Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
14 octobre 2013 1 14 /10 /octobre /2013 17:45
C-27J Spartans from Alenia Aermacchi

C-27J Spartans from Alenia Aermacchi

 

 

14 October 2013 by Guy Martin - defenceWeb

 

Chad’s Air Force will soon receive two new C-27J Spartan medium transport aircraft from Alenia Aermacchi, with the aircraft undergoing final assembly at the company’s site in Italy.

 

The first C-27J for the Force Aerienne Tchadienne (Chad Air Force) is mostly complete, having had its engines installed ahead of a provisional mid-December delivery, and is undergoing avionics and mission systems installation. The fuselage of the second aircraft will shortly arrive at Alenia’s Caselle site in Turin, where the C-27J final assembly line is located.

 

Training of Chadian flight crew and technicians is currently underway in preparation for delivery of the aircraft later this year.

 

The Chad Air Force has a small transport fleet, comprising of a couple of Antonov An-26s (which entered service in 1994) and a single Lockheed Martin C-130 (which entered service in 1989). It is possible that the An-26s will be replaced by the C-27Js.

 

Chad began discussing the possible purchase of Spartans some years ago, with a leaked 2009 US diplomatic cable discussing the possibility of Chad buying C-130Js or C-27Js. “Purchasing C-27Js would be more economical for the GOC [Government of Chad] than buying C-130Js and might be no more expensive than buying refitted C-130Hs,” the cable read. “The C-27Js can land at many more airports in Chad than the bigger C-130s, either Js or Hs, thus complementing USG [US Government] efforts to make the Chadian military capable of combating terrorism in Chad's vast, remote, under-populated, and under-governed northern Saharan and Sahelian regions.”

 

Morocco is the only other C-27J operator in Africa, having bought four Spartans in October 2008. The first was delivered in July 2010. Morocco selected the C-27J for its ability to operate without under extreme environmental conditions, and without deployed ground support.

 

Alenia Aermacchi is gearing up to deliver another two C-27Js to Australia, as part of its May 2012 order for ten, and the final three of 21 for the US Air Force, which will place them in storage after the 2012 decision to stop flying the type.

 

The C-27J has been selected by more than ten countries, including Australia, Bulgaria, Greece, Italy, the United States, Lithuania, Romania, Morocco, Slovakia, Mexico and Chad and has flown missions in Iraq and Afghanistan. The aircraft has a payload capacity of 11.5 tons and can carry 60 troops or 36 litters with six attendants.

 

The Spartan’s closest competitor, the Airbus Military CN235/C295, has also been pushing for African sales, and has gained orders in Algeria, Cameroon, Egypt and Ghana.

Partager cet article
Repost0
14 octobre 2013 1 14 /10 /octobre /2013 07:20
Le programme F-35 a atteint les 10.000 heures de vol

Un F-35B s’apprête à effectuer un atterrissage vertical, le 21 mars 2013 à la base de Yuma, en Arizona (Archives/Cpl. Ken Kalemkarian)

 

11/10/2013 par Nicolas Laffont – 45eNord.ca

 

Malgré ses nombreux et récents déboires, le programme F-35 Lightning II poursuit sa maturation opérationnelle avec le dépassement des 10.000 heures de vol. On note d’ailleurs une accélération du programme d’essais.

Plus de la moitié du total des heures ont été accumulées lors des 11 derniers mois. La flotte de F-35 a volé 6.492 fois pour un total de 10.077 heures de vol durant cette période. En comparaison, depuis le début des essais, il y a six ans, les F-35 n’avaient effectués que 5.000 heures de vol.

 

 

L’ensemble de la flotte d’essais de F-35 a contribué à augmenter les heures de vol, soit les aéronefs basés à Eglin Air Force Base en Floride, ceux du Marines Corps Air Station Yuma, en Arizona et les appareils de conduite et formation et développement basés sur les installations des bases d’Edwards AFB , en Californie, Naval Air Station Patuxent River, dans le Maryland et Nellis AFB.

Les trois variantes du F-35 soit: le F -35A à atterrissage classiques (CTOL), le F- 35B à décollage court/atterrissage vertical (STOVL) et la variante navale F -35C (CV) ont participé à cette étape du programme.

Partager cet article
Repost0
12 octobre 2013 6 12 /10 /octobre /2013 11:55
En rouge, les équipements de mission de l'A400M– source Airbus Militay

En rouge, les équipements de mission de l'A400M– source Airbus Militay

 

11/10/2013 Par François Julian – Air & Cosmos

 

Il aura été l'un des systèmes les plus délicats à mettre au point dans le programme A400M : le FMS (Flight Management System), ou logiciel de gestion de vol, dont le développement a été confié à Thales.

 

« C'est le FMS le plus perfectionné qui puisse exister aujourd'hui », explique t-on chez Thales. Perfectionné, ce logiciel l'est car il reprend rien de moins que toutes les fonctionnalités déjà implémentées sur celui de l'A380, avec en plus d'autres spécifiquement destinées à un avion militaire.

 

Le tout, avec une interactivité et une ergonomie encore plus poussée. La preuve, pour un pilote habitué à voler sur Airbus, le passage sur A400M peut se faire relativement simplement, comme nous l'avions expliqué lors de notre essai en vol, consultable ici.

 

Reste que Thales n'en a pas encore fini avec ce développement, puisque beaucoup des fonctions militaires restent encore à être validées, voir implémentées.

 

Pour l'heure, le FMS est certifié dans la version IOC (Initial Operating Clearance) de l'avion, ce qui lui permet de réaliser l'intégralité de ses missions logistiques. Les versions plus militaires, SOC 1 et SOC 1,5, sont quant à elles encore au stade du test, sur les avions d'essais d'Airbus.

 

Car c'est essentiellement grâce aux différentes itérations de ce FMS que vont être débloquées les différentes capacités spécifiques de l'A400M. Les versions du FMS, actuellement en cours de test, vont ainsi offrir des fonctions d'aérolargage. Plus tard, ce sera au tour des fonctions de ravitaillement en vol d'être débloquées.

 

La fonctionnalité la plus dure à mettre au point, ce sera le « Low Level Flight » qui permettra le vol automatique à basse altitude avec suivi de terrain sur données de cartographie numérique. Cet ultime fonctionnalité doit être prête pour 2018.

Partager cet article
Repost0
11 octobre 2013 5 11 /10 /octobre /2013 16:35
Le Rafale pourrait atterrir en Inde qu'en 2015

Le Rafale pourrait atterrir en Inde qu'en 2015

 

11/10/2013 Michel Cabirol – LaTribune.fr

 

Selon des sources concordantes, les industriels du Team Rafale comptent sur la signature d'un contrat en Inde en 2015. Il resterait entre 12 et 18 mois de travail et les élections législatives au printemps prochain vont ralentir les négociations.


 

Quand sera signé le contrat Rafale en Inde ? Aujourd'hui, les industriels du Team Rafale (Dassault Aviation, Thales et Safran) comptent désormais sur un contrat pour la fourniture de 126 Rafale à l'armée de l'air indienne en 2015, selon des sources concordantes. Voire fin 2014 mais avec beaucoup de scepticisme. "Il reste entre 12 et 18 mois de travail" pour signer un contrat en bonne et due forme, explique un bon connaisseur du dossier à "La Tribune". Et de rappeler que les contrats d'armement signés en Inde sont très, très lents à sortir à l'image du contrat de rénovation des Mirage 2000 indiens.

En outre, les élections législatives en Inde prévues au printemps 2014 vont paralyser le processus des négociations. Le PDG de Dassault Aviation, Eric Trappier expliquait d'ailleurs craindre que l'approche des élections législatives l'année prochaine en Inde et la mise en place d'un nouveau gouvernement issu des urnes retardent la prise de décision à New Delhi.

 

Un contrat hors norme

"Ce sera beaucoup trop juste pour 2014", constate également une source industrielle. Pour autant, personne ne remet en cause la signature de ce contrat négocié avec Dassault Aviation depuis janvier 2012… mais la lenteur légendaire de l'administration indienne et la masse incroyable de détails qui restent encore à négocier et à coucher sur un contrat hors norme conduisent les négociateurs français à devenir zen et à se mettre à l'heure indienne.

N'en déplaise au ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian. "Concernant le Rafale, je suis optimiste pour la signature avec l'Inde l'an prochain, où un budget a été inscrit", a-t-il déclaré mardi dans une interview aux "Echos". Un objectif qui paraît aujourd'hui un peu trop ambitieux. Car le gouvernement compte sur la signature d'un contrat avant juillet 2014 pour réduire les livraisons des Rafale à l'armée française à partir de 2016, l'export prenant le relais.

 

Les ambitions de HAL

Ce n'est pas la mort d'un négociateur en Inde, Arun Kumar Bal, "joint secretary" au ministère de la Défense chargé notamment des acquisitions pour l'armée de l'Air, qui va retarder cette négociation, estiment certains interlocuteurs, qui rappellent qu'il était arrivé il y a peu. Ce qui peut ralentir les négociations, ce sont plutôt les ambitions du principal partenaire indien de Dassault Aviation, Hindustan Aeronatics Ltd (HAL). "Ils veulent tout faire mais être responsables de rien", constate un connaisseur de ce dossier.

Ce qui n'est pas réellement nouveau, car, précise-t-il, "ils ont toujours été de redoutables négociateurs". Mais les discussions entre Dassault Aviation et HAL se poursuivent sur qui est responsable de quoi. Enfin, Dassault Aviation, qui veut faire les choses de façon extrêmement propres, souhaite coller au plus près de la proposition qui lui a permis de gagner le droit de négocier en exclusivité avec New Delhi. L'Inde avait demandé des offres basées sur le coût de possession des appareils. Soit sur la durée de vie des appareils.

 

Le Qatar avant l'Inde

Une chose est sure, Jean-Yves Le Drian ne peut pas compter sur un contrat Rafale en Inde pour réduire la cadence de livraison des appareils à l'armée de l'air à partir de 2016 (26 Rafale doivent être livré lors de la prochaine loi de programmation militaire, dont 11 en 2014 et en 2015). Le projet de LPM 2014-2019, en cours d'examen au Parlement, est en effet bâti sur l'hypothèse que l'exportation du Rafale prendra le relais des livraisons nationales à partir de 2016.

L'avionneur considère qu'il faut trois ans à partir de sa signature pour produire un Rafale. Voire quatre ans pour certains. La précédente LPM avait déjà fait le même pari, mais l'Etat avait dû continuer à prendre livraison de 11 Rafale par an. Reste le Qatar, le propect le plus chaud de Paris... Mais les Américains sont en train de brouiller les cartes à Doha.

Partager cet article
Repost0
10 octobre 2013 4 10 /10 /octobre /2013 07:55
Assemblage aéronautique : MBDA forme ses propres ajusteurs à Bourges

09.10.2013 Mariama Diallo - journal-aviation.com

 

Confronté à une pénurie d’ajusteurs aéronautiques en région Centre où n'existe aucune formation sur ce métier, le missilier européen MBDA a décidé de former lui-même sa propre main-d’œuvre afin de faire face à la hausse de l’activité d’assemblage des caissons centraux de voilure des avions ATR sur son site de Bourges Aéroport (18). Cette usine, dédiée à l'assemblage des grosses pièces de structure ainsi qu'aux sous-ensembles missiles, emploie actuellement près de 1 300 personnes.

 

En partenariat avec l’UIMM (Union des Industries et Métiers de la Métallurgie) du Cher, Pôle emploi, Randstad et l’AFPI (Association de Formation Professionnelle de l’Industrie) Centre Val de Loire, 12 personnes, tous chômeurs de longue durée, ont ainsi été recrutées pour suivre une formation diplômante de 385 heures étalées sur plusieurs mois entre novembre 2012 et février 2013.

 

Le 9 octobre, les 12 ajusteurs aéronautiques ont reçu leur diplôme, le CQPM (Certificat de Qualification Paritaire de la Métallurgie) Ajustage Structures Aéronautiques, délivré par l’UIMM et reconnu dans le secteur de l’aéronautique. Pour le moment, seuls six ont été recrutés en CDI. Les six autres ont signé des CDD, transformables en CDI selon l'évolution du plan de charge qui dépend beaucoup de la loi de programmation militaire (LPM) du ministère de la Défense. Même s'ils ne sont pas renouvelés chez MBDA, ces ajusteurs aéronautiques auront la possibilité de travailler dans une autre entreprise du secteur en région Centre ou ailleurs, grâce à leur CQPM.

 

Les candidats à cette formation, inédite dans la région, ont été « sélectionnés pour leur motivation et leur habileté, et suite à des tests théoriques et pratiques réalisés en situation réelle et par simulation », précise-t-on chez MBDA, qui espère que sa démarche inspirera toutes les autres entreprises aéronautiques de la région Centre. Une seconde vague de formation sur le métier d'ajusteur aéronautique pourrait voir le jour, « si le plan de charge augmente ».

 

Société codétenue par BAE Systems (37,5 %), EADS (37,5 %) et Finmeccanica (25 %), MBDA produit des missiles et systèmes de missiles. En 2012, l’entreprise a réalisé un chiffre d’affaires de 3 milliards d’euros. Fort d’un carnet de commandes de 9,8 milliards d’euros, MBDA compte plus de 90 forces armées clientes dans le monde. La société est implantée dans cinq pays d’Europe et aux États-Unis. En France MBDA est basé à Bourges, Cazaux, Fontenay-aux-Roses, Le Plessis-Robinson, La-Croix-Saint-Ouen et Selles-Saint-Denis.

Partager cet article
Repost0
10 octobre 2013 4 10 /10 /octobre /2013 07:25
Embraer selects Thales IFF systems for military aircraft upgrades

Oct 9, 2013 ASDNews Source : Thales Group

 

Brazilian aircraft manufacturer Embraer has awarded Thales a contract to supply IFF (Identification Friend or Foe) transponders for the upgrade of A1M fighters and E-99 AEW surveillance aircraft in service with the Brazilian Air Force. A total of 48 aircraft will be retrofitted with the new IFF transponders.

 

Thales will supply its TSC 2030 and TSC 2050 transponders, which are part of the company's BlueGate range of IFF products and provide a digital identification capability in line with NATO's MKXA standard. The aircraft equipped with the new IFF systems will be fully interoperable to overcome risks of friendly fire.

 

Read more

Partager cet article
Repost0
9 octobre 2013 3 09 /10 /octobre /2013 16:50
Nouvel hélicoptère NH90 dans le ciel belge

08/10/13 Virginie Flawinne– MIL.be

 

Ce mercredi 2 octobre 2013, la Défense fêtait l'arrivée du premier NH90 sur le territoire belge. La base aérienne de Beauvechain et ses invités ont assisté à l'atterrissage de cet appareil, symbole d'une nouvelle ère.

 

L'appareil en question avait déjà fait un passage remarqué en Belgique, lors du défilé du 21 juillet. L'arrivée ce mercredi au 1er Wing de Beauvechain du premier hélicoptère de transport de la Défense est historique. Ne remplaçant aucun appareil, il constitue un nouveau créneau développé conjointement par plusieurs pays membres de l'OTAN.

 

« En tant qu'hélicoptère de transport tactique, il apporte une nouvelle capacité à notre flotte », précise le colonel Georges Dejaeger, commandant du 1er Wing. « C'est un engin résolument nouveau pour nous », explique le lieutenant Valéry Dessers, pilote instructeur. « On passe d'un système analogique à un système numérique qui permet beaucoup plus de choses dont notamment voler en conditions de très mauvaise visibilité. »

 

À ce titre, le NH90 est déployable sur tout type de théâtre d'opération et par tous les temps. Le partenariat que la Belgique a instauré avec différents pays lui permet par ailleurs de partager l'organisation de la formation mais aussi la gestion des stocks.

 

Sorti des lignes de productions le 21 décembre 2012, cet hélicoptère était grandement attendu. Maintenant que la formation initiale des pilotes et des mécaniciens est terminée, le programme d'entraînement en Belgique peut débuter.

 

« Cela faisait longtemps que nous l'attendions et nous nous réjouissons de le voir enfin en exercice dans notre ciel », conclut le colonel Dejaeger.

 

Photos >> : Daniel Orban –

 

Vidéo : Wim Cochet

Nouvel hélicoptère NH90 dans le ciel belge
Partager cet article
Repost0
9 octobre 2013 3 09 /10 /octobre /2013 11:55
Les Rafale français passent le cap des 100.000 heures de vol

09/10/2013 Par Guillaume Steuer – Air & Cosmos

 

Le cap est symbolique : au cours de l'été, la flotte de Rafale français a franchi la barrière des 100.000 heures de vol réalisées sous les couleurs de l'Aéronautique navale et de l'armée de l'Air.

 

Le bilan inclut les heures de vol réalisées entre 2000 et 2008 par les Rafale au standard F1 de la Marine, qui sont aujourd'hui en chantier de retrofit.

 

Au 1er octobre 2013, 122 Rafale avaient été livrés aux forces françaises : 38 Rafale M à la Marine et 84 Rafale B/C à l'armée de l'Air, dont 44 monoplaces et 40 biplaces. Le projet de loi de programmation militaire prévoit d'en livrer 26 supplémentaires entre 2014 et 2019.

 

Sur 100.000 heures de vol, cinq Rafale ont été perdus, dont quatre dans la Marine. Aucun de ces accidents n'a toutefois été causé par une avarie technique, le facteur humain ayant été prédominant dans tous les cas.

 

En septembre 2013, le consortium Eurofighter rappelait que la flotte mondiale de Typhoon avait franchi le cap des 200.000 heures de vol réalisées par ses clients. Environ 380 appareils avaient alors été livrés aux six pays utilisateurs de l'avion.

Partager cet article
Repost0
9 octobre 2013 3 09 /10 /octobre /2013 11:50
Military Airworthiness Conference 2013

Aix-en-Provence | Oct 08, 2013 European Defence Agency

 

The Military Airworthiness Conference 2013 took place on 25-26 September in Aix-en-Provence, France. This was the 5th conference arranged under the auspices of the Military Airworthiness Authorities (MAWA) Forum and built upon the success of previous EDA Military Airworthiness Conferences and workshops that had been organised in the Czech Republic, Sweden, Poland and Cyprus. 

 

This year presentations focused on "Building upon the foundations of military airworthiness harmonisation in order to realise future benefits” and on exploring the way forward now that the full suite of European Military Airworthiness Requirements (EMARs) and other associated documents will be available in the near term. 

 

The conference brought together 95 military airworthiness experts from European Member States, governmental organisations, aerospace industry and the European Aviation Safety Agency as well as representatives from Australia, Canada, the Republic of Korea, Singapore and Turkey.

 

The wide variety of presentations, interspersed with valuable Q&A sessions and discussions, posed a number of challenging questions for the Military Airworthiness community, as well as providing an exciting insight into the way-forward for European Military Airworthiness. The conference provided key opportunities for networking, ensuring that delegates were able to maximise their time with each other and to follow-up individual  presentations with more detailed discussions of specific national issues. 

Conference feedback from all attendees has been very positive, and will provide further impetus to the EDA-chaired MAWA Forum as it prepares for the national consultation of several critical documents over the next few months, including EMAR 66 and the Acceptable Means of Compliance & Guidance Material linked with EMAR 21 and EMAR 147.

 

More information

  • All presentation held at the 5th MAWA Conference are available here.

  • Pictures of the conference are available here

Partager cet article
Repost0
9 octobre 2013 3 09 /10 /octobre /2013 11:50
News Digest October 2013 - EU Defence Agency

09.10.2013 European Defence Agency

Latest news

 

First Collective Air-to-Air Refuelling Clearance Trial First Collective Air-to-Air Refuelling Clearance Trial
 

The European Defence Agency, Italy and the Movement Coordination Centre Europe (MCCE) jointly organise the first collective European Air-to-Air Refuelling (AAR) clearance trial on the Italian KC767. Starting on 5 September, aircraft from France (Mirage 2000, Rafale) and Sweden (Gripen) participate in the campaign to obtain technical and operatio...

 

read more

 

Military Airworthiness Conference 2013Military Airworthiness Conference 2013
 

The Military Airworthiness Conference 2013 took place on 25-26 September in Aix-en-Provence, France. This was the 5th conference arranged under the auspices of the Military Airworthiness Authorities (MAWA) Forum and built upon the success of previous EDA Military Airworthiness Conferences and workshops that had been organised in the Czech Republ...

 

read more

 

Call for Submissions: EDA-Egmont PhD PrizeCall for Submissions: EDA-Egmont PhD Prize
 

The European Defence Agency (EDA) in partnership with Egmont Institute has the pleasure of inviting the best and the brightest of European academic scholars to submit their candidacy for the EDA-Egmont PhD Prize in Defence, Security and Strategy. If you have been awarded a PhD in the last academic year or beginning of current academic year (1 Se...

 

read more

 

Naval Challenges in the ArcticNaval Challenges in the Arctic
 

The European Defence Agency, together with the Permanent Representation of Finland to the European Union today hosted a conference on the "Naval Challenges in the Arctic Region" highlighting the conclusions of a long term analysis conducted by the Wise Pen Team International. Pilvi-Sisko Vierros-Villeneuve, Ambassador and Permanent Representativ...

 

read more

 

EU US Defence Data 2011

EU US Defence Data 2011
 

EDA has compared the 2011 defence expenditure of its participating Member States with that of the United States for the same year. The data show that the US spent €503 billion on defence in 2011 compared to €193 billion spent in the EU: around 2,5 times more. In 2011, the governments of the 26 EDA pMS spent a total of €193 billio...

 

read more

Partager cet article
Repost0
9 octobre 2013 3 09 /10 /octobre /2013 07:50
Airbus A400M - Video von Bundeswehr

29 sept. 2011 Bundeswehr

Größere Reichweite und mehr Nutzlast kennzeichnen das neue Transportflugzeug der Bundeswehr, die Airbus-Maschine A400M. Unser Reporter hat den Produktionsprozess begleitet und er stellt die Neuerungen vor.

Partager cet article
Repost0
8 octobre 2013 2 08 /10 /octobre /2013 16:50
Défense : le projet d'achat de Gripen dans le viseur des citoyens suisses

L'avion de combat suédois Gripen dans la ligne de mire des Suisses

 

08/10/2013 Michel Cabirol – LaTribune.fr

 

Ce mardi débute en Suisse la collecte pour recueillir en 100 jours les 50.000 signatures nécessaires à l'organisation d'un référendum sur le projet d'achat d'avions de combat suédois.


 

L'avenir du Gripen en Suisse est désormais dans les mains des citoyens suisses. C'est ce mardi que débute la collecte en vue de recueillir 50.000 signatures pour l'organisation d'une votation (référendum) pour l'achat des avions de combat suédois par le gouvernement fédéral suisse. Les opposants à ce projet ont donc 100 jours pour recueillir les 50.000 signatures nécessaires à l'organisation de la votation.

À l'occasion des votations, les citoyens suisses sont appelés à se prononcer sur un ou plusieurs sujets relatifs à la politique fédérale, cantonale ou communale. Le résultat d'une votation est contraignant, les autorités étant dans l'obligation d'appliquer le résultat du vote quelles que soient les recommandations qu'elles auraient pu communiquer.

Selon un sondage conduit auprès de 1.000 personnes par l'institut Isopublic et publié début septembre par le "SonntagsBlick", 63 % des personnes interrogées estiment qu'il ne faut pas acheter de Gripen. Seuls 31 % approuvent cette acquisition. Et 6 % n'ont pas d'opinion.

 

Un fonds spécial pour s'offrir le Gripen

La Loi fédérale sur le fonds d'acquisition du Gripen est sujette au référendum. En vue de  l'achat de l'avion de combat, un fonds spécial (fonds Gripen), juridiquement dépendant de la Confédération, a été constitué. Ce fonds est dissous une fois la phase d'acquisition de l'avion de combat achevée.

Le fonds est alimenté par les crédits budgétaires. Le Conseil fédéral peut être habilité, dans le cadre des décisions portant sur le budget et ses suppléments, à augmenter les crédits pour ce fonds en puisant dans les crédits de défense et d'Armasuisse Immobilier.

Armasuisse est notamment le centre de compétences de la Confédération pour l'acquisition de systèmes et de matériels technologiquement complexes, les technologies importantes en matière de sécurité.

 

Le Gripen, un choix contesté par les militaires suisses

Selon deux rapports d'évaluation de l'armée de l'air suisse, l'avion de combat suédois n'avait pas atteint "le seuil minimal de capacités attendues" pour mener à bien sa mission de police aérienne. Ce pourquoi le ministre de la Défense suisse, Ueli Maurer, l'a pourtant déclaré vainqueur de l'appel d'offre suisse portant sur l'achat de 22 avions de combat.

L'avion de combat suédois "a été évalué comme insatisfaisant pour ce type de mission de police aérienne. Les principaux points faibles du Gripen ont été son endurance et ses performances" lors des essais en vol de 2008. Il obtient une note médiocre de 4,20 points tandis que le Rafale décroche un 6,71 points (6,2 points pour l'Eurofighter). L'avion de combat suédois est même devancé par les performances des F-18 suisses.

Et d'enfoncer le clou : "le Gripen a été le seul candidat à ne pas atteindre le seuil minimal (6 points, ndlr) des capacités attendues".

Partager cet article
Repost0
8 octobre 2013 2 08 /10 /octobre /2013 11:50
Le drone Watchkeeper certifié

Cette certification ouvre, au drone Watchkeeper de Thales, la possibilité de vols militaires dans un espace aérien approprié partout dans le monde.

 

7 octobre Aerobuzz.fr

 

Thales UK annonce qu’un certificat de type (STDA ou Statement of Type Design Assurance en anglais) lui a été délivré par l’autorité de l’aviation militaire du Royaume-Uni (MAA1) pour son système de drone Watchkeeper.

 

Ce certificat de type confirme que le drone Watchkeeper est conforme aux normes de conception approuvées par la MAA et que le système dans son intégralité (cellule, stations sol et logiciels systèmes) a atteint un niveau de sécurité et d’intégrité acceptable. Il représente un élément clé du processus de certification, ouvrant la voie pour le MoD britannique vers la délivrance d’une autorisation de mise en service.

 

Watchkeeper est le premier drone à recevoir une certification de ce genre de la part de la MAA. Il s’agit-là d’une étape importante vers l’acceptation des drones au sein de l’espace aérien. Cela sous-tend la possibilité de vols militaires dans un espace aérien approprié partout dans le monde.

Partager cet article
Repost0
6 octobre 2013 7 06 /10 /octobre /2013 18:55
Appelez le " Ville d'Orléans"  - Video

1 oct. 2013 ministeredeladefense

 

L'avion de transport militaire de nouvelle génération, l'A400M, a été officiellement reçu par l'armée de l'Air à Orléans-Bricy, le lundi 30 septembre. Le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, a présidé la cérémonie d'inauguration.

Partager cet article
Repost0
6 octobre 2013 7 06 /10 /octobre /2013 07:55
Des alliages super performants

03.10.2013 Didier Locq, Ingénieur métallurgiste - ONERA

 

Les superalliages sont étonnants : ils supportent des températures de plusieurs centaines de degrés pratiquement sans se déformer. Ils sont d'une importance stratégique puisqu'ils composent 40% de la masse des moteurs d’avions comme celui du Rafale.

 

Pour écouter le podcast

 

 

Partager cet article
Repost0
5 octobre 2013 6 05 /10 /octobre /2013 20:55
Le Rafale B 339 de retour de mission

Le Rafale B 339 de retour de mission

04/10/2013 Armée de l'air

 

Après avoir été réceptionné par la direction générale de l’armement (DGA) le 12 septembre 2013, le Rafale biplace immatriculé B 339, premier exemplaire de la 4etranche de production du programme Rafale est arrivé le 17 septembre sur la base aérienne 118 de Mont-de-Marsan. Une semaine après, c’est au tour du B 340, de grossir les rangs de l’escadron de chasse et d’expérimentation 5/330 « Côte d’Argent ».

 

Les 60 avions de cette tranche de production sont tous équipés en série de capteurs nouvelle génération, à savoir du radar RBE2 AESA à antenne active, du détecteur départ missile de nouvelle génération (DDM NG) et de l’optronique secteur frontal « identification et télémétrie ».

 

Le Rafale est le premier avion de combat européen en service à bénéficier de la technologie AESA (Active Electronically Scanned Array / radar à antenne active), qui permet d’améliorer significativement sa portée de détection. C’est l’aboutissement de plus de 10 ans d’efforts de recherche et développement sur les antennes actives.

 

À ce jour, 180 avions de série ont été commandés par la DGA et 122 appareils livrés dans ses trois versions : 38 monoplaces embarqués M pour la marine nationale, 40 biplaces B et 44 monoplaces C pour l’armée de l’air.

Le Rafale B 340 est le dernier avion de chasse entré à l'armée de l'air

Le Rafale B 340 est le dernier avion de chasse entré à l'armée de l'air

Partager cet article
Repost0
4 octobre 2013 5 04 /10 /octobre /2013 19:35
IAF Chief Sounds First Anxious Note On MMRCA

October 04, 2013 - by Shiv Aroor – Livefist

 

He's been known to be unequivocally optimistic about the $20-billion M-MRCA fighter competition so far, but IAF chief, Air Chief Marshal N.A.K. Browne sounded anxious and uncertain over the deal, currently still in negotiations.

 

"We have no back-up plan. We need to get the deal going, or we'll face a big shortfall of fighters in the 2017-22 period," said Browne at his annual press conference ahead of Air Force Day on October 8. "The deal has to work. There's no other option."

 

The IAF chief rued the death of MoD Joint Secretary (Acquisitions) Arun Bal, saying his demise was tragic and a setback to several acquisition cases, particularly the MMRCA, which he handled directly.

 

"Negotiations on the MMRCA are still on. Cannot place a timeline on when the deal will be signed," the IAF chief said, marking the first time when he's left the timeframe open. In the past, Browne has commonly put down a specific time by which he said he expected the deal or paperwork to be complete.

 

Dismissing speculation about exchange rate fluctuations jeopardising high-value acquisitions like the MMRCA, the Chief said such contingencies had been accounted for, and wouldn't impact the acquisition decision.

Partager cet article
Repost0
3 octobre 2013 4 03 /10 /octobre /2013 16:30
Avions de combat : le drôle de jeu américain au Qatar

02/10/2013 Michel Cabirol – LaTribune.fr

 

Mi-septembre, le consortium Eurofighter (Typhoon) et Dassault Aviation (Rafale) ont rendu une offre conformément au calendrier fixé par Doha. Mais pas Washington, selon des sources concordantes.

 

Qatar ou l'inconnue américaine... Quelle est la stratégie poursuivie par les Etats-Unis dans le cadre de l'appel d'offre des avions de combat au Qatar ? Mi-septembre, Londres, qui propose Eurofighter Typhoon, et Paris, qui soutient le Rafale (Dassault Aviation), ont rendu leur offre conformément au calendrier fixé par Doha. Mais pas Washington, selon des sources concordantes.

Du coup, les deux enveloppes contenant les offres du consortium Eurofighter (BAE Systems, EADS et l'italien Finmeccanica) et de Dassault Aviation dorment depuis plus de quinze jours au fonds d'un coffre avant d'être décachetées… une fois la réponse des Américains réceptionnée par les Qataris.

 

Mécontentement du Qatar

Cette situation embarrasse Doha, qui a exprimé un besoin d'acquérir 72 avions de combat. Une compétition qui sera vraisemblablement découpée en deux tranches (36 + 36) pour remplacer les douze Mirage 2000-5 de l'armée de l'air qatarie - les seuls appareils dont elle dispose à ce jour. « L'équipe en charge du dossier est réellement indisposée par l'attitude des Américains », explique-t-on à la Tribune.

Car initialement, le Qatar comptait prendre une décision rapide avant la fin de l'année pour la première tranche. Doha veut effectivement renforcer sa flotte d'avions de combat pour jouer un rôle sur la scène internationale comme elle a pu le faire dans le cadre de l'opération Harmattan en Libye aux côtés de la France, et des avions Rafale en particulier.

Les manœuvres (?), ou à défaut les indécisions, américaines pourraient troubler ce calendrier. « Ils sont à la merci du bon vouloir des Américains », confirme-t-on à La Tribune. D'autant que les Qataris pourraient choisir un avion européen dans un premier temps et mettre la pression sur les Américains sur la deuxième tranche. Pour autant, techniquement, le Qatar peut choisir. Ils ont évalué tous les avions, à l'exception du F-35.

 

Quel avion américain ?

Difficile de savoir quel avion de combat vont proposer les Américains ? Surtout face au Rafale, qui semble être le favori des Qataris pour la première tranche après de très bonnes évaluations, notamment par temps chaud (50 degrés) à l'été 2012. Ce qui n'a pas été le cas de l'Eurofighter qui semble-t-il a beaucoup souffert de la chaleur. Mais les Britanniques, associés aux Allemands, ont toutefois mis le paquet sur une offre globale très compétitive. Notamment en proposant des investissements aux Qataris dans l'industrie financière britannique. Les Allemands sont également ouverts à de tels investissements.

Au départ les Américains proposaient deux appareils de Boeing, le F-15 et le F-18, qui lui aussi a énormément souffert de la chaleur au point qu'il aurait été disqualifié. Puis, Washington a réfléchi à faire concourir le F-35. Mais le Pentagone et Lockheed Martin doivent d'abord obtenir l'accord du congrès. Ce qui pourrait prendre du temps.

Partager cet article
Repost0
2 octobre 2013 3 02 /10 /octobre /2013 16:50
Airbus célèbre le premier A400M, avec l'export comme objectif

01.10.2013 journal-aviation.com - par Tim Hepher et Brenda Goh

 

SEVILLE/PARIS/LONDRES, 30 septembre (Reuters) - De nombreux responsables politiques européens participent ce lundi à Séville à la cérémonie organisée par Airbus pour célébrer la livraison du premier avion de transport militaire A400M mais ce programme, le plus important à l'échelon européen dans la défense, pourrait bien être le dernier du genre avant longtemps.

 

Après 30 ans de développements laborieux, le premier des 170 A400M commandés par sept pays - livré à l'armée française - permet à l'Europe de franchir une nouvelle étape en matière d'indépendance de ses transports militaires.

 

La cérémonie de Séville, où est installée l'usine d'assemblage de l'appareil, doit aussi donner un nouvel élan à la campagne commerciale à l'export hors d'Europe, indispensable pour assurer l'équilibre financier du programme mais handicapée par quatre ans de retard et de coûteuses difficultés de mise au point des moteurs.

 

Au-delà de l'A400M, Airbus s'interroge sur la manière dont l'Europe, économiquement affaiblie et politiquement divisée, pourra répondre à de futurs conflits comparables à ceux de la Syrie, de la Libye ou du Mali, et sur la volonté des Etats à coopérer dans le cadre de grands projets de défense.

 

"Je pense que nous sommes encore plus loin d'une politique étrangère et de sécurité commune aujourd'hui qu'à aucun moment au cours des 20 dernières années", a dit Tom Enders, le président exécutif d'EADS, la maison mère d'Airbus, lors d'un discours la semaine dernière.

 

"Je ne m'attends pas, dans ma planification stratégique, à ce que, dans les 10 à 15 prochaines années, il y ait un grand projet européen dans notre sphère d'activité. Je constate que les gouvernements cherchent plutôt à arrêter ou à réduire des projets déjà lancés", a-t-il ajouté.

 

L'EUROPE ESPÈRE DES ROYALTIES À L'EXPORT

 

L'A400M a été conçu pour répondre aux besoins de capacités de transport militaire de sept pays de l'Otan: l'Allemagne, la Belgique, l'Espagne, la France, la Grande-Bretagne, le Luxembourg et la Turquie.

 

Mais le budget du programme, fixé initialement à 20 milliards d'euros, a augmenté en chemin de cinq milliards, ce qui a obligé les pays partenaires à remettre la main au portefeuille en 2010 à hauteur de 3,5 milliards, une somme qu'ils sont censés récupérer sous forme de royalties sur les ventes à l'export.

 

Présent à Séville, Jean-Yves Le Drian, qui reviendra en France à bord du premier A400M livré par Airbus Military, a estimé que l'appareil disposait d'un "énorme" potentiel à l'exportation.

 

La décision récente d'interrompre la production du Boeing C-17, peut en effet jouer en faveur de l'A400M.

 

Jusqu'à maintenant, en dehors des sept pays initiateurs du projet, la Malaisie est le seul acheteur de l'A400M, pour quatre appareils, l'Afrique du Sud ayant annulé une commande.

 

Airbus estime à plusieurs centaines d'exemplaires le marché potentiel de l'avion. Mais le constructeur s'inquiète de la volonté affichée de plusieurs pays européens acheteurs, comme l'Espagne, de revendre une partie de leur flotte hors du Vieux Continent.

 

Tom Enders a déclaré à Reuters que de tels projets étaient "compréhensibles" dans le contexte budgétaire actuel mais il a ajouté: "En tant qu'industriel, je ne peux pas être très satisfait de cette approche et je dois faire en sorte que nous ne laissions pas la valeur s'échapper."

 

En France, l'A400M, dont le premier exemplaire est basé à Orléans, est destiné à remplacer le Transall C-160, dont certains exemplaires volent depuis 50 ans. (avec Adrian Croft à Bruxelles; Marc Angrand pour le service français, édité par Jean-Michel Bélot)

Partager cet article
Repost0
2 octobre 2013 3 02 /10 /octobre /2013 16:50
First A400M Official Delivery Ceremony held in Seville
Seville, 30th September 2013: OCCAR
 
In a spectacular ceremony held at the A400M Final Assembly Line in Seville, the first production A400M was officially delivered to the French Air Force. In attendance at the ceremony were VIPs including the French Minister of Defence, Jean-Yves Le Drian, the CEO of EADS, Mr Tom Enders, a representative of the Government of Andalucia and His Royal Highness Crown Prince Felipe of Asturias, son of King Juan Carlos of Spain.
 
After a video presentation of the A400M’s production process and capabilities, the A400M was revealed in a lightshow of animations. Using the plane and factory door as a canvas, the audience was shown an animation of how the aircraft is built and then takes flight through a variety of missions in diverse environments to fully demonstrate the aircraft’s capabilities.
Mr Eric Huybrechts, Deputy Director of OCCAR-EA, made a speech during the ceremony, and explained how this ceremony marked a major milestone for A400M and indeed for OCCAR: “... The A400M programme and OCCAR were established at nearly the same time. OCCAR was created to provide an optimised framework for co-operative armaments programmes in Europe and to manage these in a more efficient way than before by adopting common rules. A400M constituted nothing less than a test case for our young organisation. It has passed that test, as a unique programme successfully meeting the requirements of all Participating States together. ...”
 
 
Mr Eric Huybrechts, OCCAR-EA Deputy Director

Mr Eric Huybrechts, OCCAR-EA Deputy Director

Mr Domingo Urena, CEO of Airbus Military, paid particular tribute to the role played by OCCAR in successful delivery of the programme. Finally the aircraft was symbolically handed over to the French Minister of Defence. The French delegation then departed on one of the A400M planes to a further ceremony at the A400M’s French home of Orleans.

Partager cet article
Repost0
2 octobre 2013 3 02 /10 /octobre /2013 11:55
L’ONERA donne rendez-vous aux équipementiers aéronautiques

1er octobre Aerobuzz.fr

 

Pour rester compétitifs, répondre aux besoins de leurs clients et anticiper l’évolution des exigences environnementales et réglementaires, les équipementiers de l’aéronautique doivent s’appuyer sur l’innovation, indissociable de la R&T. La plupart n’en n’ayant pas les moyens, l’ONERA se positionne comme un partenaire

 

L’Onera dispose des disciplines scientifiques et techniques de l’aéronautique nécessaires à la conception des avions, de leurs équipements et systèmes. Doté de moyens numériques et expérimentaux de pointe reconnus au niveau mondial, l’Onera est aussi à même de fédérer les compétences clés des acteurs de son domaine pour apporter la réponse la plus pertinente et la plus complète aux besoins des équipementiers et ce, au plus haut niveau technique.

 

A l’occasion d’une convention organisée le 22 octobre, l’Onera présentera les domaines d’expertise nécessaires à l’innovation des équipementiers et les différents modes de coopération. Des experts Onera seront également présents pour s’entretenir avec les équipementiers dans le cadre de rendez-vous B2B individuels et sur-mesure.

 

Inscription gratuite : Sylvie.Moitel-Gin [ a t] onera.fr

Partager cet article
Repost0
2 octobre 2013 3 02 /10 /octobre /2013 11:55
Réception du 1er avion de la tranche 4 du programme Rafale

A ce jour, 180 Rafale de série ont été commandés par la DGA et 121 appareils livrés dans ses 3 versions – photo Dassault Aviation

 

1er octobre Aerobuzz.fr

 

La DGA (Direction générale de l’armement) a pris livraison le 12 septembre 2013 du premier exemplaire de la 4e tranche de production du programme Rafale. Les 60 avions de cette tranche de production sont tous équipés en série de capteurs nouvelle génération, à savoir du radar RBE2 AESA à antenne active, du détecteur départ missile nouvelle génération (DDM NG) et de l’optronique secteur frontal "identification et télémétrie". Le radar RBE2 AESA aurait un portée double de celle du RBE2. Il présente également de meilleures caractéristiques de résistance au brouillage. Ainsi équipé le programme Rafale affiche une longueur d’avance sur son concurrent européen Eurofighter/Typhoon.

 

Le Rafale est le premier avion de combat européen en service à bénéficier de la technologie AESA (Active ElectronicallyScannedArray), qui permet d’améliorer significativement sa portée de détection. C’est l’aboutissement de plus de 10 ans d’efforts de R&D sur les antennes actives. L’avion, qui est le 121e Rafale de série livré, est un appareil biplace immatriculé B 339 destiné à l’armée de l’air. Il rejoindra dans les prochains jours la base aérienne de Mont-de-Marsan.

Partager cet article
Repost0
2 octobre 2013 3 02 /10 /octobre /2013 11:30
Two air forces eyeing Block 60 Kfirs, says IAI

Kfir Block 60 Armed and Ready for Multi-Role Operational Mission of Precise A/G with LGB, Targeting Pod, and A/A with 2 BVR missiles, and 2 WVR missiles - photo IAI

 

Oct. 1, 2013 by Arie Egozi – FG

 

Tel Aviv - Israel Aerospace Industries is in "very advanced negotiations" with at least two air forces that want to purchase the company's upgraded Kfir fighter in its Block 60 configuration.

 

"We are capable of delivering the Block 60 within a year, and we have indications that in two to three years two squadrons will be sold," an IAI source says.

 

The Kfir Block 60 is the latest upgrade for the Israeli-made fighter, which has been flying now for 40 years. The variant is offered with a General Electric-designed J79 engine with zero hours after a total overhaul, and will need another one after 1,600 flight hours.

 

Elta Systems will supply its EL/M-2032 active electronically scanned array radar, with open architecture avionics to allow a customer to install other systems.

 

According to Elta, the new sensor will provide an all-aspect, look-down/shoot-down performance in air-to-air and air-to-ground missions, with the capability to simultaneously track up to 64 targets.

 

All of the ex-Israeli air force Kfirs that have been stored at one of the service's desert bases for several years are to be transferred to an IAI upgrade facility. "This line will be busy in the coming years," the IAI source says.

 

Current users of previously-upgraded Kfirs include Colombia and Ecuador.

Partager cet article
Repost0
2 octobre 2013 3 02 /10 /octobre /2013 11:20
Un F-35 de Lockheed Martin prêt à s'envoler (Photo Lockheed Martin Aeronautics)

Un F-35 de Lockheed Martin prêt à s'envoler (Photo Lockheed Martin Aeronautics)

Oct. 1, 2013 by Zach Rosenberg – FG

 

Washington DC - A government quality assurance assessment of the Lockheed Martin F-35 found major faults with the programme, and criticised Lockheed and component suppliers for “insufficient rigor in design, manufacturing and quality assurance processes.”

 

The report from the Department of Defense’s Inspector General’s office was released on 30 September, outlining specific faults of the government’s Joint Program Office (JPO), primary contractor Lockheed and several subcontractors. The JPO, which is composed of officials from every major F-35 customer, largely agreed with the assessment.

 

“The F-35 JPO, Lockheed Martin, and its subcontractors were not ensuring that the necessary quality assurance process controls and disciplines were in place to produce a consistent and reliable product,” says the report. “This lack of process discipline and attention to detail creates an elevated risk of delivering nonconforming aircraft to the warfighter.”

 

The report made eight major recommendations, of which the JPO objected to two. Many are in the process of being corrected.

 

“As of 24 September 2013, 269 of the findings (78%) have been closed, with the remaining 74 still in work, with corrective action plans (CAPs) in development or approved but not fully implemented,” says the JPO, in a statement largely echoed by Lockheed. “The majority of the findings are consistent with weaknesses previously identified…and do not present new or critical issues that affect the health of the program.”

 

Such programme weaknesses are not uncommon in major defence programmes, and the F-35 has been repeatedly reviewed by a number of parties.

Partager cet article
Repost0
2 octobre 2013 3 02 /10 /octobre /2013 11:20
F-35A US Air Force test aircraft. (Lockheed Martin)

F-35A US Air Force test aircraft. (Lockheed Martin)

01/10/2013 Michel Cabirol (avec agences) – laTribune.fr

 

Le géant de l'aéronautique n'a pas mis en place de "contrôles rigoureux de qualité", accuse l'inspection générale du Pentagone. Elle a signalé 363 problèmes liés à la conception et à la réalisation du F-35 qui pourraient porter préjudice à la sécurité de cet avion.

 

L'inspection générale du Pentagone a accusé lundi les fabricants de l'avion de chasse F-35 d'avoir mis en place des contrôles de qualité défaillants, compromettant la fiabilité et le sérieux de cet appareil aux coûts exorbitants pour l'armée américaine. Le bureau d'inspection a signalé 363 problèmes liés à la conception et à la réalisation du Joint Strike Fighter qui pourraient porter préjudice à la sécurité de cet avion.

 

Le géant de l'aéronautique Lockheed Martin et cinq de ses principaux sous-traitants n'ont pas mis en place de "contrôles rigoureux de qualité", affirme le Pentagone. Ces manquements "pourraient compromettre les performances, le sérieux et le budget de ce programme", précise le rapport de l'inspection générale. "Sans un contrôle adéquat du logiciel d'exploitation (de l'appareil), Lockheed Martin n'est pas en mesure de remplir les critères de sécurité exigés", dénonce encore l'inspection générale.

 

Une enveloppe de près de 400 milliards de dollars

 

Mis en place pour remplacer une grande partie de la flotte américaine d'avions de combat, le F-35 Lightning II (rallié par neuf pays) est le programme d'armement le plus cher de l'histoire des Etats-Unis, avec une enveloppe de 395,7 milliards de dollars qui ne cesse d'augmenter à mesure que les retards s'accumulent. Depuis l'attribution du contrat en 2001, une phase de mise au point et d'essais était prévue pour durer dix ans. Elle ne sera pas terminée avant 2016, repoussant d'autant la mise en service de l'appareil.

 

Les responsables du programme ont reconnu que le programme d'origine avait été bien trop ambitieux car il prévoyait que la fabrication de l'appareil démarre bien avant que les tests soient achevés.

 

Le Pentagone pointe les déficiences du système d'alimentation d'oxygène

 

Le rapport de lundi pointe également du doigt les sous-traitants de Lockheed Martin, notamment l'entreprise Honeywell accusée d'avoir fait de mauvais essais sur le système d'alimentation d'oxygène.

 

Les responsables du programme F-35 ont salué un rapport "minutieux et utile" tout en le minimisant. Ils estiment, dans un communiqué, que la plupart des problèmes signalés ne sont pas "nouveaux et ne constituent pas des problèmes fondamentaux dans la réalisation du programme". Sur les 343 recommandations que formule le rapport, 269 ont déjà été appliquées et 74 sont encore en cours, ont rapporté les responsables.

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories