Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
30 juin 2015 2 30 /06 /juin /2015 16:35
A330 Multi-Role Tanker Transport (MRTT) - photo Airbus DS

A330 Multi-Role Tanker Transport (MRTT) - photo Airbus DS

 

30/06/2015 By: James Drew - FG

 

Airbus Defence & Space this week added South Korea to its growing list of A330 Multi-Role Tanker Transport (MRTT) operators after the nation downselected the tanker type over Boeing’s KC-46A Pegasus and Israel Aerospace Industries’ 767-based design.

 

South Korea’s Defense Acquisition Program Administration announced the selection decision on 30 June, citing the performance and price of the European tanker over the US and Israeli alternatives.

 

The $1.26 billion KC-X programme aims to deliver four tankers by 2019, and the selection of Airbus is an important victory for the company as it looks to an upcoming Japanese tanker competition.

 

Boeing had expressed confidence before the decision, touting estimates that the KC-46A it is developing for the US Air Force will cost 25% less to own and operate over its life-cycle compared with the A330 MRTT, despite being a more expensive aircraft up front. However, Airbus offers a much larger aircraft compared with the 767-based KC-46A, and it can carry 111t (245,000lb) of fuel and up to 300 troops.

 

“This contract will also allow Airbus Defence & Space to establish a long-term and sustainable cooperation with the Korean industry,” says company spokeswoman Maggie Bergsma. “We will carry out our contractual obligations faithfully and are looking forward to executing this programme in a timely and efficient way as we have done with other A330 MRTT contracts.

 

“The decision means that the A330 MRTT has won every tanker competition outside of the United States since it entered the market, and has now been selected by nine nations plus the European Defence Agency.”

 

The decision to go with a European supplier shows that South Korea is prepared to break from the tradition of buying American military hardware, following multi-billion-dollar commitments last year to procure the Lockheed Martin F-35 Joint Strike Fighter and three Northrop Grumman RQ-4 Global Hawk unmanned air vehicles.

 

"While we are disappointed with this decision, we remain committed to our partnerships in Korea,” says Boeing spokesman Chick Ramey.

 

Boeing’s KC-46 programme is running behind schedule, and is yet to conduct the first full-up KC-46A tanker flight. The first 767-2C engineering and manufacturing development aircraft recently flew an airworthiness test fitted with a boom and wing aerial refuelling pods. Still, Boeing can claim the largest base customer, the US Air Force, with 176 orders expected initially and potentially up to 400 as the aging KC-135 is retired.

 

Meanwhile, Airbus already has 35 solid orders on its books from six countries, and has delivered more than 24 aircraft to date. The tanker has also been selected by India (six aircraft) and Qatar (two). France is boosting its tanker order to 12, and the European Defence Agency is exploring options to acquire several aircraft that would be operated jointly.

 

One of Boeing’s biggest selling points was interoperability with the US fleet. The KC-46 will be certified to refuel more than 64 receiver types at little or no cost to the foreign customer, Boeing says.

 

However, Korea is not alone in the Pacific. The Royal Australia Air Force – which operates Super Hornets and, soon, F-35As – was the tanker type’s launch customer and it has already completed several refuelling certifications.

 

Singapore has also ordered six aircraft, and in Europe and the Middle East – Korea would dovetail on the established MRTT programmes of the UK, France, Saudi Arabia and UAE.

Partager cet article
Repost0
30 juin 2015 2 30 /06 /juin /2015 11:55
photo CESA Drones

photo CESA Drones

 

25 juin 2015 par Aerobuzz.fr

 

Apave Aeroservices et CESA Drones (Centre d’Essais et de Services sur les systèmes autonomes) ont décidé de créer Qualidrones. Cette qualification est présentée comme un moyen de permettre :

 

- aux exploitants de démontrer
 leur niveau d’intégration (sécurité, réglementaire, protection des droits privés, 
assurances ou encore qualité de service) et d’accéder par cette reconnaissance à 
de nouveaux marchés

- aux clients de favoriser la sélection des exploitants en se
reposant sur une qualification établie par des experts du domaine en toute
indépendance

- aux assureurs de mieux évaluer les risques liés à l’exploitation
de drones pour proposer des primes d’assurance RC adaptées

- aux 
pouvoirs publics de faciliter l’exploitation des dossiers de demande
d’autorisation, de réduire les délais d’instruction et de référencer et de qualifier les exploitants.

 

Le référentiel modulaire de Qualidrones définit 4 niveaux de qualification en fonction du cadre et type d’exploitation visé par les opérateurs et des risques associés.

Partager cet article
Repost0
30 juin 2015 2 30 /06 /juin /2015 11:35
Solar Impulse poursuit sans accroc son vol transpacifique entre le Japon et Hawaï

photo Solar Impulse

 

30 juin 2015 Romandie.com (AFP)

 

Tokyo - L'avion Solar Impulse 2 continuait de voler calmement au-dessus du Pacifique mardi soir (heure de Tokyo), près de 40 heures après son décollage du Japon en direction de Hawaï, selon les informations données par les organisateurs de ce défi.

 

Mardi à 17H30 heure du Japon (08H30 GMT), l'appareil se trouvait au-dessus de l'océan à une altitude de 6.250 mètres, survolant une épaisse couche de nuages, selon les images diffusées en ligne.

 

Un tiers du trajet jusqu'à Hawaï a déjà été effectué.

 

Les feux sont au vert: tout semble se dérouler comme prévu, ont assuré sur internet les organisateurs.

 

Le pilote, André Borschberg, a conversé à plusieurs reprises amicalement avec les ingénieurs du centre de contrôle situé à Monaco.

 

C'est un moment fabuleux, le vol se passe très bien, assurait-il mardi matin depuis son cockpit.

 

A la fin de la journée, il avait parcouru 2.730 kilomètres depuis son départ de Nagoya (centre du Japon) dans la nuit de dimanche à lundi.

 

Sa traversée aérienne d'une traite en solitaire, sur une distance de 7.900 kilomètres jusqu'à Hawaï, doit durer environ 120 heures, soit 5 jours et 5 nuits.

 

André Borschberg est complètement dans le défi océanique, ont expliqué les organisateurs.

 

Il a commencé de descendre (ce qu'il doit faire tous les soirs), ont tweeté les organisateurs en fin d'après-midi.

 

Le pilote a quant à lui juré ne pas s'ennuyer du tout, ajoutant cependant les conditions sont difficiles à 20.000 pieds au-dessus du Pacifique

 

Plusieurs moments critiques auront lieu avant l'arrivée à Hawaï, a prévenu un des responsables de la communication de Solar Impulse dans une vidéo.

 

Le pilote est soumis à des température qui varient de quelque -20° degrés Celsius à +30 degrés Celsius.

 

C'est le genre de moments dont je rêvais, voir cet avion voler aussi longtemps sans brûler de carburant, s'est réjoui sur internet Bertrand Piccard, concepteur du projet et second pilote en alternance.

 

Je n'ai pas de douche, mais nous avons assez de moyens pour rendre la vie possible plusieurs jours dans ce cockpit et dans ces conditions, indiquait André Borschberg.

 

Les équipes au sol supervisent le comportement de l'avion lorsque le pilote se repose par périodes de 20 minutes.

 

Il avait la possibilité de se reposer durant 290 minutes, mais n'a en tout dormi que pendant 170 minutes, ont précisé les organisateurs.

 

Il utilise des techniques de yoga et de méditation pour se détendre.

 

Solar Impulse 2, dont les ailes sont couvertes de cellules photovoltaïques, avait été bloqué près d'un mois au Japon par de mauvaises conditions climatiques. Il a fini par trouver une fenêtre de temps favorable pour décoller lundi avant l'aube et se lancer à l'assaut du Pacifique.

 

L'avion, qui avait aussi dû patienter auparavant un mois en Chine, était parti le 9 mars d'Abou Dhabi pour un tour du monde de 35.000 kilomètres destiné à promouvoir l'usage des énergies renouvelables, en particulier l'énergie solaire.

Partager cet article
Repost0
30 juin 2015 2 30 /06 /juin /2015 11:35
Arrival of C-27J Spartan  at RAAF Base Richmond - photo Commonwealth of Australia, Department of Defence

Arrival of C-27J Spartan at RAAF Base Richmond - photo Commonwealth of Australia, Department of Defence

 

30 June 2015 Australia DoD


Chief of Air Force, Air Marshal Geoff Brown, AO, welcomed the first RAAF C-27J Spartan battlefield airlift aircraft in Australia at a ceremony at RAAF Base Richmond today, coinciding with the 90th anniversary of the base’s establishment.
 
The acquisition of the C-27J Spartan will fill a gap in Australia’s military capability for tactical fixed wing airlift, which has been left open since the retirement of the Caribou fleet in 2009.
 
AIRMSHL Brown said the acquisition of 10 C-27J aircraft, which has been planned since 2012, signifies a $1.4 billion investment in Australia’s airlift capability.
 
“This acquisition represents a commitment to Australia’s air power capability which is a critical element of Australia’s national security and defence strategy,” he said.
 
“The C-27J will strengthen the Australia Defence Force’s air lift capability by increasing our ability to move troops, equipment and supplies.
 
“The aircraft will complement the capabilities of the C-130J Hercules and C-17A Globemaster and will be able to carry medium-sized loads and access smaller runways that are not suited to other aircraft.
 
“This will allow Air Force to support humanitarian missions as well as battlefield airlift in remote locations and unprepared airstrips common in Australia’s region.
 
“Under Plan Jericho, the plan to transform Air Force into a fifth generation fighting force for the information age, the C-27J will operate within an integrated system that is more agile, has an extended reach and gathers and distributes information quicker and more efficiently than ever before.”
 
The C-27J aircraft provides protection from a range of threats through features such as missile warning systems, electronic self protection, secure communications and battlefield armour.
 
Initial Operational Capability for the C-27J fleet is planned for late 2016, with Final Operational Capability expected within the following two years.
 
The fleet of C-27J Spartan aircraft will initially be based at RAAF Base Richmond in New South Wales, until their permanent home at RAAF Base Amberley in Queensland is completed.

Partager cet article
Repost0
26 juin 2015 5 26 /06 /juin /2015 11:55
Salon du Bourget : un quotidien de pilote d'essai en vol

 

26 juin 2015 ministère de la Défense

 

La rédaction a rencontré un pilote d’essai en vol sur le stand du ministère de la Défense lors du salon international de l’aéronautique et de l’espace du Bourget 2015.
Séquence pédagogique en images sur les dessous du métier de pilote. Pourquoi la tenue d’un pilote d’essai est-elle orange ?

Partager cet article
Repost0
25 juin 2015 4 25 /06 /juin /2015 11:20
L’A-10 en statique au salon du Bourget – photo Frédéric Lert (Aerobuzz.fr)

L’A-10 en statique au salon du Bourget – photo Frédéric Lert (Aerobuzz.fr)

 

22 juin 2015 par Frédéric Lert – Aerobuzz.fr

 

L’US Air Force a de nouveau amené un A-10 à Paris. Sans doute la dernière fois que l’avion y sera vu sous les couleurs américaines. En attendant une vente à l’export ?

 

Inutile de présenter le A-10, tout le monde le connaît. L’avion est venu pour la première fois au salon du Bourget en juin 1977. Il n’en était pas reparti, ayant été détruit (et son pilote tué) dans un accident au cours de sa présentation en vol. Trente-huit plus tard, l’avion était encore là la semaine dernière, venu dans les fourgons de l’US Air Force aux côtés des inoxydables F-15 et F-16…

Au cours des 38 années écoulées, le A-10 a monté la garde devant le rideau de Fer avant d’aller semer vigoureusement ses obus de 30mm à l’uranium appauvri dans les sables irakiens et la rocaille afghane. Aucun doute là-dessus, le A-10 a la générosité des fromages du terroir qu’on nous montre à la télé. Malgré son aura de vétéran, l’avion est aujourd’hui au centre d’un vigoureux débat entre l’US Air Force et le Congrès américain.

 

Suite de l’article

Partager cet article
Repost0
24 juin 2015 3 24 /06 /juin /2015 16:20
photo Lockheed Martin

photo Lockheed Martin

 

24 Jun 2015 By: Beth Stevenson – FG

 

The UK and USA have carried out the first short take-off test of the Lockheed Martin F-35B Lightning II during a ground-based test at Patuxent River Naval Air Station in Maryland, USA on 19 June.

 

This marks the start of the first phase of testing to certify the UK’s short take-off and vertical landing F-35B as capable of take off and landing from an aircraft carrier. The work is being controlled by the F-35 Pax River Integrated Test Force (ITF), assigned to the Air Test and Evaluation Sqn 23.

 

Test aircraft BF-04 took off on a ski-jump, demonstrating the F-35B’s ability to integrate into the UK’s future operations. The UK has selected the ski-jump approach as opposed to the catapult and arresting gear approach favoured by the USA in its carrier operations.

 

The UK’s new carriers – HMS Queen Elizabeth and HMS Prince of Wales – are shorter and contain an upward slope ramp at the bow, curved to allow for the F-35B to launch upward and forward at the same time. This allows the aircraft to take off with more weight and at a lower speed than a horizontal launch permits, the UK Ministry of Defence says.

 

"Friday’s F-35B ski-jump was a great success for the joint ski-jump team,” says Peter Wilson, BAE Systems test pilot and ski-jump project lead.

 

“As expected, aircraft BF-04 performed well and I can’t wait until we’re conducting F35 ski-jumps from the deck of the Queen Elizabeth carrier. Until then, the de-risking that we’re able to achieve now during phase I of our ski jump testing will equip us with valuable data we’ll use to fuel our phase II efforts.”

 

This follows a test on 12 June during which Royal Air Force test pilot Sqn Ldr Andy Edgell released two inert Raytheon Paveway IV precision-guided bombs from F-35B test aircraft BF-03.

 

The 500lb dual mode weapons were dropped over the Atlantic Test Ranges at Pax River, marking the first weapons separation test of the Paveway by the ITF. The passive bombs safely separated from an internal weapons bay within the F-35B, Lockheed Martin says, and maintained the stealth characteristics of the aircraft throughout

Partager cet article
Repost0
23 juin 2015 2 23 /06 /juin /2015 11:55
la Patrouille de France dans le ciel du Bourget  - photo R. Senoussi DICOD

la Patrouille de France dans le ciel du Bourget - photo R. Senoussi DICOD


22/06/2015 photographe Rym Senoussi  -  DICOD

 

Vendredi 19 juin 2015, la 51e édition du Salon du Bourget s'est ouvert au grand public jusqu'au dimanche 21 juin. Des expositions statiques d'aéronefs et des démonstrations aériennes étaient au programme.

 

Voir le diaporama

Partager cet article
Repost0
22 juin 2015 1 22 /06 /juin /2015 16:55
Le nouveau Hall 39-45 au Musée de l’Air et de l’Espace


19/06/2015 Thibault Duclos  - DICOD

 

Le Hall 39-45 consacré aux avions de la Seconde Guerre mondiale vient de rouvrir ses portes au Musée de l’Air et de l’Espace au Bourget, après neuf mois de travaux. L’occasion de revoir tous ces appareils légendaires, du Supermarine Spitfire britannique au Heinkel 162 allemand, premier chasseur de l’histoire à abandonner l’hélice pour le moteur à réaction. Visite guidé

Partager cet article
Repost0
22 juin 2015 1 22 /06 /juin /2015 11:50
photo Royal Air Force

photo Royal Air Force


21 juin 2015 by Royal Air Force

 

The first part of a short documentary looking at the Battle of Britain from the view point of one of “the few” and a contemporary RAF pilot from the RAF’s Battle of Britain Memorial Flight. The video was first produced for the 70th anniversary of the battle of Britain. The story remains forever relevant. #BoB75 https://www.raf.mod.uk

Partager cet article
Repost0
19 juin 2015 5 19 /06 /juin /2015 11:50
Paris Airshow 2015: Innovation


19 juin 2015 by Airbus HC

 

Since joining Airbus Helicopters as Head of Research and Innovation in 2014, Tomasz Krysinski has been at the head of many innovations poised to transform the future of helicopter flight by increasing efficiency and bringing greater value to customers.

Here he talks from the 51st Paris Air Show about some of the projects currently underway – Blue Edge blades, the high compression engine, the next phase of the high speed demonstrator program – and what he’s got his eyes on for the future.

Partager cet article
Repost0
18 juin 2015 4 18 /06 /juin /2015 12:57
Aéronautique : Rafaut ouvre son capital à ACE Management

Rafaut réalise essentiellement des équipements d'interface pour l'emport et le tir des armements pour les avions de combat, dont le Rafale, et les hélicoptères - photo Rafaut

 

18/06/2015 Michel Cabirol – LaTribune.fr

 

La société de gestions de portefeuille spécialisée dans l'aéronautique et la défense ACE Management prend une participation de 30% dans la PME de la région parisienne Rafaut.


 

C'est une très bonne nouvelle pour Rafaut et la filière aéronautique militaire. Dirigé par Serge Rafaut depuis 1960, cette PME familiale de mécanique aéronautique ouvre son capital au fonds ACE Management, qui va prendre via Aerofund III 30% du capital de l'équipementier civil et militaire.

Cette opération de type "owner buy-out", un dispositif financier qui facilite la transition managériale, va permettre à cette PME de la région parisienne, qui réalise un chiffre d'affaires de l'ordre de 30 millions d'euros, d'accompagner son développement, lié à l'exportation du Rafale et à la hausse programmée des cadences de production dans l'aéronautique civile. Surtout elle va faciliter la transmission managériale prévue de longue date par Serge Rafaut, Bruno Berthet étant confirmé dans ses fonctions de PDG.

 

Une PME de haute technologie de la région parisienne

Rafaut, une PME de la région parisienne (Villeneuve-la-Garenne), qui a également un site de production à Salbris (Loir-et-Cher) - soit environ 115 salariés - réalise essentiellement des équipements d'interface pour l'emport et le tir des armements pour les avions de combat et les hélicoptères.

Elle fabrique également des commandes de vol et des équipements mécaniques spéciaux pour des avions civils et des hélicoptères. Pour ACE Management, qui gère plus de 450 millions d'euros de capitaux, cette opération permet de pérenniser et de consolider une PME sur la filière aéronautique et de défense.

Partager cet article
Repost0
18 juin 2015 4 18 /06 /juin /2015 05:55
photo RP Defense

photo RP Defense


17 juin 2015 by Thales Group

 

The A400M is an all-new military transport aircraft in duty since 2013. Bigger and more versatile than other transport aircraft, this plane benefits from ultramodern technologies stemming from civil aeronautics.

Partager cet article
Repost0
18 juin 2015 4 18 /06 /juin /2015 05:55
photo J.Redouane - ECPAD

photo J.Redouane - ECPAD

 

17/06/2015 Domenico Morano  / DICoD  - Economie et technologie

 

Mardi 16 juin, Jean-Yves Le Drian, s’est rendu sur le stand du ministère de la Défense lors de la 51e édition du Salon international de l’aéronautique et de l’espace. Le ministre a salué l’industrie aéronautique française, ainsi que l’ensemble des personnes qui participent à sa croissance.

 

Jean-Yves Le Drian a également félicité "la qualité et l’excellence des industries aéronautiques françaises" et apprécié que cette "industrie fondamentale pour la France crée de l’innovation et de l’emploi."

 

Après avoir échangé quelques mots avec les pilotes de la Direction générale de l’armement (DGA) et salué chaleureusement les pilotes de l’armée de l’Air, Jean-Yves Le Drian a visité les innovations exposées sur le stand du ministère de la Défense. Il a pu y admiré le projet BULLE, un bras articulé qui permet des inspections sécurisées d’équipements difficiles d’accès, ainsi que le projet SIMBAA, un matériau aéronautique biosourcé, appelé ainsi car renforcé par des fibres de lin.

 

Le ministre de la Défense a aussi « pu constater l’effort de l’ensemble de la branche pour assurer la formation et la qualification. Il ne suffit pas d’être dans l’excellence, il faut aussi que nous soyons en mesure de répondre aux commandes et d’anticiper sur la suite », a souligné Jean-Yves Le Drian. « C’est pourquoi l’Avion des Métiers me paraît une initiative à encourager. »

 

Il a également félicité « la qualité et l’excellence des industries aéronautiques françaises » et apprécié que cette « industrie fondamentale pour la France crée de l’innovation et de l’emploi. Il y a aujourd’hui environ 350 000 emplois directs dans l’industrie aéronautique », a assuré le ministre. « Cela concerne la Défense mais aussi les industriels, que ce soient les grands groupes ou les petites et moyennes entreprises. »

 

Le ministre a souligné que 2014 avait été « une année particulièrement positive puisqu’à l’exportation, [elle] a connu un chiffre historique de prises de commandes de plus de 8 milliards d’euros. Et l’année 2015 se présente sous des auspices [encore]  meilleurs ».

photo RP Defense
photo RP Defense
photo RP Defense
photo RP Defense

photo RP Defense

Partager cet article
Repost0
17 juin 2015 3 17 /06 /juin /2015 17:56
[Salon du Bourget] JT "Direct Défense", mercredi 17 juin 2015

17 juin 2015 Ministère de la Défense

En direct du salon international de l’aéronautique et de l’espace du Bourget, le JT « Direct Défense » propose chaque jour la découverte des dernières innovations et des entreprises du secteur de la défense ainsi que des rencontres passionnantes au détour du stand du Ministère de la Défense.

Partager cet article
Repost0
17 juin 2015 3 17 /06 /juin /2015 16:55
photo RP Defense

photo RP Defense

 

15/06/2015 Par Massi Begous – LeFigaro.fr

 

TRIBUNE - Massi Begous, partner au sein de la « practice » aéronautique et défense du cabinet Roland Berger, explique pourquoi, après des années sans commandes à l'exportation, la filière française d'aviation de combat, avec à sa pointe le Rafale, multiplie les succès.

 

Alors que le Rafale était considéré depuis 15 ans comme un échec commercial, le début de l'année 2015 a été marquée par des annonces spectaculaires concernant l'exportation de ce programme. La surprise est d'abord venue d'Égypte avec l'acquisition de 24 avions, alors que les forces armées de ce pays sont largement équipées et financées par les États-Unis. L'évolution spectaculaire du contrat indien a ensuite pris tout le monde de court, avec l'annonce de négociations portant sur une vente directe de 36 avions fabriqués en France. Enfin, début mai, le contrat signé avec le Qatar pour la fourniture de 24 avions, couronne ce qui restera probablement comme le semestre le plus faste de l'industrie de défense française.

 

Le désengagement américain

 

C'est avant tout parce que les pays du Moyen-Orient ont des doutes sur la pérennité du soutien américain, qu'ils se sont tournés vers la France ; celle-ci, au contraire, est engagée militairement contre les djihadistes au Mali et en Irak, et son intransigeance sur le nucléaire iranien et sur la Syrie ont été saluées de Rabat à Riyad. Ces contrats, ne sont d'ailleurs que les éléments les plus spectaculaires d'accords qui concernent également une frégate, des missiles, et des blindés français (pour le Liban). Il faut donc les comprendre, à la fois comme une marque de confiance des pays de la région envers la France, mais aussi comme un signal fort, envoyé aux États-Unis.

 

Diplomatie et industrie

 

Tout contrat portant sur du matériel aussi sophistiqué que le Rafale, nécessite au préalable, la signature d'accords de partenariat stratégique. Or ces accords ne sont crédibles que s'il existe dans le pays fournisseur, une filière industrielle complète et indépendante au plan technologique. La France réunit ces deux conditions, et sa filière industrielle, parfaitement indépendante des technologies américaines, couvre les avions, les moteurs, les systèmes de mission, les capteurs et les armements. Aucun autre pays européen ou asiatique ne dispose d'un tel atout.

 

Un avion taillé pour un environnement incertain

 

Le succès du Rafale tient également à sa capacité d'engagement dans des conflits de nature très variée (Lybie, Afghanistan, Mali…). En effet, c'est est un avion multimissions: il permet donc, la mise en œuvre d'armements très divers par une même plateforme rapidement reconfigurable. Grâce à la filière industrielle structurée autour de Dassault Aviation, Thales, Safran et MBDA, la France peut proposer à ses partenaires une couverture complète de leurs besoins opérationnels. Cette capacité est d'autant plus cruciale qu'ils sont confrontés à des engagements militaires multiples et protéiformes, dans un contexte instable et incertain.

 

Ainsi, cet avion qu'un ministre de la Défense qualifiait encore récemment d'invendable car trop cher et trop sophistiqué, s'avère parfaitement adapté à l'environnement imprévisible de ce début de XXIe siècle au Moyen-Orient, dans la péninsule indienne, et demain en Asie.

Partager cet article
Repost0
17 juin 2015 3 17 /06 /juin /2015 16:55
photo Dassault Aviation

photo Dassault Aviation

 

15 juin 2015 par Pierre-Marie Gros, France Bleu Gironde

 

Le Rafale, dont le succès à l'export dope le carnet de commandes de Dassault, est l'une des vedettes du Salon du Bourget, qui s'ouvre pour une semaine. En Gironde, les sous-traitants de l'avionneur projettent d'embaucher d'acheter de nouvelles machines pour faire face à la demande.

 

Lire l’article

Partager cet article
Repost0
17 juin 2015 3 17 /06 /juin /2015 16:50
photo Airbus HC

photo Airbus HC

 

LE BOURGET, France--()

 

Dassault Systèmes, « The 3DEXPERIENCE Company », leader mondial des logiciels de création 3D, de maquettes numériques en 3D et de solutions de gestion du cycle de vie des produits (PLM — Product Lifecycle Management), annonce qu’Airbus Helicopters, division du Groupe Airbus, a choisi sa solution-expérience « Build to Operate » pour améliorer l’efficacité et la rentabilité des opérations de fabrication de ses programmes d’hélicoptères.

Airbus Helicopters est le premier constructeur mondial d’hélicoptères civils et militaires. Afin de mieux servir ses clients, la société s’est récemment engagée dans un plan de transformation mondial qui prévoit le remplacement des systèmes d’exploitation existants par les outils numériques les plus récents. Dans ce cadre, Airbus Helicopters souhaitait tout particulièrement se doter d’une solution puissante de planification des usines et des ateliers, qui lui permettrait de réduire les délais de mise sur le marché tout en améliorant son efficacité opérationnelle.

Spécialement conçue pour les secteurs de l’aéronautique et de la défense, la solution « Build to Operate » s’appuie sur le portefeuille d’applications de gestion des opérations de fabrication DELMIA Apriso. Avec « Build to Operate », Airbus Helicopters peut superviser, contrôler et valider tous les aspects des opérations de fabrication avec une précision numérique — des processus et séquences de production reproductibles jusqu’à la livraison et la circulation de livrables, d’un bout à l’autre de la chaîne d’approvisionnement.

Avec cette solution, Airbus Helicopters peut modéliser, planifier, exécuter et partager ses meilleures pratiques, ses processus et ses produits au sein d’un environnement virtuel, tout au long des activités de conception, d’ingénierie, de fabrication et de livraison de ses hélicoptères, qu’ils soient nouveaux ou existants. Grâce à l’exécution des opérations de simulation et de validation des processus au sein d’un environnement de fabrication virtuelle, le groupe peut définir et mettre en œuvre des pratiques de fabrication « lean » qui améliorent les performances de ses programmes.

« Nous avons adopté la solution ‘Build to Operate’ de Dassault Systèmes basée sur plateforme 3DEXPERIENCE, pour améliorer l’exécution des activités de fabrication de nos programmes d’hélicoptères », déclare Jean-Luc Sturlese, vice-président, Production Flows Management, Airbus Helicopters. « Avec cette solution, nous pouvons réduire et optimiser nos délais d’approvisionnement mais aussi améliorer notre efficacité opérationnelle, ce qui constitue un avantage concurrentiel important, compte tenu de l’augmentation permanente de notre carnet de commandes d’hélicoptères ».

Jusqu’alors exécutées séparément, les opérations globales de gestion de la production, de la qualité, de la main d’œuvre et des chaînes d’approvisionnement sont désormais synchronisées sur un flux de données coordonné. De l’approvisionnement et du sous-assemblage des composants de base jusqu’à la ligne d’assemblage final, une plateforme numérique commune apporte la visibilité et le contrôle en temps réel nécessaires pour optimiser les processus métier. Les fonctions analytiques de l’usine numérique permettent à Airbus Helicopters d’évaluer l’impact des modifications d’ingénierie et ainsi de résoudre rapidement les éventuels problèmes de production.

« Les hélicoptères produits par Airbus sont des machines très complexes qui requièrent des processus de fabrication de haute précision et le soutien d’un ensemble complexe de fournisseurs et de propriété intellectuelle », déclare Michel Tellier, vice-président en charge de l’industrie Aéronautique et Défense chez Dassault Systèmes. « Avec ‘Build to Operate’, nous assurons à Airbus Helicopters la continuité numérique d’un bout à l’autre du processus de fabrication, du contrôle des opérations à l’exécution en atelier, afin de contribuer positivement à ses résultats».

Pour plus d’informations sur les solutions développées par Dassault Systèmes pour l’industrie Aéronautique et Défense : 3ds.com/fr/industries/aeronautique-et-defense/.

Dassault Systèmes est présent au Salon International de l’Aéronautique et de l’Espace du 15 au 21 juin, stand F183 (Hall 2B) et Chalet B 161 (exclusivement sur invitation).

 

À propos de Dassault Systèmes

Dassault Systèmes, « The 3DEXPERIENCE Company », offre aux entreprises et aux particuliers les univers virtuels nécessaires à la conception d’innovations durables. Ses solutions leaders sur le marché transforment pour ses clients, la conception, la fabrication et la maintenance de leurs produits. Les solutions collaboratives de Dassault Systèmes permettent de promouvoir l’innovation sociale et offrent de nouvelles possibilités d’améliorer le monde réel grâce aux univers virtuels. Avec des ventes dans plus de 140 pays, le Groupe apporte de la valeur à plus de 190 000 entreprises de toutes tailles dans toutes les industries. Pour plus d’informations : www.3ds.com.

Partager cet article
Repost0
17 juin 2015 3 17 /06 /juin /2015 16:20
Scorpion Jet photo Textron AirLand

Scorpion Jet photo Textron AirLand

 

June 17, 2015 thalesgroup.com

 

International Paris Airshow, 17 June, 2015 – Thales and Textron AirLand announced today at the International Paris Air Show 2015, that they have successfully jointly integrated Thales’ I-Master radar on to Textron AirLand’s Scorpion Jet(tm). The addition of the radar into the Scorpion’s mission system compliments the Intelligence, Surveillance and Reconnaissance (ISR) sensor suite which already includes a high end EO/IR capability.

 

Having integrated the multi-mode radar into Scorpion within just two weeks, the first flight trials took place in late May. Combined with an EO/IR camera, I-Master adds long range, wide area surveillance and target tracking. Both payloads are operated simultaneously by a single operator.

 

    “Thales is very pleased to have worked with Textron Airland to integrate the Thales I-Master radar onto the Scorpion jet. As a market leader, we are continuously striving to improve our offerings. This joint exercise shows how flexible the radar is and how easily it can be integrated onto a platform. The combination of I-Master and the Scorpion jet demonstrates a powerful ‘surveillance and strike’ capability.” said Eddie Awang, Thales’s Vice President in charge of Intelligence, Surveillance & Reconnaissance business

 

Textron AirLand’s Scorpion was introduced in 2013 and has completed more than 400 hours of flight testing with an exceptionally high mission availability score.  Scorpion is a highly affordable, multi-mission aircraft offering diverse capabilities including intelligence, surveillance and reconnaissance, humanitarian assistance, disaster relief, advanced training and precision strike.

 

Aircraft features include twin-engine power, two-seat operation, large internal payload capacity, high-definition ISR cameras, wing-mounted weapons stations, and modern avionics within an all-composite structure.  With the ability to get to an escalating situation quickly – yet manoeuvring at much lower speeds, Scorpion brings the ability to see and exploit perishable intelligence and strike fleeting targets, bringing tactical advantage to demanding situations.

 

The Thales I-Master radar is a compact, lightweight, all-weather tactical surveillance radar, providing world-leading Ground Moving Target Indication (GMTI), Synthetic Aperture Radar (SAR) performance and Maritime Moving Target Indication (MMTI) mode. I-MASTER provides high fidelity imagery for locating and classifying both moving and stationary targets at long stand-off ranges over land and sea.

 

The choice of modes in a single sensor, together with its small form factor and high-performance capability, makes I-Master ideally suited for a range of air surveillance missions such as maritime security, border protection, disaster/humanitarian relief and counter narcotics.

 

The Scorpion jet, fitted with I-Master, can be seen from June 15-18 at the International Paris Air Show, Textron Pavilion A-2, during the show hours from 8:30 a.m. to 6 p.m. daily.

Partager cet article
Repost0
17 juin 2015 3 17 /06 /juin /2015 16:20
Sniper Advanced Targeting Pod -  Lockheed Martin

 

16 juin 2015 by Lockheed Martin

 

Sniper Advanced Targeting Pod (ATP) is the most widely deployed targeting system for fixed-wing aircraft in use by U.S. forces and is also the targeting system of choice for many international allies across multiple platforms. Sniper ATP provides pilots high-resolution imagery for precision targeting and non-traditional intelligence, surveillance and reconnaissance missions. It detects, identifies, automatically tracks and laser-designates small tactical targets at long ranges and supports employment of laser- and GPS-guided weapons against multiple fixed and moving targets. To learn more, visit www.lockheedmartin.com/sniper

Partager cet article
Repost0
17 juin 2015 3 17 /06 /juin /2015 12:55
"Aéronautique : sans science et recherche, pas de technologie, ni de programme" (Bruno Sainjon, PDG Onera)

"Dans tous les produits aérospatiaux commercialisés, si vous faites une analyse ADN, vous allez trouver une forte dose d'Onera" (Bruno Sainjon, PDG de l'Onera) (Crédits : Onera)

 

15/06/2015 Propos recueillis par Michel Cabirol – LaTribune.fr

 

L'Onera irrigue l'industrie aérospatiale de programmes technologiques souvent mal connus. Son président tire la sonnette d'alarme sur la nécessité de soutenir budgétairement la recherche fondamentale, prémices de futurs succès commerciaux dans vingt ans.

 

Quelle est la mission de l'Onera ?
A la sortie de la Seconde Guerre Mondiale, au cours de laquelle l'armée française s'est retrouvée en infériorité technologique dans certains domaines opérationnels comme la dimension aérienne, l'Etat a décrété : plus jamais ça. L'Onera [Office national d'études et de recherches aéronautiques, Ndlr] a donc été créé pour mettre en place, au service de la France, un outil d'excellence technologique dans l'aérospatial. La mission de l'Onera, aujourd'hui encore, est de piloter la recherche (sur des niveaux de 2 à 6 majoritairement, sur une échelle baptisée TRL allant de 1 à 9), puis de transférer aux industriels une innovation technologique. Nos programmes de recherche irriguent l'industrie aéronautique et spatiale : avions civils, avions militaires, drones, hélicoptères, missiles, y compris missiles balistiques... Et le rôle de l'Onera est loin d'être négligeable dans la plupart des programmes des industriels français, qui sont des industriels de premier niveau mondial. Dans tous les produits commercialisés, si vous faites une analyse ADN, vous allez trouver une forte dose d'Onera.

 

Par exemple, dans le spatial, quelle est votre contribution ?
Sur Ariane 5, et de manière générale sur toute la filière Ariane, on a travaillé en étroite coopération avec le CNES, qui est né en 1961 et s'est notamment appuyé au départ sur les travaux du programme Diamant lancé par l'Onera. Ce lien très fort entre le CNES et l'Onera - c'est une conviction forte - est un des éléments clés de l'excellence de la France dans le spatial. Sur Ariane, l'Onera a beaucoup travaillé, aussi bien sur les moteurs solides et liquides que sur les  systèmes. Ce lien s'est en revanche distendu une fois le développement d'Ariane 5 terminé. Avec Jean-Yves Le Gall [président du CNES, Ndlr], nous sommes en train de les resserrer à nouveau. Cela s'est traduit par un accord de coopération renforcée signé fin mars.

 

Sur Ariane 6, l'Onera a-t-il des programmes ? 
Nous avons déjà lancé des programmes d'intérêt commun, qui visent à faire en sorte qu'Ariane 6 conserve le haut niveau de fiabilité d'Ariane 5, sachant qu'il ne sera pas irrigué par de grandes innovations technologiques. C'est un projet piloté principalement par des enjeux commerciaux. Nous allons travailler principalement sur les moteurs solides ainsi que sur le nouveau moteur cryogénique Vinci. Nous vérifions que les transferts d'énergie du moteur Vinci se passent de manière tout aussi fiable que la solution actuelle.

 

Quelle est l'une de vos plus belles réussites dans le spatial ?
Le système Graves. C'est un système qui permet à l'armée de l'air française de détecter les satellites qui passent au-dessus de nos têtes. La France a été le troisième pays au monde, après les Américains et les Russes, à se doter d'un tel système. L'Onera a conçu Graves, a piloté sa réalisation et l'a transféré à l'armée de l'air en 2005. Ce programme a notamment permis des échanges de données avec les Etats-Unis. Et, en avril 2015, cette coopération s'est renforcée, les deux ministères de la Défense voulant désormais échanger des informations classifiées. Nous sommes par ailleurs en train de travailler avec la DGA à une amélioration des performances du système, notamment de son calculateur. Nous allons lui injecter de nouvelles capacités en vue d'améliorer la détection des objets plus petits. Le système sera donc plus puissant.

 

Et que faites-vous sur des programmes aussi emblématiques que le Rafale et le Neuron ?
Les deux programmes, comme tout aéronef civil et militaire, ont fait l'objet de campagnes d'essais en soufflerie. Sur le Rafale et le Neuron, nous avons beaucoup travaillé sur le compromis aéro-furtivité, la surface équivalente radar, les lois de contrôle et guidage, les prises d'air, les arrières corps discrets et les aubes de turbine du moteur ... Parmi les illustrations des apports de l'Onera aux grands programmes de défense, on peut rappeler qu'il est intervenu sur l'autodirecteur du missile Scalp, ou encore sur les lois de guidage et pilotage des sous-marins nucléaires lanceurs d'engins (SNLE) et du porte-avions Charles-de-Gaulle. Du très haut au très profond en quelque sorte.

 

Le budget de l'Onera est en baisse constante depuis des années. Cela veut-il dire que l'industrie aérospatiale française n'est plus correctement irriguée ? 
Les choix faits aujourd'hui en matière de financements étatiques tant dans la défense que dans le civil sont en faveur de démonstrateurs technologiques au détriment de la recherche plus amont qui n'est plus aujourd'hui suffisamment irriguée. L'Etat ne doit pas oublier d'aider  la recherche fondamentale sur la base de crédits budgétaires. Mais nous sommes en train d'y travailler et nous devrions par exemple avoir d'ici à la fin de l'année, la première arrivée d'activités amont significatives au titre du PIA aéronautique, qui apporte une première irrigation technologique et financière satisfaisante pour l'Onera. Ce qui n'était pas le cas jusqu'à présent.

 

Pourtant votre budget est en baisse...
... Le budget de l'Onera est construit majoritairement sur des contrats et non pas sur une subvention directe de l'Etat. Elle ne représente que 45% de son budget. C'est vrai que la subvention du ministère de la Défense est passée de 122 millions en 2010 à 94 millions en 2014. La direction générale de l'aviation civile (DGAC), qui versait jusqu'en 2011 une subvention de l'ordre de 4 millions, l'a arrêtée alors que l'activité de l'Onera en matière d'aviation civile reste très forte. Parallèlement, l'Onera a dû faire face à une forte réduction des contrats en provenance de la DGAC et de la DGA.

 

L'expertise de l'Onera semble être plus reconnue à l'étranger qu'en France.
Nous avons encore une excellente image internationale, la NASA dit régulièrement que nous sommes  son premier partenaire en termes de coopérations. Nous avons également des liens très forts avec des organismes comme la JAXA japonaise, le TSAGI russe, le DLR allemand...Nous venons d'ailleurs avec ce dernier de remporter deux importants contrats lors du dernier appel à projet européen Clean Sky.  De nombreux organismes de recherches européens et internationaux nous demandent de travailler davantage avec eux. C'est le cas du DSO et NUS à Singapour avec lesquels nous avons un laboratoire commun depuis 11 ans. Par exemple, quand Airbus Helicopters a vendu 50 Caracal au Brésil, il y avait derrière ce contrat des offset technologiques et scientifiques. Nous avons travaillé - Onera, Airbus Helicopters et les officiels Brésiliens - sur des thématiques qui ont donné entière satisfaction aux Brésiliens au point qu'ils sont en train de réfléchir à mettre en place un Onera local. L'Etat de Minas Gerais (l'un des deux états aéronautiques de la Fédération du Brésil) nous demande - j'ai accepté - de participer aux organes de gouvernance. Mais je rappelle que la direction des affaires internationales à l'Onera n'emploie... que quatre personnes, secrétaire comprise. Nous sommes donc en train de monter en puissance afin d'intervenir en soutien de nos industriels notamment dans leurs démarches d' exportation, comme en Pologne, pour proposer ce type de coopérations. Les Polonais veulent faire de la recherche avec nous. Pourquoi cela ne se fait pas ? Parce qu'on a oublié l'Onera.

 

Pourquoi l'Onera tombe-t-il dans l'oubli malgré des pépites incroyables ? 
Travailler majoritairement sur des sujets de défense n'incite pas à une communication tous azimuts. Et surtout la recherche fondamentale même à visée applicative n'a pas été mise en évidence ces dernières années. Pourtant sans la science et la recherche, il n'y a pas de technologie ni de programme. Par exemple, nous avons participé à la mise au point des nouvelles pales du futur hélicoptère d'Airbus, le H160, qui va arriver en service dans les années 2020. Airbus Helicopters en est au stade du démonstrateur. Mais l'Onera a commencé à travailler sur ces pales au début des années 90. Ce qui veut dire que nous avons travaillé sur des projets scientifiques portant sur ces pales pendant 10 ans, puis leur avons permis de monter en puissance grâce à un contrat financé par la DGAC à Eurocopter (devenu Airbus Helicopters) et à l'Onera.

Partager cet article
Repost0
17 juin 2015 3 17 /06 /juin /2015 10:50
EDA magazine: Aerospace special issue


source European Defence Agency
 

The latest issue of European Defence Matters, the official magazine of the European Defence Agency, is now available. Timed to coincide with the 51st edition of the International Paris Air Show, it focuses on European military aerospace issues.

 

This eighth issue of European Defence Matters covers a wide variety of aerospace-related topics ranging from air-to-air refuelling, satellite communications, implementation of the Single European Sky or remotely piloted aircraft systems. It includes interviews with EDA experts and key players in the area such as Général Denis Mercier, French air force Chief of Staff, or Fernando Alonso, Head of military aircraft with Airbus Defence & Space.

In addition to our European aerospace feature story, this issue also includes an exclusive opinion piece from High Representative and Head of the Agency Federica Mogherini, who shares her thoughts on the future of European defence. 

 
Partager cet article
Repost0
16 juin 2015 2 16 /06 /juin /2015 16:30
photo Airbus DS

photo Airbus DS

 

16/6/2015 by Airbus DS

 

The Ministry of Interior of Saudi Arabia has purchased in open competition, and after carrying out a complete evaluation, four C295W aircraft to enhance its capabilities. The C295W has been chosen based on its demonstrated excellent operational capabilities in hot and severe conditions and its proven affordable maintenance and operational costs.

 

“We are very proud that the C295W is joining the Airbus A330 MRTT Multi-Role Tanker Transport and CN235 transports previously ordered by Saudi Arabia. We greatly appreciate the confidence shown in the C295W by a nation with long expertise in operating military aircraft in desert conditions”, said Antonio Rodríguez Barberán, Head of Commercial for Military Aircraft.

 

Together with the previous orders received from Algeria, Egypt, Jordan and Oman, this new order from Saudi Arabia cements the C295’s position as the market-leading medium transport and patrol aircraft in the Middle East and North Africa region.

Partager cet article
Repost0
15 juin 2015 1 15 /06 /juin /2015 11:56
JT « Direct défense » : le salon du Bourget comme si vous y étiez !


12/06/2015 L.Perier  - DICoD

 

À l’occasion du salon international de l’aéronautique et de l’espace du Bourget qui se tiendra du 15 au 21 juin 2015, découvrez les dernières innovations  et les entreprises du secteur de la défense grâce à un tout nouveau journal télévisé : le JT « Direct Défense ».

 

La 51e édition du Salon du Bourget ouvre ses portes lundi 15 juin. Cette année, le ministère de la Défense, en collaboration avec l’armée de Terre, la Marine nationale, l’armée de l’Air et la Direction générale de l’armement (DGA), propose un journal télévisé quotidien d’une vingtaine de minutes sur tous les événements du salon : innovation du jour, invités, démonstrations en vol, visites officielles, équipements…

 

Pour le découvrir, rendez-vous dès lundi 15 juin à partir de 17h sur le site internet du ministère de la Défense www.defense.gouv.fr

Partager cet article
Repost0
11 juin 2015 4 11 /06 /juin /2015 17:56
[Paris Air Show] Air-ground integrated combat


11 juin 2015 MINDEF Fr


Air-ground integrated combat : main focus of Army aviation

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories