Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
17 juin 2014 2 17 /06 /juin /2014 16:20
Canadian air force CF-18 Hornet  Exercise Vigilant Eagle 13

Canadian air force CF-18 Hornet Exercise Vigilant Eagle 13

 

16 juin 2014 La Presse Canadienne

 

La mise en application et l'attribution du contrat devraient quant à elles se faire entre 2018 et 2020, date approximative de fin de service de plusieurs des CF-18 de l'armée.

 

Le contrat visant à remplacer la flotte aérienne vieillissante de CF-18 ne sera pas finalisé avant 2018, a révélé lundi le gouvernement Harper.

 

Le Guide d'acquisition de la Défense, document attendu qui fournit à l'industrie un aperçu des besoins militaires estimés pour les 20 prochaines années, a été publié lundi par Ottawa.

 

Il y a quelques semaines, toutefois, le ministre de la Défense Rob Nicholson avait affirmé aux entrepreneurs du milieu de la défense que ce guide ne représentait pas une promesse d'achat de la part du gouvernement, mais qu'il visait plutôt à entreprendre le dialogue avec les manufacturiers.

 

Selon le guide, le programme de remplacement des avions de combat canadiens demeurera en phase de définition entre 2015 et 2017. Cela implique qu'une décision finale pourrait survenir seulement après les prochaines élections, prévues dans moins de 18 mois.

 

La mise en application et l'attribution du contrat devraient quant à elles se faire entre 2018 et 2020, date approximative de fin de service de plusieurs des CF-18 de l'armée.

 

Le guide propose aussi des améliorations aux ensembles de guerres électroniques et aux logiciels, ainsi qu'à l'entraînement des avions, achetés dans les années 1980

Partager cet article
Repost0
14 juin 2014 6 14 /06 /juin /2014 11:20
F-35 Weekly Update: 13th June 2014


13th June 2014 DefenceIQ
 

For the first time in two years, the path is clear for the Conservative government to select Canada’s next fighter jet, a choice that could very well mean buying the controversial F-35 Lightning without a competition.

A panel of independent monitors on Thursday gave its blessing to a still-confidential Royal Canadian Air Force report that evaluated the risks and benefits of purchasing four different warplanes and has been forwarded to the federal cabinet.

Sources say cabinet is expected to make a decision on fighters within the next couple of weeks.

Thursday’s seal of approval fulfilled the Harper government’s final obligation before making a pivotal decision to either buy the F-35 without competition or open the field to bidding from all jet makers.

The Tories froze this procurement in 2012 after blowback over an earlier decision to buy the F-35 that critics said was made with a lack of due diligence. After a damning Auditor-General’s report, the Harper government vowed to hold off until it had fulfilled a “seven-point plan” to restart the process of replacing Canada’s aging CF-18s.

But as of Thursday, the seven-point plan has been fulfilled. Government sources say the federal cabinet is “more than likely” to take up the report in the next few weeks.

A four-member independent review panel gave the government the affirmation it was seeking, saying it had no hesitation in pronouncing the RCAF’s assessment of Lockheed Martin’s F-35, the Dassault Rafales, the Boeing Super Hornet and the Eurofighter Typhoon “rigorous and impartial.”

Former federal comptroller-general Rod Monette, one of the panelists, compared the group’s independent seal of approval to the Auditor-General signing off on the government’s books.

Still, the panel acknowledged the measurements used to analyze the fighters were based on the same Conservative defence policy used to justify the now-aborted decision in 2010 to buy 65 F-35s without a competitive bidding process.

“The policy is used to guide acquisitions,” said Philippe Lagassé, a military expert at the University of Ottawa who was a member of the independent panel.

The federal government opted to analyze the technical data from four fighter jets through the lens of its 2008 Canada First Defence Strategy. [Globe and Mail]

 

Air Canada Flight 001 took off from Toronto on May 28, 2012, with 325 passengers on-board. Just 500 metres into the air, an engine failed and the Boeing 777 returned to Pearson airport. The Transportation Safety Board later determined the failure was the result of a manufacturing fault, which had caused damage that mechanics failed to detect during a regular inspection.

The engine failure on Air Canada Flight 001 is relevant to a decision faced by the Harper government. Canada’s CF-18 fighter jets are set to retire in 2020. As the first step in the replacement process, the government must decide whether to proceed with its previously planned non-competitive purchase of F-35s.

The passengers and crew of Air Canada Flight 001 were never in danger because the Boeing 777 has two engines. Pilots of the F-35 would not be so fortunate; the aircraft has only one engine, any failure of which would lead to a crash.

Since the Harper government announced its intent to purchase the F-35 in 2010, it has claimed there is no statistical evidence showing that single-engine fighters are any less safe than twin-engine fighters. In reality, such evidence is readily available from the website of the U.S. Air Force Safety Center.

The evidence shows that while engine reliability has improved over time, twin-engines are still safer than single-engines. Consequently, Canadians should be asking, if twin-engine fighters are safer, why would we buy single-engine jets?

The F-35 was developed to satisfy the U.S. government’s desire for a “strike fighter” that could — in three different versions built around a common airframe — serve the U.S. marines, U.S. air force and U.S. navy. As the marines required a single-engine design for short takeoff and vertical landing, the U.S. navy and U.S. air force were forced to accept the same single-engine design for their versions of the F-35.

The U.S. air force only accepted the single-engine design for the F-35 alongside a more advanced twin-engine fighter. Indeed, the U.S. air force plans to use its larger, faster, more manoeuvrable and safer F-22 to protect the F-35 from enemy fighters. As U.S. General Michael Hostage, the head of Air Combat Command, told the Air Force Times: “The F-35 is not built as an air superiority platform. It needs the F-22.”

In contrast, Canada has no interest in short takeoff and vertical landing capability, no need to accommodate the U.S. marines by accepting a single-engine design, and no plans for a parallel purchase of twin-engine fighters to protect the F-35.

Nor is the F-35 more manoeuvrable, more powerful, faster or longer-ranged than the twin-engine fighters available to Canada. On the contrary, as the RAND Corporation explained in 2008: “It can’t turn, can’t climb, can’t run.”

One final, crucially important factor is Canada’s unique geography, which exacerbates the safety risks associated with a single-engine design.

Canada has the second largest land mass in the world as well as the longest coastline of any country.

With their small wings, there is no real prospect of gliding a fighter jet to safety if power is lost — unless it is already on a final approach or very near an airport.

This leaves pilots of single-engine jets with little choice but to eject, which in the Arctic or a cold northern ocean leaves them with just hours to live. The United States and some other countries have excellent search-and-rescue systems; Canada, sadly, does not.

When former defence minister Peter MacKay was asked whether he was concerned about procuring a fighter jet with only a single engine, which could fail and force pilots to eject in the Arctic, he replied in just two words: “It won’t.”

This is an unrealistic and reckless attitude. Engine failures will still occur, and when they do so away from an airport, a second engine is the only thing that can prevent a crash.

As one former CF-18 pilot told FrontLine Defence magazine in May 2011: “A single engine is stupid. There’s no backup. If it fails, you’re dead.” [The Star]

 

The Pentagon said it is pushing builders of the F-35 Joint Strike Fighter to invest their own funds to reduce the cost of the $399 billion weapons program, and that it is eyeing financial incentives and penalties to get overseas buyers to stick to their order commitments for the jet.

The twin moves announced Thursday by senior Pentagon officials mark a major upgrade of its effort to shift more of the burden of the delayed and over-budget F-35 program to other stakeholders at a time when the department's own procurement funds are shrinking.

Lockheed Martin Corp., Northrop Grumman Corp., BAE Systems PLC and the Pratt & Whitney unit of United Technologies Corp. are the largest contractors for the F-35, which Pentagon officials said is on track to be declared combat ready by the U.S. Marine Corps in July 2015. The program also involves hundreds of other companies, and around 30% of the jet by value is built outside the U.S.

Pentagon officials in the past have expressed frustration that the Defense Department has been left to pay for upgrades and modifications to the F-35. On Thursday, Frank Kendall, the Pentagon's acquisition chief, told reporters he was looking to contractors to invest "tens of millions" of dollars of their own funds to help lower the jet's cost. While its purchase prices have fallen with successive batches acquired by the U.S., defense officials said in April the overall cost of the program had climbed for the first time in two years because of rising overhead expenses and exchange-rate effects.

Some 80% of targeted cost improvements have been tied to boosting F-35 annual production rates from 40 to more than 100, but the latest push includes possible changes to manufacturing facilities and processes or even part of the jet's design to improve affordability, said Sean Stackley, the Navy's acquisition chief, following a two-day meeting with contractors at Eglin Air Force Base in Florida.

Such changes would be paid for by contractors, though Mr. Kendall said incentives for contractors to invest in lowering the F-35's cost would aim to ensure a "win-win" for both sides. These could include accelerating or withholding progress payments, depending on performance and meeting cost goals.

"We continue to work in collaboration with the [Pentagon] and industry team to study and discuss affordability measures in an on-going effort to further reduce costs," Lockheed said. Pratt & Whitney didn't immediately respond to a request for comment. [NASDAQ]

 

Australia has committed its biggest defence outlay ever on an unfinished combat jet critics insist can’t fight, can’t run and can’t hide. Is the F-35 a flop?

Angst has been boiling about the F-35 Lightning II (otherwise known as the Joint Strike Fighter) since its inception. Now, five years overdue and six years away from its revised delivery date, that angst has exploded into furore.

The United States, and by virtual default all its key allies, have pinned their hopes on this single project.

In the US it’s been priced at over $1 trillion. Australia is spending around $15 billion.

Advocates insist its is the most advanced killing machine in history — a flying supercomputer pumping an unprecedented level of information into a $500,000 helmet that allows pilots to “see” through the floor of their own aircraft.

Whatever the case, the F-35 was supposed to be an affordable alternative to the far more capable F22 Raptor interceptor fighter.

Now, it’s so expensive — in fact it’s the most costly defence project in history at $1 trillion — it is being seen as “far too big to fail”.

While builder Lockheed Martin may yet succeed in rolling the aircraft off the production line, there are grave doubts in the aircraft’s ability to do the jobs demanded of it.

Critics point to what they call a fundamental flaw in its design: As a cost-savings exercise, it’s supposed to be all things to all people.

For the US Navy, it’s supposed to be an F14 Tomcat interceptor and F/A18 Hornet strike fighter combined.

For the US air force, it’s supposed to do the jobs of the F-16 strike fighter and A10 ground-attack aircraft.

For the US Marines, it’s supposed to be a replacement for their iconic “Jump Jet” Harriers.

The result, critics say, is a cascading series of compromises that has produced an aircraft inadequate to meet any of its functions. [News.com]

Partager cet article
Repost0
13 juin 2014 5 13 /06 /juin /2014 12:20
Canada : Une procédure d'évaluation du contrat de défense du F-35 validée

 

 

12/06/14 LesEchos.fr (Reuters)

 

OTTAWA, 12 juin - Quatre experts indépendants ont validé jeudi la procédure employée par l'armée pour déterminer si le Canada devait remplacer sa flotte d'avions de combat CF-18 par des F-35, permettant ainsi au gouvernement de prendre une décision définitive sur ce marché de plusieurs milliards de dollars.

 

Selon ces experts, la procédure d'évaluation a été exhaustive, professionnelle et parfaitement objective.

 

Suite de l’article

Partager cet article
Repost0
12 juin 2014 4 12 /06 /juin /2014 19:55
photo Dassault Aviation - K. Tokunaga

photo Dassault Aviation - K. Tokunaga

 

12/06/2014 Par Véronique Guillermard – LeFigaro.fr

 

Le ministère de la Défense annonce que la France investira 200 millions d'euros supplémentaires dans les drones militaires.

 

Il faut battre le fer pendant qu'il est chaud. Une semaine après l'arbitrage rendu par l'Élysée sur le budget de la défense et après les célébrations du Débarquement pendant lequel l'aviation a joué un rôle clé, Jean-Yves Le Drian, le ministre de la Défense, enfonce le clou. L'argent dépensé par la nation dans sa défense, en particulier dans son aéronautique de combat, permet de maintenir les compétences et les emplois à forte valeur ajoutée en France, de franchir de nouvelles marches technologiques et d'en faire bénéficier les activités civiles.

 

«L'existence d'une filière aéronautique forte est décisive pour la France», a lancé le ministre de la Défense, jeudi, depuis le centre des essais en vol de la Direction générale de l'armement (DGA) à Istres (qui fête ses 70 ans). Il avait auparavant assisté à un vol d'essai de nEUROn, démonstrateur technologique de drone de combat développé sous maîtrise d'œuvre de Dassault Aviation.

 

«Je me réjouis que le ministre de la Défense soit venu aujourd'hui à Istres pour voir voler le nEUROn, a commenté Éric Trappier, PDG de Dassault Aviation. Cet avion est le symbole de l'excellence technologique de Dassault Aviation et de ses partenaires européens. Pour nous, elle résulte de notre expérience dans les avions de combat et spécifiquement avec le Rafale. Avec nEUROn, nous avons réalisé une première européenne pour des montants dix fois moindres que nos concurrents américains.»

 

Chasseur du futur

 

«Le niveau d'excellence qui est aujourd'hui le nôtre dans ce domaine est le fruit d'investissements de R & D menés depuis des décennies, mais aussi de la volonté politique de conserver l'aviation militaire comme un pilier de notre défense», a martelé Jean-Yves Le Drian.

 

«nEUROn vole car nous avons investi régulièrement. Nous ne sommes pas dans la déclaration d'intention, nous sommes dans le concret», souligne, pour sa part, la DGA, maître d'ouvrage du démonstrateur technologique qui préfigure les chasseurs du futur. La France poursuivra son effort dans le cadre de la coopération franco-britannique scellée lors du sommet de Lancaster House en 2010. Jean-Yves Le Drian a annoncé qu'il formaliserait, lors du salon aéronautique de Farnborough mi-juillet, l'accord de principe pris lors du sommet de Brize Norton en février 2014, en lançant la phase de définition du Système futur de combat aérien (FCAS), appelé à succéder aux chasseurs européens actuels (Rafale, Typhoon et Gripen) à horizon 2030.

 

Cela pour 200 millions d'euros répartis entre industriels français et britannique, qui mèneront des travaux en commun. «Je me félicite que la France et le Royaume-Uni aient pris la décision de lancer un futur drone de combat qui sera confié à Dassault Aviation et BAE Systems et leurs partenaires, a souligné Éric Trappier. Cela nous permettra de capitaliser sur les acquis du nEUROn et de préparer avec les Britanniques l'avenir de l'aviation de combat.»

 

Chacun des deux industriels apportera son expérience, acquise lors du développement de démonstrateurs technologiques d'avion de combat sans pilote à bord (UCAS), une des composantes du FCAS. Le futur programme bénéficiera de l'expérience acquise par Dassault Aviation sur nEUROn et de BAE Systems sur Taranis. Le lancement de la phase de définition du chasseur du futur durera deux ans, jusqu'en 2016, et le développement d'un démonstrateur franco-britannique se déroulera entre 2016 et 2020.

 

Irriguer la filière

 

Cette décision marque la volonté de la France de rester aux avant- postes dans l'aéronautique militaire. Cela grâce à la capacité de la DGA et de l'industrie à travailler en coopération avec des partenaires européens et de développer des technologies d'avenir en entraînant derrière elles toute une filière, composée de quelque 4.000 PME. «nEUROn, c'est un nouveau chapitre de l'aéronautique militaire en France, (…) avec l'ambition de développer les compétences des bureaux d'étude d'un secteur industriel aussi stratégique pour notre souveraineté», a déclaré Jean-Yves Le Drian.

 

L'aéronautique de combat est une des priorités du budget de recherche et technologie (R & T) de la loi de programmation militaire (LPM) 2014-2019. Sur les 4,5 milliards d'euros prévus pour la R & T sur la période, 20% seront consacrés aux avions de combat. Des crédits qui serviront aussi à améliorer l'existant. En janvier, la DGA a commandé pour 1 milliard d'euros le développement du nouveau standard du Rafale (F3R). Un contrat qui irriguera l'ensemble de la filière. «À lui seul, le programme Rafale représente 7.000 emplois en France. Il implique environ 500 entreprises sous-traitantes, dont une forte majorité de PME», a insisté Jean-Yves Le Drian, en rappelant que «les programmes militaires représentent un quart des 300.000 emplois en France du secteur aéronautique et spatial».

Partager cet article
Repost0
12 juin 2014 4 12 /06 /juin /2014 16:30
Iraq Accepts 1st Lockheed Martin F-16 Aircraft

 

 

Jun 5, 2014 ASDNews Source : Lockheed Martin

 

Lockheed Martin (NYSE:LMT) delivered the first of 36 F-16 Block 52 aircraft to the Iraqi Air Force during a ceremony today at its Fort Worth facility.

 

Lockheed Martin is producing the F-16s under a contract from the U.S. Department of Defense. The F-16s are being built in a configuration tailored to meet the specific requirements of the Iraqi Air Force, and the contract includes mission equipment and a support package provided by Lockheed Martin and other U.S. and international contractors.

 

Read more

Partager cet article
Repost0
12 juin 2014 4 12 /06 /juin /2014 16:20
F-35 : le gouvernement doit éviter de sauver la face à tout prix, dit un expert


12.06.2014 radio-canada.ca

 

Un comité indépendant qui a examiné les solutions de rechange aux chasseurs furtifs F-35 devrait présenter jeudi un aperçu de son évaluation menée sur 18 mois, mais la décision du gouvernement sur le maintien de ce programme controversé est toujours en attente.

Avant que la décision soit prise, des experts militaires espèrent que le gouvernement Harper prendra en considération les implications plus larges de ce programme sur le budget général de la Défense et évitera d'avoir recours à des manœuvres politiques pour sauver la face.

Le rapport du comité, une analyse des principales réponses aux critiques du programme émises par le vérificateur général en 2012, ne devrait pas faire de recommandations au cabinet. Il comparera plutôt les coûts et les capacités de chacun des quatre avions concurrents en fonction de ce que le Canada attend de ses avions de guerre.

Il reviendra aux hauts responsables et aux ministres de recommander la voie à suivre au cabinet, une chose qui n'a pas encore été faite, ont indiqué plusieurs sources mercredi.

 

Suite de l'article

Partager cet article
Repost0
12 juin 2014 4 12 /06 /juin /2014 11:50
Une capacité antinavire pour l'Eurofighter ?

Une capacité antinavire pour l'Eurofighter ? L’intégration d'un missile antinavire est envisagée par Airbus Defence & space mais les travaux d'intégration ne seront pas lancés sans la demande ferme d'un client

 

11/06/2014 par Huberdeau Emmanuel – Air & Cosmos

 

Airbus Defence & Space envisage la possibilité d'intégrer un missile antinavire sur l'Eurofighter pour séduire de nouveaux clients à l'export

 

Peter Maute, directeur du Marketing d'Airbus Defence & Space, a annoncé avant-hier à Séville que l'intégration d'un missile antinavire est envisagée sur l'Eurofighter. Airbus DS étudie la possibilité de mettre en oeuvre depuis le chasseur européen, le missile Harpoon de Boeing ou les missiles plus légers Marte et Sea Brimstone de MBDA.

Cette initiative vise à mettre l'Eurofighter au même niveau que ses principaux concurrents en terme de lutte antinavire. En effet le F/A-18 de Boeing peut mettre déjà mettre en oeuvre le missile Harpoon, tandis que le Rafale de Dassault est équipé de l'AM-39 Exocet et que le Gripen de Saab peut embarquer le missile RBS-15.

 

Suite de l’article

Partager cet article
Repost0
12 juin 2014 4 12 /06 /juin /2014 10:45
Airbus still promoting A400M, C295 to South Africa

 

10 June 2014 by Guy Martin - defenceWeb

 

Airbus Defence and Space is still hopeful South Africa will buy A400M strategic transport aircraft and is promoting it and the C295 light transport to the South African Air Force (SAAF).

 

According to Antonio Rodriguez-Barberan, Vice President Commercial at Airbus Military, the company is “absolutely interested” in offering the A400M as a replacement for the SAAF’s C-130 Hercules, which are due to be retired in 2020. “We want to be back in South Africa. Yes, there is a need for maritime patrol and a certain need for tactical and strategic transport.”

 

He told defenceWeb Airbus is keeping its work packages with Denel and Aerosud in place not just because they do a good job manufacturing A400M components but because Airbus is hoping for an order from South Africa. Airbus kept South Africa’s A400M workshare in place even after the government cancelled an order for eight A400Ms in 2009. Denel and Aerosud manufacture parts for the A400M, including the wing to fuselage fairing and other large components.

 

Barberan said South Africa has a need for an aircraft like the A400M, especially since its diplomatic and regional ambitions require it to move cargo and equipment to places like the Democratic Republic of Congo (DRC) for peacekeeping missions or to places like Sudan for humanitarian missions. Rather than chartering aircraft like the An-124 and Il-76, an A400M could fly supplies directly to where needed most, even if only an unprepared airstrip is available.

 

He said the A400M was not competing on price but on capability terms. Barberan estimated South Africa would need four A400Ms as a first step to establishing a modern airlift facility.

 

The first export production slots for the A400M will become available in 2017 and it will be around three years after an order is placed that aircraft could be delivered so if South Africa is to retire the C-130 in 2020, it needs to make a decision within the next few years.

 

Barberan said he hoped to have an A400M export customer by the end of this year. Airbus began actively promoting the aircraft for export last year and hopes to sell between 300 and 400 on the export market over the next 30 years, capturing a 50% market share.

 

Airbus is also promoting the CN235/C295 to the SAAF to meet its maritime surveillance requirements. The company brought out a C295 in 2012, which was demonstrated to the local air force. However, Barberan could not say when the SAAF might place an order for a new maritime surveillance platform, especially as funding is problematic. His company is aiming to sell the maritime patrol variant to South Africa, which features sensors such as a radar and electro-optical pods as well as a roll on/roll off mission suite that would allow the aircraft to be used purely in the cargo role as well.

 

Guy Martin is in Spain as a guest of Airbus Defence and Space.

Partager cet article
Repost0
5 juin 2014 4 05 /06 /juin /2014 17:20
F-35 Weekly Update: 5th June 2014


04.06.2014 Defence IQ Press
 

Of the jets in production that promise to take military fighters deep into the 21st century and beyond, the U.S. F-35, the Chinese J-20, and the Russian Sukhoi T-50 PAK FA are at the top of the heap.

The T-50 will be offered to countries — and Russian allies — looking for an alternative to the F-35, Lockheed Martin’s long-delayed fifth generation fighter. The Russians expect to sell about 1,000 fighters worldwide.

But those countries won’t be training pilots any time soon. According to Russia’s Centre for Analysis of World Arms Trade (CAWAT) the delivery schedule could be decades away for some purchasing nations. Malaysia won’t get their T-50s until 2035 at the earliest.

And if Americans thought they were alone in questioning the need for an advanced fighter program in today’s drone-filled skies, many Russians are also wondering at the need for their new aircraft.

“There is no mission and no adversary for such plane,” Russian defence analyst Konovalov says. “It would be more expedient to fit modern avionics to older generation jets.” [Business Insider]

 

The government’s commitment to transparency on the F-35 is being called into doubt amid questions over its refusal to release a “public” report, and suggestions it plans to announce a decision over the controversial stealth fighter in the dead of summer.

Cabinet ministers are reviewing the information they received in April after ordering military officials back to the drawing board to reassess the F-35 and its main competitors, Public Works Minister Diane Finley said Tuesday.

Yet with less than three weeks until Parliament rises for the summer, Finley is refusing to provide a timeline for when a decision will be made on whether the government will move ahead on purchasing the F-35 without a competition.

The government is also refusing to release a report that was intentionally stripped of sensitive material so it could be read by Canadians. That document was key to the promise of more openness in the process for replacing Canada’s aging CF-18 fighter jets.

“Our primary goal is to ensure that the men and women in uniform get the equipment they need to do the job that we ask,” Finley said in the House of Commons. “Once we have made a decision we will announce it, and the reports will be released.”

NDP defence critic Jack Harris suggested the government’s refusal to provide more information is undermining the government’s promised new approach after Auditor General Michael Ferguson raised serious concerns about the F-35 project two years ago.

“From cost overruns and delays to secrecy about the cost of the project, Canadians either do not trust the project or the process used or the government itself,” Harris said in the House of Commons.

“The minister was happy to tell (defence industry representatives) that there would be a decision in the next few weeks, but she has not commented on what will happen here in the House.”

The Conservative government first announced that Canada would be buying 65 F-35s for $16 billion in July 2010, when many Canadians were on vacation. It has since been revealed that the full cost of the F-35s could top $45 billion. [Ottawa Citizen]

 

Even as Lockheed Martin 's ( LMT ) F-35 stealth fighter sets flight-test milestones, the defense contractor is busy securing space contracts.

This prediction model is worth noting because it nearly triples the market's average yearly gain.

The Navy on Monday successfully test-launched from a submarine two missiles built by Lockheed. That marked the 150th successful test launch and set a new reliability record for large ballistic missiles, according to the aircraft and defense gear maker.

This week, Lockheed is slated to deliver an F-16 fighter jet to Iraq, the first of 36 the country ordered in 2011 and 2012.

On Monday, the Bethesda, Md.-based company landed a $914.7 million contract from the Department of Defense to track space junk for the U.S. Air Force's Space Fence program. It defeated rivalRaytheon ( RTN ), which had also bid for the contract.

Late last month Lockheed said it's buyingAstrotech 's ( ASTC ) Space Operations business, which provides satellite launch preparation services, for $61 million. [NASDAQ]

 

In three separate flight tests on May 27, Lockheed Martin F-35 Lightning II aircraft demonstrated air-to-air combat capability, completed the first flight test with the next level software load, and accomplished a landing at the maximum test speed and drop rate.

In the Point Mugu Sea Test Range airspace off the Central California coast, an F-35B demonstrated the jet's air-to-air combat capability when it sequentially engaged two aerial targets with two AIM-120 Advanced Medium Range Air-to-Air Missiles (AMRAAM) during a Weapon Delivery Accuracy mission.

Test pilot Lt. Col. Andrew "Growler" Allen tracked two maneuvering drone targets, making the very first dual AMRAAM shot from any F-35 variant, and the first live AMRAAM shot from the F-35B Short Take Off and Vertical Landing (STOVL) variant.

"The U.S. Marine Corps, which operates F-35Bs, will be the first military service branch to attain combat-ready Initial Operational Capability (IOC) in 2015," said J.D. McFarlan, Lockheed Martin's vice president for F-35 Test & Verification. "This Weapon Delivery Accuracy test highlighted the air combat capability that will give Marine aviators a decisive combat edge in contested airspace."

The F-35's internally-carried AIM-120 AMRAAMs are a beyond-visual-range air-to-air missile capable of all-weather day-and-night operations and considered a "fire-and-forget" missile using active target radar guidance.

Flying from Edwards Air Force Base, an F-35A flew a 1.9 hour mission with the first-ever load of Block 3i hardware and software. Block 3i is the next level of capability and is planned to support U.S. Air Force F-35A IOC in 2016. [Lockheed Martin]

 

Turkish President Abdullah Gul will inaugurate an engine factory in western Izmir province on Friday which will produce engine parts for the world's most advanced aircraft, the U.S. fighter jet F-35.

The factory, a joint enterprise with Turkey's Kale group and American aerospace manufacturer Pratt & Whitney, is expected to employ around 700 to 750 people.

Turkey’s Under-secretariat for Defense Industries and Pratt & Whitney signed a letter of intent last month for the establishment of an F-35 engine center for the fighter jets in Turkey.

F-35s are a family of advanced fighter jets with the capability of avoiding radar detection. The A-variant is built for traditional air force bases. The factory will produce critical engine components for the F-35 Lightning II aircraft - the world's most advanced aircraft. The aircraft's components will be produced in Turkey and in other countries and will be assembled in the U.S.

Kale group owns 51 percent of the factory and Pratt & Whitney owns 49 percent. The first batch of investment, worth US$75 million, is completed and two more batches are expected.

Turkey, which has been in the Joint Strike Fighter program from the concept development phase, has contributed to the system development and demonstration and production sustainment and follow-on development phases as a partner nation. [World Bulletin]

Partager cet article
Repost0
5 juin 2014 4 05 /06 /juin /2014 11:54
photo 3i3s.org

photo 3i3s.org

 
jeudi 29 mai Aerobuzz.fr

 

Deloitte renforce son expertise en Aerospace & Defense et annonce l’arrivée de Philippe Boissat (53 ans) en tant que senior advisor. En appui aux équipes en place, il viendra continuer le développement de l’offre et consolider la position du cabinet sur ce secteur. Ancien Directeur grands comptes EADS chez Altran, Philippe Boissat est, par ailleurs, Président de l’International Independent Institute for Satellite and Aerospace Solutions (3i3s) depuis 2005.

 

Suite de l'article

Partager cet article
Repost0
5 juin 2014 4 05 /06 /juin /2014 06:20
X-47B UAV To Conduct Test Flights With F-18s


June 3, 2014 by David Pugliese
 

Navy Times has this article on the U.S. Navy’s X-47B which heads to the fleet later this summer for the next step of testing: landing and taking off alongside manned aircraft.

 

More from the article:

 

This summer, the X-47B goes back out to sea with the carrier Theodore Roosevelt to complete takeoffs and landings from a moving carrier with jets in the pattern.

“The next step is to operate the aircraft in the pattern with a manned counterpart,” said Capt. Beau Duarte, Unmanned Combat Air Systems Demonstration program manager for Naval Air Systems Command. “We’ll have a couple of F/A-18s, so we can evaluate the ability to land and clear the landing area, see if we can mimic the time lines that are required for manned aircraft.”

So far, the testing has consisted of perfecting taxi, takeoff and landing routines — first from land, then from a land-based catapult, and now from a catapult on an aircraft carrier at sea.

 

Full story her

 

Partager cet article
Repost0
3 juin 2014 2 03 /06 /juin /2014 12:55
Neuilly : Thalès déménage à La Défense (en 2015)

 

 

02.06.2014 Florence Hubin – LeParisien.fr

 

Après l’annonce la semaine dernière par Foncière des régions de l’arrivée prochaine des équipes de la société Groupon dans la tour CB21, c’est au tour des propriétaires de la tour Carpe Diem -Aviva et Predica- d’officialiser la signature d’un bail avec le groupe Thales. Ce géant de l’électronique -spécialisé dans l’aérospatial, la défense et les technologies de l’information- a choisi de franchir la Seine et de quitter Neuilly, où est actuellement installé son siège, pour La Défense.

 

Quelque six cents collaborateurs du groupe emménageront ainsi début 2015 sur 10 000 m², entre le 27ème et le 34 étage de la tour Carpe Diem, qui en compte 38 au total. D’une capacité totale de 3 000 postes de travail, le bâtiment, dont lentrée principale est accessible à pied aussi bien depuis le parvis de La Défense que depuis le boulevard circulaire, côté Courbevoie, compte encore 34 000 m² à louer.

 

Suite de l’article

Partager cet article
Repost0
2 juin 2014 1 02 /06 /juin /2014 10:55
photo Thales Group

photo Thales Group

 

par Alain Establier -“SECURITY DEFENSE Business Review” n°107, daté du 03/06/2014

 

SDBR : Vous êtes directeur général, Opérations et Performance du groupe Thales, pouvez-vous nous préciser votre champ de responsabilité ?

 

Patrice Caine : Jean-Bernard Levy, le président de Thales, m’a confié quatre grandes missions : la conduite des Opérations ainsi que la Performance, la conduite de nos activités en Europe et enfin l’animation de nos comptes clients clés en France, qui représentent trois quart des 3 milliards de prises de commandes annuelles réalisés en France. En entrant un peu plus dans le détail des Opérations, il s’agit du pilotage des grandes fonctions opérationnelles du groupe, principalement l’ingénierie, l’industrie, les achats, la qualité, les offres et projets, l’environnement, et les services. Ces fonctions sont bien évidemment «instanciées» dans nos six lignes d’activité mondiales et dans nos pays. Concernant le pilotage de nos activités en Europe, cela regroupe l’ensemble des pays européens à l’exception du Royaume-Uni, directement rattaché à Jean-Bernard Levy, de l’Allemagne et des Pays-Bas, rattachés chacun à un membre du Comité exécutif du Groupe.

 

Pourquoi ces rattachements individualisés de certains pays?

 

Nous avons souhaité redonner du poids aux lignes de produits et aux métiers mondiaux. Pour autant, dans une organisation matricielle, il y a un équilibre à préserver et donc un rôle important à jouer par les «géographies». De ce fait, tous les pays émergents ou émergés ont été placés sous la responsabilité de Pascale Sourisse en charge du Développement International. Tous les pays de l’Union Européenne, hors les trois que nous avons déjà cités sont placés sous ma responsabilité. Enfin, les États-Unis, le Canada et l’Australie, à l’instar du Royaume Uni, de l’Allemagne et des Pays-Bas déjà mentionnés sont rattachés chacun à un membre du Comex.

 

Alors parlons, si vous le voulez bien, de la performance…

 

La performance est portée par le plan «Ambition Boost», qui embrasse les trois dimensions du Groupe : la dimension Métier, la dimension géographique que nous venons d’évoquer et la dimension Fonction. L’amélioration de notre performance est un travail sans fin. Avec «Ambition Boost», nous inscrivons la performance comme le moteur de notre vision stratégique à 10 ans, «Ambition 10». Cette ambition stratégique partagée a été construite grâce à une démarche collective inédite qui a réuni plus de 400 cadres du Groupe. Notre programme de performance embrasse les trois piliers stratégiques d’«Ambition 10» : le pilier «croissance», le pilier «compétitivité» et le pilier relatif aux talents et à la dimension humaine. «Ambition 10» fixe en quelque sorte le cap et le point d’arrivée. Le plan de performance  «Ambition Boost», lui, est le moteur de cette ambition, la feuille de route qui définit les actions concrètes à mettre en place et les jalons à atteindre d’ici les prochaines années. Le précédent plan, Probasis, a continué à produire ses effets sur 2013 et  2014. Au-delà, c’est «Ambition Boost» qui prend le relais. Nous pourrons donc en mesurer les premiers effets à partir de 2015 et sur les années qui suivent.

 

Quels sont les faits marquants dans les pays d’Europe sous votre responsabilité ?

 

Il y a des traits communs. Dans bon nombre de ces pays, nous avons des implantations industrielles significatives : Italie (plusieurs milliers de collaborateurs), Espagne (un millier), Roumanie (quelques centaines), etc. Nos activités y relèvent soit du domaine des transports (apportées par Alcatel en 2008), soit du domaine de la défense (achetées à la fin des années 90), soit des deux. Nous devons aussi faire monter dans la chaîne de la valeur nos filiales, en même temps que nous devons ouvrir celles spécialisées en transport aux activités de défense et celles spécialisées en défense aux activités de transport. Enfin, ces pays partagent une monnaie, des standards OTAN  pour la Défense, des standards ETCS pour le Transport, etc. Ce sont des pays où nous ne pouvons espérer des taux de croissance que l’on rencontre dans les pays émergents, mais nous devons être capables d’y croître entre 2 et 4%, selon les pays, de manière régulière et en ayant des bases de R&D qui servent plus largement les marchés à travers le globe. Par ailleurs, il y a certains pays d’Europe où nous jouissons d’une forte croissance, c’est-à-dire supérieure à 5%. En Pologne, par exemple, où les investissements relatifs aux infrastructures de transport ferroviaire sont très importants.

 

En France, en matière de Défense, existe beaucoup d’inquiétude sur le niveau des investissements pour les 3 ans à venir. Que pouvez-vous nous en dire ?

 

Nous sommes dans une situation paradoxale. Nos 35 000 salariés en France illustrent parfaitement ce que la France, voire bien d’autres pays à l’étranger, appellent de leurs vœux : des emplois de haute technologie, par nature difficilement délocalisables, des emplois «qui exportent» dans le monde entier grâce à l’excellence technologique et à la qualité de nos produits et solutions. Mais pour cela, nous avons absolument besoin d’un soutien fort du Ministère de la Défense et de ses investissements au travers de la Loi de Programmation Militaire. Je veux donc croire que les bonnes décisions seront prises, nous donnant les moyens de préserver en France l’excellence industrielle et technologique que beaucoup nous envient.

 

Que faut-il penser du potentiel du marché indien, dans sa nouvelle donne politique issue des dernières élections ?

 

Thales poursuit de très nombreuses opportunités commerciales en Inde qui se chiffrent potentiellement en milliards d’euros, et ceci dans de très nombreux domaines. Les élections en Inde ne devraient pas, selon nous, changer la posture de ce grand pays vis-à-vis de son budget de défense et des industriels étrangers. Nous allons donc continuer à nous développer en Inde qui reste, pour les prochaines années, un des pays cibles de notre plan stratégique.

 

Y a-t-il des arbitrages à rendre dans le portefeuille des produits du groupe Thales ?

 

Aujourd’hui, le portefeuille d’activités de Thales est très cohérent et fait vraiment sens: cohérence dans ses métiers, cohérence dans ses lignes de produits, cohérence dans ses technologies. Nous pensons que nous sommes parfaitement armés pour les développer et offrir à nos clients des propositions leurs apportant de la valeur. La question que nous nous posons est plutôt de savoir s’il y a des métiers qui peuvent venir compléter les nôtres afin d’apporter encore plus de valeur à nos clients; c’est l’exemple de LiveTV, spécialiste américain de la connectivité pour les avions, que Thales a acquis en mars dernier. Cette acquisition ciblée complète parfaitement notre offre existante en matière de divertissement à bord ou IFE («In-Flight Entertainment»). C’est une acquisition offensive qui nous permet d’allier, à nos solutions en matière d’IFE, une offre de service en matière de connectivité à bord des avions. Nous pouvons ainsi proposer des solutions combinées et donc un service complet aux compagnies aériennes: choisir et regarder ses films à bord, ou écouter la musique de son choix mais aussi surfer sur internet, récupérer ses données personnelles de type mail, etc. Le marché est en train de s’orienter dans cette voie, et nous sommes très satisfaits de cette acquisition.

 

Est-ce dans cet esprit que vous être en train d’acquérir l’activité cybersécurité d’Alcatel-Lucent ?

 

Oui, absolument, la logique est similaire. Il s’agit d’une acquisition, doublée d’un partenariat stratégique avec Alcatel-Lucent, qui va nous permettre de compléter nos solutions de cybersécurité et de sécurité des communications. Cette activité représente environ 90 personnes. Alcatel-Lucent, de son coté, bénéficiera avec ce partenariat stratégique des fonctionnalités de sécurité avancées pour son propre portefeuille de solutions et produits et renforcera ainsi son offre vis-à-vis de ses clients dans les réseaux sécurisés.

 

Que mettrez-vous en avant au salon Eurosatory cette année ?

 

Nous allons évidemment montrer tous les progrès accomplis par le système de drone tactique Watchkeeper depuis la dernière édition il y a deux ans. Le système Watchkeeper est une très belle réussite technique, industrielle et opérationnelle au profit de l’Armée de Terre Britannique: il a obtenu à l’automne dernier sa certification lui permettant d’opérer dans l’espace aérien civil britannique, et il a été déclaré opérationnel par le MoD britannique en mars dernier, enfin, il est censé être déployé très prochainement en opération. Le Watchkeeper occupera donc une place particulière sur notre stand. Nous mettrons aussi en avant nos avancées en matière de radios logicielles militaires, notamment grâce au contrat CONTACT signé à l’été 2012 avec le MINDEF; CONTACT est destiné à équiper l’ensemble des forces armées françaises de postes radio de nouvelle génération, successeur des postes existants, en particulier pour les communications tactiques terrestres avec les PR4G , véritable succès mondial. Grâce à la France, Thales est plus que jamais leader européen en matière de radios communication militaire. Enfin, nous présentons bien sûr aussi le «Hawkei», véhicule léger de 7 tonnes, aéromobile, conçu pour être rapidement déployé sur les théâtres d’opération, conçu et fabriqué dans notre filiale australienne. Nous avons de gros espoirs de vendre ce véhicule à de nombreuses armées ou forces de sécurité dans le monde.

 

Indépendamment de la conjoncture géopolitique, y a-t-il un futur possible de collaboration technologique avec l’industrie russe ?

 

Je ferais la différence entre nos activités militaires et nos activités civiles. Dans le domaine militaire, comme vous le savez, nos exportations sont totalement encadrées par les gouvernements des pays dans lesquels se situent tels ou tels de nos produits. La Russie est potentiellement un grand marché en matière de défense mais les perspectives de développement ne dépendent donc pas uniquement de Thales. Dans le domaine civil, qui n’est pas soumis aux mêmes règles, nous souhaitons pouvoir nous développer ou continuer à nous développer dans plusieurs domaines: le spatial où nous avons, grâce à Thales Alenia Space, une collaboration longue et fructueuse avec l’industrie spatiale russe; dans le transport et particulièrement le transport ferroviaire où les besoins en matière d’infrastructures nouvelles ou de rénovation des infrastructures existantes sont considérables; dans le domaine du contrôle du trafic aérien enfin, où il existe aussi des besoins très importants. Les opportunités sont multiples. A nous de les saisir !

Partager cet article
Repost0
27 mai 2014 2 27 /05 /mai /2014 18:56
Airbus Group: les actionnaires entérinent le changement de nom

 

27.05.2014 Romandie.com (AWP)

 

Paris (awp/afp) - Les actionnaires d'Airbus Group, réunis à Amsterdam, ont officiellement approuvé mardi le changement de nom de l'entreprise, selon un communiqué du groupe européen d'aéronautique et de défense.

 

"Le changement de nom d'European Aeronautic Defence and Space Company EADS à Airbus Group prendra juridiquement effet le 2 juin", indique le communiqué, rappelant que depuis le 1er janvier, l'entreprise exerce déjà son activité sous son nouveau nom.

 

Le 31 juillet 2013, le groupe avait annoncé l'adoption du nom d'Airbus Group, nom de sa filiale la plus connue, et un regroupement de ses activités défense et espace pour améliorer sa compétitivité.

 

Les actionnaires ont par ailleurs approuvé mardi le dividende proposé de 0,75 euro par action (+25%) pour l'exercice écoulé. Le paiement de ce dividende interviendra le 3 juin.

 

En 2013, Airbus Group a dégagé un bénéfice net de 1,5 milliard d'euros sur un chiffre d'affaires de 57,6 milliards. L'entreprise, qui comprend l'avionneur Airbus, le spécialiste de la défense et de l'espace Airbus Defence and Space et Airbus Helicopters, compte un effectif d'environ 139.000 personnes.

Partager cet article
Repost0
27 mai 2014 2 27 /05 /mai /2014 18:55
Maquette Nicetrip vue de face dans la soufflerie S1MA

Maquette Nicetrip vue de face dans la soufflerie S1MA

 

26.05.2014 – Aérodynamique – ONERA

 

Des essais sur une maquette de convertible, c'est-à-dire la configuration aérodynamique d’un avion où les rotors peuvent basculer, viennent de se terminer dans la grande soufflerie ONERA S1MA à Modane.

 

Ces essais réalisés sur une maquette grande échelle s’inscrivent dans le projet européen NICETRIP dont l'objectif est  d’étudier la faisabilité technologique d’un convertible civil. Des projets futurs devront permettre la réalisation d'un démonstrateur de vol en Europe.

 

L'étape essais en soufflerie était indispensable pour l'architecture compliquée de cette configuration à demi-aile basculante et en particulier pour y évaluer le comportement à haute vitesse et dans les phases de basculement du rotor. La soufflerie S1MA par sa taille et sa puissance était particulièrement bien adaptée pour ces essais. Les méthodes de mesure dont dispose l'ONERA ont été pleinement utilisées. Les essais sont complémentaires des activités de simulation numérique en aérodynamique. Ces calculs, réalisés sur la base de la plateforme logiciel elsA de l'Onera, permettent des conceptions nouvelles et d'optimiser les formes des différents éléments constitutifs de l'ensemble (pales des rotors en particulier). Grâce aux essais et aux calculs la validation de l'architecture globale a pu être effectuée.

 

Cette activité a impliqué les industriels Agusta et Eurocopter.

 

Maquette Nicetrip en configuration avion, montée sur dard droit et tripode dans le chariot n°2 de la soufflerie S1MA.

Maquette Nicetrip en configuration avion, montée sur dard droit et tripode dans le chariot n°2 de la soufflerie S1MA.

Partager cet article
Repost0
27 mai 2014 2 27 /05 /mai /2014 12:50
RAF's new surveillance aircraft takes to the skies

A Rivet Joint RC-135W aircraft at RAF Waddington [Picture: Sergeant Si Pugsley RAF, Crown copyright]

 

27 May 2014 Ministry of Defence and Defence Equipment and Support

 

A Rivet Joint surveillance aircraft has been flown in UK airspace by an RAF aircrew for the first time.

 

Pictures released by MOD show a UK Rivet Joint RC-135W signals intelligence aircraft taking off from RAF Waddington in Lincolnshire. The aircraft is one of 3 that MOD is buying from the US which, as part of the Airseeker programme, will provide the UK with a world class real-time signals intelligence and surveillance capability for forces in the air and on the ground.

The aircraft not only gathers data and vital intelligence using advanced sensor technology, but it is also able to carry out onboard analysis and distribute the information to be exploited by assets on the ground via its high-tech communications suite.

Since 2011, members of the RAF’s 51 Squadron have been operating United States Air Force Rivet Joint aircraft and ground stations to familiarise themselves with the aircraft and its capability.

Defence Secretary Philip Hammond said:

These highly specialised aircraft and their supporting ground systems, bought off-the-shelf, provide Britain with a first-class intelligence-gathering capability that is value for money and another key part of our ability to interoperate with the US.

Having jointly operated US aircraft with British and American personnel for 3 years, this proven strategic intelligence and surveillance capability will be an excellent addition to the RAF’s fleet.

A Rivet Joint RC-135W aircraft in flight over RAF Waddington
A Rivet Joint RC-135W aircraft in flight over RAF Waddington [Picture: Sergeant Si Pugsley RAF, Crown copyright]

The 3 aircraft, converted by L-3IS in Greenville, Texas, from a Boeing KC-135 tanker, have been bought directly from the US government at a cost of around £650 million.

The MOD’s Chief of Materiel (Air), Air Marshal Simon Bollom, who oversaw the procurement of the aircraft, said:

The first flight of the UK’s Rivet Joint RC-135W aircraft, as part of the Airseeker programme with an RAF crew, is a proud moment for all in the Defence Equipment and Support team who have worked, and continue to work, so hard to deliver this outstanding capability to the front line.

We have procured an aircraft with a proven track record which has been successfully operated by the United States Air Force, with RAF crews under co-manning arrangements, for a number of years.

We have worked very closely with our colleagues in the US on this project and today’s first flight signifies the commencement of a new and potent air ISTAR (intelligence, surveillance, target acquisition and reconnaissance) capability in the RAF inventory.

Airseeker

The Airseeker capability, comprising all 3 UK Rivet Joint RC-135W aircraft and ground exploitation systems, operated by their highly skilled aircrews, ground crews and analysts, is due to be fully operational by mid-2017.

Airseeker joins the RAF’s ISTAR Force, which includes Sentry, Shadow, Sentinel and Reaper as well as the reconnaissance capabilities of our fighter aircraft.

Partager cet article
Repost0
26 mai 2014 1 26 /05 /mai /2014 07:20
New light attack jet to be showcased at air shows
A new sub-sonic light attack aircraft first flown in December is to participate in two international air shows in Britain in July, said Textron AirLand LLC.
 

WICHITA, Kan., May 23 (UPI)

 

A new light attack and intelligence, surveillance and reconnaissance aircraft is being flown next month at air shows in Britain.

Textron AirLand LLC, a joint venture between Textron Inc. and AirLand Enterprises, said its Scorpion aircraft will be flown at the Royal Air Tattoo from July 11 to 13, and then at the Farnborough International Air Show, which begins July 14.

"We're confident that the Scorpion will excel in its first international flights, travelling about 4,700 nautical miles to the UK this July," said Bill Anderson, president of Textron AirLand. "The aircraft has passed all of its early testing milestones, and now we're excited about demonstrating its long-range performance.

The Scorpion was first flown in December and has since completed 41 test flights. It's 43.6 feet long, has a wingspan of 47.3 feet and a maximum speed of about 518 miles per hour. It is designed for a two-person crew.


 
Partager cet article
Repost0
25 mai 2014 7 25 /05 /mai /2014 11:50
photo UK MoD

photo UK MoD

 

25 avr. 2014 royalairforce

 

Watch this video to go behind the scenes at Airbus Defence and Space, to see the progress being made on the A400M programme.

Partager cet article
Repost0
25 mai 2014 7 25 /05 /mai /2014 11:50
photo UK MoD

photo UK MoD

 

25 avr. 2014 royalairforce

 

Watch this video to go behind the scenes at Airbus Defence and Space, to see the progress being made on the A400M programme.

Partager cet article
Repost0
19 mai 2014 1 19 /05 /mai /2014 12:56
Rapport Annuel 2013 de l'ONERA on-line

 

15.05.2014 ONERA

 

Découvrez la version on-line du Rapport Annuel ONERA 2013. Un regard synthétique qui vous donnera un aperçu de l’éventail des activités de l’ONERA au travers de quelques projets phares de 2013.

 

La nouvelle version du rapport annuel ONERA, en ligne ici

Partager cet article
Repost0
18 mai 2014 7 18 /05 /mai /2014 19:50
Gripen : la claque des citoyens helvétiques au suédois Saab

 

18/05 Par Alain Ruello

 

Par 53,4 % des voix, les Suisses ont rejeté le projet d’achat de 22 exemplaires de l’avion de combat Gripen du suédois Saab pour 3,1 milliards de francs suisses.

 

La vente d’un avion de combat n’est jamais un long fleuve tranquille. Le suédois Saab vient d’en faire l’amère expérience : par 53,4 % des voix, les citoyens helvétiques ont dit non à l’achat, pour 3,1 milliards de francs suisses, de 22 exemplaires de son Gripen-E de nouvelle génération. Ueli Maurer, le très contesté ministre de la défense, a eu beau assurer qu’il n’y avait pas de plan B au remplacement des 54 vieux F-5 Tiger, rien n’y a fait.

Le verdict n’est qu’une demi surprise, tant ce projet était contesté, et pas uniquement par la Gauche et les Verts. Les opposants au projet n’ont eu de cesse d’affirmer que la Suisse a bien d’autres priorités, sociales notamment, et que les Gripen coûteraient bien plus qu’annoncé. Les 32 F-18 de Boeing encore en service pour de nombreuses années suffiront bien pour la défense aérienne du pays, ont-ils martelé.

La votation de dimanche marque le nième épisode d’un feuilleton qui a démarré en 2007. Cette année là, le conseil fédéral a décidé de remplacer la flotte de Tiger, menacée d’obsolescence car en service depuis 1976. Deux ans plus tard, et à peine élu, Ueli Maurer a fait part de ses doutes sur la capacité pour son pays de financer un tel investissement. A telle enseigne que le projet a été repoussé en 2010. Engageant un bras de fer avec le gouvernement, le Parlement a alors imposé un achat rapide.

 

Pas de nouvel appel d’offres

Bien que n’existant que sur le papier, le Gripen-E de nouvelle génération s’est imposé fin 2011 face au Rafale de Dassault et à l’Eurofighter du trio Bae Systems-Airbus Group-Finmeccanica. A peine la décision connue, une polémique est née sur les performances de l’appareil suédois, non seulement inférieures à celles de ses concurrents, mais surtout insuffisantes pour répondre au cahier des charge de l’armée de l’air suisse (police de l’air essentiellement).

Malgré cette polémique, le gouvernement a poursuivi ses négociations avec Saab. Le financement devait être assuré par une ponction sur des crédits régulier de l’armée, selon l’AFP. C’était sans compter une initiative populaire qui a remporté assez de soutiens pour imposer la votation. Mi-février, l’épisode tragi-comique du détournement d’un avion de ligne d’Ethiopian Airlines, qui a révélé que l’armée de l’air Suisse ne décollait que pendant les heures de bureaux, n’a pas permis aux défenseurs du projet d’imposer leur point de vue.

Avec le non des citoyens, la Suisse ne devrait pas relancer d’appel d’offres avant plusieurs années. Dassault n’a donc aucune chance de revenir dans la course. Pour que son futur Gripen voit le jour, Saab peut encore compter sur le Brésil qui finalise l’acquisition de 36 exemplaires pour 4,5 milliards de dollars. L’achat par Stockholm de 60 exemplaires de l’appareil en dépend.

Partager cet article
Repost0
14 mai 2014 3 14 /05 /mai /2014 07:55
Mise en service opérationnel du premier Falcon 50 MS

 

12 Mai 2014 colsbleus.fr

 

Livré à la Marine par Dassault aviation en septembre 2013, cet aéronef, précédemment dédié à un usage gouvernemental,  a, dans un premier temps, été adapté aux contraintes liées au survol des espaces maritimes (intégration d’une capacité de communication par satellite, d’un radar, d’un FLIR et de deux hublots d’observation). Par la suite, ses nouvelles capacités ont été éprouvées par  une phase d’évaluation opérationnelle, conduite avec succès par le CEPA/10S. Premier exemplaire d’une série de 4, cet avion vient compléter le parc des 4 Falcon 50 Mi (intervention) de la flottille 24F, implantée sur la base d’aéronautique navale de Lann-Bihoué. Il permet à la composante de surveillance et d’intervention maritime (PATSIMAR) de la force de l’aéronautique navale de remonter en puissance après une période de réduction temporaire de capacité liée au retrait de service du Nord 262 en 2009. D’ici 2015, la Marine devrait ainsi disposer, en métropole, d’un dispositif de 4 Falcon 50 Ms et de 4 Falcon Mi.

Partager cet article
Repost0
12 mai 2014 1 12 /05 /mai /2014 16:30
photo Lockheed Martin

photo Lockheed Martin

 

07/05/2014 Helen Chachaty - journal-aviation.com

 

Le sous-secrétariat à l’industrie de Défense turc a annoncé le 6 mai la commande des deux premiers exemplaires de F-35A destinés à équiper l’armée de l’air turque. Les deux avions seront issus du lot de production LRIP-10, au standard block 3F. Les livraisons devraient avoir lieu en 2018.

 

Un site d’assemblage final et de maintenance devrait également être construit pour le moteur du F-35, le F135 de Pratt & Whitney, avec la participation des industriels locaux et du personnel de la Turkish Air Force.

 

La Turquie est partenaire du programme F-35 de Lockheed Martin depuis 1999 et prévoit d’en acquérir 100 exemplaires. Le montant des commandes pourrait atteindre les 16 milliards de dollars.

Partager cet article
Repost0
12 mai 2014 1 12 /05 /mai /2014 11:55
Hausse du CA de l'industrie française aéronautique, spatiale, de défense et de sécurité en 2013

+9% pour le chiffre d'affaires de l'industrie française aéronautique, spatiale, de défense et de sécutité en 2013

 

09 mai 2014 par  Jacques Marouani - electroniques.biz

 

En termes de commandes, 2013 a été une année record avec 73,1 milliards d'euros, soit une progression de 49% par rapport à 2012, principalement grâce au secteur civil qui représente 84% des commandes reçues. Le carnet de commandes global de la profession représente entre 5 à 6 années de production.

 

Marwan Lahoud, président du Gifas (Groupement de l’industrie française aéronautique, spatiale, de défense et de sécurité), vient de présenter les résultats de la profession. Il a précisé que « 2013 a été une nouvelle bonne année avec une progression du chiffre d’affaires de 9% à 47,9 milliards d'euros avec une très forte part à l’exportation de 30,4 milliards d'euros (+11,4%) qui représente 79% du chiffre d’affaires consolidé. Le secteur civil représente 75% du chiffre d’affaires ».

 

En termes de commandes, 2013 a été une année record avec 73,1 milliards d'euros, soit une progression de 49% par rapport à 2012, principalement grâce au secteur civil qui représente 84% des commandes reçues. Le carnet de commandes global de la profession représente entre 5 à 6 années de production. « Ces performances permettent à la profession de dégager, une fois de plus, le premier solde excédentaire de la balance commerciale française en 2013 avec +22 milliards d'euros » a souligné Marwan Lahoud.

 

Les équipementiers et PME de la Supply Chain française sont au rendez-vous et obtiennent en 2013 de bons résultats avec un chiffre d’affaires estimé de 15,1 milliards d'euros (+7% à périmètre constant) et 13,3 milliards d'euros de commandes (+12%).

 

Il est à noter que le Gifas regroupe aujourd’hui 332 membres (dont principalement 157 équipementiers et 143 PME), soit une centaine d’adhérents supplémentaires, en moins de dix ans.

 

2013 est aussi une année record en termes d’emplois avec 177 000 hommes et femmes dans la profession (170 000 en 2012), 13 000 recrutements et 6 000 emplois nets créés et 1 000 personnes de plus du fait des nouveaux adhérents au Gifas.

 

« Après trois années toniques, 2014 constituera un « temps de respiration » dans la politique de recrutement de la profession » a déclaré Marwan Lahoud. Les prévisions 2014 sont de l’ordre de 10 000 recrutements (par rapport à 15 000 en 2012 et 13 000 en 2013) mais avec encore un solde positif de créations nettes d’emplois.

 

On note aussi une nette progression de la formation en alternance avec près de 6 000 jeunes en alternance début 2014 (+8% par rapport à début 2013 et +50% par rapport à 2010).

En 2014, le niveau élevé d’embauches des jeunes sera maintenu et 300 d’entre eux bénéficieront d’un parcours partagé d’apprentissage entre une grande entreprise et une PME, favorisant ainsi la qualité de leur formation et leur insertion professionnelle dans la filière.

 

Elément clé de la compétitivité, Marwan Lahoud a rappelé que la parité euro-dollar était très défavorable pour la profession qui exporte 80% de sa production et qui a 70% de son personnel en France. Une variation de 10 cts de l’euro entraîne une baisse de 2% en moyenne de marge opérationnelle sur le chiffre d’affaires. La parité idéale se situerait à 1€ pour 1,20 dollar.

 

Le président du Gifas a ensuite évoqué le niveau élevé de R&D « qui est maintenu et qui conforte l’avenir du secteur, avec la volonté de l’Etat de poursuivre dans la voie du co-investissement ». La R&D globale de la profession représente l’équivalent de 14% du chiffre d’affaires, dont 70% sont autofinancés par les industriels.

Partager cet article
Repost0
8 mai 2014 4 08 /05 /mai /2014 16:30
First Iraqi F-16 Completes First Flight

 

 

May 8, 2014 ASDNews Source : Lockheed Martin Corporation

 

Lockheed Martin (NYSE:LMT) successfully completed the first flight of the inaugural F-16 Fighting Falcon for the Iraq Air Force. The jet is the first of 36 F-16 Block 52 aircraft on order through the U.S. Department of Defense for Iraq.

 

With more than 4,540 F-16s delivered to date, the Foreign Military Sale to Iraq adds to the F-16’s reputation as the world’s most versatile and affordable 4th generation multi-role fighter. Lockheed Martin’s F-16 production line is expected to continue through 2017, with major upgrades being incorporated for all F-16 versions.

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories