Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
29 août 2013 4 29 /08 /août /2013 11:20
F-35 team makes headway with helmet-mounted display

29 August 2013 by Dave Majumdar – FG

 

Washington DC - Lockheed Martin, Vision Systems International and the F-35 Joint Program Office (JPO) are making progress with solving night vision acuity problems on the F-35's helmet-mounted display, says a senior test pilot assigned to the programme.

 

Test pilots recently tested a modified second-generation helmet fitted with a new 1600x1200 resolution ISIE-11 night vision camera coupled with a new display management computer/helmet, says Lt Col Matt Kelly, an F-35 test pilot assigned to the JPO.

 

Kelly says the ISIE-11 immensely improves the helmet's night vision capabilities.

 

"The ISIE-11 has great potential for tactical operations," Kelly says of the new system. However, there is still a lot of work to do before the helmet is ready for fleet release - the system will have to be demonstrated in the air before test pilots give it a green light.

 

Meanwhile, the F-35 JPO is still funding parallel development work on a BAE Systems-developed helmet into the third quarter of 2014.

 

F-35B test pilots on the USS Wasp are using the existing helmet with the current ISIE-10 camera, which has been judged to have deficient night-vision performance.

 

The ISIE-10 has inferior night vision capability compared with the ANVIS-9 night vision goggles (NVGs) used in the Boeing AV-8B and F/A-18. However, pilots say it is easier to land the F-35B unaided by the night vision camera on a ship than a AV-8B with NVGs.

Partager cet article
Repost0
29 août 2013 4 29 /08 /août /2013 11:20
An F-35B Lightning II aircraft lands aboard the amphibious assault ship USS Wasp (LHD 1) during the second at-sea F-35 developmental test event.

An F-35B Lightning II aircraft lands aboard the amphibious assault ship USS Wasp (LHD 1) during the second at-sea F-35 developmental test event.

29 August 2013 by Dave Majumdar – FG

 

Washington DC - The Pentagon's F-35 Joint Program Office (JPO) and the US Marine Corps are well into a second set of sea trials for the Lockheed Martin F-35B Joint Strike Fighter. Having completed 17 of 19 days of testing, the USMC and the JPO were set to demonstrate the stealth short take-off and vertical landing (STOVL) jet on board the amphibious assault ship USS Wasp on 28 August, but then fate intervened. Aircraft BF-1, which was set to fly that morning's test, suffered from a malfunctioning engine nacelle cooling fan that had to be fixed before the jet could fly. Meanwhile, BF-5 - the other aircraft deployed to the Wasp - had a problem with its power thermal management system computer the night before, says US Navy Capt Erik Etz, the programme's test and evaluation director for naval F-35 variants.

 

Etz says the two events interrupted what had been a better than average reliability rate for the F-35 during the shipboard deployment. Until the night of 27 August, the F-35B had 90% sortie completion rate on board the Wasp, he says.

 

Despite the setback, the F-35B's sea trial period has been remarkably successful, says Capt Michael Kingen, a USMC F-35 test pilot assigned to the VMX-22 operational test squadron but seconded to the JSF test effort. Thus far, pilots have flown 90 short take-offs and made 92 vertical landings on board the Wasp during this detachment. Nineteen of those vertical landing were made at night.

 

The goal of this second set of sea trials is to expand the operating envelope of the F-35B in preparation for the jet's initial operational capability date in July 2015. The F-35B has been tested to 40kt (74km/h) of headwind and 10kt of tailwind, Kingen says. Particular attention has been paid to landing with starboard crosswinds, where a lot of turbulence originates due to the ship's superstructure, says Lt Col Matt Kelley, a senior USMC F-35 test pilot assigned to the JPO.

 

Additionally, the F-35B's short take-off capability was tested with its maximum internal weight, Kingen says. Pilots are also determining the jet's minimum short take-off distance, he says. Those trials involve letting the aircraft "settle" toward the sea as it leaves the deck.

 

Thus far, Kingen says he is pleased with the aircraft's performance during the sea trials. Ironically, BF-1 flew its test sortie shortly after reporters departed the ship.

Partager cet article
Repost0
29 août 2013 4 29 /08 /août /2013 07:50
Belgians Begin NH90 NFH Training

Belgian Defense photo by Jürgen Braekevelt

 

Aug 28, 2013 by Nicholas Fiorenza – Ares, A Defense Technology Blog

 

The first Belgian NH90 Nato Frigate Helicopter (NFH) has flown to Eurocopter France in Marignane, southern France, after being rolled out at Eurocopter Germany in Donauwörth at the beginning of August. The helicopter will be used to train Belgian pilots and technicians.

 

The NH90 NFH will replace Belgium's Sea King in the search and rescue role and be used to support its navy. After some delays, the first NH90 NFH90 will be delivered to Coxyde, where its Sea Kings are currently based, at the end of the year. It will become operational in 2014. Belgian NH90 NFH pilots will receive training in simulators in Germany and Italy.

 

Belgium has ordered four NH90 NFHs and four NH90 troop transport helicopters. It will jointly manage spare parts with other NH90 NFH nations under the EU's pooling and sharing initiative.

Partager cet article
Repost0
29 août 2013 4 29 /08 /août /2013 07:50
Czechs, Swiss Boost Hopes for Sweden’s Gripen

Aug 28, 2013 defense-aerospace.com

(Source: The Local; published Aug 28, 2013)

 

Czechs and Swiss Boost Hope for Swedish Gripen

 

The interim Czech government said it plans to renew its lease of JAS Gripen fighter jets, while a parliamentary committee in Switzerland said yes to a proposed 23 billion kronor ($3.5 billion) purchase of the Swedish-made warplanes.

 

Following two days of discussions of the deal that would see the Swiss military purchase 22 JAS Gripen jets, the security and defence committee of the Swiss parliament voted 14-9 in favour of the deal. The deal now moves for a vote in front of the full parliament on September 11th.

 

The committee had previously given the deal a thumbs up in the spring, but some politicians expressed concerns, prompting the government to review and clarify the deal.

 

As the new Gripen E is still in development, there remains uncertainty as to whether Saab and Sweden can deliver what they've promised and that Switzerland may end up with what some called an "Ikea-plane" instead of a "Super-JAS".

 

Meanwhile, outgoing Czech prime minister Jiri Rusnok said this week that the government expects to renew its lease on 14 Swedish fighter jets beyond 2015.

 

"The negotiations are at an advanced stage. The ball is actually in our court. The Swedes are awaiting our final answer to their recent offer," he told reporters on Monday.

 

The new contract with Stockholm over the supersonic JAS-39 Gripen combat jets could be inked at the end of the year or in early 2014 by the new government, he added. Snap elections are scheduled for late October.

 

The Czech military paid nearly $1 billion to lease the Gripens for a decade starting 2005. The aircraft include 12 one-seater JAS-39 Cs and two two-seater training JAS-39 Ds.

 

In July of last year, former Czech Prime Minister Petr Necas said Stockholm was being "uncooperative" regarding the renewal. According to press reports, the Swedes had been refusing to lower the lease price.

 

Necas stepped down in June amid a spy and bribery scandal. The president appointed a new technocratic government led by Rusnok, but that cabinet lost a confidence vote this month.

 

"The next government will make the final decision on the Gripens, but this (Rusnok) cabinet will do its utmost to facilitate it," Defence Minister Vlastimil Picek said Monday. He added that the new contract will be a better deal for the Czech Republic and valid for "a period longer than ten years".

Partager cet article
Repost0
29 août 2013 4 29 /08 /août /2013 07:45
L’Algeria International Air Show reporté à 2014

27.08.2013 Sarah El Caïdi - journal-aviation.com

 

Alors que le premier salon de l’aéronautique et de l’espace en Algérie, baptisé Algeria International Air Show (ALIAS), devait se tenir à l’aéroport d’Oran du 8 au 10 octobre 2013, l’événement est reporté à une date ultérieure en 2014.

 

La date précise de la manifestation devrait être annoncée au cours du dernier trimestre 2013, a indiqué l'organisateur dans un communiqué publié le mois dernier.

 

Selon ALIAS, la tenue du salon est « soumise à un contexte qui ne permet pas aux organisateurs, dans les conditions actuelles, de maintenir cette date sans courir le risque de ne pas atteindre les objectifs souhaités, ce qui serait préjudiciable à tous ».

Partager cet article
Repost0
29 août 2013 4 29 /08 /août /2013 07:40
Le chasseur Sukhoi Su-30SM

Le chasseur Sukhoi Su-30SM

JOUKOVSKI (région de Moscou), 28 août - RIA Novosti

 

La Russie a dévoilé mardi le missile sol-air S-350E Vitiaz, le chasseur Sukhoi Su-30SM et un vaisseau spatial habité de nouvelle génération lors de la 1ère journée du 11e Salon aérospatial international MAKS à Joukovski, dans la région de Moscou.

 

Le missile sol-air à moyenne portée S-350E Vitiaz (Preux) est censé remplacer les anciennes versions des missiles S-300 actuellement en dotation dans l'armée russe. Selon le consortium russe Almaz-Anteï, qui a conçu le missile, cette arme est plus performante que ses concurrents étrangers. Le missile S-350E Vitiaz est destiné à protéger les sites administratifs, industriels et militaires contre les frappes aériennes, y compris réalisées au moyen d'avions furtifs et de missiles balistiques.

 

Le chasseur polyvalent à haute manœuvrabilité Su-30SM est un appareil de la famille des Su-30MK, adapté aux exigences de l'Armée de l'air russe. "L'avion est très maniable, il peut voler sur place comme un hélicoptère", selon Vitali Boroditch, vice-président du groupe russe Irkout. Le Su-30SM possède de nouveaux radars à antenne à balayage électronique (AESA) et des systèmes de liaison radio et d'identification. Les pilotes militaires apprécient ses capacités en matière de détection et de destruction de plusieurs cibles, à la fois dans les airs et au sol. Le groupe Irkout produit actuellement 60 chasseurs Sukhoi Su-30SM pour l'armée de l'air russe. Il a déjà remis les premiers appareils au ministère de la Défense en 2012.

 

Le nouveau vaisseau spatial habité russe, présenté mardi au salon MAKS-2013, doit remplacer les Soyouz et Progress qui desservent actuellement la Station spatiale internationale (ISS). Le vaisseau peut emporter six membres d'équipage et une charge utile de 500 kg. Une seule personne suffit pour piloter ce vaisseau.

 

Le Salon aérospatial international MAKS-2013 se déroule du 27 août au 1er septembre sur l'aérodrome de l'Institut de recherche sur les vols Gromov à Joukovski, dans la région de Moscou.

Partager cet article
Repost0
29 août 2013 4 29 /08 /août /2013 07:40
S-350E Vityaz launcher carries 12 missiles in vertical-launch pods Photo Bill Sweetman, Aviation Week

S-350E Vityaz launcher carries 12 missiles in vertical-launch pods Photo Bill Sweetman, Aviation Week

MOSCOU, 28 août - RIA Novosti

 

La Russie est aujourd’hui capable de fabriquer des équipements électroniques pour les avions, les hélicoptères et les missiles: telle est la principale découverte du Salon aérospatial MAKS-2013. En termes de matière grise, ils commencent même à dépasser leurs concurrents étrangers, écrit mercredi le quotidien Rossiïskaïa gazeta.

 

Le salon présente des appareils très divers allant des répliques de la Grande guerre patriotique de 1941-1945 jusqu’aux tout nouveaux chasseurs de cinquième génération en passant par les bombardiers stratégiques et les transporteurs géants.

 

Les élégants avions en plastique de l'autrichien Diamond Aircraft ont également été présentés pour la première fois. Au dernier Salon du Bourget, le groupe russe des hautes technologies Rostec (ex-Rostekhnologuii) avait signé un contrat pour la production de ces appareils de diverses classes pour la Russie et en Russie.

 

Et voici que les Diamond représentent déjà l'emblème de l'usine d'aviation civile de l'Oural où ils seront construits.

 

Les avions militaires dévoilent également leurs charmes, comme le MiG-35 et le Sukhoï Su-35.

 

A proximité, un véritable scoop: le système sol-air de moyenne portée de nouvelle génération S-350E a été pour la première fois présenté publiquement. Tout le monde a entendu parler des fameux S-300, mais peu connaissent l'existence du S-350. Son système de lancement accueille 12 missiles et il est capable de détruire simultanément 16 cibles aérodynamiques et 12 missiles dans un rayon de 60 km et dans un intervalle d'altitude compris entre 10 mètres et 30 kilomètres. Cette arme a été conçue par la compagnie Almaz Anteï.

 

La compagnie "Armements missiles tactiques" a pour la première fois présenté son missile à longue portée capable d'atteindre une cible à 200 km même en cas de puissant brouillage électronique, qui est un projectile autonome après lancement. Ces missiles améliorent considérablement les capacités d'attaque du bombardier Sukhoï Su-34, des chasseurs  Su-35S et MiG-35, étant donné que les radars de ces appareils peuvent voir un ennemi à 400 km (pour les Su) et 150 km (pour les MiG).

 

Les radars, aussi sophistiqués qu'ils soient, sont efficaces uniquement s'ils sont dotés d'un "cerveau" informatique, qui a été présenté avec un effet visuel époustouflant au pavillon de la corporation Technologies radioélectroniques.

 

Les équipements électroniques et logiciels russes permettent aux avions de passer à une nouvelle ère. L'Iliouchine Il-114 présenté par la compagnie RADAR MMS en est un parfait exemple. Le cockpit de cet appareil est intégralement en verre et équipé du tout dernier système informatique de contrôle, utilisé comme laboratoire volant. A l'heure actuelle, à la demande de la Marine, on met au point sur l'appareil un système spécial de visée Kassatka pour les avions de patrouille. Ce système est capable de faire de la recherche de sous-marins, de la reconnaissance et de la surveillance d'une large superficie maritime, ainsi que de désigner un objectif pour éliminer toute cible en surface ou sous l'eau.

 

Selon le directeur exécutif de la compagnie Ivan Antsev, l'une des plus grandes entreprises industrielles italiennes est intéressée par le système Kassatka. De par ses performances, il fait partie des meilleurs au monde et a un fort potentiel en termes d'exportations. La coopération russo-italienne a donné naissance à un tout nouveau radar à balayage circulaire Kassatka-I – un élément-clé du système. Le radar russo-italien a largement augmenté les performances du système global. Il pourra être utilisé aussi bien à des fins militaires que civiles, y compris pour les besoins du ministère russe des Situations d'urgence pour la recherche et le sauvetage de victimes.

Partager cet article
Repost0
29 août 2013 4 29 /08 /août /2013 07:35
Northrop Grumman Australia Agrees to Acquire Qantas Group's Defence Services Business

August 28, 2013 GLOBE NEWSWIRE

 

FALLS CHURCH, Va. – Aug. 28, 2013 – Northrop Grumman Australia Pty Limited, a subsidiary of Northrop Grumman Corporation (NYSE:NOC), announced that it has signed a definitive agreement with Qantas Airways Limited (ASX:QAN) to acquire Australia-based Qantas Defence Services Pty Limited (QDS). QDS provides integrated logistics, sustainment and modernization support to Australian government and military customers. The acquisition is subject to various conditions and is expected to close in 2014. Terms of the transactions were not disclosed.

 

"QDS complements our current integrated logistics and modernization efforts and advances our international strategy. We expect QDS will provide an important platform for international growth in our key focus areas of unmanned, C4ISR, cyber, and logistics and modernization," said Wes Bush, Northrop Grumman chairman, chief executive officer and president.

 

"Northrop Grumman's in-country revenue and footprint are significantly enhanced by the QDS acquisition, underscoring our commitment to the Australian and regional defence markets," said Ian Irving, Northrop Grumman chief executive for Australia.

 

With more than 300 employees in facilities throughout Australia, QDS provides through life support for the Royal Australian Air Force (RAAF) Multi Role Tanker Transport fleet, turn-key operational logistics services for the Australian Government's VIP aircraft, and engine overhaul services for the Orion P-3 and Hawk Lead-in Fighter. In addition, Indonesia recently awarded QDS a contract to refurbish C-130H aircraft. QDS also provides engineering consultancy services to the Royal Australian Navy and other maritime customers.

 

Northrop Grumman is a leading global security company providing innovative systems, products and solutions in unmanned systems, cyber, C4ISR, and logistics and modernization to government and commercial customers worldwide. Please visit www.northropgrumman.com for more information.

Partager cet article
Repost0
28 août 2013 3 28 /08 /août /2013 20:20
Boeing shows off advanced Super Hornet demonstrator

Aug 28, 2013 by Dave Majumdar – FG

 

Washington DC - Boeing has unveiled an F/A-18F Super Hornet demonstrator aircraft fitted with a number of enhancements designed to improve its stealth capability and range.

 

Shown at its factory in St Louis, Missouri, the modifications to the baseline aircraft include the addition of prototype conformal fuel tanks (CFT), an enclosed weapons pod and new radar cross-section treatments.

 

"It feels the same to the pilot," says Ricardo Traven, Boeing's chief test pilot for the type, describing the flight characteristics of the twin-engined strike fighter when equipped with the prototype 680kg (1,500lb) CFTs and 930kg weapons pod.

 

That was one of the goals of the effort, says Paul Summers, Boeing's F/A-18E/F and EA-18G programme director. The CFTs produce no drag at subsonic cruise speeds up to Mach 0.84, he says. In fact, at M0.6, the CFTs actually produce less drag than a clean aircraft.

 

Drag does rise at supersonic speeds, says Mike Gibbons, Boeing's vice-president for the F/A-18 and EA-18G, but only to a level comparable with that of a single 1,817litre (480USgal) centerline drop tank.

 

The prototype tanks fitted to the test aircraft, which Boeing is leasing from the US Navy, are aerodynamically representative, but are non-functional. The production version will weigh 395kg and carry 1,588kg (3,500lb) of fuel, Summers says, boosting range by 260nm (481km).

 

Like the conformal tanks, the prototype weapons pod is also an aerodynamically representative shape, but is non-functional. Boeing has performed windtunnel tests with the pod's doors open up to speeds of M1.6, it says.

 

An operational version of the weapons pod is expected to weigh roughly 408kg and hold 1,134kg of munitions. But despite its large payload, it will have roughly the same drag profile as a centerline drop tank, Summers says.

 

The modified Super Hornet boasts a 50% improvement in its low-observable signature. While not an all-aspect stealth aircraft, Gibbons says the enhancements will greatly improve the Super Hornet's already low frontal radar cross-section.

 

While it will not equate to a dedicated stealth fighter, it will be "good enough" for most of the navy's future missions in contested airspace, he says.

 

Summers says the prototype-equipped fighter has flown 15 flights, accumulating 25h. Nine additional flights are planned, which are anticipated to amass a further 14h.

 

Efforts are also under way to integrate an internal infrared search and track system on to the Super Hornet and to boost engine power on the jet's General Electric F414s by 20%.

 

The potential benefits of the Boeing-led efforts have not been lost on the navy. Earlier this year, Capt Frank Morley, the Naval Air Systems Command F/A-18 programme manager, told reporters that both his command and the Office of the Chief of Naval Operations are supporting the Boeing effort.

 

In fact, according to Boeing officials, the electronic warfare EA-18G might benefit more from the modifications than the regular Super Hornet.

 

Boeing estimates it could bring the modifications to market for a development cost of $1 billion by the end of the decade, if the service signs a contract relatively quickly.

 

Production aircraft would cost roughly 10% more than a current Block II Super Hornet.

Partager cet article
Repost0
28 août 2013 3 28 /08 /août /2013 16:35
South Korea T-50 Crashes, Killing 2 Pilots

Aug. 28, 2013 – Defense News (AFP)

 

SEOUL — Two pilots were killed Wednesday when a South Korean air force jet trainer crashed near the southwestern city of Gwangju, the defense ministry said.

 

Investigations were underway to determine the cause of the crash of the T-50 aircraft, a spokesman said.

 

It was the second crash in less than a year involving a T-50, South Korea’s first indigenous supersonic aircraft jointly developed by Korea Aerospace Industries and Lockheed Martin.

 

A T-50B aircraft crashed into a mountain in the northeast last November, killing a pilot.

 

Indonesia in 2011 ordered 16 T-50s and Seoul is pursuing other contracts from the Philippines and Iraq.

Partager cet article
Repost0
28 août 2013 3 28 /08 /août /2013 16:30
Airbus Military A400M flies in Turkish Air Force colours

28/8/2013 Airbus Military

 

The first production Airbus Military A400M new generation airlifter for the Turkish Air Force (TAF) has been painted and flown for the first time in its new markings. The aircraft is the first of ten ordered by Turkey and will be delivered in the coming weeks.

Partager cet article
Repost0
28 août 2013 3 28 /08 /août /2013 11:50
Le Portugal va revendre des F-16 à la Roumanie

28 août 2013 par info-aviation

 

Le Portugal négocie l’achat supplémentaire de F-16 Fighting Falcon avec Lockheed Martin pour les transférer à la Roumanie.

 

L’Agence d’approvisionnement militaire portugaise (DGAIED) va acheter trois chasseurs F-16 à Lockheed Martin dans le cadre du programme américaine EDA (Excess Defense Articles). Les avions seront modernisés au Portugal à la norme F-16 Mid-Life Update (MLU) par l’Armée de l’Air portugaise avec l’aide de l’OGMA-Industria Aeronautica de Portugal, une société locale détenue conjointement par Empresa Portuguesa de Defesa (EMPORDEF) et Embraer du Brésil.

Une fois modernisés, ces avions rejoindront neuf autres F-16MLU portugais qui seront revendus à la Force aérienne roumaine, soit 12 avions F-16 au total. Le contrat est estimé à 186.2 millions d’euros.

Il doit encore être finalisé avec les autorités roumaines mais il prévoit d’inclure la livraison de 12 avions, des moteurs supplémentaires (avec la révision), le soutien logistique, le soutien technique durant 2 ans, et la formation des pilotes roumains et des techniciens de maintenance.

La Roumanie devrait consacrer des fonds supplémentaires à l’acquisition d’armes pour les F-16, de capteurs aéroportés, et d’équipement de soutien au sol. Les F-16MLU devront progressivement remplacer une partie de la flotte de MiG-21 Lancer de l’armée roumaine. Depuis 2010, la Roumanie souhaite s’équiper de F-16, mais le pays a dû renoncer à plusieurs reprises faute d’un financement qui représente 1% de son PIB. L’achat des F-16 portugais d’occasions, mais modernisés, est sans doute une solution plus économique.

Partager cet article
Repost0
28 août 2013 3 28 /08 /août /2013 11:45
Senegal seeking more CN235s

27 August 2013 by defenceWeb

 

Senegal plans to buy two CN235 transport aircraft from Indonesian manufacturer PTDI and use them for VIP and cargo duties. They would join its two CN235s already in service.

 

General Ousmane Kane, Senegal’s Air Force Chief of Staff, revealed the Air Force’s interest in the CN235 during a meeting with Indonesia’s Deputy Minister of Defence Sjafrie Sjamsoeddin in Dakar on July 5. He was accompanied by Director General of Defence Strategy Major General Sonny Prasetyo and Marketing Director of PT Dirgantara Indonesian (PTDI) Budiman Saleh.

 

Senegal’s intention to buy more CN235s emerged in late May this year when Senegalese Armed Forces Minister Augustine Tine expressed interest in two CN235-220 aircraft.

 

Senegal has also shown interest in the maritime patrol version of the aircraft, Air International reports. (The Air Force flies a smaller C212 in the maritime patrol role.) If a firm order is placed, the aircraft would be delivered in one to three years’ time, depending on the contract. Indonesia may extend credit to Senegal to assist in the purchase of the aircraft.

 

Senegal already operates two second-hand Indonesian-built CN235-220s acquired in November 2010 and August 2012, according to Air International. They were bought under a $13 million contract.

 

“We use the aircraft for various purposes and I am satisfied with their ability,” Tine is quoted as saying. He said his main concern with buying more was obtaining financing. Indonesia is also offering the West African country small arms, ammunition and other equipment.

 

Senegal’s small air force has only a few combat aircraft (MI-35 helicopters) – its other aircraft include a single CASA C212, several Fokker F27s, a single Boeing 727, a single Embraer EMB-111 and a handful of Rallye, Piper and Socata Epsilon light aircraft. Around five utility helicopters (Gazelle, Puma, Fennec, Mi-171) are in service as well.

 

However, Senegal has been expanding its military of late and ordered a single AgustaWestland AW139 helicopter and three Embraer A-29 Super Tucano light attack and training aircraft this year.

 

Meanwhile, PTDI is offering its NC212 and CN235 to African countries like Uganda, as well as existing operators Senegal and Burkina Faso. PTDI has previously sold aircraft in Africa through a third party based in Belgium but may sell directly to Senegal.

Partager cet article
Repost0
28 août 2013 3 28 /08 /août /2013 11:40
MAKS-2013: le russe MiG signe deux accords avec l'Inde

JOUKOVSKI (région de Moscou), 28 août - RIA Novosti

 

L'avionneur russe MiG a signé mardi deux accords supplémentaires pour 55 millions de dollars avec la société indienne Basant Aerospace Private Limited lors du Salon aérospatial international MAKS-2013 à Joukovski, dans la région de Moscou.

 

"Le premier contrat de 43 millions de dollars prévoit la création d'un centre de maintenance en Inde destiné à réparer les radars de bord Jouk-ME fabriqués par la société russe Fazotron-NIIR", a indiqué MiG dans un communiqué.

 

Le second contrat de 12 millions de dollars prévoit la mise en place en Inde d'un centre de maintenance pour les chasseurs modernisés MiG-29UPG et MiG-29K/KUB.

 

La Russie et l'Inde ont signé un contrat sur la livraison de 29 chasseurs embarqués MiG-29K/KUB en 2010. En décembre 2012, la Russie a livré les quatre premiers chasseurs à la Marine indienne. En février dernier, le Service fédéral russe pour la coopération militaire et technique (FSVTS) a annoncé que Moscou devait livrer sept autres chasseurs embarqués Mig-29K/KUB en Inde d'ici 2014. Ces avions s'ajouteront aux 16 appareils de ce type livrés à la Marine indienne en 2009-2011.

Partager cet article
Repost0
28 août 2013 3 28 /08 /août /2013 11:20

27 août Aerobuzz.fr

 

Lockheed-Martin procède avec l’US Marine Corps à une campagne d’essais opérationnels du F35B (version à décollage court et atterrissage vertical du JSF) sur le porte-aéronefs Wasp. Le programme d’essais prévoit des vols de nuit avec et sans charges externes.

 

En parallèle Lockheed-Martin accentue ses efforts pour accélérer le programme de qualification et réduire les couts d’acquisition et de possession de l’appareil. En attendant les Pays-Bas demandent le stockage de leurs deux prototypes.

Partager cet article
Repost0
28 août 2013 3 28 /08 /août /2013 11:20
The joint programmable fuze is used on F-22 Raptor fighter aircraft

The joint programmable fuze is used on F-22 Raptor fighter aircraft

27 August 2013 airforce-technology.com

 

Kaman's Aerospace segment has secured a contract modification for the supply of additional joint programmable fuses (JPF) to the US Air Force (USAF).

 

Valued at $8.6m, the contract represents a follow-on award under Option 10 of the company's JPF contract with the air force and brings the total contract value to approximately $78.6m.

 

Kaman Aerospace Group president Greg Steiner said the contract further strengthens the company's largest single programme by increasing JPF backlog to more than $150m and extending it into 2015.

 

''The order demonstrates the USAF's fuzing requirements and commitment to the programme," Steiner said.

"The contract represents a follow-on award under Option 10 of the company's JPF contract with the air force and brings the total contract value to approximately $78.6m."

 

Awarded by USAF earlier this month, the $70m Option 10 contract also features one more option, which, if exercised, will raise the total value and also extend the performance period through the middle of 2017.

 

Claimed to be the USAF's current bomb fuze of choice, JPF is an electro-mechanical bomb safing and arming device designed to allow the settings of a weapon to be programmed in flight.

 

The fuse is currently used with an array of weapons, including general purpose bombs and guided bombs that use joint direct attack munitions (JDAM), or Paveway kits, as well as several USAF aircraft, such as the F-15 Silent Eagle, F-16 Fighting Falcon, F-22 Raptor, A-10 Thunderbolt, B-1 Lancer, B-2 Spirit, B-52 Stratofortress and the MQ-9 Reaper unmanned aerial vehicle (UAV).

 

Other international aircraft using the fuze, which is manufactured at Kaman's facilities in Florida and Connecticut, US, include the Mirage 3 and JAS 39 Gripen multi-role fighter aircraft.

 

Contract deliveries are expected to start in 2015.

 

Besides serving as the JPF's sole provider to the USAF since 2002, Kaman also provides the bomb fuse to 23 other countries worldwide.

Partager cet article
Repost0
28 août 2013 3 28 /08 /août /2013 11:20
US Navy’s F-35C completes first in-flight refuelling

US Navy's F-35C aircraft performing in-flight refuelling task. Photo Lockheed Martin.

 

28 August 2013 naval-technology.com

 

The US Navy's F-35C Lightning II joint strike fighter (JSF) carrier variant (CV) aircraft has successfully conducted the first in-flight refuelling trials with a US Air Force's (USAF) KC-135 aircraft at an undisclosed location.

 

During the testing, the aircraft, also known as CF-1, successfully refuelled with a USAF's Boeing KC-135 Stratotanker aircraft.

 

After completing this testing, the aircraft now joins the A and B models in proving that all three variants of the F-35 are capable of refuelling from a common tanker platform, despite their different methods.

 

The US Navy's first F-35C Lightning II carrier variant aircraft squadron, the Strike Fighter Squadron (VFA) 101 completed the F-35C first flight test at Eglin Air Force Base in Florida, US.

 

Scheduled to achieve initial operational capability in 2019, the F-35C catapult-assisted takeoff barrier arrested recovery (CATOBAR) aircraft features advanced stealth technology with fighter speed and agility, fully fused sensor information, network-enabled operations and advanced sustainment.

 

The aircraft is also being developed in two other variants, conventional takeoff and landing (CTOL) variant for the US Air Force, and a short takeoff and vertical landing (STOVL) aircraft for the US Marine Corps and UK Royal Navy.

 

Powered by a single Pratt and Whitney F135 turbofan engine, the F-35C can fly at a maximum speed of 1,960km/h and can be launched through a steam catapult and recovered by using a tailhook arrestor.

 

The F-35C stealth bomber aircraft will complement the US Navy's currently operational Boeing F/A-18E/F Super Hornet strike fighter, by providing enhanced flexibility, power projection and strike capabilities.

 

VFA 101 will train aircrew and maintenance personnel to operate and repair the F-35C aircraft for the US Navy.

Partager cet article
Repost0
28 août 2013 3 28 /08 /août /2013 10:55
Article SIAE PARIS LE BOURGET 2013 - by SITTA

28/08/2013 SITTA

 

La 50ème édition du salon international « SIAE » consacré à l’aéronautique et à l’espace, s’est déroulée à Paris , du 17 au 23 juin 2013, sur le site d’exposition du Bourget.

 

Su-35S l’invité de marque du salon du Bourget (Sukhoï). 

Cette année la 50ème édition du salon du Bourget a été marqué par le grand retour des constructeurs d’avion de combat  russes. Sukhoi, après une absence prolongée,  a présenté, pour la première fois à l’étranger, son chasseur multirôle Su-35S. Particulièrement remarqué lors des présentations en vol du pilote d’essai Sergey Bogdan, l’appareil a démontré sa grande manœuvrabilité. Ces manœuvres très spectaculaires sont rendues possibles grâce à la poussée vectorielle de ses moteurs 117SSaturn.

L’avion, présente de nombreuses avancées technologiques dont son radar Irbis E, qui a la particularité d’associer une antenne à balayage électronique avec un balayage mécanique. Ce système ingénieux permet d’étendre le domaine de détection du radar. Les équipements qui équipent le Su-35S sont largement repris sur le T-50, dernier né du constructeur Sukhoi. Le Su-35S devrait assurer la transition avec le chasseur russe de cinquième génération. Le seul client potentiel, connu à ce jour, est la Chine.

Su-35S au roulage 

 

Beechcraft présente son AT-6 

Beechcraft a profité du salon du Bourget pour présenter son avion de combat AT-6B au public. Bien qu’ayant perdu une commande de l’USAF au profit de l’Afghanistan, face à son rival le Super Tucano, qui pour l’anecdote était situé sur le stand voisin, Beechcraft semble revenir en force. En effet, une commande de 24 appareils serait sur le point d’aboutir avec un client qui reste secret à ce stade. L’appareil offrirait des capacités, pour un coût inférieur à celui du Super Tucano, qui semble plutôt intéressantes. On peut citer une avionique moderne grâce à un cockpit CMC 4000 d’Esterline, un calculateur de combat similaire à celui de l’A-10 Thunderbolt II, un ensemble électro-optique MX-15DI et un armement guidé de dernière génération. A cela, il faut ajouter une cellule fiable, l’AT-6 est basé sur l’appareil d’entrainement T-6C dont la fiabilité n’est plus à prouver. Il est propulsé par un moteur Pratt et Wittney PT6A-68D.

   

 Le prochain défi, annoncé par Russ Bartlett président de Beechraft Défense, sera de remporter le contrat sur le futur avion d’entrainement  de l’USAF : le T-X.

 

  

Russ Bartlett, président de Beechcraft, devant l’AT-6   

 

L’An-70, le retour (Antonov). 

Après un développement mouvementé et un crash en 2001, retour en force de l’An-70.Ventant les capacités de décollage court de l’appareil, à savoir 600 m pour 20 tonnes de charge, l’utilisation de pistes sommaires et les possibilités de chargement de son imposante soute, le constructeur ukrainien  désirerait s’afficher comme le rival de l’A400M.

 Avion de transport An-70  

Outre un cockpit relooké doté d’écrans MFD en tête moyenne, de nombreux équipements ont été remplacés. Malgré ces améliorations, l’appareil affiche un standard inférieur çà celui de l’A400M. Avec 35 tonnes de charge utile, le maximum étant de 47 tonnes, l’appareil possèderait une distance franchissable de 5 100 km.Ce projet russo-ukrainien semble enfin se finalisé et l’évaluation prochaine par les pilotes russes devrait normalement déboucher sur les premières commandes. 

 

MC-27J Spartan, campagne d’essais réussie (Alenia Aermacchi).

Ce projet, Alenia Aermacchi, développé avec la société américaine ATK, consiste à offrir au C-27J une capacité de feu en l’équipant d’un canon GAU-23 monté, sur palette, en sabord. Présenté pour la première fois lors du salon Farnborough 2012, ce projet a évolué de la théorie vers la pratique. En effet, les campagnes d’essais au sol et en vol, ont permis de valider la phase une des essais. Des tirs ont été effectués avec succès. A ce stade, seule une caméra est installée sur l’affut  du canon pour assurer la visée.

 

 Gunship MC-27J Spartan  

La prochaine phase consiste en l’intégration d’un ou deux ensembles électro-optiques sur le fuselage du MC-27J Spartan. Ce projet d’intégration devrait certainement évoluer rapidement et  ATK semble disposer à proposer cette solution à d’autres constructeurs.

 

M-345, une solution d’entrainement low cost (Alenia Aermacchi).

Alenia Aermacchi présente sa nouvelle proposition en matière d’avion d’entrainement avancé : le M-345,déclinaison de l’avion M-311.

 Avion d’entraînement M-345 

Selon le constructeur, il existe un marché potentiel pour un appareil d’entrainement à réaction « low cost ». En effet, de plus en plus de forces aériennes choisissent, pour assurer la formation des pilotes, des avions équipés de turbopropulseur, PC-21 ou T-6Cen sont des exemples. L’argument principal d’Alenia Aermacchi concerne le turbopropulseur qui  n’offre pas les mêmes capacités, ni les mêmes sensations de vol. Il faut alors augmenter le nombre d’heures sur appareil de combat, le coût engendré serait alors supérieur à la solution du M-345. La principale évolution reste le cockpit, basé sur une solution CMC 4000 d’Esterline. Le projet est soutenu par l’armée de l’air italienne, et le M-345devrait entrer en service en 2017. Le marché potentiel serait d’environ 200 appareils.

 

La nouvelle version « Guardian » du DA‑42MPP (Diamond Aircraft).

La société autrichienne Diamond Aircraft a encore innové cette année avec, et parmi les nouveautés présentée sur son stand du salon du Bourget 2013, la présentation de la version dénommée « Guardian » de son célèbre bimoteur DA‑42MPP (MultiPurpose Platform).

 Avion multi-missions DA-42MPP Guardian 

Surnommé par son constructeur en tant que véritable « couteau suisse », cette nouvelle version d’appareil léger de surveillance et multi-missions est basée sur le fameux bimoteur diesel  tout en composite DA-42NG.

D’une envergure de 13,4 m, l’avion quatre places est propulsé par deux moteurs turbo diesel Austro Engines AE-300 de 2 litres de cylindrée pour 170 hp chacun et équipés d’hélices tripales MT-Propeller. Certifié pour voler jusqu’au niveau FL 180, cet appareil est capable d’embarquer de nombreux équipements de surveillance dans ses nacelles nasales et ventrales, ainsi que dans la cabine passagers.

Outre la présence des capteurs rajoutés à l’avion, la version DA-42MPPse distingue par une verrière bombée permettant au pilote le port d’un casque militaire ainsi que la présence de wingletsinversés sur le plan horizontal de l’empennage en T.

Dans cette nouvelle version Guardian, la charge offerte de l’avion d’environ 1,9 tonne au décollage a été augmentée de 95 kg, ce au profit de l’emport en  charges utiles. Les signatures sonores et visibles de l’appareil d’origine ont encore été diminuées par l’installation d’une nouvelle ligne d’échappements moteurs ainsi que l’application d’une peinture gris clair mât. Cette dernière permet d’amoindrir en particulier les reflets du soleil sur la cellule de l’aéronef pouvant être perçus d’un observateur au sol lors du vol en hippodrome réalisé pour des missions de surveillance dans sa zone de travail.

Les équipements installés sur l’avion de présentation consistent en une boule optronique gyrostabilisée nasale (caméras TV et IR), d’un radar SARi-Master de Thales, en position ventrale ainsi qu’un système de liaison de données d’une portée de 180 km pour la retransmission au sol des informations issues des capteurs.

 

Le Ka-52 Alligator (Kamov)

Une des principales nouveautés de ce salon 100ème salon aéronautique du Bourget 2013, était le retour d’appareils militaires russes en présentation statique et en démonstration aérienne.

Dernièrement rentré en service dans les forces armées russes, le Ka-52 Alligator se présente comme un hélicoptère de dernière génération, alliant modernisme et rusticité. Son unité de puissance auxiliaire lui confère une grande souplesse d’utilisation, aussi bien sur des terrains dotés d’infrastructures qu’en terrain isolé. Ses deux rotors principaux contrarotatifs apportent une grande maniabilité et optimisent le rendement des deux nouvelles turbines VK-2500 développées par Klimov. Il peut emporter 2 500 kg d’armement ou de carburant sur l’un de ces six points d’emport sous-voilures.

L’armement principal du Ka-52 Alligator se compose :

-d’un canon 2A42 de 30 mm latéral droit à faible débattement vertical ;

-de missiles air-sol 9M120 Ataka-V ou 9K121 Vikr ;

-de nacelles roquettes B8V20-A chargées de 20 roquettes S-8 ;

-ou encore de missiles air-air Igla.

-Le radar multifonction Arbalet de Phazotron, positionné sous l’avant hémisphérique de l’appareil, permet :

-la recherche, la détection, l’identification et l’acquisition de toute menace aérienne et terrestre ;

-la détection et l’examen de tout phénomène météorologique ;

-le positionnement terrestre de l’appareil et le suivi de terrain.

 

 Hélicoptère Ka-52 Alligator  

L’autoprotection du Ka-52 Alligator se compose de la suite President-S de NII Ekran. Destiné principalement aux hélicoptères, ce système permet la détection la détection de l'illumination de l'appareil par un système de pointage ou de visée laser et alerte l'équipage de la proximité d'une menace missile. Le dispositif de contremesures est constitué de séquenceurs de leurres électromagnétiques et infrarouges intégrés dans les nacelles positionnées en bout de voilures latérales et de deux brouilleurs infrarouges multidirectionnels ventraux.

En plus de tous ces systèmes précités, il dispose également :

- d’un dispositif optronique GEOS-451 de Urals Optical and Mechanical Plantimplanté sous l’avant de la cabine offrant une capacité d’observation, de désignation, de guidage et de tir dans le visible et dans l’infrarouge ainsi qu’une télémétrie et un désignateur laser ;

- d’un Viseur « Tête haute » pilote ILS-28 Head-Up displays de ELARA.

Il convient toutefois de signaler que cet appareil pourra également intégrer d’autres systèmes de missions ou d’armement occidentaux.

 

Le Model 407GT (Bell Helicopter - Textron)

Le Model 407GT est un hélicoptère militaire dérivé de l’appareil civil 407GX de Bell Helicopter Textron. Comme son homologue, il dispose d’un poste de pilotage de dernière génération à écrans multifonctions 1000HTM Flight Deck de Garmin. Appareil léger, d'une masse totale en mission de combat avoisinant les 2 200 kg, il est équipé d’une turbine Rolls-Royce 250-C47B de 674 shp au décollage. Doté d’un d'une capacité standard de carburant de 380 kilogrammes, il dispose d’une autonomie de 2,5 heures lui conférant un rayon d'action de 300 km en mission de combat. Principalement destiné à l'exportation, il reprend de nombreuses caractéristiques de la version civile Bell 407 afin d'en réduire les coûts d'acquisition.

 Hélicoptère Model 407GT 

La vocation principale de cet hélicoptère étant la reconnaissance offensive, il dispose d'un dispositif optronique MX-15D de L3 Wescam lui conférant une grande capacité opérationnelle et une large variété d'armements :

● Nacelles M260destinées aux roquettes de 2.75-inch/70 mm

● Mitrailleuses en sabord M134D type Galting (6 tubes de 7,62 mm)

● Rampes M310destinées aux missiles air-sol AGM-114 Hellfire

 

L’ AW159 (Agustawestland / Finmeccanica)

Le groupe italien présentait sur son stand extérieur l’hélicoptère AW159, version améliorée de l’hélicoptère de type Lynx Wildcat.

L’AW159 est équipé d’un moteur biturbine et d’un train d’atterrissage rétractable. Le nez de l’appareil est également équipé de capteurs et d’un radar de surveillance à 360 degrés.

 Hélicoptère AW159 

 Cet hélicoptère a la particularité de pouvoir exécuter différents types de missions aussi bien pour l’armée de terre que pour la marine (missions de surveillance et de reconnaissance, de lutte anti-sous-marine, missions SAR, etc.). Grâce à son stabilisateur horizontal, il peut facilement apponter sur de petits bâtiments de la marine. Son poste de pilotage, entièrement numérisé, est équipé de quatre grands écrans multifonctions. En fonction des missions qui lui sont dévolues, il peut embarquer des missiles  antinavires, des torpilles, des roquettes, une mitrailleuse et également un sonar trempé pour les missions de lutte anti-sous-marine. Sa large cabine peut accueillir jusqu’à six soldats. Cet hélicoptère a déjà effectué ses essais en vol et devrait prochainement équiper l’armée de terre ainsi que la marine britannique.

 

Le projet de drone P.1HH dévoilé (Piaggio-Selex)

L’Italien Piaggio Aero Industries a dévoilé le second jour du Salon du Bourget son projet de drone dénommé P.1HH « Hammerhead ». Pour ce faire, le constructeur aéronautique a utilisé comme plateforme son célèbre avion de transport biturbopropulseurs Piaggio P‑180 Avanti‑II pour concevoir ce nouveau drone de type MALE (Moyenne Altitude Longue Endurance).

  Maquette échelle 1 du drone Piaggio P.1HH 

Pour ce faire, Piaggio s’est allié à son collègue italien Selex Es, acteur bien connu dans le domaine des drones en Europe, pour proposer une réponse rapide au besoin actuel en matière de drones MALE. 

Conçu pour voler 16 heures en mission ISR de surveillance et de reconnaissance, le drone serait capable de se rendre dans sa zone de travail à plus de 700 km/h. Avec ses 4 tonnes de masse maximale au décollage et ses 14 m de long, ce devrait être le plus imposant drone Européen actuellement en cours de développement. Il pourra atteindre une altitude de 45.000 pieds (13.700 mètres) et offrira une autonomie de 16 heures de vol.L'engin, dont le fuselage et l’envergure de l’aile ont été retouchées, a été réalisé en 12 mois ; les délais de conception ayant été réduits du fait de la « dronisation » de l’aéronef de base P‑180 Avanti‑II qui est déjà largement éprouvé. Par ailleurs, les sous-ensembles et systèmes propres à la partie drone seraient déjà prêts selon Selex puisque issus de systèmes déjà opérationnels (drone Falco notamment). Tout ceci devrait permettre la réalisation du premier vol du prototype à la fin 2013.

 

Le prototype de drone convertible électrique Projet zero (AgustaWestLand)

On pourrait le croire tout droit sorti du film « Avatar », et pourtant le projet de drone convertible de la société italo-britannique est bien réel.

Plus connue pour la fabrication d’hélicoptères, la société AgustaWestlanda présenté pour la première fois en salon son prototype de drone convertible dénommé « Project Zero ».

 Prototype de drone Project Zero 

Conçu et fabriqué en à peine six mois, ce drone possède donc la particularité d’être équipé de deux rotors basculants à 90° intégrés à la voilure. Equipé d’une motorisation entièrement électrique, ses rotors basculent pour passer de la sustentation (phases de décollage, vol stationnaire et atterrissage) à la propulsion (vol classique en croisière). L’engin a déjà commencé ses premiers essais en vol, le premier décollage en mode « captif » (relié au sol par des câbles pour éviter son basculement en cas de problème) ayant été réalisé en juin 2011. Et si le principe des rotors basculants, c'est-à-dire du convertible (ou tilt rotor), n’est pas nouveau, à l’image de l’appareil de transport américain V-22 Osprey, c’est néanmoins la première fois qu’un constructeur s’attaque à la réalisation d’un drone de cette taille, de plus tout électrique.Bien qu’inconnues pour l’instant, gageons que les performances de ce nouveau type de drone seront en rapport à l’aspect futuriste de la cellule.

 

La bombe guidée Spice 250 (Rafael)

A l’occasion du salon aéronautique du Bourget, la société  Rafael présentait la nouvelle version de sa gamme de bombe guidée baptisée « Spice 250 » : Plus légère que les deux versions précédentes, les Spice 1000 et 2000, la Spice250 dispose d’un nouveau système de guidage (GPS, vidéo et laser) et d’une datalink avec l’aéronef lui permettant désormais de frapper non seulement des objectifs statiques, mais également dynamiques.

Maquette de Spice 250 

La Spice 250 a également été conçue afin de diminuer les dommages collatéraux, en particulier dans le cadre des engagements en zone urbaine. Créditée d’une portée maximale de 100 kilomètres, la Spice 250dispose ainsi d’une marge d’erreur maximale de 3 mètres. Compte tenu de ses dimensions et de son poids réduits par rapport aux Spice 1000/2000, jusqu’à 16 munitions peuvent être embarquées par un F-16 (28 sur un F-15), augmentant ainsi considérablement la capacité de frappe air-sol de ces appareils. Facile et rapide à mettre en œuvre, polyvalente, disposant d’un système de guidage performant, la nouvelle version de la gamme Spicedevrait être opérationnelle dans les deux ans.

 

Le pod FN RMP (FN Herstal)

 Sur le stand FN Herstal était présenté le pod FN RMP. Il contient une mitrailleuse de calibre .50 (12.7 mm) avec 250 coups et 3 roquettes de 70 mm (ex: Mk-40et Mk-66) dans une rampe sous la partie mitrailleuse. Une extension est proposée afin de pouvoir y placer des roquettes plus longues, car munies d'un système de guidage.

 Pod FN RMP 

Son faible poids, 160 kg (mitrailleuse, munitions et roquettes comprises) permet d'en équiper   tout appareil, avion ou hélicoptère, doté du système de fixation standard Otan de 14''. Il peut supporter une vitesse maximale de mach 0.75.

 

Les boules SPEED-A et STAMP (CONTROP)

A l’occasion du salon du Bourget, Controp, société israélienne spécialisée dans le développement et la production de systèmes optroniques, présentait plusieurs nouveautés.

Parmi celles-ci, la charge utile SPEED-Adestinée aux aérostats et ballons était disponible (pour la première fois sur un salon) en démonstration dynamique. Cette charge utile développée spécifiquement pour une intégration sur des ballons/aérostats tactiques, bénéficie d’une gyro-stabilisation sur les trois axes. En effet, en plus des axes traditionnels de tangage et de lacet, les mouvements du mobile autour de l’axe de roulis sont également compensés. La caméra thermique, dotée d’un zoom optique continu performant, autorise une vision permanente de la cible quels que soient les mouvements de zoom en éloignement et en grossissement. Cette optique permet également une optimisation de la qualité d’image en conditions de basse visibilité. De plus, un télémètre laser peut-être ajouté en option, à la charge utile. Disposant du label "Field proven", la SPEED-A est utilisée par Israël et équipe aussi les aérostats de surveillance de type Skystar 300 de l’armée canadienne.

 Stand Controp  

Controp présentait également sa nouvelle gamme de charges utiles miniatures STAMP (Stabilized Miniature Payloads) destinées aux UAV de petites tailles. La famille STAMP est composée de systèmes modulaires comprenant des supports de base et différents senseurs offrant un vaste choix de configurations. Les senseurs sont soit de type caméra CCD couleur dotée d’un  zoom optique, soit de type caméra thermique, non refroidie avec ou sans zoom optique. Ces charges utiles gyro-stabilisées, sur deux axes, et miniaturisées représentent des solutions combinant coût réduit et faible poids pour une utilisation opérationnelle nécessitant de courte portée de détection (de l’ordre de 1 000 mètres).

Partager cet article
Repost0
28 août 2013 3 28 /08 /août /2013 07:50
EADS veut produire des équipements militaires en Russie

27/08/2013 BFM

 

Le groupe européen a signé un accord avec la société publique russe Rostec, mardi 27 août. Cassidian, la filiale d'EADS spécialisée dans la défense, pourrait ainsi "coopérer" avec la Russie.

 

EADS renforce ses liens avec la Russie. Le groupe européen d'aéronautique et de défense envisage d'y produire des équipements militaires en partenariat avec la société publique russe Rostec, a annoncé cette dernière mardi 27 août.

 

Les deux groupes ont signé mardi, lors du salon aéronautique MAKS à Joukovski, dans la banlieue de Moscou, un "accord cadre" renforçant leur coopération, notamment dans la défense ou les biocarburants pour l'aviation.

 

Le document "ouvre la possibilité d'une coopération" entre Cassidian, filiale d'EADS spécialisée dans la sécurité et la défense, et Rostec, a expliqué le groupe public russe dans un communiqué.

 

Cassidian pourrait acheter des détecteurs à Rostec

 

Le groupe européen va "étudier les perspectives d'assemblage" d'avions à hélice propulsive avec son partenaire russe et prévoit "d'organiser la production" commune de détecteurs de missiles et rayons laser, est-il précisé. Cassidian envisage également d'acheter des détecteurs à Rostec.

 

Dans l'aviation civile, Rostec indique qu'EADS et sa filiale RT-Biotekhprom veulent collaborer dans la mise au point de biocarburants.

Partager cet article
Repost0
28 août 2013 3 28 /08 /août /2013 07:50
Chief Test Pilot VBS armasuisse flies Gripen EF test aircraft Photo Stefan Kalm - saabgroup.com

Chief Test Pilot VBS armasuisse flies Gripen EF test aircraft Photo Stefan Kalm - saabgroup.com

Aug 27, 2013 ASDNews Source : Saab AB

 

Earlier today, the security committee of the National Council (Nationalrat) in the Swiss Parliament debated and voted “yes” to the procurement of Gripen E.

 

The committee reached a majority “yes” vote – 14 in favour and 9 against - and it is anticipated that the procurement will progress to the plenum of the Nationalrat for votation in the September session.

 

“We are naturally very pleased by the decision of the security committee of the Nationalrat. This is a very positive endorsement of the Gripen programme.

 

Whilst we continue to respect and follow the political process, we also continue to assemble the pre-production Gripen E. Also, our Swiss industrial participation programme aiming at creating business between the suppliers to Saab and Swiss companies is progressing. It has today seen 456 contracts signed between our suppliers and 117 Swiss companies valued at 315 MCHF,” says Lennart Sindahl, Senior Executive Vice President and Head of Saab’s Aeronautics business area.

 

Saab serves the global market with world-leading products, services and solutions ranging from military defence to civil security. Saab has operations and employees on all continents and constantly develops, adopts and improves new technology to meet customers’ changing needs.

Partager cet article
Repost0
28 août 2013 3 28 /08 /août /2013 07:40
photo Rostec

photo Rostec

JOUKOVSKI (région de Moscou), 27 août - RIA Novosti

 

Trois chasseurs russes de 5e génération T-50 (PAK FA) ont effectué mardi leur premier vol en groupe lors du salon aérospatial international MAKS-2013, qui se déroule du 27 août au 1er septembre à Joukovski, dans la région de Moscou.

 

Un seul chasseur T-50 avait participé à l'édition précédente du salon MAKS en 2011.

 

Le spectacle aérien prévu dans le cadre de la 1ère journée du MAKS-2013 comprend également des vols de chasseurs MiG-35, MiG-29OVT, d'un avion de combat et d'entraînement Iak-130, et de chasseurs Sukhoi Su-30SM et Su-35S.

 

Les groupes de voltige aérienne russes Russkie Vitiazi (Preux russes) et Striji (Martinets) clôtureront le programme des vols de mardi.

 

Le chasseur de 5e génération T-50 a été conçu pour remplacer les MIG-29 et les Su-27 en service dans l'armée russe. Les livraisons de T-50 à l'armée commenceront en 2016.

 

Le T-50 est doté d'un radar unique à balayage électronique actif et possède une faible signature radar et thermique, une vitesse de croisière supersonique et un niveau élevé d'intégration des systèmes de commande. Le T-50 conjugue les caractéristiques d'un avion de frappe et d'un chasseur classique. Le premier décollage du chasseur T-50 remonte au 29 janvier 2010. L'avion a été présenté pour la première fois au public le 17 août 2011, lors du Salon aérospatial MAKS-2011 à Joukovski, dans la région de Moscou.

Partager cet article
Repost0
28 août 2013 3 28 /08 /août /2013 07:35
India's third C-17 Globemaster III aircraft departing Boeing's Long Beach facility in US. Photo Boeing.

India's third C-17 Globemaster III aircraft departing Boeing's Long Beach facility in US. Photo Boeing.

27 August 2013 airforce-technology.com

 

Boeing has handed over the third C-17 Globemaster III heavy-lift transport aircraft to the Indian Air Force (IAF), expanding the IAF's tactical airlifter fleet.

 

The shipment of the aircraft from Boeing's manufacturing facility in Long Beach, California, on 20 August, comes in less than one month of delivery of the second aircraft.

 

Around ten C-17 aircraft were ordered by IAF from Boeing through a $4.1bn deal for replacement of its ageing Russian IL-76 airlifter fleet, in June 2011.

 

Delivered in June, the first aircraft was immediately deployed in support of IAF operations.

 

The C-17 aircraft are expected to be operated in support of military and humanitarian airlift operations during emergencies from Hindon Air Force Base in New Delhi, India.

 

Powered by four Pratt & Whitney F117-PW-100 turbofan engines, the C-17 Globemaster is a military tactical transport aircraft designed to conduct rapid strategic airlift of troops and supply palleted cargo to main operating bases or forward-operating bases in extreme climates worldwide.

 

Capable of transporting large payloads across vast ranges and landing on short, sharp runways, the aircraft is also capable of performing tactical airlift, medical evacuation and airdrop missions.

 

Besides IAF, the aircraft is also operated by air forces in the US, Australia, UAE, Canada and Qatar, UAE, the UK and the 12-member Strategic Airlift Capability initiative of Nato and Partnership for Peace nations.

 

Boeing is scheduled to deliver an additional two aircraft to IAF this year, followed by the remaining five in 2014.

 

The company is also supporting the IAF C-17 fleet through the Globemaster III integrated sustainment program (GISP) performance-based logistics contract, which ensures mission readiness by enabling access to an extensive support network for global parts availability and economies of scale.

Partager cet article
Repost0
28 août 2013 3 28 /08 /août /2013 07:20
An F135 engine for the F-35 joint strike fighter is fired up in a test. (Pratt & Whitney)

An F135 engine for the F-35 joint strike fighter is fired up in a test. (Pratt & Whitney)

Aug. 27, 2013 - By AARON MEHTA – Defense News

 

WASHINGTON — The Pentagon has reached an agreement in principle with Pratt & Whitney on the sixth batch of jet engines for the F-35 joint strike fighter, and the company hopes to submit a proposal for its next batch within 30 days.

 

The contract will cover the production of 36 F135 engines, along with two spares. Official cost details are still being worked out, but it will likely be similar to the $1 billion agreement for the fifth low-rate initial production (LRIP-5) lot reached in May.

 

“In general, the unit prices for the 32 common configuration engines, which are used to power both the conventional takeoff and landing (CTOL) aircraft and the aircraft-carrier variant (CV) aircraft, [were] reduced in LRIP 6 by roughly 2.5 percent compared to the previous LRIP 5 contract for 35 engines,” wrote officials from the Pentagon’s F-35 Joint Program Office (JPO) in a statement. “The unit prices for the 6 short takeoff and vertical landing (STOVL) aircraft engines [were] reduced in LRIP 6 by roughly 9.6 percent compared to the previous LRIP 5 contract for 3 STOVL engines.”

 

“This agreement represents a fair deal for Government and Pratt & Whitney,” US Air Force Lt. Gen. Chris Bogdan, the F-35 program executive officer, said in an official statement. “Driving down cost is critical to the success of this program and we are working together – in each successive contract – to lower costs for the propulsion system.”

 

The agreement closes negotiations on low-rate initial production (LRIP) lot six of engines.

 

Lockheed Martin, the F-35’s prime contractor, announced an agreement July 30 for the production of lots six and seven of the single-engine stealth warplane, although a Lockheed spokeswoman confirmed the agreement has yet to be finalized. The two buys cover the production of 71 new jets, including the first models built for Italy, Australia and Norway.

 

LRIP-6 procures 18 F-35A conventional takeoff models for the US Air Force, six F-35B jump-jet variants for the US Marine Corps and seven F-35C carrier models for the US Navy, as well as three F-35As for Italy and two F-35As for Australia. Deliveries of this block would begin in mid-2014.

 

With the LRIP-6 engine agreement in place, Pratt is hoping to build on the momentum to complete a joint package of LRIP-7 and LRIP-8 engines early next year.

 

“We’re focused on getting a proposal delivered to the JPO here in the next 30 days, certainly by the end of September, and hopefully we’ll have an agreement in the first quarter of 2014,” Chris Flynn, Pratt’s vice president of F135 engine program, said. He added that after LRIP-8, he hopes to reach an agreement on engine sales annually.

 

According to Flynn, costs have dropped 16 percent since LRIP-3 was agreed to, and 40 percent overall since the first production engine.

 

“When we’re able to deliver those types of results, I believe it helps the negotiations go a lot quicker,” he said.

 

The improved relationship between Pratt and the F-35 Joint Program Office — rocky throughout the early part of the year — has helped the deal move along.

 

In January, the Marine Corps’ F-35B variant was grounded following an engine problem during a test flight. The source of that problem was later identified as an improperly crimped line in the fueldraulic system. Nine days after the jump-jet variants were cleared to resume flights, the entire JSF fleet was grounded when a crack was discovered in one of the blades in the Pratt-designed engine.

 

The following week, Bogdan heavily criticized Pratt and Lockheed for “trying to squeeze every nickel” out of the F-35 program.

 

“We continue to improve the relationship from where I sit today,” Flynn said. “We have regular meetings with General Bogdan. He’s a demanding customer, but our intent is to deliver on our commitment. I think based on the improvements in our negotiations, the relationship continues to improve.”

 

Deliveries of LRIP-6 engines are set to begin in the fourth quarter of this year. Overall, Pratt has delivered 107 production engines.

Partager cet article
Repost0
27 août 2013 2 27 /08 /août /2013 17:50
L’achat de Gripen approuvé par la commission de la politique de sécurité du Parlement suisse

27.08.2013 Helen Chachaty - journal-aviation.com

 

La commission de la politique de sécurité du Parlement suisse a approuvé cet après-midi l’achat des Gripen pour le compte de l’armée de l’air helvète, à 14 voix contre 9, avec 2 abstentions. La décision de se doter des 22 chasseurs de Saab est assortie d’un accord pour le versement d’un acompte d’un milliard de francs suisses (environ 800 millions d’euros), soit près d’un tiers du prix total du futur contrat, estimé à 3,1 milliards de francs suisses (2,6 milliards d’euros).

 

Fait étonnant, la commission semble être revenue sur une décision prise en avril dernier, alors qu’elle avait suspendu ses travaux, arguant d’un manque d’informations et de garanties concernant cet achat : Elle avait alors préconisé de ne pas verser d’acompte de plus de 15% du montant total du contrat, et se retrouve donc aujourd’hui à entériner un versement de près de 40%. La nouvelle a d'ailleurs créé quelques tensions parmi les parlementaires suisses.

 

La décision finale, qui devait être prise en juin, a finalement été reportée à cet automne, le projet devant à présent passer au Parlement lors de la session de rentrée, le 11 septembre prochain. Le projet de soumettre l’achat des Gripen à un referendum est toujours d’actualité, laissant ainsi potentiellement la décision finale aux citoyens helvètes.

 

Le choix de la Suisse de s’équiper de 22 Gripen afin de remplacer sa flotte de F-5 Tiger remonte à novembre 2011. Depuis, le processus d’acquisition a connu maints retards, du fait de blocages au niveau politique. Lors de la dernière réunion de la commission de la politique de sécurité du Parlement en avril 2013, sa présidente Chantal Galladé avait exprimé ses inquiétudes en qualifiant l’achat de « trop risqué », en l’état actuel des choses.

Partager cet article
Repost0
27 août 2013 2 27 /08 /août /2013 16:50
Premier A400M pour l'armée de l'air française (à gauche) à côté d'un appareil d'essais d'Airbus Military photo Pierre Bayle

Premier A400M pour l'armée de l'air française (à gauche) à côté d'un appareil d'essais d'Airbus Military photo Pierre Bayle

23/08/2013 europelectronics.vipress.net

 

Au cours des derniers mois, EADS a entrepris une revue de sa stratégie, qui s’est traduite par deux décisions importantes du conseil d’administration dévoilées fin juillet. D’une part, le groupe prévoit de regrouper Airbus Military, Astrium et Cassidian au sein d’une même division défense et espace. D'autre part le groupe va changer de nom et celui de ses divisions pour adopter la marque Airbus, mondialement reconnue …

 

Le groupe Airbus sera composé de trois divisions :

Airbus, chargée de toutes les activités avions commerciaux ;

Airbus Defence & Space, le pôle des activités spatiales et de défense du Groupe, y compris les avions de transport militaire ;

Airbus Helicopters, qui regroupera toutes les activités d'hélicoptères civils et militaires.

 

Le groupe a décidé de regrouper les divisions Espace et Défense, Airbus Military, Astrium et Cassidian en réponse à l’évolution du marché qui se caractérise par une stabilisation et, même une réduction des budgets défense et espace dans les pays occidentaux. Cette restructuration doit permettre d’optimiser l’accès au marché, de réduire les coûts et globalement d’améliorer la compétitivité du groupe. Airbus Defence & Space constituera une division d’environ 45 000 personnes et avec un chiffre d’affaires annuel d’environ 14 milliards d'euros, dont le siège social sera à Munich, en Allemagne. Airbus Defence & Space aura comme Président exécutif Bernhard Gerwert (60 ans) et sera organisé en quatre pôles : – Military Aircraft, dirigé par Domingo Ureña-Raso (55 ans), Space Systems, dirigé par François Auque (57 ans), Communication, Intelligence & Security Systems, dirigé par Evert Dudok (54 ans) et Equipment, dirigé par Thomas Müller (55 ans).

 

Airbus Helicopters, avec ses produits civils et militaires, reste identique.

 

La mise en œuvre de cette nouvelle structure devrait démarrer progressivement à partir du 1er janvier 2014 et se poursuivra durant le deuxième semestre 2014.

 

Au premier semestre, le groupe aéronautique a réalisé un chiffre d’affaires de 26,3 milliards d’euros, en progression de 6%, pour un bénéfice net en progression de 31%, à 759 millions d’euros.

 

En 2013, le nombre de commandes brutes d’avions commerciaux devrait être supérieur à 1 000 appareils. Les livraisons d’Airbus devraient continuer à progresser pour se situer entre 600 et 610 avions commerciaux.

 

En raison de la baisse des livraisons d’A380 et sur la base d’un taux de change de 1 € pour 1,35 $, le chiffre d’affaires devrait enregistrer une croissance modérée en 2013.

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories