Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
10 mars 2015 2 10 /03 /mars /2015 19:55
Le tour du monde de l’A400M Atlas

 

10/03/2015 Sources : Etat-major des armées

 

Le 19 février, un A400M Atlas  décollait de la base aérienne 123 d’Orléans pour son premier tour du monde. Au cours de cette mission, l’armée de l’air aura mené des évaluations en vue d’en optimiser l’emploi, d’assurer des transports de fret pour nos forces, et de présenter son nouvel avion de transport, notamment en Australie lors du Salon aéronautique d’Avalon.  

 

Programmé sur quelques 75 heures de vol et une dizaine d’escales seulement, ce vol est avant tout un test significatif pour l’appareil et la communauté A400M. Il représente en effet la plus longue mission jamais réalisée sur Atlas depuis son entrée en service en août 2013 et concrétise l’entrée dans une nouvelle dimension du transport aérien militaire français.

 

Une Armée de l’Air modernisée, avec l’arrivée de l’A400M dans les forces, constitue l’un des points-clés de son programme « Unis pour faire face ». Avion tactique à allonge stratégique, il apporte de nouvelles capacités qui se traduisent notamment par la possibilité de transporter des matériels nouveaux comme le VBCI ou les modules MAMBA. Ce long périple à travers le monde s’inscrit dans le cadre des tests en conditions réelles visant à optimiser son emploi. D’un point de vue technique, l’importante capacité d’emport de l’Atlas, couplée à son très long rayon d’action, permettent aujourd’hui aux équipages de réaliser des missions d’une durée et d’une ampleur jusque-là inédites.

 

C’est ainsi que l’appareil a embarqué 5,5 tonnes de fret à destination de sa première escale aux Emirats Arabes Unis, au profit des forces françaises. Entre les Philippines et Nouméa, poursuivant sa mission, il a déchargé trois tonnes de matériel au profit des forces françaises de Nouvelle Calédonie (FFNC).

 

Lors de son escale à Kuala Lumpur, il a ainsi suscité l’intérêt des Malaisiens, qui recevront leur premier appareil prochainement. Puis, il s’est rendu au salon d’Avalon, la plus importante rencontre aéronautique organisée dans l’hémisphère Sud.

 

L’équipage a aussi évalué les conditions de mise en œuvre d’escales aériennes militaires outre-mer et mené une étude avec le service de santé des armées (SSA) afin de mesurer l’état de fatigue et le niveau de vigilance du personnel navigant sur ces vols longue durée.

 

Il est rentré à Orléans le 06 mars, après 3 jours 2 heures et 20 minutes de vol et 11 étapes. Nul doute que l’armée de l’air saura tirer tous les enseignements de cette mission inédite qui aura mis en valeur les capacités remarquables de l’Atlas.

 

Le tour du monde de l’A400M Atlas

Partager cet article

Repost0
10 mars 2015 2 10 /03 /mars /2015 18:35
L’A400M Atlas se pose en Nouvelle-Calédonie

 

10/03/2015 Sources : État-major des armées

 

Le 28 février 2015, la base aérienne 186 de Tontouta a accueilli un avion Atlas A400M en provenance du salon aéronautique d’Avalon, en Australie.

 

L’avion de transport Atlas A400M s’est posé en terre néo-calédonienne pour la première fois de son histoire, permettant l’acheminement de près de 3 tonnes de fret au profit des Forces Armées Françaises en Nouvelle-Calédonie (FANC).

 

Cette escale fut l’occasion pour les FANC de présenter l’aéronef français à la population locale. Deux journées de présentation au public ont été organisées les 1er et 2 mars, et plusieurs centaines de personnes se sont succédé sur la base aérienne 186 de la Tontouta, dont des personnalités et élus locaux comme le haut-commissaire de la République Vincent Bouvier et la présidente du gouvernement de la Nouvelle-Calédonie Cynthia Ligeard.

 

Après cette escale néo-calédonienne, l’Atlas repartira vers le Pacifique dans le cadre d’une campagne d’expérimentation sur la fatigue des équipages.

 

Les FANC constituent le point d’appui central du « théâtre Pacifique », avec un dispositif interarmées centré sur un groupement tactique interarmes (GTIA) et les moyens de projections associés. Avec les forces armées en Polynésie Françaises (FAPF), dispositif interarmées à dominance maritime, les FANC ont pour principale mission d’assurer la souveraineté de la France dans leur zone de responsabilité, d’animer la coopération régionale et d’entretenir des relations privilégiées avec l’ensemble des pays riverains de la zone pacifique. Enfin les FANC engagent régulièrement leurs moyens pour des opérations d’aide aux populations, en appui des autres services de l’Etat.

L’A400M Atlas se pose en Nouvelle-Calédonie
L’A400M Atlas se pose en Nouvelle-Calédonie

Partager cet article

Repost0
6 mars 2015 5 06 /03 /mars /2015 20:55
Le sergent Antoine, cadet de la mission Atlas - photo Armée de l'Air

Le sergent Antoine, cadet de la mission Atlas - photo Armée de l'Air

 

06/03/2015 Cne Karim Djemaï – Armée de l’Air

 

À 21 ans, le sergent Antoine, alias « Tonio », est le plus jeune participant à la mission menée par l’A400M Atlas autour du monde. Du 19 février au 6 mars 2015, Tonio a, en tant que mécanicien « vecteur », contribué à la mise en œuvre et à la maintenance de l’avion de transport de l’armée de l’air. Rencontre tonifiante entre deux fuseaux horaires.

 

Comment ce tour du monde à bord de l’Atlas s’est-il passé pour vous ?

Sergent Antoine L. : C’est ma toute première mission à l’étranger et j’ai eu la chance d’avoir été choisi pour effectuer ce périple. Du coup, je me suis donné à fond ! Durant ce tour du monde, nous avons enchaîné les pays à un rythme soutenu. À chaque étape, notamment pendant le salon aéronautique d’Avalon en Australie, nous avons reçu un accueil exceptionnel. Partout, les gens se sont pressés pour voir l’avion de près et nous poser toutes sortes de questions. En à peine quinze jours de mission, j’ai énormément appris. Aujourd’hui, j’ai gagné en assurance et mes compétences se sont étoffées. En termes de maintenance, l’appareil s’est extrêmement bien comporté.

 

Quel était votre rôle durant la mission ?

En tant que mécanicien « vecteur » j’interviens sur l’ensemble de l’appareil : circuits hydrauliques, moteurs, freins, train d’atterrissage... Je participe aussi aux opérations de servicing (remise en œuvre de l’appareil) : faire les niveaux et les pleins de carburant, brancher un groupe de démarrage, mettre les cales et les sécurités…  N’étant pas encore titulaire de toutes les qualifications, je devais assister mon chef d’équipe. L’appareil disposait d’un ensemble de pièces de rechange (roues, protections des capots de moteurs, bougies…) pour pallier les différents cas de figures.

 

Depuis quand opèrez-vous sur A400M ?

Lorsque je suis arrivé sur la base aérienne 123 d’Orléans, j’ai dû attendre l’arrivée des premiers Atlas. Je me suis donc « fait la main » sur Transall. Pendant 18 mois, j’ai été affecté à l’atelier moteur de l’escadron de soutien technique aéronautique (ESTA) 2E/061 « Loiret ». J’étais chargé de remettre en état les hélices de C160. De juin à septembre 2014, j’ai suivi la formation sur A400M, chez l’industriel à Séville en Espagne. C’était très exigeant. En quelques semaines, il a fallu assimiler le fonctionnement général des systèmes de l’appareil. Cela représente une documentation d’environ 12 000 pages ! En plus, pour corser le tout, la totalité des cours se déroulaient en anglais !

 

Comment avez-vous choisi de devenir « mécanicien vecteur » ?

J’ai toujours été attiré par l’aéronautique. Tout gosse déjà, mon père m’emmenait sur les meetings aériens. J’ai très vite attrapé le « virus ». Je me suis engagé en 2009 comme arpète sur la base aérienne 722 de Saintes. J’avais alors 16 ans. J’ai décroché un BAC STI avec mention bien. Jamais je n’aurais obtenu de tels résultats dans un lycée classique. À Saintes, la préparation est excellente. Chez les arpètes, l’esprit de cohésion est très fort. On forme un groupe soudé. On prend beaucoup de plaisir à se revoir, que ce soit en France ou partout ailleurs dans le monde. En tant que mécanicien vecteur, je voulais travailler sur un gros avion, fait pour le transport aérien. J’adhère totalement à l’état d’esprit qui règne dans le transport. On constitue une communauté unie. En tant que dernier arrivé, je dois m’imprégner des traditions. Pendant ce tour du monde, je devais par exemple m’occuper de la mascotte de l’atelier. Elle est revenue en métropole avec pleins de souvenirs, qui pourront ensuite être partagés avec l’ensemble de l’unité !

 

Mission Atlas : le sergent Antoine, mécanicien - photo Armée de l'Air

Mission Atlas : le sergent Antoine, mécanicien - photo Armée de l'Air

Des mécaniciens autour du monde

Pour effectuer son premier tour du monde, l’A400M Atlas a embarqué pas moins de huit mécaniciens afin de pouvoir assurer un dépannage, en toute autonomie, à des milliers de kilomètres de la métropole. De nombreuses spécialités étaient représentées : un officier mécanicien, un chef de piste, un mécanicien « cellule », un technicien en télécommunications, ainsi que deux mécaniciens « vecteur » et deux mécaniciens « avionique ». Ces deux dernières spécialités sont aussi respectivement appelées « B1 » et « B2 ». La lettre B correspond au niveau de licence de navigabilité délivré, en accord avec la réglementation civile.

Le tour du monde de l’Atlas à travers les yeux du sergent Antoine

Partager cet article

Repost0
6 mars 2015 5 06 /03 /mars /2015 08:50
First German “Atlas” under operational control

 

Thursday 5 March - EATC

 

The Transfer of Authority (ToA) of the first German A400M under EATC Operational Control (OPCON) has taken place.

 

The A400M with the tail number 54+01 is operated by the Air Transport Wing 62 located at Wunstorf Airbase near Hannover. The aircraft was handed over to the German Air force three month ago and is now ready to take on the first EATC tasks.

In total Germany will operate a fleet of 40 A400M in the years to come. The fleet will enhance the EATC capabilities in air transport considerably.

 

The French Air Force already operates six A400M – of which five are EATC assigned.

photo Armée de l'Air

photo Armée de l'Air

Few days ago a French A400M successfully completed its first mission to New Caledonia and back.

Partager cet article

Repost0
6 mars 2015 5 06 /03 /mars /2015 08:50
photo Cpl Goddard RAF

photo Cpl Goddard RAF


March 05, 2015 defense-aerospace.com

(Source: Royal Air Force; issued March 05, 2015)
 

The A400M Atlas, the Royal Air Force’s newest airlift aircraft, delivered a cargo of vital freight into Cyprus this week on its first operational mission as it prepares for initial operational capability later this year.

The aircraft, ‘City of Bristol’, flew into RAF Akrotiri delivering operational freight, making this training flight also Atlas’ first operational tasking. In the Captain’s seat on this historic flight was 24 Squadron pilot, Flight Lieutenant Jamie “JJ” Jackson. He said:

“This flight was incredibly significant for the RAF demonstrating the capability of the aircraft and that we are able to use it to support operations even before we are declared operational. Once we were airborne the aircraft performed well throughout all phases of flight and was great to fly.”

Destined to replace the C130 Hercules, the Atlas is a significantly larger aircraft that has been designed to project tactical air mobility capabilities at range, direct to the point of need. Wing Commander Simon Boyle, Officer Commanding 70 Squadron, said:

“This task illustrates how we are developing the use of the aircraft in this early period. We have been able to support defence operations whilst continuing to grow the experience of our Force’s aircrew instructors, before they begin to train the crews destined for 70 Squadron later this year.”

The aircraft’s load consisted of a variety of freight. Speaking at the Atlas’ UK base at RAF Brize Norton, Simon added:

“The delivery of operational freight is central to the mission of the Atlas Force. This is an important step towards the declaration of an initial strategic Air Transport capability on Atlas in RAF service, and bodes well for 70 Squadron becoming operational as the front-line Atlas squadron later this year.”

Also taking part in the aircraft’s first operational flight was 70 Squadron’s Senior Loadmaster, Master Aircrewman Ian Price. He said:

“Given Akrotiri’s pivotal role as a staging post for the RAF, this trip has provided a fantastic opportunity for us to work alongside the movements team here as we continue to develop our understanding of the impressive payload capabilities of our new aircraft.”

photo Cpl Goddard RAF

photo Cpl Goddard RAF

Partager cet article

Repost0
5 mars 2015 4 05 /03 /mars /2015 18:57
Le CEAM présente - Episode 02 - Expérimentation A400M Capacité opérationnelle sur longue distance

05.03.2015 CEAM

Partager cet article

Repost0
5 mars 2015 4 05 /03 /mars /2015 12:50
A400M : le coup de gueule du DGA contre Airbus

 

05 mars 2015 Par Patrick Déniel - Usinenouvelle.com

  

Accompagnant le chef de l’Etat lors de son déplacement à Mérignac sur les chaîne d’assemblage de Dassault, le DGA Laurent Collet-Billon s’en est violemment pris à Airbus, suite au retard du programme A400M.

 

"Qu’ils viennent voir comment on travaille chez Dassault à Mérignac !", lance Laurent Collet-Billon, le délégué général à l’Armement. "Ils", ce sont les gens d’Airbus Group.

Le DGA, visiblement très énervé, s’en est violemment pris, ce mercredi 4 mars, à Airbus à propos des retards du programme A400M, alors qu’il accompagnait le chef de l’Etat lors de sa visite de l’usine Dassault de Mérignac. François Hollande a visité la chaîne d’assemblage du Rafale suite au contrat gagné en Egypte par l’avion de chasse français.

La DGA a appris qu’elle ne recevrait cette année que deux avions contre les quatre initialement prévus. Et rien n’est certain : la livraison du deuxième exemplaire est prévue pour le mois de décembre. "Depuis le départ de Domingo Ureña-Raso [le directeur du programme limogé par Tom Enders, remplacé depuis par Fernando Alonso, ndlr], nous n’avons plus d’interlocuteur chez Airbus !", se plaint Laurent Collet-Billon, qui souligne que le problème de l’A400M n’est pas que dans la supply-chain : "Il y a aussi un retard dans le développement des fonctions militaires", explique le DGA à un groupe de journalistes présents.

 

Il ne tient pas ses promesses

On a en effet appris il y a peu que l’avion de transport militaire ne tiendra pas toutes ses promesses techniques et notamment qu’il ne pourra pas ravitailler en vol les hélicoptères militaires suite à des négligences de la part des ingénieurs de la conception qui n’ont pas tenu compte de la force des ventes tourbillonnants que peuvent créer les hélices des moteurs.

Furieux, Laurent Collet-Billon a regretté que l’industriel ne lui fasse aucune proposition "comme c’est le cas dans toute bonne négociation." Après la grogne du client allemand, Tom Enders va devoir affronter celle du client français...

Partager cet article

Repost0
4 mars 2015 3 04 /03 /mars /2015 18:35
photo Armée de l'Air

photo Armée de l'Air


04/03/2015 Cne Karim Djemaï - Armée de l'Air

 

Lancé dans son premier tour autour du monde, l’A400M Atlas s’est posé, pour la première fois de son histoire, sur le parking du détachement air 190 de Tahiti Faa’a, dans la soirée du lundi 2 mars.

 

L’avion de transport tactique avait pourtant décollé le 3 mars de la base aérienne 186 de Tontouta en Nouvelle-Calédonie… Ce décalage horaire inhabituel s’explique par le franchissement de la ligne de changement de date. Cette ligne imaginaire, tirée à la surface de la Terre, longe approximativement le 180e méridien, situé légérement à l’est des îles Tonga et Samoa. Une fois traversée vers l’Est, il convient de changer de date et de retrancher un jour.

Au cours de son vol entre la Nouvelle-Calédonie et la Polynésie française, l’équipage de l’Atlas s’est également posé sur l’aéroport de Wallis, avant de redécoller aussitôt vers Tahiti. Le but de ce poser consistait à valider le terrain de Wallis et tester la compatibilité de la piste avec les caractéristiques de l’appareil. 

 

Curiosité locale pour le « petit » nouveau de l’armée de l’air

Une fois arrivée en terre polynésienne, l’Atlas a, comme à chacune des étapes de son tour du monde, remporté un très large succès.

Emmenées par le contre-amiral Bernard-Antoine Morio de l’Isle, commandant supérieur des forces armées de la Polynésie française (FAPF), les troupes militaires de l’île se sont pressées pour apercevoir l’« imposant petit dernier » arrivé dans l’armée de l’air. Certaines des plus hautes autorités civiles étaient également présentes, comme M. Lionel Beffre, haut commissaire de la République en Polynésie française.

 
photo Armée de l'Airphoto Armée de l'Airphoto Armée de l'Air
photo Armée de l'Air

photo Armée de l'Air

Zoom sur les FAPF

photo Armée de l'Air

photo Armée de l'Air

En raison de l’éloignement géographique et de la dispersion des cinq archipels polynésiens (Marquises, Tuamotu, la Société, Gambier et Australes), les forces armées de Polynésie française (FAPF) constituent un dispositif aéromaritime de premier plan sur le théâtre Pacifique, en coordination avec les forces armées de Nouvelle-Calédonie (FANC). Sur le détachement air 190 de Tahiti Faa’a, l’armée de l’air met en œuvre deux avions de transport tactique Casa CN235, au sein de l’escadron de transport 82 « Maine ».

Plus d’informations sur le site de l’état-major des armées.

Partager cet article

Repost0
3 mars 2015 2 03 /03 /mars /2015 12:50
Photo Steve Lympany - RAF Brize Norton

Photo Steve Lympany - RAF Brize Norton

 

28.02.2015 source RAF Brize Norton

 

The RAF takes possession of its second Airbus A400M at RAF Brize Norton. The aircraft, ZM402, arrived at the airfield on the afternoon of the 27th February and was met by Officer Commanding LXX Squadron, Wing Commander Simon Boyle.

 

More info about RAF Brize Norton:

www.raf.mod.uk/rafbrizenorton/

Partager cet article

Repost0
3 mars 2015 2 03 /03 /mars /2015 11:50
Arrivée du second A400M à Brize Norton - Photo : Steve Lympany - RAF Brize Norton

Arrivée du second A400M à Brize Norton - Photo : Steve Lympany - RAF Brize Norton

 

3 Mars 2015 defens-aero.com

 

C'est dans une courte annonce, publiée sur la page Facebook officielle de la base aérienne anglaise de Brize Norton, que l'information a été divulguée : La Royal Air Force vient de réceptionner son deuxième A400M "Atlas".

En effet, selon le communiqué publié hier Lundi 02 Mars dans la matinée, le Royaume-Uni a réceptionné son second avion de transport dans l'après-midi du Vendredi 27 Février, sur la base aérienne de Brize Norton, là où est stationné le premier A400M "City of Bristol". Ce second aéronef, construit par Airbus Defence & Space, est immatriculé ZM402.

 

Suite de l’article

Partager cet article

Repost0
2 mars 2015 1 02 /03 /mars /2015 19:35
photo L Marzin Armée de l'Air

photo L Marzin Armée de l'Air

 

02/03/2015 Cne Karim Djemaï - Armée de l'air

 

Dans la soirée de samedi 28 février 2015, l’A400M Atlas s’est posé en terre néo-calédonienne, pour la première fois de son histoire. À l’échelle de ce petit pays et de ses 270 000 habitants, c’est un événement considérable !

 

Le nouvel avion tactique à allonge stratégique de l’armée de l’air a atterri sur la base aérienne 186 de Tontouta, après avoir parcouru les 19 000 kilomètres de distance et la dizaine de fuseaux horaires séparant la Nouvelle-Calédonie de sa base d’attache, à Orléans-Bricy. Durant quelques jours, le plus jeune avion de l’armée de l’air, dans les forces depuis août 2013, fait donc escale sur la plus jeune base aérienne française, créée en 2011.

 

Trois tonnes de fret acheminées

 

À son arrivée à Nouméa, peu avant minuit, le personnel de l’Atlas a déchargé trois tonnes de fret destinées aux forces armées de Nouvelle-Calédonie (FANC). Malgré l’heure tardive, le colonel Antoine Sadoux, commandant la base aérienne 186, était présent pour accueillir en personne les équipages de l’armée de l’air. « C’est une page supplémentaire de l’histoire du terrain de Tontouta qui s’écrit, confie le colonel. L’Atlas est en train de changer nos modes de ravitaillement depuis la métropole, et en cas de besoin opérationnel, il pourra désormais appuyer considérablement les missions qui nous sont confiées : assistance humanitaire lors d’une catastrophe naturelle, évacuation de ressortissants… »

 

Un flot continu de visiteurs

 

Jusqu’à son départ programmé mercredi 3 mars 2015, l’Atlas est une attraction majeure du « Caillou ». Plusieurs centaines de personnes se succèdent sur la base aérienne : militaires accompagnés de leurs familles, personnalités et élus locaux dont Vincent Bouvier, haut commissaire de la République et Cynthia Ligeard, présidente du gouvernement de la Nouvelle-Calédonie. Chacun espère pouvoir approcher de près le nouvel avion de transport militaire français ! Après cette escale néo-calédonienne, qui fait suite à la participation au salon aéronautique d’Avalon (Australie), l’Atlas poursuivra ensuite sa « route vers l’Est », lancé désormais à travers l’Océan Pacifique.

 

La base aérienne 186 de Tontuta : la plus jeune base aérienne de l’armée de l’air

 

Tout au long de l’année, la base aérienne 186 de Nouméa abrite deux avions de transport Casa CN-295, ainsi que trois hélicoptères Puma regroupés au sein de l’escadron de transport 52 « Tontouta ». Au total, environ 180 personnes opèrent sur ce site de l’armée de l’air.

 

Opérant en coordination avec les forces armées de Polynésie Française (FAPF) (orientées vers les interventions maritimes), les forces armées de Nouvelle-Calédonie (FANC) représentent le principal point d’appui aéroterrestre du « théâtre Pacifique ». Elles ont pour mission d’assurer la souveraineté de la France dans sa zone de responsabilité, d’animer la coopération régionale et d’entretenir des relations privilégiées avec l’ensemble des pays riverains de la zone Pacifique.

 

Pour plus d’informations sur les FANC, consultez le site de l’état-major des armées ou la page des forces armées de Nouvelle-Calédonie (FANC) et sur Facebook.

photos L Marzin Armée de l'Airphotos L Marzin Armée de l'Air
photos L Marzin Armée de l'Air
photos L Marzin Armée de l'Airphotos L Marzin Armée de l'Air

photos L Marzin Armée de l'Air

Partager cet article

Repost0
2 mars 2015 1 02 /03 /mars /2015 12:50
photo Airbus Military

photo Airbus Military

 

27 Feb 2015 By: Dan Thisdell - FG

 

Airbus is heralding mixed fortunes for its troubled A400M military transport programme, with expected deliveries in 2015 of 16 units – double 2014’s total – coming on the back of a €551 million ($620 million) fourth-quarter charge for delays and action needed­ to ramp-up production. Highlights of the 2015 delivery campaign should include five aircraft for the UK Royal Air Force, which currently has two – including one delivered in 2014. But original expectations for the total transfer of more than 20 units are clearly out of reach.

 

Read more

 

 

Partager cet article

Repost0
27 février 2015 5 27 /02 /février /2015 13:51
photo RP Defense

photo RP Defense

 

27/02/2015 Michel Cabirol, à Munich – LaTribune.fr

 

Le président exécutif d'Airbus Group Tom Enders estime que le groupe pourrait livrer 16 A400M en 2015. En revanche, il n'a pas été en mesure de dévoiler un nouveau calendrier de livraisons.

 

Mais que fait Airbus Group avec l'A400M? Lors de la présentation des résultats du groupe aéronautique et de défense, le président exécutif d'Airbus Group Tom Enders n'a pas été en mesure de dévoiler le nouveau calendrier de livraisons de l'avion de transport de troupes européen A400M. Pourtant, certains dirigeants de la division d'Airbus Defence and Space estimaient en janvier que Tom Enders pourrait dévoiler le nouveau calendrier de livraisons fin février lors de la présentation des résultats du groupe de 2014.

 

Mais Tom Enders a simplement précisé que le groupe avait livré huit appareils en 2014 et il "pense" que Airbus Defence and Space "pourrait doubler les livraisons en 2015". Il a souligné que son groupe restait mobilisé "pour faire face aux différents défis opérationnels, notamment la montée en cadence et les coûts de l'A350 et de l'A400M". "Le planning des améliorations militaires progressives et des livraisons associées est actuellement en cours de négociation avec les clients, pour refléter la situation du programme et le calendrier des livraisons révisés", a seulement indiqué le groupe.

Partager cet article

Repost0
25 février 2015 3 25 /02 /février /2015 21:35
photo Armée de l'Air

photo Armée de l'Air

 

25/02/2015 Armée de l'air

 

Du 22 au 25 février 2015, le général Denis Mercier, chef d’état-major de l’armée de l’air (CEMAA), s’est rendu en voyage officiel en Australie. Une visite qui coïncide avec l’arrivée de l’A400M Atlas en terres australes, une étape dans son périple autour du monde.

 

France-Australie : des liens étroits appelés à se renforcer

« L’armée de l’air et la Royal Australian Air Force (RAAF) ont toujours eu des relations assez proches. Par le passé, les aviateurs australiens ont ainsi volé à bord d’appareils français, comme le Mirage III, explique le général Mercier. Aujourd’hui, la distance géographique entre nos deux pays peut poser problème. Pourtant, grâce à des appareils dotés d’un rayon d’action considérable, comme l’A400M aujourd’hui, ou le Multi Role Transport Tanker (MRTT) demain, nous pourrons entretenir des relations beaucoup plus étroites. Et d’ajouter : la coopération existe déjà, notamment avec la base aérienne 186 de Tontouta, en Nouvelle-Calédonie. Elle peut toutefois se renforcer par le futur. »

Lors de son entrevue avec le général Geoff Brown, chef d’état-major de la RAAF, le CEMAA a pu évoquer le dynamisme des relations entre les deux pays. « La coopération entre nos deux forces aériennes porte notamment sur le domaine du ravitaillement en vol, détaille le général Mercier. Depuis octobre 2014, les Rafale français ravitaillent ainsi sur les KC-30A MRTT australiens. Nos deux pays font actuellement partie de la coalition internationale engagée contre les groupes terroristes Daech au Levant. Par ailleurs, depuis le mois de janvier, un pilote de C135 FR est inséré en échange au 33e escadron de la RAAF, stationné sur la base aérienne d’Amberley. »

 

Rencontre au sommet : le Chief of Air Force Symposium

Dès le lundi 23 février, le CEMAA a participé au Chief of Air Force Symposium. Organisé tous les deux ans en Australie, ce colloque rassemble les chefs d’états-majors d’une trentaine de nations du monde entier, autour d’un thème fédérateur. Les débats de cette édition 2015 étaient centrés autour du concept de « l’intégration de la puissance aérienne». Intégration aussi bien interarmées, interalliée, qu’interministérielle. A cette occasion, la RAAF a présenté son plan stratégique appelé « Plan Jericho ». « Ce dernier est très intéressant à plusieurs titres, puisqu’il présente de nombreuses comparaisons avec le plan Unis pour « Faire Face » de l’armée de l‘air, confie le CEMAA. Cela nous a permis de partager nos visions respectives de l’avenir au sein de nos forces. » Au cours de ce symposium, le général Mercier a aussi rencontré plusieurs de ses homologues étrangers, dont les CEMAA singapourien et japonais.

 

Inauguration de l’Avalon Air Show

Mardi 24 février, le général Mercier a assisté à l’inauguration officielle du Avalon Air Show. Le CEMAA s’est rendu dans les allées du salon aéronautique, à la rencontre d’importants industriels aéronautiques français et européens. Sa journée s’est achevée par une visite du stand dédié à la présentation statique de l’armée de l’air. Il s'est également entretenu avec la quinzaine d’aviateurs opérant le premier tour du monde dans la jeune histoire de l’A400M Atlas.

 

photo Armée de l'Air
photo Armée de l'Air
photo Armée de l'Air
photo Armée de l'Air

photo Armée de l'Air

Le salon d’Avalon en bref :

- Plus important salon aéronautique de l’hémisphère sud ;

- Organisé tous les deux ans sur l’aéroport d’Avalon, dans la région de Melbourne ;

- 14e édition depuis sa création en 1988 ;

- Thème principal de cette édition : célébration du centenaire de l’ANZAC (Australia and New Zealand Army Corps - contingent australien et néo-zélandais ayant combattu durant la Première Guerre mondiale). Cet événement est un véritable acte fondateur pour la nation australienne ;

- Près de 200 000 visiteurs lors de la dernière édition du salon en 2013 ;

- Environ 300 appareils présentés au sol, dont une trentaine de nations étrangères ;

- Environ 300 présentations aériennes

 

Site web : Avalon Air Show 2015

Partager cet article

Repost0
25 février 2015 3 25 /02 /février /2015 19:50
photo Airbus DS

photo Airbus DS

 

February 25, 2015 By Nigel Pittaway – Defense News

 

VICTORIA, Australia — Christian Scherer, Airbus Defense & Space's executive vice president of marketing and sales, said today that he expects an export order for the A400M airlifter by the end of the year — the first since Malaysia signed for four aircraft in December 2005.

"Our expectation is that we will have an A400M export this year," he said.

An A400M from the French Air Force was present at the 2015 Australian International Air Show at the Avalon Airport near Melbourne as part of an around-the-world flight to verify the aircraft's capabilities.

The aircraft arrived at Avalon direct from Kuala Lumpur in Malaysia and was heading to Noumea in French New Caledonia at the conclusion of the show.

For full coverage of the 2015 Australian International Air Show, visit the Defense News Avalon Show Daily.

According to the aircraft commander, Lt. Col. Olivier Luneau, the A400M had flown in excess of 24 flying hours to Southern Australia without requiring anything more than routine maintenance along the way.

Speaking to reporters on the second trade day of Avalon 2015, Scherer also responded to recent comments in local media regarding the Royal New Zealand Air Force's interest in the Boeing C-17A, of which there are several "white tails" awaiting sale after the conclusion of production sometime in the northern hemisphere's summer.

"Our message to New Zealand is, with A400M you can cover all of the strategic requirements, which is mainly their Antarctic service," he said. "And at the same time, with the tactical capability of this aircraft, you can land on many of the various islands north of New Zealand, you can begin replacing, or sorting out your aging C-130 issues."

Scherer said that 10 A400Ms had been delivered to the air forces of France, Germany, Turkey and the United Kingdom to date, with the first aircraft for the Royal Malaysian Air Force due to be handed over at the Langkawi International Maritime and Aerospace show on the island of Langkawi in March.

Partager cet article

Repost0
25 février 2015 3 25 /02 /février /2015 15:50
photo Airbus DS

photo Airbus DS


5 févr. 2015 Airbus DS

 

A400M Delivery to the point of need to support all kind of missions

Partager cet article

Repost0
25 février 2015 3 25 /02 /février /2015 13:51
photo MIL.be

photo MIL.be

 

24 février 2015 lalibre.be

 

La Défense devra faire une économie de 1,5 milliard d'euros durant la législature. L'arrivée des sept avions Airbus A400M sur le sol belge ne tombe pas à pic.

 

Avant 2019 et la livraison de ces avions qui remplaceront les C-130, l'armée va en effet devoir investir pour adapter ses hangars. Selon une info du Het Laatste Nieuws, reprise par RTL, les nouveaux avions ne rentrent dans aucun des hangars de l'armée belge. Ces derniers sont trop courts et trop bas.

 

L'armée va donc devoir trouver une base pour les accueillir. La base de Melsbroek serait retenue dans la mesure où elle possède déjà des pistes adaptées au nouveau gros porteur. Trois nouveaux hangars et des parkings devront être construits.

 

Het Laatste Niews cite un commandant de l'armée qui évoque un prix de 150 millions d'euros pour l'ensemble de ces travaux.

Partager cet article

Repost0
24 février 2015 2 24 /02 /février /2015 17:50
Airbus A400M refuels two F-18 fighters simultaneously

 

18/2/2015 Airbus DS

 

The Airbus A400M new generation airlifter has further proved its credentials as a tanker by successfully demonstrating simultaneous air-to-air refuelling of two F/A-18 fighters. In the course of four flights, the A400M performed 74 contacts and dispensed 27.2 tonnes of fuel to the Spanish Air Force aircraft. Refuelling was conducted at altitudes of 20,000ft - 33,000ft, and airspeeds of 180kt - 300kt – the preferred refuelling envelope for fighters.

 

With a basic fuel capacity of 50.8 tonnes which can be increased by the use of extra cargo hold tanks, the A400M is the most capable tactical tanker in the market. The standard A400M aircraft has full provisions for air-to-air refuelling (AAR) operations already installed and only requires the rapid installation of the optional air-to-air refuelling kit to become a tanker. Designed from the outset to be a dual-role transport and tanker aircraft, the A400M provides air forces with a cost-effective way to acquire an air-to-air refuelling capability in addition to a versatile logistic and tactical airlifter.

 

On a typical tanking mission where it would loiter for 2 hours at a range of 500 nm (930 km) from base, the A400M would have a potential “fuel give-away” of 34,000 kg (75,000 lb).

Partager cet article

Repost0
24 février 2015 2 24 /02 /février /2015 12:35
L’A400M Atlas au salon aéronautique d’Avalon en Australie

 

23/02/2015 Armée de l'air

 

C’est une première de plus dans la jeune histoire du nouvel avion de transport tactique de l’armée de l’air ! Un A400M Atlas s’est posé en Australie, dimanche 22 février 2015. Baptisé MSN 014, l’appareil s’était élancé jeudi 19 février de la base aérienne 123 d’Orléans afin de rallier Melbourne en Australie. Son objectif : prendre part au salon d’Avalon, plus importante rencontre aéronautique organisée dans l’hémisphère Sud.

 

Pour ce premier déplacement dans le sud du Pacifique, l’A400M a effectué le trajet en un temps « canon » : environ 15 000 km parcourus, soit 27 heures de vol enregistrées, en deux escales desservies… « Un autre avion de transport de l’armée de l’air, comme le C130, aurait eu besoin de deux fois plus de temps et d’étapes, explique le lieutenant-colonel Olivier, pilote au sein de l’équipe de marque « avion de transport tactique » (EMATT) du centre d’expériences aériennes militaires (CEAM). Avec l’Atlas, nous pouvons voler au niveau de vol 400 (40 000 pieds, soit 12 000 mètres environ), à des altitudes comparables à celles empruntés par les avions de ligne. Nous pouvons aussi atteindre des vitesses de l’ordre de Mach 0.72. Pour un avion équipé de turbopropulseurs, c’est une vraie performance ! »

 

Véritable avion de transport tactique à l’allonge stratégique, l’Atlas répond aujourd’hui à un véritable besoin de l’armée de l’air. Au quotidien, il effectue des missions de transport logistique, notamment au profit des opérations militaires françaises menées en Afrique et au Levant. « Notre présence durant le salon est l’occasion de présenter non seulement l’appareil, mais aussi les compétences que les aviateurs mettent en œuvre chaque jour pour réaliser leurs missions », ajoute le lieutenant-colonel Olivier.

 

Si l’A400M Atlas sera sous le feu des projecteurs, un autre appareil en service dans l’armée de l’air, un Casa CN235 des forces armées de Nouvelle-Calédonie, sera également présenté durant le salon.

 

Par ailleurs, le général Denis Mercier, chef d’état-major de l’armée de l’air (CEMAA), actuellement en visite en Australie, doit assister à l’inauguration officielle de l’événement, mardi 24 février. Le CEMAA participera également au Chief of Air Forces Symposium, colloque réunissant les chefs d’états-majors de nombreuses forces aériennes à travers le monde. À cette occasion, le général Mercier doit s’entretenir avec plusieurs de ses homologues étrangers, d’Asie et d’Océanie notamment.

L’A400M Atlas au salon aéronautique d’Avalon en Australie

Partager cet article

Repost0
24 février 2015 2 24 /02 /février /2015 12:34
Transport de fret à destination des EAU

Transport de fret à destination des EAU

 

23/02/2015 Armée de l'air

 

Jeudi 19 février 2015 au matin, un avion de transport A400M Atlas décolle de la base aérienne 123 d’Orléans pour une mission de longue durée, baptisée « Avalon ».  Il s’agit du premier tour du monde vers l’est pour le nouvel avion de transport tactique de l’armée de l’air.

 

Deux premières escales réussies avec succès !

 

L’Atlas a décollé d’Orléans en emportant 5,5 tonnes de fret à destination notamment des Émirats arabes unis. Le matériel embarqué (lots de maintenance aéronautique, matériel médical et de soutien…) doit en partie bénéficier aux forces françaises engagées dans le cadre de l’opération Chammal. L’importante capacité d’emport de l’Atlas, ainsi que son très long rayon d’action permettent aujourd’hui aux équipages d’avions de transport tactique de réaliser des missions d’une durée jusque-là inédite.  Lors de sa deuxième escale, à Kuala Lumpur en Malaisie, l’avion a d’ailleurs été très bien accueilli, suscitant l’intérêt des Malaisiens, qui recevront leur premier appareil dans le courant du mois de mars.

 

Échanges avec les aviateurs malaisiens

Échanges avec les aviateurs malaisiens

Des expérimentations à chaque étape

 

Tout au long du périple, des expérimentations sont menées sur l’environnement de l’A400M (température, qualité de l’air), afin de produire des recommandations notamment en matière de sécurité aérienne, ainsi que dans la constitution des repos et des relèves équipages.  « La totalité de la mission est programmée sur environ 75 heures de vol, explique le lieutenant-colonel Olivier, commandant de bord et pilote de l’équipe de marque « avion de transport tactique » (EMATT), unité du centre d’expériences aériennes militaires (CEAM). C’est à l’heure actuelle la plus longue mission jamais réalisée sur Atlas, depuis son arrivée dans les forces en août 2013. Ces vols de longue durée permettent de poursuivre l’expérimentation sur A400M. Chaque pilote est ainsi équipé d’un électro-encéphalogramme mesurant son état de fatigue, ainsi que son niveau de vigilance. Chacun doit également répondre à une série de tests informatiques et de questionnaires. L’influence du décalage horaire sur notre état général est également prise en compte. » Et d’ajouter : « les mesures réalisées par le département de médecine aéronautique opérationnelle (DMAO) et de l’institut de recherche biomédicale des armées (IRBA), ainsi que les enseignements tirés, seront bénéfiques à l’ensemble de la communauté A400M. »

 

La prochaine étape est déjà entamée, destination Avalon en Australie pour assister au salon aéronautique.

L'A400M quitte Kuala Lumpur

L'A400M quitte Kuala Lumpur

Partager cet article

Repost0
24 février 2015 2 24 /02 /février /2015 12:30
Vol sans escale de l’A400M aux Émirats arabes unis

 

18/02/2015 EMA/ Armée de l'air

 

Le 28 janvier 2015, un Atlas A400M s’est posé sur la base aérienne 104 d’Al Dhafra, pour livrer du fret aux militaires français des forces françaises aux Émirats arabes unis (FFEAU).

 

Nouvel avion de transport tactique à allonge stratégique de l’armée de l’air, l’Atlas A400M démontre chaque jour un peu plus son extraordinaire capacité de projection.  Son allonge lui permet de remplir ce type de mission sans escale avec un emport plus important que sur Transall C160 ou Hercules C130.

 

Déployé à plusieurs reprises lors des opérations Chammal et Barkhane, il soutient les forces armées engagées sur les théâtres extérieurs et facilite les flux logistiques tout en permettant d’économiser les moyens engagés.

 

Partager cet article

Repost0
24 février 2015 2 24 /02 /février /2015 11:50
Un A400M ravitaillant deux F/A-18 photo Airbus DS

Un A400M ravitaillant deux F/A-18 photo Airbus DS

 

jeudi 19 février 2015 par Aerobuzz.fr

 

Dans un contexte tendu, Airbus Military a tenu à démontrer les capacités opérationnelles de son A400M en version ravitailleur en réalisant une série d’essais concluants avec deux F/A-18 des forces aériennes espagnoles. Au cours de quatre vols, 74 contacts ont été réalisés et 27,2 tonnes de carburant à des altitudes comprises entre 20 et 30.000 ft, et à des vitesses comprises entre 180 et 300 kts. Au cours d’une mission classique de ravitaillement, l’A400M peut opérer pendant deux heures dans un rayon de 500 NM (930 km) de sa base et transférer jusqu’à 34 tonnes. Reste que pour l’heure,l’A400M n’est toujours pas capable de ravitailler des hélicoptères.

Partager cet article

Repost0
23 février 2015 1 23 /02 /février /2015 08:30
Vol sans escale de l’Atlas A400M aux Émirats arabes unis

 

18/02/2015 Sources EMA/ Armée de l'air

 

Le 28 janvier 2015, un Atlas A400M s’est posé sur la base aérienne 104 d’Al Dhafra, pour livrer du fret aux militaires français des forces françaises aux Émirats arabes unis (FFEAU).

 

Nouvel avion de transport tactique à allonge stratégique de l’armée de l’air, l’Atlas A400M démontre chaque jour un peu plus son extraordinaire capacité de projection.  Son allonge lui permet de remplir ce type de mission sans escale avec un emport plus important que sur Transall C160 ou Hercules C130.

 

Déployé à plusieurs reprises lors des opérations Chammal et Barkhane, il soutient les forces armées engagées sur les théâtres extérieurs et facilite les flux logistiques tout en permettant d’économiser les moyens engagés.

Partager cet article

Repost0
13 février 2015 5 13 /02 /février /2015 07:55
Les armées pourront recourir à de la "cession-location" pour des équipements militaires, vote l'Assemblée

 

Paris, 12 fév 2015 Marine & Océans (AFP)

 

Le ministère de la Défense pourra louer via des "sociétés de projet" certains matériels militaires (frégates et avions de transport), en vertu d'un amendement gouvernemental au projet de loi Macron voté jeudi à l'Assemblée pour trouver les milliards manquants dans son budget 2015.

 

L'Etat pourra céder certains équipements achetés ou en cours d'acquisition (des frégates et des avions de transport militaire A400M), dans le cadre d'un marché public, à une ou plusieurs "sociétés de projet" à capitaux majoritairement publics, qui les loueront ensuite au ministère de la Défense.

 

L'amendement prévoit notamment d'autoriser la cession de biens des armées qui "ne sont pas devenus inutiles" et qui ont vocation à être déployés sur des théâtres d'opération ou encore à préserver le continuité du service public, en garantissant "l'insaisissabilité" des équipements, notamment si la société de location comprend des capitaux privés.

 

L'objectif pour la Défense est de maintenir son budget 2015 alors que les sommes initialement prévues dans la loi de programmation militaire au titre de recettes exceptionnelles, soit 2,2 milliards d'euros, n'arriveront pas tout de suite.

 

L'essentiel des recettes devait en effet provenir de la vente aux enchères de fréquences très haut débit (700 mégahertz) aux opérateurs de téléphonie mobile, mais cette vente n'est pas prévue avant le mois de décembre 2015.

 

Le gouvernement a donc décidé de mettre en place ces sociétés de projets au motif d'éviter des retards de paiement jugés pénalisants aussi bien en termes économiques qu'en terme d'emplois.

 

Ces sociétés de projets doivent être abondées à hauteur de 2,2 milliards d'euros par le biais du portefeuille géré par l'Agence des participations de l'Etat (APE).

 

Les frégates présentent l'avantage d'être des équipements assez coûteux qui, à la vente, dégageront rapidement des liquidités, tandis que l'A400M offre des perspectives intéressantes de location de services et de coopération avec d'autres pays, avait fait valoir le 21 janvier le ministère de la Défense.

 

Egalement adopté, un sous-amendement de l'UMP Jean-François Lamour prévoit que le gouvernement remettra au Parlement un rapport avant la mise en oeuvre de ces sociétés de projet.

 

S'il a voté la création du mécanisme de cession/relocation prévu par le gouvernement, M. Lamour a exprimé ses "interrogations" et plaidé pour rebudgétiser les crédits correspondant aux ressources exceptionnelles de la loi de programmation militaire.

 

Front de gauche et UDI ont voté contre ce système que l'ancien ministre centriste de la Défense Hervé Morin a brocardé comme "cocasse et invraisemblable".

Partager cet article

Repost0
12 février 2015 4 12 /02 /février /2015 19:55
Pour assurer le budget de Défense, faut-il louer du matériel militaire ?

La FREMM « Aquitaine » pourrait être louée à la Marine nationale après son achat par une société de projet. photo DCNS

 

12/02/2015 Par Olivier Berger, grand reporter à La Voix du Nord.

 

Un amendement de la loi Macron sur la croissance et l’activité doit autoriser ce jeudi les sociétés de projet pour financer par une sorte de leasing des avions de transport A400 M et des frégates.

 

D’abord, si le président de la République martèle la sanctuarisation des 31,4 milliards d’euros pour le budget de la Défense, il semble vain d’y revenir. Mais entre les frères ennemis de la Défense et du Budget, c’est la façon d’y parvenir qui diffère.

 

Suite de l’article

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories