Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
11 décembre 2013 3 11 /12 /décembre /2013 08:20
T-6A Texan II photo USAF

T-6A Texan II photo USAF

 

WICHITA, Kan., Dec. 10 (UPI)

 

Beechcraft Defense Co. and FlightSafety International have completed deliveries of ground-based T-6 pilot training devices to the U.S. military.

 

The last of 131 units produced for the Joint Primary Aircraft Training System was delivered to the U.S. Naval Air Station in Corpus Christi, Texas.

 

"We're proud to be able to say that all student pilots for the U.S. Air Force, Navy and Marine Corps are trained in Beechcraft T-6 aircraft and the T-6 simulators produced in a partnership between Beechcraft and FlightSafety," said Russ Bartlett, president of Beechcraft Defense. "It's been an impressive partnership: every single T-6 aircrew training device has been delivered on time and on budget."

 

The T-6 is a single-engine turboprop based on Pilatus of Switzerland's PC-9. It is used by the U.S. military and the armed forces of Canada, Mexico, Greece, Israel and Morocco, among others.

 

The T-6 training devices by Beechcraft and FlightSafety replicate the aircraft's cockpit layout and aircraft performance.

 

Additional details on the training devices were not provided.

Partager cet article
Repost0
10 décembre 2013 2 10 /12 /décembre /2013 19:55
EADS 2e restructuration dec 2013 source LesEchos

EADS 2e restructuration dec 2013 source LesEchos

 

10 décembre 2013 Par Astrid Gouzik - Usinenouvelle.com

 

Suite aux annonces concernant la restructuration d’EADS, les ministres du Travail et du Redressement productif ont demandé au groupe d’aéronautique et de défense de ne pas procéder à des départs contraints.

 

"Le ministre a demandé de façon solennelle à EADS d'organiser exclusivement cette restructuration dans ses activités spatiales et de défense par les reclassements internes à l'entreprise et des mesures de départ fondées exclusivement sur le seul volontariat des salariés, ou par des départs à la retraite", indique Arnaud Montebourg dans un communiqué diffusé le mardi 10 décembre.

 

Selon lui, "l'adaptation d'une entreprise aux évolutions de marché et la défense de sa compétitivité sont légitimes et nécessaires" mais il ajoute que "la situation globale de l'entreprise, qui bénéficie du soutien régulier et actif des pouvoirs publics, et dont les autres activités sont en croissance (....) exige de celle-ci de ne pas procéder à des licenciements".

 

Il conclut que "dans la situation profitable de l'entreprise, nul ne devra être contraint à perdre son travail".

 

"Scandaleux"

 

Plus tôt dans la journée, le ministre du Travail Michel Sapin a déclaré qu’EADS avait "le devoir" d’éviter tout licenciement. "Vous avez EADS qui annonce des suppressions de postes dans un contexte où par ailleurs le groupe EADS crée des postes" dans l'aéronautique civile, a-t-il souligné lors d'une table ronde organisée par la revue Projet.

 

Il a ainsi jugé "scandaleux" que le groupe communique sur des suppressions de postes : "je pense qu'ils le font sciemment car, paraît-il, ça fait monter les cours de Bourse".

 

"Son devoir est de mettre en place les dispositifs qui évitent tout licenciement et en France il ne sera pas accepté, car il ne sera pas acceptable, qu'une entreprise comme EADS supprime globalement des emplois", avait déclaré quelques minutes plus tôt le ministre du Travail sur Europe 1, en rappelant que "cette entreprise gagne de l'argent".

 

Limiter les licenciements secs

 

Lundi 9 décembre, EADS a annoncé qu'il allait procéder à la suppression de 5 800 postes sur trois ans, qui affecteront pratiquement à égalité l'espace et les activités de défense afin de garantir la pérennité de ces activités. Ce mardi, il a assuré qu'il s'efforcerait de limiter les licenciements secs.

 

Après les mesures de reclassement au sein du groupe, les retraites anticipées et les départs volontaires, la direction s'attend à un solde de 1 000 à 1 450 licenciements secs.

Partager cet article
Repost0
10 décembre 2013 2 10 /12 /décembre /2013 19:50
Les prochains grands chantiers d'EADS : la compétitivité de l'Eurofighter et d'Ariane

 

10 décembre 2013 Par Hassan Meddah - Usinenouvelle.com

 

L'avion de combat Eurofighter et la fusée européenne Ariane sont au cœur de la nouvelle division "Espace et Défense" du groupe européen d'aéronautique et de défense EADS, en pleine restructuration. Pour restaurer sa profitabilité, EADS estime qu'il faudra revoir leurs modèles industriels trop inefficaces.

 

Au-delà des réductions d'effectifs désormais connues pays par pays et division par division, la restructuration de la nouvelle branche Espace et Défense d'EADS reste encore nébuleuse. Quelles seront les lignes de produits abandonnées ? Quelles seront les futures priorités en termes de technologies et de marchés géographiques ? A ces questions, la direction EADS apporte encore peu de réponse. "Le cœur du coeur de l'activité de la nouvelle division sera constitué par les avions militaires et les activités spatiales", se contente de préciser Bernard Gerwert, le nouveau patron de la division "Airbus Defence & Space". Dans ces deux secteurs, le groupe doit faire face à des challenges industriels d'importance.

 

Des réductions d'effectifs supplémentaires

 

Eurofighter Typhoon - Dubai Air Show 2013 - photo EADS

Eurofighter Typhoon - Dubai Air Show 2013 - photo EADS

 

L'avion de combat Eurofighter, fragilisé après son échec face au Rafale pour remporter le contrat indien, se trouve en situation délicate. "Si nos prévisions de ventes supplémentaires à l'export ne sont pas atteintes, des réductions d'effectifs supplémentaires seront nécessaires après 2018", n'a pas caché le dirigeant allemand qui précise que 5 campagnes sont en cours. Dans ce domaine, il doit s'accorder avec ses co-actionnaires, le britannique BAE et l'italien Finmeccanica, pour revoir le modèle de production de l'avion, jugé largement inefficace. Il est en effet aujourd'hui assemblé dans les quatre pays à l'origine du programme : en Allemagne, au Royaume, en Italie et en Espagne. Un cas unique dans l'aéronautique militaire et de quoi plomber son coût de production ! D'où les réflexions en cours pour y remédier. Ainsi, si les commandes d'un pays s'arrête, sa ligne d'assemblage pourrait être remise en cause, avertit la direction d'EADS.

 

Astrium aussi touché que Cassidian

Le lanceur Ariane constitue l'autre chantier industriel majeur pour la nouvelle division Espace et Défense. D'ailleurs, son maître d'oeuvre Astrium paie également un lourd tribu à la restructuration avec 2470 postes supprimés sur les trois prochaines années. Soit presque autant que Cassidian ! "Nous devons améliorer significativement la compétitivité d'Astrium", justifie Bernard Gerwert. La nouvelle menace du lanceur SpaceX, qui a réussi son premier lancement d'un satellite commercial la semaine dernière, ne fait que le conforter dans son analyse. "SpaceX commercialise des fusée 30% moins cher qu'une Ariane", rappelle le dirigeant allemand. EADS va donc militer pour une révision drastique du modèle industriel du lanceur européen aujourd'hui basé sur le principe du juste retour géographique. Dans ce modèle, chaque pays qui finance Ariane récupère une partie des développements et de la charge industrielle correspondant à son investissement dans le programme. "L'industrie européenne des lanceurs ne peut plus fonctionner avec un modèle aussi complexe sur le plan industriel", a averti Tom Enders, le PDG d'EADS.

Partager cet article
Repost0
10 décembre 2013 2 10 /12 /décembre /2013 18:20
CP-140 Aurora Maritime Patrol Aircraft - photo RCAF

CP-140 Aurora Maritime Patrol Aircraft - photo RCAF

 

OTTAWA, Ontario, Dec. 10, 2013 /CNW

 

Portability supports replay and analysis of recorded acoustic data immediately following maritime patrol missions, anywhere in the world.

 

General Dynamics Canada has delivered the first of three deployable fast-time analysis systems for the CP-140 Aurora Maritime Patrol Aircraft. The portable system, designed to fit through the crew door of the CP-140 aircraft, can be deployed with the aircraft for missions away from the main operating base in Canada and allows ground crews immediate access to post-flight analysis of critical acoustic data, confirming and classifying targets.

 

"Wherever in the world Canada's Aurora is called to action, crews can easily transport this system and allow ground crews to replay and analyze recorded acoustic information as soon as the aircraft lands," said David Ibbetson, vice president, General Dynamics C4 Systems International. "This time-critical access to recorded acoustic data supports command-level decision making as target identities are confirmed, classified and characterized in the field. The replay capability, at speeds more than eight times faster than normal, enables mission reconstruction and debriefing as well as providing the opportunity for onsite crew training immediately following missions."

 

In Canada the system is referred to as the Deployable Modular VME Acoustic Signal Processor (MVASP) Post Processing and Archiving System or D-MPPAS; it makes up part of the ground equipment for the Aurora Incremental Modernization Program (AIMP). Internationally, the system will be sold under the name Acoustic Replay & Intelligence Exploitation System, or ARIES.

 

General Dynamics Canada is the prime integrator of the Aurora mission system and provides integrated hardware and software systems that enable the aircraft's capabilities in a variety of roles, including search and rescue, airborne command and control, surface and sub-surface maritime, overland and coastal surveillance operations. General Dynamics Canada is also providing ground support equipment, including a software integration lab, pre- and post-mission analysis tools, and training facilities, as well as long-term in-service support (ISS).

 

General Dynamics Canada is part of General Dynamics C4 Systems, a business unit of General Dynamics (NYSE: GD). For information about General Dynamics Canada please go to www.gdcanada.com.

 

SOURCE General Dynamics Canada

Partager cet article
Repost0
10 décembre 2013 2 10 /12 /décembre /2013 17:50
EADS : Tom Enders présente la facture à l’Allemagne

 

09 décembre 2013 Par Hassan Meddah - Usinenouvelle.com



L’Allemagne supportera la majeure partie de la restructuration de la branche défense du groupe d'aéronautique européen EADS. Les dépenses militaires du pays y sont passées sous la barre des 1% du PIB.

 

L’Allemagne paie au prix fort la réorganisation d’EADS, donnant naissance à la nouvelle branche Défense et Spatial. Au total, le groupe a annoncé 5800 suppressions de postes dont 2 600 chez Cassidian et 2 500 chez Astrium. Sur le plan géographique, près de 2500 sont supprimés en Allemagne contre 1440 en France (le reste des postes étants supprimés en Espagne et au Royaume-Uni). Les salariés Outre-Rhin avaient senti venir le coup : ils étaient plus de 20 000 à défiler le 28 novembre dernier sur plusieurs sites du groupe pour s’opposer à la restructuration. Tom Enders, le PDG du groupe, avait préparé ses compatriotes, s’exprimant à plusieurs reprises dans les médias allemands en promettant une restructuration draconienne.

 

Des budgets européens en baisse de 13 %

Sans conteste, l’Allemagne est rattrapée par son opposition en octobre 2013, à la fusion entre EADS et le britannique BAE. Alors en pleine période électorale et soucieuse de préserver les emplois menacés en Bavière par une telle opération, Angela Merkel avait opposé un "nein" au projet au grand dam de la direction d’EADS. Or cette alliance avec le champion britannique de la défense lui aurait potentiellement ouvert les portes du marché américain, premier marché mondial pour les équipements militaires où BAE a réussi une belle percée. Sans ce débouché et devant faire face à la baisse des budgets européens de la défense - de 13% entre 2010 et 2012 sur les équipements de défense sur le périmètre de l’Union européenne (source IRSEM) - la restructuration, retardée un temps, devenait inévitable.

 

Sous-investissement en équipements de défense

L’Allemagne paie également son sous-investissement en équipements de défense. Elle a ainsi revu à la baisse ses commandes d’A400M et d’hélicoptères militaires auprès d’Airbus Military et d’Eurocopter, et tiré une croix sur son programme de drones de surveillance. Un coup dur pour EADS qui concentre le gros des troupes de sa division Espace et Defense en Allemagne avec 17000 salariés. Les dépenses militaires du pays sont ainsi passées sous la barre dde 1% du PIB, soit deux fois moins que la norme préconisée par l’Otan (2% du PIB). Pour comparaison, la France a limité les dégâts avec un effort de dépense à 1,4% du PIB, protégeant ainsi sa base industrielle. Côté allemand, Enders s’est plaint des milliards d’euros de commandes partis en fumée. Et selon lui son groupe ne pouvait pas "amortir ces annulations facilement ni réaffecter les sites et capacités à d'autres tâches".

Partager cet article
Repost0
9 décembre 2013 1 09 /12 /décembre /2013 17:50
EADS pourrait couper environ 6.000 emplois

Le PDG d'EADS Tom Enders s'apprêterait à couper de l'ordre de 6.000 emplois.

 

08/12/2013 Michel Cabirol – LaTribune.fr

 

Le groupe européen aéronautique et de défense pourrait supprimer environ 6.000 emplois. Selon Le Figaro, EADS couperait entre 5.000 à 6.000 emplois.

 

 

Rock 'n' Roll. C'est dans ces termes que certains chez EADS ont qualifié la préparation de la restructuration des activités défense et espace du groupe, qui doit être annoncée lundi après-midi aux syndicats. Ainsi jusqu'à la fin de ce week-end, les dirigeants d'EADS ont semble-t-il eu dû mal à faire converger le nombre d'emplois à couper par rapport aux grands principes que le PDG d'EADS, Tom Enders, avait fixé à ses managers. Hier soir, il restait encore des détails à affiner. Selon nos informations, EADS s'apprêterait à couper de l'ordre de 6.000 emplois.

 

Ce plan de restructuration touche essentiellement les activités défense et espace. Il avait été également question de restructurer les fonctions support des autres entités du groupe. Elles seraient épargnées... pour le moment.   

 

5.000 à 6.000 emplois supprimés selon Le Figaro

 

La restructuration des activités défense et espace d'EADS prévoit 5.000 à 6.000 suppressions de poste, soit moins que les 8.000 évoqués le mois dernier par la presse allemande, selon "Le Figaro" de dimanche soir. "Entre 5.000 et 6.000 postes sont concernés, soit moins que les 8.000 postes" qui avaient été évoqués en novembre par l'agence de presse allemande DPA, selon le site internet du quotidien.

 

Selon le journal, qui ne cite pas ses sources "il n'y aura pas de licenciement", et ce grâce à un ensemble de mesures : "plan de départs volontaires, reclassements, non-remplacement des salariés partant en retraite et non-renouvellement des contrats d'intérimaires et des CDD (10 % des effectifs)". Le quotidien évoque aussi des regroupements de site, un plan d'économies qui se chiffrerait à 690 millions d'euros sur deux ans selon la presse allemande, et la cession de plusieurs actifs (la filiale Cassidian Test & Services ainsi que les activités de fabrication de ponts mobiles et d'hôpitaux de campagne).

 

Des mesures draconiennes

 

EADS doit présenter lundi les détails d'une vaste restructuration de ses activités défense et espace aux syndicats européens inquiets des réductions d'effectifs attendues notamment en Allemagne. Le directeur exécutif du groupe, Tom Enders, a rendez-vous lundi soir à Munich avec le comité d'entreprise européen, à qui il a déjà annoncé, mais par voie de presse, des "mesures draconiennes", surtout dans les activités de défense en Allemagne. Mardi se réuniront des comités européens par branche, selon des sources syndicales.

Partager cet article
Repost0
9 décembre 2013 1 09 /12 /décembre /2013 17:50
EADS supprime 5.800 postes en Europe dans ses activités Défense et Espace

 

09 décembre 2013 Romandie.com (AFP)

 

BERLIN - Le géant européen de l'aéronautique et de défense EADS a annoncé lundi la suppression de 5.800 emplois en trois ans dans ses activités Défense et Espace en Europe, dont 1.000 en France, selon le syndicat français FO Métallurgie.

 

La direction du groupe a confirmé ces informations.

 

Sur les 5.800 postes supprimés, dans le cadre d'une vaste restructuration liée à une baisse de commandes, 1.300 sont des postes d'intérimaires et 4.500 des emplois à temps plein, a affirmé le syndicat dans un communiqué diffusé sur son site Internet.

 

Le groupe EADS a annoncé (lundi) aux membres du comité européen, les premières conséquences de sa restructuration dans le secteur de la Défense et du Spatial, a précisé FO.

 

Les 5.800 emplois supprimés concernent l'Allemagne, la France, l'Espagne et l'Angleterre, selon le syndicat.

 

FO a dénoncé ces suppressions d'emplois, affirmant que le groupe EADS se portait bien financièrement et que ses carnets de commandes étaient bons, voire importants.

 

Le syndicat dénonce une logique purement financière avec comme seule volonté affichée, un taux de rentabilité à 10% et a exigé que le groupe EADS ne procède à aucun licenciement sec.

 

Le directeur exécutif du groupe, Tom Enders, avait rendez-vous lundi soir près de Munich (sud) avec le comité d'entreprise européen, à qui il avait déjà annoncé, par voie de presse, des mesures draconiennes, surtout dans les activités de défense en Allemagne.

 

Les réductions de commandes militaires, notamment en Allemagne, ne pourront pas rester sans conséquence pour l'activité et les emplois, avait averti récemment le patron d'EADS dans un entretien à un magazine allemand.

 

Selon la direction d'EADS, la restructuration est inévitable pour rendre le groupe plus efficace et performant dans les compétitions sur les marchés émergents.

Partager cet article
Repost0
9 décembre 2013 1 09 /12 /décembre /2013 17:20
Switzerland, Kuwait request F/A-18 follow-on support from US

Swiss Air Force's FA 18 Hornet during its flight. Photo Peter Gronemann

 

9 December 2013 airforce-technology.com

 

The US Defense Security Cooperation Agency (DSCA) has notified Congress of two potential foreign military sales (FMS) of F/A-18 Hornet aircraft follow-on support and associated equipment to Switzerland and Kuwait.

 

Under the first estimated $200m sale, Switzerland has requested a possible sale of follow-on support for F/A-18 Hornet upgrade programme, including participation in the aircraft's engine component improvement program (CIP), spare and repair parts, system integration and testing, flight testing, support and test equipment, transportation, personnel training and training equipment, in addition to other related elements of logistics support.

 

The second estimated $150m FMS involves the continuation of contractor engineering technical services, contractor maintenance services, hush house support services, and liaison office support for the Kuwait Air Force's F/A-18 C/D programme.

 

Specific services include supply of spare and repair parts, US Government and contractor technical support services and other related elements of logistics support, to help the Kuwait Air Force ensure the reliability and performance of its F/A-18 C/D fleet.

 

Expected to support the current Switzerland F/A-18 Hornet Upgrade 25 and future upgrade programmes, the defence articles and services will enable the national air force to extend the aircraft's useful life and enhance their survivability, and also keep pace with technology advances in sensors, weaponry and communications.

 

Both sales contribute to the foreign policy and national security of the US by improving the security of Switzerland and Kuwait, which serve as an important force for political stability and economic progress in Europe and in the Middle East.

 

The prime contractors for the first sale include Excelis, Northrop Grumman Electronic Systems, Boeing, General Electric Aircraft Engines, General Dynamics Information Technology, Wyle Laboratories, MacKee and Zenetex.

 

Kay and Associates Incorporated, Boeing, Industrial Acoustics and General Electric will serve as prime contractors for the second FMS programme.

Partager cet article
Repost0
9 décembre 2013 1 09 /12 /décembre /2013 17:20
Photo Lockheed Martin

Photo Lockheed Martin

 

09.12.2013 Helen Chachaty - journal-aviation.com

 

Le commandant de l’aviation royale canadienne, le lieutenant-général Yvan Blondin, a déclaré jeudi 5 décembre que le gouvernement canadien allait devoir prendre une décision sur l’achat ou non de chasseurs F-35 Joint Strike Fighter d’ici 2015. « Les F-18 sont encore bons jusqu’en 2025, mais disons que j’ai besoin d’une décision d’ici deux ans. Il y a un moment, le gouvernement va devoir trancher et décider s’il achète des F-35 ou non et s’il débarque du programme ou non », a-t-il déclaré au Journal de l’Aviation en marge de sa visite en Corse sur la BA 126 à l’occasion de l’exercice interalliés Serpentex.

 

Le CEMAA canadien a également révélé que l’analyse menée sur cinq potentiels chasseurs était toujours en cours et que les conclusions devraient être remises au gouvernement « dans les prochaines semaines, avant les fêtes ». Quant à la décision finale du gouvernement, le lieutenant-général ne s’est pas avancé, se contenant de rappeler que « c’est le gouvernement qui prend les décisions, c’est lui qui dira si on continue avec le F-35, si on achète un nouvel avion basé sur notre analyse ou si on décide de les mettre en compétition ».

 

Le gouvernement canadien fait face depuis plus d’un an à d’intenses discussions sur le choix d’équiper l’armée de l’air du F-35 Joint Strike Fighter de Lockheed Martin. Partenaire du programme, le Canada a pourtant demandé en mars 2013 à Lockheed Martin, Boeing, Eurofighter, Dassault Aviation et Saab de lui envoyer des informations sur les capacités opérationnelles des chasseurs produits par ces avionneurs. Les options restent ouvertes et le Canada n’a donc pris encore aucune décision officielle et comme le rappelle le lieutenant-général Yvan Blondin, « le Canada n’a pas signé de contrat d’achat, on a pour l’instant uniquement signifié notre intention d’acheter 65 avions il y a quelques années ».

 

D’un point de vue industriel, la question est sans doute un véritable casse-tête pour le gouvernement canadien, car, étant partenaire, le pays a donc obtenu contrats de développement qui font travailler l’industrie locale, ainsi que le rappelle le commandant de l’armée de l’air : « C’est un programme assez compliqué, mais parce qu’on en fait partie, on a accès aux contrats de développement, ce qui impacte donc sur notre industrie aéronautique. Si le Canada décide de ne pas acheter de F-35, les contrats tombent pour l’industrie canadienne et c’est ça que le gouvernement doit prendre en considération. »

 

La question est donc encore loin d’être réglée et devrait encore occasionner de nombreuses discussions au sein même du gouvernement avant d’être tranchée de manière définitive.

Partager cet article
Repost0
7 décembre 2013 6 07 /12 /décembre /2013 12:20
Vue d'artiste du RQ-180 Crédit Aviation Week - Ronnie Olsthoorn

Vue d'artiste du RQ-180 Crédit Aviation Week - Ronnie Olsthoorn

 

06/12/2013 Par Duncan Macrae – Air & Cosmos

 

Ce sont nos confrèrers d’Aviation Week qui lèvent le voile sur un nouveau « black program » américain. Northrop Grumman et l’US Air Force mèneraient dans le plus grand secret sur la base d’essais classifiée de Groom Lake dans le Nevada — la fameuse Zone 51 —des travaux de développement d’un nouveau drone furtif conçu pour des missions dites « ISR » pour renseignement, surveillance et reconnaissance.

 

L’objectif serait de développer un successeur au SR-71, retiré du service en 1998 et toujours pas remplacé. Il s’agit de disposer d’un appareil capable de mener des missions ISR en environnement hostile (« denied airspace »). Un Global Hawk furtif en quelque sorte.

 

En matière de signature radar, l’appareil, une aile volante à double flèche de la taille approximative d’un Global Hawk, serait largement supérieur aux F-117, F-22 et F-35.

 

En fait le RQ-180 trouve ses origines dans l’échec du programme J-UCAS, lancé en 2003 avec comme objectif de doter l’US Air Force et l’US Navy d’une plateforme commune. Ce programme fut abandonné en 2006 sous décision de l’US Air Force. L’US Navy a sélectionné Northrop Grumman pour la suite du programme, rebaptisé UCAS-D, qui a donné lieu au X-47B.

 

L’US Air Force pour sa part aurait donc décidé à cette époque de lancer le RQ-180. Et ce n’était sans doute pas une coincidence quand, en 2007, Northrop Grumman avait annoncé le rachat de Scaled Composites avec son savoir-faire inégalé en matière d’aérostructures en composites. L’avancement du programme RQ-180 expliquerait par ailleurs la décision de l’US Air Force, en 2012, d’abandonner la version Block 30 du Global Hawk, ostensiblement pour des raison de coûts.

Partager cet article
Repost0
6 décembre 2013 5 06 /12 /décembre /2013 12:55
Thales, partenaire industriel pour la formation des pilotes d'A400M français

 

05/12/2013 Par François Julian – Air & Cosmos

 

Cela n'est pas vraiment une surprise : Thales a annoncé hier avoir été choisi comme partenaire industriel du centre de formation A400M de l'armée de l'Air. L’électronicien français va ainsi participer au fonctionnement de ce CFA, localisé sur la base aérienne 123 d'Orléans-Bricy. C'est dans ce bâtiment de 6000 m2 que seront formés l'ensemble des pilotes français d'A400M, ainsi que ceux de certaines nations étrangères.

 

Avec ce contrat, qui court jusqu'à décembre 2017, il est prévu que Thales prenne en charge la planification des activités d'entraînement, le soutien au personnel en charge de la formation et la mise en œuvre des systèmes et la maintenance des simulateurs.

Car c'est justement Thales qui fournit le simulateur sur vérins de l'avion (ou FFS, pour Full Flight Simulator), ainsi que les dispositifs d'entraînement sur écrans plats (une réplique du cockpit qui permet l'apprentissage des procédures). Pour l'heure, Thales a livré un premier FFS au CFA. Ce dernier est opérationnel depuis l'automne dernier. La base d'Orléans est également dotée d'un simulateur du poste de chef de soute, utilisé pour apprendre le fonctionnement de la console du « loadmaster ».

 

Selon Thales, c'est la première fois que la DGA confie des activités d’opération d’un centre d’entraînement de l’armée de l’Air française à un industriel.

 

Pour mémoire, le CFA de la base d'Orléan-Bricy doit à terme fonctionner en coopération avec un autre centre de formation situé à Wunstorf en Allemagne.

 

En effet, afin d'améliorer l'interopérabilité et la standardisation de l'exploitation de l'appareil, la France et l'Allemagne se sont associés pour la formation de leurs personnels A400M, en mutualisant leurs moyens. Dès l'été 2015, la formation des mécaniciens A400M français et allemands sera réalisée à Wunstorf en Allemagne. Sur cette même base sera également assurée la formation des navigants aux missions logistiques. La formation au vol tactique sera ainsi réalisée à Mont de Marsan, dès 2014 pour les équipages français, et 2018 pour leurs homologues allemands.

Partager cet article
Repost0
6 décembre 2013 5 06 /12 /décembre /2013 12:50
Electronic Weapons: LITENING G4 Shows The Way

 

 

December 5, 2013: Strategy Page

 

Denmark recently received the first six (of 16) LITENING G4 targeting pods for its 30 F-16s. These pods cost nearly $3 million each and have annual maintenance costs of over $50,000 each. The pods, packed with electronics and sensors, are very popular with fighter pilots, mainly because they contain FLIR (video quality night vision infrared radar) and TV cameras that enable pilots flying at 6,200 meters (20,000 feet) to clearly make out what is going on down on the ground. The pods also contain laser designators for laser guided bombs and laser range finders that enable pilots to get coordinates for JDAM (GPS guided) bombs. The G4 version, introduced in 2008, has improved sensors and software, including the ability to have the software identify many military vehicles and systems automatically. The 200 kg (440 pound) LITENING G4 pod hangs off a hard point, like a missile, bomb or fuel tank.

 

Safely outside the range of most anti-aircraft fire (five kilometers up and up to fifty kilometers away) pilots can literally see the progress of ground fighting and have even been acting as aerial observers for ground forces. These capabilities also enable pilots to more easily find targets themselves and hit them with laser guided or JDAM bombs. While bombers still get target information from ground controllers for close (to friendly troops) air support they can now go searching on their own in areas where there are no friendly ground troops.

 

In 1990 the first targeting pods (the U.S. two pod LANTIRN system) were nearly ready for service. These first electronic targeting pods, which looked like thin bombs, contained laser designators and night vision equipment. LANTIRN got a workout in the 1991 Gulf War, even though the system was still undergoing testing. Israel soon followed with a cheaper, more reliable, and more capable LITENING system. An American manufacturer then brought out the Sniper XR and XTP pod. All this competition has made the pods (one pod is all that is needed now) more capable, easier to use, more reliable, and cheaper. Over 1,200 LITENING pods are in use by 25 countries. The first version of LITENING entered service in the 1990s.

Partager cet article
Repost0
6 décembre 2013 5 06 /12 /décembre /2013 12:50
E-3D Sentry de la RAF ravitaillé en vol par un VC10 photo RAF

E-3D Sentry de la RAF ravitaillé en vol par un VC10 photo RAF

 

5 décembre 2013 par Pierre Sparaco – Aerobuzz.fr

 

Les deux derniers VC10 encore en état de vol viennent d’être retirés du service par la Royal Air Force. Le quadriréacteur anglais a enchainé deux carrières, la première civile sous les couleurs de BOAC, la seconde beaucoup plus longue sous les cocardes de la RAF. Le VC10 a permis aux Européens de conserver une présence symbolique dans le secteur prestigieux du long-courrier tout au long des années soixante, en attendant la création d’Airbus Industrie en 1970.

 

Les deux derniers VC10 ravitailleurs en vol ont été déclassés et définitivement mis au sol par la Royal Air Force. Conçu par Armstrong-Whitworth et né Vickers (de lointains prédécesseurs de la British Aircraft Corporation et de BAE Systems), le VC10 avait été retenu dès mai 1957 par la BOAC, British Overseas Airways Corporation, plus tard englobée dans British Airways.

Ensuite, la Royal Air Force l’a utilisé comme transporteur de troupes puis ravitailleur en vol, avant de le mettre à la retraite ces jours-ci. C’est un appareil qui aura ainsi été très présent dans plus d’un demi-siècle d’histoire des ailes britanniques, civiles puis militaires, mais produit à moins d’une centaine d’exemplaires. Il n’en a pas moins joué un rôle important en matière d’aviation civile.

JPEG - 30.3 ko

La ligne élégante du quadriréacteur VC10 de Vickers photo RAF

On l’a oublié, en effet, mais dans les années cinquante, les constructeurs américains jouissaient d’un confortable monopole sur le marché mondial des long-courriers, URSS mise à part. Boeing, Convair, Douglas, Lockheed, après avoir bénéficié de l’effort de guerre américain, avaient proposé des avions commerciaux performants en face desquels les Européens n’alignaient que des court/moyen-courriers comme la Caravelle et le Viscount. Aussi l’initiative d’Armstrong-Whitworth de développer un quadriréacteur à 150 places capable de franchir sans escale les étapes les plus longues fut-elle saluée comme un événement majeur, d’une grande audace.

JPEG - 26.2 ko

Le Vickers VC10 a débuté sa carrière comme long courrier sous les couleurs de la compagnie britannique BOAC photo British Airways

Plus tard, chacun comprit que l’avionneur d’outre-Manche avait agi trop lentement : Boeing 707 et Douglas DC-8 bénéficiaient déjà des faveurs des grandes compagnies aériennes quand le VC10 fit son apparition. Il fut bien accueilli par les voyageurs au long cours, ses quatre Rolls-Royce Conway placés tout à l’arrière du fuselage assurant un confort inégalé dans la cabine, le niveau sonore étant exceptionnellement bas. Mais les coûts d’exploitation furent jugés trop élevés par les dirigeants de BOAC, lesquels n’eurent de cesse d’acheter, eux aussi, des 707. Du coup, le VC10 dut se contenter d’une petite carrière, sur fond de polémique politique centrée sur les aides financières étatiques indispensables à la survie du programme.

Une version à 172 places n’en fut pas moins étudiée puis un dérivé à 265 places, doté d’un étonnant fuselage bilobé, témoignant de l’esprit d’innovation qui animait le bureau d’études de Vickers. Mais, finalement, c’est la Royal Air Force qui assura la survie du programme, par de parcimonieuses commandes ou encore la militarisation d’appareils acquis sur le marché de seconde main. Ainsi naquit le VC10 C1K, silhouette familière de la célèbre base de Brize Norton.

JPEG - 34.9 ko

Le Vickers VC10 a fait une longue carrière de ravitailleur en vol au sein de la Royal Air Force photo RAF

Le VC10 a permis aux Européens de conserver une présence symbolique dans le secteur prestigieux du long-courrier et a ainsi sauvé l’honneur du Vieux Continent tout au long des années soixante, en attendant la création d’Airbus Industrie en 1970 et, quinze ans plus tard, l’apparition de l’A340. Entre autres titres de gloire, le VC10 fut le plus rapide de tous les quadriréacteurs (Concorde mis à part, bien entendu), ce qui lui vaut, encore aujourd’hui, de détenir le record de vitesse pour avions commerciaux, subsoniques, sur Londres-New York.

Partager cet article
Repost0
5 décembre 2013 4 05 /12 /décembre /2013 17:54
Capgemini: nomination dans l'aérospatiale-défense.

 

05/12/2013 lexpress.fr (CercleFinance.com)

 

Capgemini annonce la nomination de Blaise Jaeger au poste de directeur de la division aérospatiale et défense d'Application Services France, en remplacement de Walter Cappilati qui a pris la tête des services applicatifs et d'infrastructures de la région Amérique Latine au sein du groupe de services informatiques.

 

Blaise Jaeger dispose d'une expérience de près de 30 ans dans les domaines de l'aéronautique, du spatial, de la défense et de la sécurité. Après avoir commencé sa carrière au Ministères de la Défense puis des Affaires Etrangères, il a effectué une grande partie de son parcours professionnel au sein des directions générales d'Alcatel Space et de Thales.

 

Il a notamment été directeur général de Thales Communications et, tout récemment, président de Thales International et membre du comité exécutif du groupe Thales.

 

Dans ses nouvelles fonctions, il sera basé à Toulouse d'où il pilotera les 1.800 collaborateurs de la division répartis dans huit villes différentes (sept en France et une en Allemagne).

Partager cet article
Repost0
5 décembre 2013 4 05 /12 /décembre /2013 17:50
Selex delivers additional GRIFO radar to Brazilian Air Force

More than 450 GRIFO radars have been sold by Selex to five air forces worldwide. Photo: © 2013 Selex ES S.p.A - A Finmeccanica Company

 

5 December 2013 airforce-technology.com

 

The Brazilian Air Force (FAB) has taken delivery of an additional GRIFO fire control radar from Selex ES during a ceremony at the Museo Nazionale della Scienza e della Tecnologia Leonardo da Vinci, in Milan, Italy.

 

Wholly designed, developed and manufactured at the Selex ES facility in Nerviano, near Milan, the avionic combat radar represents the overall 400th GRIFO to have been delivered to date to FAB.

 

The radar is used for the modernisation of FAB's Northrop Grumman-built F-5 light supersonic fighter aircraft fleet.

 

Weighing less than 100kg, the GRIFO is a fourth-generation, X-band coherent, pulse-Doppler multimode-multirole fire-control radar designed to provide advanced performance to both new and upgraded aircraft.

 

Fitted with a powerful avionic radar air cooler transmitter, the modular radar can be easily integrated with modern avionic suites, and fully interfaced through a hands on throttle-and-stick (HOTAS) command, for a cost-effective solution.

 

Selex ES chief executive officer Fabrizio Giulianini said the success of the GRIFO radar demonstrates the critical importance of continual investment in sustaining company products.

 

''Thanks to this commitment, GRIFO has today begun an evolving technological roadmap for electronic scanning which will guarantee the system's success for many other years to come,'' Giulianini said.

 

Designed for installation in a range of combat aircraft, the GRIFO radar can operate in several modes, including an air-to-air mode and air-to-surface mode to effectively support multi-role missions.

 

In addition to this, the radar features modes for supporting navigation, a flight-proven suite of functions to combat electronic threats and modes for the search and identification of targets with high resolution imaging capability.

 

Apart from Brazil, the radars are also used by the air forces of Singapore, Czech Republic, Pakistan and South Korea, in seven different types of aircraft.

Partager cet article
Repost0
5 décembre 2013 4 05 /12 /décembre /2013 17:40
Modernised Il-76-MD90A Completes Initial Flight Tests

 

Dec. 5, 2013 by Howard Gethin – FG

 

Moscow - Russia’s newest military transport aircraft, the Ilyushin Il-76MD-90A, has completed an initial flight-test programme and has now returned to its maker Aviastar SP for subsequent modifications.

 

Conducted by the Ilyushin design bureau and the nation's defence ministry at the Zhukovsky flight research centre near Moscow, the early-stage evaluations consisted of 38 flights.

 

These focused in particular on the aircraft’s flightdeck display and navigation, fuel system, autopilot and radio communications, Aviastar says.

 

The aircraft’s absolute airspeed and g-limits were also tested, and the aircraft was flown at its maximum all-up weight of 210t and maximum landing weight of 170t. A procedure was also devised for a go-arounds with multiple engines out, Aviastar says.

 

The Ulyanovsk-based company says it will introduce additional equipment into the aircraft including communications systems, defensive aids and internal and external video cameras. The new systems will be validated in a second set of tests at Zhukovsky, which will include trials of the defensive flight systems and communications, as well as load delivery systems.

 

The Il-76-MD-90A is a heavily modernised version of the 1970s vintage Il-76, featuring a new wing, Aviadvigatel PS-90A high-bypass turbofan engines, strengthened undercarriage, an uprated two-man glass cockpit and avionics and a new navigation system.

 

Aviastar says the first production Il-76-MD-90A is in an advanced state of assembly, while the airframe of the second has also been built and is being fitted out with subsystems. A third airframe is under construction.

 

The first completed Il-76-MD-90A is due for delivery in 2014. Moscow ordered 39 of the transports last October in a $4.5 billion deal. Aviastar has previously said it hopes to sell the type to foreign military and civil customers.

Partager cet article
Repost0
5 décembre 2013 4 05 /12 /décembre /2013 17:20
Marvin to supply flightline test set platform for USAF's A-10/C Thunderbolt ll aircraft

A USAF's A-10A Thunderbolt II aircraft in flight during a Nato Operation Allied Force combat mission. Photo: courtesy of USAF Senior Airman Greg L. Davis.

 

5 December 2013 airforce-technology.com

 

Marvin Test Solutions has received a contract for the delivery of a customised test platform for the portable armament test set-70 (PATS-70) flightline test set for the US Air Force's (USAF) upgraded A-10/C Thunderbolt ll aircraft.

 

Under the $5.7m contract, the company will supply the MTS-207 ultra-rugged flightline test set, a PXI-based, portable solution customised by the company in response to the requirements defined by test officials from Hill Air Force Base (AFB).

 

Marvin Test Solutions CEO and USAF (Ret.) major general Steve Sargeant said the company used its mil-spec compliant commercial off the shelf, ultra-rugged chassis to partner with the USAF, enabling its test engineers to rapidly develop and qualify the system for support of A-10/C avionics and electronics.

 

Sargeant said: ''We were able to significantly reduce the fielding time of this mission-critical test set to the A-10/C community.

 

"The new PATS-70 is a high-performance flightline test set in a portable, ultra-rugged deployable chassis, and allows the A-10/C maintenance community to fully test the critical systems of the A-10/C while minimising logistics and simplifying operation."

"The MTS-207 also enabled the air force to significantly reduce the time and cost required to provide the PATS-70 to the A-10/C community."

 

Equipped with 14 slots, the platform will form the basis for the new PATS-70 test solution, which will fully validate the soldiers' upgraded digital avionics and precision weapon electronics, including friend-or-foe identification, anti-skid, alpha mach, fuel quantity, stability augmentation system and MIL-STD-1760 protocol buses.

 

In addition to offering necessary flexibility for integration of additional test instrumentation into the system for future test requirements, the MTS-207 also enabled the air force to significantly reduce the time and cost required to provide the PATS-70 to the A-10/C community.

 

The system was fitted with cables, a user interface and test programme software for conversion to PATS-70 test solution.

 

The A-10/C is a modified variant of the A-10/A aircraft, featuring upgraded avionics, and carry smart weapons.

Partager cet article
Repost0
5 décembre 2013 4 05 /12 /décembre /2013 13:50
Delivery of 400th Typhoon aircraft

 

Dec 4, 2013 ASDNews Source : BAE Systems PLC

 

The 400th Eurofighter Typhoon, the world’s leading swing role fighter jet, has been delivered to its worldwide customer base

 

The delivery

The German Air Force has today taken delivery of the 400th aircraft during special ceremony at Cassidian’s Military Air Systems Center in Manching, Southern Germany. It was built by the Eurofighter consortium, which includes us.

 

Demonstrating high operational effectiveness

In the past 10 years the global Eurofighter Typhoon fleet has demonstrated its high operational effectiveness in international missions and trainings and accumulated more than 210,000 flying hours. Several developments such as the Phase 1 Enhancement, the integration of the METEOR air-to-air missile, the new electronic radar (E-Scan) and additional weaponry increase the capabilities of the Eurofighter Typhoon and secure the future of this modern combat aircraft in the next decades.

 

In the hundreds

The delivery of the very first Eurofighter Typhoon to the Royal Air Force in the United Kingdom took place end of 2003. The 100th Eurofighter was delivered also to the Royal Air Force in September 2006. The 200th aircraft was handed over in November 2009 to the German Air Force. The 300th aircraft was delivered to the Spanish Air Force in November 2011.

 

In attendance

At the ceremony, the State Secretary of the German Ministry of Defence, Christian Schmidt, received the aircraft with the markings ‘31+06’. The event was witnessed by several high ranking representatives from politics and industry including: the Bavarian Minister for Economic Affairs, Media, Energy and Technology, Ilse Aigner; the Chief Executive Officer of Cassidian, Bernhard Gerwert, and representatives from the British, Spanish and Italian Eurofighter Partner companies.

 

A historic milestone

Alberto Gutierrez, Chief Executive Officer of Eurofighter Jagdflugzeug GmbH, said: “The delivery of the 400th Eurofighter Typhoon marks a historic milestone in Europe’s largest defence programme. Now we must focus much more strongly on export campaigns in order to win new contracts and new customers for this outstanding aircraft. Right now, especially in these difficult times in the defence industry, it is more important than ever that we stand up and be counted. That is what today is all about.”

 

A reliable backbone of many Air Forces

The General Manager of NATO Eurofighter and Tornado Management Agency  (NETMA), Jesus Pinillos, added: "Eurofighter Typhoon secures the airspace of six nations 24 hours a day, seven days a week even under extreme arctic weather conditions on the Falkland Islands. The aircraft has proven itself as a reliable backbone of the Air Forces in Germany, Italy, Spain, and in the UK as well as in Austria and Saudi Arabia. The reliability of the Eurofighter Typhoon in its global missions has surpassed expectations."

Partager cet article
Repost0
5 décembre 2013 4 05 /12 /décembre /2013 08:50
Poland Mulls Small Stake in EADS

 

Dec. 4, 2013 – Defense News (AFP)

 

WARSAW — Poland is considering taking a stake in the European aerospace giant EADS, Polish defense ministry spokesman Jacek Sonta said Wednesday.

 

"We're examining the possibilities, the pros and cons, that a stake in EADS could offer the Polish arms industry," Sonta told AFP.

 

"It's a matter of giving Polish arms companies a chance to be present on the European market."

 

According to the Polish daily Dziennik Gazeta Prawna, Poland would take on stake of up to 2 percent in EADS.

 

When contacted by AFP, a spokesman for EADS said: "Our shares are on the market, anyone can buy some."

 

France owns a 12-percent stake in EADS, Germany 10.7 percent and Spain 4 percent.

 

Poland could pay for its eventual portion by offering stakes in its state-owned defense group PHO, according to Dziennik Gazeta Prawna.

 

EADS is holding a business and investment event this week in Warsaw and the central city of Lodz. More than 200 Polish firms have been invited to meet with EADS officials.

 

The central European NATO member plans to spend 140 billion zloty (33.3 billion euros, $45 billion) in the coming years to upgrade its military.

 

Unlike other European countries, Poland has kept its defense budget stable throughout the global financial crisis.

 

According to law, it is fixed at 1.95 percent of gross domestic product, which this year equals more than 31 billion zloty.

 

EADS is to change its name in mid-2014 to Airbus Group after its passenger aircraft business.

Partager cet article
Repost0
5 décembre 2013 4 05 /12 /décembre /2013 08:50
F-35B Lightning II aircraft in formation (library image) [Picture: © 2013 Lockheed Martin Corporation]

F-35B Lightning II aircraft in formation (library image) [Picture: © 2013 Lockheed Martin Corporation]

 

 

4 December 2013  Ministry of Defence and Defence Equipment and Support

 

As training with the F-35 Lightning II steps up in Florida, a Royal Air Force pilot shares his impressions of the advanced stealth jet.

 

Flight Lieutenant Hugh Nichols completed his first sortie in the next-generation stealth fighter at Eglin Air Force Base in Florida in November.

The Lightning II aircraft, together with the Typhoon FGR4, will provide the RAF combat air component essential to UK defence.

Flight Lieutenant Hugh Nichols

Flight Lieutenant Hugh Nichols [Picture: Staff Sergeant Nicholas Egebrecht, United States Air Force]

Flight Lieutenant Nichols, the first RAF Number 1 Group pilot to fly the aircraft, said:

This is a notable step in the Lightning II story and one that marks a real shift in emphasis from development to employment.

We’re also just starting to train the first Number 1 Group engineers here at Eglin, which is another important milestone in the development of the UK aspect of the programme.

Lightning II’s advanced mission system sensors have done nothing but impress me so far and I have no doubt that this aircraft will deliver strategic, game-changing capabilities in future defence scenarios.

To be the first Number 1 Group operational pilot is both an honour and a privilege and I look forward to helping stand up Number 617 (The Dambusters) Squadron in 2016 and bringing the jet back to the UK in 2018.

An F-35B Lightning II at Eglin Air Force Base

An F-35B Lightning II on the tarmac at Eglin Air Force Base [Picture: © 2013 Lockheed Martin Corporation]

Three UK pilots and 13 engineers from the RAF and Royal Navy are learning to operate the aircraft at Eglin under a partnering agreement with the United States Marine Corps as part of Marine Fighter Attack Training Squadron 501 (VMFAT-501).

Another 12 engineers recently arrived at Eglin for 5 months of trade training at the Lightning Academic Training Centre prior to being posted to Marine Corps Air Station (MCAS) Beaufort in South Carolina and Edwards Air Force Base in California in mid-2014.

Lightning II will be the UK’s fifth-generation short take-off and vertical landing joint strike asset. The multi-role supersonic stealth aircraft is planned to achieve initial operating capability in a land-based role from RAF Marham in 2018 and, alongside the Royal Navy, aboard the future HMS Queen Elizabeth aircraft carrier in 2020.

F-35B Lightning II aircraft in flight

F-35B Lightning II aircraft in flight (library image) [Picture: © 2013 Lockheed Martin Corporation]

 

Flight Lieutenant Hugh Nichols

Flight Lieutenant Nichols, who is 35 and was born in Epsom, Surrey, joined the RAF in April 2000 and has flown Hawk and Harrier GR9 aircraft as well as flying the F-16CJ on exchange with the US Air Force.

He will go on to qualify as an F-35B instructor pilot and will remain on VMFAT-501 until the UK stands up its first squadron at MCAS Beaufort in 2016.

Partager cet article
Repost0
5 décembre 2013 4 05 /12 /décembre /2013 08:30
ATK Completes First Flight Test of its Light Gunship for Kingdom of Jordan

 

ARLINGTON, Va., Dec. 4, 2013 /PRNewswire

 

Modifications Completed for Jordan's King Abdullah II Design and Development Bureau (KADDB) CASA-235 Military Transport Aircraft

 

ATK (NYSE: ATK), a leader in weaponized, special-mission aircraft, announced it has completed the first flight test for the Kingdom of Jordan's two CASA-235 light gunship aircraft. ATK was awarded a contract by King Abdullah II Design and Development Bureau (KADDB) of the Kingdom of Jordan to modify two of the country's CASA-235 transport aircraft into highly-capable and cost-effective special mission aircraft.

 

With modifications and ground testing complete, ATK began the flight test program to validate the installed weapons and gun system. Upon successful completion of the test program, the aircraft will be delivered to the Kingdom of Jordan to support the mission of the Jordanian Armed Forces.

 

"We are pleased that KADDB has selected ATK to provide this unprecedented capability to the Jordanian Armed Forces," said Bill Kasting, vice president and general manager of ATK's Defense Electronic Systems division. "This program will provide the Kingdom of Jordan with the first multi-mission gunship capability in the region. The start of the flight test is a major milestone achievement by the ATK and KADDB team."

 

In collaboration with KADDB, ATK developed and provided the system integration and aircraft modifications to turn a CASA-235 cargo plane into a multi-mission gunship. These modifications include installation of an electro-optical targeting systems, a laser designator, aircraft self-protection equipment, a synthetic aperture radar, and an armaments capability that can provide sustained and precise firepower in a variety of scenarios using Hellfire laser-guided missiles, 2.75-inch rockets, and a side-mounted M230 link-fed 30mm chain gun. The gun is automatically aligned to the target, cued by a camera in conjunction with the mission management and fire control solution. These capabilities are integrated with and controlled by ATK's Mission System, which provides both day and night reconnaissance and fire control capabilities, and the ability to acquire, monitor and track items of interest.

 

The gunship capability package is part of ATK's Special Mission Aircraft product portfolio, which provides affordable, responsive and advanced capabilities to customer-preferred platforms. ATK's expertise includes outfitting various aircraft – including the Alenia C-27J, CASA CN-235/295, Lockheed C-130, Bombardier Dash-8, Hawker Beechcraft King Air, Cessna Caravan and others – with integrated intelligence, surveillance and reconnaissance and weapons employment capabilities.

 

About KADDB

The King Abdullah II Design and Development Bureau (KADDB) was established by Royal Decree on August 24, 1999 to provide an indigenous capability for the supply of independent, high quality, efficient and cost-effective scientific and technical services to the Jordan Armed Forces (JAF). KADDB is an independent government entity within the JAF that acts as the Jordanian research and development facility created to provide a one-stop solution for the supply of defence and commercial equipment. KADDB aims at harnessing science and technology to fulfil Jordan's defence needs and, in the process, assist the nation in creating a sustainable defence industrial base. News and information can be found on the Internet at www.KADDB.com.

 

About ATK

ATK Defense Group is an industry leader in providing innovative and affordable ammunition, precision and strike weapons, electronic warfare systems, and missile components across air-, sea-, and land-based systems.

 

ATK is an aerospace, defense, and commercial products company with operations in 22 states, Puerto Rico, and internationally. News and information can be found on the Internet at www.atk.com, on Facebook at www.facebook.com/atk, or on Twitter @ATK.

CN-235 Royal Jordanian Air Force

CN-235 Royal Jordanian Air Force

Partager cet article
Repost0
5 décembre 2013 4 05 /12 /décembre /2013 08:20
Northrop starts production of Global Hawk UAS for NATO

 

MOSS POINT, Miss., Dec. 4 (UPI)

 

NATO's first Global Hawk unmanned surveillance vehicle is starting to take shape on a Northrop Grumman production line, the company reports.

 

The NATO Alliance Ground Surveillance Block 40 Global Hawk has a cruise speed of 357 miles per hour, a range of 8,700 miles, a service ceiling of 60,000 feet and a flight endurance of more than 30 hours.

 

Once operational with NATO it will provide near real-time terrestrial and maritime situational awareness information throughout the full range of NATO military and civil-military missions.

 

NATO has ordered five of the aircraft, which will feature enhancements to meet the alliance's requirements for performing intelligence, surveillance and reconnaissance missions, Northrop said.

 

"The variety of sensors and ability to support a wide range of missions will revolutionize how NATO collects ISR," said Jim Edge, general manager of NATO's Air, Ground Surveillance Management Agency. "It was an honor to witness the start of production for the first NATO aircraft, and I'm excited at being one step closer to delivering the AGS system."

 

Production was kicked off with a ceremony at Northrop's facility in Mississippi, which was attended by representatives of the alliance, state government officials, community leaders and Northrop employees.

 

"Mississippi excels at advanced manufacturing, and the sophisticated aircraft that will be built at Northrop Grumman's Moss Point facility are a testament to the quality of the area's workforce," Gov. Phil Bryant said at the event. "Our state is also building a strong presence in the aerospace industry, and this operation will certainly bolster our reputation."

 

The NATO AGS system will be equipped with the multi-mode, Multi-Platform Radar Technology Insertion airborne ground surveillance radar sensor to provide all-weather, day or night intelligence. The system a suite of network-centric enabled line-of-sight and beyond-line-of-sight long-range, wide-band data links.

 

It also features European-sourced ground assets to provide in-theater support to commanders of deployed forces. Mobile ground stations, for interface between the AGS core system and a wide range of interoperable NATO and national command, control, intelligence, surveillance and reconnaissance systems are also part of the system.

 

"With the ability to fly up to 60,000 feet and for more than 30 hours, the NATO AGS system is uniquely suited to support NATO missions worldwide," said Jim Culmo, vice president, High-Altitude, Long Endurance Enterprise, Northrop Grumman Aerospace Systems.

 

Northrop said NATO is acquiring the system with 15 nations participating in the program. They are: Bulgaria, Czech Republic, Denmark, Estonia, Germany, Italy, Latvia, Lithuania, Luxembourg, Norway, Poland, Romania, Slovakia, Slovenia and the United States.

 

Companies participating in the project with Northrop include Cassidian, Selex ES, Kongsberg and defense companies from participating countries.

 

Details of the production/delivery schedule for the first and subsequent Global Hawks was not disclosed.

Northrop starts production of Global Hawk UAS for NATO
Partager cet article
Repost0
4 décembre 2013 3 04 /12 /décembre /2013 12:50
Ravitaillement : l'Espagne rêve de l'A330 MRTT

 

03/12/2013 Par Guillaume Steuer – Air & Cosmos

 

La force aérienne espagnole envisage l'acquisition de trois A330 MRTT dans le cadre d'une initiative européenne visant à renforcer les capacités des pays de l'Union dans le domaine du ravitaillement en vol. Ces appareils pourraient faire l'objet d'une utilisation et d'une maintenance mutualisée avec d'autres membres de ce "club MRTT".

 

S'exprimant ce matin à l'occasion de la conférence "Military AIrlift Rapid Reaction and Tanker Operations", un responsable de la force aérienne espagnole expliquait que ces trois MRTT permettraient de remplacer l'unique ravitailleur (K)B-707 vieillissant aujourd'hui utilisé par Madrid, tout en développant de nouvelles capacités de projection de fret, de transport de troupes et de VIP.

 

L'aviateur soulignait toutefois que pour le moment, aucun financement n'a été identifié par Madrid pour mener à bien ce projet. Un sujet délicat, puisque le budget de la défense espagnol a été réduit de près d'un tiers depuis 2008, selon notre interlocuteur. L'Agence européenne de défense milite pour un achat en commun avec d'autres pays de ces nouveaux ravitailleurs, projet dont la France s'est pour l'instant écartée par souci de conserver son autonomie sur l'acquisition de ses propres MRTT.

 

La force aérienne espagnole se prépare par ailleurs à accueillir ses premiers A400M en 2016. Un seul exemplaire de l'Atlas sera livré cette année-là, suivi par quatre appareils en 2017, cinq en 2018, cinq en 2019, puis quatre par an jusqu'en 2022. L'officier espagnol confirmait que ces machines devraient être livrées en configuration "plug and fly", c'est à dire qu'elles seront capables d'emporter différents équipements de mission commandés en petit nombre : nacelles de ravitaillement, kits de blindage, autoprotection, liaison Satcom, etc. La base de Saragosse devrait jouer le rôle de "hub" pour les Atlas espagnols.

 

Déjà utilisatrice de C-295, l'Ejército del Aire réfléchit également à de futures versions multi-missions du bimoteur tactique d'Airbus Military. Selon un aviateur espagnol, cette plateforme pourrait servir de base à des appareils de surveillance maritime, de renseignement électronique ou de guet aérien.

Partager cet article
Repost0
4 décembre 2013 3 04 /12 /décembre /2013 08:35
Les Etats-Unis déploient leurs nouveaux avions de surveillance à Okinawa

 

02.12.2013 lepopulaire.fr

 

La Marine américaine a déployé à Okinawa (Japon) son tout nouvel avion de surveillance et de lutte anti-sous-marine, en pleine montée de tensions après l'instauration par Pékin d'une zone aérienne d'identification, a affirmé lundi une de ses responsables.

Deux premiers P-8 Poseidon, qui avaient décollé vendredi de Floride (sud-est des Etats-Unis), sont arrivés sur la base de Kadena, située sur l'île d'Okinawa. Ils devraient être rejoints dans les jours à venir par quatre appareils supplémentaires, selon cette responsable s'exprimant sous couvert de l'anonymat.

 

Ce déploiement était "prévu depuis longtemps" et vise à remplacer les vieux P-3 Orion en fin de vie, selon cette responsable. Il n'est donc pas lié à l'instauration par Pékin d'une zone aérienne d'identification (ZAI) au-dessus de la mer de Chine orientale. Mais en déployant ce tout nouveau matériel, Washington renforce ses capacités dans cette zone qui couvre les îles Senkaku --Diaoyu pour la Chine-- au centre des tensions entre Tokyo et Pékin.

 

Le P-8 Poseidon entre à peine en service opérationnel. Construit à partir de la structure d'un Boeing 737, il dispose d'une autonomie et d'un rayon d'action accrus par rapport au P-3 et emporte torpilles et missiles anti-navires.

 

Le Japon, la Corée du Sud et les Etats-Unis ont chacun fait voler des avions dans la zone aérienne d'identification la semaine passée, sans en informer les Chinois, pour montrer qu'ils ne reconnaissaient pas cette ZAI chinoise, conduisant Pékin à envoyer des chasseurs à la rencontre de ces appareils.

 

Un porte-parole du Pentagone, le colonel Steven Warren, a toutefois noté lundi que la réaction des autorités chinoises aux vols américains dans la zone restait habituelle et "normale", plaidant que les vols américains se poursuivaient comme de coutume.

 

De nombreux experts estiment que la ZAI s'inscrit dans une démarche chinoise visant à affirmer peu à peu son rang de superpuissance politique, diplomatique et militaire, face à Washington qui, dans le cadre de sa stratégie dite de "pivot" vers l'Asie, entend renforcer ses moyens militaires dans le Pacifique.

 

Le vice-président américain Joe Biden est arrivé lundi à Tokyo, première étape d'une tournée qui le conduira ensuite en Chine et en Corée du Sud et qui risque d'être dominée par les tensions provoquées par la ZAI.

Partager cet article
Repost0
3 décembre 2013 2 03 /12 /décembre /2013 19:50
AERO Vodochody Aerospace in talks over sale of jet fighters

 

PRAGUE, Czech Republic, Dec. 3 (UPI)

 

Czech manufacturer Aero Vodochody Aerospace says it is party to negotiations between the Ministry of Defense and Draken International for the sale of its jets.

 

Draken is a U.S. firm that provides tactical fighter aircraft for contract air services for customers such as the U.S. military for airborne adversary support, flight training, threat simulation, electronic warfare support, aerial refueling, research, and testing services.

 

The Czech Ministry of Defense last week announced it was negotiating with Draken over the sale of as many as 28 surplus Aero Vodochody L-159A tactical jets.

 

"The successful conclusion of the sale and introduction of the aircraft in the U.S.A. would mark new phase in the life of L-159 and would bring significant benefits for Aero and other aerospace manufacturers in the Czech Republic involved in the program," Aero Vodochody said.

 

"Furthermore, Aero and L-159 program would benefit from the partnership on the American market, which could significantly increase the export potential of L-159 on the Latin and South American markets, where the light attack category has very good prospects."

 

The Czech company said it is also holding talks with Draken over future cooperation but offered no additional details.

 

The L-159A is a single-seat light combat aircraft produced by the company from 1997 to 2003.

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories