien.

 

La force Licorne, forte de 450 hommes, accompagne la réforme de l’armée ivoirienne en soutien de l’ONUCI. Elle a ainsi organisé depuis début 2013 la formation de plus de 1500 soldats ivoiriens.

Côte d’Ivoire : Fin du mandat 32 de la force Licorne
Côte d’Ivoire : Fin du mandat 32 de la force LicorneCôte d’Ivoire : Fin du mandat 32 de la force LicorneCôte d’Ivoire : Fin du mandat 32 de la force Licorne
Côte d’Ivoire : Fin du mandat 32 de la force LicorneCôte d’Ivoire : Fin du mandat 32 de la force Licorne
Côte d’Ivoire : Fin du mandat 32 de la force LicorneCôte d’Ivoire : Fin du mandat 32 de la force Licorne
Repost 0
22 décembre 2013 7 22 /12 /décembre /2013 12:55
Exercice- Le 2 RIMa joue AKWABA

 

19/12/2013 Opérations

 

Au camp d’Auvours, près du Mans, 500 marsouins du 2e régiment d’infanterie de marine (2e RIMa) ont participé à l’exercice AKWABA. Patrouille, contrôle de zone, défense de point sensible, escorte de convoi et évacuation de ressortissants…, autant de missions ponctuées d’incidents ont permis à tous les échelons de mettre en œuvre leurs savoir-faire.

 

Le 2e RIMa montre ainsi qu’il est possible de se préparer efficacement à la projection avec les moyens régimentaires dont il dispose. Des moyens qui contribuent à la finalisation de la préparation opérationnelle avant les départs en opération.

Repost 0

Présentation

  • : RP Defense
  • RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories