Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
7 mai 2014 3 07 /05 /mai /2014 07:20
Spy plane causes air traffic chaos, says FAA

 

 

6 May 2014 BBC News

 

A U2 spy plane A spy plane used during the Cold War was blamed for computer glitch

 

A spy plane was responsible for a computer glitch that caused air-traffic chaos in western US states last week, the Federal Aviation Administration has revealed.

 

The meltdown occurred when software incorrectly thought the plane was on a collision course with other aeroplanes.

 

The system was overloaded as it struggled to plot new courses for affected aircraft.

 

Hundreds of planes were grounded at Los Angeles International airport.

 

While the system was rebooted, dozens of flights were delayed at smaller airports across the area.

 

Training operations

 

"On April 30 2014, an FAA air-traffic system that processes flight-plan information experienced problems while processing a flight plan filed for a U-2 aircraft that operates at very high altitudes under visual flight rules," FAA spokesman Lynn Lunsford said.

 

She added the computer system had "misinterpreted" the U-2 as a more typical low-altitude flight and become overwhelmed in trying to make sure its flight path did not conflict with other air traffic in the area.

 

"The FAA resolved the issue within an hour, and then immediately adjusted the system to now require specific altitude information for each flight plan," she added.

 

The agency said it had now added more flight-processing memory to the computer system.

 

The Pentagon confirmed on Monday that an Air Force U-2 spy plane had been conducting training operations in the area, adding that "all the proper flight plan paperwork" had been submitted.

 

The U-2 was used to fly reconnaissance missions during the Cold War, and there are plans to retire the planes within the next few years.

Partager cet article
Repost0
6 mai 2014 2 06 /05 /mai /2014 12:55
Prises de commandes en hausse de 10% pour Thales grâce aux pays émergents au premier trimestre 2014

 

 

30 avril 2014 par  Jacques Marouani - electroniques.biz

 

Les nouvelles prises de commandes s'établissent à 2,03 milliards d'euros, en hausse de 10% (+13% à périmètre et taux de change constants). Elles devraient continuer à augmenter, avec une croissance attendue à deux chiffres sur l'ensemble de cette année.

 

Thales vient de publier les chiffres concernant ses prises de commandes et son chiffre d'affaires du premier trimestre 2014. Ils font état d'une progression des prises de commandes qui a été tirée par les marchés émergents.

 

Prises de commandes en hausse de 10% pour Thales grâce aux pays émergents au premier trimestre 2014

Les nouvelles prises de commandes s'établissent à 2,03 milliards d'euros, en hausse de 10% (+13% à périmètre et taux de change constants), tandis que le chiffre d’affaires est resté stable, à 2,40 milliards d'euros.

 

Au 31 mars 2014, le carnet de commandes consolidé se monte à 24 175 M€, soit près de deux années de chiffre d'affaires. Deux grandes commandes d'un montant unitaire supérieur à 100 M€ ont été enregistrées : un contrat d'équipements de satellite d'observation pour un client européen, et un nouveau contrat de sécurité urbaine pour la ville de Mexico.

 

Les prises de commandes dans les marchés émergents affichent de nouveau une forte augmentation (+39% par rapport au premier trimestre 2013) et se montent à 608 M€, soit 30% des prises de commandes totales, contre 24% sur la même période de 2013.

 

Les prises de commandes dans les marchés émergents devraient continuer à augmenter, avec une croissance attendue à deux chiffres sur l'ensemble de cette année, permettant de compenser la baisse des commandes attendue dans les pays matures, notamment en défense. Le chiffre d’affaires devrait demeurer stable en 2014.

Partager cet article
Repost0
5 mai 2014 1 05 /05 /mai /2014 07:30
Syrie: la Russie entend livrer 36 avions d'entraînement Iak-130 d'ici 2016 (journal)

 

 

MOSCOU, 5 mai - RIA Novosti

 

Moscou entend livrer à Damas un premier lot d'avions d'entraînement et de combat Iak-130 d'ici fin 2014 et livrer la totalité de 36 appareils prévue par un contrat d'ici 2016, annonce lundi le quotidien Kommersant se référant à une source proche à l'agence russe d'exportation d'armements "Rosoboronexport".

 

Selon l'interlocuteur du journal, neuf avions seront livrés à Damas d'ici fin de l'année, 12 appareils - en 2015 et 15 appareils - en 2016.

 

"De cette façon, nous respecterons nos engagements selon le contrat signé auparavant qui prévoyait la livraison de 36 avions Iak-130", a indiqué l'interlocuteur du journal.

 

En juin 2013, le journal a annoncé que la Syrie avait versé à la Russie un acompte de 100 millions de dollars pour les premiers six avions Iak-130 prévus par un contrat signé en décembre 2011. A cette époque, une source a annoncé à RIA Novosti que les avions étaient prêts et n'attendaient qu'une décision politique pour être livrés.

 

La Russie a plusieurs fois déclaré qu'elle ne livrait en Syrie, pays en proie à un conflit armé depuis mars 2011, que des armements défensifs, sans violer les normes du droit international.

Partager cet article
Repost0
2 mai 2014 5 02 /05 /mai /2014 08:55
De la feuille blanche à la première livraison, rencontre avec le père du Rafale

 

source ANAJ-IHEDN

 

Jean-Claude HIRONDE, Ancien Directeur Technique Défense de Dassault Aviation
Responsable du programme « Rafale »


Mercredi 14 mai 2014 19h30 à 21h00

Amphithéâtre Des Vallières, École militaire



Informations  : aeronautique-et-espace@anaj-ihedn.org


Le programme Rafale, fer de lance de notre Défense Nationale, sera présenté dans son cycle complet, depuis les études amont jusqu’à la livraison à la Marine et à l’Armée de l’Air Française. Les spécifications du programme Rafale sont très ambitieuses : à lui seul, le nouvel avion doit remplacer six avions différents, actuellement en service dans l’Armée Française. Il a été nécessaire d’imaginer une nouvelle configuration capable de satisfaire toutes les spécificités Navales et les spécificités Air. Les missions d’interception et de combat rapproché, qui nécessitent une grande agilité et des vols à Mach élevé, ont conduit à l’optimisation d’entrées d’air révolutionnaires. Maintenant largement déployé sur des théâtres opérationnels, le Rafale montre son efficacité et sa fiabilité au combat démontrant ainsi la maturité technologique gage de sa capacité à être exporté par la France.

Entré en 1969 aux A.M.D.-B.A (Avions Marcel Dassault-Breguet Aviation), Jean-Claude HIRONDE va effectuer l’ensemble de sa carrière des Dassault Aviation. Il commence à travailler sur différents programmes pour devenir le responsable Technique des MIRAGE F 1 Exportation, puis du MIRAGE F1 CR. Nommé Responsable des études de définition des avions destinés à l’Armée de l’Air et de la Marine pour la prochaine décennie, il prend en charge l’avion expérimental ACX/RAFALE A de la conception jusqu’aux essais en vol. Il devient Directeur Technique Adjoint aux A.M.D.-B.A. en 1987, Responsable Technique de l’ensemble du programme RAFALE. En Janvier 2000, il est nommé Directeur Général Technique Adjoint, Directeur Technique Défense de Dassault Aviation. En Février 2003, il devient Directeur technique du nouveau programme Falcon 7X jusqu’en septembre 2007,  pour départ à la retraite après la livraison des premiers Falcon 7X.

 

 

 photo Dassault

photo Dassault

Partager cet article
Repost0
1 mai 2014 4 01 /05 /mai /2014 07:55
8ème Rencontre Aviation Civile Aviation Militaire (RACAM)

 

by CESA

 

La 8ème Rencontre Aviation Civile Aviation Militaire aura lieu le 4 juin à la Direction générale de l’aviation civile. A cette occasion de nombreux experts civils et militaires interviendront sur le thème « L’Homme et l’aéronautique : regards croisés vers le futur ».

 

Téléchargez ici le programme

 

Pour vous ,inscrire

 

Partager cet article
Repost0
29 avril 2014 2 29 /04 /avril /2014 12:55
2013 année record pour l’Industrie française aéronautique, spatiale, de défense et de sécurité

 

28 avril Aerobuzz.fr

 

En termes de commandes, 2013 est une année record pour l’Industrie Française Aéronautique, Spatiale, de Défense et de Sécurité, avec 73,1 Md€ de commandes soit une progression de 49% par rapport à 2012, principalement grâce au secteur civil qui représente 84% des commandes reçues. Le carnet de commandes global de la profession représente entre 5 à 6 années de production. « Ces performances permettent à la profession de dégager, une fois de plus, le premier solde excédentaire de la balance commerciale française en 2013 avec +22 Md€ » a souligné Marwan Lahoud, président du GIFAS.

 

Le chiffre d’affaires de l’Industrie Française Aéronautique, Spatiale, de Défense et de Sécurité s’élève à 47,9 Md€ (+9% à périmètre constant) avec une très forte part à l’exportation de 30,4 Md€ (+11,4%) qui représente 79% du chiffre d’affaires consolidé. Le secteur civil représente 75% du chiffre d’affaires.

 

2013 est aussi une année record en termes d’emplois avec 177.000 hommes et femmes dans la profession (170.000 en 2012), 13.000 recrutements et 6.000 emplois nets créés et 1.000 personnes de plus du fait des nouveaux adhérents au GIFAS.

Partager cet article
Repost0
28 avril 2014 1 28 /04 /avril /2014 16:45
Marrakech Air Show 2014 - Clôture par un show aérien des plus grandioses

Fière de sa réputation mondiale en tant que l'une des équipes de voltige les plus expérimentées dans le monde, l'équipe «Marche verte» a présenté des démonstrations époustouflantes. Ph : rdv-marrakech.com

 

27 avril 2014 - lematin.ma (MAP)

 

Des appareils qui ont exécuté magistralement des figures acrobatiques époustouflantes lors du show aérien de clôture, où des milliers de personnes ont afflué au Salon pour voir de près les dizaines d’avions civiles et militaires exposés.

 

La 4e édition du Salon international de l'aéronautique et du spatial, «Marrakech Air Show 2014», a pris fin samedi à la Base Ecoles des Forces Royales Air (FRA) de la cité ocre avec un show arien des plus grandioses.

 

Lors de cette dernière journée ouverte au grand public, des milliers de personnes ont afflué au Salon pour voir de près les dizaines d'avions civiles et militaires de différents types exposés en statique, mais surtout les appareils qui ont exécuté magistralement des figures acrobatiques époustouflantes lors du show aérien de clôture.

 

L'assistance a pu apprécier ainsi l'équipe de voltige «Marche verte» des FRA, plusieurs avions des Forces Royales Air, ainsi que la Patrouille Aguila, l'équipe de voltige de l'Armée de l'Air espagnole.

 

Fière de sa réputation mondiale en tant que l'une des équipes de voltige les plus expérimentées dans le monde, l'équipe «Marche verte» a présenté des démonstrations époustouflantes sous forme de loopings, de retournements et de renversements, qui lui ont valu les applaudissements du public emporté par le grand talent et le professionnalisme confirmé de ces maîtres de l'acrobatie aérienne.

 

Les pilotes marocains chevronnés ont mené de main de maître leurs appareils, dessinant dans les airs de beaux tableaux et effectuant des manœuvres et acrobaties aériennes à couper le souffle. Cette équipe a gratifié l'assistance avec sa figure qui lui a permis de remporter plusieurs prix et trophées dans le monde, «La boucle en miroir».

 

Ce show aérien a connu plusieurs autres moments forts, comme les figures acrobatiques exécutées par la Patrouille Aguila de l'armée de l'air espagnole qui a réalisé une figure inédite en effectuant un atterrissage en groupe.

 

Le public a contemplé aussi des canadairs des FRA en train de simuler un largage d'eau sur un incendie, une opération de ravitaillement en carburant d'avions F5 des FRA, des F16 des FRA en pleine action, ainsi que les parachutistes de l'équipe Atlas.

 

Signe visible du nouveau positionnement du secteur de l'aéronautique, «Marrakech Air Show 2014» s'inscrit dans le cadre de la stratégie du Royaume visant à développer et à consolider le secteur de l'aéronautique, notamment en termes d'investissement industriel et de transfert de technologie.

 

Après le succès éclatant des trois premières éditions, «Marrakech Air Show» atteint sa vitesse de croisière et confirme sa place parmi les grands rendez-vous mondiaux constituant sur la rive sud de la Méditerranée, un meeting international d'échange d'expériences et d'expertises entre décideurs, opérateurs et professionnels du secteur de l'aéronautique.

 

«Marrakech Air Show 2014» a été donc l'occasion pour les décideurs politiques et les opérateurs de l'aéronautique de partager leur vision à court, moyen et long terme du développement de la Plateforme Aéronautique de l'Afrique, propice aux industriels internationaux soucieux d'établir une tête de pont au Maroc dans la conquête des marchés africains.

 

Pour cette quatrième édition, le «Marrakech AirShow» a abrité le Salon africain de l'aviation d'affaires. Première manifestation du genre sur le continent africain, ce salon, organisé en partenariat avec l'Association africaine de l'aviation d'affaires (AfBAA), a réuni l'élite de l'industrie de ce type d'aviation, ainsi que les sociétés de services et les fournisseurs qui lui sont liés.

Partager cet article
Repost0
14 avril 2014 1 14 /04 /avril /2014 16:55
DGA Essais en Vol : L’ABE-NG touche au but

Le Fokker 100 de DGA-EV au cours de son premier vol. L’appareil n’emporte aucune charge externe.  photo DGA EV

 

30.03.2014 par Frédéric Lert - Aerobuzz.fr

 

Un Fokker 100 avec des missiles Mica sous la voilure, un pod Reco NG sous le fuselage et une cocarde sur le réacteur : l’Avion Banc d’Essais-Nouvelle Génération dont DGA-EV, ex Centre d’essais en vol (CEV), vient d’être doté, ne passe pas inaperçu...

Depuis bientôt 45 ans, « DGA Essais en Vol » (DGA-EV, ex Centre d’Essais en Vol) utilise une flotte de Mystère XX pour les essais des équipements et des systèmes embarqués des aéronefs militaires. Aux plus belles heures de feu le CEV, la flotte de Mystère comptait pas moins de quatorze avions. Le CEV ne le savait pas à l’époque, mais il était riche et chaque nouveau programme justifiait l’achat de son avion d’essais spécifique. Mais cette flotte est aujourd’hui en voie d’obsolescence. « Dans quatre ou cinq ans, ça va devenir compliqué de faire voler les avions » glisse un interlocuteur de la DGA. D’ores et déjà, l’emploi des Mystère XX est « en chute libre », sachant que les avions ne volaient déjà pas beaucoup quand ils étaient au mieux de leur forme. Entre deux chantiers de modification, 80 heures de vol passées dans le ciel chaque année était considéré comme un bon score pour un avion…

Toutes ces raisons ont poussé la DGA-EV à s’intéresser à la mise au point d’un avion permettant de rationaliser les campagnes d’essais, en offrant des performances en hausse pour faire face aux programmes à venir. Avec comme maitre mots, modularité, polyvalence, puissance électrique embarquée et capacité de refroidissement.

JPEG - 18 ko

Un des premiers vols avec l’ensemble des charges externes et le nez du Rafale.

photo DGA EV

Le marché est notifié fin 2009 à Sabena Technics, avec pour mission de trouver l’avion adéquat, de le modifier et de le faire certifier par l’EASA. Le tout pour une enveloppe globale de 35 M€. Le porteur est rapidement trouvé : il s’agira d’un Fokker 100 ex Regional (F-GPXL) récemment retiré du service par la filiale d’Air France.

 

JPEG - 22.9 ko

Décollage avec le nez du Rafale mais sans charge externe.

photo DGA EV

« Nous avions regardé dans un premier temps du côté du Falcon 2000 puis du Boeing 737 explique Pierre Terrée, directeur technique pour DGA–EV. Le premier permettait de doubler la charge utile par rapport au Mystère XX, il restait un peu cher et n’offrait pas de progrès suffisant en matière de puissance embarquée et de refroidissement. Le Boeing était un peu trop gros pour nos besoins et trop bas sur roues pour l’accrochage de charges externes  ». Les Airbus A320 ne sont pas considérés : dans les spécifications de la DGA, il est alors précisé que des commandes de vol électriques n’étaient pas souhaitables, pour ne pas complexifier le couplage des commandes avec les modifications aérodynamiques dues aux emports externes.

JPEG - 47.7 ko

Le Fokker 100 de la DGC à Mérignac, avec la pointe avant Rafale

photo Frédéric Lert / Aerobuzz.fr

« Le Fokker 100 offre un très bon compromis pour nous poursuit Pierre Terrée. L’avion a la bonne taille, il est solide, fiable, conforme à la réglementation aéronautique. Par rapport au Mystère XX, on gagne 5.000 ft en plafond tout en gardant 100% de l’énergie disponible à bord. L’avion vole un peu moins vite, mais on double la charge utile et répond parfaitement à notre spécification : en plus de l’équipage d’essais, des installations fixes et du carburant, il nous offre la possibilité d’emporter 3 tonnes minimum d’équipements, en interne ou en externe, pendant trois heures. Sabena Technics nous garantit par ailleurs la pérennité du soutien logistique pour les vingt ans suivant sa mise en service ».

L’avion est acheté en 2010 et il entre immédiatement en chantier à Dinard. La structure est renforcée pour permettre la création des points d’emport. Toute l’architecture de la pointe avant est également revue : c’est un point essentiel de la modification et une des raisons qui a également fait préférer le Fokker 100 au Boeing 737 : il faut non seulement renforcer la structure pour accrocher un radar lourd en porte à faux, mais également faire passer tous les câblages et le système de refroidissement. La modification de cette pointe avant s’accompagne du déplacement de toutes les antennes s’y trouvant normalement : ILS, VOR, radios etc. Plusieurs autres antennes sont également mises en place (par exemple pour la télémesure) ou prévues (futurs emplacements pour l’IFF ou le MIDS).

 

JPEG - 53.3 ko

Sur la console de droite du Fokker 100 de DGA EV, le minimanche et l’écran permettant de prendre la main sur une charge utile.  photo Frédéric Lert / Aerobuzz.fr

 

JPEG - 63.5 ko

Rien n’a été modifié sur la planche de bord du Fooker 100 de Regional

photo Frédéric Lert / Aerobuzz.fr

Le poste de pilotage est laissé inchangé, à une exception près : l’ajout d’un minimanche latéral et d’un écran en place droite, pour permettre le cas échéant à un pilote de prendre la main sur une charge utile. En cabine, le chantier est également colossal : les 90 sièges sont enlevés, remplacés par quatre postes opérateurs et cinq baies d’instrumentation modulaires. En soute, un SMOC (Système de Mise en Œuvre Capteur) fait l’interface entre les capteurs emportés sous l’avion et les baies d’instrumentation. Pour faire dialoguer tout ce petit monde, 2,5 tonnes de câbles (plusieurs centaines de kilomètres au total…) sont installés dans la cabine. « L’avion est câblé dans tous les standards imaginables et l’accent est mis sur la modularité » résume un ingénieur d’essais de DGA-EV.

 

JPEG - 59 ko

La cabine du Fokker 100 de DGA EV, avec les kilomètres de cables dans leurs gaines oranges. - Frédéric Lert / Aerobuzz.fr

 

JPEG - 64.8 ko

Le Fokker 100 de DGA EV est équipé de ballasts dans le cadre des vols de certification. - Frédéric Lert / Aerobuzz.fr

Quand il fallait six mois de travaux pour modifier un Mystère entre deux campagnes, quelques heures suffiront à changer la configuration du Fokker. DGA-EV ambitionne de réaliser 150 vols d’essais par an, avec la possibilité de réaliser deux essais distincts à chaque vol. L’ABE-NG serait à même de remplacer à lui seul trois ou quatre Mystère XX.

 

JPEG - 49.1 ko

MICA sous les ailes et Reco NG sous le fuselage du Fokker 100.

Ces emports ne correspondent pas pour l’heure à des programmes précis : ils valident simplement les capacités en masse et en volume des charges accrochables sur le Fokker 100 - photo Frédéric Lert / Aerobuzz.fr

Après un peu plus de trois ans de chantier, l’avion a réalisé son premier vol en décembre 2013. Dix sept autres ont suivi depuis, essentiellement liés au processus de certification EASA. « Nous avons voulu cette certification pour faciliter le processus de validation des performances demandées, mais l’avion continuera à évoluer sous le régime des autorisations de vol, la DGA étant autorité technique » explique Pierre Terrée. Cette certification reprend celle du Fokker 100 en ajoutant un STC propre aux modifications apportées. Une attention particulière a été portée sur le décrochage. Pour l’heure, les décrochages à plat avec l’ensemble des charges externes et le nez Rafale ont été passés en revue. Les décrochages en virage avec différents taux d’entrée et avec les MICA sous les ailes ont aussi donné satisfaction. Le bon fonctionnement des équipements de radio navigation et de communication sera également vérifié dans le cadre de la certification qui consommera au total une cinquantaine de vols.

 

JPEG - 45.8 ko

Placée en soute, l’installation de refroidissement des équipements électroniques du Fokker 100 de DGA EV -  Frédéric Lert / Aerobuzz.fr

La DGA-EV prévoit la mise en service de son nouvel avion en janvier 2015. L’ABE-NG évoluera depuis Cazaux ou Istres, et une de ses premières contributions devrait porter sur la mise au point de l’IFF-NG du Rafale. La capacité de refroidissement mise en avant par la DGA devrait également être la bienvenue dans le cadre des évolutions du radar RBE2…

Partager cet article
Repost0
14 avril 2014 1 14 /04 /avril /2014 11:45
Un drone réalisé à Oran grâce au partenariat université-industrie

 

 

10-04-2014 letempsdz.com -Sciences

 

Un drone à usage environnemental a vu le jour à l'Université des sciences et de la technologie Mohamed-Boudiaf d'Oran (USTO-MB) qui signe sa première réalisation dans ce domaine en partenariat avec le secteur industriel, a indiqué jeudi le responsable du laboratoire compétent de cet établissement d'enseignement supérieur.

 

Porté par une thèse de recherche en post-graduation, ce prototype "made in Algeria" matérialise "la première opération de partenariat avec le secteur économique", a précisé à l'APS le Professeur Bachir Imine, directeur du Laboratoire d'aéronautique et systèmes propulsifs (LASP) de l'USTO-MB.

 

Des appareils de même type ont été déjà produits au niveau de ce laboratoire de recherche créé en 2009, mais le nouveau modèle est "le premier à marquer la contribution de l'USTO-MB au titre de la coopération avec l'industrie aéronautique algérienne", a fait valoir le Pr Imine.

 

Le drone en question a pour vocation essentielle "le vol de reconnaissance pour diverses missions à caractère environnemental", a-t-il expliqué, citant, entre autres applications, la surveillance des forêts (prévention d'incendies), le contrôle de la pêche et les prévisions météorologiques.

 

Grâce aux images transmises par le biais d'une caméra embarquée, cet appareil fournira des informations utiles à la gestion des secteurs cités et d'autres encore comme la régulation du trafic routier et les mesures cartographiques. Ce nouveau prototype qui peut être catapulté à la main du fait de sa légèreté (3 kg) et de sa petite envergure (1,40 m), se distingue également par

ses spécificités techniques lui permettant de voler jusqu'à 400 m d'altitude avec une durée d'autonomie estimée à une heure.

 

En outre, une nouvelle impulsion est escomptée au plan de la recherche à la faveur de la prochaine acquisition, par ce même Laboratoire, d'un équipement de pointe appelé "soufflerie", qui consiste en un canal d'essai permettant d'expérimenter l'effet du vent sur l'appareil.

 

Cette dotation soutenue par la Direction générale de la recherche scientifique et du développement technologique (DG-RSDT) offrira "une meilleure précision des résultats expérimentaux", a souligné le Pr Imine.  Par ailleurs, une équipe de chercheurs de ce laboratoire effectuera un séjour académique en mai prochain à la faculté de l'aérospatiale de l'Université nationale technique de l'Ukraine, au titre d'une convention signée en ce sens en novembre dernier à l'USTO-MB.

Partager cet article
Repost0
12 avril 2014 6 12 /04 /avril /2014 11:55
Air France Industrie transfère à Roissy la maintenance des AWACS français

L’Armée de l’Air possède 4 Boeing E3F Awacs de Guet Aérien. Deux d’entre-eux devront subir prochainement une grande visite sur le nouveau site de maintenance d’Air France Industrie.  photo Armée de l'Air

 

10 avril 2014 par Philippe Chetail – Aerobuzz.fr

 

La maintenance des Boeing E3F AWACS de l’Armée de l’Air française, assurée par AFI KLM E&M sur l’aéroport de Paris-Le Bourget jusqu’à ce jour, change de site. Pour la première fois, l’un des 4 appareils en service vient d’arriver au hangar H4 de l’Aéroport de Roissy-Charles de Gaulle pour suivre un chantier de grande visite, à mi parcours de son utilisation opérationnelle.

Exit les installations de maintenance du bâtiment Saint Exupéry sur l’Aéroport de Paris le Bourget. La nef du hangar H4 de Charles de Gaulle vient d’être entièrement réaménagée et tous les services vont progressivement être regroupés pour accueillir l’ensemble des fonctions de support au plus près de l’avion de guet aérien : (bureaux, back-office, logistique, assistance technique et configuration des modifications).

Ces infrastructures industrielles modernes qui doivent, à terme, apporter une qualité de service améliorée s’inscrivent dans une démarche plus vaste. En effet, la modernisation et le regroupement à CDG des activités industrielles du nord de Paris font partie du plan Transform 2015, qui vise à renforcer la performance opérationnelle et l’efficacité économique d’ AFI KLM E&M.  [1]

JPEG - 22.1 ko

Le premier AWACS modifié salué par les pompiers de l’aéroport du Bourget avant son décollage. (février 2014) photo AFI KLM E&M / Guillaume Grandin

"Nous avons décidé de transférer cette activité vers Roissy afin de moderniser notre outil industriel et d’assurer la maintenance de cet appareil dans des installations entièrement rénovées" précise Anne Brachet, directrice générale d’Air France Industries. L’objectif de ce déplacement de l’activité, dont l’investissement s’élève à plus de 5 millions d’Euros, est aussi d’offrir encore plus de réactivité et de qualité à la Direction générale de l’Armement (DGA) et à la SIMMAD [2], qui pilotent respectivement les modernisations et le soutien des AWACS au profit l’Armée de l’Air. « Les investissements que nous avons consacrés à de nouvelles infrastructures pour cette flotte sur le site de Roissy-Charles de Gaulle démontrent clairement notre volonté de répondre aux attentes du Ministère de la Défense, et d’être à la hauteur de la confiance qui nous est accordée ». ajoute Anne Brachet.

 

JPEG - 33 ko

Le premier AWACS de l’Armée de l’Air, arrivé à Charles de Gaulle attend sa place dans le H4, spécialelement aménagé pour le recevoir. photo K. Plumel

Fort de ces nouveaux atouts, le groupe entend bien démontrer ainsi toute sa valeur ajoutée pour l’Awacs en particulier et pour les flottes militaires en général. Les opérations de maintenance des Awacs mobilisent à ce jour plus de 200 personnes chez Air France Industries.

 

JPEG - 50.9 ko

Un long chantier débute pour cet AWACS de l’Armée de l’Air.  photo AFI-KLM

 

[1] Air France Industries KLM Engineering & Maintenance : Émanation de la générale industrielle d’Air France, Air France Industries (ou AFI) est la marque commerciale de la branche de la compagnie, responsable de la maintenance et de la réparation des avions. La maintenance aéronautique est le troisième métier du groupe Air France-KLM. En complément des services dispensés aux flottes du groupe, cette activité réalise plus d’un milliard d’euros de chiffre d’affaires avec des clients externes.

[2] Structure intégrée de maintien en condition opérationnelle des matériels aéronautiques militaires, la SIMMAD a pour mission d’assurer la meilleure disponibilité des aéronefs du ministère de la défense et d’en maîtriser les coûts.

Partager cet article
Repost0
12 avril 2014 6 12 /04 /avril /2014 11:20
Scorpion completes first 50 hours of flight testing

 

Apr 10, 2013 by Richard Tomkins (UPI)

 

Wichita, Kan - A new light attack and intelligence, surveillance and reconnaissance aircraft under development by Textron AirLand LLC has completed 50 hours of flight testing.

 

The jet-powered Scorpion is 43.6 feet long, has a maximum speed of 513 miles per hour and a service ceiling of 45,000 feet. It was first flown last December.

 

Flight testing so far has gathered data about Scorpion's performance at different speeds and altitudes and the responsiveness of its avionics, flight controls and landing system.

 

"The aircraft systems have performed well within the expected parameters, with very few issues," said Scorpion's chief engineer, Dale Tutt. "This is a significant benefit of using mature, non-developmental systems: In addition to reducing the overall development time of the prototype aircraft, the systems have proven to be very reliable."

 

Textron AirLand said Scorpion testing this year encompasses 300-400 test hours, which will require about 150 flights. Included will be international flights.

 

Textron AirLand is a joint venture between Textron Inc. and AirLand Enterprises LLC.

Partager cet article
Repost0
11 avril 2014 5 11 /04 /avril /2014 07:55
Achats de matières et de services : Thales se dote de l’outil Ivalua Buyer

 

10 avril 2014 par  Didier Girault - electroniques.biz

 

Ivalua Buyer est un outil d’achats collaboratif. Son utilisation devrait permettre une meilleure coopération entre les 1350 acheteurs du groupe ainsi qu'une optimisation des achats de celui-ci.

 

Les achats de Thales représentent 5,7 milliards d’euros par an. Ils sont réalisés par quelque 1350 professionnels. Et, dans le cadre d'un plan d’optimisation des achats lancé en 2010, les responsables de cette activité chez Thales viennent de choisir la solution d’achats Ivalua Buyer.

 

Grâce à cet outil logiciel, Thales compte mieux faire coopérer ses différents acheteurs disséminés partout dans le monde. « Nous souhaitions un outil nous permettant de développer une approche collaborative à l’intérieur de la communauté achats afin d’apporter le meilleur niveau de services à nos clients » annonce ainsi Renaud Larramendy, directeur des outils, process et méthodes achats chez Thales.

 

Dans la pratique, Thales a retenu pour son Ivalua Buyer, les modules fonctionnels suivants : SRM (Supplier Relationship Management) ou Référentiel fournisseurs – avec la gestion des coordonnées, des informations concernant les fournisseurs et les activités avec ceux-ci, des documents légaux et des risques - ; Tableau de bord des achats ; Evaluation de la performance achats (incluant l’élaboration de plans de progrès en liaison avec les fournisseurs, ainsi que la gestion des litiges) ; et E-sourcing (pour l’aide à la constitution des dossiers achats ainsi qu'à la sélection des fournisseurs).

Partager cet article
Repost0
7 avril 2014 1 07 /04 /avril /2014 12:56
Opération de maintenance Awacs sur la base d'Avord photo Cosmao

Opération de maintenance Awacs sur la base d'Avord photo Cosmao

 

 

07/04/2014 par Guillaume Steuer – Air & Cosmos

 

Il s'est posé ce matin sur l'aéroport de Roissy : pour la première fois, un E-3F Awacs de l'armée de l'Air va être pris en charge par Air France Industries, en charge du maintien en condition opérationnelle de cet aéronef, sur son site de CDG. Et non plus au Bourget, comme c'était le cas jusqu'alors.

 

"Nous avons décidé de transférer cette activité vers Roissy afin de moderniser notre outil industriel et d'assurer la maintenance de cet appareil dans des installations entièrement rénovées", explique Anne Brachet, directrice générale d'Air France Industries. "Nous avons investi plus de cinq millions d'euros afin de réaliser ces travaux, qui s'inscrivent dans la continuité du plan Transform 2015", précise la dirigeante.

 

A ce jour, l'activité Awacs mobilise environ 200 personnes chez Air France Industries (AFI). Pour le moment, le site du Bourget héberge encore les équipes de direction et l'activité aérostructures. Mais cette dernière est également amenée à rejoindre Roissy, où une usine plus moderne est en cours de construction. Elle permettra notamment à AFI d'être mieux armé dans le domaine des matériaux composites.

 

A Roissy, les Awacs français seront désormais entretenus et modernisés sous le hangar de maintenance H4, dans une zone respectant les contraintes de sécurité fixées par le client mais aussi par le gouvernement américain, attentif à l'utilisation qui est faite des systèmes "sensibles" fournis par les Etats-Unis. Ce même H4 continuera toutefois de servir à la maintenance d'autres flottes long-courrier, A330 et A340 notamment.

 

L'Awacs qui vient de se poser à Roissy est par ailleurs le deuxième E-3F de l'armée de l'Air qui doit subir son chantier de rénovation à mi-vie (MLU). Une modernisation majeure qui vise à rénover entièrement le système de mission de l'appareil dans une configuration similaire à la version dite Block 40/45 développée par Boeing pour l'US Air Force.

 

De son côté, Air France Industries entend développer ses activités dans le domaine du soutien militaire à moyen et long terme. "Nous avons clairement exprimé notre volonté de participer au soutien complet des futurs A330 MRTT français", explique Anne Brachet. L'expérience acquise par AFI dans le soutien des A330 civils est une sérieuse référence, sur un marché qui reste toutefois très concurrentiel.

Partager cet article
Repost0
3 avril 2014 4 03 /04 /avril /2014 07:55
La DGA peaufine son avion banc d’essai nouvelle génération

 

 

02.04.2014 Helen Chachaty à Mérignac journal-aviation.com

 

C’est un avion très discret qui se trouve actuellement chez Sabena Technics, sur le site de Bordeaux-Mérignac : l’avion banc d’essai nouvelle génération (ABE-NG) de la Direction générale de l’armement (DGA), actuellement en phase d’essais en vol. Le Fokker 100 (F-GPXL), racheté à Regional, filiale d’Air France, devrait être mis en service pour le compte de la DGA Essais en Vol (DGA EV) en janvier 2015. Le contrat de modification de cet avion de ligne avait été notifié à Sabena Technics en 2009, pour une enveloppe de 35 millions d’euros. Cinq ans plus tard, l’avion est quasiment bon pour le service.

 

Selon la DGFA EV, l’ABE-NG devrait remplacer « trois à quatre Mystère 20 », des avions qui volent depuis près de 45 ans et qui seront touchés par l’obsolescence d’ici trois à cinq ans. Des performances insuffisantes engendrant des coûts importants, la baisse des budgets, le côté « mono-mission », autant de raisons qui justifient l’achat et la modification du Fokker 100. S'il y avait par le passé quasiment un Mystère 20 (XX) par programme, la baisse des budgets et les temps d’immobilisations « monstrueux » a changé les paramètres et obligé la DGA à trouver une solution moins coûteuse mais néanmoins efficace. Là où un Mystère 20 effectue 80 heures de vol par an - un nombre considéré comme un « beau score -, le but est aujourd’hui de quasiment doubler le nombre d’heures de vol de l’ABE NG, pour atteindre les 150 heures.

 

Suite de l’article

Partager cet article
Repost0
2 avril 2014 3 02 /04 /avril /2014 10:55
Rafale - photo S. Fort

Rafale - photo S. Fort

 

1er avril 2014 par Pierre Sparaco – Aerobuzz.fr

 

L’Académie de l’air et de l’espace tire le signal d’alarme. Face aux USA, à la Russie et à la Chine, l’Europe est menacée de déclassement stratégique si son industrie aéronautique n’est pas capable de se réunir autour d’un projet commun d’avion de combat de cinquième voire de sixième génération

Quel avion de combat européen succèdera-t-il aux Rafale, Eurofighter et Gripen ? Aucun ? Le Joint Strike Fighter américain ? Des pays émergents occuperont-ils le terrain ? Les questions se bousculent, inquiétantes mais, au-delà de débats, forums et autres symposiums, un dangereux immobilisme est de règle. Aussi l’Académie de l’air et de l’espace lance-t-elle opportunément un véritable cri d’alarme, sous forme d’un « Avis » rendu public cette semaine [1].

L’avertissement, bien qu’il ne soit plus tout à fait nouveau, se fait solennel : «  l’Europe court le risque de perdre l’avance et l’indépendance de sa puissance aérienne alors que l’industrie d’aviation de combat est le moteur de la haute technologie et des emplois de haut niveau  ». Evoquant ce thème primordial, précisément dans le cadre d’un symposium international organisé l’année dernière à l’Ecole militaire par l’Académie, le général Denis Mercier, chef d’état-major de l’armée de l’Air, avait souligné que « l’aviation de combat constitue l’instrument indispensable de l’affirmation de notre souveraineté  ». Et de remarquer que, seulement en Europe, cette puissance est en recul.

JPEG - 44.2 ko

Eurofigter Typhoon développé par le Royaume-Uni, l’Allemagne, l’Italie et l’Espagne.

photo Airbus Defence and Space

Le général Jean-Georges Brévot, ancien commandant de la Défense aérienne et des opérations aériennes et ancien directeur du groupe aérien européen, va droit au but : « si on ne fait rien, dans 20 ans, cette industrie sera morte  ». Cherchant à casser l’immobilisme, l’Académie a formulé des recommandations très concrètes qu’elle a soumises à l’ensemble des décideurs européens concernés. Et, à présent, les rend publiques.

 

Suite de l'article

Partager cet article
Repost0
2 avril 2014 3 02 /04 /avril /2014 07:35
The seventh batch of An-32 aircrafts upgraded was supplied to the Air Forces of India


01 April 2014 Pacific Sentinel

 

On March 29, 2014 the representatives of Ukroboronprom, PLANT 410 CA and Spectechnoexport have supplied to the Air Forces of India the seventh batch of An-32 Transportation Aircrafts, which were upgraded in Kyiv in the framework of the contract concluded in 2009.

 

That very day the vehicles were departed from Kyiv to Kanpur (India). Taking into consideration the events in Crimea, the European partners, as an exceptional case, have opened the sky for the military transportation aircrafts, so that the vehicles will be able to arrive at destination place in time.  

 

 As Yuriy Tereshenko, Temporary Director General of Ukroboronprom, reported, Ukrainian and Indian parties are satisfied with the progress of contract implementation and count on development of cooperation within the Program.

 

“We are sure that our Indian partners are satisfied with a high quality of our works, conducted by Ukrainian enterprises. India was and remains to be a strategic Ukrainian partner in the area of military technical cooperation. We admit a mutual interest in further development of aviation program. We expect in the nearest future the bilateral cooperation will be continued by new contracts,” Yuriy Tereshenko stressed on.  

 

 

The contract, worth some USD 400 million, for the repair and upgrading of 105 units of An-32 vehicles of the Air Forces of India was signed in July 2009 between Air Forces of Ministry of Defense of India and subsidiary company of Ukrspecexport State Company – Spectechnoexport.

 

In accordance with the contract, that have become the largest in the history of Ukrainian Indian bilateral military technical cooperation, 40 aircrafts are to be modernized in Ukraine and the rest of the aircraft at the BRD-1 aviation plant of the Indian Air Force in Kanpur (North India). Ukraine’s Antonov Plant and Civil Aviation Plant 410 are executing the contract.

 

As part of the deep upgrade, the Indian aircraft is to be fitted with modern equipment made in Ukraine and other countries. In particular, these are aircraft collision warning equipment, collision with ground early warning equipment, satellite navigation system, aircraft rangefinders, modernized height finders, new radar set with two multifunctional indicators, new oxygen equipment, and modernized crew seats.    

 

The upgraded An-32 will be able to land on an ICAO category II approach. Whereas, fuel consumption and the mass of the empty upgraded aircraft will be lower than for the basic model.

 

In addition, in line with a three-year contract worth $110 million signed in December 2009 by Motor Sich OJSC (Zaporizhia) and the Indian Air Force, the AI-20 engines of the Indian An-32s are being upgraded.

 

As of today, 35 aircrafts, out of those that are to be upgraded in Kyiv, have been already upgraded and transferred to the Costumer.

 

The first 10 modernized aircrafts have been already transferred to the Costumer in 2011, and each year other 10 vehicles in 2012 and 2013 accordingly.  The next 5 transportations were sent to India in August of the last year. The supply of the final batch of aircrafts, the modernization of which is carried out in Kyiv, is planned for the summer. 

 

UkrOboronProm

Partager cet article
Repost0
2 avril 2014 3 02 /04 /avril /2014 07:30
Israel's first C-130J set for delivery on 9 April

 

 

31 Mar 2014 By: Arie Egozi - FG

 

Tel Aviv - The Israeli air force's first Lockheed Martin C-130J tactical transport will arrive on 9 April, with preparations at Nevatim air base now complete.

 

The delivery of the first C-130J "Samson" is a major milestone in the reorganisation of the air force's Hercules squadrons. This will culminate with the operational consolidation of its two existing units, with the "Elephants" squadron to be absorbed into the "Knights of the yellow bird". The former will operate the new C-130Js, while the latter mainly uses upgraded H-model examples.

 

In June 2013 Lockheed delivered the first of four on-order C-130Js to Israel at its Marietta site in Georgia, ahead of the airframer supporting training activities in the USA. The remaining three transports will be delivered towards the end of this year and in early 2015.

 

The Israeli air force has also made a formal proposal for an additional two aircraft, and sources say a contract is in the final stages of processing.

 

Israel's new-generation Hercules have a cockpit configured for three crew members, similar to that used by US special forces. They will also be modified post-delivery to carry some Israeli-produced systems.

 

Flightglobal's Ascend Online advisory service shows the Israeli air force as having a current active fleet of 16 Hercules, comprising 12 C-130Hs and four C-130Es. The latter are being phased out, while the H-model fleet is receiving structural treatment to extend their use.

Partager cet article
Repost0
1 avril 2014 2 01 /04 /avril /2014 16:45
Hawk Mk 120

Hawk Mk 120

 

01 April 2014 by Dean Wingrin - defenceWeb

 

The South African Air Force (SAAF) has grounded the Hawk trainer fleet following the crash of a jet whilst landing last Thursday.

 

The BAE Systems Hawk Mk 120 jet trainer, operated by 85 Combat Flying School, was performing a ‘touch and go’ at AFB Makhado when it experienced a control problem.

 

Unconfirmed reports indicate that the control stick ‘locked’ shortly before touch-down, resulting in the aircraft slamming the front wheel onto the runway, bouncing and then hitting the runway again with the front wheel. This resulted in the front wheel breaking off and the Hawk sliding down the runway before coming to a halt.

 

Neither of the two crew aboard, who deploying the drag chute after the nose-wheel broke off in order to slow the aircraft, were injured.

 

As the damaged aircraft blocked the runway, other aircraft that were still in the air were forced to land on the taxiway. This was safely accomplished as when the airbase was built in the 1980s, the taxiway was designed to operate as a secondary runway in the event of the main runway being blocked or damaged.

 

AFB Makhado is situated near the town of Louis Trichardt in Limpopo Province. 85 Combat Flying School is equipped with the remaining 23 Lead-In Fighter Trainer (LIFT) Hawk jets of the 24 delivered as part of the 1999 Strategic Defence Package (SDP).

 

The other flying squadron operating from the base is 2 Squadron, equipped with the SAAB Gripen fighter.

 

Although no comment has yet been received from the Air Force or South African National Defence Force (SANDF), it is believed the official Board of Investigation commenced their enquiries on Monday.

Partager cet article
Repost0
1 avril 2014 2 01 /04 /avril /2014 07:25
L'Armée d'Argentine : Le Kfir (Israël) Va t-il Remplacer le Mirage français ?

 

Mar 28, 2014 Youval Blumenthal – Israel Valley

 

L’Argentine a décidé d’étudier sérieusement les alternatives pour s’équiper à nouveau. Israël est sur les rangs avec le Kfir qui est une copie du Mirage français équipé d’un moteur américain.

 

Selon Reuters : "Le gouvernement argentin étudie différentes possibilités pour remplacer les avions de chasse Mirage de son armée de l’air, a déclaré en début de semaine le ministre de la Défense, Agustin Rossi, précisant que Buenos Aires souhaitait conclure un accord cette année.

 

L’Argentine est notamment en discussions avec Israël en vue de l’acquisition potentielle de chasseurs Kfir. “Le Kfir israélien est une des options que nous étudions, mais nous en regardons aussi d’autres”, a-t-il dit à la presse en marge du salon aérien de Santiago, au Chili. Le ministre a refusé de préciser les autres pays avec lesquels Buenos Aires était en contact. “Nous espérons prendre une décision cette année”, a-t-il ajouté. (Copyright © 2014 Thomson Reuters)

 

ISRAELVALLEY PLUS

 

Les origines du Kfir remontent à l’embargo imposé par la France en 1969. Suite à la guerre des Six Jours et à l’attaque de l’aéroport de Beyrouth par l’armée israélienne (Opération Gift, 28 décembre 1968), le président Charles de Gaulle décrète un embargo sur le Moyen-Orient (pour Israël, cela concerne principalement les vedettes Sa’ar III et les Mirage 5).

 

En conséquence, l’État hébreu n’est plus en mesure d’approvisionner son aviation militaire en chasseurs Mirage et pièces détachées. Les autorités décident de procéder au développement d’un chasseur de fabrication nationale.

 

Le gouvernement israélien lance alors deux projets :

le projet Raam A, construction d’un appareil d’après les plans du Mirage 5 (celui-ci devient le Nesher) ; le projet Raam B, qui impliquait alors le changement du réacteur ATAR 9C par le General Electric J79 pour le projet Raam A.

 

Le 19 avril 1971, Alfred Frauenknecht, ingénieur suisse, employé de la firme helvétique Sulzer fabriquant sous licence le Dassault Mirage IIIS, a avoué avoir vendu les plans secrets de cet appareil à Israël pour la somme de 200 000 $;

Partager cet article
Repost0
31 mars 2014 1 31 /03 /mars /2014 18:50
L'équipe de Solar Impulse à Salon-de-Provence

 

31/03/2014 Armée de l'Air

 

Mardi 25 mars 2014, l’équipe de Solar Impulse a été conviée sur la base aérienne 701 de Salon-de-Provence afin d’animer une conférence au sujet de leur projet « Across America », auquel ont participé deux élèves des écoles d’officiers de l’armée de l’air (EOAA) en 2013.

 

À cette occasion, Bertrand Piccard et André Borschberg, cadres principaux de Solar Impulse ont pu voler à bord d’Alphajet de la patrouille de France, scellant ainsi le double partenariat de la fondation Antoine de Saint-Exupéry pour la jeunesse, organisatrice de cette manifestation, avec l'entreprise Solar Impulse et l’armée de l’air.

D’avril à juillet 2013, les sous-lieutenants Guilhem Gineste et Goran Chatelus, ont intégré l’équipe sol du projet « Across America ». Le projet consistait en une traversée du continent américain par l’avion Solar Impulse. Les deux élèves de la promotion 2010 de l’École de l’air ont ainsi pu réaliser leur stage de fin d’études d’ingénieur dans le cadre de cette grande première scientifique et humaine.

« La mission « Across America » consistait en une traversée des États-Unis d’ouest en est, avec un avion monoplace solaire, et ce en plusieurs étapes, témoignent les jeunes officiers. Ce stage visait à valider le diplôme d’ingénieur mais c’était aussi l’occasion d’établir un partenariat pour l’accueil d’autres stagiaires de l’École de l’air » Au cours de la cérémonie organisée à New-York, officialisant ce partenariat,  Bertrand Piccard et André Borschberg, avait dit leur intérêt pour le travail des deux élèves-officiers et leur bonne intégration au sein de l’équipe. « Le projet avec l’avion solaire, immatriculé HB-SIB, prévoyant déjà un tour du monde en 2015, la participation de futurs élèves de l’École de l’air sera alors extrêmement intéressante », concluent les jeunes Salonais. Affaire à suivre. 

Retrouvez l’intégralité du retour d’expérience des sous-lieutenants Gineste et Chatelus dans le journal des EOAA (numéro 45, page 7).

Partager cet article
Repost0
30 mars 2014 7 30 /03 /mars /2014 18:50
Le Gripen [suisse] pourrait comporter un équipement radio américain

 

30.03.2014 Romandie.com (ats)

 

L'avion de combat Gripen E, que la Suisse prévoit d'acheter, pourrait être équipé d'un module de communication américain, selon plusieurs médias dominicaux. Cet équipement radio devait initialement être fourni par un fabricant bernois, mais Saab aurait changé d'avis il y a quelques mois.

 

Le constructeur suédois a décidé de confier le module radio des nouveaux avions suisses à l'entreprise américaine Rockell Collins, selon une enquête publiée dans les hebdomadaires "Le Matin Dimanche", "Schweiz am Sonntag" et "SonntagsZeitung". Les journaux ajoutent que le volte-face de Saab a eu lieu peu après que le Parlement suisse a accepté l'achat de 22 avions de combat.

 

Contacté par l'ats, le département de la Défense (DDPS) ne confirme, ni ne dément toutes ces allégations. Mais les services d'Ueli Maurer précisent, dans une prise de position écrite, que "l'utilisation de composantes non européennes dans le Gripen E n'a jamais été exclue".

 

"Vérifiés par les Etats-Unis"

 

Le cahier des charges de l'appareil qui allait remplacer le Tiger exigeait "de façon explicite" qu'il soit équipé de technologies et de systèmes de communication "vérifiés par les Etats-Unis", ajoute le DDPS.

 

Le département explique que ces mêmes systèmes "sont déjà utilisés sur les avions de combat F/A-18" (de fabrication américaine, ndlr), "dans nos systèmes de communication" et dans le système suisse de surveillance radar FLORAKO.

 

Les clés d'encryptage utilisées sur le Gripen seront fabriquées en Suisse, assure le DDPS. Interrogé sur les risques d'intervention par des tiers sur l'échange d'informations pendant une mission, le département affirme qu'il s'agit là de "pure hypothèse".

Seulement des entreprises suisses

 

Pourtant, face aux risques relevés dans des affaires comme celle de l'espionnage américain, le Conseil fédéral avait décidé le 5 février de serrer la vis. L'administration fédérale ne devrait plus recourir à des entreprises étrangères pour ses prestations informatiques et de communication importantes. Sont concernées aussi bien des prestations fournies dans le cadre de l'armée que via des téléphones portables ou des ordinateurs.

Partager cet article
Repost0
29 mars 2014 6 29 /03 /mars /2014 20:45
Maroc : Marrakech Airshow du 23 au 26 avril 2014

Un événement au service de l’Afrique et des industries aéronautiques et spatiales, civiles et militaires ! En trois éditions, Marrakech Airshow a su s’imposer comme le lieu de rencontre de l’industrie aéronautique civile et militaire de la planète avec le continent africain.

 

En effet, c’est lors de la dernière édition, réalisée dans un contexte économique et politique particulièrement délicat, que le salon a acquis ses lettres de noblesse. Le concept de la Plateforme Aéronautique de l’Afrique (P.A.A.) sous-tendu par le salon a été plébiscité par l’ensemble de la communauté internationale et de nombreuses délégations officielles de très haut niveau ont fait le déplacement, notamment Russe, Chinoise, Nord Américaine et Européenne.

Partager cet article
Repost0
29 mars 2014 6 29 /03 /mars /2014 17:50
Gripen: accord entre Pilatus et Saab sur des achats compensatoires

 

 

28.03.2014 Romandie.com (ats)

 

En cas d'achat du Gripen par la Suisse, l'avionneur helvétique Pilatus vendra à l'armée suédoise une vingtaine d'avions d'entraÎnement PC-21. L'entreprise nidwaldienne et le constructeur suédois Saab ont du moins signé un accord de principe en ce sens, conditionné à un "oui" du peuple suisse à l'achat des 22 Gripen.

 

A Pilatus PC-21 trainer demonstrator Photo Arpingstone.

A Pilatus PC-21 trainer demonstrator Photo Arpingstone.

L'accord entre Pilatus et Saab prévoit en outre que l'assemblage d'avions Pilatus et Saab soit réalisé en Suisse sur un site encore non défini, indique vendredi le constructeur nidwaldien basé à Stans. Cette étape de construction correspondrait à une centaine de places de travail.

 

L'installation d'un centre de développement informatique est également prévue en Suisse en cas de feu vert du peuple au Gripen. Les deux constructeurs pourraient y développer des programmes informatiques touchant à la sécurité aérienne, ainsi que des systèmes guidés au sol.

 

Une telle collaboration pourrait générer des entrées de commandes pour un total d'un demi-milliard de francs en faveur de Pilatus sur les cinq à huit prochaines années. L'ensemble des achats compensatoires liés à l'acquisition du Gripen atteint 2,5 milliards de francs.

Partager cet article
Repost0
28 mars 2014 5 28 /03 /mars /2014 13:20
F-35B Short Takeoff Vertical Landing Variant - Lockheed Martin

F-35B Short Takeoff Vertical Landing Variant - Lockheed Martin

 

March 28, 2014 by Mike Hoffman - defensetech.org



Pentagon leaders are deciding whether to allow the F-35 Joint Strike Fighter to make its international air show debut this summer outside London at the Farnborough Air Show and the Royal International Air Tattoo, according to a Reuters report.

Defense analysts expect Defense Secretary Chuck Hagel to green light a summer trip to London for the F-35 in order to demonstrate to allies the potential capabilities of the stealth jet. South Korea is expected to sign a $6.8 billion contract to buy 40 F-35s.

Allowing Lockheed Martin, the lead contractor building the F-35, to showcase the fifth generation fighter outside London could build support for the coalition of nations already on track to buy F-35s. Canada and Denmark are reported re-evaluating how many F-35s, if any, these U.S. allies might buy, according to the Reuters report.

The F-35B is the likely model that would be displayed. Three F-35Bs have already been built for the British.

The F-35’s performance at Farnborough would be a boon to the international air show circuit. Last year, the U.S. left their fighter jets at home during the Paris Air Show because of budget cuts connected to sequestration. America’s absence allowed Russia to steal the show as Su-35 performances dominated the headlines for the week.

Farnborough and Paris are the top European air shows. The shows rotate every other year so neither one falls on the same year. This year’s Farnborough Air Show will be July 14–20. Military​.com will have a team on site to witness the potential F-35 performances first hand for Defense Tech and the rest of Miltiary.com’s properties

Partager cet article
Repost0
28 mars 2014 5 28 /03 /mars /2014 12:20
F-35B short takeoff vertical landing (STOVL) - photo Lockheed Martin

F-35B short takeoff vertical landing (STOVL) - photo Lockheed Martin

 

27.03.2014 Helen Chachaty - journal-aviation.com

 

Alors que Lockheed Martin n’avait exposé qu’une maquette de son F-35 lors du dernier salon aéronautique de Farnborough (près de Londres) en 2012, il se pourrait fort bien que l’édition 2014 soit marquée par la présence d’un, voire de plusieurs F-35. C’est ce que croit savoir l’agence de presse Reuters, qui cite des sources selon lesquelles le chasseur de nouvelle génération pourrait effectuer son premier vol transatlantique au mois de juillet, afin d’être exposé à la fois au salon de Farnborough, mais également lors du Royal International Air Tattoo.

 

Une annonce du secrétaire d’État à la Défense Chuck Hagel en ce sens serait « très proche » selon Reuters, qui parle de deux ou trois F-35 qui effectueraient le voyage depuis les États-Unis, dont un F-35B destiné à la Grande-Bretagne.

 

Il s’agirait bien évidemment de « montrer » le F-35 et d’en faire la promotion, une opportunité pour un programme dont les coûts explosent et dont les délais de livraison s’allongent. Une opération de communication qui pourrait bénéficier à la Grande-Bretagne, mais aussi au Danemark, à l’Italie, à la Norvège ou encore aux Pays-Bas.

 

Aucune annonce officielle - gouvernementale ou industrielle - n’est pour le moment venue infirmer ou confirmer l’information livrée par Reuters.

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories