Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
15 septembre 2015 2 15 /09 /septembre /2015 21:55
photo Armée de l'Air

photo Armée de l'Air

 

15/09/2015 Sources : Centre d'expertise aériennre militaire

 

Le 15 septembre 2015, deux Rafale de Mont-de-Marsan ont décollé équipés de SATCOM.

 

Le monoplace et le biplace de l’escadron de chasse et d’expérimentations (ECE) 5/330 « Côte d’Argent », faisant partie de la patrouille, ont pu être suivis de bout en bout, ainsi que le C135 ravitailleur.

 

Le convoyage de 3h30 vers Lajes a pu être observé dans son intégralité au centre d’expertise aérienne militaire (CEAM) depuis la base aérienne 118 de Mont-de-Marsan. De nombreuses communications, tant opérationnelles qu’expérimentales, ont eu lieu par chat.

 

Cet événement est le fruit de plusieurs mois de travail intense entre le CEAM, le constructeur Dassault Aviation et les services de la direction générale de l’armement (DGA). Il ouvre des perspectives de connexion sans précédent au Rafale, qui est désormais présent sur tout le spectre des liaisons de données.

 

Le 1er septembre 2015, le CEAM est officiellement devenu le centre d’expertise aérienne militaire (anciennement appelé centre d’expériences aériennes militaires). Cette nouvelle appellation s’inscrit dans la volonté de l’armée de l’air de développer un centre de guerre aérienne (Air Warfare Center) et de concentrer ses experts autour des trois piliers constitutifs d’une capacité opérationnelle de première ligne : la doctrine, les équipements et l’expertise tactique du combattant.

photo Armée de l'Air

photo Armée de l'Air

Partager cet article
Repost0
15 septembre 2015 2 15 /09 /septembre /2015 16:50
First Test Flight of the L-39NG Trainer photo Aero Vodochody

First Test Flight of the L-39NG Trainer photo Aero Vodochody

 

2015/09/15 AIRheads/EH

 

In the Czech Republic, the Aero Vodochody L-39NG performed its first flight on Monday 14 September. The flight was successful, the company said. The aircraft will serve to validate the installation of the new Williams International FJ44-4M engine and avionics in the L-39NG project.

 

Read full article

First Test Flight of the L-39NG Trainer photo Aero Vodochody

First Test Flight of the L-39NG Trainer photo Aero Vodochody

Partager cet article
Repost0
15 septembre 2015 2 15 /09 /septembre /2015 16:45
Algeria orders additional Su-30 fighters

 

15 September 2015 by defenceWeb

 

Algeria has ordered 14 Sukhoi Su-30 fighter jets from Russia’s Irkut, which will augment the 44 Su-30MKs the country has in service.

 

RIA Novosti on Friday quoted Sergei Chemezov, the head of Russian defence technology holding company Rostic, as saying the contract was signed near the beginning of this year. Speaking at the 2015 Russian Arms Expo in Nizhny Tagil, he said the Algerian aircraft will be delivered in 2016 and 2017. Last week the Russian military ordered eight Su-30SM fighters.

 

Algeria received 28 Su-30s as part of a 2006 contract and another 16 under a 2010 contract. It appears the 16 aircraft in the second batch were delivered to replace 15 Mikoyan-Gurevich MiG-29SMT fighters Algeria returned to Russia after declaring them “defective.”

 

The Su-30MKA operated by Algeria is a specialised variant of the Su-30MK fitted with a mix of French and Russian avionics. The former includes a head-up and multifunction displays manufactured by the Thales Group and Sagem of France.

 

The Su-30 is a twin-engine, multi-role military aircraft developed by from the Sukhoi Su-27UB. It is a two-seat, dual-role fighter for all-weather, air-to-air and air-to-surface deep interdiction missions introduced into operational service in 1996.

 

The primary combat aircraft in Algeria’s Air Force are a dozen MiG-25s, 23 MiG-29C/UBs and around 34 Su-24M/MKs.

 

Algeria is expanding its Air Force and in June took delivery of the first of six Mi-26T2 helicopters from Russia and has ordered another eight of the type. The North African country has also ordered 42 Mi-28NE attack helicopters, the first of which flew at the manufacturer’s Rostov plant in early December 2014.

 

Algeria’s Su-30s are being manufactured by Irkut, owned by the United Aircraft Corporation holding company.

Partager cet article
Repost0
15 septembre 2015 2 15 /09 /septembre /2015 12:20
photo Airbus Group

photo Airbus Group

 

15 Sept. 2015 LeParisienf.fr

 

L'avionneur européen Airbus espère s'appuyer sur son implantation aux Etats-Unis pour gagner de futurs contrats militaires dans le pays mais il lui faudra s'armer de patience pour arriver à ses fins, estiment des experts. Le groupe semble avoir tiré les leçons de son échec essuyé en 2011 face à Boeing sur une commande colossale de 35 milliards de dollars portant sur des avions ravitailleurs pour l'armée américaine.

 

"L'une des difficultés que nous avons rencontrées lors de la bataille des ravitailleurs était que nous disions +Oui nous allons produire aux Etats-Unis. Oui, nous allons assembler des avions aux Etats-Unis+. Comment pouvait-on nous croire alors que nous n'avions jamais produit sur le territoire américain. Nous étions peu crédibles comparé à des entreprises qui étaient installées sur le sol américain depuis des dizaines d'années", explique à l'AFP Tom Enders, le patron d'Airbus Group. L'inauguration lundi de la première unité d'assemblage du groupe aux Etats-Unis, à Mobile (Alabama, sud), ne fait donc "pas de mal", ajoute le dirigeant même si celle-ci est dédiée pour l'instant uniquement aux avions civils. Pour Hans Weber, qui a conseillé EADS, l'ancêtre d'Airbus Group, "il y a eu des appels d'offres auxquels le groupe n'avait même pas pris part après s'être rendu compte qu'il n'avait pas assez de soutien politique" local. Si le constructeur européen a réussi à combler une partie de son retard face à Boeing dans le civil - 60% de parts de marché contre 40%, selon ses chiffres -, il est encore à la traîne sur le plan militaire. Or les Etats-Unis représentent plus de 35% des dépenses militaires dans le monde, selon Hal Chrisman, expert au cabinet ICF International.

 

Suite de l’article

Partager cet article
Repost0
14 septembre 2015 1 14 /09 /septembre /2015 12:30
photo Eurofighter

photo Eurofighter

 

September 14, 2015 By Eurofighter GmgH

 

Germany: The Eurofighter Consortium today welcomes the State of Kuwait as a new member of the Eurofighter community.

 

This new international success follows an order from the Sultanate of Oman for 12 aircraft in December 2012 and it is a further evidence of growing interest in the Eurofighter Typhoon across the globe and in the Gulf Region in particular with the Kingdom of Saudi Arabia and the Sultanate of Oman who have already ordered this combat aircraft.

 

On behalf of the consortium and its Eurofighter Partner Companies (EPC) the CEO of Eurofighter, Alberto Gutierrez, said: “This new agreement is the confirmation of the superiority of the Eurofighter over its competitors and will provide a great opportunity for further Eurofighter orders. We are delighted to welcome Kuwait as the newest member of our Eurofighter Typhoon family. The Eurofighter is already proven and trusted by six nations to perform in all operational environments.”

 

With Kuwait, the Eurofighter Typhoon confirms its role as Europe’s largest military collaborative programme with a total of 599 aircraft committed. It provides leading-edge technologies and strengthens Europe’s defence industry in international competition. More than 100,000 jobs in 400 supplier companies are involved in this four-nation programme and deliver significant contributions.

 

Since entry into service of the first Eurofighter Typhoon at the end of 2003, 444 aircraft have been delivered to six nations: Germany, the United Kingdom, Italy, Spain, Austria and Saudi Arabia. In December 2012, Oman became the seventh customer and ordered a total of twelve aircraft.

 

Eurofighter Typhoon is currently in service at 22 operational units and up to now, the whole fleet has completed more than 300,000 flying hours worldwide.

Partager cet article
Repost0
14 septembre 2015 1 14 /09 /septembre /2015 11:45
Alger commande encore russe

 

12 septembre 2015 par Henri Weill Ainsi va le monde !

 

L’armée de l’air algérienne vient d’acquérir 14 Sukhoi 30 (Su30), qui devraient être livrés d’ici 2017. Alger possédait, depuis 2007, 44 chasseurs russes de ce type. Autre chantier pour la défense aérienne : le renouvellement des bombardiers Su 24, le remplacement des Mig 25 et 29 par un appareil plus moderne. Si les négociations, avancées, sont menées avec les habituels fournisseurs russes, l’issue, aujourd’hui, ne semble pas être encore évidente. "Certains courants" seraient favorables à l’achat d’appareils occidentaux. Les précédents lots russes étant équipés de technologies occidentales, en particulier françaises ou suédoises.

Partager cet article
Repost0
14 septembre 2015 1 14 /09 /septembre /2015 11:35
Bangladesh to receive Yak-130’s from Russia

 

September 14, 2015 By: George Allison

 

Russia will deliver the first Yak-130 trainer aircraft to Bangladesh this week.

 

The Yak-130 is reportedly able to replicate the characteristics of several fourth generation fighters and also perform light attack and reconnaissance duties.

 

Bangladesh is the second foreign country beyond former Soviet states to order the Yak-130 combat trainer. Algeria had received 16 of the type before it. At first, Bangladesh wanted 24 Yak-130s, but had to reconsider due to financial constraints.

 

According to Rostec Director General Sergei Chemezov: “The shipping of the first Yak-130 consignment to Bangladesh will start on September 17, with six aircraft out of the 16 ordered planes to be delivered.”

 

The aircraft were purchased with an extended loan from Russia.

Partager cet article
Repost0
12 septembre 2015 6 12 /09 /septembre /2015 16:50
Lockheed Martin offers up Nimrod replacement

Nimrod destruction cost taxpayer £3.4bn as MoD ignored 'cost implications', MPs say - photo Ronnie Macdonald

 

12 Sep 2015 By Alan Tovey, Industry Editor

 

Defence giant Lockheed Martin reveals plan to 'recycle' RAF's ageing Hercules transporters as spyplanes

 

The fight to sell a new spyplane to Britain will step up this week with Lockheed Martin showcasing its plans on how to fill the hole left in the UK’s military power when the Nimrod jets were scrapped.

The defence company is proposing to take C-130 Hercules cargo aircraft currently in service with the RAF but due for retirement and repurposing them with advanced sensors to take over the surveillance role.

US-based Lockheed has been working in earnest on the project for over a year and will reveal its proposals at the Defence and Security Equipment International show in London this week.

An upgraded Hercules is seen as the most serious contender to Boeing’s P-8 Poseidon jet, currently the frontrunner in the contest to replace the new generation of Nimrods which were scrapped while under construction in 2010 as part of a military review. Ending the work saved the Government £2bn, though £3bn had already been sunk into the project.

 

Read more

Partager cet article
Repost0
9 septembre 2015 3 09 /09 /septembre /2015 12:50
photo Paramount Pictures - Airbus DS

photo Paramount Pictures - Airbus DS

 

8 sept. 2015 Airbus DS


Paramount Pictures and Airbus Defence & Space worked closely together to set up the logistics of Tom Cruise sequence with A400M. Check out the clip to learn more!

Partager cet article
Repost0
9 septembre 2015 3 09 /09 /septembre /2015 07:50
Le premier F-35 "Made in Italy" a réussi son premier vol

 

07/09/2015 par Michel Cabirol – LaTribune.fr

 

Le premier avion de combat F-35 assemblé par Finmeccanica en Italie a réussi son premier vol sur la base aérienne de Carmeri, près de Novare.

 

Le premier avion de combat F-35 assemblé en Italie par le groupe italien Finmeccanica, et plus précisément par sa filiale Alenia Aermacchi, a réussi son premier vol sur la base aérienne de Carmeri, près de Novare, a annoncé le groupe italien dans un communiqué publié ce lundi. Le F-35 est un avion de combat furtif multi-rôle de nouvelle génération développé et produit par l'avionneur Lockheed Martin dans le cadre du programme international Joint Strike Fighter. Le F-35 est aussi le programme d'armement le plus cher de l'histoire américaine, avec un coût explosant à 390 milliards de dollars, sans compter quelque sept ans de retard.

"Le succès du premier vol témoigne de la capacité de Finmeccanica à respecter ses engagements de production dans un programme très ambitieux dans le domaine industriel et technologique", a expliqué le groupe aérospatial italien dans son communiqué.

 

L'Italie à bord du F-35

Après sa participation dans la phase de conception avec des équipes intégrées au sein de  Lockheed Martin, Finmeccanica, à travers Alenia Aermacchi, est l'industriel italien leader parmi plus de 25 entreprises transalpines travaillant sur le F-35. Le groupe italien est notamment responsable de l'assemblage des avions de combat pour le compte de l'armée de l'air italienne et pour une partie des appareils destinés à l'armée de l'air néerlandaise.

En outre, le site Cameri fabrique également les composants des ailes du F-35 en plus de la ligne principale gérée directement par Lockheed Martin. Enfin, Cameri a été choisi comme le centre de soutien logistique de l'avion de combat en Europe. Par ailleurs, Finmeccanica est aussi impliqué dans la production de certains des composants électroniques de l'avion par Selex ES.

 

Le F-35 surclasse-t-il vraiment le F-16?

En juillet, l'armée de l'air américaine a souligné que le tout nouveau et très coûteux avion de combat F-35 surclassait bien au combat le robuste et éprouvé F-16, malgré un témoignage de pilote très critique sur les capacités comparées des deux avions. "Il y a eu de nombreuses occasions ou des groupes de F-35 ont engagé des groupes de F-16 en simulation de combat, et les F-35 ont gagné chacune de ces rencontres, grâce à leurs capteurs, leurs armements et leur technologie furtive", a précisé dans un communiqué l'armée de l'air (US Air Force).

Pourtant le site américain "War is Boring" a publié cette semaine le compte-rendu sévère d'un pilote de F-35 après un exercice de combat rapproché contre un F-16 en janvier en Californie. Les deux avions se sont livrés à une série de manœuvres brutales pour tenter d'abattre au canon leur adversaire, mais le F-35 a constamment manqué "d'énergie" pour réaliser ces manœuvres, perdant ainsi face au F-16, selon le compte-rendu. L'armée de l'air n'a pas démenti le compte-rendu du pilote, mais a souligné que le combat rapproché ne figurait pas au programme théorique de cet avion furtif multitâches.

 

Quelles missions pour le F-35?

La technologie du F-35 "est destinée à engager, viser et abattre l'ennemi depuis de longues distances, pas nécessairement en situation de combat visuel", a souligné l'US Air Force. "Les tests opérationnels et de développement continuent. Il est trop tôt pour tirer des conclusions finales sur la capacité à manœuvrer l'appareil", a également souligné le général Jeffrey Harrigian, chargé de l'intégration du F-35 au sein de l'US Air Force.

Le F-35 n'est pas encore en service dans les forces américaines. Les Marines devraient être la première force américaine à le déclarer opérationnel, peut-être dès cet été. Le F-16 avait été développé dans les années 70 par General Dynamics, racheté depuis par Lockheed Martin, qui a développé le F-35.

Partager cet article
Repost0
8 septembre 2015 2 08 /09 /septembre /2015 16:50
photo MIL.be

photo MIL.be

 

7/09/15 – 7sur7.be (Belga)

 

Aucun des 54 chasseurs-bombardiers F-16 en service en Belgique n'a encore atteint le seuil des 6.000 heures de vol, alors que la durée de vie maximale fixée par le constructeur, le groupe américain Lockheed Martin, est de 8.000 heures, a indiqué le ministre de la Défense, Steven Vandeput, en réponse à une question parlementaire.

L'appareil ayant accumulé le plus d'heures de vol était, au 31 mai dernier, le FA-94, un monoplace livré le 31 janvier 1985 et faisant partie de la commande initiale passée en 1975 pour 116 avions (96 F-16A monoplaces et 20 F-16B biplaces). Il comptait 5.811 heures de vol et était en service au 10e wing tactique de Kleine-Brogel (Limbourg), a précisé M. Vandeput (N-VA) en réponse à une question écrite du député Sébastian Pirlot (PS).
 

Sute de l'article

Partager cet article
Repost0
8 septembre 2015 2 08 /09 /septembre /2015 16:50
photo BMZ

photo BMZ

 

03 septembre 2015 par  Philippe Corvisier - electroniques.biz

 

Spécialiste de la conception de packs d'accumulateurs spécifiques, conformes aux cahiers des charges de ses clients, BMZ a ouvert cette année une filiale en France.

 

Spécialiste de la batterie lithium-ion sur-mesure depuis plus de 20 ans, l'allemand BMZ (Batterien-Montage-Zentrum) a ouvert une filiale en France. Créée en 1994, suite à la reprise de l'activité "pack maker" de Saft GmbH, BMZ adresse aujourd'hui trois marchés principaux : les vélos à assistance électrique (40%), l'électroportatif (30%) et le secteur médical (10%). Pour le reste, la société est présente dans les secteurs de la défense, de l'industrie, de l'électroménager, de l'automobile et de l'aérospatiale.

 

Suite de l'article

Partager cet article
Repost0
8 septembre 2015 2 08 /09 /septembre /2015 15:55
Maquette motorisée de l’A400M dans la grande soufflerie S1MA de l’Onera photo Onera Airbus

Maquette motorisée de l’A400M dans la grande soufflerie S1MA de l’Onera photo Onera Airbus

 

08/09/2015 Par Michel Cabirol – LaTribune.fr

 

Dans un rapport au vitriol, la Cour des comptes critique la gestion, la gouvernance ainsi que le manque d'implication de l'ONERA dans le domaine de l'aéronautique civile. Mais son nouveau patron Bruno Sainjon est en train de remettre en tension le centre de recherche de l'aérospatial français.

Trop tard ou trop tôt. Le rapport de la Cour des Comptes sur l'ONERA, qui couvre la période 2008-2013, tombe plutôt à plat... Car depuis l'arrivée le 30 mai 2014 du nouveau PDG, Bruno Sainjon, cet organisme public de recherches est en train de se réveiller et de retrouver un réel dynamisme. Pour autant, ce rapport n'est pas non plus inutile. Notamment il montre l'incapacité de l'État à valoriser un bijou technologique, envié dans le monde entier et, surtout, il pointe son manque de vision dans la recherche et, par conséquent, dans l'avenir de la filière aérospatiale civile et militaire française, en réduisant considérablement sa subvention au fil des années.

Depuis 2010, le budget de l'ONERA a pris le bouillon, passant de 257,9 millions d'euros à 207 millions en 2014, selon les derniers chiffres disponibles. Soit une chute de près de 20%, essentiellement liée à la réduction de la subvention accordée à l'ONERA, qui est tombée à 96,4 millions (contre 123,9 millions en 2010). Elle représentait 46,6% de son budget, contre 48% en 2010. Et ce contrairement à ce qu'affirme la Cour des comptes, qui estime que "les financements publics sont relativement stables, au moins ceux de la DGA". Une remarque qui a fait bondir le PDG de l'ONERA dans sa réponse aux sages de la rue Cambon;

"Cette observation est inexacte, c'est même précisément la baisse des moyens publics qui explique en grande partie la situation financière actuelle de l'ONERA", qui traine effectivement en 2014 un déficit de 16 millions d'euros, a expliqué Bruno Sainjon. Dans le budget initial 2015, le conseil d'administration de l'ONERA a voté un déficit de 3 millions d'euros.

En 2015, son budget prévisionnel s'élève à 228,9 millions. A suivre...

 

La DGAC a lâché l'ONERA

Parmi les critiques soulevées par la Cour des Comptes, les relations très distantes entre la direction générale de l'aviation civile (DGAC) et l'ONERA. Ce qui s'est notamment traduit par l'arrêt par la DGAC d'une subvention à l'ONERA à partir de 2001 (contre 3,8 millions en 2010). De même, elle a réduit pratiquement à zéro son activité contractuelle avec l'ONERA, qui est passée de 24 millions d'euros 2010, à 0,3 million en 2014.

Pourquoi une telle défiance? Selon la Cour des comptes, "les causes sont multiples : réduction du budget de la DGAC, volonté de la DGAC de cibler son soutien et d'encadrer l'utilisation de sa subvention afin d'éviter une contrariété potentielle aux règles du commerce international et du droit de la concurrence, perte de pertinence de l'ONERA aux yeux de la DGAC et dégradation des relations". Pourtant l'ONERA travaille sur ce que seront les avions du futur, et plus précisément sur le programme "Nova" (Next-generation Onera Versatile Aircraft), qui pourrait remplacer les actuels moyen-courriers. Il est destiné à transporter 180 passagers à 900 km/h sur une distance de 5 à 6.000 km. Par ailleurs, les relations avec la DGAC sont en train de se réchauffer...

En outre, la DGAC estime, selon la Cour des Comptes, que l'Office "ne s'est pas adapté aux évolutions profondes du secteur de l'aéronautique civile depuis les années 1980, notamment l'émergence de nouveaux sujets structurants : gestion de l'énergie, avionique, cockpit et navigation, nouveaux procédés de production". Enfin, elle "regrette la faible participation de l'ONERA aux programmes européens et aux initiatives locales".

Bruno Sainjon fait pourtant part dans sa réponse à la Cour des Comptes des succès remportés récemment par l'ONERA dans le cadre de trois appels d'offres lancés au titre du programme européen Cleansky 2 pour un montant de plus de 30 millions d'euros étalés sur huit ans. Tout comme il rappelle l'implication de l'ONERA "beaucoup plus affirmée" dans le Conseil pour la recherche aéronautique et civile (CORAC).

 

Pourquoi un tel désintérêt de l'État?

Dans sa réponse à la Cour des Comptes, le Premier ministre, Manuel Valls, assure pourtant que "l'action de la tutelle a été conduite dans un souci de préservation de la position de l'ONERA". On a vu mieux comme soutien financier à un organisme public... Car quand l'État le veut, les subventions suivent. Comme le montrent les dotations aux Établissements publics à caractère scientifique et technologique (EPST), CNRS inclus, qui sont passées de 4,9 à 5,7 milliards d'euros entre 2008 et 2014.

Dans une interview accordée en juin à La Tribune, Bruno Sainjon avait tenté d'expliquer le désintérêt de l'Etat vis-à-vis de l'ONERA : "travailler majoritairement sur des sujets de défense n'incite pas à une communication tous azimuts. Et surtout la recherche fondamentale même à visée applicative n'a pas été mise en évidence ces dernières années. Pourtant sans la science et la recherche, il n'y a pas de technologie ni de programme". C'est vrai que l'ONERA est complètement sorti des radars de la plupart des responsables politiques français. A tel point que la plupart d'entre eux ne savent pas ce que cet organisme fait exactement. Un peu désolant...

 

L'ONERA au cœur des enjeux aéronautiques

En dépit des critiques de la Cour des Comptes sur son isolement, l'expertise de l'ONERA a été à plusieurs reprises plébiscitée dans de nombreux domaines, dont certains liés à une actualité très brûlante. Ainsi, en avril dernier, un consortium piloté par l'Office a été sélectionné par l'Agence Nationale de la Recherche (ANR) pour la lutte anti-drone. En 2014, l'ONERA, à la demande de la direction générale de l'armement (DGA), a commencé à travailler sur le projet d'étude amont DEMPERE, dont l'objectif est de développer un démonstrateur de simulation numérique destiné à évaluer le degré de perturbation d'un radar par les parcs éoliens.

En outre, l'ONERA s'est récemment rapproché de plusieurs organismes de recherche à la fois concurrents et partenaires. Ainsi, l'Etat a mandaté l'ONERA comme pilote de la nouvelle filière aéronautique Carnot, baptisée AirCar (Air Carnot) et financée pendant six ans à hauteur de 10,5 millions d'euros. L'objectif de ce consortium multidisciplinaire et complémentaire sera de comprendre les besoins des PME et ETI de la filière aéronautique afin de booster leur capacité d'innovation et répondre ainsi au mieux aux besoins industriels.

Par ailleurs, l'ISAE-SUPAERO et l'Office ont renforcé en mars dernier leur coopération en signant une convention de partenariat scientifique créant deux équipes de recherche communes (ERC). Enfin, le Cetim et l'ONERA ont renforcé leur coopération en vue de développer une offre technologique commune, innovante et performante dans le contexte de ré-industrialisation de la France et des enjeux liés à la filière matériaux.

Partager cet article
Repost0
4 septembre 2015 5 04 /09 /septembre /2015 16:35
L'Indonésie recale le Rafale et choisit le Sukhoi Su-35
Partager cet article
Repost0
4 septembre 2015 5 04 /09 /septembre /2015 11:55
Antoine Torres, nouveau Directeur de la Communication de l’ONERA

 

01.09.2015 – par ONERA

 

Antoine Torres a rejoint le premier septembre l’ONERA en tant que Directeur de la Communication. Il vient de la Direction Générale de l’Armement (DGA) où il était depuis mai 2012, Responsable communication programmes d’armements et porte-parole de la DGA.

 

Très marqué par l’aéronautique et l’espace, son parcours l’amène à passer dès 1987 un brevet de pilote d’avion. Ingénieur diplômé de l’ENSICA en 1987, il est titulaire d’une thèse en mécanique des fluides et breveté de l’Ecole de Guerre.

 

En 1987, il intègre le centre DGA des techniques aéronautique à Toulouse où il travaillera jusqu’en 1997 sur les systèmes de conditionnement d’air dans les avions.

 

Il noue des premiers contacts avec des chercheurs de l’ONERA Toulouse et en garde une impression de solidité scientifique. « J’avais des interrogations auxquelles mes interlocuteurs à l’ONERA m’ont apporté des réponses pertinentes et utiles. J’ai tout de suite apprécié la grande gentillesse et la disponibilité qu’ils m’ont témoignées » précise-t-il.

 

De 1997 à 2002 il rejoint la DGA à Balard pour travailler sur des programmes d’armement et constate une nouvelle fois à quel point l’expertise scientifique de l’ONERA est pertinente pour identifier et résoudre les points durs.

 

De 2002 à 2007, il s’oriente vers la stratégie d’acquisition des programmes. Son champ d’activités s’élargit, et il apprend à résumer en quelques éléments simples des problématiques très complexes à usage des décideurs. Parallèlement, il se familiarise aux problématiques de management et de conduite du changement.

 

De 2007 à 2010, Antoine Torres renforce son expertise sur le périmètre du management technique. Puis, de 2010 à 2012, il gère les urgences opérationnelles pour répondre aux besoins des forces engagées sur les théâtres d’opérations et effectue une mission en Afghanistan. Sa bonne compréhension des enjeux de communication font de lui un acteur important pour la Direction de la Communication dont il alimente les messages pour la DGA désireuse de montrer aux armées, aux médias et aux décideurs sa proximité avec les opérationnels et sa capacité à répondre de façon très réactive à leurs besoins.

 

Sa maîtrise des problématiques techniques fait de lui « un bon client pour la Direction de la communication ». Pour autant précise-t-il, « on a beau bien connaître son sujet, il faut apporter la valeur ajoutée de la communication pour le rendre intelligible auprès d’interlocuteurs et de décideurs non spécialistes du domaine ». Maitriser le fond n’est pas une garantie de communication réussie rappelle-t-il.

 

C’est donc tout naturellement que se fait, en mai 2012, son passage vers la Direction de la Communication ou il devient responsable communication sur les programmes d’armements, les études amont, l’industrie de défense et l’export et porte-parole de la DGA.

 

"C’est une vraie chance et une joie d’intégrer l’ONERA, parce que j’ai une culture aéronautique, un gout pour l’échange et la conviction profonde que la communication est un véritable atout pour l’ONERA" ajoute-t-il.

Partager cet article
Repost0
27 août 2015 4 27 /08 /août /2015 07:50
La patrouille acrobatique espagnole fait étape sur deux bases aériennes

 

26/08/2015 Armée de l'air

 

Dans le cercle très fermé des patrouilles acrobatiques mondiales, la fraternité d’armes est une règle d’or ! Aussi lorsque la patrouille espagnole Patrulla Aguila fait route vers un meeting aérien en Europe de l’est, c’est tout naturellement qu’elle fait étape sur des bases aériennes françaises.

 

En provenance de San Javier (Espagne), les sept Casa C101 espagnols ont fait escale sur la base aérienne 133 de Nancy-Ochey, mercredi 19 août 2014, lors de leur trajet vers le meeting aérien de Radom (Pologne). Quelques jours plus tard, lundi 24 août,c’est sur la base aérienne 116 de Luxeuil-les-Bains que la patrouille s’est posée.

 

 

Suite de l'article

La patrouille acrobatique espagnole fait étape sur deux bases aériennes
Partager cet article
Repost0
12 août 2015 3 12 /08 /août /2015 16:55
Rafale photo S. Fort - Dassault Aviation

Rafale photo S. Fort - Dassault Aviation

Après le "contrat du siècle" annulé par l'Inde, l'autre projet de livraison de 36 Rafale par Dassault semble à son tour compromis.

 

12/08/2015 Par latribune.fr

 

Le contrat portant sur la vente de 36 Rafale entre Dassault Aviation et l'Inde achoppe sur des divergences liées au prix unitaire de l'appareil et sur la volonté de Delhi d'obtenir pour ce contrat des "offsets" (investissements sur place de la valeur d'une partie du contrat).

 

La vente de Rafale en Inde a de nouveau du plomb dans l'aile. Après l'annonce du gouvernement indien de casser l'appel d'offres qui devait offrir à Dassault le "contrat du siècle" (126 Rafale dont 108 construits en Inde), le pays est désormais en désaccord avec l'industriel français sur le projet de vente de 36 avions de combat de Dassault Aviation. Pourtant, en avril dernier, le Premier ministre indien, Narendra Modi, avait annoncé que ce contrat devait être réalisé "sur étagère", c'est-à-dire que les avions seraient construits en France, pour être livrés le plus rapidement possible.

 

Des négociations qui devaient être bouclées en "un mois ou deux"...

Mais, selon deux sources (des responsables du secteur indien de la défense) citées par Reuters, les deux parties sont désormais en désaccord sur le prix unitaire des avions et sur la volonté de l'Inde d'obtenir pour ce contrat-là aussi (cf. celui des 126 Rafale, aujourd'hui caduc), des "offsets" (une partie de la valeur du contrat devra être transformée en investissements et emplois sur place, en Inde).

Le 16 mai, le ministre indien de la Défense, Manohar Parrikar, avait déclaré que les négociations sur le prix du contrat seraient bouclées en "un mois ou deux". Mais les discussions ont achoppé sur l'insistance de l'Inde à obtenir ses Rafale à un prix inférieur aux quelque 200 millions de dollars (180 millions d'euros) l'unité, prix qui avait servi de base aux négociations antérieures avec Dassault Aviation, ont déclaré les deux responsables militaires.

"Puisqu'il n'y a pas de transferts de technologies, le prix qui était sur la table pendant les négociations commerciales n'a plus lieu d'être", a déclaré l'un des responsables, tenu au courant des nouvelles négociations.

En effet, contrairement au précédent contrat, celui des 126 Rafale, issu d'un appel d'offres très disputé et remporté par Dassault Aviation -avant qu'il ne soit cassé-, cette commande de 36 aéronefs ne prévoit pas de production en Inde, pour ne pas retarder la livraison.

 

Débat sur les "offsets"

Les deux responsables indiens ont également indiqué que les discussions achoppaient aussi sur la condition posée par New Delhi en vertu de laquelle les fabricants d'armes doivent investir sur place une partie de la valeur de tout contrat supérieur à 50 millions de dollars (45 millions d'euros), une forme de transfert compensatoire désigné couramment par le terme "offset".

Ces pratiques d'offsets sont monnaie courante dans les contrats d'armement avec les pays émergents, où, pour décrocher des commandes, les groupes de défense occidentaux doivent investir en technologies et en emplois.

Dans ce cas précis, ont précisé les deux responsables, l'Inde veut que Dassault Aviation investisse au moins 30% de la valeur du contrat par le biais notamment de l'achat de composants pour sa production en France, mais aussi par l'installation d'usines en Inde et par de la formation aux emplois de haute technologie.

   | A lire : Défense, le quitte ou double des transferts de technologies

La France s'est dite prête à satisfaire les demandes d'offsets mais a souligné qu'il lui faudrait du temps pour mettre en place un réseau de distribution en Inde pour ses composants, par exemple, renchérissant le coût du contrat, a déclaré l'un des responsables.

L'Inde, confrontée à la montée en puissance militaire de la Chine et du Pakistan, accuse 19 années de retard dans son programme national de construction d'avions de combat légers, la certification finale du premier avion n'étant prévue que pour mars 2016.

Car, en dépit de sa volonté de fabriquer localement, l'Inde peine à développer ses propres programmes.

   | Lire : "Make in India" : quand New Delhi ne joue pas vraiment le jeu (fév. 2015)

Partager cet article
Repost0
4 août 2015 2 04 /08 /août /2015 16:35
L'appel d'offre MMRCA (Medium Multi Role Combat Aircraft) a été officiellement cassé par New Delhi

L'appel d'offre MMRCA (Medium Multi Role Combat Aircraft) a été officiellement cassé par New Delhi

 

04/08/2015 Par Michel Cabirol – LaTribune.fr

 

Dans un communiqué publié en fin de semaine dernière, le ministère de la Défense indien a annoncé que l'appel d'offre portant sur la vente de 126 avions de combat "a été annulé".

 

L'appel d'offre MMRCA (Medium Multi Role Combat Aircraft) a été officiellement cassé par New Delhi. Dans un communiqué publié en fin de semaine dernière, le ministère de la Défense indien a annoncé que l'appel d'offre (Request for proposal-RFP) portant sur la vente de 126 avions de combat "a été annulé". Ce qui n'est pas réellement une surprise. Cet appel d'offre était en discussions depuis trois ans avec Dassault Aviation pour la vente de 126 Rafale, dont 106 devaient être fabriqués localement par Hindustan Aeronautics Limitel (HAL), était en sursis depuis l'annonce surprise faite à Paris par le Premier ministre indien, Narendra Modi, de l'achat de 36 Rafale "prêts à voler". Une décision qui a été justifiée par l'urgence des besoins opérationnels de l'armée de l'air indienne (IAF).

Le ministère de la Défense indien a également précisé que dans le cadre de cet appel d'offre le Rafale avait "respecté toutes les caractéristiques de performance stipulées par le RFP pendant l'évaluation conduite par l'armée de l'air indienne".

Sur l'achat des 36 Rafale, le ministère a confirmé que les réunions entre les équipes de négociations indienne et française avaient commencé. Sans préciser quand. Les Indiens veulent que le Rafale, équipé de ses systèmes et de son armement, soit "livré dans la même configuration qui avait été testée et approuvée par l'armée de l'air indienne et avec une responsabilité de la maintenance de l'appareil plus longue assurée par la France", selon le communiqué du ministère de la Défense indien. Et de rappeler que New Delhi veut acquérir ces appareils "aussi vite que possible" dans le cadre d'un accord de gré à gré avec le gouvernement français (Inter-Governmental Agreement-IGA).

 

L'accord surprise annoncé en avril par Modi

En visite à Paris en avril, le Premier ministre indien annonçait que La France et l'Inde avaient conclu un accord visant à acheter au plus vite 36 Rafale, soit deux escadrons."J'ai demandé au président (François Hollande) la fourniture de 36 Rafale prêts à voler à l'Inde", avait indiqué Narendra Modi lors d'une conférence de presse commune avec le chef de l'Etat français. Le Premier ministre, qui s'exprimait en hindi, avait souligné que les termes et conditions du contrat n'étaient pas finalisés. "Nos fonctionnaires vont discuter de ces aspects plus en détail et poursuivre les négociations", avait-t-il précisé, selon la traduction de son intervention.

Déjà il subsistait un doute sur la poursuite de l'appel d'offre MMRCA à l'issue de la visite de Narendra Modi. Mais fin mai, le ministre de la Défense, Manohar Parrikar, avait levé une partie des doutes en expliquant que l'Inde n'achèterait "pas d'autres" (Rafale, ndlr), et se contenterait de "seulement 36" avions de combat tricolore car il est "beaucoup trop cher". Les précédents projets gouvernementaux indiens d'acquérir 126 Rafale de Dassault Aviation se sont révélés "économiquement non viables, et pas nécessaires" pour ce pays, avait-il ajouté.

L'acquisition de 36 appareils ne suffira cependant pas à satisfaire les besoins de l'Inde, qui doit faire face à des tensions frontalières avec la Chine et le Pakistan, avait estimé les analystes. Et ce d'autant que l'Inde a perdu 20 appareils en trois ans, selon les chiffres fournis par le ministère de la Défense indien : 12  MiG, 3 Sukhoi et 5 Jaguar.

Partager cet article
Repost0
31 juillet 2015 5 31 /07 /juillet /2015 15:56
Summer Break 2 - @RPDefense


Follow @RPDefense on Twitter and Facebook page https://www.facebook.com/RPDefense

Partager cet article
Repost0
31 juillet 2015 5 31 /07 /juillet /2015 15:55
photo DGA

photo DGA

 

31/07/2015 Communiqué du ministère de la Défense

 

Le centre « Techniques aéronautiques » de la Direction générale de l’armement du ministère de la Défense (DGA Techniques aéronautiques) a été saisi par le juge du tribunal de grande instance de Paris, en charge d’une enquête sur la disparition du vol MH 370, pour une expertise sur les débris d’avion retrouvés près de l’île de la Réunion.

 

Ce centre situé à Balma près de Toulouse est un centre d’essais et d’expertise majeur en Europe dans le domaine aéronautique. Il regroupe sur un site unique toutes les compétences et moyens nécessaires dans le domaine. Parmi les nombreuses activités menées à DGA Techniques aéronautiques, on peut notamment recenser l’analyse du comportement mécanique des structures en statique, fatigue et dynamique, ou l’analyse des performances et expertise des matériaux pour applications structurales et moteurs.

 

Une partie significative de son activité est mise au service de l’industrie sur plusieurs projets civils majeurs.

 

Centre de référence étatique, il conduit également des analyses techniques suite à des incidents et des accidents au profit du Bureau d’enquêtes et d’analyses (BEA), du Bureau enquêtes accidents défense (BEAD) ou du ministère de la justice.

Partager cet article
Repost0
30 juillet 2015 4 30 /07 /juillet /2015 16:30
US to deliver F-16 aircraft to Egypt

 

30 Jul 2015 aljazeera.com

 

Washington to deliver eight aircraft to Egypt within the next two days, US embassy in Cairo says in a statement.

 

The United States will deliver eight F-16 Block 52 aircraft to Egypt within the next two days, the US embassy in Cairo said in a statement, part of a military package that had been unfrozen earlier this year. The statement released on Thursday said Washington would deliver four more F-16s to Egypt this autumn. Despite US lawmakers' concerns that Egypt is lagging on democratic reforms, Egypt remains one of Washington's closest security allies in the region.

 

Read full article

Partager cet article
Repost0
30 juillet 2015 4 30 /07 /juillet /2015 11:50
photo Airbus DS

photo Airbus DS


29 juil. 2015 by Airbus DS

 

Military Aircraft is built on the solid foundations of the expertise in military and transportation aircraft. It has got a broad, world-wide customer base and is well placed to play a leading role in the markets for future unmanned aerial system (UAS) and combat, transport and ISR (Intelligence, Surveillance and Reconnaissance) aircraft.

For more information: http://bit.ly/1SbrfBI

Partager cet article
Repost0
29 juillet 2015 3 29 /07 /juillet /2015 12:56
photo Dassault Aviation

photo Dassault Aviation

 

28/07/15 bourse.lesechos.fr (Reuters)

 

La France compte engranger deux autres contrats à l'export pour le Rafale d'ici le début de l'année prochaine, en plus de la commande en cours de négociation avec l'Inde, a-t-on appris mardi de source proche du dossier.

 

La commande annoncée début avril par l'Inde, qui porte sur 36 unités de l'avion de combat de Dassault Aviation, devrait être assortie d'une option, a-t-on également déclaré de même source.

 

"Il devrait y avoir deux autres contrats à l'export pour le Rafale d'ici le début de l'année prochaine, en plus de l'Inde", a dit cette source. "Les discussions les plus avancées sont avec la Malaisie et les Emirats arabes unis".

 

Dassault Aviation n'a pas souhaité faire de commentaire.

 

La France discute de la vente de 16 Rafale avec la Malaisie, qui s'intéresse aussi au F18 de Boeing, au Gripen du suédois Saab et à l'Eurofighter, produit en coentreprise entre Airbus, Finmeccanica et BAE Systems.

 

Les discussions se poursuivent avec les Emirats arabes unis pour une transaction qui pourrait concerner jusqu'à 60 avions pour remplacer autant de Mirage 2000 de l'avionneur français.

 

Dassault Aviation a signé deux premiers contrats de 24 Rafale chacun cette année, le premier avec l'Egypte en février et le second avec le Qatar en mai.

 

L'Inde a annoncé de son côté début avril son intention d'acquérir 36 Rafale, en lieu et place d'un précédent contrat de 126 avions, dont 108 construits en Inde, issu d'un appel d'offres remporté par Dassault en janvier 2012.

 

Le PDG de l'avionneur Eric Trappier a réaffirmé en juillet qu'il attendait dans les prochains mois la signature du contrat de 36 Rafale avec l'Inde, qu'il considère comme une "première" tranche.

 

Dassault Aviation, qui a livré le 20 juillet à l'Egypte ses trois premiers Rafale jamais exportés, a décidé d'augmenter sa cadence de production, qui pourrait tripler à partir de 2018, afin de faire face à de nouvelles commandes hors de France.

 

L'avionneur tricolore a présenté le Rafale à l'Indonésie, qui aurait aussi examiné l'Eurofighter et le Gripen, ainsi que le Sukhoi Su-35 russe et le F-16 de Lockheed Martin.

 

Le Rafale a également été présenté au Koweït, mais ce dernier devrait annoncer prochainement une commande de 28 F-18 à Boeing pour plus de trois milliards de dollars, avait déclaré en mai à Reuters une autre source. (Cyril Altmeyer, avec Tim Hepher, édité par Marc Joanny)

Partager cet article
Repost0
29 juillet 2015 3 29 /07 /juillet /2015 12:20
F-35 Gen III Helmet Mounted Display System (HMDS) - Rockwell Collins

F-35 Gen III Helmet Mounted Display System (HMDS) - Rockwell Collins

 

29 juil 2015 par Morgan - ubergizmo.com

 

Quand on achète un casque de moto plusieurs centaines d'euros, on est en droit d'attendre une certaine qualité, et surtout un bon niveau de sécurité. Et quand on achète un casque à 400 000$ ? On pourrait s'attendre à pouvoir voir à travers les murs, non ? Précisément !

 

Ce casque à 400 000$ (360 000€) minimum, c’est le F-35 Gen III Helmet Mounted Display System (HMDS), conçu tout spécialement pour fonctionner avec l’avion de chasse F-35 Lightning II. C’est Rockwell Collins qui fut chargé de la conception de ce casque. Équipé, comme son nom l’indique, d’un système d’affichage tête haute permettant au pilote d’avoir des informations critiques – altitude, vitesse du vent, cible, avertissements divers, etc – toujours à portée de vue, il permet aussi de voir à l’extérieur comme s’il n’y avait pas la carlingue…

 

Suite de l’article

Partager cet article
Repost0
28 juillet 2015 2 28 /07 /juillet /2015 11:50
Tecnam lève un coin du voile sur le P Jet

Avec le P Jet, Tecnam pourrait renforcer son positionner sur le marché militaire sur lequel il est déjà présent avec son bimoteur léger P2006T photo Tecnam

 

23 juillet 2015 par Gil Roy – Aerobuzz.fr

 

Tecnam travaille depuis mai 2015 à l’étude de faisabilité d’un avion léger d’entrainement militaire. Le programme « P Jet » pourrait être lancé en 2016.

 

Tecnam a confirmé à Oshkosh que le projet d’avion d’entrainement militaire dont il a dévoilé une image un peu plus tôt dans le mois a été lancé en réponse à une demande de deux organismes militaires dont la nationalité n’a pas été révélée. Le concept de ce biplace est en fait à l’étude depuis mai 2015. A ce stade, le constructeur italien est arrivé à la conclusion que son avion devrait être un monoréacteur.

Le choix de positionner le réacteur de petite taille sur un pylône, à l’arrière de l’habitacle répond notamment à un souci de faciliter la maintenance et donc d’en limiter le coût. La puissance, le poids et la consommation sont en cours d’étude.

 

Suite de l’article

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories