Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
18 mars 2015 3 18 /03 /mars /2015 12:45
ISS: What does the Boko Haram-ISIS alliance mean for terrorism in Africa?

 

17 March 2015 by Martin Ewi, Senior Researcher, Transnational Threats and International Crime Division, ISS Pretoria - defenceWeb

 

On 7 March, Abubakar Shekau – the leader of the feared Nigerian terrorist group, Boko Haram, opened a new page in the history of the group when he announced his allegiance to Abu Bakr al-Baghdadi, the self-proclaimed ‘caliph’ and leader of the Islamic State (IS, also known as ISIS or ISIL).

 

Al-Baghdadi’s acceptance of Shekau’s bay’ah, or pledge of allegiance, has formalised the alliance between two of the world’s most ruthless terrorist organisations. Boko Haram joins a growing number of extremist groups in Egypt, Libya, Algeria, Morocco and Tunisia that have since the beginning of 2014 voluntarily given up their independence by proclaiming the supreme authority of ISIS. Shekau, however, is known for his uncompromising views, raising questions as to how he would respond to orders from al-Baghdadi.

 

The practice of giving bay’ah has become common among African terrorist groups and is often mistaken to be a sign of weakness or imminent demise. Many factors – including strategic, organisational, leadership and ideological reasons – may account for a group’s decision to pledge loyalty to another.

 

The Nigerian government has viewed the recent development as a sign that Boko Haram has been defeated as a result of intensified military reprisals, which would pave the way for the postponed elections to take place on 28 March.

 

Boko Haram is officially known as Jama'atu Ahlis Sunna Lidda'awati wal-Jihad, or People Committed to the Propagation of the Prophet's Teachings and Jihad. Indeed the fight against the group has seen some solid achievements in recent weeks, including the liberation of territories that had fallen under their control in Nigeria and Cameroon. Boko Haram has also been resorting to increasingly desperate tactics, such as suicide bombings (often involving children and young girls), using livestock as shields and forced kidnappings for recruitment, which could be indicative of its declining popularity.

 

While it is true that some progress has been made in containing Boko Haram, it would be misleading to take Shekau’s pledge of allegiance to ISIS as a sign of defeat, as Boko Haram has continued to perpetrate deadly attacks. There were already hints of a future alliance with ISIS in June last year when Shekau congratulated al-Baghdadi and pledged support for his declaration of a ‘Caliphate’. At the time, Boko Haram was believed to be at its peak.

 

The group’s tactics have since become increasingly similar to those used by ISIS, as demonstrated by its excessive use of violence and its desire to establish an Islamic Caliphate through the conquering and controlling of territories, which was not previously part of the group’s practices. Boko Haram also began to practise brutal and dramatic public executions, which have become the hallmarks of ISIS.

 

This new alliance with ISIS not only confirms Shekau as an opportunist, but also as an unreliable partner. This is not the first time that Shekau has pledged allegiance to a foreign terrorist group. In 2011, Boko Haram officially joined the ranks of al-Qaeda-affiliated groups in an initiation that was completed with the August bombing of the United Nations Headquarters in Abuja, in which 23 people died and several others were injured.

 

Joining al-Qaeda also brought about a paradigm shift in the group’s philosophy and modus operandi – particularly in tactical terms. Boko Haram started carrying out al-Qaeda style simultaneous attacks and suicide bombings, kidnapping foreigners, threating the United States of America and other western countries, as well as participating in other jihadist operations – such as in northern Mali.

 

The merger can also be seen as a personal victory for Shekau, whose propensity for violence matches that of al-Baghdadi. For the past several years Boko Haram has been plagued by in fighting, essentially between the so-called ‘Yusufiyyas’ in the group – those who want to preserve the philosophy and doctrine of Boko Haram’s founder, Mohammed Yusuf – and Shekau hardliners. Yusufiyyas are believed to be less violent and pro al-Qaeda, while the pro-Shekau militants within the group are the most violent.

 

When Shekau began to show his open support for ISIS, along with an intention to create a Caliphate, the Yusufiyyas opposed him and distanced themselves from the doctrine. Khalid Al-Barnawi, one of the group’s leaders, decried it as Shekau’s ‘misguided adventurism,’ calling him ‘a clear enemy of the jihad.’ Since the pledge of allegiance, nothing else has been heard from the group and none of the group’s other leaders have come forward to oppose the merger.

 

As ISIS’ biggest partner in Africa, the alliance is likely to give Boko Haram a new continental influence. It could however, also alienate Boko Haram from its support bases in northern Nigeria and the region. Strategically, the new alliance will secure new funding, arms and foreign fighters from around the world for Boko Haram.

 

For ISIS, the alliance will facilitate its African expansion, especially in sub-Saharan Africa, and strengthen al-Baghdadi’s global legitimacy and influence. Boko Haram may also provide an important front for ISIS to attack countries taking part in Obama's international coalition, set up to ‘degrade and destroy’ the terror group.

 

The alliance does not augur well for the ongoing regional campaign to contain Boko Haram, as the Islamist sect could get more sophisticated, posing serious operational and tactical challenges to the African Union (AU)-approved multinational joint task force (MNJTF).

 

This underscores a need for greater coordination among the frontline countries, and for the rapid deployment of the envisaged 10 000 MNJTF troops to maximise recent gains and prevent foreign assistance to Boko Haram.

 

The Peace and Security Council of the AU may wish to consider a summit-level meeting to declare a no-fly zone for non-commercial and non-military aircraft in the region, and to request states to ensure that no military goods exported to Cameroon, Chad, Niger or Nigeria end up in the hands of Boko Haram.

 

The international community should also intensify non-military responses. These include community programmes and strong national criminal justice institutions to eliminate the culture of impunity, and ensure that the millions of Boko Haram victims get justice. In this light, the International Criminal Court should expedite the process of indicting those responsible for mass atrocities in northern Nigeria, including Boko Haram’s leaders.

Partager cet article

Repost0
7 mars 2015 6 07 /03 /mars /2015 22:45
Au Nigéria, Boko Haram prête allégeance à l’État islamique

 

7 mars 2015 par Nicolas Laffont - 45eNord.ca   

 

Le groupe islamiste nigérian Boko Haram a prêté allégeance au groupe armé État islamique (EI) qui contrôle depuis l’été dernier de vastes territoires en Irak et en Syrie.

 

Dans un message audio d’un peu plus de huit minutes, le chef de la secte islamiste Boho Haram déclare: «De votre frère [Abubakar Shekau] au Calife des Musulmans Abou Bakr al-Baghdadi,  nous vous annonçons l’obéissance à la parole d’Allah le Très Haut», commence ainsi le chef de Boko Haram, précisant ensuite prêter «allégeance au calife […] que nous écouterons et auquel nous obéirons dans la facilité et la difficulté, dans ce qui nous plaît et nous déplaît […] et de ne pas disputer le pouvoir a ses détenteurs sauf si nous voyons une mécréance claire…», indique encore Abubakar Shekau.

 

Les militants de l’Etat islamique (EI) appellent depuis plusieurs mois tous les musulmans à se joindre à eux et à prêter allégeance à leur calife Abou Bakr al Baghdadi.

 

Si cette allégeance n’est pas une surprise, elle représente toutefois le ralliement le plus important à l’EI depuis la proclamation de leur «Califat» en juin dernier.

 

En plus d’être présent en Irak et en Syrie, l’EI peut donc compter sur trois branches importantes: dans le Sinaï avec le groupe Ansar Beït al-Maqdess, en Libye et au Nigéria.

Partager cet article

Repost0
7 mars 2015 6 07 /03 /mars /2015 21:45
Nigeria's Boko Haram pledges allegiance to Islamic State

The audio message is believed to be by Boko Haram leader Abubakar Shekau

 

7 March 2015 BBC Africa

 

Nigerian militant group Boko Haram has pledged allegiance to Islamic State (IS), according to an audio statement.

 

The message, which was not verified, was posted on Boko Haram's Twitter account and appeared to be by the group's leader, Abubakar Shekau. Boko Haram began a military campaign to impose Islamic rule in northern Nigeria in 2009. The conflict has since spread to neighbouring states. It would be the latest in a series of groups to swear allegiance to IS. In the past Boko Haram is thought to have had links with al-Qaeda. IS took control of large swathes of territory in eastern Syria and across northern and western Iraq last year. The group aims to establish a "caliphate", a state ruled by a single political and religious leader according to Islamic law, or Sharia. Its leader, Abu Bakr al-Baghdadi, is known to his followers as Caliph Ibrahim. In the audio message posted on Saturday, the Boko Haram leader purportedly said: "We announce our allegiance to the Caliph... and will hear and obey in times of difficulty and prosperity."

 

Read more

Partager cet article

Repost0
1 juillet 2014 2 01 /07 /juillet /2014 16:45
How Boko Haram is beating U.S. efforts to choke its financing

 

01 July 2014 defenceWeb (Reuters)

 

When Washington imposed sanctions in June 2012 on Boko Haram leader Abubakar Shekau, he dismissed it as an empty gesture.

 

Two years later, Shekau’s skepticism appears well founded: his Islamic militant group is now the biggest security threat to Africa's top oil producer, is richer than ever, more violent and its abductions of women and children continue with impunity.

 

As the United States, Nigeria and others struggle to track and choke off its funding, Reuters interviews with more than a dozen current and former U.S. officials who closely follow Boko Haram provide the most complete picture to date of how the group finances its activities.

 

Central to the militant group’s approach includes using hard-to-track human couriers to move cash, relying on local funding sources and engaging in only limited financial relationships with other extremists groups. It also has reaped millions from high-profile kidnappings.

 

"Our suspicions are that they are surviving on very lucrative criminal activities that involve kidnappings," U.S. Assistant Secretary of State for African Affairs Linda Thomas-Greenfield said in an interview.

 

Until now, U.S. officials have declined to discuss Boko Haram’s financing in such detail.

 

Read full article

Partager cet article

Repost0
17 mai 2014 6 17 /05 /mai /2014 20:45
Sommet de l'Élysée : face à Boko Haram, la France a-t-elle les moyens de ses ambitions ?

 

 

17/05/2014 Jean Guisnel - Défense ouverte / Le Point.fr

 

Traditionnellement peu présente au Nigeria anglophone, la France veut organiser la lutte contre Boko Haram. Elle a quelques idées sur le sujet.


 

La secte islamiste criminelle nigériane Boko Haram, que dirige Abubakar Shekau, sera samedi le principal sujet de discussion des chefs d'État africains qui se réuniront à l'Élysée à l'invitation de François Hollande. Autour de Goodluck Jonathan (Nigeria), officiellement le "demandeur" de cette réunion, se retrouveront Paul Biya (Cameroun), Mahamadou Issoufou (Niger), Idriss Déby (Tchad), Boni Yayi (Bénin), de même que le ministre des Affaires étrangères britannique William Hague, la secrétaire d'État américaine adjointe Wendy Sherman et un représentant de l'Union européenne. Côté français, le ministre des Affaires étrangères Laurent Fabius sera absent pour cause de déplacement à l'étranger, mais le ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian, qui a pris progressivement en charge le traitement des affaires africaines de sécurité, sera bien présent.

 

Crainte de la contagion

À Paris, on admet que le sort du Nigeria n'a jamais constitué une préoccupation stratégique, à tout le moins depuis la fin des années 1960 et le soutien à la sécession biafraise. Mais la situation qui prévaut depuis le développement des activités sanglantes de Boko Haram, singulièrement depuis l'enlèvement et la séquestration le 14 avril de 270 lycéennes de la ville de Chibok, localité du nord-est du Nigeria, a changé la donne.

Les Français craignent une contagion du phénomène, une extension des activités de ce groupe vers le Cameroun et le Tchad : "Le Nigeria n'est certes pas dans notre zone d'influence traditionnelle, mais la zone de fracture est inquiétante", estime un spécialiste du ministère de la Défense. Ajoutant craindre un rapprochement entre Boko Haram et d'autres groupes djihadistes. Dans le nord-est du Nigeria, Boko Haram est un mouvement principalement national, visant essentiellement les intérêts de l'État nigérian et le système éducatif. Mais Ansaru, dans le nord-ouest du pays, est clairement lié à Aqmi, et ses modes d'action différents visent pour l'essentiel des Occidentaux.

 

Hypothétique jonction

Une source sécuritaire française note d'inquiétantes évolutions depuis début 2013 : "Boko Haram reçoit un soutien financier et des formateurs arabes ont été vus dans ses camps d'entraînement, qui apportent les recommandations doctrinales." Les armes sont livrées par des convois venant notamment de Libye, à travers le Niger et le Tchad. Et la crainte majeure actuellement évoquée à Paris concerne une hypothétique jonction de Boko Haram avec les Séléka de Centrafrique : "Les intérêts de l'Afrique sont en jeu, mais aussi ceux de l'Europe et au-delà", affirme-t-on au ministère de la Défense.

Les Français ont déployé de modestes moyens de renseignements sur place (une dizaine de spécialistes de la DRM - Direction du renseignement militaire -), mais d'autres moyens sont disponibles au Tchad (avions Rafale équipés de systèmes de reconnaissance, avions Atlantic de la marine) et au Niger (drones). Le principal enjeu, souligne-t-on à Paris, consiste à aider les ombrageux Nigérians à réaliser une meilleure coordination du renseignement satellitaire fourni par de nombreux pays (États-Unis, Royaume-Uni, Israël) : "Nous cherchons à créer une cellule de fusion du renseignement et à améliorer la coordination opérationnelle." Le respect des droits de l'homme par l'armée nigériane durant les opérations est également une sérieuse préoccupation à Paris, qui devrait proposer l'envoi de prévôts (gendarmes accompagnant les forces) et de coopérants civilo-militaires chargés des contacts avec la population.

 

À tort ou à raison, l'Élysée cherche donc à prendre le leadership du soutien militaire international au Nigeria. On entend "utiliser ce sommet pour créer une dynamique positive, y compris avec les Nigérians, confrontés à une violence considérable." Tout en préparant en grand secret une diminution des budgets militaires français. Comprenne qui pourra...

Partager cet article

Repost0
17 mai 2014 6 17 /05 /mai /2014 19:45
Boko Haram a "des liens avec Aqmi" selon l’Elysée

 

17/05/2014 Par Le Figaro.fr avec AFP/Reuters

 

François Hollande a affirmé aujourd'hui lors d'un mini-sommet africain sur la sécurité régionale que le groupe islamiste Boko Haram était devenu "une menace pour l'ensemble de l'Afrique de l'Ouest et maintenant pour l'Afrique centrale avec des liens établis avec Aqmi et d'autres organisations terroristes".

 

"Nous connaissons la menace", a dit Hollande en mentionnant que l'Europe était une cible.

 

"Nous sommes ici pour déclarer la guerre à Boko Haram", a résumé le président camerounais Paul Biya.

 

Le président français réunissait les chefs d'Etat du Nigeria, du Niger, du Cameroun, du Tchad et du Bénin un mois après l'enlèvement de plus de 200 lycéennes par Boko Haram au Nigéria. Les Etats-Unis, la Grande Bretagne et l'Union européenne ont aussi été conviés à ce sommet.

 

François Hollande a également appelé à mettre en oeuvre un "plan global" visant "à échanger les informations, à coordonner les actions, à controler les frontières".

 

Boko Haram "doit être vaincu par les pays de la région avec notre soutien", avait déclaré avant l'ouverture du sommet le chef de la diplomatie britannique William Hague.

 

L'enlèvement massif le 14 avril dernier des 223 lycéennes à Chibok, dans l'Etat de Borno, et les vidéos terrifiantes du chef de Boko Haram, Abubakar Shekau, menaçant de marier de force les jeunes femmes ou d'en faire des esclaves, ont suscité un mouvement d'indignation mondiale et braqué les projecteurs sur une violence jusqu'alors peu médiatisée.

Partager cet article

Repost0
11 mai 2014 7 11 /05 /mai /2014 21:45
Comment Boko-Haram s'est procuré des véhicules blindés légers ?

 

11 Mai 2014 par Alwihda Info

 

Un Panhard VBL français pour certains, un Cobra Otokar turque pour d'autres, ce qui est sûr, Boko-Haram n'a pas fabriqué tout seul les deux véhicules blindé léger qu'on aperçoit dans la dernière vidéo diffusée par le groupe terroriste, revendiquant l'enlèvement des centaines de lycéennes au Nigeria. Abubakar Shekau, le chef est même adossé sur l'un des deux. Les blindés semblent bien fonctionner puisqu'on aperçoit les pivotements du tourelleau armé.

 

Le Panhard VBL est un véhicule blindé léger permettant d'effectuer des reconnaissances ou des liaisons sous blindage, tout en étant protégé contre les attaques NBC (arme soit nucléaire, soit biologique, soit chimique ou radiologique). Il est aérotransportable, hélitransportable, parachutable et amphibie. Il a été développé à partir des années 1980 par la société française Panhard General Defense. Il est entré en service dans l'armée de Terre française en 1990. Ce véhicule ne peut être vendu qu'avec l'autorisation du gouvernement français.

 

Le VBL est en service dans 16 armées. Parmi les pays africains, le Nigeria en dispose 72, le Cameroun 5, le Niger 7, le Bénin 10, le Gabon 12, Djibouti 17 et le Rwanda 16.

 

En 2009, vingts deux VBL ont été fabriqués en avance pour la force épervier, "prêts à être livrés rapidement pour des opérations de maintient de la paix au Tchad", précise le constructeur.

 

Le Cobra est un véhicule blindé fabriqué par Otokar, en utilisant de nombreux composants de l'American HMMWV1,2. Le premier Cobra a été livré à l'armée turque en 1997.

 

L'armée nigériane a abandonnée à plusieurs reprises du matériel militaire lors de débandades suite à des combats contre Boko-haram qui en fait désormais la collection. Il n'est pas exclut aussi que des soldats nigérians coopèrent avec Boko-Haram.

Partager cet article

Repost0
24 mars 2014 1 24 /03 /mars /2014 18:45
Nigeria: Boko Haram revendique l'attaque du 14 mars contre une caserne

 

 

24 mars 2014 Romandie.com(AFP)

 

KANO (Nigeria) - Le groupe islamiste Boko Haram a revendiqué l'attaque du 14 mars d'une caserne militaire de la ville de Maiduguri, dans le nord-est du Nigeria, dans une vidéo obtenue lundi par l'AFP.

 

Nous sommes les auteurs des attaques (du 14 mars) à Maiduguri dit un homme habillé en blanc, la tête couverte d'un turban noir, armé d'un fusil, affirmant être Abubakar Shekau, le chef de Boko Haram.

 

L'homme semble plus jeune et plus mince que dans les précédentes vidéos, avec une gestuelle un peu différente, ce qui peut amener à se demander si le chef du groupe extrémiste, qui a déjà été déclaré mort plusieurs fois par l'armée, est encore vivant.

 

Les Etats-Unis ont déclaré Abubakar Shekau terroriste international et ont offert en mars 2013 une prime de 7 millions de dollars (5,1 millions d'euros) sur sa tête.

 

Le Nigeria a également promis une récompense de 50 millions de nairas (250.000 euros) contre toute information permettant sa capture ou sa mort.

 

L'armée avait annoncé avoir tué le chef islamiste dans le Nord-Est entre le 25 juillet et le 3 août 2013, mais un homme disant être Abubakar Shekau est apparu dans plusieurs vidéos depuis.

 

A la question de savoir si Shekau est mort ou vivant, le porte-parole de l'Etta-Major des armées, Chris Olukolade, n'a pas voulu répondre à l'AFP au cours d'un entretien le 14 mars.

 

Dans cette dernière vidéo, obtenue par le même intermédiaire que précédemment, l'homme disant être Shekau parle pendant 37 minutes en haoussa et en kanouri, deux langues locales, ainsi qu'en arabe.

 

Après son intervention, des extraits montrent des hommes armés de fusils d'assaut et de lance-roquettes arrivant en camions pick-up à la caserne de Giwa, dans Maiduguri.

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories