Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
25 juillet 2013 4 25 /07 /juillet /2013 11:30
Deux ATR-72600 TMUA seront livrés cet été à la Marine turque- photo  AleniaAermacchi

Deux ATR-72600 TMUA seront livrés cet été à la Marine turque- photo AleniaAermacchi

24/07/2013 Par Guillaume Steuer - air-cosmos.com

 

Alenia Aermacchi annonce aujourd'hui avoir livré le premier ATR72-600 TMUA (Turkish Maritime Utility Aircraft) commandé par Ankara dans le cadre du contrat Meltem III. Dérivé de l'ATR72-600 de transport régional, l'appareil sera utilisé par la Marine turque pour des missions de transport logistique. Un deuxième appareil sera livré au début du mois d'août.

 

Le contrat Meltem III, qui a récemment été rénégocié par Alenia et le gouvernement turc, devait porter à l'origine sur la commande de dix ATR72 de patrouille maritime. Au final, le nouvel accord ne prévoit plus que la livraison de huit avions, dont deux au standard logistique TMUA. Les six appareils suivants ne seront livrés qu'à partir de février 2017 au standard TMPA ; ces avions disposeront du système de mission Amascos développé par Thales, qui coordonnera tous les armements et capteurs. Ils pourront notamment mener des missions de lutte antisousmarine.

 

Au titre d'un précédent contrat Meltem II, pour lequel Thales agit en qualité de primocontracteur, la Marine turque est également en train de prendre livraison de neuf Casa CN235, dont trois en configuration surveillance maritime et six en configuration patrouille maritime.

Partager cet article
Repost0
25 juillet 2013 4 25 /07 /juillet /2013 09:54
photo Livefist

photo Livefist

NEW DELHI: July 23, 2013 DHNS - deccanherald.com

 

French Defence Minister Jean-Yves Le Drian is scheduled to visit Delhi later this week, giving rise to speculations of “forward movement” in India’s biggest defence deal to purchase 126 fighter jets from France.

 

For the last two years, India and France are locked in price negotiation to purchase the medium multi-role fighter aircraft for the Indian Air Force (IAF). French major Dassault Aviation’s Rafale fighter planes were selected to replace ageing MiG-21s.

 

The much-awaited deal, sources said, is on the agenda of bilateral talks between Le Drian and his Indian counterpart A K Antony, including National Security Adviser Shiv Shankar Menon, between July 25-27.

 

But there is no confirmation on whether an announcement on finalisation of the deal can be expected by the week-end.

 

The French minister will meet Prime Minister Manmohan Singh and members of the Parliamentary standing committee on defence, sources said. Dassault Aviation had earlier raised questions on the role HAL would play once the mega deal is signed. But the Defence Ministry is understood to have conveyed to the French company that HAL would be the lead integrator and there was no change in conditions mentioned in the original tender.

 

As per the tender, Dassault will deliver 18 aircraft in fly-away condition whereas HAL will manufacture the rest under licensed production. The top bosses of HAL and Dassault met last month on the sidelines of the Paris air show to discuss the project and iron out differences. “Both chairmen expressed satisfaction on the work already achieved by the integrated teams and renewed their commitment towards successful completion of various projects,” Dassault said in a statement issued in June.

 

Though the tender was valued at $ 10.4 billion (Rs 42,000 crore), the price is set to escalate in the final commercial contract, making it India’s biggest defence deal. The new price band may be between $ 17-20 billion, but there is no official word. The sliding rupee will also be taken into account for the new price that is being negotiated for two years.

 

The French minister will be travelling to IAF station in Gwalior, which houses the Mirage-2000 fleet. In 2011, India signed a Rs 10,900 crore (approximately $ 2.4 billion) agreement with French arms majors Thales and Dassault Aviation for upgrading 51 Mirage-2000 fighters.

Partager cet article
Repost0
25 juillet 2013 4 25 /07 /juillet /2013 07:50
Royal Navy receives upgraded Merlin helicopters

Two new Merlin Mk2 helicopters in flight at Royal Naval Air Station Culdrose [Picture: Andrew Linnett, Crown copyright]

 

23 July 2013 Ministry of Defence and Defence Equipment and Support

 

The first of the UK's fleet of next-generation anti-submarine maritime patrol Merlin Mk2 helicopters have been delivered to the Royal Navy.

 

The 5 helicopters have been handed over to the Fleet Air Arm following an upgrade as part of a £750 million contract with Lockheed Martin.

Fitted with advanced glass cockpits and improved aircrew consoles and avionics, the Merlin Mk2 has advanced touch-screen displays and an improved ability to detect and track targets and share data with other aircraft and ships while airborne. These improvements will also enable the helicopters to carry out counter-piracy and casualty-evacuation duties.

Lieutenant Commander Simon Laurence uses the new touch-screen displays on the flight deck of a new Merlin Mk2 [Picture: Andrew Linnett, Crown copyright]

Lieutenant Commander Simon Laurence uses the new touch-screen displays on the flight deck of a new Merlin Mk2 [Picture: Andrew Linnett, Crown copyright]

Thirty Merlin Mk1 helicopters are being converted to Mk2s by Lockheed Martin. Once handed over to the Royal Navy, the airframes will undergo a series of extensive trials. The first helicopters are expected to be ready to deploy on operations by the summer of 2014.

Commander Ben Franklin, Commanding Officer of the Merlin Helicopter Force, said:

I am extremely proud to be leading the Merlin Force during this period. The delivery of the first 5 aircraft to the Royal Navy’s Fleet Air Arm is a real milestone of this successful programme, which will provide vital support to the Navy as it fulfils its role in protecting UK interests across the globe.

Crew members from 824 Naval Air Squadron leaving two of the new Merlin Mk2 helicopters after a flight [Picture: Andrew Linnett, Crown copyright]

Crew members from 824 Naval Air Squadron leaving two of the new Merlin Mk2 helicopters after a flight [Picture: Andrew Linnett, Crown copyright]

Commodore Andy Lison, responsible for the Merlin, Lynx and Sea King teams in MOD’s Defence Equipment and Support organisation, said:

I am delighted that we are now firmly in the delivery phase of the project. The Merlin Mk2 is a truly exceptional aircraft and the programme to develop and build this aircraft has brought together the very best of MOD and defence industry to future-proof this vital capability for Defence.

The observer's panel inside a new Merlin Mk2 [Picture: Andrew Linnett, Crown copyright]

The observer's panel inside a new Merlin Mk2 [Picture: Andrew Linnett, Crown copyright]

Bob Kramer, Vice President and Group Managing Director, Lockheed Martin UK Integrated Systems, said:

The Merlin capability sustainment programme represents a magnificent team effort led by Lockheed Martin and AgustaWestland, supported by our suppliers, to provide the Royal Navy with unrivalled capability to carry out its anti-submarine patrol and policing requirement.

Merlin Mk1 helicopters have been in service with the Fleet Air Arm since the late 1990s and, after thorough testing and evaluation, have been deployed on operations since 2000.

Partager cet article
Repost0
24 juillet 2013 3 24 /07 /juillet /2013 11:50
La RAF dote ses Eurofighter de bombes Paveway IV à guidage laser
15 juillet 2013 par Optro & Défense
 

En collaboration avec Raytheon, BAE Systems a réalisé une série d’essais aboutissant à la qualification des bombes à guidage laser de type Paveway IV sur Eurofighter Typhoon, dotant ainsi ce chasseur de capacitées améliorées dans ses missions air-sol. La mise en avant du caractère multirôle de l’avion intervient après la même démarche adoptée le Rafale de Dassault avec les AASM à guidage laser il y a quelques temps.

 
Dorénavant, les Eurofighter «Typhoon II» de type IPA6 de la Royal Air Force pourront mettre en oeuvre jusqu’à 6 bombes guidées Paveway IV d’un poids unitaire de 226 kg (500 lb) . Ce type de bombe est déjà en service sur les avions de combat Panavia Tornado GR4 de la RAF et équipera plus tard les F-35B de Lockheed-Martin qui seront en dotation au Royaume-Uni.

 

La RAF dote ses Eurofighter de bombes Paveway IV à guidage laser

Le programme P1Eb, Phase 1 d’amélioration des Typhoon comprend l’intégration de nouvelles armes, y compris les Paveway IV et les EGBU-16, Enhanced « Paveway II » GBU-16 dans le cadre du programme anglais PGB (Precision Guided Bomb). L’intégration d’un pod de désignation laser (LDP) devrait intervenir ultérieurement sur la tranche 2. Les essais d’intégration des Paveway IV ont débuté en 2011 avec un premier tir réussi en mars de cette même année. Ce premier test a été suivi, par une campagne de 15 sorties qui ont permis d’évaluer la libération en toute sécurité de la munition depuis un Eurofighter selon plusieurs configurations.

Sources :
- communiqué de presse officiel du 3 juillet 2013 de BAE Systems
- communiqué de presse officiel du 7 mars 2011 de BAE Systems

Partager cet article
Repost0
24 juillet 2013 3 24 /07 /juillet /2013 11:40
SU-35 photo RP Defense

SU-35 photo RP Defense

MOSCOU, 23 juillet- RIA Novosti

 

Le groupe Sukhoï arrive en tête de liste des constructeurs russes d'avions de combat et occupe la 43e place pour le volume des ventes dans le classement établi par le magazine américain Defense News.

 

"Le magazine militaire Defense News a publié une étude annuelle du marché mondial des armements pour 2012. La place la plus élevée parmi les constructeurs russes de matériel aéronautique de guerre revient de nouveau au groupe Sukhoï. Le groupe s'est placé à la 43e position du classement établi selon le volume des ventes", lit-on dans un communiqué de Sukhoï.

 

Le top 100 comprend deux autres constructeurs aéronautiques russes: le consortium Irkout (62e place) et le fabriquant de chasseurs MiG (93e place).

 

"Le magazine Defense News constate que dans son ensemble, le volume des  ventes réalisées en 2012 par les 100 plus grands producteurs d'armements ont chuté de 3%. Seule la Russie a enregistré une augmentation substantielle de ses exportations d'armes", souligne le communiqué.

 

Selon le document, "les succès notables des sociétés russes s'explique dans une large mesure par la hausse des exportations qui ont plus que doublé depuis 2005".

 

Le consortium américain Lockheed Martin arrive en  tête du top 100, suivi de Boeing et du groupe britannique BAE Systems.

Partager cet article
Repost0
23 juillet 2013 2 23 /07 /juillet /2013 12:20
Photo Lockheed Martin

Photo Lockheed Martin

22/07/2013 lexpress.fr (Cercle Finance)

 

Saft a signé un contrat de 6,5 millions de dollars pour équiper de la batterie Li-ion l'avion de combat de 5ème génération : le F?35 Lightning II de Lockheed Martin. Le groupe a récemment signé un contrat avec General Electric Aviation, dans le cadre de la phase de production initiale à faible cadence (LRIP 6) du F-35.

 

Les trois variantes distinctes du F-35 remplaceront les avions de chasse A-10 et F-16 de l'U.S. Air Force, le F/A-18 de l'U.S. Navy, le F/A-18 et l'AV-8B Harrier du Corps des Marines, ainsi qu'une variété d'avions de chasse pour au moins dix autres pays ' précise le groupe.

 

Saft produira une batterie haute puissance à la pointe de la technologie qui assurera l'alimentation de secours des actionneurs électromécaniques des gouvernes de vol. La batterie fournira une alimentation de secours en vol aux systèmes critiques de l'appareil.

 

 Travailler sur le programme F-35 donne à Saft une opportunité exceptionnelle de promouvoir les solutions Li-ion dans les avions de combat de dernière génération ', a déclaré Thomas Alcide, directeur général de la division Specialty Battery Group de Saft.

Partager cet article
Repost0
23 juillet 2013 2 23 /07 /juillet /2013 09:50
Le Diamond DA42MPP équipé du radar Thales I-Master – photo Thales

Le Diamond DA42MPP équipé du radar Thales I-Master – photo Thales

22 juillet 2013 Aerobuzz.fr

 

Le radar I-Master de Thales a réalisé avec succès ses vols d’essai à bord d’un avion Diamond DA42MPP Guardian.

 

Réalisé en partenariat avec Diamond Aircraft Industries et Diamond Airborne Sensing sur le site de celui-ci à Wiener Neustadt, en Autriche, cet essai d’une semaine (juin 2013) portait sur différents modes de fonctionnement du radar à diverses altitudes et vitesses. Il consistait notamment à utiliser l’appareil embarqué pour transmettre des images radar à pleine résolution et des images électro-optiques/infrarouges (EO/IR) aux contrôleurs de la station au sol au moyen d’une liaison de données de ligne de visée à large bande.

 

Grâce à sa protection TKS de dégivrage, le DA42MPP NG peut voler par tous les temps, ce qui permet d’utiliser le radar I-Master de Thales pour détecter les cibles. Une fois détectées, les cibles peuvent être identifiées par la tourelle EO/IR, également montée sur la plate-forme, avant d’envoyer les images au quartier général en visibilité directe.

Le système de radar I-Master à hautes performances possède deux modes de fonctionnement : indication de cibles terrestres mouvantes (GMTI) et radar à ouverture synthétique (SAR). Photo Thales

Le système de radar I-Master à hautes performances possède deux modes de fonctionnement : indication de cibles terrestres mouvantes (GMTI) et radar à ouverture synthétique (SAR). Photo Thales

Le radar I-Master est un système tout-temps, léger, facile à installer sur un châssis gyrostabilisé classique de 15 pouces. Son système de radar à hautes performances possède deux modes de fonctionnement : indication de cibles terrestres mouvantes (GMTI) et radar à ouverture synthétique (SAR). L’imagerie GMTI sert à détecter les cibles mouvantes, qu’il s’agisse de véhicules rapides ou de cibles marchant au pas. Son champ de 360° couvre de larges étendues (déserts, savane, frontières, réseaux routiers...) et son utilisation prolongée permet d’obtenir une image des « présences vivantes  ».

 

L’imagerie SAR sert, quant à elle, à l’acquisition d’images fixes à longue portée, aussi bien des images focalisées à haute résolution que des « cartes en bandes  » étendues. Elle peut se substituer à l’acquisition par caméra. Sa longue portée permet aux avions d’éviter les situations dangereuses et son efficacité n’est altérée ni par les intempéries, ni par le manque de lumière.

Le Diamond DA42MPP s’impose comme une plate-forme économique – photo Thales

Le Diamond DA42MPP s’impose comme une plate-forme économique – photo Thales

Le Diamond DA42MPP (Multi-Purpose Platform) Guardian est un bimoteur innovant, spécialement conçu pour être équipé de capteurs multifonctions interchangeables. L’appareil utilisé pour l’essai du I- Master était configuré pour des missions aériennes de 7 à 9 heures avec deux membres d’équipage.

Partager cet article
Repost0
23 juillet 2013 2 23 /07 /juillet /2013 07:30
Paris dispose d’une carte maîtresse même si elle doit être maniée avec prudente : la reprise des 60 Mirage 2000-9. Rafale fighter 11 Jul – source Stéphane Fort

Paris dispose d’une carte maîtresse même si elle doit être maniée avec prudente : la reprise des 60 Mirage 2000-9. Rafale fighter 11 Jul – source Stéphane Fort

 

 

23/07 Par Alain Ruello – LesEchos.fr

 

La France reste bien décidée à vendre 60 Rafale aux Emirats. Mais pour y arriver, elle devra améliorer son offre sur le plan de la coopération industrielle.

 

Même si elle n’a pas réussi à le faire sous l’ère Sarkozy, la France reste bien décidée à vendre 60 Rafale aux Emirats, en surfant sur la relation de confiance retrouvée entre les deux pays. Face à l’Eurofighter poussé par BAE Systems et Londres, Dassault peut arguer de performances supérieures. Pour ce qui est du prix, là encore, le match apparaît favorable à l’avion tricolore comme l’a démontré sa victoire sur son concurrent européen en finale de l’appel d’offres indien.

 

Sur le plan diplomatique, les jeux sont plus équilibrés. Paris est un allié historique du royaume du golfe au point de d’avoir conclu un accord d’auto défense en 2007 assorti de l’implantation d’une base militaire sur place. Mais Londres n’est pas en reste et négocierait un important accord de défense avec son ancien protectorat.

 

Dernier critère qui permettra de départager les deux camps : la coopération industrielle. Sur ce volet, les Britanniques semblent avoir pris une longueur d’avance. « Ils ont beaucoup proposé », reconnaît-on dans le camp français. Lorsque le Rafale était seul en lice, l’avionneur et la DGA avait mis sur la table la possibilité pour les deux pays de partager le coût de certaines améliorations techniques du Rafale. Il va sans doute falloir aller plus loin en associant les industriels locaux.

 

La reprise des 60 Mirage 2000-9

 

In fine, Paris dispose d’une carte maîtresse même si elle doit être maniée avec prudente : la reprise des 60 Mirage 2000-9. A ce stade, Abou Dhabi a fixé la règle suivante, explique-t-on aux « Echos » : celui qui emportera l’affaire devra se charger de revendre ces appareils, dont la moitié va sur ses 30 ans. Comme il s’agit d’un matériel d’armement français, Paris a un droit de veto sur leur réexportation.

 

Pour satisfaire cette règle, BAE a donc besoin d’informations précises – ne serait-ce que pour évaluer le prix de reprise - que Paris refuse évidemment de fournir pour ne pas favoriser le concurrent de Dassault. C’est de bonne guerre. Mais quid si Abou Dhabi devait in fine trancher en faveur de l’Eurofighter ? La France irait-elle jusqu’à bloquer la revente des Mirage et donc tout l’affaire quitte à casser la relation de confiance patiemment retissée ?

 

Pendant ce temps-là, les Américains ne restent pas inactifs. Ils négocient la vente d’une vingtaine de F-16 pour remplacer une partie des 80 exemplaires hors de service, ainsi que l’installation sur toute cette flotte de la liaison de donnée tactique L16 de l’Otan. Il semble également que tout cela s’accompagne d’un gros paquet de missiles air-sol. Avec le bon espoir, qu’à terme, les Emirats remplacent tous ces appareils par des F-35.

Partager cet article
Repost0
22 juillet 2013 1 22 /07 /juillet /2013 19:55
Défense : l'A400M va bientôt atterrir dans l'armée de l'air française

20/07/2013 Michel Cabirol – LaTribune.fr

 

L'A400M a obtenu sa certification militaire, une étape à la livraison du premier A400M à l'armée de l'Air française. Aucune date n'a été en revanche précisée pour la remise du premier appareil de transport militaire à la France.

 

La première livraison de l'A400M à la France vient de franchir un jalon important. Le comité d'experts rassemblant les sept pays du programme, le CQC (certification and qualification committee), a recommandé ce jour la certification militaire de l'avion de transport militaire, qui vient de participer à son premier défilé du 14-Juillet. "L'autorité technique, c'est-à-dire la Direction générale de l'armement (DGA), sera donc en mesure dans les jours prochains d'établir un certificat de type militaire", a précisé le ministère de la Défense dans un communiqué publié vendredi soir. Le comité d'experts, qui comprend un représentant de chaque nation, est présidé par une ingénieure en chef de l'armement de la DGA. "Ce comité a pour mission principale de vérifier la tenue des exigences de sécurité militaire et les performances de l'avion présentées par Airbus Military", a expliqué le ministère. Il s'appuie sur 15 groupes de travail dans tous les domaines concernés : avionique, facteurs humains, guerre électronique, etc...

 

La certification militaire est une des étapes préalables à la livraison du premier A400M à l'armée de l'Air française. Elle s'inscrit dans un processus comprenant également la certification civile qui a été délivrée par l'Agence européenne de la sécurité aérienne (AESA), la qualification militaire qui sera prononcée par l'Organisation conjointe de coopération en matière d'armement (OCCAR), avec l'aval de tous les pays partenaires, et les opérations de réception du premier appareil de série réalisées par la DGA. Pour EADS, c'est la fin d'un long chemin de croix pour ce programme très coûteux (6,2 milliards de dépassements de coûts). « Ce programme ne sera jamais rentable », reconnaît-on au sein du groupe EADS. Mais, en excluant les provisions supportées par EADS (plus de 4 milliards d'euros), les commandes des sept pays membres du programme vont permettre au programme d'être à l'équilibre vers la fin de 2022, explique-t-on dans le groupe. Avec les premières livraisons, en principe entre trois et quatre appareils seront remis en 2013 - trois à la France (juillet, mi-août et peut-être fin décembre, voire début janvier) et un à la Turquie (fin septembre-début octobre) -, l'A400M devrait avoir le potentiel de séduire de nouveaux clients à l'export. « Nous avons déjà un avion mature, assure le président d'Airbus Military, Domingo Urena. Il est prêt, ce n'est plus un projet de papier. Nous avons le bon avion au bon moment ».

 

Entre 50 et 100 appareils vendus dans les dix prochaines années

 

L'avionneur européen compte montrer d'ici à la fin 2013 l'A400M dans le Golfe et en Asie-Pacifique, où l'Australie notamment a exprimé un intérêt. Le patron d'Airbus Military, qui prévoit la vente de 400 d'A400M sur 30 ans, évaluent dans les dix années à venir, entre 50 et 100 appareils vendus sur les marchés export. « Entre 30 et 40 pays pourraient être intéressés par cet appareil », estime-t-il. Mais, auparavant, l'avionneur doit encore développer une version export moins sophistiquée que celle configurée OTAN, qui par exemple des communications cryptées par satellite. "Cet appareil n'a pas été pensé pour l'export, explique-t-il. Nous devons développer des équipements pour le rendre exportable". Seule véritable ombre, le nouveau programme brésilien d'Embraer le KC-390, bien qu'il soit limité par sa charge d'emport (payload), pourrait lui voler une partie du marché en entrée de gamme.

Partager cet article
Repost0
22 juillet 2013 1 22 /07 /juillet /2013 18:55
Le MSN7, premier exemplaire de l'A400M livré à l'armée de l'air lors de son vol inaugural en mars 2013

Le MSN7, premier exemplaire de l'A400M livré à l'armée de l'air lors de son vol inaugural en mars 2013

22/07/2013 Sources : DICOD

 

Le CQC (Certification and Dualification Committee), comité d'experts rassemblant les sept pays partenaires du programme, a recommandé ce jour la certification militaire de l'avion de transport militaire A400M. L'autorité technique, c'est-à-dire la direction générale de l'armement (DGA), sera donc en mesure dans les jours prochains d'établir un certificat de type militaire.

 

Le comité d'experts comprend un représentant de chaque nation, il est présidé par une ingénieure en chef de l'armement de la DGA. Ce comité a pour mission principale de vérifier la tenue des exigences de sécurité militaire et les performances de l'avion présentées par Airbus Military. Il s'appuie sur 15 groupes de travail, dans tous les domaines concernés (avionique, facteurs humains, guerre électronique, etc.)

 

La certification militaire est une des étapes préalables à la livraison du premier A400M à l'armée de l'air française. Elle s'inscrit dans un processus comprenant également la certification civile qui a été délivrée par l'agence européenne de la sécurité aérienne (AESA), la qualification militaire qui sera prononcée par l'organisation conjointe de coopération en matière d'armement (OCCAR), avec l'aval de tous les pays partenaires, et les opérations de réception du premier appareil de série réalisées par la DGA.

Partager cet article
Repost0
22 juillet 2013 1 22 /07 /juillet /2013 18:35
EADS: 15.000 heures de vol en Afghanistan pour Heron 1

22/07/2013 (CercleFinance.com)

 

EADS annonce que début juillet, le système de drone Heron 1 a dépassé la barre des 15.000 heures de vol en mission.

 

Les trois systèmes exploités pour le compte de l'armée de l'Air allemande par Cassidian Airborne Solutions, une filiale de Cassidian, sont stationnés à Mazār-é Charīf, une ville du nord de l'Afghanistan.

 

Sur place, une équipe expérimentée composée d'ingénieurs, pilotes et spécialistes de drones se charge de leur entretien.

 

Les capteurs du drone de reconnaissance Heron 1 fournissent en continu de précieuses informations pour la préparation et l'exécution d'opérations militaires.

 

La liaison de données satellites intégrée permet à la Bundeswehr et ses partenaires de l'OTAN de surveiller toute la moitié nord de l'Afghanistan qui, avec plus de 300.000 km², affiche une superficie comparable à celle de l'Allemagne.

Partager cet article
Repost0
22 juillet 2013 1 22 /07 /juillet /2013 11:35
Mer du Japon: les bombardiers stratégiques russes en patrouille

MOSCOU, 17 juillet - RIA Novosti

 

Quatre bombardiers stratégiques russes Tu-95MS ont effectué mercredi une mission de patrouille de quatre heures au-dessus de la mer du Japon dans le cadre de l'exercice militaire d'envergure lancé dans la région militaire de l'Est, a annoncé le ministère russe de la Défense.

 

"Les bombardiers stratégiques russes Tupolev Tu-95MS ont quitté la base aérienne "Ukraïnka" de l'aviation à long rayon d'action pour accomplir une mission de patrouille dans le cadre de l'inspection surprise des troupes de la région militaire de l'Est. Les équipages de quatre bombardiers Tu-95MS se sont entraînés à coopérer avec la Flotte russe du Pacifique dans la recherche de cibles imitant des bâtiments de surface ennemis, ainsi qu'à piloter leurs avions dans une zone sans repères", a indiqué le ministère dans un communiqué.

 

Le vol de patrouille a duré 3 heures et 40 minutes. Les avions ont survolé la mer du Japon dans l'espace aérien russe. "L'Armée de l'air russe effectue tous ses vols en stricte conformité aux normes internationales d'utilisation de l'espace aérien - au-dessus des eaux neutres et sans violer les frontières d'autres Etats", souligne le ministère.

 

La Russie a entamé une série de manœuvres militaires surprises en hiver 2013, pour la première fois depuis la chute de l'URSS. Le commandement des Forces armées russes a déjà testé les troupes des régions militaires du Centre et du Sud, constatant plusieurs problèmes systémiques, selon le chef d'Etat-major général Valeri Guérassimov.

 

L'exercice surprise actuel se déroule du 12 au 20 juillet dans les régions militaires du Centre et de l'Est. Il engage au total, plus de 160.000 militaires, 1.000 chars et véhicules blindés ainsi que 130 avions et hélicoptères et 70 navires militaires.

Partager cet article
Repost0
22 juillet 2013 1 22 /07 /juillet /2013 10:50

19 juil. 2013 belgiandefence

Durant le défilé de la Fête nationale, le tout nouvel hélicoptère NH-90 escortera le fidèle Sea King. Le grand public pourra admirer cette nouvelle acquisition.

La Défense a présenté le nouvel appareil à la presse vendredi 19 juillet à la base aérienne de Beauvechain. Le Major aviateur Frank De Wolf est le premier pilote à avoir l'honneur de défiler aux commandes du NH-90. Il est un des quatre pilotes à avoir été formé.

Partager cet article
Repost0
22 juillet 2013 1 22 /07 /juillet /2013 10:50
L'Italie n'exclut pas des ventes de participations pour se désendetter

19/07/2013 .finances.net (AFP)

 

MILAN (Lombardie), 19 juil 2013 -: L'Italie n'exclut pas de céder des parts dans les groupes énergétiques Eni et Enel, et de défense Finmeccanica pour réduire sa forte dette, a déclaré vendredi le ministre de l'Economie Fabrizio Saccomanni à Bloomberg TV.

 

Outre des cessions de biens immobiliers de son patrimoine, "nous envisageons aussi la possibilité de réduire notre participation dans des entreprises contrôlées par l'Etat", comme ces trois groupes, a-t-il dit depuis Moscou, où il se trouve pour une réunion du G20.

 

Le gouvernement n'exclut pas non plus d'utiliser ses parts comme "collatéral (garantie) dans des schémas de réduction de la dette", a-t-il ajouté selon la transcription de l'entretien. "Nous prenons en compte différentes idées", a-t-il dit.

 

Interrogé sur le calendrier d'une éventuelle vente de parts, il a répondu: "Nous sommes en train d'examiner le programme en termes plus généraux. J'espère que d'ici à la fin de l'année nous pourrons dire ce que nous envisageons concrètement dans notre stratégie globale de réduction de la dette".

 

La dette italienne a atteint un nouveau sommet historique de 2.075 milliards d'euros en mai 2013, selon des statistiques publiées cette semaine par la Banque d'Italie

Partager cet article
Repost0
22 juillet 2013 1 22 /07 /juillet /2013 05:49
The Rafale jumped over the moon...

19 Jul  -via Steven__Strong

 

Source : pic.twitter.com/Q5zroVN0sH

Partager cet article
Repost0
21 juillet 2013 7 21 /07 /juillet /2013 07:55
A400M photo RP Defense

A400M photo RP Defense

20/07/2013 Michel Cabirol – LaTribune.fr

 

L'A400M a obtenu sa certification militaire, une étape à la livraison du premier A400M à l'armée de l'Air française. Aucune date n'a été en revanche précisée pour la remise du premier appareil de transport militaire à la France.

 

La première livraison de l'A400M à la France vient de franchir un jalon important. Le comité d'experts rassemblant les sept pays du programme, le CQC (certification and qualification committee), a recommandé ce jour la certification militaire de l'avion de transport militaire, qui vient de participer à son premier défilé du 14-Juillet. "L'autorité technique, c'est-à-dire la Direction générale de l'armement (DGA), sera donc en mesure dans les jours prochains d'établir un certificat de type militaire", a précisé le ministère de la Défense dans un communiqué publié vendredi soir. Le comité d'experts, qui comprend un représentant de chaque nation, est présidé par une ingénieure en chef de l'armement de la DGA. "Ce comité a pour mission principale de vérifier la tenue des exigences de sécurité militaire et les performances de l'avion présentées par Airbus Military", a expliqué le ministère. Il s'appuie sur 15 groupes de travail dans tous les domaines concernés : avionique, facteurs humains, guerre électronique, etc...

 

Défense : l'A400M va bientôt atterrir dans l'armée de l'air française

La certification militaire est une des étapes préalables à la livraison du premier A400M à l'armée de l'Air française. Elle s'inscrit dans un processus comprenant également la certification civile qui a été délivrée par l'Agence européenne de la sécurité aérienne (AESA), la qualification militaire qui sera prononcée par l'Organisation conjointe de coopération en matière d'armement (OCCAR), avec l'aval de tous les pays partenaires, et les opérations de réception du premier appareil de série réalisées par la DGA. Pour EADS, c'est la fin d'un long chemin de croix pour ce programme très coûteux (6,2 milliards de dépassements de coûts). « Ce programme ne sera jamais rentable », reconnaît-on au sein du groupe EADS. Mais, en excluant les provisions supportées par EADS (plus de 4 milliards d'euros), les commandes des sept pays membres du programme vont permettre au programme d'être à l'équilibre vers la fin de 2022, explique-t-on dans le groupe. Avec les premières livraisons, en principe entre trois et quatre appareils seront remis en 2013 - trois à la France (juillet, mi-août et peut-être fin décembre, voire début janvier) et un à la Turquie (fin septembre-début octobre) -, l'A400M devrait avoir le potentiel de séduire de nouveaux clients à l'export. « Nous avons déjà un avion mature, assure le président d'Airbus Military, Domingo Urena. Il est prêt, ce n'est plus un projet de papier. Nous avons le bon avion au bon moment ».

 

Entre 50 et 100 appareils vendus dans les dix prochaines années

 

L'avionneur européen compte montrer d'ici à la fin 2013 l'A400M dans le Golfe et en Asie-Pacifique, où l'Australie notamment a exprimé un intérêt. Le patron d'Airbus Military, qui prévoit la vente de 400 d'A400M sur 30 ans, évaluent dans les dix années à venir, entre 50 et 100 appareils vendus sur les marchés export. « Entre 30 et 40 pays pourraient être intéressés par cet appareil », estime-t-il. Mais, auparavant, l'avionneur doit encore développer une version export moins sophistiquée que celle configurée OTAN, qui par exemple des communications cryptées par satellite. "Cet appareil n'a pas été pensé pour l'export, explique-t-il. Nous devons développer des équipements pour le rendre exportable". Seule véritable ombre, le nouveau programme brésilien d'Embraer le KC-390, bien qu'il soit limité par sa charge d'emport (payload), pourrait lui voler une partie du marché en entrée de gamme

Partager cet article
Repost0
19 juillet 2013 5 19 /07 /juillet /2013 16:50
The UK's first F-35 Lightning II during a test flight – Picture Lockheed Martin

The UK's first F-35 Lightning II during a test flight – Picture Lockheed Martin

18 July 2013 Ministry of Defence

 

The Royal Air Force's famous 'Dambusters' will be the first operational UK squadron to use the Lightning II aircraft.

 

The Lightning II is the short take-off and vertical landing UK variant of the Lockheed Martin F-35 Joint Strike Fighter – a supersonic multi-role stealth aircraft with the ability to operate from land or sea.

Chief of the Air Staff, Air Chief Marshal Sir Stephen Dalton, made today’s announcement at a Royal United Services Institute conference on air power.

In a speech to senior representatives of air forces from around the world, Sir Stephen explained that 617 Squadron, known as the ‘Dambusters’, are to disband on 1 April 2014 as part of the planned drawdown of the Tornado GR4 Force. The squadron will then reform in 2016 with both RAF and Royal Navy personnel and take delivery of the highly advanced Lightning II.

617 Squadron badge (stock image) [Picture: Crown copyright]

617 Squadron badge (stock image) [Picture: Crown copyright]

The next Lightning II squadron to stand up will carry a Royal Navy squadron number but be similarly jointly manned.

Air Chief Marshal Dalton said:

I am delighted to announce that 617 Squadron’s outstanding contribution to the United Kingdom’s air power, past and present, will unequivocally continue when it reforms as the UK’s first operational F-35B Lightning II squadron.

The Lightning’s state-of-the-art stealth and precision target capabilities and the battle-proven Typhoon Force will complement each other and set the baseline for UK combat intelligence, surveillance, target acquisition and reconnaissance air power as a contemporary global force for the 2020s and beyond.

Lightning will be operated jointly by Royal Air Force and Fleet Air Arm pilots from land or from the Queen Elizabeth Class carrier – overall, a hugely flexible and futuristic joint capability.

Partager cet article
Repost0
19 juillet 2013 5 19 /07 /juillet /2013 16:50
EADS : appelez-moi désormais Airbus

17/07/2013 Michel Cabirol – LaTribune.fr

 

Tom Enders, le président du groupe aéronautique et de défense, prépare une révolution grandeur nature. Celle-ci touchera aussi bien l'organisation que l'esprit pionnier qui a toujours prévalu depuis la création d'EADS et d'Aerospatiale. La rentabilité sera désormais le maître-mot de la maison. Symbole de cette mutation : le nom EADS va sans doute disparaître au profit d'Airbus, qui regroupera sous son aile les activités civiles et militaires du groupe.


 

Tom Enders ne fait jamais dans dans la demi-mesure. Ce sera encore le cas avec la revue stratégique que le patron d'EADS doit présenter lors du conseil d'administration du groupe du 29 juillet. Et cela va décoiffer les salariés et les cadres dirigeants, dont certains pourraient se retrouver simple patron de division et en prendre ainsi pour leur ego. Mais Major Tom est bien décidé à tracer la voie qui lui semble la meilleure pour EADS, ou plutôt pour Airbus. Car le débat qui perdurait depuis des années sur le nom du groupe a semble-t-il été tranché, sous réserve de l'approbation du conseil d'administration.

Cela devrait donc être Airbus, qui réunira sous son aile les activités civiles et militaires du groupe. A l'exception peut être d'Eurocopter dont la marque, mondialement connue et appréciée, doit voir sa réussite commerciale impressionnante préservée. En tout cas, un groupe de travail, mis en place par Tom Enders, a été chargé de plancher sur les modalités techniques, juridiques... d'un changement de nom. Ce qui fait grincer les dents chez Airbus, dont certains craignent de voir la marque polluée par de nouvelles activités.

 

Airbus Defence ?

La semaine dernière à l'occasion d'un colloque sur l'Europe de la défense, le directeur général délégué en charge de la stratégie et de l'international d'EADS, Marwan Lahoud, a confirmé que le groupe resterait dans la défense. La question s'est posée il y a plus d'un an, elle ne pose plus depuis plusieurs mois maintenant. Une défense qui sera le grand chantier de Tom Enders. Objectif : fusionner la plupart des activités militaires du groupe, d'Airbus Military à  Eurofighter, de Cassidian à Astrium. A l'exception des hélicoptères militaires d'Eurocopter, entité qu'il serait difficile de scinder en deux.

Pour convaincre Berlin de cette restructuration, la direction d'EADS s'est mise en chasse d'un manager allemand pour piloter tout ou partie de cet ensemble. Une denrée apparemment rare car, il y a peu de temps encore, la recherche n'avait pas abouti. Enfin, reste à connaitre le sort des activités spatiales civiles (satellites de télécoms civils).

 

Encore moins d'Etat dans EADS ?

Tom Enders veut aussi en finir complètement avec les interférences des Etats (Allemagne, France) dans le groupe. Au-delà de la nouvelle gouvernance arrachée en décembre 2012 à Berlin et Paris, il a lancé un débat interne sur les aides publiques, notamment les avances remboursables : faut-il continuer à les demander? Tom Enders ne supporte plus d'obtenir ces aides en contrepartie de concessions (emploi, localisation de la production) revendiquées par les Etats. Ces derniers mois, l'Allemagne qui a fait du chantage au groupe pour débloquer des avances remboursables à Airbus pour l'A350, l'a excédé. Aussi, veut-il limiter l'influence des Etats pour qu'ils n'interviennent plus dans les décisions du groupe. Pour Tom Enders, EADS doit être "une entreprise dont le mode de fonctionnement est le même que celui de nos concurrents directs", comme il l'avait expliqué en juin dans l'hebdomadaire Air&Cosmos.

 

EADS, une cash machine ?

Les Etats ayant moins d'influence sur le groupe, les marchés pèseront davantage sur la stratégie du groupe. Est-ce réellement une bonne chose au vu du caractère erratique de ces marchés. Si EADS est devenu aujourd'hui ce qu'il est - le numéro deux mondial de l'aéronautique - c'est en partie parce qu'il a pu s'affranchir de leur exigence : le groupe aurait-il lancé l'A380, où même les programme militaires A400M (avion de transport) et NH90 (hélicoptère de transport de troupes) sans le soutien des Etats qui pouvaient assumer le risque d'un échec ?

Ce qui est sûr, c'est que le choix de lancement des nouveaux programmes sera beaucoup, beaucoup plus sélectif au regard des critères de rentabilité désormais exigés. Car l'objectif avoué de Tom Enders est d'atteindre 10 % de marge. Et cela semble même un minimum pour lui. Ce que certains programmes auront bien du mal à respecter. "Fini le temps où on se faisait dicter les programmes par les directeurs des ventes trop sûrs de leur fait", lâche-t-on dans le groupe.

Cette nouvelle stratégie pourrait être fatale pour trois projets : le successeur du Beluga (le cargo de l'air qui devait être réalisé sur une base d'A330) dont le coût est estimé à 1,5 milliard d'euros, une nouvelle version allongée d'un A380 pour relancer un programme en difficulté, ou encore le nouveau modèle de 90 sièges du constructeur de turbopropulseurs, ATR. Pour cet appareil, EADS et Airbus ont également des craintes qu'il marche sur les plates-bandes de l'A318, qui est un énorme échec commercial, et surtout de l'A319. A suivre.

Partager cet article
Repost0
19 juillet 2013 5 19 /07 /juillet /2013 11:35
photo Livefist

photo Livefist

15/07/2013 Helen Chachaty - journal-aviation.com

 

Pilatus a annoncé que la formation de l’armée de l’air indienne sur PC-7 MkII avait débuté le 8 juillet dernier à l’Indian Air Force Academy de Dundigal. Ce sont pour l’instant huit « cadets » qui participent à la formation.

 

L’industriel suisse Pilatus et l’Indian Air Force avaient signé un contrat en mai 2012 pour la fabrication et la livraison de 75 avions d’entraînement basique PC-7 MkII, pour plus de 400 millions d’euros. Quatorze avions ont été livrés depuis, l’admission au service actif ayant elle été prononcée le 31 mai dernier.

 

Le Pilatus PC-7 MkII est en service depuis 1994. Motorisé par un PT6A-25C de Pratt & Whitney, l’avion d’entraînement basique partage la même cellule et le même système avionique que le PC-9M.

Partager cet article
Repost0
19 juillet 2013 5 19 /07 /juillet /2013 11:35
photo Livefist

photo Livefist

15/07/2013 Helen Chachaty - journal-aviation.com

 

Pilatus a annoncé que la formation de l’armée de l’air indienne sur PC-7 MkII avait débuté le 8 juillet dernier à l’Indian Air Force Academy de Dundigal. Ce sont pour l’instant huit « cadets » qui participent à la formation.

 

L’industriel suisse Pilatus et l’Indian Air Force avaient signé un contrat en mai 2012 pour la fabrication et la livraison de 75 avions d’entraînement basique PC-7 MkII, pour plus de 400 millions d’euros. Quatorze avions ont été livrés depuis, l’admission au service actif ayant elle été prononcée le 31 mai dernier.

 

Le Pilatus PC-7 MkII est en service depuis 1994. Motorisé par un PT6A-25C de Pratt & Whitney, l’avion d’entraînement basique partage la même cellule et le même système avionique que le PC-9M.

Partager cet article
Repost0
18 juillet 2013 4 18 /07 /juillet /2013 21:55
En Aquitaine, Dassault soigne ses sous-traitants

18 juillet 2013 Nicolas César - L'Usine Nouvelle n°3340

 

ENQUÊTE  Les usines locales préparent la fabrication du Falcon nouvelle génération et espèrent augmenter la cadence grâce au Rafale.

 

Les négociations entre Dassault et l’Inde, mais aussi le Canada et la Malaisie sont suivies de près en Aquitaine. Car c’est ici, dans l’usine de Mérignac, près de Bordeaux (Gironde), qui emploie 1 300 salariés, que le Rafale est assemblé. Actuellement, avec les commandes de l’armée française, seul un avion par mois sort des ateliers. L’Inde, qui souhaite construire à domicile ses avions de chasse, devrait tout de même apporter 18 contrats à la région. Ce sont tous les sous-traitants qui vont profiter de cette manne. L’usine de Mérignac, qui réalise aussi l’aménagement intérieur personnalisé pour les avions d’affaires Falcon 7X, « fait travailler une cinquantaine d’entreprises régionales », indique son directeur, Jean-Marie Pontois. Ce qui représente 25 millions d’euros de chiffre d’affaires.

 

Suite de l’article

Partager cet article
Repost0
12 juillet 2013 5 12 /07 /juillet /2013 19:55
L'A400M qui volera lors du 14 juillet ne sera pas celui de l'armée

12 juillet 2013 Par Elodie Vallerey - Usinenouvelle.com

 

Le fabricant de l'A400M, Airbus Military, n'a pas encore livré à la France son premier exemplaire de l'avion de transport militaire polyvalent. C'est donc un A400M de l'industriel, avec un équipage mixte à son bord, qui volera au-dessus des Champs-Elysées pour le défilé du 14 juillet ce dimanche, a confirmé l'armée de l'air.

 

Pas de traces du MSN7, le premier A400M destiné à l'armée de l'air française, sur le tarmac de la base aérienne 123 Orléans-Bricy. L'escadron 1/61 Touraine, qui doit opérer les nouveaux avions de transport militaire, n'a pas encore réceptionné le premier exemplaire de ce futur fleuron des armées de l'air européennes.

 

Or, dans le déroulé du programme du défilé militaire du 14 juillet qui aura lieu ce dimanche sur les Champs-Elysées, à Paris, l'A400M occupe une place stratégique, prévu pour voler en deuxième position juste après la Patrouille de France.

 

Un A400M d'Airbus Military piloté par un équipage mixte

 

Il faut dire que le transporteur sert de caution à une coopération franco-allemande érigée en modèle par les ministères de la Défense des deux alliés en cette année de célébration des 50 ans du Traité de l'Elysée.

 

Pourtant, en l'absence d'exemplaire français, l'armée de l'air a confirmé le 12 juillet à L'Usine Nouvelle que c'est l'A400M d'Airbus Military qui fendra dimanche le ciel parisien. Faute de certification militaire, l'appareil sera donc "piloté par un équipage mixte, de l'armée de l'air et d'Airbus Military", a-t-on appris.

 

Pas encore de date de livraison du premier exemplaire

 

Quid de la symbolique d'un vol du MSN7 aux couleurs de l'armée de l'air pour le premier vol d'un A400M lors d'une Fête nationale ? "L'appareil qui volera dimanche aura une cocarde française", rassure-t-on. De quoi permettre au public de n'y voir que du feu...

 

En Espagne, au siège de la filiale défense d'Airbus Military, on ne se risque pas à avancer une date précise pour la livraison du premier exemplaire destiné à l'armée de l'air. "Dans les prochaines semaines", esquisse-t-on. Une "discussion d'ordre technique" et pas politique, assure-t-on au ministère de la Défense, entre le fabricant, le client (la direction générale de l'armement, DGA) et l'armée de l'air, opérateur final des avions.

 

Même s'il récuse le retard accumulé, Airbus Military devait idéalement livrer le MSN7 à la France en mai, le MSN8 en août, et enchaîner avec le MSN9 à destination de la Turquie en septembre.

Partager cet article
Repost0
12 juillet 2013 5 12 /07 /juillet /2013 19:50
A400M photo RP Defense

A400M photo RP Defense

12/07/2013 Par Véronique Guillermard, Yann Le Galès – LeFigaro.fr

 

INTERVIEW - Fabrice Brégier, PDG d'Airbus, explique sa stratégie dans la défense. Il précise également que l'Airbus A 400M qui ouvre le défilé aérien du 14 juillet, sera livré à l'armée de l'air fin juillet.

 

LE FIGARO.- L'Airbus A 400M ouvrira le défilé aérien du 14 Juillet mais le premier appareil n'est toujours pas livré à l'armée de l'air française. Pourquoi?

 

Fabrice BRÉGIER.- L'A 400M devrait être livré d'ici à la fin juillet. L'appareil a déjà reçu sa certification civile européenne. Le processus de qualification militaire est complexe. Elle doit être réalisée par l'Organisation conjointe de coopération en matière d'armement et les armées clientes. L'important, c'est que l'avion sera livré très prochainement.

 

Le programme a rencontré des problèmes techniques. Y a-t-il encore des incertitudes?

 

Les incertitudes sont désormais levées. Tout a été remis à plat en 2009 lorsqu'Airbus a été chargé par EADS de gérer les programmes d'avions de transport militaires. Le contrat signé en 2003 était irréalisable, c'est pourquoi Airbus a repris la main ce qui a permis de faire profiter l'A 400M de notre expérience de gestion de grands programmes. L'A 400M est le plus grand programme européen de défense jamais lancé. Il est d'une complexité redoutable et s'inscrit dans une coopération européenne toujours difficile à gérer. Mais nous avons tenu les engagements pris en 2009.

 

Compte tenu du dérapage financier, l'A 400M sera-t-il rentable?

 

C'est le seul programme où l'activité civile subventionne l'activité militaire! Airbus a dû provisionner 4 milliards d'euros en 2009 pour contribuer au sauvetage de l'A 400M et livrer les 174 premiers appareils aux sept premiers pays clients. Gagner de l'argent, c'est jouable grâce à l'export mais ce sera difficile. Dès que l'appareil sera entré en service dans les forces françaises et aura montré ses capacités, il sera un formidable vecteur de promotion à l'export. Nous estimons le marché à 300 avions (hors États-Unis et Chine) sur vingt ans. Nous regardons notamment les marchés d'Asie, du Moyen-Orient et d'autres pays en Europe.

 

L'A 400M a-t-il ses chances aux États-Unis ?

 

Toutes les armées du monde seront intéressées. C'est un appareil stratégique qui peut transporter jusqu'à 37 tonnes à des milliers de km. C'est aussi un avion tactique capable de se poser court sur des terrains non aménagés. Il aura une configuration de sécurité civile. Je crois à ses chances sur le marché américain mais à long terme.

 

Quelle est la prochaine étape dans la défense?

 

Airbus a réalisé 2,1 milliards de chiffre d'affaires dans la défense en 2012 pour des ventes totales de 40 milliards. Cette activité est rentable. Elle va fortement croître dans les prochaines années. Airbus Military aura plus que doublé son chiffre d'affaires d'ici à 2016.

 

Son activité s'appuie sur deux autres familles de produits: les Casa, des avions de transport de moyenne capacité leaders sur leur segment. Ensuite, les ravitailleurs multirôle développés à partir de la meilleure plateforme au monde, celle de l'Airbus civil A 330. Il a gagné les compétitions en Grande-Bretagne, en Arabie saoudite, en Australie et aux Émirats arabes unis. Il a été sélectionné en Inde et avait été retenu par le Pentagone avant les élections américaines de 2008. La France prévoit d'en commander 12 fin 2013-début 2014. Notre ravitailleur est une référence mondiale.

 

EADS prépare un nouveau plan stratégique. Airbus Military a-t-il vocation à chapeauter les activités défense sur le modèle de Boeing?

 

Avec Tom (Tom Enders, président d'EADS, NDLR), nous travaillons pour donner une nouvelle impulsion au groupe. Nos activités défense qui pèsent 12 milliards au total sont logées dans différentes divisions. Une réflexion est nécessaire. Je proposerai ce qui sera le mieux pour le groupe et ses salariés, dans un souci d'efficacité et rentabilité.

 

Compte tenu des contraintes budgétaires, craignez-vous que la France réduise sa commande?

 

La France et son président soutiennent l'A 400M. François Hollande a volé à son bord pour se rendre au Salon du Bourget en juin. Le ministère de la Défense a confirmé le besoin opérationnel. Les Transall sont à bout de souffle. Nous avons une vraie urgence opérationnelle. Le livre blanc a inscrit une cible de 50 avions de transport.

 

Le ministre de la Défense a averti que tous les grands programmes seraient décalés…

 

Nous avons conscience des contraintes budgétaires et des décalages de livraison qui risquent d'être décidés. Nous avons un contrat avec 7 pays et ne dépendons pas d'un seul client. L'important, c'est que la France soit la première à se doter d'une force de frappe opérationnelle autonome en matière de transport.

 

Qu'attendez-vous du Conseil de défense européen fin 2013?

 

Depuis quatre ans, on ne parle plus d'Europe de la défense. Que les chefs d'État tiennent un Conseil de défense, c'est un bon signal. Il est nécessaire de redonner une impulsion politique. De leur côté, les industriels ont mûri. Ils sont mieux organisés pour travailler ensemble. Mais sans la volonté affichée d'au moins la France, l'Allemagne et la Grande-Bretagne, on n'y arrivera pas. Et on passera à côté d'un grand programme de drone de surveillance alors que les industriels ont fait des propositions.

Partager cet article
Repost0
12 juillet 2013 5 12 /07 /juillet /2013 18:55
Le premier Airbus  A400M doit être livré d'ici à la fin juillet à la base aérienne 123 d'Orléans-Bricy.

Le premier Airbus A400M doit être livré d'ici à la fin juillet à la base aérienne 123 d'Orléans-Bricy.

12/07/2013 Par Véronique Guillermard – LeFigaro.fr

 

L'A400M le transport stratégique qui consiste à acheminer d'une traite jusqu'à 37  tonnes de matériels militaires à des milliers de kilomètres en volant presque aussi vite (790 km/h) qu'un avion de ligne.

 

Tout un symbole. L'Airbus A400M donnera le coup d'envoi du défilé aérien du 14 Juillet, après le survol des Champs-Élysées par la patrouille de France. «C'est une grande fierté de le voir voler le 14 Juillet dans ce moment de communion avec la nation. L'A400M est le fruit d'une coopération européenne, tous les efforts qui se sont fédérés ont enfin abouti», réagit le colonel Jean-Pascal Breton, porte-parole de l'armée de l'air. «Nous avons le sentiment du “programme accompli”», résume-t-il.

 

Le premier appareil doit être livré d'ici à la fin juillet à la base aérienne 123 d'Orléans-Bricy qui sera son QG. Et le second d'ici à fin 2013. Ces avions seront pris en main par les 5  équipages et les 70 mécaniciens déjà formés en vue d'une mise en service opérationnelle en janvier 2014. À cette échéance, l'avion utilisera d'abord sa capacité logistique (transport de fret) puis tactique: se poser court sur tous les terrains en milieu hostile, larguer des colis ou des parachutistes. «L'avion évoluera dans plusieurs standards jusqu'en 2019. Il disposera alors de toutes ses capacités», souligne le colonel Breton. Parmi celles-ci, le transport stratégique qui consiste à acheminer d'une traite jusqu'à 37  tonnes de matériels militaires à des milliers de kilomètres en volant presque aussi vite (790 km/h) qu'un avion de ligne. Il pourra aussi être configuré en ravitailleur et en appareil de secours civil.

 

4 turbopropulseurs de 10.000 chevaux chacun

 

Doté d'une grande soute de 340  mètres cubes, d'une aile haute et de 4 turbopropulseurs de 10.000 chevaux chacun, l'A400M peut embarquer des hélicoptères Tigre -ce que ne sait pas faire l'Antonov 225-, des blindés et des troupes. «Il peut transporter deux fois plus que le C130 Hercule et quatre fois plus que le 160 Transall et en deux fois moins de temps», précise le colonel Breton. Il a manqué aux militaires au Mali. L'A400M aurait pu transporter 25 tonnes d'Orléans à N'Djamena en 8 heures au lieu des deux jours nécessaires au Transall pour 8 tonnes.

 

Avec l'A400M Atlas, son nom officiel, la France retrouve son rang et son autonomie en matière de transport militaire. Il remplacera progressivement le Transall, né dans les années 1960, et le C130 Hercule, un avion des années 1980. D'ici à quelques années, plusieurs pays membres de l'Otan piloteront une flotte unifiée autour de l'A400M.

Partager cet article
Repost0
12 juillet 2013 5 12 /07 /juillet /2013 16:50
First Hawk Pilots Graduate

July 10, 2013 Source: BAE Systems

 

The first four pioneering pilots to train in the revolutionary Hawk Advanced Jet Trainer have graduated from RAF Valley.

 

The quartet is the first group to develop their skills on the new-look Hawk Advanced Jet Trainer (AJT), which uses state of the art advanced avionics suite and sensor simulation software to help make the step up between trainer aircraft and Typhoon easier.

 

Converting training into flying

 

The Hawk – dubbed the T2 by the RAF – has a digital glass cockpit designed to closely resemble those of fast jets and it therefore cuts the time to convert training into flying fighter aircraft such as Typhoon and F-35 Lightning II.

 

 

RAF Hawk T2 trainers photo UK MoD

RAF Hawk T2 trainers photo UK MoD

Learning to fly

 

Fight Lieutenant, Victoria ‘Tori’ Lyle, one of the four graduates said: "The last year has been both a challenging and rewarding one.

 

“Learning to fly the new Hawk T2 has been fantastic, presenting us with opportunities to develop skills that are more in line with the front line aircraft we will be going to fly after Valley.

 

"It was a wonderful opportunity to be part of the first course, and I have thoroughly enjoyed my time at RAF Valley. Whilst it is always difficult to simulate all aspects of airborne flying in the simulator, the sophistication of the ground based training facilities has allowed us to develop our ‘kit manipulation’ to a high degree, having said that, nothing can quite beat the feeling of flying low level through the Welsh hills.”

 

In July the graduates will continue their frontline operational conversion unit training at RAF Coningsby on the Typhoon.

 

Proud

 

To mark their achievement a small ceremony was held at RAF Valley attended by Air Chief Marshall Sir Stephen Dalton, the Chief of Air Staff, who said: "The pilots who graduated can be proud of what they have achieved as the pioneers of this new advanced training system, the Hawk T2, and can look forward with confidence that, following their conversion to operational aircraft, they will very soon take on their roles on Royal Air Force frontline squadrons.

 

"Having completed the course on the new Hawk they are some of the best trained pilots to graduate from UK fast jet training. RAF Valley delivers the most advanced fast jet training programme in the world. At the core of it, the Hawk's advanced cockpit closely resembles that of our current and future combat aircraft, which will reduce the time required to convert to flying an operational aircraft, be that Typhoon, Tornado or the Lightning II.

 

"The live flying at RAF Valley, on the Hawk T2, is supported by an increasing range of synthetic training on the ground. This makes every flying hour more productive and makes this entire programme even more cost effective for the United Kingdom."

 

Preparing for the front line

 

The ‘synthetic’ classroom based training using simulators is ahead of its time, preparing the fast jet pilot for the frontline and reducing the time it takes to become familiar with flying a combat aircraft once they move to their operational conversion units.

 

The course runs for approximately 11 months, with around 120 hours of live flying. There is no final examination. The last flight on the course involves the student evading airborne and surface-to-air threats at medium and low level. The student has to take part in a simulated Paveway IV bomb attack against a designated target whilst trying to evade a low level airborne threat and lead their wingman home in a simulated emergency.

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories