Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
15 janvier 2016 5 15 /01 /janvier /2016 08:55
photo Armée de Terre

photo Armée de Terre

 

12/01/2016 Armée de Terre

 

Protéger, dissuader, rassurer. Les réservistes remplissent les mêmes missions que les militaires d’active et viennent renforcer leurs camarades, notamment en opérations intérieures.

 

Vivez 24h en immersion avec la 5e batterie de réserve du 61e régiment d'artillerie (61e RA) de Chaumont, déployée en mission SENTINELLE à Versailles durant les fêtes de fin d'année.Qu'ils soient étudiants, salariés ou autres, le même sens de l'engagement les anime : être au service de la France.

Repost 0
26 octobre 2015 1 26 /10 /octobre /2015 12:55
photo Armée de Terre

photo Armée de Terre

 

21/10/2015 Armée de Terre

 

Théâtres extrêmes, nouvelles technologies, utilisation de matériels en pleine mutation... Autant de raisons qui, aujourd’hui, conduisent à repenser en profondeur le maintien en condition opérationnelle des matériels terrestres (MCO-T). Un défi d’anticipation sur le futur que s’apprête à relever l’armée de Terre.

 

Le système de drone tactique intérimaire, exclusivement utilisé par le 61e régiment d’artillerie, nécessite une maintenance très particulière.

 

Le lieutenant Jérôme, chef de section maintenance drone au sein du régiment, revient sur les caractéristiques du matériel et de son environnement. Plongée dans les coulisses de la maintenance d’un aéronef de l’armée de Terre.

Repost 0
9 juillet 2014 3 09 /07 /juillet /2014 12:55
Exposition Technologie et Drones à Chaumont : Sagem met en avant son partenariat avec le 61è Régiment d’artillerie

 

09-07-2014 – Sagem

 

Ces samedi 28 et dimanche 29 juin, le 61è Régiment d’Artillerie organisait au camp d’Aboville à Chaumont (Région Champagne-Ardenne) deux journées portes-ouvertes, associant à cette rencontre armée-nation, le “Salon Technologie et Drones”, pour applications civiles comme militaires. Sagem (Safran) était présent, valorisant ainsi sur son stand le partenariat construit avec le 61è RA dans le cadre du programme de drones tactiques SDTI Sperwer.

 

Le 61è régiment d’artillerie : l’expertise drones de l’armée de Terre

 

Créé en 1910, le 61è RA traverse un siècle de guerres et d’opérations militaires. Equipé du célèbre canon de 75 mm, il connaît le baptême du feu le 22 août 1914. De ses premiers combats, les artilleurs du 61è RA gagnent leur surnom : « les diables noires ». Aujourd’hui, le 61è RA est à la pointe de la numérisation de l’espace de bataille et de la révolution de l’information. Unité de la Brigade de Renseignement, il côtoie, les 44è et 54è Régiments de transmissions (guerre électronique), le 2è Régiment de Hussard (renseignement humain), et du 28è Groupe géographique. En 2004, les premiers drones tactiques SDTI Sperwer arment les batteries du régiment, en remplacement des drones Crécerelle, eux aussi produits par Sagem. A travers Crécerelle puis Sperwer, l’armée de Terre fait figure de pionniers dans l’utilisation des drones pour forces terrestres, tout en consolidant un nouvel art opérationnel, le renseignement multi-capteurs. En octobre 2008, le régiment est projeté en Afghanistan pour soutenir depuis la FOB de Tora avec ses Sperwer les troupes françaises. A cette date, le Sperwer aura servi sans discontinuité durant neuf ans en Afghanistan sous les couleurs des armées du Canada, des Pays-Bas et de la France. Ses missions : le renseignement image, la protection des convois et des unités d’infanterie en zones hostiles, la recherche d’IED, et le guidage de l’artillerie et des hélicoptères de combat.

 

Sagem : maitre d’œuvre du système de drones SDTI Sperwer

 

« 100 % made in France », le Sperwer de Sagem est un véritable succès industriel avec 25 systèmes produits et 150 drones. Depuis son entrée en service au début des années 2000, Sagem ne cesse de le moderniser : une nouvelle catapulte, une fonction relais entre drones, une nouvelle plate-forme optronique, des terminaux portables de réception direct d’image du drone (le système RVT), l’intégration de modems Stanag 4609 pour le partage du renseignent image avec l’OTAN. Sagem, à travers ses différents établissements assure le soutien et la modernisation des systèmes en service permettant au 61è RA de remplir son contrat opérationnel. L’établissement Sagem de Montluçon (Auvergne) est en charge de la production des drones et de l’intégration du système, celui de Fougères (Bretagne) fabrique les cartes électroniques, Sagem à Poitiers (Poitou-Charentes) produit les caméras, et son établissement de Dijon (Bourgogne) les boules optroniques gyrostabilisées. Les contrats en cours avec le ministère de la Défense permettent à Sagem de garantir le maintien de la capacité drones tactiques de l’armée de Terre. Ils pourront ainsi opérer jusqu’à l’arrivée d’une future génération de drones tactiques, comme le prévoit le projet SDT (Système de Drones Tactiques) inscrit dans la LPM 2014-2019 attendus pour 2017. Sagem propose son drone tactique Patroller pour répondre à ce nouveau programme. Le régiment a saisi cette occasion pour présenter en dynamique au public la mise en œuvre du SDTI Sperwer sur sa catapulte, une station sol et l’emploi du terminal portable RVT. Sur son stand, Sagem a donc particulièrement mis en avant l’expérience acquise auprès du 61è régiment d’artillerie, notamment l’Afghanistan, et les performances de sa chaine image à très haute résolution basée sur les boules optroniques de la famille Euroflir.

 

JIM – LR (Jumelle Infrarouge Multifonction – Long Range)

JIM – LR (Jumelle Infrarouge Multifonction – Long Range)


Implanté à Haguenau (Alsace), le 2è Régiment de Hussards, unité de renseignement humain de la Brigade de renseignement, participait aussi à la JPO du 61è RA en exposant ses équipements optroniques portables utilisés en opérations, dont la JIM – LR (Jumelle Infrarouge Multifonction – Long Range) que Sagem produit à Poitiers.

Repost 0
17 juin 2014 2 17 /06 /juin /2014 11:55
Portes ouvertes et salon du drone au 61e RA, les 28 et 29 juin


17.06.2014 par Philippe Chapleau - Lignes de Défense
 

Dans le cadre de ses Journées Portes Ouvertes, le 61e RA organise une exposition de mini drones civils et militaires les 28 et 29 juin sur le site de Chaumont-Semoutiers (Haute-Marne). Vingt exposants sont inscrits.

 

Trois tables rondes sont prévues le samedi 28 juin:
- 11h30 sur la surveillance intelligente traitement d'image et suivi/traking animée par Pixel Drones
- 14h30 sur la filière drone : un enjeu national animée par le Pôle Astech et Peter Van Blyenburgh
- 17h15

Le dimanche matin à 10h: "Drones et Agriculture"

 

Démonstrations de mise en oeuvre du drone SDTI et vols de mini drones militaires

 

Ouverture le Samedi 28 juin à 10h (entrée par la commune de Villiers-le-Sec). Accès par l'Autoroute A 5 (sortie Chaumont-Semoutiers). Accès train par la Gare de Chaumont

 

Renseignements et inscriptions au 03 25 35 96 53.

Repost 0
11 avril 2014 5 11 /04 /avril /2014 07:55
Chamborant : La brigade renseignement en exercice

Patrouille de recherche blindée dans la profondeur (crédits G Belan)

 

10 avril, 2014 Guillaume Belan (FOB)

 

Le 10 avril va s’achever « Chamborant 2014 », exercice annuel de grand ampleur de niveau brigade impliquant la Brigade de Renseignement de l’armée de terre. L’occasion de se pencher sur ces unités peu connues aux savoir-faire uniques.

 

L’exercice, qui se déroule sur une zone de 2500 km2 centrée sur la base de Chaumont-Sémoutier est organisé par le 2ème Régiment de Hussards, appuyé par les autres régiments de la Brigade Rens : a savoir le 61ème Régiment d’Artillerie avec ses drones tactiques SDTI Sperwer ; le 54ème Régiment de Transmission avec ses capacités de guerre électronique ; la 7ème Batterie de Renseignement de brigade avec ses mini-drones DRAC (drones de reconnaissance au contact) ainsi que le 28ème Groupe géographique, unité aux compétences uniques en topographie et cartographie.

 

L’objectif de cette manœuvre est d’entraîner l’ensemble des capacités d’un bataillon multicapteurs, de ses capteurs à son PC. Pour l’occasion, une centaine de véhicules ont été engagés (VAB, PVP, VBL…) et plus de 400 soldats ont été engagés (dont près d’une centaine de plastrons).

 

Organisé autours d’un exercice de type anti-insurrectionnel, le scénario est volontairement très développé et particulièrement complexe, impliquant des sources multiples, caches d’armes, captures, des collusions de certaines sources avec des insurgés, des infiltrations de jours ou de nuits, des zones refuges qui évoluent dans le temps et l’espace… Pour résumer cette complexité, l’exercice Chamborant, c’est, au total, pas moins de 600 pages de scénario et de fiches diverses !

 

Une unité en observation avec une JIM LR, très bien camouflée (crédits: G Belan)

Une unité en observation avec une JIM LR, particulièrement bien camouflée (crédits: G Belan)

 

Des forces très spéciales

 

Il faut dire que ces unités ont un savoir-faire très particulier et unique pour remplir leur mission de recherche de renseignement. Attention, il ne s’agit pas ici d’unités de forces spéciales, même si, les savoirs faire et mode opératoires sont parfois très proches. « A la différence des forces spéciales, nous travaillons en appui des forces conventionnelles, alors que les forces spéciales ont un tempo d’opérations très réactif et plus brutal. Les types d’actions sont différents, et nous ne travaillons pas en général sur les mêmes thématiques, ni sur les mêmes secteurs. Notre objectif est de livrer du renseignement pour la manœuvre conventionnelle interarmes » précisait à FOB, le colonel Haicault de la Regontais, chef de corps du 2ème RH  durant l’exercice. Ce savoir-faire unique et précieux du 2ème RH explique le fort taux de projection du régiment : une centaine de soldats sont actuellement en opérations, et en comptant leur auto-relève, c’est 300 personnels sur les 850 que compte le 2ème RH, qui sont aujourd’hui mobilisés pour les opex (opérations extérieures).

 

Unité de guerre électronique (Crédits: G Belan)

Unité de guerre électronique (Crédits: G Belan)

 

Systématiquement sollicités pour toutes opérations où l’armée de terre est déployée : du Mali à la RCA, en passant par le Tchad ou le Liban, les Hussards sont de toutes les opérations. Un rouage très discret mais très sollicité grâce à ses compétences très particulières : des détachements de renseignement humain qui sont capables, en toute autonomie pendant plusieurs jours de s’infiltrer jusqu’à 200 km à l’intérieur des lignes ennemies. Des capacités également uniques en interrogatoires de personnes, « dans le respect des conventions internationales ».

Le 2ème Hussards compte 9 escadrons (dont un de réserve), répartis en deux fonctions : celle « capteurs » : quatre unités de recherche blindé dans la profondeur (sur des VBL spécialement adaptés : les VB2L-PRP, avec treuil et réservoirs additionnels notamment), dont la mission est l’infiltration et la recherche discrète de renseignement. Ces unités s’infiltrent de nuit, à pieds, en VBL ou sont déposés en hélicoptères pour évoluer et se cacher dans des postes d’observations camouflés dans l’environnement, qu’ils fabriquent. Ils sont là capables d’opérer en toute autonomie, au milieu de l’ennemi, pendant une dizaine de jours. Ils observent, renseignent, transmettent. Impossibles à détecter, effet garanti !

 

Le second capteur est les unités de recueil de l’information (2 escadrons). Il s’agit là de spécialistes du traitement des sources humaines, qui via des rencontres, prises de contact avec la population, entretiens ou interrogatoires, ramènent d’utiles informations. Mémoires d’éléphant et équipements high-tech mais légers.

 

La seconde composante du 2ème RH est celle commandement et transmission, avec un escadron en charge des Trans (VHF, HF ou satellites) ainsi que de l’exploitation du renseignement. Il s’agit d’experts capables d’analyse fine des données et qui travaillent grâce au logiciel SAEr (relire l’article de FOB ici sur ce système). Modélisation, cartographie, portait-robots…

Soldats du 2ème RH en observation  (crédits: G Belan)

Soldats du 2ème RH en observation depuis déjà plusieurs jours (crédits: G Belan)

 

La recherche du renseignement est avant tout humaine

 

« Dans les opérations de renseignement, la colonne vertébrale est la recherche humaine, dans laquelle vient s’intégrer des capacités techniques (écoutes, drones…). Un capteur technique peut se faire leurrer, alors que le capteur humain peut retourner à sa source, il n’est pas si leurrable que cela. Ainsi la recherche du renseignement est avant tout humaine » insiste le colonel Haicault de la Regontais.

 

Et si toutes unités de l’armée de terre font du renseignement élémentaire, le 2ème RH fait lui aussi de l’action élémentaire. Ainsi, à côté des capteurs high-tech, comme la JIM-LR (Jumelles infrarouges refroidies multifonctions longue portée de Sagem) ou des téléobjectifs très puissants, toutes les unités sont armées de divers armements et sont aussi qualifiés pour guider des appuis feu (artillerie LRU, 155 mm, chasseurs bombardiers, hélicoptères, artillerie navale…).

Les autres unités de la Brigade de Renseignement apportent de précieux capteurs complémentaires techniques, qu’il s’agisse des drones (SDTI Sperwer ou DRAC) ou des capacités de guerre électronique (brouillage, interceptions, écoutes…).

 

Le DRAC sur sa lance de lancement  (Crédits; G Belan)

Le DRAC sur sa rampe de lancement (Crédits; G Belan)

Repost 0
16 janvier 2014 4 16 /01 /janvier /2014 12:55
Sagem reçoit une nouvelle commande de cinq drones SDTI Sperwer pour l’Armée de Terre française

 

Paris, Ie 15 janvier 2014 Safran

 

Sagem (Safran) a reçu fin décembre 2013 une commande de la Direction Générale de l’Armement (DGA) portant sur cinq drones tactiques SDTI Sperwer (Système de Drones Tactiques Intérimaires) supplémentaires au profit de l’Armée de Terre française, dont trois fermes et deux en options. Les drones seront livrés en 2015.

Le système de drones tactiques Sperwer a été utilisé en Afghanistan entre 2003 et 2012 par trois Forces de l’OTAN (Canada, Pays-Bas, France). Dans l’armée de Terre, le Sperwer est mis en œuvre par le 61e Régiment d’Artillerie (*) qui l’a déployé avec succès sur ce théâtre de novembre 2008 à juin 2012 pour des missions de protection, de renseignement, et d’appui des troupes au sol.

Ce nouveau contrat impliquera les établissements Sagem de Dijon et de Poitiers pour les capteurs optroniques, de Fougères pour les cartes électroniques et de Montluçon pour les systèmes de pilotage, de navigation et l’intégration des drones, ainsi que de nombreuses sociétés françaises fournissant des sous ensembles du drone. Ce tissu industriel permet à Sagem de soutenir le SDTI de l’Armée de Terre au-delà de 2017.

A partir de l’expérience acquise avec Sperwer, Sagem développe le système de drones tactiques endurant Patroller™ pour les marchés internationaux et pour répondre aux besoins futurs de l’armée de Terre.

Sagem maîtrise en France l’ensemble des technologies nécessaires au développement et à la production d’un système de drones : capteurs optroniques gyrostabilisés jour-nuit, navigation inertielle, avionique de vol, liaisons de données, segment sol (stations de contrôle, traitement d’image, préparation et restitution de missions,…), intégration, certification de navigabilité et essais en vol des systèmes et des charges utiles.

A ce jour, Sagem a produit plus de 25 systèmes de drones tactiques Sperwer et 150 véhicules aériens.

(*) A ce titre, la Brigade de Renseignement, dont fait partie le 61ième RA, a reçu la croix de la valeur militaire lors d’une cérémonie à l’Hôtel des Invalides (Paris) le 20 Novembre 2013.

****

Sagem, société de haute technologie du groupe Safran, est un leader mondial de solutions et de services en optronique, avionique, électronique et logiciels critiques, pour les marchés civils et de défense. N°1 européen et n°3 mondial des systèmes de navigation inertielle pour les applications aéronautiques, marines et terrestres, Sagem est également n°1 mondial des commandes de vol pour hélicoptères et n°1 européen des systèmes optroniques et des systèmes de drones tactiques. Présents sur tous les continents via le réseau international du groupe Safran, Sagem et ses filiales emploient 7 000 personnes en Europe, en Asie du Sud-est et Amérique du Nord. Sagem est le nom commercial de la société Sagem Défense Sécurité.
Pour plus d’informations : www.sagem-ds.com

Repost 0
7 janvier 2014 2 07 /01 /janvier /2014 13:55
1er salon des drones à Chaumont - 27, 28 et 29 Juin 2014

13.12.2013 par 61e RA

Repost 0

Présentation

  • : RP Defense
  • RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories