Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
16 mars 2015 1 16 /03 /mars /2015 12:55
Projet MRTT - Plan Unis pour "Faire Face"


13 mars 2015 Armée de l'Air

 

Dans le cadre du plan stratégique Unis pour "Faire Face", le colonel Tantet est chef du projet MRTT. Il évoque l'arrivée dans les forces aériennes françaises de l'Airbus A330, surnommé "Phénix". Il est aussi question de l'impact sur le personnel et les infrastructures qui accueilleront le remplaçant à terme du Boeing C135.

Partager cet article

Repost0
18 septembre 2014 4 18 /09 /septembre /2014 14:55
Un A340 se pose sur la base aérienne 367 de Matoury

 

18/09/2014 Commandant Abderhamane Bouaziz - Armée de l'air

 

Un Airbus A340 de l’escadron de transport 3/60 « Estérel » a stationné exceptionnellement sur le tarmac de la base aérienne 367 de Matoury, en Guyane, les 10 et 11 septembre 2014.

 

L’avion de transport stratégique, d’une masse à vide de 130 tonnes et d’une envergure de plus de 60 mètres, a été parqué sur la plateforme militaire. Habituellement, lors de ses rotations sur le sol guyanais, l’aéronef de l’armée de l’air est parqué sur l’aéroport international de « Cayenne Félix Eboué ». Cependant, en raison du lancement de la fusée Ariane, jeudi 11 septembre 2014, l’affluence sur l’aéroport a contraint l’A340 à stationner sur la base aérienne.

 

Cette opération délicate a été une réussite, grâce au professionnalisme des agents du transit de l’escale aérienne militaire et de la compagnie Air France. Elle montre l’importance des travaux préliminaires d’études et de coordination pour garantir au quotidien la sécurité aérienne. Les spécialistes ont ainsi pu pallier l’exiguïté relative de la plateforme de la base aérienne, dont la surface est actuellement réduite du fait de la présence de bâtiments modulaires.

Partager cet article

Repost0
2 septembre 2014 2 02 /09 /septembre /2014 16:30
Kurdistan-Irak : Participation des armées aux opérations humanitaires, deuxième rotation d’un A340 (13 Aout)

 

15/08/2014 Sources : EMA

 

Le 13 août 2014, un Airbus A340 de l’armée de l’Air a projeté 20 tonnes de matériel de secours pour apporter un soutien humanitaire aux populations civiles déplacées en situation de grave péril au Kurdistan irakien (au nord de l’Irak).

 

C’est la deuxième rotation de fret humanitaire à destination de cette région. En effet, le 10 août 2014, un premier A340 de l’armée de l’air avait acheminé 18 tonnes de médicaments, couvertures et tentes.

 

Pour cette deuxième rotation, 20 tonnes d’équipements de première nécessité ont été conditionnées. En liaison avec le personnel de l'aéroport de Roissy-Charles de Gaulle, les équipes logistiques du district du transit aérien en région parisienne (DITAP) de l'armée de l'air ont réalisé le chargement du fret à bord de l'avion. Une station de traitement et de distribution d’eau potable de 12,5 tonnes pouvant alimenter en eau 50 000 personnes, 600 kits de cuisine, 60 tentes, et 3,5 tonnes de médicaments ont ainsi été chargés dans la soute de l’A340 sous la surveillance du chef de soute de l’Estérel.

 

Vers 15h30, après son atterrissage à Erbil, l’équipage a ainsi pu remettre la cargaison humanitaire au personnel du centre de crise du ministère des Affaires étrangères et du développement international (MINAEDI), chargé de le distribuer aux autorités locales et aux représentants des organisations non gouvernementales, comme la Croix-Rouge.

 

Cinq jours après que le président de la République ait affirmé la volonté de la France de se tenir aux cotés des populations civiles victimes des exactions de l’Etat Islamique (EI) ; la réactivité, l’entraînement et le professionnalisme des militaires ont permis aux armées d’effectuer deux acheminements de fret humanitaire auprès des populations locales en situation de grave péril

Kurdistan-Irak : Participation des armées aux opérations humanitaires, deuxième rotation d’un A340 (13 Aout)

Partager cet article

Repost0
11 août 2014 1 11 /08 /août /2014 12:26
Kurdistan-Irak : soutien des armées à l’action humanitaire de la France

 

11/08/2014 Sources : EMA

 

Le 9 août 2014, compte-tenu de la gravité de la situation au Kurdistan irakien, le président de la République a annoncé que la France allait procéder à de premières livraisons d’équipement de secours, afin de répondre aux besoins humanitaires immédiats.

 

Dans le même temps, il a été demandé à l’état-major des armées (EMA) de planifier et de conduire la projection du fret humanitaire à destination de la population kurde, en situation de détresse humanitaire. Dans ce cadre, le centre de planification et de conduite des opérations (EMA/CPCO) a ordonné l’affrètement d’un avion A340 de l’armée de l’Air, appartenant à l’escadron de transport 3/60 Estérel.

 

 Samedi 9 août en fin d'après-midi, sur la base aérienne 110 (BA110) de Creil dans l'Oise, une équipe de huit personnes du district du transit aérien en région parisienne (DITAP) a procédé au conditionnement des 18 tonnes d'aide humanitaire. Les militaires du DITAP ont ainsi mis sur palettes les couvertures, tentes et autres médicaments fournis notamment par la sécurité civile.

 

Depuis la base de Creil, trois rotations de camion ont permis d'acheminer les palettes conditionnées vers l’aéroport Roissy-Charles de Gaulle, pour être chargées dans l’Airbus A 340 de l’Esterel.

 

En liaison avec les personnels de l'aéroport, les équipes logistiques de l'armée de l'Air ont réalisé le chargement du fret à bord de l'avion, avant son décollage vers 7 heures du matin en direction l'aéroport d'Erbil dans le Kurdistan irakien.

 

Le 10 aout à midi, l'aéronef militaire se posait à Erbil et débutait immédiatement les opérations de déchargement. Durant l’escale, le ministre des affaires étrangères, M. Laurent Fabius, est venu retrouver l’équipage de l’armée de l’Air afin de superviser la manœuvre globale et remettre officiellement ce chargement humanitaire aux autorités locales, ainsi qu’aux organisations non gouvernementales qui apportent leur secours aux populations déplacées.

 

A l’issue du déchargement, l’équipage de l’A340 a redécollé en milieu d’après-midi. La réactivité et le professionnalisme des équipages ont permis de répondre très rapidement au besoin des populations locales, en étroite coopération avec le ministère des affaires étrangères.

Kurdistan-Irak : soutien des armées à l’action humanitaire de la France
Kurdistan-Irak : soutien des armées à l’action humanitaire de la FranceKurdistan-Irak : soutien des armées à l’action humanitaire de la FranceKurdistan-Irak : soutien des armées à l’action humanitaire de la France

Partager cet article

Repost0
30 janvier 2013 3 30 /01 /janvier /2013 19:47

C-17 Globemaster III deliver French troops to Mali

 

30/01/2013 Par Olivier Berger, grand reporter à La Voix du Nord. Défense globale

 

Le ministère de la Défense dévoile quelques chiffres logistiques depuis le début de l'opération Serval. Ces données sont communiquées par le centre multimodal des transports basé à Villacoublay qui planifie et conduit les acheminements stratégiques par terre, air ou mer.

 

Les armées françaises ont déjà acheminé autant de matériel au Mali et dans les pays environnants au soutien qu'elles en ont retiré d'Afghanistan ...

 

Depuis le début de l'opération Serval, plus de 10 000 tonnes de fret ont été transportées. L'équivalent du désengagement d'Afghanistan en 2012 (9 764 tonnes).

 

Plus de 50 VAM (voie aérienne militaire) ont convoyé le personnel militaire par les Airbus A310 et A340 de l'escadron de transport Estérel de la base de Creil.

 

Le ministère de la Défense compte également plus de cent affrètements aériens (Antonov et Ilyushin). Les rotations d'une douzaine de C17, prêtés par des partenaires internationaux (des Etats-Unis à la Belgique en passant par le Canada, le Royaume-Uni, les Emirats arabes unis...) pour transporter du matériel n'entrent pas dans ce chiffrage.

 

Plus de cinq cents militaires du second GTIA, 140 véhicules, 20 conteneurs et plus de 50 tonnes de munition ont vogué sur le BPC Dixmude pour rejoindre Dakar ce lundi 28 janvier.

 

En amont, les autorités n'oublient pas de citer la réactivité de la SNCF, au titre d'une convention OPEX (signée en juillet 2012). Plusieurs trains militaires spéciaux ont été affrétés en 48 heures au lieu des 45 jours habituels à destination de Toulon et de la Zone de regroupement et d'attente de Miramas.

 

Il y a dix jours, le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, a confié que le coût de la totalité du déploiement de l'opération Serval se montait à 30 millions d'euros, à prendre sur le budget OPEX.

Partager cet article

Repost0
15 janvier 2013 2 15 /01 /janvier /2013 08:45
4e jour de l’intervention militaire au Mali: la France en tête

 

14 janvier 2013 par Jacques N. Godbout - 45enord.ca

 

Le Conseil de sécurité de l’ONU discute ce lundi 14 janvier du conflit au Mali et ses membres devraient faire part de leur soutien à l’intervention militaire de la France contre les islamistes qui contrôlaient le nord du pays de puis près de neuf mois et avaient, la semaine dernière commencé à progresser vers le sud.

 

16h32: L’Algérie ferme sa frontière avec le Mali.

 

16h40 Une trentaine de chars français et plusieurs transporteurs de troupe accompagné un hélicoptère  de la Force Licorne, déployée en Côte d’Ivoire depuis 2002 ont quitté la Côte d’ivoire pour se rendre au Mali.

 

16h47 Le ministre malien des affaires étrangères sur itélé: « Nous comptons sur les soldats français au sol et jusqu à la victoire ».

 

16h53 Le représentant de la France à l’ONU , Gérard Araud, déclare que, dès la fin de la crise, il sera impératif que le gouvernement maline établisse une feuille de route et entame des négociations.

 

17h06 « Nous prouvons aux  groupes armées du Nord, qu’il n’y a pas d’autre voie que la négociations.  » L’objectif est la négociation « , insiste Gérard Araud, l’ambassadeur de France à l’ONU, en terminant son point de presse à New-York.

Le but de ces consultations informelles à huis clos, qui se tiennent à partir de 15h00, heure de New-York à l’initiative de Paris, est d’informer les partenaires de la France quatre jours après le lancement de l’opération “Serval”. Il s’agit de la première réunion plénière du Conseil sur le Mali depuis l’intervention.

 

La France n’avait pas d’autorisation particulière à demander au Conseil et la base légale de son intervention n’est pas contestée par les 14 autres pays membres, puisque la résolution 2085 autorisait déjà le déploiement de 3 300 hommes au Mali pour reconquérir le Nord, aux mains des islamistes rebelles, mais il fallait d’abord former et entraîner les forces africaines qui seraient appelées à intervenir sur le terrain. Dans une déclaration jeudi soir, le Conseil de sécurité avait même pressé ceux qui le pouvaient de fournir à Bamako toute l’assistance nécessaire pour “réduire la menace représentée par les organisations terroristes et les groupes affiliés”.

 

Mais rien n’empêchait donc les pays prêts à intervenir à le faire, tout au contraire. Vu l’urgence de la situation, la France a donc décidé d’intervenir au mali avant qu’il n’y ait, pour ainsi dire, plus de Mali.

 

Le ministre des Affaires étrangères français a fait le point aujourd’hui, affirmant, en conférence de presse que « en intervenant au Mali, la France assume ses responsabilités internationales et remplit ses obligations internationales:

 


 

Le Conseil voudra savoir maintenant quelle pourrait être la durée de cette offensive, et dans quel délai les troupes africaines (de la force internationale) peuvent être en place. Pour l’instant, les responsables français ont déclaré que l’opération durera “le temps nécessaire”, évoquant “une question de semaines”.

 

Quant au déploiement autorisé par la résolution de l’ONU de la Mission internationale de soutien au Mali (Misma), cette force internationale, essentiellement composée de pays d’Afrique de l’ouest africaine, son déploiement effectif pour reconquérir le nord du Mali pourrait en effet prendre des mois, même si on tente de l’accélérer dans la mesure du possible.

 

La Russie, qui souligne souvent le danger de l’extrémisme islamiste et la Chine qui a des intérêts commerciaux et énergétiques en Afrique et pour qui la stabilité du continent africain est importante, ne devraient pas voir l’intervention française d’un trop mauvais oeil.

 

Quant à Washington, il déclare “partager l’objectif français d’empêcher des terroristes de bénéficier d’un sanctuaire dans la région” fournira à Paris un appui logistique et des drones de surveillance.

 

État des forces 

 

Les forces françaises de l’Opération Serval

  • 200 soldats de l’opération Épervier, qui étaient au Tchad, incluant un certain nombre de légionnaires, ont été transportés par avion à Bamako, la capitale malienne. Puis, une compagnie du régiment d’infanterie de marine basé à Auvours s’est rendu à Bamako le samedi 12 janvier.
  • Des hélicoptères de combat Gazelle du 4e régiment d’hélicoptère des forces spéciales, armés missiles anti-chars HOT et de canons de 20 mm. Le 4ème régiment est basé à Pau et dispose de 12 de ces hélicoptères.
  • Quatre chasseurs Mirage 2000D, basé au Tchad, et soutenu par deux ravitailleurs C135. Au total, la France dispose de deux aviosn de reconnaissance Mirage F1 CR, de six Mirage 2000D, 3 C135, un C130 Transall C160, qui était déjà déployé au Tchad dans le cadre de son opération Epervier.
  • Quatre avions de combat Rafale se sont aussi envolé le dimanche 13 janvier de leur base de Saint-Dizier pour le Mali où ils ont commencé à effectuer des bombardements le même jour.

Les 4 Rafales partent de Saint-Dizier:

 


 

Les alliés occidentaux

 

Du Royaume-Uni:

 

  • Deux avions C-17 pour transporter des troupes étrangères et du matériel militaire au Mali. Un C-17 est actuellement en France et l’autre est actuellement àla base de la Royal air force Brize Norton-en Angleterre.

Grande-Bretagne ne propose pas de troupes, mais Mark Simmonds, le ministre britannique pour l’Afrique, a déclaré que le personnel militaire britannique pourrait également être impliqué dans la formation de l’armée malienne.

 

La participation britannique au Mali est prévu pour durer une semaine, selon le ministre britanique des Forces armées Andrew Robathan Les seuls militaires britanniques au sol seront l’équipe au sol de l’avion de transpot C-17.

 

Des USA:

 

Des responsables américains ont indiqué qu’ils offraient d’envoyer des drones au Mali. Le ministre des Affaires étrangères français, Laurent Fabius, a déclaré que les États-Unis fourniront des services de communications et de l’aide pour le transport de troupes et de matériel.

 

Du Canada:

 

Le Canada enverra un C-17 Globe Master pour le transport pendant une semaine.

 

De l’Allemagne

 

L’Allemagne étudie un soutien logistique ou humanitaire

 

Et, pendant ce temps, comme noius le disions précécédemment, l’Union européenne accélère les préparatifs de la mission de formatioin des forces africaines au Mali (on parle maintenant de mi-février ou début mars).

 

Les Pays africains:

  • Le Burkina Faso enverra 500 soldatsMali and 500 autres pour verouiller la frontière nord. Les Burkinabés ont déjà, d’ailleurs, établi des postes de contrôle sur les routes qui au Burkina Faso qui mène à sa frontièr avec le nord du Mali. au Nord malienCheck points have also been set up in Burkina Faso on roads to it northern border with Mali.
  •  Le Nigéria envera 600 soldats, a annoncé le ministre des Affaires étrangères français le lundi 14 janvier
  • Le Sénégal enverra 500 soldats pour prendre part au combat.
  • Le Niger enverra 500 soldats Mali pour combattre les extrémistes.
  • Le Togo enverra 500 hommes
  • Le Bénin enverra 300 hommes
  • Le Ghana enverra 120 militaires, spécialistes du génie

Et le président nigérien Mahamadou Issoufou a déclaré que 500 soldats maliens qui s‘étaient repliés avec le colonel Alhaji Ag Gamou en 2012 au Niger face à l’avancée des islamistes dans le Nord du Mali pourraient reprendre le combat contre les djihadistes.

 

Pendant ce temps sur le terrain, les rebelles contre-attaquent

 

L’aviation française avait bombardé pour la première fois dimanche leurs positions dans le nord, à Gao et Kidal, au coeur des territoires jihadistes. Impossible, par contre, d’établir un bilan exact des pertes du côtés des islamistes, mais, dans la seule ville de Gao et sa périphérie, des sources parlent plus de soixante jihadistes tués au cours de bombardements français et des chefs de la rébellion auraient été tués ou blessés.

 

Les positions islamistes à Nampala, à une cinquantaine de kilomètres de Diabali, et un camp d’entraînement jihadiste à Léré, près de la Mauritanie, avait aussi été touchés dimanche par les frappes aériennes françaises

Ce lundi 14 janvier, des combattants djihadistes, menés par Abou Zeid, l’un des chefs d’Al-Qaïda au Maghreb (Aqmi), ont repris ce lundi 14 janvier la ville de Diabali, dans l’Ouest, près de la Mauritanie, dans une zone sous le contrôle des autorités maliennes, rapportait ce matin l’AFP.

 

L’armée mauritanienne s’est quant à elle redéployée lundi pour verouiller la frontière avec le Mali.

 

“Nous savions qu’il y aurait une contre-offensive vers l’ouest, d’autant plus que là se trouvent les éléments déterminés, les plus structurés, les plus fanatiques (…). Ils ont pris Diabali, qui est une petite commune, après des combats importants et après une résistance de l’armée malienne qui était insuffisamment dotée à ce moment précis”, a déclaré le ministre français de la Défense, Jean Yves le Drian sur la chaîne BFM-TV

 


 

Toujours ce lundi 14 janvier, le quartier général du Mouvement pour l’unicité et le djihad en Afrique de l’Ouest (Mujao) à Douentza, à 800 km au nord de Bamako, a été visé à son tour, mais les rebelles islamistes avaient déjà fui la ville.

 

Et, finalement, les Touaregs prêts à s’allier à la France

 

Les rebelles touareg du Mouvement national pour la libération de l’Azawad (MNLA) ont pour leur part déclarer être “prêts à aider” l’armée française à lutter contre les groupes islamistes armés du nord du Mali, en faisant “le travail au sol”, fort de leur “connaissance du terrain et des populations”.

 

Les Touaregs s’étaient emparés en janvier 2012 du nord du Mali, avant d’en être évincé peu après par les groupes islamistes armés. Très affaibli, les Touaregs s’étaient en décembre 2012 engagéà cesser les hostilités et à négocier avec le gouvernement malien.

 

 À lire aussi:

 

Intervention militaire au Mali, le Canada apportera son soutien logistique >>

Partager cet article

Repost0
10 août 2012 5 10 /08 /août /2012 07:35

http://www.defense.gouv.fr/var/dicod/storage/images/base-de-medias/images/operations/afghanistan/120809-afghanistan-desengagement-de-150-militaires-francais/desengagement-de-150-militaires-francais-12/1895986-2-fre-FR/desengagement-de-150-militaires-francais-1.jpg

 

09/08/2012 Sources : EMA

 

Dans le cadre du désengagement suite à la transition de la Surobi, le jeudi 9 août 2012, sur le tarmac de l'aéroport de militaire de Kaboul, un airbus A340 de l'escadron Esterel ramène 150 militaires français en France. Principalement composé du Battle group Wild Geese, mais aussi du bataillon d'hélicoptères et des mentors des Advisor Team.

Partager cet article

Repost0
9 janvier 2012 1 09 /01 /janvier /2012 13:20

http://www.usinenouvelle.com/mediatheque/8/0/5/000122508_5.jpg

 

A330 MRTT

09 janvier 2012 par Barbara Leblanc – L’USINE NOUVELLE

Devant un panel de journalistes de la presse aéronautique, le ministre de la Défense, Gérard Longuet, assure que la France pourrait commander des ravitailleurs dès 2013.

La France doit renouveler sa flotte vieillissante de ravitailleurs, composée de C135FR fabriqués par Boeing et d'Airbus A340 et A310, également utilisés pour le ravitaillement en vol. Et le gouvernement entend choisir le groupe européen Airbus et ses ravitailleurs des MRTT (Multirole tanker transport). C’est ce que le ministre de la Défense assure tablant sur une livraison des appareils en 2017.

Cette déclaration met un terme à plusieurs rumeurs laissant planer le doute sur l’attribution de ce contrat. L'Airbus A330 est en effet en concurrence avec Boeing sur ce marché des MRTT. Aux Etats-Unis, l'A330 a fini par perdre un énorme marché de ravitailleurs pour le Pentagone, remporté par Boeing après plusieurs retournements de situation.

L'A330 MRTT, qui peut ravitailler en vol deux avions simultanément, est capable d'emporter à la fois plus de cent tonnes de carburant, 37 tonnes de matériel et jusqu'à 270 passagers. Pour l’heure, les pays ayant commandé cet appareil sont l'Australie, la Grande-Bretagne, l'Arabie saoudite et les Emirats Arabes Unis. Il a aussi été présenté à l’Inde.

Partager cet article

Repost0
19 octobre 2011 3 19 /10 /octobre /2011 18:25

http://www.defense.gouv.fr/var/dicod/storage/images/base-de-medias/images/air/actualites/images-2011/images-octobre-2011/le-commandement-europeen-du-transport-aerien-militaire-european-air-transport-command-eatc-se-trouve-a-eindhoven-aux-pays-bas/1415459-1-fre-FR/le-commandement-europeen-du-transport-aerien-militaire-european-air-transport-command-eatc-se-trouve-a-eindhoven-aux-pays-bas.jpg

 

19/10/2011 Armée de l’Air

 

Mercredi 12 octobre 2011, le général Philippe Gasnot, commandant la brigade aérienne d’appui et de projection (BAAP), s’est rendu sur l’aéroport militaire d’Eindhoven, aux Pays-Bas, pour visiter le commandement européen du transport aérien militaire (European Air Transport Command- EATC ).

 

Accompagné d’une délégation de trois officiers spécialistes du transfert des responsabilités d’une partie de la flotte de transport aérien française, le général Gasnot s’est d’abord entretenu avec le général Alain Rouceau, à la fois chef d’état-major et commandant en second de l’EATC, mais également représentant national français dans la jeune structure multinationale. Sur les 130 avions des unités de la BAAP, 57 sont dorénavant placés sous le contrôle opérationnel de l’EATC. Il s’agit à la fois d’avions de transport tactique (Hercules, Transall, Casa) et d’avions de transport stratégique (Airbus A310 et A340). «Cette visite est donc toute naturelle, explique le colonel Nicolas Methia, chef de la division EATC à la BAAP. Elle vise, d’une part, à rencontrer in situ le personnel et à apprécier le cadre ainsi que le mode de fonctionnement de l’unité. D’autre part, elle nous offre l’occasion de nous entretenir avec les responsables de l’unité et, en particulier, avec le général commandant l’EATC et son adjoint pour faire le point sur un certain nombre de dossiers.» La délégation s’est ensuite longuement réunie en salle de briefing pour une présentation plus détaillée des missions de l’EATC, regroupant des représentants de chacune des divisions, opérationnelle et fonctionnelle. Les discussions ont largement porté sur l’emploi des équipages de transport, sujet sur lequel l’EATC travaille depuis plusieurs mois dans le domaine de l’harmonisation des procédures entre les quatre pays membres (Allemagne, Belgique, France et Pays-Bas).

 

Après la théorie, place à la pratique avec une visite guidée des locaux où le personnel opère 24/24h. «La présentation du « mission controlling» (contrôle de mission), cellule en charge de la gestion de l’activité en temps réel de l’ensemble des aéronefs en mission, a permis d’apprécier les moyens mis en œuvre pour réaliser cette tâche », poursuit le lieutenant-colonel Methia. Enfin, l’après-midi, les rôles ont été inversés et ce fut au tour de la délégation de la BAAP de présenter ses attributions et sa réorganisation avant de rencontrer l’équipe de soutien des éléments français insérés à l’EATC. «Nous nous sommes particulièrement attachés à présenter en détails une réforme qui touche en profondeur le transit aérien militaire, une fonction qui participe directement à l’activité opérationnelle», conclut l’officier français.

 

Retrouvez dans le prochain numéro du magazine Air Actualités un article consacré au général Alain Rouceau, ainsi qu’un diaporama photo intitulé «visite guidée des arcanes de l’EATC», prochainement sur le site Internet de l’armée de l’air.

Partager cet article

Repost0
23 avril 2011 6 23 /04 /avril /2011 11:30

http://www.aerocontact.com/actualite_aeronautique_spatiale/images/head200411rg2.jpg

 

20/04/2011 par Adrien Prévost AEROCONTACT

 

La base aérienne de La Sude en Crète (Grèce) accueille, depuis le 25 mars dernier, quatre Mirage 2000-5 français et quatre Mirage 2000-5 qataris qui effectuent conjointement des missions d’interdiction aérienne au dessus de la Libye. Ces derniers jours ils ont reçu le renfort de plusieurs appareils français. Partis lundi 18 avril la base de Solenzara en Corse, quatre Mirage 2000D, qui eux effectuent des missions de frappes au sol et d’interdiction aérienne, ont rejoint la base crétoise après avoir achevé leur mission au-dessus de la Libye. Ils ont été rejoints hier par deux nouveaux Mirage 2000D. Le redéploiement en Crète permet de renforcer l’efficacité du dispositif français et d’économiser les appareils qui ne sont plus qu’à 45 minutes des côtes libyennes. Ainsi les ravitaillements pour l’aller et le retour sur zone ne sont plus obligatoires. Les Mirage 2000D seront normalement opérationnels aujourd’hui quand l’ensemble du détachement achèvera sa montée en puissance, avec le ralliement du personnel de soutien, transmission, imagerie etc., mis en place par A340 et C160. Désormais ce sont dix appareils français, quatre Mirage 2000-5 et six Mirage 2000D qui sont disponibles sur la base aérienne de La Sude.

Partager cet article

Repost0
16 février 2011 3 16 /02 /février /2011 12:30

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories