Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
17 juin 2014 2 17 /06 /juin /2014 11:12
Le moteur du Rafale sous toutes ses coutures

 

17/06/2014 Armée de l'air - Economie et technologie

 

Le général Serge Soulet, commandant les forces aériennes (CFA) et le soutien des forces aériennes (CSFA), a accueilli le 28 mai 2014, sur la base aérienne 118 de Mont-de-Marsan, le symposium des utilisateurs du M88-2, organisé par le groupe Safran avec une forte participation de représentants des sociétés SNECMA et SAGEM.

 

L’objectif de ce séminaire organisé par le CFA et le CSFA était de rassembler les industriels et les opérationnels autour d’un sujet commun : le M88-2. Cette année, le séminaire a bénéficié d’une large participation des acteurs industriels, opérationnels, étatiques et privés. L’armée de l’air était présente avec l’ensemble de l’expertise opérationnelle acquise du Rafale. Ils sont réunis autour de différents domaines tels que la conception, l’emploi et la maintenance du moteur du Rafale.

Les spécialistes du CSFA, d’ALAVIA, de la SIMMAD, de la DGA ou du SIAé ont orienté le séminaire sous l’angle de l’emploi. Des témoignages de pilotes du Rafale ont permis de faire avancer les recherches. De l’Afghanistan au Mali, leur vécu opérationnel des théâtres d’opérations permet de souligner les capacités de cet avion polyvalent sur une gamme de missions très diversifiées.

Pour conclure, cette rencontre a permis de nouer un dialogue entre les spécialistes et les acteurs industriels, étatiques et privés. La compréhension mutuelle des réalités de chacun permet ainsi de progresser pour répondre aux enjeux d’aujourd’hui. Ce symposium permet de consolider les connaissances de cet avion pour que demain ce chasseur puisse devenir toujours plus performant.

 

ALAVIA : Amiral commandant la force aéronautique naval

SIMMAD : Structure intégrée de maintien en condition opérationnelle des matériels aéronautiques de la Défense

DGA : Direction générale de l’armement

SIAé : Service industriel de l’aéronautique

Partager cet article
Repost0
14 juin 2014 6 14 /06 /juin /2014 11:20
F-35 Weekly Update: 13th June 2014


13th June 2014 DefenceIQ
 

For the first time in two years, the path is clear for the Conservative government to select Canada’s next fighter jet, a choice that could very well mean buying the controversial F-35 Lightning without a competition.

A panel of independent monitors on Thursday gave its blessing to a still-confidential Royal Canadian Air Force report that evaluated the risks and benefits of purchasing four different warplanes and has been forwarded to the federal cabinet.

Sources say cabinet is expected to make a decision on fighters within the next couple of weeks.

Thursday’s seal of approval fulfilled the Harper government’s final obligation before making a pivotal decision to either buy the F-35 without competition or open the field to bidding from all jet makers.

The Tories froze this procurement in 2012 after blowback over an earlier decision to buy the F-35 that critics said was made with a lack of due diligence. After a damning Auditor-General’s report, the Harper government vowed to hold off until it had fulfilled a “seven-point plan” to restart the process of replacing Canada’s aging CF-18s.

But as of Thursday, the seven-point plan has been fulfilled. Government sources say the federal cabinet is “more than likely” to take up the report in the next few weeks.

A four-member independent review panel gave the government the affirmation it was seeking, saying it had no hesitation in pronouncing the RCAF’s assessment of Lockheed Martin’s F-35, the Dassault Rafales, the Boeing Super Hornet and the Eurofighter Typhoon “rigorous and impartial.”

Former federal comptroller-general Rod Monette, one of the panelists, compared the group’s independent seal of approval to the Auditor-General signing off on the government’s books.

Still, the panel acknowledged the measurements used to analyze the fighters were based on the same Conservative defence policy used to justify the now-aborted decision in 2010 to buy 65 F-35s without a competitive bidding process.

“The policy is used to guide acquisitions,” said Philippe Lagassé, a military expert at the University of Ottawa who was a member of the independent panel.

The federal government opted to analyze the technical data from four fighter jets through the lens of its 2008 Canada First Defence Strategy. [Globe and Mail]

 

Air Canada Flight 001 took off from Toronto on May 28, 2012, with 325 passengers on-board. Just 500 metres into the air, an engine failed and the Boeing 777 returned to Pearson airport. The Transportation Safety Board later determined the failure was the result of a manufacturing fault, which had caused damage that mechanics failed to detect during a regular inspection.

The engine failure on Air Canada Flight 001 is relevant to a decision faced by the Harper government. Canada’s CF-18 fighter jets are set to retire in 2020. As the first step in the replacement process, the government must decide whether to proceed with its previously planned non-competitive purchase of F-35s.

The passengers and crew of Air Canada Flight 001 were never in danger because the Boeing 777 has two engines. Pilots of the F-35 would not be so fortunate; the aircraft has only one engine, any failure of which would lead to a crash.

Since the Harper government announced its intent to purchase the F-35 in 2010, it has claimed there is no statistical evidence showing that single-engine fighters are any less safe than twin-engine fighters. In reality, such evidence is readily available from the website of the U.S. Air Force Safety Center.

The evidence shows that while engine reliability has improved over time, twin-engines are still safer than single-engines. Consequently, Canadians should be asking, if twin-engine fighters are safer, why would we buy single-engine jets?

The F-35 was developed to satisfy the U.S. government’s desire for a “strike fighter” that could — in three different versions built around a common airframe — serve the U.S. marines, U.S. air force and U.S. navy. As the marines required a single-engine design for short takeoff and vertical landing, the U.S. navy and U.S. air force were forced to accept the same single-engine design for their versions of the F-35.

The U.S. air force only accepted the single-engine design for the F-35 alongside a more advanced twin-engine fighter. Indeed, the U.S. air force plans to use its larger, faster, more manoeuvrable and safer F-22 to protect the F-35 from enemy fighters. As U.S. General Michael Hostage, the head of Air Combat Command, told the Air Force Times: “The F-35 is not built as an air superiority platform. It needs the F-22.”

In contrast, Canada has no interest in short takeoff and vertical landing capability, no need to accommodate the U.S. marines by accepting a single-engine design, and no plans for a parallel purchase of twin-engine fighters to protect the F-35.

Nor is the F-35 more manoeuvrable, more powerful, faster or longer-ranged than the twin-engine fighters available to Canada. On the contrary, as the RAND Corporation explained in 2008: “It can’t turn, can’t climb, can’t run.”

One final, crucially important factor is Canada’s unique geography, which exacerbates the safety risks associated with a single-engine design.

Canada has the second largest land mass in the world as well as the longest coastline of any country.

With their small wings, there is no real prospect of gliding a fighter jet to safety if power is lost — unless it is already on a final approach or very near an airport.

This leaves pilots of single-engine jets with little choice but to eject, which in the Arctic or a cold northern ocean leaves them with just hours to live. The United States and some other countries have excellent search-and-rescue systems; Canada, sadly, does not.

When former defence minister Peter MacKay was asked whether he was concerned about procuring a fighter jet with only a single engine, which could fail and force pilots to eject in the Arctic, he replied in just two words: “It won’t.”

This is an unrealistic and reckless attitude. Engine failures will still occur, and when they do so away from an airport, a second engine is the only thing that can prevent a crash.

As one former CF-18 pilot told FrontLine Defence magazine in May 2011: “A single engine is stupid. There’s no backup. If it fails, you’re dead.” [The Star]

 

The Pentagon said it is pushing builders of the F-35 Joint Strike Fighter to invest their own funds to reduce the cost of the $399 billion weapons program, and that it is eyeing financial incentives and penalties to get overseas buyers to stick to their order commitments for the jet.

The twin moves announced Thursday by senior Pentagon officials mark a major upgrade of its effort to shift more of the burden of the delayed and over-budget F-35 program to other stakeholders at a time when the department's own procurement funds are shrinking.

Lockheed Martin Corp., Northrop Grumman Corp., BAE Systems PLC and the Pratt & Whitney unit of United Technologies Corp. are the largest contractors for the F-35, which Pentagon officials said is on track to be declared combat ready by the U.S. Marine Corps in July 2015. The program also involves hundreds of other companies, and around 30% of the jet by value is built outside the U.S.

Pentagon officials in the past have expressed frustration that the Defense Department has been left to pay for upgrades and modifications to the F-35. On Thursday, Frank Kendall, the Pentagon's acquisition chief, told reporters he was looking to contractors to invest "tens of millions" of dollars of their own funds to help lower the jet's cost. While its purchase prices have fallen with successive batches acquired by the U.S., defense officials said in April the overall cost of the program had climbed for the first time in two years because of rising overhead expenses and exchange-rate effects.

Some 80% of targeted cost improvements have been tied to boosting F-35 annual production rates from 40 to more than 100, but the latest push includes possible changes to manufacturing facilities and processes or even part of the jet's design to improve affordability, said Sean Stackley, the Navy's acquisition chief, following a two-day meeting with contractors at Eglin Air Force Base in Florida.

Such changes would be paid for by contractors, though Mr. Kendall said incentives for contractors to invest in lowering the F-35's cost would aim to ensure a "win-win" for both sides. These could include accelerating or withholding progress payments, depending on performance and meeting cost goals.

"We continue to work in collaboration with the [Pentagon] and industry team to study and discuss affordability measures in an on-going effort to further reduce costs," Lockheed said. Pratt & Whitney didn't immediately respond to a request for comment. [NASDAQ]

 

Australia has committed its biggest defence outlay ever on an unfinished combat jet critics insist can’t fight, can’t run and can’t hide. Is the F-35 a flop?

Angst has been boiling about the F-35 Lightning II (otherwise known as the Joint Strike Fighter) since its inception. Now, five years overdue and six years away from its revised delivery date, that angst has exploded into furore.

The United States, and by virtual default all its key allies, have pinned their hopes on this single project.

In the US it’s been priced at over $1 trillion. Australia is spending around $15 billion.

Advocates insist its is the most advanced killing machine in history — a flying supercomputer pumping an unprecedented level of information into a $500,000 helmet that allows pilots to “see” through the floor of their own aircraft.

Whatever the case, the F-35 was supposed to be an affordable alternative to the far more capable F22 Raptor interceptor fighter.

Now, it’s so expensive — in fact it’s the most costly defence project in history at $1 trillion — it is being seen as “far too big to fail”.

While builder Lockheed Martin may yet succeed in rolling the aircraft off the production line, there are grave doubts in the aircraft’s ability to do the jobs demanded of it.

Critics point to what they call a fundamental flaw in its design: As a cost-savings exercise, it’s supposed to be all things to all people.

For the US Navy, it’s supposed to be an F14 Tomcat interceptor and F/A18 Hornet strike fighter combined.

For the US air force, it’s supposed to do the jobs of the F-16 strike fighter and A10 ground-attack aircraft.

For the US Marines, it’s supposed to be a replacement for their iconic “Jump Jet” Harriers.

The result, critics say, is a cascading series of compromises that has produced an aircraft inadequate to meet any of its functions. [News.com]

Partager cet article
Repost0
13 juin 2014 5 13 /06 /juin /2014 17:55
SH-20 de Nexter Systems photo Nexter

SH-20 de Nexter Systems photo Nexter

Le montage de sabord rétractable SH-20 de Nexter Systems photo Nexter

 

13/06/2014 par Emmanuel Huberdeau – Air & Cosmos

 

Le salon Eurosatory 2014 qui se tiendra du 16 au 20 juin 2014 sera l'occasion pour Nexter de présenter une gamme de produits largement orientée vers le terrestre. Le TITUS nouveau véhicule 6x6 multi-mission, déstiné à l'export sera notamment exposé. Seront également présentés, différentes versions du système d'artillerie CAESAR, le système anti-aérien Rapid Fire de Thales mettant en oeuvre le canon de 40 mm de Nexter ou encore des versions conçues pour l'export du véhicule blindé VBCI.

 

Si le terrestre représente la plus grande partie du chiffre d'affaires du groupe Nexter les activités aéronautiques ne sont pas absentes pour autant. Nexter continue de proposer des solutions adaptées aux aéronefs. Le groupe a développé un grand savoir-faire en terme d'artillerie embarquée et entend rester présent sur ce marché.

 

Le canon de 30 mm type 30M791 a fait ses preuves à bord du Rafale. Son avenir est en grande partie liée à celui du chasseur de Dassault à l'export. Nexter continue d'assurer le soutien du canon 30M550 DEFA des Mirage 2000. Pour les hélicoptères la tourelle THL-30 conçue pour le Tigre est elle aussi liée à l'avenir à l'export de cet appareil. La tourelle THL-20 est adaptable sur un grand nombre de plateformes et a fait récemment l'objet de commandes à l'export.

 

Suite de l’article

Partager cet article
Repost0
12 juin 2014 4 12 /06 /juin /2014 19:55
photo Dassault Aviation - K. Tokunaga

photo Dassault Aviation - K. Tokunaga

 

12/06/2014 Par Véronique Guillermard – LeFigaro.fr

 

Le ministère de la Défense annonce que la France investira 200 millions d'euros supplémentaires dans les drones militaires.

 

Il faut battre le fer pendant qu'il est chaud. Une semaine après l'arbitrage rendu par l'Élysée sur le budget de la défense et après les célébrations du Débarquement pendant lequel l'aviation a joué un rôle clé, Jean-Yves Le Drian, le ministre de la Défense, enfonce le clou. L'argent dépensé par la nation dans sa défense, en particulier dans son aéronautique de combat, permet de maintenir les compétences et les emplois à forte valeur ajoutée en France, de franchir de nouvelles marches technologiques et d'en faire bénéficier les activités civiles.

 

«L'existence d'une filière aéronautique forte est décisive pour la France», a lancé le ministre de la Défense, jeudi, depuis le centre des essais en vol de la Direction générale de l'armement (DGA) à Istres (qui fête ses 70 ans). Il avait auparavant assisté à un vol d'essai de nEUROn, démonstrateur technologique de drone de combat développé sous maîtrise d'œuvre de Dassault Aviation.

 

«Je me réjouis que le ministre de la Défense soit venu aujourd'hui à Istres pour voir voler le nEUROn, a commenté Éric Trappier, PDG de Dassault Aviation. Cet avion est le symbole de l'excellence technologique de Dassault Aviation et de ses partenaires européens. Pour nous, elle résulte de notre expérience dans les avions de combat et spécifiquement avec le Rafale. Avec nEUROn, nous avons réalisé une première européenne pour des montants dix fois moindres que nos concurrents américains.»

 

Chasseur du futur

 

«Le niveau d'excellence qui est aujourd'hui le nôtre dans ce domaine est le fruit d'investissements de R & D menés depuis des décennies, mais aussi de la volonté politique de conserver l'aviation militaire comme un pilier de notre défense», a martelé Jean-Yves Le Drian.

 

«nEUROn vole car nous avons investi régulièrement. Nous ne sommes pas dans la déclaration d'intention, nous sommes dans le concret», souligne, pour sa part, la DGA, maître d'ouvrage du démonstrateur technologique qui préfigure les chasseurs du futur. La France poursuivra son effort dans le cadre de la coopération franco-britannique scellée lors du sommet de Lancaster House en 2010. Jean-Yves Le Drian a annoncé qu'il formaliserait, lors du salon aéronautique de Farnborough mi-juillet, l'accord de principe pris lors du sommet de Brize Norton en février 2014, en lançant la phase de définition du Système futur de combat aérien (FCAS), appelé à succéder aux chasseurs européens actuels (Rafale, Typhoon et Gripen) à horizon 2030.

 

Cela pour 200 millions d'euros répartis entre industriels français et britannique, qui mèneront des travaux en commun. «Je me félicite que la France et le Royaume-Uni aient pris la décision de lancer un futur drone de combat qui sera confié à Dassault Aviation et BAE Systems et leurs partenaires, a souligné Éric Trappier. Cela nous permettra de capitaliser sur les acquis du nEUROn et de préparer avec les Britanniques l'avenir de l'aviation de combat.»

 

Chacun des deux industriels apportera son expérience, acquise lors du développement de démonstrateurs technologiques d'avion de combat sans pilote à bord (UCAS), une des composantes du FCAS. Le futur programme bénéficiera de l'expérience acquise par Dassault Aviation sur nEUROn et de BAE Systems sur Taranis. Le lancement de la phase de définition du chasseur du futur durera deux ans, jusqu'en 2016, et le développement d'un démonstrateur franco-britannique se déroulera entre 2016 et 2020.

 

Irriguer la filière

 

Cette décision marque la volonté de la France de rester aux avant- postes dans l'aéronautique militaire. Cela grâce à la capacité de la DGA et de l'industrie à travailler en coopération avec des partenaires européens et de développer des technologies d'avenir en entraînant derrière elles toute une filière, composée de quelque 4.000 PME. «nEUROn, c'est un nouveau chapitre de l'aéronautique militaire en France, (…) avec l'ambition de développer les compétences des bureaux d'étude d'un secteur industriel aussi stratégique pour notre souveraineté», a déclaré Jean-Yves Le Drian.

 

L'aéronautique de combat est une des priorités du budget de recherche et technologie (R & T) de la loi de programmation militaire (LPM) 2014-2019. Sur les 4,5 milliards d'euros prévus pour la R & T sur la période, 20% seront consacrés aux avions de combat. Des crédits qui serviront aussi à améliorer l'existant. En janvier, la DGA a commandé pour 1 milliard d'euros le développement du nouveau standard du Rafale (F3R). Un contrat qui irriguera l'ensemble de la filière. «À lui seul, le programme Rafale représente 7.000 emplois en France. Il implique environ 500 entreprises sous-traitantes, dont une forte majorité de PME», a insisté Jean-Yves Le Drian, en rappelant que «les programmes militaires représentent un quart des 300.000 emplois en France du secteur aéronautique et spatial».

Partager cet article
Repost0
12 juin 2014 4 12 /06 /juin /2014 16:20
F-35 : le gouvernement doit éviter de sauver la face à tout prix, dit un expert


12.06.2014 radio-canada.ca

 

Un comité indépendant qui a examiné les solutions de rechange aux chasseurs furtifs F-35 devrait présenter jeudi un aperçu de son évaluation menée sur 18 mois, mais la décision du gouvernement sur le maintien de ce programme controversé est toujours en attente.

Avant que la décision soit prise, des experts militaires espèrent que le gouvernement Harper prendra en considération les implications plus larges de ce programme sur le budget général de la Défense et évitera d'avoir recours à des manœuvres politiques pour sauver la face.

Le rapport du comité, une analyse des principales réponses aux critiques du programme émises par le vérificateur général en 2012, ne devrait pas faire de recommandations au cabinet. Il comparera plutôt les coûts et les capacités de chacun des quatre avions concurrents en fonction de ce que le Canada attend de ses avions de guerre.

Il reviendra aux hauts responsables et aux ministres de recommander la voie à suivre au cabinet, une chose qui n'a pas encore été faite, ont indiqué plusieurs sources mercredi.

 

Suite de l'article

Partager cet article
Repost0
5 juin 2014 4 05 /06 /juin /2014 17:56
La flottille 11F reçoit le Rafale M40

 

02/06/2014 Marine nationale

 

La Marine nationale vient de recevoir, au sein de la flottille 11F basée à Landivisiau, son premier exemplaire de l'avion de combat Rafale Marine dit de 4ème tranche (Rafale M40).

 

Cet appareil est le premier de sa série à disposer de nouveaux équipements augmentant sensiblement ses capacités aux combats mais aussi lors de ses missions de protection du territoire national.

 

Les différents écrans installés dans le cockpit possèdent à présent une meilleure définition d'image et le viseur tête haute (HUD) offre une meilleure transparence. L'avion est également équipé d'un nouveau décodeur et interrogateur IFF lui permettant d'identifier à plus grande distance les aéronefs civils et militaires.

 

La 4ème tranche voit aussi l'arrivée d'une nouvelle génération de détecteur infrarouge surveillant et informant le pilote d'un départ de missile adverse. L'évolution la plus notable de cette nouvelle série d'aéronef est par ailleurs la mise en place du radar RBE2 de dernière génération dit à antenne active. Ses capacités de détection sont ainsi fortement accrues offrant ainsi au pilote une meilleure lecture de son environnement au combat à longue distance comme à très courte portée.

La flottille 11F reçoit le Rafale M40
Partager cet article
Repost0
5 juin 2014 4 05 /06 /juin /2014 17:20
F-35 Weekly Update: 5th June 2014


04.06.2014 Defence IQ Press
 

Of the jets in production that promise to take military fighters deep into the 21st century and beyond, the U.S. F-35, the Chinese J-20, and the Russian Sukhoi T-50 PAK FA are at the top of the heap.

The T-50 will be offered to countries — and Russian allies — looking for an alternative to the F-35, Lockheed Martin’s long-delayed fifth generation fighter. The Russians expect to sell about 1,000 fighters worldwide.

But those countries won’t be training pilots any time soon. According to Russia’s Centre for Analysis of World Arms Trade (CAWAT) the delivery schedule could be decades away for some purchasing nations. Malaysia won’t get their T-50s until 2035 at the earliest.

And if Americans thought they were alone in questioning the need for an advanced fighter program in today’s drone-filled skies, many Russians are also wondering at the need for their new aircraft.

“There is no mission and no adversary for such plane,” Russian defence analyst Konovalov says. “It would be more expedient to fit modern avionics to older generation jets.” [Business Insider]

 

The government’s commitment to transparency on the F-35 is being called into doubt amid questions over its refusal to release a “public” report, and suggestions it plans to announce a decision over the controversial stealth fighter in the dead of summer.

Cabinet ministers are reviewing the information they received in April after ordering military officials back to the drawing board to reassess the F-35 and its main competitors, Public Works Minister Diane Finley said Tuesday.

Yet with less than three weeks until Parliament rises for the summer, Finley is refusing to provide a timeline for when a decision will be made on whether the government will move ahead on purchasing the F-35 without a competition.

The government is also refusing to release a report that was intentionally stripped of sensitive material so it could be read by Canadians. That document was key to the promise of more openness in the process for replacing Canada’s aging CF-18 fighter jets.

“Our primary goal is to ensure that the men and women in uniform get the equipment they need to do the job that we ask,” Finley said in the House of Commons. “Once we have made a decision we will announce it, and the reports will be released.”

NDP defence critic Jack Harris suggested the government’s refusal to provide more information is undermining the government’s promised new approach after Auditor General Michael Ferguson raised serious concerns about the F-35 project two years ago.

“From cost overruns and delays to secrecy about the cost of the project, Canadians either do not trust the project or the process used or the government itself,” Harris said in the House of Commons.

“The minister was happy to tell (defence industry representatives) that there would be a decision in the next few weeks, but she has not commented on what will happen here in the House.”

The Conservative government first announced that Canada would be buying 65 F-35s for $16 billion in July 2010, when many Canadians were on vacation. It has since been revealed that the full cost of the F-35s could top $45 billion. [Ottawa Citizen]

 

Even as Lockheed Martin 's ( LMT ) F-35 stealth fighter sets flight-test milestones, the defense contractor is busy securing space contracts.

This prediction model is worth noting because it nearly triples the market's average yearly gain.

The Navy on Monday successfully test-launched from a submarine two missiles built by Lockheed. That marked the 150th successful test launch and set a new reliability record for large ballistic missiles, according to the aircraft and defense gear maker.

This week, Lockheed is slated to deliver an F-16 fighter jet to Iraq, the first of 36 the country ordered in 2011 and 2012.

On Monday, the Bethesda, Md.-based company landed a $914.7 million contract from the Department of Defense to track space junk for the U.S. Air Force's Space Fence program. It defeated rivalRaytheon ( RTN ), which had also bid for the contract.

Late last month Lockheed said it's buyingAstrotech 's ( ASTC ) Space Operations business, which provides satellite launch preparation services, for $61 million. [NASDAQ]

 

In three separate flight tests on May 27, Lockheed Martin F-35 Lightning II aircraft demonstrated air-to-air combat capability, completed the first flight test with the next level software load, and accomplished a landing at the maximum test speed and drop rate.

In the Point Mugu Sea Test Range airspace off the Central California coast, an F-35B demonstrated the jet's air-to-air combat capability when it sequentially engaged two aerial targets with two AIM-120 Advanced Medium Range Air-to-Air Missiles (AMRAAM) during a Weapon Delivery Accuracy mission.

Test pilot Lt. Col. Andrew "Growler" Allen tracked two maneuvering drone targets, making the very first dual AMRAAM shot from any F-35 variant, and the first live AMRAAM shot from the F-35B Short Take Off and Vertical Landing (STOVL) variant.

"The U.S. Marine Corps, which operates F-35Bs, will be the first military service branch to attain combat-ready Initial Operational Capability (IOC) in 2015," said J.D. McFarlan, Lockheed Martin's vice president for F-35 Test & Verification. "This Weapon Delivery Accuracy test highlighted the air combat capability that will give Marine aviators a decisive combat edge in contested airspace."

The F-35's internally-carried AIM-120 AMRAAMs are a beyond-visual-range air-to-air missile capable of all-weather day-and-night operations and considered a "fire-and-forget" missile using active target radar guidance.

Flying from Edwards Air Force Base, an F-35A flew a 1.9 hour mission with the first-ever load of Block 3i hardware and software. Block 3i is the next level of capability and is planned to support U.S. Air Force F-35A IOC in 2016. [Lockheed Martin]

 

Turkish President Abdullah Gul will inaugurate an engine factory in western Izmir province on Friday which will produce engine parts for the world's most advanced aircraft, the U.S. fighter jet F-35.

The factory, a joint enterprise with Turkey's Kale group and American aerospace manufacturer Pratt & Whitney, is expected to employ around 700 to 750 people.

Turkey’s Under-secretariat for Defense Industries and Pratt & Whitney signed a letter of intent last month for the establishment of an F-35 engine center for the fighter jets in Turkey.

F-35s are a family of advanced fighter jets with the capability of avoiding radar detection. The A-variant is built for traditional air force bases. The factory will produce critical engine components for the F-35 Lightning II aircraft - the world's most advanced aircraft. The aircraft's components will be produced in Turkey and in other countries and will be assembled in the U.S.

Kale group owns 51 percent of the factory and Pratt & Whitney owns 49 percent. The first batch of investment, worth US$75 million, is completed and two more batches are expected.

Turkey, which has been in the Joint Strike Fighter program from the concept development phase, has contributed to the system development and demonstration and production sustainment and follow-on development phases as a partner nation. [World Bulletin]

Partager cet article
Repost0
5 juin 2014 4 05 /06 /juin /2014 11:54
photo 3i3s.org

photo 3i3s.org

 
jeudi 29 mai Aerobuzz.fr

 

Deloitte renforce son expertise en Aerospace & Defense et annonce l’arrivée de Philippe Boissat (53 ans) en tant que senior advisor. En appui aux équipes en place, il viendra continuer le développement de l’offre et consolider la position du cabinet sur ce secteur. Ancien Directeur grands comptes EADS chez Altran, Philippe Boissat est, par ailleurs, Président de l’International Independent Institute for Satellite and Aerospace Solutions (3i3s) depuis 2005.

 

Suite de l'article

Partager cet article
Repost0
5 juin 2014 4 05 /06 /juin /2014 06:20
X-47B UAV To Conduct Test Flights With F-18s


June 3, 2014 by David Pugliese
 

Navy Times has this article on the U.S. Navy’s X-47B which heads to the fleet later this summer for the next step of testing: landing and taking off alongside manned aircraft.

 

More from the article:

 

This summer, the X-47B goes back out to sea with the carrier Theodore Roosevelt to complete takeoffs and landings from a moving carrier with jets in the pattern.

“The next step is to operate the aircraft in the pattern with a manned counterpart,” said Capt. Beau Duarte, Unmanned Combat Air Systems Demonstration program manager for Naval Air Systems Command. “We’ll have a couple of F/A-18s, so we can evaluate the ability to land and clear the landing area, see if we can mimic the time lines that are required for manned aircraft.”

So far, the testing has consisted of perfecting taxi, takeoff and landing routines — first from land, then from a land-based catapult, and now from a catapult on an aircraft carrier at sea.

 

Full story her

 

Partager cet article
Repost0
3 juin 2014 2 03 /06 /juin /2014 12:55
Neuilly : Thalès déménage à La Défense (en 2015)

 

 

02.06.2014 Florence Hubin – LeParisien.fr

 

Après l’annonce la semaine dernière par Foncière des régions de l’arrivée prochaine des équipes de la société Groupon dans la tour CB21, c’est au tour des propriétaires de la tour Carpe Diem -Aviva et Predica- d’officialiser la signature d’un bail avec le groupe Thales. Ce géant de l’électronique -spécialisé dans l’aérospatial, la défense et les technologies de l’information- a choisi de franchir la Seine et de quitter Neuilly, où est actuellement installé son siège, pour La Défense.

 

Quelque six cents collaborateurs du groupe emménageront ainsi début 2015 sur 10 000 m², entre le 27ème et le 34 étage de la tour Carpe Diem, qui en compte 38 au total. D’une capacité totale de 3 000 postes de travail, le bâtiment, dont lentrée principale est accessible à pied aussi bien depuis le parvis de La Défense que depuis le boulevard circulaire, côté Courbevoie, compte encore 34 000 m² à louer.

 

Suite de l’article

Partager cet article
Repost0
2 juin 2014 1 02 /06 /juin /2014 12:57
Bruno Sainjon nouveau Président-directeur général de l’ONERA
 

27.05.2014 - ONERA.fr

 

Bruno Sainjon, directeur des opérations de la DGA, est nommé, par décret en Conseil des Ministres, Président du Conseil d’Administration de l’ONERA. Il en devient, de fait, Président–directeur général. Il prendra ses nouvelles fonctions le 2 juin 2014.

 

Formation :

Bruno Sainjon est diplômé de l’Ecole Polytechnique (promotion 1982) et de l'École nationale supérieure de techniques avancées (promotion 1987)

Parcours :

1987 – 1996 : DGA (Direction Générale de l’Armement)
Bruno Sainjon a débuté sa carrière à la DGA au sein de la direction des engins rebaptisée ensuite direction des missiles et de l'espace.

  • De 1987 à 1992, au sein du service technique des poudres et explosifs, Bruno Sainjon est responsable des études, recherches et développements dans le domaine des propergols solides pour missiles tactiques et balistiques, puis de chef du groupe études générales.
  • En 1993 il rejoint le service technique des systèmes stratégiques et spatiaux comme adjoint au chef du bureau propulsion, plus particulièrement chargé de la politique industrielle et des relations avec le milieu des lanceurs civils. Dans ce poste il participe en tant que représentant français aux travaux des commissions mandatées par l'ONU de contrôle des activités missiles balistiques en Irak.
  • En 1994, il devient chef du bureau des programmes missiles-espace-nucléaire.


1996 – 2000 : Services du Premier Ministre et Ministère de la Défense

  • En 1996, il rejoint le gouvernement en tant que directeur des affaires économiques et de l'animation au sein de la délégation interministérielle à la coupe du monde de football de 1998.
  • En juillet 1997, il intègre le cabinet du ministre de la défense comme conseiller technique, puis conseiller pour les affaires économiques, financières et budgétaires.


2000-2002 : SNPE (Société Nationale des Poudres et des Explosifs )

  • Le 1er mars 2000, il devient directeur de la stratégie et du développement du domaine " matériaux énergétiques " de la SNPE.
  • Mai 2001 à mai 2002, il occupe simultanément les fonctions de président Directeur Général de CELERG et CELERG International.
  • Février à novembre 2002, il est nommé secrétaire du Comité Exécutif de SNPE.


2002 – 2003 : DGA
Bruno Sainjon revient à la DGA en décembre 2002 en tant que chargé de mission auprès du directeur du service de la maintenance aéronautique.

2003 – 2005 : SGDN (Secrétariat Général de la Défense Nationale)

  • Bruno Sainjon devient directeur adjoint des technologies et transferts sensibles du SGDN.
  • Le 1er juillet 2005, il est nommé ingénieur général de l’armement de 2ème classe.


2005 – 2014 : DGA

  • Bruno Sainjon rejoint la DGA en tant que directeur du service des programmes nucléaires et de missiles au sein de la direction des systèmes d’armes.
  • Le 24 janvier 2007, il devient adjoint au directeur des systèmes d’armes, plus particulièrement chargé de l’équipement des forces nucléaires et navales.
  • Par décret du 21 janvier 2008, il est nommé ingénieur général de l’armement de 1ère classe.
  • Le 21 janvier 2009, il prend les fonctions de directeur des systèmes d’armes et est élevé au rang et appellation d’ingénieur général hors classe de l’armement.
  • Le 7 octobre 2009, il est nommé directeur des opérations et assure, à ce titre, la représentation du ministre de la Défense au conseil de surveillance de l’OCCAr (Organisation Conjointe de Coopération en matière d’Armement), qui regroupe la Belgique, la France, l’Allemagne, le Royaume-Uni, l’Italie et l’Espagne.


Mai  2014 – aujourd’hui : ONERA.

  • Le 13 mai 2014, Bruno Sainjon est élu président du conseil d’administration
  • Le 28 mai 2014, il est nommé Président-Directeur général par décret en Conseil des Ministres. Il prend la présidence de l’établissement de recherche à la suite du décès de Denis Maugars, survenu le 9 août 2013. L’intérim de la présidence de l’ONERA était assuré depuis lors par Thierry Michal, directeur technique général.


Né le 25 janvier 1961, Bruno Sainjon est Chevalier de la Légion d'Honneur et Officier de l'Ordre National du Mérite.

Partager cet article
Repost0
2 juin 2014 1 02 /06 /juin /2014 10:55
photo Thales Group

photo Thales Group

 

par Alain Establier -“SECURITY DEFENSE Business Review” n°107, daté du 03/06/2014

 

SDBR : Vous êtes directeur général, Opérations et Performance du groupe Thales, pouvez-vous nous préciser votre champ de responsabilité ?

 

Patrice Caine : Jean-Bernard Levy, le président de Thales, m’a confié quatre grandes missions : la conduite des Opérations ainsi que la Performance, la conduite de nos activités en Europe et enfin l’animation de nos comptes clients clés en France, qui représentent trois quart des 3 milliards de prises de commandes annuelles réalisés en France. En entrant un peu plus dans le détail des Opérations, il s’agit du pilotage des grandes fonctions opérationnelles du groupe, principalement l’ingénierie, l’industrie, les achats, la qualité, les offres et projets, l’environnement, et les services. Ces fonctions sont bien évidemment «instanciées» dans nos six lignes d’activité mondiales et dans nos pays. Concernant le pilotage de nos activités en Europe, cela regroupe l’ensemble des pays européens à l’exception du Royaume-Uni, directement rattaché à Jean-Bernard Levy, de l’Allemagne et des Pays-Bas, rattachés chacun à un membre du Comité exécutif du Groupe.

 

Pourquoi ces rattachements individualisés de certains pays?

 

Nous avons souhaité redonner du poids aux lignes de produits et aux métiers mondiaux. Pour autant, dans une organisation matricielle, il y a un équilibre à préserver et donc un rôle important à jouer par les «géographies». De ce fait, tous les pays émergents ou émergés ont été placés sous la responsabilité de Pascale Sourisse en charge du Développement International. Tous les pays de l’Union Européenne, hors les trois que nous avons déjà cités sont placés sous ma responsabilité. Enfin, les États-Unis, le Canada et l’Australie, à l’instar du Royaume Uni, de l’Allemagne et des Pays-Bas déjà mentionnés sont rattachés chacun à un membre du Comex.

 

Alors parlons, si vous le voulez bien, de la performance…

 

La performance est portée par le plan «Ambition Boost», qui embrasse les trois dimensions du Groupe : la dimension Métier, la dimension géographique que nous venons d’évoquer et la dimension Fonction. L’amélioration de notre performance est un travail sans fin. Avec «Ambition Boost», nous inscrivons la performance comme le moteur de notre vision stratégique à 10 ans, «Ambition 10». Cette ambition stratégique partagée a été construite grâce à une démarche collective inédite qui a réuni plus de 400 cadres du Groupe. Notre programme de performance embrasse les trois piliers stratégiques d’«Ambition 10» : le pilier «croissance», le pilier «compétitivité» et le pilier relatif aux talents et à la dimension humaine. «Ambition 10» fixe en quelque sorte le cap et le point d’arrivée. Le plan de performance  «Ambition Boost», lui, est le moteur de cette ambition, la feuille de route qui définit les actions concrètes à mettre en place et les jalons à atteindre d’ici les prochaines années. Le précédent plan, Probasis, a continué à produire ses effets sur 2013 et  2014. Au-delà, c’est «Ambition Boost» qui prend le relais. Nous pourrons donc en mesurer les premiers effets à partir de 2015 et sur les années qui suivent.

 

Quels sont les faits marquants dans les pays d’Europe sous votre responsabilité ?

 

Il y a des traits communs. Dans bon nombre de ces pays, nous avons des implantations industrielles significatives : Italie (plusieurs milliers de collaborateurs), Espagne (un millier), Roumanie (quelques centaines), etc. Nos activités y relèvent soit du domaine des transports (apportées par Alcatel en 2008), soit du domaine de la défense (achetées à la fin des années 90), soit des deux. Nous devons aussi faire monter dans la chaîne de la valeur nos filiales, en même temps que nous devons ouvrir celles spécialisées en transport aux activités de défense et celles spécialisées en défense aux activités de transport. Enfin, ces pays partagent une monnaie, des standards OTAN  pour la Défense, des standards ETCS pour le Transport, etc. Ce sont des pays où nous ne pouvons espérer des taux de croissance que l’on rencontre dans les pays émergents, mais nous devons être capables d’y croître entre 2 et 4%, selon les pays, de manière régulière et en ayant des bases de R&D qui servent plus largement les marchés à travers le globe. Par ailleurs, il y a certains pays d’Europe où nous jouissons d’une forte croissance, c’est-à-dire supérieure à 5%. En Pologne, par exemple, où les investissements relatifs aux infrastructures de transport ferroviaire sont très importants.

 

En France, en matière de Défense, existe beaucoup d’inquiétude sur le niveau des investissements pour les 3 ans à venir. Que pouvez-vous nous en dire ?

 

Nous sommes dans une situation paradoxale. Nos 35 000 salariés en France illustrent parfaitement ce que la France, voire bien d’autres pays à l’étranger, appellent de leurs vœux : des emplois de haute technologie, par nature difficilement délocalisables, des emplois «qui exportent» dans le monde entier grâce à l’excellence technologique et à la qualité de nos produits et solutions. Mais pour cela, nous avons absolument besoin d’un soutien fort du Ministère de la Défense et de ses investissements au travers de la Loi de Programmation Militaire. Je veux donc croire que les bonnes décisions seront prises, nous donnant les moyens de préserver en France l’excellence industrielle et technologique que beaucoup nous envient.

 

Que faut-il penser du potentiel du marché indien, dans sa nouvelle donne politique issue des dernières élections ?

 

Thales poursuit de très nombreuses opportunités commerciales en Inde qui se chiffrent potentiellement en milliards d’euros, et ceci dans de très nombreux domaines. Les élections en Inde ne devraient pas, selon nous, changer la posture de ce grand pays vis-à-vis de son budget de défense et des industriels étrangers. Nous allons donc continuer à nous développer en Inde qui reste, pour les prochaines années, un des pays cibles de notre plan stratégique.

 

Y a-t-il des arbitrages à rendre dans le portefeuille des produits du groupe Thales ?

 

Aujourd’hui, le portefeuille d’activités de Thales est très cohérent et fait vraiment sens: cohérence dans ses métiers, cohérence dans ses lignes de produits, cohérence dans ses technologies. Nous pensons que nous sommes parfaitement armés pour les développer et offrir à nos clients des propositions leurs apportant de la valeur. La question que nous nous posons est plutôt de savoir s’il y a des métiers qui peuvent venir compléter les nôtres afin d’apporter encore plus de valeur à nos clients; c’est l’exemple de LiveTV, spécialiste américain de la connectivité pour les avions, que Thales a acquis en mars dernier. Cette acquisition ciblée complète parfaitement notre offre existante en matière de divertissement à bord ou IFE («In-Flight Entertainment»). C’est une acquisition offensive qui nous permet d’allier, à nos solutions en matière d’IFE, une offre de service en matière de connectivité à bord des avions. Nous pouvons ainsi proposer des solutions combinées et donc un service complet aux compagnies aériennes: choisir et regarder ses films à bord, ou écouter la musique de son choix mais aussi surfer sur internet, récupérer ses données personnelles de type mail, etc. Le marché est en train de s’orienter dans cette voie, et nous sommes très satisfaits de cette acquisition.

 

Est-ce dans cet esprit que vous être en train d’acquérir l’activité cybersécurité d’Alcatel-Lucent ?

 

Oui, absolument, la logique est similaire. Il s’agit d’une acquisition, doublée d’un partenariat stratégique avec Alcatel-Lucent, qui va nous permettre de compléter nos solutions de cybersécurité et de sécurité des communications. Cette activité représente environ 90 personnes. Alcatel-Lucent, de son coté, bénéficiera avec ce partenariat stratégique des fonctionnalités de sécurité avancées pour son propre portefeuille de solutions et produits et renforcera ainsi son offre vis-à-vis de ses clients dans les réseaux sécurisés.

 

Que mettrez-vous en avant au salon Eurosatory cette année ?

 

Nous allons évidemment montrer tous les progrès accomplis par le système de drone tactique Watchkeeper depuis la dernière édition il y a deux ans. Le système Watchkeeper est une très belle réussite technique, industrielle et opérationnelle au profit de l’Armée de Terre Britannique: il a obtenu à l’automne dernier sa certification lui permettant d’opérer dans l’espace aérien civil britannique, et il a été déclaré opérationnel par le MoD britannique en mars dernier, enfin, il est censé être déployé très prochainement en opération. Le Watchkeeper occupera donc une place particulière sur notre stand. Nous mettrons aussi en avant nos avancées en matière de radios logicielles militaires, notamment grâce au contrat CONTACT signé à l’été 2012 avec le MINDEF; CONTACT est destiné à équiper l’ensemble des forces armées françaises de postes radio de nouvelle génération, successeur des postes existants, en particulier pour les communications tactiques terrestres avec les PR4G , véritable succès mondial. Grâce à la France, Thales est plus que jamais leader européen en matière de radios communication militaire. Enfin, nous présentons bien sûr aussi le «Hawkei», véhicule léger de 7 tonnes, aéromobile, conçu pour être rapidement déployé sur les théâtres d’opération, conçu et fabriqué dans notre filiale australienne. Nous avons de gros espoirs de vendre ce véhicule à de nombreuses armées ou forces de sécurité dans le monde.

 

Indépendamment de la conjoncture géopolitique, y a-t-il un futur possible de collaboration technologique avec l’industrie russe ?

 

Je ferais la différence entre nos activités militaires et nos activités civiles. Dans le domaine militaire, comme vous le savez, nos exportations sont totalement encadrées par les gouvernements des pays dans lesquels se situent tels ou tels de nos produits. La Russie est potentiellement un grand marché en matière de défense mais les perspectives de développement ne dépendent donc pas uniquement de Thales. Dans le domaine civil, qui n’est pas soumis aux mêmes règles, nous souhaitons pouvoir nous développer ou continuer à nous développer dans plusieurs domaines: le spatial où nous avons, grâce à Thales Alenia Space, une collaboration longue et fructueuse avec l’industrie spatiale russe; dans le transport et particulièrement le transport ferroviaire où les besoins en matière d’infrastructures nouvelles ou de rénovation des infrastructures existantes sont considérables; dans le domaine du contrôle du trafic aérien enfin, où il existe aussi des besoins très importants. Les opportunités sont multiples. A nous de les saisir !

Partager cet article
Repost0
27 mai 2014 2 27 /05 /mai /2014 18:56
Airbus Group: les actionnaires entérinent le changement de nom

 

27.05.2014 Romandie.com (AWP)

 

Paris (awp/afp) - Les actionnaires d'Airbus Group, réunis à Amsterdam, ont officiellement approuvé mardi le changement de nom de l'entreprise, selon un communiqué du groupe européen d'aéronautique et de défense.

 

"Le changement de nom d'European Aeronautic Defence and Space Company EADS à Airbus Group prendra juridiquement effet le 2 juin", indique le communiqué, rappelant que depuis le 1er janvier, l'entreprise exerce déjà son activité sous son nouveau nom.

 

Le 31 juillet 2013, le groupe avait annoncé l'adoption du nom d'Airbus Group, nom de sa filiale la plus connue, et un regroupement de ses activités défense et espace pour améliorer sa compétitivité.

 

Les actionnaires ont par ailleurs approuvé mardi le dividende proposé de 0,75 euro par action (+25%) pour l'exercice écoulé. Le paiement de ce dividende interviendra le 3 juin.

 

En 2013, Airbus Group a dégagé un bénéfice net de 1,5 milliard d'euros sur un chiffre d'affaires de 57,6 milliards. L'entreprise, qui comprend l'avionneur Airbus, le spécialiste de la défense et de l'espace Airbus Defence and Space et Airbus Helicopters, compte un effectif d'environ 139.000 personnes.

Partager cet article
Repost0
27 mai 2014 2 27 /05 /mai /2014 18:55
Maquette Nicetrip vue de face dans la soufflerie S1MA

Maquette Nicetrip vue de face dans la soufflerie S1MA

 

26.05.2014 – Aérodynamique – ONERA

 

Des essais sur une maquette de convertible, c'est-à-dire la configuration aérodynamique d’un avion où les rotors peuvent basculer, viennent de se terminer dans la grande soufflerie ONERA S1MA à Modane.

 

Ces essais réalisés sur une maquette grande échelle s’inscrivent dans le projet européen NICETRIP dont l'objectif est  d’étudier la faisabilité technologique d’un convertible civil. Des projets futurs devront permettre la réalisation d'un démonstrateur de vol en Europe.

 

L'étape essais en soufflerie était indispensable pour l'architecture compliquée de cette configuration à demi-aile basculante et en particulier pour y évaluer le comportement à haute vitesse et dans les phases de basculement du rotor. La soufflerie S1MA par sa taille et sa puissance était particulièrement bien adaptée pour ces essais. Les méthodes de mesure dont dispose l'ONERA ont été pleinement utilisées. Les essais sont complémentaires des activités de simulation numérique en aérodynamique. Ces calculs, réalisés sur la base de la plateforme logiciel elsA de l'Onera, permettent des conceptions nouvelles et d'optimiser les formes des différents éléments constitutifs de l'ensemble (pales des rotors en particulier). Grâce aux essais et aux calculs la validation de l'architecture globale a pu être effectuée.

 

Cette activité a impliqué les industriels Agusta et Eurocopter.

 

Maquette Nicetrip en configuration avion, montée sur dard droit et tripode dans le chariot n°2 de la soufflerie S1MA.

Maquette Nicetrip en configuration avion, montée sur dard droit et tripode dans le chariot n°2 de la soufflerie S1MA.

Partager cet article
Repost0
25 mai 2014 7 25 /05 /mai /2014 11:50
photo UK MoD

photo UK MoD

 

25 avr. 2014 royalairforce

 

Watch this video to go behind the scenes at Airbus Defence and Space, to see the progress being made on the A400M programme.

Partager cet article
Repost0
25 mai 2014 7 25 /05 /mai /2014 11:50
photo UK MoD

photo UK MoD

 

25 avr. 2014 royalairforce

 

Watch this video to go behind the scenes at Airbus Defence and Space, to see the progress being made on the A400M programme.

Partager cet article
Repost0
19 mai 2014 1 19 /05 /mai /2014 16:50
La presse romande souligne l'échec d'Ueli Maurer

 

19.05.2014 Romandie.com (ats)

 

Le ministre de la défense Ueli Maurer reçoit une avalanche de critiques dans la presse romande au lendemain du "non" à l'acquisition du Gripen. Les journaux, qui pointent son attitude maladroite lors de la campagne, dévoilent aussi certains mécanismes ayant influencé le vote des Suisses.

 

L'échec du Gripen est d'abord celui du conseiller fédéral Ueli Maurer, qui "a multiplié les couacs" dans le dossier d'acquisition des nouveaux avions de combat, soulignent "L'Express", "L'Impartial" et le "Journal du Jura". Le ministre pourrait d'ailleurs en tirer les conséquences l’an prochain après les élections fédérales, ajoutent ces quotidiens.

 

Même constat du côté de "24 heures", qui juge une remise en question d'ordre général nécessaire pour le ministre de la Défense. Ueli Maurer a été "inconséquent" durant toute la campagne, changeant de stratégie "comme de paire de chaussettes" et "traitant un sujet sérieux avec la désinvolture d'un clown triste".

 

Les journaux lémaniques s'interrogent aussi sur l'impact du détournement d'avion sur Genève en février dans le rejet de dimanche. Selon "La Tribune de Genève", l'armée, incapable de réagir, s'est ridiculisée dans cet épisode et Ueli Maurer ne s'est pas montré très convaincant par la suite en dénonçant maladroitement les coupes dans le budget militaire.

 

De l'avis de "La Liberté" également, la campagne en faveur du nouvel avion joue un rôle important dans le rejet de dimanche. Elle "a volé bas, avec des arguments d’un autre temps" susceptibles de ne séduire que dans la Suisse profonde.

 

L'échec du Gripen s'explique aussi en partie par le climat politique: les cantons qui ont refusé l’initiative de l’UDC "contre l’immigration de masse" ont rejeté le financement de l’avion, ce qui n'est pas forcément une coïncidence. "Des citoyens n’ont pas résisté au petit plaisir jouissif de jeter un obus dans le jardin de l’UDC", souligne le quotidien fribourgeois.

 

Pour "Le Temps", dire que la campagne a été mauvaise ne va tout simplement "pas assez loin": il s'agit d'un vote du peuple contre Ueli Maurer, personnellement, "une manière, après le 9 février (et l'acceptation de l'initiative de l'UDC contre l'immigration de masse), de se venger de ses conceptions simplistes".

 

Mais le "non" de dimanche, c'est aussi "le vote d'une Suisse confortable, qui se sent en sécurité, abritée - paradoxalement - derrière le parapluie militaire des pays voisins et de l'Otan", relève le quotidien. L'achat du Gripen n'aurait eu de sens qu'en l'insérant dans une défense européenne plus large, une dimension jamais évoquée par Ueli Maurer, car elle "lui fait horreur".

 

"Il n’est pas certain" que les maladresses de campagne d'Ueli Maurer expliquent à elles seules ce vote populaire, retient également "L'Agefi". Bien des adeptes d’une défense nationale forte et dissuasive ont toujours plus de doutes sur l’affectation des investissements à consentir, poursuit le quotidien économique. Car "les Suisses ne raisonnent plus en termes de guerre totale".

Partager cet article
Repost0
19 mai 2014 1 19 /05 /mai /2014 12:56
Rapport Annuel 2013 de l'ONERA on-line

 

15.05.2014 ONERA

 

Découvrez la version on-line du Rapport Annuel ONERA 2013. Un regard synthétique qui vous donnera un aperçu de l’éventail des activités de l’ONERA au travers de quelques projets phares de 2013.

 

La nouvelle version du rapport annuel ONERA, en ligne ici

Partager cet article
Repost0
14 mai 2014 3 14 /05 /mai /2014 07:55
Mise en service opérationnel du premier Falcon 50 MS

 

12 Mai 2014 colsbleus.fr

 

Livré à la Marine par Dassault aviation en septembre 2013, cet aéronef, précédemment dédié à un usage gouvernemental,  a, dans un premier temps, été adapté aux contraintes liées au survol des espaces maritimes (intégration d’une capacité de communication par satellite, d’un radar, d’un FLIR et de deux hublots d’observation). Par la suite, ses nouvelles capacités ont été éprouvées par  une phase d’évaluation opérationnelle, conduite avec succès par le CEPA/10S. Premier exemplaire d’une série de 4, cet avion vient compléter le parc des 4 Falcon 50 Mi (intervention) de la flottille 24F, implantée sur la base d’aéronautique navale de Lann-Bihoué. Il permet à la composante de surveillance et d’intervention maritime (PATSIMAR) de la force de l’aéronautique navale de remonter en puissance après une période de réduction temporaire de capacité liée au retrait de service du Nord 262 en 2009. D’ici 2015, la Marine devrait ainsi disposer, en métropole, d’un dispositif de 4 Falcon 50 Ms et de 4 Falcon Mi.

Partager cet article
Repost0
13 mai 2014 2 13 /05 /mai /2014 17:55
Prophete, le composite qui tient les 1200°C



13/05/2014 DGA

 

Mettre au point des moteurs d’aéronefs plus robustes et plus légers… Voilà sur quoi a planché la société Herakles, filiale du groupe Safran. Comment ? En mettant au point un matériau composite à base de céramique pour remplacer le traditionnel métal utilisé dans les moteurs. Le projet appelé "Prophete" permet désormais aux composites d'investir les environnements les plus hostiles pour leurs fibres.

 

Consommer moins de carburant pour emporter plus d’armement et embarquer plus de passagers… l’heure est à l’allégement des aéronefs. Pour répondre à ce besoin, Herakles, soutenu depuis le début par la DGA, a eu l’idée d’inventer un nouveau matériau composite à base de céramique. Plus léger, il remplacerait avantageusement le métal traditionnellement utilisé jusqu’à aujourd’hui dans les moteurs. Le projet, baptisé « Réalisation d’études pour la Protection, la Réparation et l’Optimisation de Pièces Hélicoptères Évoluant dans des gammes de Températures Élevées », est plus communément appelé "Prophete".

 

Né sous les bons augures

« Tout l’enjeu de notre innovation est d’arriver à intégrer de nouveaux matériaux dans les zones les plus chaudes des moteurs. Jusqu’à présent, la proportion de matériaux composites dans les avions modernes avoisine les 50 % . Une zone résistait cependant encore à toutes les études : le moteur. La faute à ses très hautes températures », explique Georges Caye, chef de programme PROPHETE chez Herakles. En effet, les matériaux composites classiques ne supportent pas de températures au-delà de 200°C. Or, dans un moteur, on peut atteindre les 1200°C.

Trouver un matériau qui supporte 1200°C…Opération réussie !« Grâce au composite à matrice céramique, nous avons accompli ce challenge ! », se félicite Georges Caye. De plus, il a des vertus auto-cicatrisantes. « Pendant son utilisation, les micro-fissures qui pourraient se former dans le matériau sont colmatées par un verre qui se forme par réaction chimique au sein même de la matrice du composite. D’où son nom de matrice autocicatrisante. Ce qui permet d’augmenter significativement sa durée de vie ! », précise-t-il.

 

Démonstration

Afin de démontrer l’intérêt du matériau composite à matrice céramique, la société Herakles a réalisé un prototype de tuyère pour la partie arrière du moteur de l’hélicoptère Tigre. Des essais en vol se sont déroulés de début 2012 à avril 2013. « Les résultats obtenus étaient largement concluants. Après 130 heures de vol, la tuyère est intacte ! », souligne Georges Caye. En l’occurrence, l’innovation a été testée sur le Tigre mais elle peut être appliquée à n’importe quelle tuyère d’autres hélicoptères, et même d’autres pièces de moteurs d’avions.

« Cela fait 10 ans que Herakles travaille sur la création de ce matériau. Avant de le tester en conditions réelles sur la tuyère du Tigre, il y a eu beaucoup de recherches en laboratoire. Pour des applications militaires, nous sommes techniquement prêt. Côté civil, nous nous préparons à mettre en service une pièce de même type sur un avion d’Air France . » Herakles envisage ensuite une introduction en série complète dans des moteurs d’avions civils aux alentours de 2018/2019.C'est-à-dire demain.

 

 

L'innovation Prophete appliquée à la tuyère du Tigre

L'innovation Prophete appliquée à la tuyère du Tigre

Prophete en chiffres

- 6000 heures, c’est la durée de vie attendue d’une tuyère en composite céramique métal qui n’est pas sujette aux criques qui affectent les pièces métalliques portées en température.

- Entre 800 et 1200°C , ce sont les températures que peut supporter la tuyère en céramique.

- 30%, c’est le pourcentage d’allègement que l’on pourrait atteindre avec la tuyère en céramique par rapport à sa version métal

Partager cet article
Repost0
12 mai 2014 1 12 /05 /mai /2014 16:55
Pierre-Eric Pommellet, président de Thales Systèmes Aéroportés, Michel Mathieu, président de Thales Avionics et Alain Rousset, président du Conseil régional d'Aquitaine - photo Aqui.fr

Pierre-Eric Pommellet, président de Thales Systèmes Aéroportés, Michel Mathieu, président de Thales Avionics et Alain Rousset, président du Conseil régional d'Aquitaine - photo Aqui.fr

 

06/05/2014 Nicolas César – LaTribune.fr

 

Lundi 5 mai, Alain Rousset, président de la Région Aquitaine, Michel Mathieu, président de Thales Avionics et Pierre-Eric Pommellet, président de Thales Systèmes Aéroportés, ont signé une convention de partenariat pour soutenir le développement de Thales et de ses partenaires (PME et ETI) aquitains.

 

« C'est un partenariat unique en France et gagnant-gagnant pour le territoire et le groupe Thales », lance Alain Rousset, le président du Conseil régional d'Aquitaine. Le principe de cette convention de quatre ans est simple : la Région accompagne les projets de Thales et de ses partenaires locaux, soit près de 200 PME ou ETI. En échange, Thales aide la Région à renforcer le tissu de PME et d'ETI . Objectif : construire un écosystème compétitif centré autour de l'industriel dans les secteurs de l'interaction homme-système, la sûreté et la sécurité des systèmes, le traitement du signal, des images et de la vidéo, les systèmes télé-opérés, les capteurs et radars de surveillance…

Ce qui suppose de développer le potentiel de recherche en amont dans ces domaines, de structurer la sous-traitance, de développer l'offre de formations continues, mais aussi de reconvertir le site de Thales Systèmes Aéroportés à Pessac, notamment avec l'aide de la Communauté urbaine de Bordeaux. « Pour créer les innovations de rupture de demain, nous avons besoin autour de nous d'entreprises compétitives et créatives », confirme Pierre-Eric Pommellet, président de Thales Systèmes Aéroportés.

 

Premier campus industriel aéronautique d'Europe

Pour rappel, Thales est présent en Gironde depuis plus de 40 ans et regroupe plus de 2.000 collaborateurs répartis à parts égales sur deux sites : à Pessac, centre d'expertise en ingénierie, architecture radar et système (drones…) et Le Haillan, pôle d'excellence dans la conception, le développement des cockpits.

Au premier trimestre 2017, le personnel de ces deux entités sera rassemblé sur ce qui devrait être le premier campus industriel aéronautique d'Europe, au sein de l'Aéroparc de Mérignac. « C'est un investissement de 200 millions d'euros pour le groupe, qui marque ainsi sa volonté de s'ancrer dans l'écosystème régional », a souligné Pierre-Eric Pommellet. « L'Aquitaine devrait être la première région française en matière d'usines du futur », a mis en avant Alain Rousset.

Partager cet article
Repost0
12 mai 2014 1 12 /05 /mai /2014 11:55
Hausse du CA de l'industrie française aéronautique, spatiale, de défense et de sécurité en 2013

+9% pour le chiffre d'affaires de l'industrie française aéronautique, spatiale, de défense et de sécutité en 2013

 

09 mai 2014 par  Jacques Marouani - electroniques.biz

 

En termes de commandes, 2013 a été une année record avec 73,1 milliards d'euros, soit une progression de 49% par rapport à 2012, principalement grâce au secteur civil qui représente 84% des commandes reçues. Le carnet de commandes global de la profession représente entre 5 à 6 années de production.

 

Marwan Lahoud, président du Gifas (Groupement de l’industrie française aéronautique, spatiale, de défense et de sécurité), vient de présenter les résultats de la profession. Il a précisé que « 2013 a été une nouvelle bonne année avec une progression du chiffre d’affaires de 9% à 47,9 milliards d'euros avec une très forte part à l’exportation de 30,4 milliards d'euros (+11,4%) qui représente 79% du chiffre d’affaires consolidé. Le secteur civil représente 75% du chiffre d’affaires ».

 

En termes de commandes, 2013 a été une année record avec 73,1 milliards d'euros, soit une progression de 49% par rapport à 2012, principalement grâce au secteur civil qui représente 84% des commandes reçues. Le carnet de commandes global de la profession représente entre 5 à 6 années de production. « Ces performances permettent à la profession de dégager, une fois de plus, le premier solde excédentaire de la balance commerciale française en 2013 avec +22 milliards d'euros » a souligné Marwan Lahoud.

 

Les équipementiers et PME de la Supply Chain française sont au rendez-vous et obtiennent en 2013 de bons résultats avec un chiffre d’affaires estimé de 15,1 milliards d'euros (+7% à périmètre constant) et 13,3 milliards d'euros de commandes (+12%).

 

Il est à noter que le Gifas regroupe aujourd’hui 332 membres (dont principalement 157 équipementiers et 143 PME), soit une centaine d’adhérents supplémentaires, en moins de dix ans.

 

2013 est aussi une année record en termes d’emplois avec 177 000 hommes et femmes dans la profession (170 000 en 2012), 13 000 recrutements et 6 000 emplois nets créés et 1 000 personnes de plus du fait des nouveaux adhérents au Gifas.

 

« Après trois années toniques, 2014 constituera un « temps de respiration » dans la politique de recrutement de la profession » a déclaré Marwan Lahoud. Les prévisions 2014 sont de l’ordre de 10 000 recrutements (par rapport à 15 000 en 2012 et 13 000 en 2013) mais avec encore un solde positif de créations nettes d’emplois.

 

On note aussi une nette progression de la formation en alternance avec près de 6 000 jeunes en alternance début 2014 (+8% par rapport à début 2013 et +50% par rapport à 2010).

En 2014, le niveau élevé d’embauches des jeunes sera maintenu et 300 d’entre eux bénéficieront d’un parcours partagé d’apprentissage entre une grande entreprise et une PME, favorisant ainsi la qualité de leur formation et leur insertion professionnelle dans la filière.

 

Elément clé de la compétitivité, Marwan Lahoud a rappelé que la parité euro-dollar était très défavorable pour la profession qui exporte 80% de sa production et qui a 70% de son personnel en France. Une variation de 10 cts de l’euro entraîne une baisse de 2% en moyenne de marge opérationnelle sur le chiffre d’affaires. La parité idéale se situerait à 1€ pour 1,20 dollar.

 

Le président du Gifas a ensuite évoqué le niveau élevé de R&D « qui est maintenu et qui conforte l’avenir du secteur, avec la volonté de l’Etat de poursuivre dans la voie du co-investissement ». La R&D globale de la profession représente l’équivalent de 14% du chiffre d’affaires, dont 70% sont autofinancés par les industriels.

Partager cet article
Repost0
8 mai 2014 4 08 /05 /mai /2014 11:56
51ème Salon du Bourget : ouverture des inscriptions

 

7 mai Aerobuzz.fr

 

Le Salon International de l’Aéronautique et de l’Espace Paris-Le Bourget se tiendra, pour sa 51ème édition, du 15 au 21 juin 2015 au Parc des expositions de Paris-Le Bourget. Les sociétés souhaitant exposer au prochain Salon du Bourget peuvent dès à présent s’inscrire sur le site internet du salon. Pour cette nouvelle édition, la première société à avoir rempli son formulaire d’inscription est le groupe français Asquini Sofop Aéronautique (620 salariés, CA 71 M€) présent à la chaque édition du salon du Bourget depuis 30 ans

Partager cet article
Repost0
8 mai 2014 4 08 /05 /mai /2014 11:40
photo Rostec

photo Rostec

 

08 mai 2014 Par Olivier James - Usinenouvelle.com

 

Les industriels de l’aéronautique ne constatent pas d’impact du conflit entre la Russie et l'Ukraine sur leurs activités. Reste que l’approvisionnement en titane en provenance d’Ukraine, ultra majoriatire, pourrait devenir plus incertain. 

 

C’est Marwan Lahoud qui a le premier pointé du doigt le risque. Le président du Gifas (Groupement des industries françaises aéronautiques et spatiales) a profité, fin avril, de la publication des résultats records de la filière en 2013 pour avertir d’une potentielle menace. Si les activités des industriels ne sont pas directement impactées par le conflit entre la Russie et l’Ukraine, "l’approvisionnement en titane est lui problématique", lâchait Marwan Lahoud. Et de préciser que le principal exportateur de ce métal n’est autre que la Russie, à 50%.

Or ce métal russe, abondamment utilisé dans l’aéronautique pour sa légèreté et sa résistance, provient à 80%... d’Ukraine. Un chiffre avancé par la société de conseil en stratégie CEIS dans une note publiée le 5 mai. "C’est la société russe VSMPO qui exporte le titane qui est notamment utilisé par les industriels de l’aéronautique, précise Matthieu Anquez, responsable géopolitique des matériaux à CEIS. Or elle tire majoritairement le minerai de titane de deux sites situés en Ukraine".

 

Le titane comme moyen de pression ?

Ces deux sites de VSMPO se trouvent à Irshansky (Nord-Ouest de l’Ukraine) et à Volnogorsky (Centre-Est de l’Ukraine). "Si le gisement d’Irshansky est situé dans la partie pro-gouvernementale de l’Ukraine, il n’en va pas de même pour celui de Volnogorky, localisé dans la zone de fracture entre pro-gouvernementaux et pro-russes", précise l’expert. Ces sites produisent du rutile et de l’ilménite, les deux minerais de base qui permettent, après de nombreuses étapes, d’obtenir des éponges de titane ensuite transformées en lingots ou intégrées dans des alliages de titane.

S’il perdurait, le conflit entre la Russie et l’Ukraine pourrait-il menacer l’approvisionnement en titane ? Le risque pourrait-il provenir de mesures de rétorsion de la Russie ou d’une chute de la production des sites ukrainiens ? "Il peut y avoir un risque ponctuel de la part de Moscou, répond Matthieu Anquez. Je ne vois pas pourquoi, alors que la Russie a déjà utilisé l’arrêt de l’approvisionnement d’autres ressources comme moyen de pression, elle ne pourrait pas de nouveau employer cette méthode".

Par ailleurs , le PDG de VSMPO, n’est autre que Sergei Chemezov, également directeur général de la société industrielle public Rostec, allié fidèle de Vladimir Poutine et ex-membre du KGB. Sergei Chemezov est sur la liste des personnalités visées par les sanctions américaines de gel de leurs avoirs. Il n’est pas toutefois sur la liste des personnalités visées par l’Union européenne.

 

Trouver de nouvelles sources d’approvisionnement

Le péril reste mesuré. A l’inverse des terres rares, autres métaux critiques au cœur d’enjeu géopolitiques essentiellement exploitées par la Chine, le titane est produit par de nombreux pays à travers le monde. Les principaux producteurs sont l’Afrique du Sud, l’Australie, le Canada, la Chine, l’Inde ou bien encore le Vietnam. Les risques actuels d’approvisionnement doivent donc pousser les industriels à diversifier leurs sources.

En France, le français Eramet et l’américain Timet fournissent du titane au secteur aéronautique. "Mais trouver de nouvelles sources demande du temps dans ce secteur où la qualification des fournisseurs est un processus long et coûteux", explique Matthieu Anquez. Si le risque est réel, il ne met pas a priori la filière en danger, mais pourrait constituer à moyen terme une complication industrielle.

Partager cet article
Repost0
7 mai 2014 3 07 /05 /mai /2014 07:50
photo Composante Air

photo Composante Air

 

5 mai 2014 RTBF.be (Belga)

 

    Aucun parti politique francophone, à l'exception du PTB, ne s'oppose formellement à l'idée d'acheter de nouveaux avions de combat pour succéder aux F-16 vieillissants - un marché estimé à quelque quatre milliards d'euros -, mais tous souhaitent inscrire un tel achat dans un "cadre européen", révèle une enquête menée la Coordination nationale d'Action pour la Paix et la Démocratie (CNAPD), dont les résultats ont été publiés lundi.

 

    Sans surprise, c'est le président du MR, Charles Michel, qui se montre le plus affirmatif en déclarant que son parti est favorable à une décision au cours de la prochaine législature concernant "le remplacement ou la modernisation de nos F-16", tout en prévenant que les libéraux francophones "opteront pour la solution économique, industrielle et opérationnelle la plus favorable".

 

    M. Michel ajoute, dans une réponse écrite au questionnaire adressé à six partis (cdH, PS, FDF, MR, Ecolo et PTB), que le prochain gouvernement devra définir "un plan stratégique volontariste" des capacités dont devra disposer l'armée belge à l'horizon 2020.

 

    Le MR propose de maintenir le maintenir le budget de la Défense en euros courants (c'est à dire incluant l'inflation) pour "générer une marge libre indispensable au rééquipement en matériels majeurs à la suite d'une réduction +naturelle' de l'effectif vers 25.000 hommes".

 

    Le président du PS, Paul Magnette, a lui aussi répondu personnellement à la CNAPD en assurant que son parti "ne ferme pas la porte au débat et à la possibilité de consentir les investissements indispensables à notre sécurité et au maintien de la paix", tout en soulignant qu'ils doivent s'apprécier en fonction des moyens budgétaires disponibles, des options prises par le prochain plan stratégique (...), des retombées en termes de création d'emploi et de transferts technologiques.

 

    Pour M. Magnette, c'est ce nouveau plan stratégique 2015-2030 qui devra fixer un nouveau niveau d'ambition pour notre défense. "Et c'est sur cette base que devra s'établir le prochain programme pluriannuel d'investissement et d'équipement", précise le président des socialistes francophones.

 

    "De manière générale, nous estimons qu'il faut consentir à un investissement de Défense que s'il correspond aux véritables besoins belges et européens en la matière, et certainement pas servir des intérêts stratégiques qui ne sont pas les nôtres", ajoute M. Magnette.

 

    A cet égard, le PS privilégie une approche européenne en la matière. Selon les socialistes, la Belgique doit en effet "poursuivre et renforcer son engagement pour une Europe de la défense qui permette de rationaliser les dépenses militaires tout en gagnant en efficacité et en faisant de l'Europe un acteur diplomatique majeur et fiable à l'échelle mondiale".

 

    Le cdH a répondu, de manière anonyme, à la CNAPD, en affirmant que "la Défense demeure une composante incontournable d'une stratégie internationale de stabilité et de paix crédible, qui doit s'inscrire résolument dans une perspective européenne".

 

    "La Belgique doit assumer sa part de responsabilité dans la sécurité européenne et mondiale. Cela peut se faire notamment en ayant une composante aérienne de pointe si ce besoin est identifié à l'échelon européen", ajoutent les humanistes.

 

    Ils estiment que la décision de remplacement des F-16 devra se fonder sur une analyse des besoins à l'échelon européen "ainsi que les retombées économiques, technologiques et financières pour notre pays et en consultation avec nos partenaires européens".

 

    Les FDF estiment pour leur part qu'une composante aérienne de combat "reste actuellement encore nécessaire" pour assurer des missions de police du ciel, de reconnaissance, de défense aérienne ainsi que d'appui aux troupes engagées au sol. Le remplaçant du F-16 devrait posséder une capacité multirôles réelle; disposer d'une technologie récente et éprouvée mais également pouvoir participer à des missions expéditionnaires hors d'Europe, a indiqué un attaché à la présidence du parti amarante, Michaël Vossaert.

 

    Pour Ecolo, le renouvellement des avions de combat doit "faire l'objet d'une réflexion plus large" et il est essentiel que la Belgique se spécialise "dans certains métiers pour lesquels nous sommes reconnus".

 

    Les écologistes ne "souhaitent pas a priori" que la Belgique dispose d'avions de combat. "Toutefois, si la Belgique devait, dans la cadre de sa +part européenne+, acheter des avions de combat, il serait indispensable de d'abord poser la question des objectifs assignés à ces avions", ont-ils indiqué à la CNAPD.

 

    Nettement plus carré, le PTB a pour sa part répondu: "Nous ne voulons pas acheter d'avions de combat du tout".

 

    L'industrie aéronautique chiffre l'achat d'une quarantaine de nouveaux chasseurs-bombardiers à environ quatre milliards d'euros.

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories