Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
8 mai 2014 4 08 /05 /mai /2014 16:30
Le premier F-16 irakien prend son envol

Le premier F-16D destiné à l'Irak a fait son vol inaugural le 2 mai photo Lockheed Martin

 

07/05/2014 par Guillaume Steuer – Air & Cosmos

 

Il devrait être le premier d'une série de 36 appareils : le F-16D immatriculé IAF1601 a effectué son vol inaugural le 2 mai au départ de l'usine Lockheed Martin de Fort Worth, dans le Texas, selon un communiqué publié aujourd'hui par l'avionneur américain.

 

La livraison des appareils à la force aérienne renaissante de Bagdad devrait commencer "plus tard dans l'année", d'après l'industriel.

 

D'après la demande FMS déposée devant le Congrès américain en 2010 pour un premier lot de 18 appareils (suivi l'année suivante par un second lot de même ampleur), ces appareils devraient être au standard F-16C/D Block 52 et dotés de capacités multirôles. Les informations diffusées alors par l'agence de coopération et de défense américaine (DSCA) faisaient alors état d'un armement plutôt rudimentaire, composé de missiles air-air à guidage semi-actif AIM-7 Sparrow ou bien encore de missiles air-sol AGM-65 Maverick.

Partager cet article
Repost0
8 mai 2014 4 08 /05 /mai /2014 11:56
51ème Salon du Bourget : ouverture des inscriptions

 

7 mai Aerobuzz.fr

 

Le Salon International de l’Aéronautique et de l’Espace Paris-Le Bourget se tiendra, pour sa 51ème édition, du 15 au 21 juin 2015 au Parc des expositions de Paris-Le Bourget. Les sociétés souhaitant exposer au prochain Salon du Bourget peuvent dès à présent s’inscrire sur le site internet du salon. Pour cette nouvelle édition, la première société à avoir rempli son formulaire d’inscription est le groupe français Asquini Sofop Aéronautique (620 salariés, CA 71 M€) présent à la chaque édition du salon du Bourget depuis 30 ans

Partager cet article
Repost0
7 mai 2014 3 07 /05 /mai /2014 07:45
US military aid to Egypt again halted; C295 deliveries continue

 

05 May 2014 defenceWeb (Reuters)

 

US Senator Patrick Leahy, chairman of the Senate subcommittee that oversees foreign aid, said on Tuesday last week that he would not approve sending funds to the Egyptian military, denouncing a "sham trial" in which a court sentenced 683 people to death.

 

The Pentagon on April 22 said that US Defence Secretary Chuck Hagel had told Egyptian Minister of Defence Colonel General Sedki Sobhy that President Barack Obama had approved delivery of ten AH-64 Apache helicopters to support Egypt’s counter-terrorism operations in the Sinai, together with $650 million. Deliveries of F-16C/D fighter jets, M1 Abrams main battle tank kits and Harpoon missiles were still suspended.

 

However, in a speech on the Senate floor on Tuesday, Leahy said that, "I'm not prepared to sign off on the delivery of additional aid for the Egyptian military. I'm not prepared to do that until we see convincing evidence the government is committed to the rule of law."

 

An Egyptian court last Monday sentenced the leader of the Mursi's outlawed Muslim Brotherhood and 682 supporters to death, intensifying a crackdown on the Islamist movement that could trigger protests and political violence ahead of an election this month.

 

Leahy said he would be watching the situation in Egypt with "growing dismay" even if he were not chairman of the State and Foreign Operations Subcommittee, denouncing "a sham trial lasting barely an hour."

 

"It's an appalling abuse of the justice system, which is fundamental to any democracy. Nobody, nobody, can justify this. It does not show democracy. It shows a dictatorship run amok. It is a total violation of human rights," the Vermont Democrat said.

 

The Apaches are not subject to legislative approval, congressional aides said.

 

Washington normally sends $1.5 billion in mostly military aid to Egypt each year, but a U.S. law intended to promote international human rights, written by Leahy, bars funding for governments brought to power via military coup.

 

The Obama administration wavered for months last year over what to call the July events in Cairo. But it cut aid off in October to demonstrate unhappiness after the ouster of Mohamed Mursi, who emerged from the Muslim Brotherhood to become Egypt's first democratically elected leader after a popular uprising ended the 30-year rule of Hosni Mubarak in February 2011.

 

Egypt was due to take delivery of 12 AH-64D Block II Apache Longbow helicopters as part of a deal confirmed in May 2009.

 

Meanwhile, Airbus Defence and Space has continued delivering C295 transport aircraft to Egypt. An eighth Egyptian Air Force C295 was seen transiting Malta on April 4 on its delivery flight from the Airbus factory in Spain.

 

The Egyptian Air Force has ordered 12 C295Ms, with an initial three being ordered in October 2010 and deliveries being completed in November and December 2011. Another three were ordered in March 2012 and another six in January 2013.

 

Airbus Military had planned to deliver this final batch of six by the end of 2013, but on August 28 the Spanish Inter-Ministerial Council on Defence and Dual Use Materiel (JIMDDU) suspended all existing Egyptian defence contracts, saying the move was cautionary and would be reviewed every month following the Egyptian military’s overthrow of Mursi’s democratically elected government on July 3.

 

Deliveries resumed in December, with a seventh example spotted on its delivery flight in Malta on December 3, 2013.

Partager cet article
Repost0
7 mai 2014 3 07 /05 /mai /2014 07:20
Spy plane causes air traffic chaos, says FAA

 

 

6 May 2014 BBC News

 

A U2 spy plane A spy plane used during the Cold War was blamed for computer glitch

 

A spy plane was responsible for a computer glitch that caused air-traffic chaos in western US states last week, the Federal Aviation Administration has revealed.

 

The meltdown occurred when software incorrectly thought the plane was on a collision course with other aeroplanes.

 

The system was overloaded as it struggled to plot new courses for affected aircraft.

 

Hundreds of planes were grounded at Los Angeles International airport.

 

While the system was rebooted, dozens of flights were delayed at smaller airports across the area.

 

Training operations

 

"On April 30 2014, an FAA air-traffic system that processes flight-plan information experienced problems while processing a flight plan filed for a U-2 aircraft that operates at very high altitudes under visual flight rules," FAA spokesman Lynn Lunsford said.

 

She added the computer system had "misinterpreted" the U-2 as a more typical low-altitude flight and become overwhelmed in trying to make sure its flight path did not conflict with other air traffic in the area.

 

"The FAA resolved the issue within an hour, and then immediately adjusted the system to now require specific altitude information for each flight plan," she added.

 

The agency said it had now added more flight-processing memory to the computer system.

 

The Pentagon confirmed on Monday that an Air Force U-2 spy plane had been conducting training operations in the area, adding that "all the proper flight plan paperwork" had been submitted.

 

The U-2 was used to fly reconnaissance missions during the Cold War, and there are plans to retire the planes within the next few years.

Partager cet article
Repost0
6 mai 2014 2 06 /05 /mai /2014 12:55
Prises de commandes en hausse de 10% pour Thales grâce aux pays émergents au premier trimestre 2014

 

 

30 avril 2014 par  Jacques Marouani - electroniques.biz

 

Les nouvelles prises de commandes s'établissent à 2,03 milliards d'euros, en hausse de 10% (+13% à périmètre et taux de change constants). Elles devraient continuer à augmenter, avec une croissance attendue à deux chiffres sur l'ensemble de cette année.

 

Thales vient de publier les chiffres concernant ses prises de commandes et son chiffre d'affaires du premier trimestre 2014. Ils font état d'une progression des prises de commandes qui a été tirée par les marchés émergents.

 

Prises de commandes en hausse de 10% pour Thales grâce aux pays émergents au premier trimestre 2014

Les nouvelles prises de commandes s'établissent à 2,03 milliards d'euros, en hausse de 10% (+13% à périmètre et taux de change constants), tandis que le chiffre d’affaires est resté stable, à 2,40 milliards d'euros.

 

Au 31 mars 2014, le carnet de commandes consolidé se monte à 24 175 M€, soit près de deux années de chiffre d'affaires. Deux grandes commandes d'un montant unitaire supérieur à 100 M€ ont été enregistrées : un contrat d'équipements de satellite d'observation pour un client européen, et un nouveau contrat de sécurité urbaine pour la ville de Mexico.

 

Les prises de commandes dans les marchés émergents affichent de nouveau une forte augmentation (+39% par rapport au premier trimestre 2013) et se montent à 608 M€, soit 30% des prises de commandes totales, contre 24% sur la même période de 2013.

 

Les prises de commandes dans les marchés émergents devraient continuer à augmenter, avec une croissance attendue à deux chiffres sur l'ensemble de cette année, permettant de compenser la baisse des commandes attendue dans les pays matures, notamment en défense. Le chiffre d’affaires devrait demeurer stable en 2014.

Partager cet article
Repost0
2 mai 2014 5 02 /05 /mai /2014 11:50
photo EDA - 2013

photo EDA - 2013

 

01/05/2014 VH - midi-pyrenees.france3.fr avec AFP

 

Les programmes internationaux de défense, comme l'avion de transport A400M ou l'hélicoptère NH90, sont une "horreur" à gérer en raison de la confrontation des intérêts politiques nationaux avec les besoins des industriels, a jugé le patron d'Airbus Tom Enders.

 

"Pour la majorité des acteurs dans l'industrie, les programmes multinationaux sont devenus une horreur parce qu'ils sont très, très difficiles à gérer sur le plan industriel et sur le plan politique", a-t-il affirmé lors d'une intervention devant l'Atlantic Council, un cercle de réflexion de Washington consacré aux questions transatlantiques.

 


Les seuls exemples positifs sont lorsqu'il y a un client principal et un industriel en position de pouvoir choisir librement les fournisseurs, a jugé M. Enders, qui a évoqué les programmes A400M et NH90 comme des "catastrophes" de ce point de vue.

Le programme d'hélicoptère moyen NH90 regroupe un consortium comprenant Airbus, Fokker et AgustaWestland. Pour cet hélicoptère, acheté notamment par la France, l'Allemagne, l'Australie ou encore les Pays-Bas, "nous avons plus de versions que de clients nationaux, imaginez comme cela est efficace", a déploré M. Enders.

Quant à l'A400M, il aura fallu dix ans pour que les sept pays partenaires (Allemagne, France, Espagne, Royaume-Uni, Belgique, Luxembourg et Turquie) viennent à bout des retards et des surcoûts. Une partie de ces difficultés est due au choix d'imposer un consortium européen qui n'avait aucune expérience pour développer les moteurs de l'appareil au lieu de décider de s'en remettre à un fournisseur expérimenté, mais extérieur, selon M. Enders.
 

Tom Enders a notamment mis en garde contre la répétition de telles erreurs si l'Europe devait un jour lancer un programme de drones, un vieux serpent de mer.

Après de nombreuses années dans le secteur, je suis déterminé, en tout cas pour ma société, à ne jamais plus me lancer dans un tel programme consciemment


Le patron d'Airbus a par ailleurs dénoncé la gestion "inefficace" des programmes d'achats en Europe, malgré l'existence de l'Organisation conjointe de coopération en matière d'armement (Occar), un organisme intergouvernemental censé faciliter la gestion des grands programmes d'armement. "Mais les pays maintiennent un contrôle étroit sur l'Occar, les directeurs nationaux pour les acquisitions surveillent jalousement l'Occar pour qu'elle ne devienne pas réellement efficace", a-t-il dénoncé, tout en regrettant la fragmentation de la défense européenne.

Partager cet article
Repost0
30 avril 2014 3 30 /04 /avril /2014 20:50
Cher, très cher Eurofighter Typhoon pour les contribuables allemands - photo Bundeswehr Bicker

Cher, très cher Eurofighter Typhoon pour les contribuables allemands - photo Bundeswehr Bicker

 

30/04/2014 Michel Cabirol – LaTribune.fr (Agences)

 

Selon la Cour fédérale des comptes, le programme d'avions de combat coûtera environ 60 milliards d'euros à l'Allemagne. Soit le double de ce qui avait été prévu.

 

Le programme d'avions de combat Eurofighter coûtera environ 60 milliards d'euros au gouvernement allemand, soit le double de ce qui avait été prévu, estime la Cour fédérale des comptes dans un rapport publié mercredi. Accusé par la Cour des comptes allemande d'avoir sous-évalué le coût total du programme, Berlin a pourtant réduit le nombre d'appareils commandés au consortium piloté par Airbus Group qui produit l'Eurofighter, annulant en février dernier une commande de 37 avions sur un total de 180 unités.

 

Le gonflement du coût total du programme s'explique notamment par la hausse des coûts de maintenance des appareils, écrit la Cour des comptes allemande. Le budget de 11,8 milliards d'euros calculé en 1997 par le ministère allemand de la Défense pour l'achat de 180 appareils, suffirait à en acquérir seulement 140, lit-on dans le rapport.

 

Un coût unitaire à 57 millions d'euros ?

 

En 2011, le coût unitaire d'un Eurofighter avait été évalué à 57 millions d'euros lors de la livraison des premiers appareils. Pourtant le NAO (National Audit Office), la Cour des comptes britannique, avait estimé le coût unitaire à 111 millions de livres (134,8 millions d'euros au cours du 30 avril), dont 72 millions de livres (87,4 millions d'euros) pour le seul coût de production  pour une cible de 160 Typhoon pour la Royal Air Force.

 

L'Eurofighter est régulièrement en concurrence avec deux autres avions de combat européens, le Rafale de Dassault Aviation, dont Airbus Group détient 46 %, et le Gripen du suédois Saab dans des appels d'offres internationaux. Et si jusqu'ici il a toujours été moins bien classé face au Rafale quand ils étaient confrontés dans des appels d'offre, l'Eurofighter, contrairement à l'avion français, a été exporté à plusieurs reprises (Arabie Saoudite, Autriche, Oman).

Partager cet article
Repost0
29 avril 2014 2 29 /04 /avril /2014 12:55
2013 année record pour l’Industrie française aéronautique, spatiale, de défense et de sécurité

 

28 avril Aerobuzz.fr

 

En termes de commandes, 2013 est une année record pour l’Industrie Française Aéronautique, Spatiale, de Défense et de Sécurité, avec 73,1 Md€ de commandes soit une progression de 49% par rapport à 2012, principalement grâce au secteur civil qui représente 84% des commandes reçues. Le carnet de commandes global de la profession représente entre 5 à 6 années de production. « Ces performances permettent à la profession de dégager, une fois de plus, le premier solde excédentaire de la balance commerciale française en 2013 avec +22 Md€ » a souligné Marwan Lahoud, président du GIFAS.

 

Le chiffre d’affaires de l’Industrie Française Aéronautique, Spatiale, de Défense et de Sécurité s’élève à 47,9 Md€ (+9% à périmètre constant) avec une très forte part à l’exportation de 30,4 Md€ (+11,4%) qui représente 79% du chiffre d’affaires consolidé. Le secteur civil représente 75% du chiffre d’affaires.

 

2013 est aussi une année record en termes d’emplois avec 177.000 hommes et femmes dans la profession (170.000 en 2012), 13.000 recrutements et 6.000 emplois nets créés et 1.000 personnes de plus du fait des nouveaux adhérents au GIFAS.

Partager cet article
Repost0
29 avril 2014 2 29 /04 /avril /2014 07:20
JSF : mise à jour de la catastrophe

 

28/04/2014 - Bloc-Notes - dedefensa.org

 

Le mois dernier, le rapport annuel du General Accounring Office donnait de bonnes nouvelles pour le JSF. Pour la première fois, il était annoncé que le prix probable de l’avion baissait de 7%. La nouvelle fut longuement acclamée par la presse-Système spécialisée, sur des sites tels que Breaking Defense et Defense One. Lockheed Martin (LM) et le chef du JSF Program Office (JPO) du Pentagone, le général de l’USAF Christopher Bogdan, surent profiter de cette occasion, qui impliquait le GAO avec sa bonne réputation et sa rigueur comptable, et jusqu’alors toujours très sévère pour le JSF ; ils annoncèrent de concert que le JSF, alias F-35, coûterait finalement autour de $75 millions l’exemplaire, loin des prévisions qualifiées de “catastrophiques” de $150/$200 millions l’exemplaire. En passant, on nous rassura : si quelques problèmes techniques subsistaient, notamment celui du développement et de l’intégration du software (question fondamentale pour l’avion, qui est totalement contrôlé par son ensemble électronique), ils étaient en bonne voie d’être résolus.

 

Winslow Wheeler, ancien fonctionnaire du Congrès qui a également travaillé au GAO, spécialiste du décryptage des labyrinthes bureaucratiques et financiers du Pentagone, intervient pour mettre les choses au point. Il le fait avec d’autant plus d’efficacité que le rapport annuel SAR (Selected Acquisition Reports) du Pentagone qui vient d'être publié la semaine dernière donne, lui, une image particulièrement grinçante et pessimiste de l’état d’avancement du programme. Wheeler publie un long article, extrêmement technique et précis, dans CounterPunch du 25-27 avril 2014. Nous donnons deux extraits de cet article, qui permet de revenir à la vérité de la situation du JSF, avec la précision embarrassante pour le GAO et sa réputation d’intégrité, que cet organisme (équivalent US de la Cour des Comptes française) a accepté sans vérification semble-t-il des chiffres vieux de deux ans de la part de LM et du JPO du Pentagone. Le fait conduit à émettre quelques doutes sur la capacité et/ou l’intégrité des analystes du GAO chargés du dossier, ce qui signifierait éventuellement que l’appareil de corruption vénal et/ou psychologique (psychologique surtout) aurait pénétré ce qui était jusqu’alors considéré comme l’ultime forteresse d’intégrité dans l’observation de la gestion des productions du système de l’américanisme.

 

«Last week the Defense Department released its new Selected Acquisition Reports (SARs) on its major weapon programs. These annual reports are the Pentagon’s effort at definitive cost analysis; they come in two forms: the summary data on all 77 of DOD’s Major Defense Acquisition Programs (MDAPs) and separate reports on individual programs, such as the F-35-the latter put on-line without a pay wall by Breaking Defense.

 

»As in recent years, the release of new data on the F-35 provoked press coverage, some of it quite thorough in summarizing much the new data and what the top F-35 defender, F-35 program manager Lt. Gen. Christopher Bogdan, had to say about it all. However, there are some important points that did not get the attention they perhaps deserve, and one key point seems to have been generally missed.

 

»As the SARs and DOD’s summary of them made clear, the cost to acquire the F-35 has gone up compared to last year’s estimate. Page 6 of DOD’s summary of its SAR states that F-35 airframe “costs increased +$3.1 billion (+1.0%) from $326.9 billion to $330.0 billion” and costs for the separately accounted engine “increased +$4.3 billion (+6.7%) from $64.3 billion to $68.6 billion.” [...]

 

»In truth, the future of the F-35 program remains clouded, and most cloudy of all is the ultimate unit cost of the aircraft and the impact of that cost, as its reality unfolds, on existing and future buyers. As previously argued, there is good reason to think the real-world unit cost of F-35s, on average, will stay much closer to the $200 million level than it does to the dubious predictions of Lockheed and Lt. Gen. Bogdan, such as $75 million each.

 

»Second, the F-35 acquisition cost increases revealed by the new SARs come as a major embarrassment to the Government Accountability Office that pronounced in a report released just last month that DOD SAR data showed F-35 acquisition costs coming down, not going up. As previously explained, GAO’s report used two year old data, thanks to the agency’s ponderous report writing process and the fact that the analysts and manager assigned to the report used a stunningly superficial analytical methodology. Not a single news article I read on the new SAR data recalled GAO’s miss-call of the acquisition cost vector.»

 

Wheeler attaque également, avec une certaine jubilation ironique, certaines projections du Pentagone, inspirées par le JPO. Ces projections annoncent également un coût de l’avion en baisse à partir d’une projection sur le coût entier du programme, c’est-à-dire d’ici à 2065. Le Pentagone est connu pour faire des projections régulièrement fausses sur des périodes de 6 mois à un an, notamment avec des erreurs sur l’inflation, etc. Mais voilà qu’il prétend donner une projection juste sur une période de 51 ans, ce qui représente un extraordinaire tour de magie, – mais une magie si délicieusement optimiste puisque, finalement, en 2065, il fera meilleur vivre que dans 6 mois ou un an... La narrative bureaucratique n’a pas de frontières temporelles, et plus ses prévisions à court terme se révèlent fausses, plus elles se reportent sur des prévisions à très long terme, imaginant ainsi que l’addition vertigineuse de périodes de court terme faussaires finira par donner un très long terme conforme à ses vœux.

 

»We already know DOD manipulates its own inflation prognostications for both its own budget history and for short term future predictions in the five-year Future Year Defense Program (FYDP). It stretches credulity past the breaking point to assert that the cost of a weapon program will be some precise lesser amount 30 years from now because someone has readjusted inflation and labor cost predictions.

 

»In fact, in past inflation predictions for specific on-coming fiscal years (those just months ahead) DOD has proven inaccurate not just in the amount inflation has grown or declined but whether it has grown or declined. If they cannot even get the vector right a few months ahead, what business do they have asserting they can know it precisely 30 years from now? It is quite preposterous.

 

»And yet, here we are, asked to believe that the cost of F-35 O&S will be, as DOD tells us, “decreased $96.8 billion (-8.7%) from $1,113.3 billion to $1,016.5 billion” by the time the program is done in 2065...»

 

Parallèlement, Russia Today s’intéresse lui aussi au JSF. Conscient de sa mission internationaliste et américaniste mise en évidence par l’ectoplasme-secrétaire d’État fort récemment (voir le 25 avril 2014), RT s’est fait un devoir de suivre le JSF. RT s’intéresse plutôt à une conjonction intéressante US Navy-Boeing, ce 25 avril 2014. Les deux parties sont liées, parce que l’US Navy essaie par tous les moyens discrets de se débarrasser du JSF, tandis que Boeing, fournisseur principal de la marine (la famille des F/A-18) lance une attaque féroce contre le JSF, qu’il juge complètement inadéquat pour seulement survivre dans l’environnement de guerre probable. Bien entendu, Boeing a ses intérêts, – et comment ! Il propose à la Navy, ce que la Navy a commencé à faire, de commander plus de EA-18G Growler, version de guerre électronique de la famille F/A-18, seul capable selon lui (Boeing) d’assurer un environnement acceptable pour les avions de combat. (Ce serait alors des F/A-18 standard, puisque l’on n’aurait plus besoin des caractéristiques de guerre électronique, stealth et autres, à la fois affreusement coûteuses et pour certaines jugées inefficaces, intégrées dans l’avion.)

 

«As the price of the Pentagon’s most expensive weapons endeavor ever soars even further, critics are calling into question the cost and capabilities of the F-35 Joint Strike Fighter program. [...] On Friday this week, Military.com reported that the US Navy has not only decided to drop the number of Lockheed Martin-made F-35s it plans on purchasing from 69 to 36, but that 22 new EA-18G Growlers built by Boeing have been added to a list of unfunded priorities.

 

»Reporters Kris Osborn and Michael Hoffman wrote for the website that Boeing “has worked not so quietly this past year to offer the Navy an escape hatch from the costly Joint Strike Fighter program.” According to their report, since at least last summer Boeing has been urging the Navy to buy more F/A-18 Super Hornets and Growlers as concerns continue to emerge about the F-35. [...]

 

»Mike Gibbons is the vice president for Boeing’s Super Hornet and Growler programs, and has good reason to talk down the F-35s—after all, less money to Lockheed Martin likely means more for his firm. Regardless, Gibbons told Osborn and Hoffman that the F-35 is no longer as advanced of a stealth craft as once claimed, and is not as effective as the Growler when it comes to countering a wide spectrum of air defense systems. “The density of the threat is getting more complex and more difficult. The electromagnetic spectrum is getting more complex and more difficult and requires more of what the Growler provides in electronic attack and electronic awareness. Only the Growler has this capability, Gibbons told the website.

 

»Russia and China, Gibbons added, have developed air defense systems that put the F-35’s stealth technology to the test. And if those capabilities should improve, then the Pentagon’s widely-touted weapons program may be no match for the offensive capabilities of foreign militaries. Advocates for Growlers say that those aircraft can outsmart some of that stealth-defying technology, but the ability to actually stay hidden may soon be slipping away from the DOD altogether.»

 

Dans cette dernière affaire, avec la complicité Navy-Boeing, on comprend évidemment que Boeing joue son jeu en tant que membre éminent du Système. Mais il acquiert pour cette circonstance un rôle antiSystème appréciable en se situant comme critique dévastateur du JSF, à la plus grande satisfaction de la Navy qui utilise cette action pour son propre intérêt, également antiSystème puisque qu’anti-JSF. (En effet, dans ce rangement, et compte tenu du contexte et de l’importance considérable du programme, le JSF figure comme la production la plus dévastatrice du Système, et son affaiblissement, voire sa chute catastrophique, serait un coup sévère porté au Système... Par conséquent, Boeing et la Navy, “membres éminents” du Système, sont effectivement antiSystème.)

 

On observera que les arguments opérationnels développés par Boeing et implicitement acceptés par la Navy (commande supplémentaire de Growler aux dépens du JSF) tombent évidemment à point, et leur développement n’est bien entendu pas un hasard. Les deux entités profitent de la crise ukrainienne, qui rend brutalement concevable la possibilité d’une confrontation opérationnelle de haute intensité, pour développer une critique opérationnelle du JSF. La possibilité d’un affrontement avec la Russie n’est désormais plus une vision théorique, et l’argument des formidables capacités russes en matière de défense aérienne joue désormais très largement en faveur de la ligne Boeing-Navy. Effectivement, la crise ukrainienne, véritablement multiple et aux effets innombrables, est promise à jouer un rôle important dans le destin du JSF.

Partager cet article
Repost0
28 avril 2014 1 28 /04 /avril /2014 16:45
Marrakech Air Show 2014 - Clôture par un show aérien des plus grandioses

Fière de sa réputation mondiale en tant que l'une des équipes de voltige les plus expérimentées dans le monde, l'équipe «Marche verte» a présenté des démonstrations époustouflantes. Ph : rdv-marrakech.com

 

27 avril 2014 - lematin.ma (MAP)

 

Des appareils qui ont exécuté magistralement des figures acrobatiques époustouflantes lors du show aérien de clôture, où des milliers de personnes ont afflué au Salon pour voir de près les dizaines d’avions civiles et militaires exposés.

 

La 4e édition du Salon international de l'aéronautique et du spatial, «Marrakech Air Show 2014», a pris fin samedi à la Base Ecoles des Forces Royales Air (FRA) de la cité ocre avec un show arien des plus grandioses.

 

Lors de cette dernière journée ouverte au grand public, des milliers de personnes ont afflué au Salon pour voir de près les dizaines d'avions civiles et militaires de différents types exposés en statique, mais surtout les appareils qui ont exécuté magistralement des figures acrobatiques époustouflantes lors du show aérien de clôture.

 

L'assistance a pu apprécier ainsi l'équipe de voltige «Marche verte» des FRA, plusieurs avions des Forces Royales Air, ainsi que la Patrouille Aguila, l'équipe de voltige de l'Armée de l'Air espagnole.

 

Fière de sa réputation mondiale en tant que l'une des équipes de voltige les plus expérimentées dans le monde, l'équipe «Marche verte» a présenté des démonstrations époustouflantes sous forme de loopings, de retournements et de renversements, qui lui ont valu les applaudissements du public emporté par le grand talent et le professionnalisme confirmé de ces maîtres de l'acrobatie aérienne.

 

Les pilotes marocains chevronnés ont mené de main de maître leurs appareils, dessinant dans les airs de beaux tableaux et effectuant des manœuvres et acrobaties aériennes à couper le souffle. Cette équipe a gratifié l'assistance avec sa figure qui lui a permis de remporter plusieurs prix et trophées dans le monde, «La boucle en miroir».

 

Ce show aérien a connu plusieurs autres moments forts, comme les figures acrobatiques exécutées par la Patrouille Aguila de l'armée de l'air espagnole qui a réalisé une figure inédite en effectuant un atterrissage en groupe.

 

Le public a contemplé aussi des canadairs des FRA en train de simuler un largage d'eau sur un incendie, une opération de ravitaillement en carburant d'avions F5 des FRA, des F16 des FRA en pleine action, ainsi que les parachutistes de l'équipe Atlas.

 

Signe visible du nouveau positionnement du secteur de l'aéronautique, «Marrakech Air Show 2014» s'inscrit dans le cadre de la stratégie du Royaume visant à développer et à consolider le secteur de l'aéronautique, notamment en termes d'investissement industriel et de transfert de technologie.

 

Après le succès éclatant des trois premières éditions, «Marrakech Air Show» atteint sa vitesse de croisière et confirme sa place parmi les grands rendez-vous mondiaux constituant sur la rive sud de la Méditerranée, un meeting international d'échange d'expériences et d'expertises entre décideurs, opérateurs et professionnels du secteur de l'aéronautique.

 

«Marrakech Air Show 2014» a été donc l'occasion pour les décideurs politiques et les opérateurs de l'aéronautique de partager leur vision à court, moyen et long terme du développement de la Plateforme Aéronautique de l'Afrique, propice aux industriels internationaux soucieux d'établir une tête de pont au Maroc dans la conquête des marchés africains.

 

Pour cette quatrième édition, le «Marrakech AirShow» a abrité le Salon africain de l'aviation d'affaires. Première manifestation du genre sur le continent africain, ce salon, organisé en partenariat avec l'Association africaine de l'aviation d'affaires (AfBAA), a réuni l'élite de l'industrie de ce type d'aviation, ainsi que les sociétés de services et les fournisseurs qui lui sont liés.

Partager cet article
Repost0
28 avril 2014 1 28 /04 /avril /2014 16:30
Industrie de défense : la Turquie, de plus en plus influente dans les mers

 

28 avril 2014 turquie-news.com

 

La Turquie, entourée par la mer de trois côtés, concrétise plusieurs projets afin de renforcer sa sécurité et son influence dans les mers.

 

L’un de ces projets est Meltem-2…

 

Ce projet comprend l’approvisionnement de six avions de patrouille maritime pour les forces maritimes turques, de trois avions de surveillance maritime pour le commandement des Gardes-côtes ainsi que des systèmes et équipements concernés.

 

Les avions ont été livrés au commandement des Gardes-côtes dans l’étendue du projet tandis que le cinquième avion des Forces maritimes turques sera livré lundi au cours d’une cérémonie.

 

Bien que Meltem-2 soit un projet « d’achat direct », il inclut une contribution locale de l’ordre de 35%.

 

ASELSAN, TUSAŞ, HAVELSAN et MILSOFT ont conçu et produit une part importante des pièces critiques.

 

Les logiciels d’une importance cruciale ont été produits ou modifiés et nationalisés par ces organismes d’industrie de défense.

Partager cet article
Repost0
16 avril 2014 3 16 /04 /avril /2014 11:40
Russia Finalises PAK-DA Bomber Design

 

Apr. 15, 2014 Asian Defence News

 

Tupolev have completed the design of Russia's PAK-DA next-generation bomber aircraft, according to the head of United Aircraft Corporation (UAC), Mikhail Pogosyan.

 

Pogosyan made the remarks during a briefing with the Russian aerospace press, according to individuals familiar with the presentation who briefed IHS Jane's on the details. He is understood to have confirmed that the "on-paper" design of the PAK-DA has now been completed by the Tupolev design bureau.

 

The PAK-DA project will now transition into an intermediate phase between the completion of the aircraft's design and prototype construction, with the beginning of fabrication of some of the component modules for the aircraft.

 

Despite speculation about whether the PAK-DA will be of a flying-wing design, Pogosyan declined to discuss details of the aircraft's configuration. UAC, which holds the contract for the PAK-DA programme, has overall responsibility for the design of the new bomber. However, the programme is being developed by UAC's new subsidiary formed by the merger of the Tupolev design bureau and the KAPO production plant in Kazan.

 

Meanwhile, the Sukhoi T-50 PAK-FA fifth-generation fighter continues to add more flight test aircraft to the programme, with five prototypes now undergoing validation flights. One more prototype will be delivered for the flight test schedule in 2014 and then two more in 2015. In 2016 the programme is scheduled to begin a low rate of deliveries to operational units, but this is still open to change due to a lack of any concrete facilities within the Russian Air Force (VVS) for the testing of some of the aircraft's performance parameters.

 

Because of the phased introduction into service and the number of improvements being planned beyond the original configuration the T-50 is probably headed for a very long service life. Projections are, said Pogosyan, that it would be in service well after 2050.

 

Pogosyan is also understood to have confirmed that the slow pace of the introduction of the T-50 PAK-FA fighter means that the Sukhoi Su-35S 'Flanker-E' will be the backbone of the VVS for the foreseeable future. Pogosyan envisages that as a result, the Su-35S, and later derivatives, will remain in production for at least another decade for the VVS. Of the 48 Su-35S aircraft on order, 12 have been delivered so far, with a further 12 planned in 2014 and 14 in 2015. As a result, several additional Su-35S batches are expected to be procured to replace Su-27 and Su-30 models that are being retired, as PAK-FA aircraft will not be able to replace these older models on a one-for-one basis.

 

He also reiterated a previous position that there was no immediate Russian requirement for a lightweight fighter to replace the MiG-29 'Fulcrum'. For now the Mikoyan design team will focus on advanced derivatives of the MiG-35, but that a single-engine fighter requirement potentially exists "somewhere in the future".

Partager cet article
Repost0
16 avril 2014 3 16 /04 /avril /2014 07:45
Cubic to supply P5 combat training system to Moroccan Air Force

A USAF personnel puts the automatic air collision avoidance system data cartridge into the P5 Combat Training System at Edwards Air Force Base, US. Photo: courtesy of Christian Turner.

 

15 April 2014 airforce-technology.com

 

Cubic Defense Systems has received a contract to supply its P5 combat training system (P5CTS) to the Royal Moroccan Air Force.

 

Under the terms of the $5m contract, awarded by the US Air Force (USAF), the company will supply P5CTS system for use by Moroccan pilots who fly the recently-delivered F-16 Fighting Falcon aircraft.

 

With the contract, Morocco joins the US Air Force, Navy, and Marine Corps, along with a number of international air forces, in using the P5CTS to support high-fidelity, TOPGUN-style live and post-mission training.

 

Cubic Defense Systems president Dave Schmitz said the contract is a demonstration of the company's commitment to the air combat readiness of one of the US' allies.

 

"Cubic is dedicated to provide and develop best-in-class, cost-effective, advanced flight training for pilot mission readiness," Schmitz said.

 

"All foreign air forces that fly fighter or attack jets or conduct joint exercises and training with the US should have a P5 system to maximise their training capabilities."

 

Cubic will be the prime contractor responsible for performance in all areas of systems engineering, and for development / integration / installation of the ground instrumentation subsystem.

 

The company has also subcontracted DRS Training & Control Systems for design, development, production and aircraft integration of the P5CTS airborne instrumentation subsystem.

 

The P5 combat trainer is designed to provide real-time training for air-to-air, air-to-ground and surface-to-air combat missions by recording mission data, relay time, space and positioning information between participating aircraft during training sorties.

 

Key components of the fifth-generation system include GPS-enabled aircraft-mounted airborne instrumentation packages and ground stations, which will help aircrew to conduct, monitor and control air combat training and post-flight debriefing in addition to the flexibility to carry out anywhere, anytime training capability.

Partager cet article
Repost0
16 avril 2014 3 16 /04 /avril /2014 07:35
PLAAF J-10B Multirole Fighter

PLAAF J-10B Multirole Fighter

 

 

Apr. 15, 2014 Asian Defence News

 

Tough IMF conditions on Pakistan and others concern ( PAF busy in the further development of JF-17)  likely will delay Islamabad's plan to buy 36 J-10B Vigorous Dragon multirole fighters from China under a $1.4 billion deal signed in 2009, analysts said.

 

Current economic conditions "preclude any possibility of acquiring new weapon systems in the next two to three years, at least," said retired Pakistani Air Commodore Kaiser Tufail, a veteran fighter and test pilot who is now an independent military analyst in Lahore.

 

Under IMF loan terms, the government faces harsh conditions on raising revenue and controlling spending, including on military equipment.

 

A Chinese defense delegation visited Pakistan the last week of September to discuss the status of stalled defense deals. Whether this included the J-10 order is unclear.

 

The J-10B Super-10 is an advanced variant of the J-10A, first fielded in late 2003 with China's Air Force. The new Super-10 will reportedly be powered by the Chinese-designed WS-10A turbofan engine, which will replace the J-10A's Russian Saturn AL-31FN. Built by Chengdu Aircraft Industries, the jet is based on Israel's Lavi indigenous fighter program by Israel Aerospace Industries that was canceled in 1987.

 

Even if a friendly Arab Gulf state provided financing, Tufail said more used Lockheed Martin F-16Cs from US stocks are preferable, "rather than trying out a new weapon system that is an unknown commodity in the realm of modern-day combat."

 

Tufail questioned the wisdom of buying one squadron of J-10s.

 

To be cost effective "at least three to four squadrons would justify the additional wherewithal and maintenance facilities that would be needed," he said.

 

Over-reliance on US high-technology equipment like fighters worries Pakistani officials, and while Tufail said diversification "be explored fully, with China and Russia as suitable sources," in the case of the fighter, the government may not have another option.

 

Should a deal occur, however, Tufail foresees no problems with directly or indirectly acquiring Russian equipment such as the J-10's AL-31FN engine.

 

The J-10B was first revealed to the public in early 2009. Images appearing on Chinese-language military websites indicate the J-10B had a new nose configuration with an infrared search and tracking system and a "new Diverterless Supersonic Intake configured engine air intake," also seen on the Chengdu FC-1 Xiaolong (Fierce Dragon), which is co-produced in Pakistan as the JF-17 Thunder, said Richard Fisher, a senior fellow of Asian military affairs at the International Assessment and Strategy Center.

 

At least one prototype J-10B has featured the indigenous Shenyang-Liming WS-10A turbofan engine, but it remains to be seen whether all production J-10Bs will feature the WS-10A or the Russian Saturn AL-31F turbofan," Fisher said.

 

 

"I think the JF-17 arrangement has been a workable one so far, and future weapon systems with core Russian and Chinese components can be acquired by the Pakistan Air Force on a similar basis, without difficulty," Tufail said.

 

Russia allowed China to supply Pakistan the JF-17s Klimov RD-93 engine despite Indian opposition, and prospects have since improved.

 

"The thawing of Pak-Russo relations over the past few years is certainly a welcome development, and should help override Indian objections to any military cooperation between Pakistan and Russia," Tufail said.

 

Technological advances may also scrap the J-10 deal.

 

Tufail believes the air force may be turning to the stealthy Chengdu J-20 though this is not presently "anything beyond a mere statement of intent."

 

"It is a futuristic aircraft, not yet fully operational, and its capabilities are hardly known, so reading too much into this may be rather premature," Tufail said.

 

The J-10B would offer Pakistan some advanced fourth generation capabilities.

 

"The canted nose cone immediately led to speculation that the J-10B also featured a new fixed antennae phased array radar and this was confirmed in 2011," Fisher said. "There remains some speculation that this radar may be a 'passive' versus an 'active' electronically scanned array [AESA], but the key point is that the J-10B is clearly a 4+ generation fighter that also included upgraded cockpit systems and electronic warfare systems."

 

But if Pakistan chooses not to become the first customer for an export configured J-10B, at $50-60 million per aircraft it will become attractive to countries like Venezuela, Argentina, Peru, Malaysia and Indonesia, who are looking for an affordable multi-role fighter, Fisher said.

Partager cet article
Repost0
16 avril 2014 3 16 /04 /avril /2014 07:20
Quickstep, Marand sign long-term F-35 component agreement

An F-35A Lightning II joint strike fighter aircraft in flight. Photo: courtesy of MSgt John Nimmo Sr.

 

15 April 2014 airforce-technology.com

 

Quickstep has signed a long-term agreement (LTA) with Marand Precision Engineering to manufacture components for the F-35 Lightning II joint strike fighter (JSF) aircraft.

 

Under the terms of the $139m agreement, the company will manufacture and supply around 700 sets of carbon fibre composite parts for the F-35 vertical tails to Marand over a period of 14 years.

 

Specifically, the company will manufacture 18 individual parts, including skins, spars and fairings, which along with parts from other suppliers will be assembled by Marand into vertical tails for their customer, BAE Systems.

 

The vertical tails will subsequently be shipped to Lockheed Martin's facility in Fort Worth, Texas, US, for incorporation with other components for the F-35A variant of the JSF.

 

Quickstep managing director Philippe Odouard said the long-term agreement locks in the previous memorandum of understanding (MoU) with Marand for the JSF programme.

 

"This is an important step forward for Australian manufacturing, which demonstrates the value of our capabilities for global aerospace and defence contracts, and our capacity to meet the complex schedules of international supply chains," Odouard said.

 

The new LTA is expected to provide $13m in annual sales revenue for Quickstep by initially providing for annual purchase orders, with longer term purchase orders to be confirmed as the programme matures.

 

The delivery of the first parts to Marand's facility in Victoria, Australia, is anticipated in the second half of 2015.

 

Quickstep is delivering carbon fibre composite skins and subassemblies for the F-35 programme, and the overall agreement to manufacture JSF parts for different original equipment manufacturers (OEMs) is valued at up to $700m to the company over two decades.

 

Under development in three variants, the F-35 JSF is a fifth-generation multirole fighter aircraft designed to conduct an array of ground attack, reconnaissance and air defence missions with stealth capability.

Partager cet article
Repost0
15 avril 2014 2 15 /04 /avril /2014 16:35
Australia Likely To Order More F-35s

 

16.04.2014 Pacific Sentinel
 

Australia is likely to commit to buying 58 more Lockheed Martin F-35 Lightnings this month, setting aside the alternative of consolidating its combat aircraft squadrons on the Boeing F/A-18E/F Super Hornet. The decision will increase the country's total commitment to 72 F-35s and expand the Royal Australian Air Force's fast-jet fleet, counting a separate order for 12 EA-18G Growler electronic attack aircraft as additional to, not part of, the fighter force renewal.
 
The defense department has recommended the F-35 order, probably worth around $8 billion, and the proposal has the endorsement of a leading think-tank. The government shows every sign of accepting the recommendation, says a source closely connected to the authorities. Accordingly, Lockheed Martin has probably escaped the danger of losing one of its largest F-35 customers, one that has already backed away from an original requirement for about 100 of the stealthy fighters. Even the risk that Australia could trim its commitment a little further now looks low, although that option was suggested by the Australian Strategic Policy Institute think-tank.
 
Read the full story at Aviation Week
Partager cet article
Repost0
15 avril 2014 2 15 /04 /avril /2014 11:35
Lockheed Martin, BAE square off for Australian trainer contract

 

April 15, 2014 by Andrew McLaughlin – FG

 

Sydney - Industry teams led by Lockheed Martin and BAE Systems in Australia have met the 31 March deadline to bid for the Australian Defence Force’s AIR 5428 pilot training system, which aims to replace the Royal Australian Air Force’s fleet of 63 Pilatus PC-9/As from 2018.

 

The successful bidder will provide the aircraft along with flight-line support, training facilities, campus accommodation and facilities, courseware, simulators and other synthetic training devices.

 

The ADF will provide flying training instructors, and the aircraft will be purchased by the Commonwealth and placed on the military register.

 

The Lockheed Martin Australia-led “Team 21” bid includes Pilatus and is offering the PC-21 advanced trainer, while partner Hawker Pacific provides simulation and maintenance, repair and overhaul services to multiple civil and military organisations in the Asia-Pacific. The Team 21 bid effectively mirrors that of the 20-year arrangement the group has with Singapore for that country’s Basic Wings Course, which is located at RAAF Pearce.

 

The other bid is from a BAE Systems Australia-led team, and is based around the Beechcraft T-6C. BAE will draw upon its experience operating interim basic flight training system (IBFTS) for the ADF, and its involvement in the UK’s military flying training system. BAE also provides in-service maintenance support for the RAAF’s Hawk 127 lead-in fighter trainers and the Army’s Boeing CH-47D Chinook fleet. Bid partner CAE Australia also operates multiple simulators under its Management and Support of ADF Aerospace Simulators contract.

 

The aircraft to be replaced are operated by the Central Flying School based at RAAF Base East Sale in Victoria, the No 2 Flying Training School at RAAF Pearce and the 4 SQN forward air controller development unit at RAAF Williamtown.

 

Also to be replaced is the industry-operated IBFTS at Tamworth, New South Wales, which performs flight screening and basic flying training for RAAF, Navy and Army pilot candidates on the Pacific Aerospace CT-4B.

 

The successful bid is expected to be selected by the end of 2014. A “second pass” contract signature is due to follow in 2015, with service entry in 2018.

Partager cet article
Repost0
15 avril 2014 2 15 /04 /avril /2014 11:20
KC-135 Versus Planned KC-46 Performance Capabilities - source GAO photo Boeing

KC-135 Versus Planned KC-46 Performance Capabilities - source GAO photo Boeing

 

April 14th, 2014 By USGovernment - defencetalk.com

 

The KC-46 program has made good progress over the past year—acquisition costs have remained relatively stable, the critical design review was successfully completed, the program is on track to meet performance parameters, and the contractor started building development aircraft. As shown, total program acquisition costs—which include development, production, and military construction costs—and unit costs have changed less than 1 percent since February 2011.

 

As of December 2013, Boeing had about $75 million of its management reserves remaining to address identified, but unresolved development risks. There are indications that the start of initial operational test and evaluation, which is scheduled for May 2016, may slip 6 to 12 months. According to the Director of Operational Test and Evaluation, more time may be needed to train aircrew and maintenance personnel and verify maintenance procedures.

 

The program released over 90 percent of the KC-46 design drawings at the critical design review, indicating that the design is stable. Overall, development of about 15.8 million lines of software code is progressing mostly according to plan. The next 12 months will be challenging as the program must complete software development, verify that the software works as intended, finalize developmental flight test planning, and begin developmental flight tests.

 

Software problem reports are increasing and Boeing could have difficulty completing all testing if more retests are needed than expected. Developmental flight testing activities are also a concern due to the need for extensive coordination among government agencies, the need for timely access to receiver aircraft (aircraft the KC-46 will refuel while in flight), and the aggressive test pace. The program office is conducting test exercises to mitigate risks and working with Navy and United Kingdom officials to finalize agreements to have access to necessary receiver aircraft.

 

The program has also made progress in ensuring that the KC-46 is ready for low rate initial production in 2015. Boeing has started manufacturing all four development aircraft on schedule. The program office has identified its critical manufacturing processes and verified that the processes are capable of producing key military subsystems in a production representative environment.

 

In addition, the program has established a reliability growth curve and will begin tracking its progress towards reaching reliability goals once testing begins. Boeing is experiencing some manufacturing delays due to late supplier deliveries on the first aircraft and parts delays for a test article of a critical aerial refueling subsystem, but the program has not missed any major milestones.

 

View Report (PDF, 38 pages)

Partager cet article
Repost0
15 avril 2014 2 15 /04 /avril /2014 07:56
Vol en patrouille photo Dassault Aviation - K. Tokunaga

Vol en patrouille photo Dassault Aviation - K. Tokunaga

 

12 avr. 2014  Dassault Aviation

 

On March 20, 2014, Dassault Aviation organized a formation flight of the nEUROn unmanned combat air vehicle (UCAV) with a Rafale fighter and a Falcon 7X business jet. This was the first time in the world that a combat drone flew in formation with other aircraft.

Partager cet article
Repost0
15 avril 2014 2 15 /04 /avril /2014 07:30
photo Lockheed Martin

photo Lockheed Martin

 

April 15, 2014 by Arie Egozi – FG

 

Tel Aviv - Israel Aerospace Industries (IAI) expects to deliver its first set of Lockheed Martin F-35 wings in September 2014, and to ship sets from serial production from mid-2015, under a 10-15 year contract worth up to $2.5 billion.

 

Since signing the contract with Lockheed Martin in April 2013, IAI has invested heavily in an automated production line. The wings contract forms part of an offset agreement linked to Israel’s purchase of 20 F-35s for its air force. Israel has, however, expressed its intention to purchase as many as 75 of the fifth-generation stealth fighter.

 

The site will eventually produce 811 wing pairs for the F-35.

Partager cet article
Repost0
14 avril 2014 1 14 /04 /avril /2014 16:55
DGA Essais en Vol : L’ABE-NG touche au but

Le Fokker 100 de DGA-EV au cours de son premier vol. L’appareil n’emporte aucune charge externe.  photo DGA EV

 

30.03.2014 par Frédéric Lert - Aerobuzz.fr

 

Un Fokker 100 avec des missiles Mica sous la voilure, un pod Reco NG sous le fuselage et une cocarde sur le réacteur : l’Avion Banc d’Essais-Nouvelle Génération dont DGA-EV, ex Centre d’essais en vol (CEV), vient d’être doté, ne passe pas inaperçu...

Depuis bientôt 45 ans, « DGA Essais en Vol » (DGA-EV, ex Centre d’Essais en Vol) utilise une flotte de Mystère XX pour les essais des équipements et des systèmes embarqués des aéronefs militaires. Aux plus belles heures de feu le CEV, la flotte de Mystère comptait pas moins de quatorze avions. Le CEV ne le savait pas à l’époque, mais il était riche et chaque nouveau programme justifiait l’achat de son avion d’essais spécifique. Mais cette flotte est aujourd’hui en voie d’obsolescence. « Dans quatre ou cinq ans, ça va devenir compliqué de faire voler les avions » glisse un interlocuteur de la DGA. D’ores et déjà, l’emploi des Mystère XX est « en chute libre », sachant que les avions ne volaient déjà pas beaucoup quand ils étaient au mieux de leur forme. Entre deux chantiers de modification, 80 heures de vol passées dans le ciel chaque année était considéré comme un bon score pour un avion…

Toutes ces raisons ont poussé la DGA-EV à s’intéresser à la mise au point d’un avion permettant de rationaliser les campagnes d’essais, en offrant des performances en hausse pour faire face aux programmes à venir. Avec comme maitre mots, modularité, polyvalence, puissance électrique embarquée et capacité de refroidissement.

JPEG - 18 ko

Un des premiers vols avec l’ensemble des charges externes et le nez du Rafale.

photo DGA EV

Le marché est notifié fin 2009 à Sabena Technics, avec pour mission de trouver l’avion adéquat, de le modifier et de le faire certifier par l’EASA. Le tout pour une enveloppe globale de 35 M€. Le porteur est rapidement trouvé : il s’agira d’un Fokker 100 ex Regional (F-GPXL) récemment retiré du service par la filiale d’Air France.

 

JPEG - 22.9 ko

Décollage avec le nez du Rafale mais sans charge externe.

photo DGA EV

« Nous avions regardé dans un premier temps du côté du Falcon 2000 puis du Boeing 737 explique Pierre Terrée, directeur technique pour DGA–EV. Le premier permettait de doubler la charge utile par rapport au Mystère XX, il restait un peu cher et n’offrait pas de progrès suffisant en matière de puissance embarquée et de refroidissement. Le Boeing était un peu trop gros pour nos besoins et trop bas sur roues pour l’accrochage de charges externes  ». Les Airbus A320 ne sont pas considérés : dans les spécifications de la DGA, il est alors précisé que des commandes de vol électriques n’étaient pas souhaitables, pour ne pas complexifier le couplage des commandes avec les modifications aérodynamiques dues aux emports externes.

JPEG - 47.7 ko

Le Fokker 100 de la DGC à Mérignac, avec la pointe avant Rafale

photo Frédéric Lert / Aerobuzz.fr

« Le Fokker 100 offre un très bon compromis pour nous poursuit Pierre Terrée. L’avion a la bonne taille, il est solide, fiable, conforme à la réglementation aéronautique. Par rapport au Mystère XX, on gagne 5.000 ft en plafond tout en gardant 100% de l’énergie disponible à bord. L’avion vole un peu moins vite, mais on double la charge utile et répond parfaitement à notre spécification : en plus de l’équipage d’essais, des installations fixes et du carburant, il nous offre la possibilité d’emporter 3 tonnes minimum d’équipements, en interne ou en externe, pendant trois heures. Sabena Technics nous garantit par ailleurs la pérennité du soutien logistique pour les vingt ans suivant sa mise en service ».

L’avion est acheté en 2010 et il entre immédiatement en chantier à Dinard. La structure est renforcée pour permettre la création des points d’emport. Toute l’architecture de la pointe avant est également revue : c’est un point essentiel de la modification et une des raisons qui a également fait préférer le Fokker 100 au Boeing 737 : il faut non seulement renforcer la structure pour accrocher un radar lourd en porte à faux, mais également faire passer tous les câblages et le système de refroidissement. La modification de cette pointe avant s’accompagne du déplacement de toutes les antennes s’y trouvant normalement : ILS, VOR, radios etc. Plusieurs autres antennes sont également mises en place (par exemple pour la télémesure) ou prévues (futurs emplacements pour l’IFF ou le MIDS).

 

JPEG - 53.3 ko

Sur la console de droite du Fokker 100 de DGA EV, le minimanche et l’écran permettant de prendre la main sur une charge utile.  photo Frédéric Lert / Aerobuzz.fr

 

JPEG - 63.5 ko

Rien n’a été modifié sur la planche de bord du Fooker 100 de Regional

photo Frédéric Lert / Aerobuzz.fr

Le poste de pilotage est laissé inchangé, à une exception près : l’ajout d’un minimanche latéral et d’un écran en place droite, pour permettre le cas échéant à un pilote de prendre la main sur une charge utile. En cabine, le chantier est également colossal : les 90 sièges sont enlevés, remplacés par quatre postes opérateurs et cinq baies d’instrumentation modulaires. En soute, un SMOC (Système de Mise en Œuvre Capteur) fait l’interface entre les capteurs emportés sous l’avion et les baies d’instrumentation. Pour faire dialoguer tout ce petit monde, 2,5 tonnes de câbles (plusieurs centaines de kilomètres au total…) sont installés dans la cabine. « L’avion est câblé dans tous les standards imaginables et l’accent est mis sur la modularité » résume un ingénieur d’essais de DGA-EV.

 

JPEG - 59 ko

La cabine du Fokker 100 de DGA EV, avec les kilomètres de cables dans leurs gaines oranges. - Frédéric Lert / Aerobuzz.fr

 

JPEG - 64.8 ko

Le Fokker 100 de DGA EV est équipé de ballasts dans le cadre des vols de certification. - Frédéric Lert / Aerobuzz.fr

Quand il fallait six mois de travaux pour modifier un Mystère entre deux campagnes, quelques heures suffiront à changer la configuration du Fokker. DGA-EV ambitionne de réaliser 150 vols d’essais par an, avec la possibilité de réaliser deux essais distincts à chaque vol. L’ABE-NG serait à même de remplacer à lui seul trois ou quatre Mystère XX.

 

JPEG - 49.1 ko

MICA sous les ailes et Reco NG sous le fuselage du Fokker 100.

Ces emports ne correspondent pas pour l’heure à des programmes précis : ils valident simplement les capacités en masse et en volume des charges accrochables sur le Fokker 100 - photo Frédéric Lert / Aerobuzz.fr

Après un peu plus de trois ans de chantier, l’avion a réalisé son premier vol en décembre 2013. Dix sept autres ont suivi depuis, essentiellement liés au processus de certification EASA. « Nous avons voulu cette certification pour faciliter le processus de validation des performances demandées, mais l’avion continuera à évoluer sous le régime des autorisations de vol, la DGA étant autorité technique » explique Pierre Terrée. Cette certification reprend celle du Fokker 100 en ajoutant un STC propre aux modifications apportées. Une attention particulière a été portée sur le décrochage. Pour l’heure, les décrochages à plat avec l’ensemble des charges externes et le nez Rafale ont été passés en revue. Les décrochages en virage avec différents taux d’entrée et avec les MICA sous les ailes ont aussi donné satisfaction. Le bon fonctionnement des équipements de radio navigation et de communication sera également vérifié dans le cadre de la certification qui consommera au total une cinquantaine de vols.

 

JPEG - 45.8 ko

Placée en soute, l’installation de refroidissement des équipements électroniques du Fokker 100 de DGA EV -  Frédéric Lert / Aerobuzz.fr

La DGA-EV prévoit la mise en service de son nouvel avion en janvier 2015. L’ABE-NG évoluera depuis Cazaux ou Istres, et une de ses premières contributions devrait porter sur la mise au point de l’IFF-NG du Rafale. La capacité de refroidissement mise en avant par la DGA devrait également être la bienvenue dans le cadre des évolutions du radar RBE2…

Partager cet article
Repost0
14 avril 2014 1 14 /04 /avril /2014 16:50
P3-C Orion and Frigate NIEDERSACHSEN photo Bundeswehr

P3-C Orion and Frigate NIEDERSACHSEN photo Bundeswehr

 

April 14, 2014 defense-aerospace.com

(Source: Defense Security Cooperation Agency; issued April 11, 2014)

 

Germany – P-3C Aircraft Upgrades and Related Support

 

WASHINGTON --- The State Department has made a determination approving a possible Foreign Military Sale to Germany for P-3C aircraft upgrades and associated equipment, parts, training and logistical support for an estimated cost of $250 million. The Defense Security Cooperation Agency delivered the required certification notifying Congress of this possible sale on April 11, 2014.

 

The Government of Germany has requested a possible sale for the procurement, integration, and installation of hardware and software to upgrade the aircraft mission computer and acoustic systems, and non-integrated simulator equipment on 8 P-3C aircraft. The hardware and software include A (structural and electrical) and B (Weapon Replaceable Assemblies) kits for future integration into the simulator.

 

Also included are the design, development, integration, testing and installation of a ground-based mission support system (which includes the Portable Aircraft Support System and Fast Time Analyzer System); validation and acceptance; spare and repair parts; support equipment; personnel training and training equipment; publications and technical documentation; U.S. Government and contractor technical, engineering, and logistics support services; and other related elements of logistics support.

 

The estimated cost is $250 million

 

This proposed sale will contribute to the foreign policy and national security of the United States by improving the military capabilities of a NATO ally and enhancing standardization and interoperability with U.S. forces.

 

This proposed sale will update hardware and software to ensure the P-3 aircraft maintain operational capability. The upgrades will enhance Germany’s ability to participate in future coalition operations and will promote continued interoperability. Germany will have no difficulty absorbing this upgraded equipment into its armed forces.

 

The proposed sale of this equipment and support will not alter the basic military balance in the region.

 

The principal contractors will be Lockheed Martin Mission Systems and Training in Owego, New York; General Dynamics in Bloomington, Minnesota; Lockheed Martin Aeronautics Company in Marietta, Georgia; and Lockheed Martin Mission Systems and Training in Manassas, Virginia. There are no known offset agreements proposed in connection with this potential sale.

 

Implementation of this sale will not require the assignment of any additional U.S. government or contractor representatives to Germany.

 

There will be no adverse impact on U.S. defense readiness as a result of this proposed sale.

 

This notice of a potential sale is required by law and does not mean the sale has been concluded.

Partager cet article
Repost0
14 avril 2014 1 14 /04 /avril /2014 16:35
L`avion d`entraînements supersonique T-50 (Photo KAI)

L`avion d`entraînements supersonique T-50 (Photo KAI)

 

SEOUL, 14 avr. (Yonhap)

 

Le Service des douanes coréennes (KCS) a imposé 10,5 milliards de wons (10,1 millions de dollars) de droits de douane punitives à Korea Aerospace Industries (KAI) pour avoir violé les règles sur le pays d'origine pour des composants importés des Etats-Unis pour l'avion d'entraînements supersonique T-50, ont déclaré ce lundi des sources industrielles.

 

Les sources ont fait savoir que le logiciel avionique et l'équipement de test au sol achetés par KAI à Lockheed Martin n'ont pas satisfaits les directives d'exonération de frais de douane exposées dans l'accord de libre-échange Corée du Sud-Etats-Unis, entré en vigueur en mars 2012.

 

KAI a importé pour plus de 100 millions de wons de pièces détachées de son partenaire américain en juillet 2012. Le KCS a dit avoir vérifié les pièces et matériaux composant l’équipement et découvert qu’ils ne répondent pas aux exigences. KAI a dit avoir déjà payé les droits demandés en raison d’un manque de temps pour expliquer la situation aux autorités.

 

«Le KCS nous a donné un mois, mais cela n'est pas suffisant pour obtenir des données afin de prouver que les pièces utilisées dans l'équipement ont été conformes aux règles du pays d'origine de l'ALE Corée du Sud-Etats-Unis», a dit une source de KAI. Une fois les données collectées, ils les soumettront aux autorités pour que la société puisse obtenir un remboursement. KAI a déclaré que les pièces citées ne peuvent que provenir des Etats-Unis.

 

La société aérospatiale a développé le T-50 en coopération avec Lockheed Martin, qui a investi 13% du projet de 2.000 milliards de wons. Le gouvernement sud-coréen a investi 70% et 17% ont été injectés par KAI dans le projet entre 1997 et 2006.

Partager cet article
Repost0
14 avril 2014 1 14 /04 /avril /2014 11:45
Un drone réalisé à Oran grâce au partenariat université-industrie

 

 

10-04-2014 letempsdz.com -Sciences

 

Un drone à usage environnemental a vu le jour à l'Université des sciences et de la technologie Mohamed-Boudiaf d'Oran (USTO-MB) qui signe sa première réalisation dans ce domaine en partenariat avec le secteur industriel, a indiqué jeudi le responsable du laboratoire compétent de cet établissement d'enseignement supérieur.

 

Porté par une thèse de recherche en post-graduation, ce prototype "made in Algeria" matérialise "la première opération de partenariat avec le secteur économique", a précisé à l'APS le Professeur Bachir Imine, directeur du Laboratoire d'aéronautique et systèmes propulsifs (LASP) de l'USTO-MB.

 

Des appareils de même type ont été déjà produits au niveau de ce laboratoire de recherche créé en 2009, mais le nouveau modèle est "le premier à marquer la contribution de l'USTO-MB au titre de la coopération avec l'industrie aéronautique algérienne", a fait valoir le Pr Imine.

 

Le drone en question a pour vocation essentielle "le vol de reconnaissance pour diverses missions à caractère environnemental", a-t-il expliqué, citant, entre autres applications, la surveillance des forêts (prévention d'incendies), le contrôle de la pêche et les prévisions météorologiques.

 

Grâce aux images transmises par le biais d'une caméra embarquée, cet appareil fournira des informations utiles à la gestion des secteurs cités et d'autres encore comme la régulation du trafic routier et les mesures cartographiques. Ce nouveau prototype qui peut être catapulté à la main du fait de sa légèreté (3 kg) et de sa petite envergure (1,40 m), se distingue également par

ses spécificités techniques lui permettant de voler jusqu'à 400 m d'altitude avec une durée d'autonomie estimée à une heure.

 

En outre, une nouvelle impulsion est escomptée au plan de la recherche à la faveur de la prochaine acquisition, par ce même Laboratoire, d'un équipement de pointe appelé "soufflerie", qui consiste en un canal d'essai permettant d'expérimenter l'effet du vent sur l'appareil.

 

Cette dotation soutenue par la Direction générale de la recherche scientifique et du développement technologique (DG-RSDT) offrira "une meilleure précision des résultats expérimentaux", a souligné le Pr Imine.  Par ailleurs, une équipe de chercheurs de ce laboratoire effectuera un séjour académique en mai prochain à la faculté de l'aérospatiale de l'Université nationale technique de l'Ukraine, au titre d'une convention signée en ce sens en novembre dernier à l'USTO-MB.

Partager cet article
Repost0
14 avril 2014 1 14 /04 /avril /2014 10:55
Première mondiale : Dassault fait voler un drone militaire avec un Rafale et un Falcon - video

 

14/04/2014 Par

 

VIDÉO - Le groupe français a révélé qu'il avait réalisé le 20 mars 2014 un vol en patrouille du nEUROn, le drone de combat furtif, avec un Rafale et un Falcon 7X.

 
Dassault Aviation* a révélé qu'il avait réalisé le 20 mars 2014 un vol en patrouille du nEUROn, le drone de combat furtif, avec un Rafale et un Falcon 7X. C'est la première fois, explique le groupe, qu'un drone militaire effectue un vol en formation avec d'autres appareils, en l'occurence un Rafale et un Falcon 7X et deux autres appareils de prises de vue qui ont permis de réaliser des images. Celles-ci fascineront tous les passionnés d'aéronautique et le grand public. La vidéo mise en ligne montre le ballet des avions qui se côtoient et évoluent en parallèle puis s'écartent. Tous ceux qui ont l'habitude d'admirer depuis le sol les évolutions de la Patrouille de France apprécieront ces images et ces étonnants angles de vue.

«Un tel vol est très complexe à organiser: pour chacune des figures à enchaîner, il faut que se retrouvent dans un même espace de travail, au même moment, des aéronefs venant de points d'attente distincts et affichant des performances de vol différentes» explique le groupe. «Il a fallu se prémunir des risques d'interférences, comme les turbulences aérodynamiques des appareils entre eux, et des risques de perturbation dans les communications entre le nEUROn et sa station de contrôle au sol» ajoute-t-il.

 

Un vol de près de 2 heures au-dessus de la Méditerranée

L'opération au cours de laquelle l'avion sans pilote a évolué avec quatre avions avec des pilotes à bord est un défi technologique. Elle a duré 1 h 50 mn au-dessus de la Méditerranée pendant plusieurs centaines de kilomètres. «Cela illustre notre maîtrise des technologies les plus avancées. Nos compétences dans les domaines civils et militaires s'enrichissent mutuellement pour concevoir et produire des avions d'exception au service des armées et des utilisateurs de Falcon» explique Eric Trappier, Président-Directeur général de Dassault Aviation.

Le premier vol de nEUROna eu lieu le 1er décembre 2012 et a ouvert la voie à une campagne d'essais de deux ans. Il a depuis, réalisé plusieurs dizaines de vols. Le premier démonstrateur d'avion de combat sans pilote, conçu par Dassault Aviation en coopération avec plusieurs industriels européens, est le précurseur d'un chasseur de nouvelle génération. Les drones ont vocation à être utilisés seuls ou en formation aux côtés d'avions de combat avec pilote à bord, d'ici à 2030.

 

* Dassault Aviation est une société du groupe Dassault, propriétaire du Figaro.

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories