Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
24 mai 2013 5 24 /05 /mai /2013 16:35
photo Gordon_Zammit

photo Gordon_Zammit

LEIDEN, Netherlands, May 24 (UPI)

 

With South Korea edging closer to deciding on a contractor for its $7.3 billion KF-X fighter program, a European competitor is dangling a new carrot to its bid.

 

EADS, based in the Netherlands and part of the consortium that builds the Eurofighter Typhoon, says if the aircraft is chosen to replace South Korea's antiquated F-4 and F-5 fleets, it will invest $2 billion "and its technology in the KF-X to help Korea to become a fighter jet producer."

 

The announcement follows that of Eurofighter, which promised to assemble 53 of 60 aircraft to be produced in South Korea. It's estimated the local assembly would lead to creation of 50,000 jobs.

 

EADS has also said it would build a maintenance repair and overhaul facility for the aircraft in South Korea and an aerospace software center.

 

"If Korea chooses Eurofighter as its next generation fighter jet and EADS invests more than 2 trillion KRW [$2 billion] in the KF-X program, it will bring bigger economic effect than the SURION and Korea will be the fifth country [that] produces Eurofighter, high-level fighter jets," EADS said.

 

"It will also create strong political and military ties with Europe."

 

SURION is a Korean utility helicopter developed by Korea Aerospace Industries with technology obtained from Eurocopter, an EADS subsidiary headquartered in France.

 

"The SURION raised Korea to the 11th helicopter manufacturer in the world," EADS said, and created 25,000 jobs.

 

In its news release, EADS emphasized its business ties to the country. KAI, it noted, has supplied parts for Airbus aircraft since 1998.

 

Airbus, located in France, is another EADS subsidiary.

 

Other competitors for the KF-X contract are U.S. companies Lockheed Martin and Boeing. Lockheed is offering its F-35 Lightning II fighter while Boeing is offering its F-15 Silent Eagle.

 

A news report from Seoul says the country's Defense Acquisition Program Administration expects to make a final decision on a contractor next June.

 

"The price negotiations have been completed and we don't plan to have another round of negotiations," DAPA spokesman Baek Yoon-hyeong told a news briefing. "We plan to conduct the auction within June."

 

Meanwhile, the U.S. Defense Security Cooperation Agency reports the South Korean government has requested possible procurement of weapons in support of a "potential Direct Commercial Sale" of F-15 SE aircraft.

 

The package, if approved by Congress and if it goes through, would include associated equipment, parts, training and logistical support.

 

The deal would be worth $823 million.

 

Among items requested: Advanced Medium Range Air-to-Air Missiles, Joint Directed Attack Munition Tail Kits, small diameter bombs, general purpose bombs, AIM-9X-2 (Blk II) tactical missiles, containers, missile support and test equipment, provisioning, spare and repair parts.

 

"The proposed sale will provide the ROK with aircraft weapons for the F-15SE," the agency said. "These aircraft and weapons will provide the ROK with a credible defense capability to deter aggression in the region and ensure interoperability with U.S. forces."

Partager cet article
Repost0
24 mai 2013 5 24 /05 /mai /2013 16:30
Elbit Hermes 450 UAV – photo Elbit Systems

Elbit Hermes 450 UAV – photo Elbit Systems

20/05/2013 by Paul Fiddian - Armed Forces International's Lead Reporter

 

According to newly-published data, Israel has been the world's number one UAVs exporter since the mid-2000s.

 

Released by business consultants Frost & Sullivan, the study notes that, among Israel's arms exports over the past eight years, UAVs constitute almost ten per cent. In 2008 alone, the country supplied $150m worth of drones to foreign customers while, in the following year, no less than $650m worth were delivered overseas. Then, in 2010, Israeli UAV exports reached an all-time high of $979 million.

 

Since then, they've decreased to reach last year's $260 million total but that doesn't account for upgrade contracts, like that signed with India in 2012. Incorporating upgrades into the mix would boost Israel's annual UAV export figures by approximately $100m, the Frost & Sullivan study suggests.

 

Israel's UAV Exports

 

Between 2005 and 2012, Israel's UAV exports were strongly regional in nature. Approximately 50 per cent of them went to customers in Europe, while a further third went to customers in the Asia-Pacific region. Of the remainder, South American customers accounted for circa 11 per cent, while the United States' Israeli UAV imports made up less than four per cent of the exports total.

 

Thanks to continued foreign interest and some major deals-in-waiting, Israel's UAV exports are forecast to grow in years ahead, Frost & Sullivan's researchers conclude.

 

Some of the best-known Israeli UAV designs are the Hermes 450 and the huge Eitan. Manufactured by Elbit Systems, the Hermes 450 was introduced in 1998 and can carry out reconnaissance and surveillance missions lasting some 20 hours. It's in service with many armed forces including the Brazilian Air Force, the Mexican Air Force and the British Army. Meantime, the Israeli Air Force has taken the Hermes 450's role further, adding a pair of missiles to convert it into an armed unmanned weapon.

 

Israel Aerospace Industries' Eitan MALE (medium-altitude, long-endurance) UAV is as big as a commercial airliner, weighs around a tonne and also has about a 20 hour endurance. Developed from the IAI Heron, the Eitan first flew in 2004 and was formally commissioned into Israeli Air Force service in 2010.

Partager cet article
Repost0
24 mai 2013 5 24 /05 /mai /2013 16:25
La Russie va moderniser les MiG-29 du Pérou

24 mai 2013 Info-Aviation

 

Le 20 mai, Konstantin Biryulin, le chef adjoint du Service de la coopération militaro-technique fédérale de la Russie, a annoncé que son pays allait signer un contrat de modernisation des MiG-29 péruviens d’ici la fin du mois de mai 2013.

 

En 1997, la Biélorussie a vendu 20 MiG-29S au Pérou. Onze ans plus tard, le Pérou a signé un contrat avec la Russie pour moderniser huit avions à la norme MiG-29SMT. Ce travail a été achevé en 2012. Il reste donc une dizaine de MiG à moderniser.

 

Le Pérou est traditionnellement tourné vers la Russie pour se fournir en armes et pas seulement pour des avions de combat. Lima négocie également pour l’achat de camions Kamaz, de chars T-90, d’hélicoptères Mi-17 et des systèmes de défense aérienne à basse altitude Pantsir.

 

En février 2013, l’Espagne aurait offert de vendre au Pérou 18 chasseurs Eurofighter d’occasion pour environ 45 millions d’euros l’unité.

 

Le problème du Pérou, c’est que leur flotte de chasseurs est vieillissante. Lima a déjà dépensé 106 millions de dollars pour moderniser 8 MiG-29, mais la facture sera plus élevée pour moderniser les 9-11 autres restants. Une autre dépense de 140 millions de dollars a servi à remettre en état leurs Mirage 2000, et 9 des 12 unités ont terminé le programme, mais ils sont encore bien en deçà des capacités du Mirage 2000-5. Quoiqu’il en soit, ni les MiG ni les Mirage ne sont prévus pour durer après 2025.

 

Le gouvernement du Pérou envisage donc d’autres options comme l’Eurofighter Typhoon, le Boeing F/A-18E/F Super Hornet, le Dassault Rafale, le Gripen de Saab, le MiG-35 ou le Sukhoi Su-30/35. Mais les chasseurs russes sont les seuls avions compatibles avec les stocks actuels de missiles du Pérou.

 

Les Eurofighter de l’Espagne affichent une moyenne de 600 heures de vol, ce qui signifie qu’ils pourraient voler encore 20 ans, voire plus avec au taux d’utilisation modérée. Mais les premières versions avaient des capacités d’attaque au sol très limitées.

Partager cet article
Repost0
24 mai 2013 5 24 /05 /mai /2013 16:20
MQ-4C Triton UAV photo Northrop Grumman

MQ-4C Triton UAV photo Northrop Grumman

 

 

23/05/2013 by Paul Fiddian - Armed Forces International's Lead Reporter

 

First unveiled in mid-2012, Northrop Grumman's MQ-4C Triton UAV has now made its first flight. Carried out on 22 May 2013, the first Triton UAV flight lasted approximately 90 minutes and serve to validate the drone's autonomous flight control systems.

 

Triton is a specialised surveillance UAV with a 24 hour endurance and a 2,000 nautical mile field of coverage. Equipped with an array of state-of-the-art sensors, it can spot and identify ships whilst loitering ten miles above the surface of the Earth.

 

Triton has a 130 foot wingspan, making it wider than some commercial airliners. Thanks to its high-performance engine technology, supplemented by other aerodynamic elements, Triton can undertake 11,500 mile sorties without the need to refuel.

 

Triton First Flight

 

"Triton is the most advanced intelligence, surveillance and reconnaissance unmanned aircraft system ever designed for use across vast ocean areas and coastal regions", deputy Triton programme director at Northrop Grumman, Mike Mackey, explained in a company press release on the UAV's first flight. "Through a cooperative effort with the Navy and our industry partners, we successfully demonstrated the flight control systems that allow Triton to operate autonomously. We couldn't be prouder of the entire team for this achievement."

 

"First flight represents a critical step in maturing Triton's systems before operationally supporting the Navy's maritime surveillance mission around the world", added Naval Air Systems Command's Triton programme manager, Captain James Hoke. "Replacing our aging surveillance aircraft with a system like Triton will allow us to monitor ocean areas significantly larger with greater persistence."

 

MQ-4C Triton Naval UAV

 

Further MQ-4C Triton naval UAV test flights will now be undertaken in coming weeks before the prototype is delivered to NAS Patuxent River in late 2013 to begin a new series of trials.

 

Just last week, Australia emerged as a potential Triton purchaser, with the country's Defence Minister Stephen Smith announcing a desire to acquire "unmanned aircraft capable of undertaking broad-area maritime surveillance and fleet overwatch."

 

In Royal Australian Air Force service, the Triton would partner up with the Boeing P-8A Poseidon to create a double-edged maritime patrol capability.

Partager cet article
Repost0
24 mai 2013 5 24 /05 /mai /2013 16:20
Triton's First Flight

5/22/2013 Strategy Page

 

PALMDALE, Calif. (May 22, 2013) The Northrop Grumman-built Triton unmanned aircraft system completed its first flight from the company's manufacturing facility in Palmdale, Calif. The one an a half hour flight successfully demonstrated control systems that allow Triton to operate autonomously. Triton is specially designed to fly surveillance missions up to 24 hours at altitudes of more than 10 miles, allowing coverage out to 2,000 nautical miles. The system's advanced suite of sensors can detect and automatically classify different types of ships. U.S. Navy photo courtesy of Northrop Grumman by Bob Brown

Partager cet article
Repost0
24 mai 2013 5 24 /05 /mai /2013 12:50
Demand Consolidation Is the First Priority

 

Brussels | May 16, 2013 European Defence Agency
 

Gert Runde is the Secretary General of the AeroSpace and Defence Industries Association of Europe (ASD). In this interview he shares his views on how Europe’s defence industry can retain capabilities and profitability during challenging economic times.

 

What do you believe should be done to strengthen and enhance the European defence industrial base? How can institutions such as the EDA contribute effectively to this process?

 

The core role of the EDA is to help governments attain their defence objectives by outlining the efficiency gains that could be a result of doing things together. But Member States all come from different horizons and do not in all cases have homogenous security and defence policy goals. So convergence has to be created in a pragmatic way. Mostly, and particularly in this field, Europe is forging common approaches through dealing with crisis situations.  And the European Union does not see itself as a prime military power and understandably prefers to seek foreign and security policy benefits by using “soft-power” approaches. However we seem to be entering a period where we are witnessing a rising tension between not being a prime military power yet still being able to support doing the things we need and want to do to maintain a credible European foreign and security policy posture.

Surely the current one-by-one policy where we shop around between ourselves for assets during times of crisis – such as military transport aircraft – is not an optimised process.  These crises can give us some guidelines to the future but we need to consider the equipment implications of these events becoming more prolonged and difficult, with increased demand for equipment. We need to consider what exactly we should be doing jointly and whether we have the technology investment in place for the longer term. Or whether we just go down commercial routes, that is, look for what is available, accepting the inevitable dependencies that this would create.

The degree to which Member States achieve demand consolidation though harmonization, coordination and synchronization of their individual procurement initiatives is key to the preservation of a healthy defence industrial base in Europe.

Member States have to define those defence areas which they need to retain under their direct influence to serve an immediate national interest and then agree collaborative approaches for the rest. There should be room within the EDA for this collaborative process to start and for governments, whether it is two or 27, to identify similar needs and discuss how to achieve the capabilities together. A key issue is agreeing a common timescale, to coordinate and synchronise national budgets. You can then develop an optimised investment plan from research and technology to actual procurement. Does this mean a single procurement agency for Europe? Maybe in the very long term but we can go a long way in the short term to synchronise approaches. We know this has provided benefits in the past. For example, with the Meteor air-to-air missile programme governments drew up common specifications, including those for the interfaces, and agreed to place orders in the same timeframe, but individually. This allowed the contractor the opportunity to benefit from a larger production run, with an appropriate reduced level of cost to the customer.

We see no reasonable prospect in the foreseeable future of the EU itself becoming a significant source of demand for defence goods and services - the fundamental challenges and responsibilities continue to reside in Member States. But we think the full potential of the EDA is not yet recognised by Member States and the Agency will have to market itself more proactively.

Industry was very much in support of the creation of the EDA and, although we do not in all questions share identical views, now more than ever we need to work more closely together. The EDA’s role for industry is essential but the Agency has to focus on speeding up the schedule under which cooperative initiatives are being delivered, to drill down into the wide process of pooling and sharing and identify more initiatives that are directly relevant to underpin defence industrial capabilities in Europe. Time is of the essence, now more than ever.

Surely we also need a well regulated European defence market but it cannot be created by regulation alone. Even if we have the same transparent rules for procurement and competition, without demand consolidation fragmentation endures. And who does that help? 

 

Is Europe investing enough in research and technology (R&T) and if not, what can be done to reverse the decline?

 

Our mastery of technologies is an essential part of our industrial capability portfolio. Much of this capability has been generated by government investment from research to procurement, and governments should have an overwhelming interest in maintaining the competitiveness of “their” industries. But the paradigm is changing. We are –we hope – moving towards a European, rather than a national defence market, and additionally there is a real benefit for our Member States if companies can maintain or enhance their global competitive edge.  If industry is competitive in Europe, it will be competitive globally and vice-versa.

In former times, governments had their national industries’ interests at heart, but if you widen the procurement circle to include other participating governments, those same companies need to be sure the new government customers will also respect their justifiable interests, in particular in the domain of Intellectual Property rights (IPR). Each company’s IPR portfolio after all is a key ingredient in its global competitiveness.

In 2006 EU defence ministers in the EDA Steering Board agreed they should increase the percentage of research and technology in defence budgets from 1.6% to 2.0%. But EDA's figures for 2010 showed it has fallen to 1.2%, and today the figure is certainly lower. This does indeed represent structural under-investment. There is no doubt that the accelerating and enduring erosion of defence industrial capabilities will have serious consequences for the security and defence policies that they help to sustain.  What may be even worse is that there is no common view of which are the essential capabilities that will be needed over the next two decades;  without this view it’s impossible to say whether, if you lose capabilities, this will result in a dangerous situation or not.

Defence  research and technology investment is undertaken by Member States in view of a capability need and is usually full-funded because they have an upcoming capability need and there’s nothing in the portfolio to meet that need. So they work with industry to create that capability. This process will continue but we now face important questions of affordability. Member States will increasingly have to coordinate this with other Member States – though there will still be instances of some governments undertaking work on an exclusively national basis – and coordination will typically be done through the EDA. This is an EDA capability, which is currently under-exploited in our view, especially for Category B programmes. This is a valuable resource and Member States should have more recognition of them and be more open to coordinate their approaches.

It is clear that not all Member States have gone down the process of understanding what they want to share and what they don’t want to share –from both research and procurement points of view.

Across the institutional divide the EDA and the European Commission now have a tool to coordinate their investments in research and technology to prevent waste and duplication. But the Commission undertakes R&T work at a lower- tier technical readiness levels from that of the EDA – the higher you go towards technical readiness the closer you move towards putting that new technology into the defence market and that’s not an area in which the Commission operates. The Commission can help through its framework research agenda with the first steps of technology research that is relevant to future defence capabilities, but not exclusively so, and then it’s up to Member States and the EDA to develop the more defence specific technology. This is a process which needs to be better coordinated; the Commission also funds this work differently and makes the results freely available within the EU and sometimes beyond, which is mostly not appropriate for the defence sector. The related IPR issues are another factor – rules for intellectual property use are different for work which is funded through the grant mechanism (on the Commission’s side) as opposed to defence research investments by the Member States.

 

So how does Europe remain competitive in a market that is increasingly global and in which buyers are becoming far more intelligent in terms of procurement practices?

 

The fall in product demand and increasing under-investment in R&T among European Member States are causing companies to seek market opportunities in more dynamic economies in an effort both to sustain profitable activities and maintain their defence industrial capabilities. But the European defence industrial community can only be sustainably successful in foreign markets if it can demonstrate that there is a national and/or EU home market for their products. Home customer demand has always been a pre-requisite for successful defence exporting.

There are constraints to marketing globally – we cannot do it everywhere and we do not want to do it everywhere. In addition, many potential foreign customers expect genuine cooperation and industrial investment. So, by seeking to exploit foreign markets, we contribute to creating our competitors of the future.

Then there is the problem of technology drain. These new competitors will not want an investment in yesterday’s technologies; they want to create their own capabilities. So suddenly you can create a “reverse dependency” situation where politically acceptable countries acquire technological capabilities on which Europe may soon start to depend. These implications have to be properly thought through.

 

What effect do you forecast from the activities of Commissioner Barnier and the Task Force on defence? How much input has ASD had in these activities?

 

The task force, as we interpret it, is there to help. It wants to help governments achieve the objectives they have set for themselves. While we welcome the Commission’s interest in supporting the defence sector, the actions available to or suggested by the Commission are not central to the underlying problems faced by the industry in the short and medium term, and need to be seen and understood in this context.

 

What do you see as the priorities for European defence in light of the EU Council’s workings? How important will the EU ministerial meeting on defence be at the end of this year?

 

In terms of raising to the level of heads of government the issue that there is more to European security and defence policy than the external aspect, the council meeting is extremely important. We have started our dialogue with the EDA and the Commission to ensure all arguments can be brought forward. We have tried the “bottom-up” approach but to achieve real progress, what Europe really needs now is the “top-down” focus and support by Heads of State and Governments.

 

Consolidation in the European defence industry is a hot topic, with the failed merger of EADS and BAE Systems and rumours regarding mergers within French industry bringing a fresh focus to it. What is your view on the imperative for consolidation and the barriers that stand in the way of making it effective?

 

Our association is not working on consolidation scenarios. These are issues where each company has its own strategy and its own portfolio of interests and those are extremely competition-sensitive. I can only offer you a few general considerations. “Consolidation” has become a buzz-word for journalists and analysts – it covers many underlying issues, which many people who use the word do not probably fully understand.  It is important to understand that consolidation, in particular in our industry sector, is a result of market conditions and political concerns that are fully under control of the EU Member States.

 

More information

  • This interview was first published in the third issue of the European Defence Agency's magazine "European Defence Matters". You can download the magazine here
Partager cet article
Repost0
24 mai 2013 5 24 /05 /mai /2013 12:20
Pentagon: F-35 Program Costs Fell $4.5 Billion Last Year

May. 23, 2013 - By AARON MEHTA and MARCUS WEISGERBER – Defense News

 

WASHINGTON — The total price tag for the F-35 Joint Strike Fighter program fell $4.5 billion in 2012, according to a new government report.

 

This marks the first time in the F-35’s checkered history that estimators have lowered the projected cost of the program, the Pentagon’s most expensive acquisition effort.

 

The pricing, unveiled in the Pentagon’s annual selected acquisitions report (SAR), released Thursday, now projects development and procurement of the fifth-generation stealth fighter at just over $391 billion, still tens-of-billions of dollars more than originally projected.

 

The F-35 is just one of 78 DoD acquisition programs reviewed in the SAR. Collectively, the cost of those programs grew $39.6 billion — or 2.44 percent — in 2012.

 

Frank Kendall, the undersecretary for acquisition, technology and logistics, said it was the “first time in my memory” no program in the SAR breached any of the federal spending caps. If a program breaches a so-called Nunn-McCurdy threshold, it could be canceled unless recertified by DoD.

 

The Pentagon’s Better Buying Power initiative, an acquisition reform effort designed to improve the weapons buying process and get DoD more bang for its buck, has helped improve program performance, according to Kendall.

 

“There is some evidence that things are getting better,” he said during a May 23 speech at the Center for Strategic and International Studies think tank. “We’re going in the right direction, but there’s still a lot of room to do better.”

 

Earlier this year, Kendall rolled out an updated version of Better Buying Power, which continues to refine the acquisition process and make programs more affordable.

 

The SAR report breaks the F-35 program into two subprograms — the aircraft, built by Lockheed Martin, and the engines, made by Pratt & Whitney. Costs for the aircraft dropped $4.9 billion, or 1.5 percent, during 2012. At the same time, engine costs rose by $442.1 million, which the report primarily blames on “revised escalation indices.”

 

Overall, the average procurement cost per plane dropped from $109.2 million in 2011 to $104.8 million in 2012. The main driver of the reduction is a drop in the labor rates for Lockheed, Pratt and their subcontractors, as well as revised airframe and subcontractor estimates.

 

Unit Recurring Flyaway costs — the total cost for the platform, engine, mission and vehicles systems and engineering change orders — remained fairly steady, with the average of the F-35A variant dropping from $78.7 million to $76.8 million, and the Navy’s carrier variant rising from $87 million to $88.7 million.

 

The largest drop came from the Marine Corps F-35B jump-jet model, which dropped the average almost $3 million, from $106.4 to $103.6 million.

 

The operations and support (O&S) and cost-per-flying-hour estimates were not updated in the SAR. Instead, those figures will be released in concert with the annual F-35 Defense Acquisition Board (DAB), which is due out in the fall, according to an F-35 Joint Program Office official.

 

The SAR noted that the program triggered an administrative research, development, test and evaluation cost breach this year, but dismissed it as a result of relocating funds rather than a cost overrun.

 

“This is the first year a cost reduction was noted,” Laura Siebert, Lockheed spokeswoman, wrote in a statement. “We will work with the F-35 Joint Program Office to implement further cost saving measures, which will result in additional significant decreases to the total program cost. The top priority of the government/contractor team is to continue to cost-effectively deliver the F-35’s unprecedented 5th generation capabilities to the warfighter.”

 

The F-35 was not the only program to receive good news.

 

The Air Force’s Advanced Extremely High Frequency satellite program, a key part of the Pentagon’s secure communications network, saw costs for the fifth and sixth satellites drop $510.4 million, or 14.6 percent, since 2011, a result of “reduced estimate to reflect program efficiencies for production and launch operations.”

 

The Army’s procurement program for the UH-60M Black Hawk helicopter also significantly drove costs down, by 11 percent. Those savings came from a combination of multiyear contracting, an acceleration of the procurement schedule and a reduction in engineering change orders

Partager cet article
Repost0
24 mai 2013 5 24 /05 /mai /2013 12:20
Plus de 70 entreprises canadiennes ont décroché des contrats pour le programme de F-35, le Joint Strike Fighter. Cela représente environ 450 millions de dollars. - photo Lockheed Martin

Plus de 70 entreprises canadiennes ont décroché des contrats pour le programme de F-35, le Joint Strike Fighter. Cela représente environ 450 millions de dollars. - photo Lockheed Martin

23 mai 2013 Marie Tison - La Presse

 

Les entreprises canadiennes qui sont déjà à bord du F-35 devront céder leur place, si le Canada opte finalement pour un autre avion de chasse.

 

«Les bénéfices industriels vont aux entreprises des pays qui achètent ou ont l'intention d'acheter le F-35, a déclaré Dave Scott, directeur de l'engagement des clients internationaux pour le F-35 chez Lockheed Martin, en marge d'une rencontre avec les journalistes organisée hier à Montréal. S'il y a un changement et si un pays décide de ne pas acheter le F-35, nous allons rectifier le tir et nous tourner vers d'autres pays.»

 

Il a spécifié que les contrats en cours seront complétés, mais qu'ils ne seront pas renouvelés. Comme la plupart des contrats sont annuels, les entreprises se retrouveront assez rapidement le bec à l'eau.

 

M. Scott a toutefois indiqué que Lockheed Martin procédera cas par cas: une entreprise qui fournit un produit exceptionnel pourrait donc réussir à faire renouveler son contrat.

 

Plus de 70 entreprises canadiennes ont décroché des contrats pour le programme de F-35, le Joint Strike Fighter. Cela représente environ 450 millions de dollars.

 

Le gouvernement du Canada avait annoncé son intention d'acquérir 65 appareils F-35, mais, à la suite de rapports négatifs, il a lancé un nouveau processus pour examiner les cinq appareils qui pourraient répondre à ses besoins: le F-18 de Boeing, le Rafale de Dassault, l'Eurofighter Typhoon d'EADS, le Gripen de Saab et le F-35.

 

Le directeur du développement des affaires d'Héroux-Devtek, Jean Gravel, a avoué que la perspective de voir Ottawa se tourner vers un autre avion de chasse le rendait nerveux.

 

«Lorsqu'il s'agit de suivre le cahier des charges de Lockheed Martin, ils ne sont pas obligés de renouveler avec nous, a-t-il déclaré à La Presse Affaires en marge de la rencontre d'hier. Mais il y a des pièces que nous avons conçues. C'est un peu plus solide.»

 

Héroux-Devtek fabrique des systèmes de verrouillage de portes pour le F-35.

 

Larry Fitzgerald, directeur général chez PCC Aerostructure Dorval, a noté que les chaînes d'approvisionnement des autres appareils considérés par Ottawa étaient établies depuis bien longtemps. Il serait donc difficile de s'y insérer. «Une occasion comme le F-35, on n'en verra pas d'autres dans cette génération», a-t-il affirmé.

Partager cet article
Repost0
23 mai 2013 4 23 /05 /mai /2013 16:50
Allemagne : Un demi-milliard envolé, mais pas de drone

22.05.2013 Anne Le Touzé - dw.de

 

En Une des journaux, la polémique autour du projet d'équipement de l'armée allemande en drones Euro Hawks que Berlin vient d'abandonner. Le ministre de la Défense Thomas de Maizière est sous le feu de la critique.

 

Les appareils n'ont pas obtenu la certification des autorités aériennes européennes. Berlin a engagé beaucoup d'argent et le ministre de la Défense Thomas de Maizière est sur la sellette car son ministère semble avoir été au courant des difficultés depuis plusieurs années.

 

Il y a quelques mois, écrit die tageszeitung, ils représentaient encore le grand espoir de l'aviation allemande. Les drones, c'est l'avenir, disait-on alors. Un prix raisonnable, une technologie efficace permettant d'éviter des pertes humaines et un outil idéal pour le repérage, les bombardements ciblés et les combats aériens. Aujourd'hui, le rêve est devenu un cauchemar, remarque le quotidien.

 

Il ne faut pas réduire l'affaire des drones à Thomas de Maizière, estime la Süddeutsche Zeitung. C'est une honte pour le ministère de la Défense en tant qu'institution et pour son système d'attribution des marchés. Le processus d'achat des Euro Hawks a duré près de dix ans, il a donc connu de nombreux ministres de la Défense, sociaux-démocrates comme conservateurs. Cela dit, souligne le journal, la responsabilité de Thomas de Maizière pourrait être en cause si les accusations de l'opposition se confirment et que le ministre a bel et bien dissimulé des problèmes dont il aurait eu connaissance depuis longtemps.

 

La Frankfurter Allgemeine Zeitung rappelle que c'est Thomas de Maizière lui même qui a appuyé sur le frein, tout en sachant que les retombées financières et politiques seraient forcément liées à son nom. Le quotidien ne se fait pas de souci pour le ministre de la Défense qui continue de bénéficier de la confiance de la chancelière.

 

Pour le Main-Post de Würzburg, cela ne fait aucun doute: Thomas de Maizière doit démissionner. Il fut un temps, on le voyait succéder à Angela Merkel à la chancellerie. Mais un ministre qui doit répondre d'un tel aveuglement semble tout aussi inapte aux vols au long cours que ses prédécesseurs, estime le quotidien.

 

Que le ministre chute ou non, les dommages chiffrés à plusieurs centaines de millions d'euros, eux, resteront, déplorent les Kieler Nachrichten. C'est déjà suffisamment grave et ce qu'il faut éviter, c'est que la classe politique ne retienne rien des erreurs du passé.

 

La Neue Osnabrücker Zeitung résume: la question qui compte, c'est de savoir comment ce désastre a pu être possible et qui y a participé. Mais plus important encore, il faut réfléchir aux moyens de mettre en place un contrôle pour éviter à l'avenir un tel gaspillage d'argent public.

Partager cet article
Repost0
23 mai 2013 4 23 /05 /mai /2013 16:40
Iak-130: les Forces aériennes russes s'équipent de trois appareils

IRKOUTSK, 22 mai - RIA Novosti

 

L'usine aéronautique d'Irkoutsk a remis trois avions d'entraînement et de combat russes Iakovlev Iak-130 au centre de formation des Forces aériennes russes de Borisoglebsk (région de Voronej, sud-est), lit-on mercredi sur le site du constructeur. 

 

"Il s'agit du premier lot de Iak-130 destinés aux Forces aériennes russes de l'année 2013", indique le communiqué. 

 

En vertu du contrat passé le 5 décembre 2011, le chantier d'Irkoutsk, qui fait partie du groupe aéronautique Irkout, doit livrer au ministère russe de la Défense 55 avions d'entraînement et de combat de type Iak-130.

 

A présent, le parc des Forces aériennes russes compte 29 Iak-30, dont 18 construits par le groupe aéronautique Irkout et 11 autres par l'usine aéronautique Sokol de Nijni Novgorod. La livraison de 15 autres avions de ce type est prévue avant 2014. 

 

Conçu par le bureau d'études Iakovlev, le Iak-130 permet de perfectionner les compétences des pilotes d'avions russes et étrangers de 5e génération. Il s'agit d'un avion universel d'entraînement et de combat qui peut être utilisé comme un chasseur léger.

Partager cet article
Repost0
23 mai 2013 4 23 /05 /mai /2013 16:20
Lockheed Martin tente de séduire les Canadiens

22 mai 2013 Chu-Anh Pham - canoe.ca

 

Après un premier faux départ, Lockheed Martin tente de séduire les Canadiens avec son F-35 en entreprenant une tournée pancanadienne.

 

Au centre-ville de Montréal, l’entreprise américaine a même déployé un simulateur de la cabine de pilotage pour justifier la pertinence de son appareil pour l’armée canadienne.

 

Lockheed croit avoir le modèle le plus performant sur le marché : indétectable et vision à 360 degrés.

 

«C’est spécialement important en Arctique. On parle de mille de miles qu’il faut surveiller. C’est pas juste 40 miles devant nous qui est important, c’est d’un horizon à l’autre. Je vais être capable de sentir avec les appareils électroniques tout ce qui se passe au sol ou sur les bateaux», a expliqué le pilote canadien Billie Flynn de Lockheed Martin.

 

Selon lui, il n’y a pas de superflu : tous les outils sont importants.

 

«Les missions sont tellement compliquées que, à un moment donné, même si on voit tout ce qui se passe, on n'est plus capable de décider ce qui est important ou pas. Alors on a changé ça. […] Ce sont les ordinateurs qui décident ce qui est important ou pas, pas les humains.»

 

Le gouvernement fédéral doit remplacer ses vieux CF-18 avec l'achat de 65 appareils.

 

Ottawa avait déjà jeté son dévolu sur Lockheed Martin, mais devant l'explosion des coûts, maintenant évalués à 45 milliards $, il n'a eu d'autre choix que de recommencer tout le processus d'achat en décembre dernier.

 

Le F-18 Super Hornet de Boeing et le Rafale de Dassault sont deux autres appareils qui pourraient intéresser le gouvernement. Tout dépend de ses besoins, selon l’analyste Philippe Cauchi.

 

«Tous les autres avions sont quand même des avions retouchés, améliorés. Lui, c'est une nouvelle conception. L'invisibilité à ses avantages, surtout pour des missions à haut risque. Parce que le problème maintenant, c'est de perdre de l'équipage.»

 

Présentement, le F-35 a des retombées économiques de 450 millions $ au Canada, mais elles pourraient grimper à 10 milliards $ selon Lockheed Martin.

 

Les fournisseurs canadiens doutent pouvoir décrocher mieux si Ottawa change de constructeur.

 

«Selon nous ça serait difficile. Si l'on prend le F-18 ou le Rafale, ils ont déjà une chaîne d'approvisionnement bien établie. Ils ont déjà des fournisseurs depuis 15-20 ans. Alors les opportunités pour nous seraient plutôt limitées», a affirmé le vice-président au développement des affaires de Héroux Devtek, Jean Gravel.

 

Pour l’entreprise Composites Atlantic, basée en Nouvelle-Écosse, une soixantaine d’emplois pourrait être créée si le gouvernement canadien maintient son choix avec Lockheed Martin.

 

«Si on va avec une autre plateforme, on ne sait pas ce qu'on pourrait avoir. Un vaut mieux que deux tu l'auras. Donc on est plus confiant de rester avec le F-35 en terme de création d'emploi», explique Claude Baril, président de l’entreprise qui possède aussi des installations à Mirabel.

 

Il estime que le projet F-35 devrait pouvoir lui permettre de rapporter 120 millions $ au total.

 

Lockheed a déjà livré 80 F-35 auprès de ses clients et compte en fabriquer près de 4000.

Partager cet article
Repost0
23 mai 2013 4 23 /05 /mai /2013 11:55
Le MQ-9 Reaper en vol – photo US Air Force

Le MQ-9 Reaper en vol – photo US Air Force

22 mai 2013 Aerobuzz.fr

 

A défaut de disposer d’un vrai-savoir faire industriel en la matière, la France va acheter sur étagère entre 2 et 7 drones américains MQ9 Reaper… pour commencer.

 

Il était temps ! Après des années d’errements politico industriels, Paris se résout à acheter des drones vraiment opérationnels.

 

Le ministre de la Défense Jean-Yves le Drian, confronté aux lacunes françaises en la matière a décidé, tout comme le Royaume-Uni et l’Italie d’acheter outre Atlantique entre 2 et 7 drones américains MQ9 Reaper.

 

Ces appareils signés General Atomics sont le bras armé des Etats-Unis, CIA et US Air force en Afghanistan et dans d’autres régions du monde. Perchés entre 5.000 et 15.000 mètres d’altitude, pilotés par satellite depuis les USA, ils scrutent pendant de longues journées, jusque 27 heures, leur secteur de patrouille à l’affut de cibles d’intérêt. Ce drone représente la manière américaine de « terroriser les terroristes ».

 

Ils disposent pour cela de capteurs optroniques très performants et de missiles Hellfire ou de bombes guidées Paveway sous leur voilure. Il n’est pas confirmé que les engins destinés à Paris seront armés, il n’empêche les performances de ces engins en termes de capacités de surveillance, de détection, de transmission de données feront des merveilles par rapport au vide existant.

 

Le drone Reaper est piloté à distance par satellite tout comme un avion depuis un cockpit virtuel. Un opérateur assure le pilotage du véhicule et un autre, la gestion de la charge utile et des armements. D’une envergure de 20 mètres pour une masse à vide de 2,2 tonnes, cet engin à voilure droite, peut croiser à plus de 300 km/h pendant plus de 24 heures en toute impunité. Dans ses flancs, des moyens de communication et de navigation dernier cri et des capteurs de haute technologie. Il est propulsé par une turbine Honeywell TPE 331 de 900 cv environ.

 

On estime qu’un système de drones avec ses servitudes et ses stations sol coute aux alentours de 60 M$, autant dire une peccadille par rapport aux 120 M$ d’un JSF.

 

Bien sûr cet engin n’est pas parfait, il ne peut pas à ce jour s’intégrer dans l’espace aérien européen pour cause de lacune en termes de réglementation. Une lacune qui vient de causer l’arrêt pur et simple du programme Eurohawk en Allemagne.

Le MQ-9 est plus grand et plus lourdement armé que le MQ-1 Predator – photo US Air Force

Le MQ-9 est plus grand et plus lourdement armé que le MQ-1 Predator – photo US Air Force

Cette décision lucide du ministre de la défense français met en lumière l’incapacité européenne à mettre sur pied une politique intelligente en matière de drones. Ce ne sont pourtant pas les champions qui manquent.

 

Force est de reconnaître que l’Europe est dans une situation paradoxale avec d’un côté des savoir faire uniques en matière de défense, des ingénieurs aéronautiques de renom qui ont mis au point de véritables étendards nommés Rafale ou encore Typhoon mais qui sont incapables de réaliser un équivalent du « Predator » sans assistance extérieure.

 

En matière de drones, le vieux continent est plus que jamais divisé avec d’un côté un EADS (Allemagne ou France ? ) qui veut tout faire mais n’a rien prouvé de sérieux et de l’autre, des rivaux tels que Finmeccanica, BAE, Thalès et autre Dassault qui veulent prendre pied sur un marché crucial en devenir. Tout reste à faire, créer, des drones de tous types, des micro drones de la taille d’une libellule aux géants de la taille d’un Airbus, tout est possible et utile, les USA l’ont prouvé depuis des années ! Il faut aussi une législation pour leur circulation dans l’espace aérien, développer des capteurs, des liaisons de données, les munitions légères qui vont avec des vecteurs endurants et fiables aussi, et des charges utiles.

 

Il faut promouvoir l’essor des drones car ces engins, véritables aides de camp des engins pilotés sont source d’économie et de sécurité. Ainsi imaginez un Canadair qui ne décollerait que pour opérer sur un feu de forêt bien localisé, un hélicoptère dronisé qui pourrait traiter un accident nucléaire, une zone de pêche surveillée en permanence pour assurer la protection des pêcheurs… Le domaine des engins sans pilote est… sans limites ! Enfin il ne faut pas oublier de développer une législation adaptée pour encadrer l’usage de ces appareils qui peuvent être intrusifs et mortels.

 

Le champ des possibles est encore ouvert. Il faut s’y mettre maintenant car il n’y aura pas de session de rattrapage ; passé 2030, nous serons totalement dépendants de l’extérieur, nous aurons alors raté le coche des avions sans pilote.

Partager cet article
Repost0
23 mai 2013 4 23 /05 /mai /2013 11:25
Système antiaérien Pantsir-S

Système antiaérien Pantsir-S

LIMA (Pérou), 19 mai - RIA Novosti

 

L'Agence russe d'exportation d'armements (Rosoboronexport) souhaite livrer en dehors des appels d'offres des chasseurs de type Su-35 et des systèmes de DCA Pantsir au Brésil, a déclaré Sergueï Ladygine, chef de la délégation russe au salon international de la technologie pour la défense SITDEF 2013 qui se déroule à Lima. 

 

"Bien que la Russie soit sortie de cet appel d'offres, nous avons fait en parallèle une proposition à la partie brésilienne de participer en dehors des appels d'offres avec nos systèmes Pantsir et chasseurs Su-35. Notre proposition est en train d'être examinée", a précisé M.Ladygine. 

 

Ce dernier a ajouté que la Russie était prête à transmettre aux Brésiliens l'ensemble des technologies de la production du Su-35, y compris des éléments des technologies dites de 5e génération.

 

 

La Russie est sortie en 2009 de l'appel d'offres brésilien pour lequel elle concourrait espérant y placer son chasseur Su-35.  

La Russie souhaite livrer des chasseurs Su-35 et des systèmes de DCA au Brésil
Partager cet article
Repost0
23 mai 2013 4 23 /05 /mai /2013 11:20
Drones. Dans l’urgence, la France va acheter Américain

22 mai 2013 Philippe CHAPLEAU.- Ouest France

 

Dimanche, lors d’un déplacement aux Etats-Unis, le ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian a confirmé que la France envisageait d’acheter deux drones de surveillance aux Américains ou aux Israéliens.

 

Sur la base aérienne de Cognac (Charente-Maritime), les drones MALE (Moyenne Altitude Longue Endurance) de l’escadron 01.33 Belfort restent discrets. Il faut préciser que deux drones Harfang sont déployés au Mali, qu’un troisième est utilisé pour la formation des équipages et que le dernier est plus ou moins cannibalisé pour permettre à ses trois frères de voler.

photo  Armee de l Air

photo Armee de l Air

Remplacer les Harfang vieillissants

 

Ces plate-formes, conçues dans les années 1990 et achetées aux Israéliens, sont vieillissantes et peu puissantes. « Imaginez que l’on fasse marcher une moto de grosse cylindrée avec un moteur de mobylette », explique Bertrand Slaski, un très bon connaisseur français du monde des drones et analyste à la CEIS.

 

« En plus, les capteurs de nos Harfang ne sont plus très performants. Les opérations en Afghanistan et surtout en Libye ont démontré le besoin d’équiper l’armée de l’air avec des drones récents et équipés de capteurs de haute définition. Désormais, il y a urgence puisqu’il n’existe aucun drone français ou européen opérationnel ».

 

Des besoins au Mali

 

Jean-Yves Le Drian est donc allé faire ses emplettes à l’étranger et va acheter sur étagère deux drones, probablement américains. Des Reaper construits par General Atomics et qui pourraient être prélevés sur les stocks de l’US Air Force en vue d’un déploiement express au Sahel (peut-être à Niamey, aux côtés des drones US basés au Niger depuis février).

 

L’absence de drones a été particulièrement dramatique au Mali. La Direction du renseignement militaire pouvait compter sur deux Harfang et sur quelques Atlantique de la marine ; elle a dû louer les services et les appareils d’une société privée luxembourgeoise dont les Cessna ont été basés à Gao et ont effectué des missions de surveillance et de renseignement au-dessus du nord et de l’est du Mali pour y repérer les mouvements des djihadistes.

 

« Recourir à ces avions équipés de capteurs efficaces constitue une solution pratique : on achète des services qui sont disponibles immédiatement », reconnaît Bertrand Slaski. « Mais ce n’est pas la logique première des industriels qui ont toujours espéré le lancement d’un grand programme européen de drones de surveillance pour bâtir une véritable filière dans ce domaine ».

 

L'Europe à la traîne financièrement

 

Programmes, projets, démonstrateurs : les idées ne manquent pas, à la différence des financements ! Les Britanniques ne disposent d’aucune marge budgétaire et sont déjà équipés en Reaper. Les Allemands viennent d’abandonner le drone Euro Hawk (version européenne du drone US Global Hawk) : 500 millions d’euros pour rien !

 

« Qui sont les Européens qui pourraient s’engager à acheter un drone européen ? Les Polonais peut-être ou les Turcs qui se résignent à acheter israélien. Et la France qui veut se doter de 12 drones MALE, selon le Livre blanc ».

 

Mais si aucun constructeur européen ne s’engage à développer sur fonds propres un tel appareil, la France, sans le sou, risque, à terme, et après avoir goûté aux Reaper à continuer ses achats sur les étagères américaines.

Partager cet article
Repost0
23 mai 2013 4 23 /05 /mai /2013 10:55
photo Staff Sgt. Brian Ferguson US Air Force

photo Staff Sgt. Brian Ferguson US Air Force

20 Mai 2013 Jean-Dominique Merchet

 

Le Congrès des Etats-Unis doit encore donner son feu vert.


Sauf refus du Congrès américain - qui reste possible - la France devrait acquérir deux drones Reaper, avant la fin de l'année, ainsi qu'une station-sol pour les mettre en oeuvre. Ces engins, fabriqués par General Atomics, devaient initialement être livrés à l'US Air Force, mais le Pentagone a accepté qu'ils soient prélevés sur la ligne de production en cours, ce qui accélère la décision de plusieurs années. C'est une décision du secrétaire à la Défense Chuck Hagel, qui a rencontré son homologue français Jean-Yves le Drian vendredi 17 mai à Washington. Il s'agit donc d'appareils neufs et non de matériels d'occasion.

Ces deux Reaper (Predator 2) resteront des appareils très américains, aussi bien en ce qui concerne les capteurs optiques que les transmissions. La charge utile de ces engins ne sera pas "francisée" : ils seront, en quelque sorte, des drones américains mis en oeuvre par des militaires français... aux conditions américaines. Ainsi, ils ne pourront pas être déployés sur le territoire national et resteront donc dans la zone du Sahel, sans doute à Niamey (Niger), sinon à N'Djaména (Tchad).

Il s'agit d'appareils de surveillance et, en aucun cas, de drones armés capables de délivrer des munitions. Paris a, pour l'instant, renoncer à mettre en oeuvre des drones armés comme nous l'indiquions récemment.

L'opération Serval au Mali a montré le besoin criant de drone Male (Moyenne altitude longue endurance), dont l'armée de l'air ne possède que quatre exemplaires, des Harfang relativement peu puissant et en fin de potentiel. Deux d'entre eux ont été déployés à Niamey d'où ils ont rendus des services appréciables, mais malgré tout limités. Volant plus bas que le Reaper, le Harfang peut ainsi être parfois entendu depuis le sol dans ces zones désertiques et silencieuses. Ses capteurs optiques sont en voie d'obsolescence, même si son système de transmissions par satellite donne toute satisfaction.

Pour soutenir l'opération Serval, l'US Air Force a engagé une poignée de drone Male non-armés, Predator et Reaper, à Niamey. Le ministre de la défense Jean-Yves Le Drian a pu visiter le détachement américain lors de sa visite sur place le 26 avril. Il a ainsi pu mesurer de visu la différence entre les capacités d'un Harfang et d'un Reaper.

L'achat de deux Reaper est-il le prélude d'un contrat plus important avec General Atomics ? Le Livre blanc de la défense, récemment adopté, prévoit en effet l'acquisition par la France de douze "drones de surveillance de théâtre" d'ici à 2019. Faute de solutions nationales et européennes à court terme, le ministre de la Défense confirme que les discussions se poursuivent avec les deux seuls pays producteurs de Male : les Etats-Unis et Israel. Des lettres officielles ont été envoyées par la DGA aux deux fournisseurs potentiels.

Les discussions portent sur la francisation des charges utiles (capteurs optiques et électromagnétiques, systèmes de communications par satellite) : fidèle à sa doctrine d'autonomie stratégique, la France veut garder la maitrise de ces appareils - qu'elle n'aura guère avec les deux premiers Reaper.
Ce n'est pas simple. Les Américains sont en général très réticents à ouvrir les "black boxes" de leurs systèmes ou à permettre, par exemple, à des appareils de fabrication américaine de tirer des munitions européennes... Quant aux drones israéliens, ils ne disposent pas de communication par satellites, ce dont l'armée de l'air a impérativement besoin.

Les militaires français ne cachent pas leur préférence pour la solution américaine. "Le Reaper est le meilleur", nous confie un général d'aviation. "A court terme, l'armée de l'air veut acheter américain" écrivions nous sur ce blog en septembre dernier.

Les discussions vont donc se poursuivre, avec un moindre degré d'urgence, puisque les besoins sahéliens seront satisfaits. Paris espère monter un "club d'utilisateurs" européens de drone Male, associant la France, le Royaume-Uni, l'Allemagne et l'Italie. Il s'agirait d'être en position de force, notamment face aux Etats-Unis. Mais l'expérience montre qu'en la matière, il y a loin de la coupe aux lèvres...

Le paysage européen en matière de drone est consternant. En France, comme chez nos grands voisins, tout semble s'être ligué pour en arriver à ce que le seul choix possible soit d'acheter sur étagères, faute de solutions nationales. Les responsabilités sont partagées : militaires, politiques, industriels, personne n'a su y faire depuis... 20 ans !

Le récent abandon de l'Euro Hawk par l'Allemagne en est un exemple. Il s'agissait d'une version européanisée (par EADS Cassidian) du Global Hawk de Northrop Grumman, un engin très puissant (14 tonnes, contre 4 pour le Reaper). Après avoir dépensé plusieurs centaines de millions d'euros, Berlin renonce expliquant que l'Euro Hawk ne pourrait pas s'intégrer dans la circulation aérienne ! Sacrée "découverte" sur laquelle nous reviendrons rapidement sur ce blog.

En matière de drones tactiques (mis en oeuvre par l'armée de terre), les choses semblent s'éclaircir avec 'accord franco-britannique sur le Watchkeeper, un appareil de conception israélienne. A plus long terme, la perspective d'un drone de combat européen existe également : Dassault, avec plusieurs autres industriels européens, a fait voler son nEUROn en décembre dernier.

Partager cet article
Repost0
23 mai 2013 4 23 /05 /mai /2013 07:55
photo German Army

photo German Army

22/05/2013 Michel Cabirolr - La Tribune.fr

 

La filiale hélicoptériste d'EADS va racheter à l'Allemagne 11 Tigre qu'elle lui avait vendus dans le cadre d'un accord signé mi-mars. Berlin souhaitait réduire ses commandes d'hélicoptères. Une idée qui fait également son chemin dans la tête du ministère de la Défense français.

 

On en sait un peu plus sur l'accord qui a été signé entre l'Allemagne et Eurocopter en mars dernier . Le 15 mars, le ministère allemand de la Défense avait simplement annoncé avoir trouvé un accord avec EADS afin de réduire ses commandes d'hélicoptères Tigre et NH90, comme il le souhaitait depuis plusieurs mois. Initialement, l'Allemagne avait commandé 122 hélicoptères de transport NH90 et 80 Tigre, produits par Eurocopter (groupe EADS). En vertu du "protocole d'accord" signé, les commandes de NH90 ont été ramenées à 82 unités tandis que celles de Tigre ne comprennent plus que 57 appareils.

 

"Désormais, en ce qui concerne l'ajustement du nombre des appareils, nous sommes parvenus à un accord constructif", avait expliqué alors le ministère de la défense allemand. Au salon aéronautique de Farnborough, en Grande-Bretagne, en juillet 2012, le PDG d'Eurocopter, Lutz Bertling, avait déclaré qu'il espérait pouvoir maintenir des commandes d'au moins 60 Tigre et n'avait pas alors fait de prévisions pour le NH90. Cet accord doit être encore validé par l'Organisation conjointe de coopération en matière d'armement (Occar), qui gère le Tigre, avec l'accord des deux autres partenaires du programme (France, Espagne) ainsi que par la Nahema, qui s'occupe du NH90, avec là aussi le feu vert des autres partenaires (France, Italie, Pays-Bas).

Défense : pourquoi Eurocopter rachète 11 Tigre à l'Allemagne

L'Allemagne s'offre 18 NH90 naval

 

Eurocopter est-il perdant ? Au regard de ce qu'ont officiellement communiqué les deux parties, plutôt. Mais à y regarder de plus près, la filiale hélicoptériste d'EADS a semble-t-il limité les dégâts. "Nous avons signé un accord à budget constant", assure-t-on chez Eurocopter. Car l'Allemagne, si elle a réduit sa commande de 40 NH90 TTH (terrestre), elle a en parallèle acheté 18 NH90 navals (NFH) beaucoup plus chers. Ce qui réjouit Eurocopter. Et pour cause. Selon un rapport du ministère de la Défense, le prix unitaire pour un appareil de combat NFH est de l'ordre de 30,5 millions d'euros (au coût des facteurs de janvier 2001), contre 18,6 millions d'euros pour un TTH, basé sur une commande totale de 595 appareils par les Etats coopérants. Soit une nouvelle commande de l'ordre de 550 millions d'euros si on considère qu'Eurocopter a vendu des NFH de combat (contre une perte de près de 750 millions d'euros pour les TTH non livrés). A cela s'ajoute des prestations de support, de logistique, de training et des services, qui permettent à Eurocopter de ne pas perdre du chiffre d'affaires.

 

S'agissant du Tigre, Eurocopter s'est engagé à racheter 11 appareils déjà livrés, pour réduire la commande de 80 à 57 machines. La France a quant à elle passé une commande de 80 Tigre.

 

La France va-t-elle réduire ses commandes ?

 

Comme dans tout programme, le partage industriel s'effectue en fonction du niveau des commandes des pays membres du programme. Or, l'Allemagne avait prévu une cible très importante pour après (bien après) réduire sa commande une fois le partage industriel réalisé. C'est vrai pour l'A400M, et aujourd'hui le Tigre et le NH90. Le programme NH90, qui a coûté 5,8 milliards d'euros (développement et production), a appliqué  le principe du juste retour qui conduit à répartir l'activité industrielle initiale entre les Etats membres au prorata de leur participation financière au développement. Pour la production, la répartition se fait selon une formule qui tient compte de la part du développement et du nombre d'hélicoptères commandés. Ainsi, certains éléments de fabrication ont dû être transférés de l'industrie française à Eurocopter Deutschland et à AgustaWestland.

Défense : pourquoi Eurocopter rachète 11 Tigre à l'Allemagne

Pour autant, que va faire la France, qui fait lanterner depuis des semaines Eurocopter sur une commande de 34 NH90 attendue (ou pas) fin mai. Au total, Paris souhaitait acquérir 133 appareils dans le cadre de la précédente loi de programmation militaire. En outre, la France s'interroge - et ce d'autant que l'Allemagne l'a déjà fait - sur une possible réduction de sa commande de Tigre, aujourd'hui acheté à 80 exemplaires (contre une cible initiale de 215, puis 180 et 120). La réduction de la commande d'hélicoptères allemande (Tigre, NH90) chemine dans les esprits du ministère de la Défense français. D'autant que l'annonce de Berlin n'a pas fait grincer les dents à Paris.

Partager cet article
Repost0
22 mai 2013 3 22 /05 /mai /2013 12:25
Gripen EF Photo Stefan Kalm - saabgroup.com

Gripen EF Photo Stefan Kalm - saabgroup.com

RIO DE JANEIRO, May 20 (UPI)

 

Swedish manufacturer Saab is upgrading its bid for Brazil's long-delayed FX-2 jet fighter purchase plan, even as it weighs challenges from formidable rivals Boeing and France's Dassault.

 

Saab is one of the three leading contenders for Brazil's jet fighter replacement program, said to be worth $6 billion-8 billion but wants to make sure its jet will compete successfully for roles in both the Brazilian air force and navy.

 

Boeing's F/A-18 Super Hornet and Dassault's Rafale-M have already demonstrated their multirole fighter capabilities extend from air force to naval operations. Saab ran tests on a naval version of its Gripen NG with the aim to show that its jet, if successful in the FX-2 competition, will be equal to the tasks demanded of an all-rounder combat aircraft.

 

The three companies have invested millions in positioning themselves for a Brazilian decision on the FX-2 acquisition program, which is no nearer the crunch time than it was at when Brazilian President Dilma Rousseff put off consideration of the project last year.

 

Brazil's FX-2 jet fighter acquisition program coincides with a vigorous campaign by the government and local defense industry to develop indigenous aviation industry.

 

The long delay in the FX-2 program has fed speculation that Brazil may push off again a decision on buying new jet fighters to replace its aging MiG planes. There are also signs the government in backing Brazilian industry initiatives to develop manufacturing capability related to the jet fighter program as much as possible.

 

Brazil's Embraer has advanced aviation manufacturing capacity that moved over a few years from executive jet making to light attack aircraft and tactical transport and airborne jet refueling systems. But Embraer is many years from developing a jet fighter all on its own.

 

Saab remains serious about its "Sea Gripen NG" and has been working on the idea since their May 2011 announcement, Defense Industry Daily said on its website.

 

The Brazilian navy is expected to buy its own fighters to equip a new aircraft carrier and will expect its aircraft to be the same type as those to be chosen by the air force at the end of the FX-2 competition.

 

That prospect has pitted Saab against proven naval fighters Boeing's F/A-18 Super Hornet and Dassault's Rafale-M. The plane maker recently organized a test flight for its JAS-39D "to verify the design's basic suitability for naval conversion," Defense Industry Daily said.

 

Besides Brazil, Saab identified future demand for naval fighters in countries like India, Italy and the United Kingdom which, in the coming years will be commissioning new aircraft carriers in their navies, Saab's Gripen blog said.

 

"According to Saab, there is a real and viable market for this type of aircraft," former Brazilian naval aviator Romulo Sobral said in the blog post.

 

Aiming this market, the company is developing a naval version of JAS-39 Gripen, called "Sea Gripen," which aims to be a variant of its Gripen NG contender in Brazil's FX-2 program.

Partager cet article
Repost0
21 mai 2013 2 21 /05 /mai /2013 07:35
CGI of the KFX Fighter Project (File Photo)

CGI of the KFX Fighter Project (File Photo)

21 May 2013 By Kang Seung-woo (Korea Times) – Pacific Sentinel

 

Lockheed Martin’s F-35 Joint Strike Fighter (JSF) is seen as one of strongest candidates to win the FX (Fighter Experimental) III project thanks to its stealth function. However, some critics are expressing concerns about the foreign military sales (FMS) program.
 
They say that should the U.S. aerospace and defense giant win the 8.3-trillion-won ($7.5 billion) bid, Korea will not be able to take advantage of the most-expensive procurement deal in history.
 
That’s because unlike direct commercial sales (DCS), the government-to-government FMS in which Washington would broker a contract between Seoul and Lockheed Martin is likely to restrict the U.S. company from transferring technology, which Korea plans to use in the project aimed at replacing its aging fleet of F-4s and F-5s.
 
However, Randy Howard, Lockheed Martin’s director of the Korea F-35 campaign, says Lockheed Martin is open to technology transfer and willing to make strong and solid commitments to help Korea with the project on the back of its track record.
 
“Lockheed is offering a robust industrial participation, offset, and technology transfer program. The offer includes the opportunity for the Korean industry to participate as a best value global supplier in the F-35 program, manufacturing the center wing and horizontal and vertical tails of the plane,” the American told The Korea Times.
 
Read the full story at Korea Times
Partager cet article
Repost0
21 mai 2013 2 21 /05 /mai /2013 06:20
Deux drones américains Reaper pour la France ; le PDG de Dassault grimace (vidéo)

20/05/2013 Par Olivier Berger, grand reporter à La Voix du Nord - Défense globale

 

La France a totalement raté " le rendez-vous des drones ". Ce n'est pas un grincheux habituel mais le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, qui le répète après sa visite aux Etats-Unis les 17 et 18 mai.

Notre pays s'apprête donc à acheter rapidement deux MQ-9 Reaper Predator (photo US Air Force), un drone MALE (moyenne altitude longue endurance), disons gentiment, plus moderne que les Harfang de l'armée française... Si le Congrès américain donne son aval.

Ce lundi 20 mai, le PDG de Dassault Aviation, Eric Trappier, a déploré ce choix...

En mars, le général (2S) de corps aérien Thierry Delahaye nous disait : " En tant qu'utilisateur, je dirais qu'acheter sur étagères, ça marche. si je réfléchis avec un esprit de défense et en tant que français, je pense qu'il vaut mieux développer un projet dans le pays. Ça permet de garder un avantage économique et technologique. " Le cas des drones français ou européens reste donc un échec historique retentissant de la fin du XXe siècle... 

Inutile d'épiloguer sur les responsabilités. Les aviateurs se réfugient derrière les manques de crédits ; les industriels derrière le manque de perception de l'engin à l'époque ; les politiques derrière l'absence de vision stratégique. Bref, tout le monde a eu tort sur ce coup-ci.

Cassidian (Barracuda), filiale d'EADS, Dassault aviation (nEUROn) et BAE systems (Taranis) travaillent sur la conception d'un drone français ou plutôt européen. Pour l'instant, la France, qui a réaffirmé l'importance de cet outil dans le dernier Livre blanc de la Défense et de la sécurité nationale, n'a pas d'autres moyens que d'acheter des drones aux Etats-Unis, voire en Israël (avec l'Eitan de Israel Aircraft Industries). Ce sont les deux seuls pays qui en fabriquent. Point à la ligne.

 

Douze drones dans le Livre blanc

Si le Livre blanc préconise l'acquisition de douze drones de surveillance, la France s'apprête donc à en acheter deux très rapidement (avant la fin de l'année). Les Harfang ont joué leur rôle lors de l'opération Serval mais leur technologie est dépassée. Les Etats-Unis ont donné leur accord pour extraire de la ligne de production du fabricant General Atomics deux exemplaires de MQ-9 Reaper dans une version de surveillance non armée (environ 40 millions d'euros pièce à part accord particulier).

Car ce drone, de 11 m de long et de 20 m d'envergure, qui vole 27 heures jusqu'à 15 000 m d'altitude, peut transporter et tirer des missiles sol-air (voire deux missiles air-air ou deux bombes). L'US Air Force a largement utiliser sa puissance de feu en Afghanistan voire au Pakistan. Le Reaper, qui signifie moissonneur (ou faucheur), ne sera donc pas utilisé au maximum par l'armée française. Et de toute façon pas sur le sol national ou même européen. Ce produit intégralement américain n'est pas habilité à survoler nos contrées. Il devrait donc rejoindre le Sahel, basé à Niamey au Niger comme les Harfang durant l'opération Serval, ou au Tchad.

L'armée américaine compte 104 Reaper et l'US Air Force compte en acheter douze supplémentaires d'ici 2014. Pour l'instant, seuls les armées britanniques et turques possèdent des MQ-9 Reaper.

 

Le PDG de Dassault déplore

" Nous sommes inquiets. Voir acheter des drones américains sans avoir au même moment un réel lancement de programme européen ou franco-britannique ou franco-allemand, cela ne peut pas nous réjouir ", indique le PDG de Dassault Aviation, Eric Trappier, présent au salon de l'aviation d'affaires à Genève : " A l'heure où on nous dit qu'il va falloir faire des efforts, qu'il va y avoir des restrictions sur certains programmes (militaires), on nous dit qu'on ne peut pas aller chercher la technologie (drones de surveillance) chez vous alors qu'elle existe. "

Le PDG de Dassault renvoie le ballon dans le camp du gouvernement. Pour un futur drone européen, " je n'ai pas vu de besoins communs exprimés vers nous (industriels) qui couvrent les besoins allemands, français, britanniques. Cette demande n'existe pas. Si elle existait, il n'y aurait pas de problème pour faire un drone entre les industriels. BAE systems, EADS et Dassault pourraient trouver un terrain d'entente dès lors que les pays auraient émis un besoin commun ".

Beaucoup moins simple qu'un achat sur étagères mais plus porteur pour l'indépendance stratégique, l'industrie, les emplois... Quand on se réveille en retard, il faut courir.

.

Voici une vidéo de l'US Air Force présentant le drone MQ-9 Reaper Predator...

Partager cet article
Repost0
21 mai 2013 2 21 /05 /mai /2013 06:00
Le drone de surveillance Predator B MQ-9 Reaper fabriqué par l'américain General Atomics. L'Hexagone pourrait acquérir d'ici à la fin de l'année deux de ces appareils pour des missions de renseignement. - photo General Atomics Aeronautical Systems

Le drone de surveillance Predator B MQ-9 Reaper fabriqué par l'américain General Atomics. L'Hexagone pourrait acquérir d'ici à la fin de l'année deux de ces appareils pour des missions de renseignement. - photo General Atomics Aeronautical Systems

21/07 par Yann VERDO - lesechos.fr

 

La France va acheter deux drones américains de surveillance. Jean-Yves Le Drian estime que la France a raté le rendez-vous des avions sans pilote.

 

Le pays du Rafale a-t-il raté le rendez-vous des drones, ces avions sans pilote dont l'usage a changé l'art de la guerre ? C'est du moins ce que pense le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, qui l'a déclaré sans ambages ce week-end au « Grand Rendez-vous Europe 1-iTélé-"Le Parisien" ».

 

Le ministre, qui avait rencontré son homologue américain, Chuck Hagel, vendredi à Washington, a confirmé être entré en négociations avec le Pentagone pour l'achat de deux drones de surveillance « Reaper » fabriqués par l'entreprise américaine General Atomics. Ces deux appareils devraient être livrés non armés à la France d'ici à la fin de l'année et seraient aussitôt déployés au Mali pour des missions de renseignement exclusivement, mais les experts soulignent qu'ils pourraient être aisément transformés en drones tueurs par la suite.

 

Le ministre a également confirmé que des négociations parallèles étaient en cours avec Israël, le seul autre pays construisant des drones avec les Etats-Unis. Il n'a pas précisé le nombre d'avions sans pilote dont l'armée française souhaiterait rapidement se doter auprès des deux puissances étrangères. Dans un récent Livre blanc, il était recommandé que la France, qui dispose actuellement de 4 drones d'observation, porte rapidement le nombre de ces engins à douze.

 

L'opération « Harmattan » engagée il y a deux ans en Libye et celle actuellement en cours au Mali ont clairement montré que l'armée française était dépendante des renseignements récoltés par les drones américains. La faute d'un virage stratégique mal négocié dans les années 1990, notamment en raison d'un manque de coopération sur ce sujet entre les industriels français. Résultat : ni Dassault Aviation ni EADS ne fabrique aujourd'hui leurs propres drones. Ceux utilisés actuellement au Mali ont été simplement adaptés aux besoins de l'armée française par EADS à partir de drones acquis dans les années 1990 auprès de l'armée israélienne.

 

Une solution d'urgence

 

Dans ce contexte, la commande passée auprès du Pentagone et celle en discussion avec Tel-Aviv apparaissent donc comme une solution d'urgence. Une position d'ailleurs pleinement assumée par Jean-Yves Le Drian qui a déclaré que Paris ne pouvait se permettre d'attendre dix ans de plus que nos champions industriels se décident enfin à agir ensemble. Et qui a mis publiquement la pression sur les dirigeants des groupes concernés pour qu'ils oublient leurs rivalités et travaillent de concert sur ce dossier. « Il faut aujourd'hui que, sur notre demande, les industriels français et européens se mettent en relation pour élaborer ce que pourra être demain le drone de nouvelle génération », a déclaré Jean-Yves Le Drian, ajoutant que celui-ci ne devrait pas être uniquement français mais franco-germano-britannique.

 

Aux Etats-Unis, première puissance militaire au monde, les drones ont changé le visage de la guerre. Soit grâce aux renseignements qu'ils permettent de collecter en zone ennemie, soit du fait de leur usage pour les « assassinats ciblés » de dirigeants d'Al-Qaida ou d'autres mouvements terroristes. Chaque mardi, Barack Obama rencontre ses experts du contre-terrorisme pour réviser la « kill list ». Seul le Congrès est informé des frappes effectuées, mais les observateurs indépendants estiment que le nombre d'activistes ainsi éliminés au Pakistan et au Yemen s'est fortement accru depuis 2009, date de l'arrivée à la Maison-Blanche de Barack Obama.

Partager cet article
Repost0
21 mai 2013 2 21 /05 /mai /2013 05:55
Le PDG de Dassault Aviation, Eric Trappier, a déploré lundi l'achat par la France de deux drones de surveillance américains, soulignant que les industriels européens, disposant de la technologie, attendent toujours le lancement d'un programme européen. - photo EDA 2013

Le PDG de Dassault Aviation, Eric Trappier, a déploré lundi l'achat par la France de deux drones de surveillance américains, soulignant que les industriels européens, disposant de la technologie, attendent toujours le lancement d'un programme européen. - photo EDA 2013

20.05.2013, Le Parisien (AFP)

 

L'achat de drones américains par l'armée française ne satisfait pas du tout le groupe Dassault Aviation. Son PDG, Eric Trappier, l'a fait savoir lundi, soulignant que les industriels européens, disposant de la technologie, attendent toujours le lancement d'une coopération européenne. «Nous sommes inquiets. Voir acheter des drones américains sans avoir, au même moment, un réel lancement de programme franco-britannique ou franco-allemand, cela ne peut pas nous réjouir», a-t-il déclaré en marge du salon de l'aviation d'affaires Ebace, à Genève (Suisse).

Le ministre français de la Défense Jean-Yves Le Drian a justifié dimanche l'achat par la de deux drones de surveillance aux Etats-Unis en expliquant que la avait «raté le rendez-vous des drones» et confirmé des discussions avec Israël pour l'achat d'autres appareils. Le ministre a par ailleurs insisté sur la nécessité de «se préparer à construire au niveau européen des drones d'une nouvelle génération susceptibles d'être les remplaçants des drones» qui sont sur le point d'être achetés.

«Bae Systems, et Dassault pourraient trouver un terrain d'entente»

Eric Trappier a souligné que, sur ce point, aucun besoin n'a pour l'heure été défini. «Je n'ai pas vu de besoins communs exprimés vers nous (industriels) qui couvrent les besoins allemands, français et britanniques. Cette demande n'existe pas», a-t-il commenté. «Si elle existait, il n'y aurait pas de problème pour faire un drone entre les industriels. Bae Systems, EADS et Dassault pourraient trouver un terrain d'entente dès lors que les pays auraient émis un besoin commun», a-t-il assuré.

Partager cet article
Repost0
17 mai 2013 5 17 /05 /mai /2013 16:35
NH90 : l'Australie et Eurocopter enterrent la hache de guerre

17/05/2013 Michel Cabirol – LaTribune.fr

 

Australian Aerospace, filiale d'Eurocopter en Australie, et le ministère de la Défense australien, après deux longues années de discussions, ont signé la semaine dernière un accord qui relance le programme NH90 appelé en Australie MRH90. Eurocopter livrera un MRH90 supplémentaire.

 

C'est un dossier qui empoisonnait depuis plusieurs années les relations entre Eurocopter et l'Australie, qui avait sollicité le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, pour obtenir son aide en vue de résoudre les problèmes des NH90 de l'armée australienne. Finalement, les deux partenaires - Australian Aerospace, filiale d'Eurocopter, et le Commonwealth - après deux longues années de discussions, ont signé la semaine dernière un accord qui relance le programme NH90 appelé en Australie MRH90. "Le programme a été remis sur les rails en Australie. Nous repartons sur des bases saines et les appareils volent de plus en plus", confirme à "La Tribune" le président d'Australian Aerospace et vice-président exécutif d'Eurocopter, Dominique Maudet, qui assistait à la signature de l'accord en présence des ministres de la Défense, Stephen Smith, et des Achats militaires, Mike Kelly.

 

Avec cet accord, Eurocopter échappe au paiement de pénalités d'autant qu'un échec des négociations n'était pas impossible. Le programme MRH90 va également sortir avant la fin de l'année 2013 de la "liste noire" des programmes à risques australiens (Government's Projects of Concern List). En contrepartie, la filiale hélicoptériste d'EADS fournira tant à l'armée de terre (Army) qu'à la Marine (Navy) australiennes des capacités supérieures pour leurs MRH90 à un prix abordable dans le cadre de nouvelles conditions contractuelles. Cet accord "reconnait et valide les solutions en terme d'amélioration des capacités de l'appareil, du coût d'exploitation, des solutions de support, des prochains retrofits et calendrier de production", explique-t-on chez Eurocopter.

 

L'Australie obtient un NH90 supplémentaire

 

Les deux parties sont convenues d'un certain nombre d'extensions ou d'améliorations de l'accord, parmi lesquelles la livraison d'un 47èeme MRH90 "dans le cadre du contrat renégocié", explique-t-on chez Eurocopter. "Les ministres ont déclaré que le programme MRH est maintenant remis sur les rails et, les temps difficiles derrière nous, nous pouvons avancer avec des objectifs clairs, en toute transparence et des engagements à respecter", souligne la filiale australienne d'Eurocopter dans un communiqué. Le patron d'Australian Aerospace, le Dr Jens Goennemann a estimé que les débats entre le Commonwealth et Austalian Aerospace avaient été "justes et efficaces".

 

"La conclusion positive de cet accord vient rappeler la solidité et l'ancienneté des liens entretenus avec le ministère de la Défense australien pour réussir à mettre en œuvre l'hélicoptère multi-rôle le plus moderne de sa catégorie", note-t-on chez Eurocopter, qui emploie plus de 1.200 personnes en Australie et en Nouvelle-Zélande. La filiale d'EADS a installé à Brisbane une chaine d'assemblage pour la fabrication de 43 des 47 hélicoptères multi-rôle MRH90 destinés à l'armée de terre et à la marine australienne (12 appareils en 2004, puis 34 en 2006) ainsi que des 9 NH90 vendus à la Nouvelle-Zélande en 2006. En outre, Australian Aerospace soutient 22 Tigre ARH, achetés en 2001, un appareil de reconnaissance armée ainsi que plus de 400 hélicoptères d'Eurocopter dans la région d'Australie-Pacifique. En outre, l'entreprise soutient les avions de reconnaissance de l'armée de l'air austalienne (RAAF), les AP-3C Orion et les avions de transports, Hercule C-130J.

Partager cet article
Repost0
17 mai 2013 5 17 /05 /mai /2013 12:50
Airbus Military vise le succès planétaire pour l'A400M

17 mai 2013 Usinenouvelle.com (Reuters)

 

La filiale d'avions militaires d'Airbus (groupe EADS) compte livrer son premier appareil à l'armée de l'air française en juillet et table sur la vente de 400 A400M dans les 30 prochaines années, a indiqué jeudi 16 le président d'Airbus Military. Domingo Urena Raso espère voir l'appareil voler au salon du Bourget pour la première fois et voit grand pour l'avenir.

 

Airbus Military n'est nullement découragé par l'accouchement difficile de l'avion de transport militaire A400M et espère en faire un succès planétaire, a déclaré jeudi 16 mai son président.

 

La filiale d'avions militaires d'Airbus (groupe EADS) compte livrer son premier appareil à l'armée de l'air française en juillet et table sur la vente de 400 A400M dans les 30 prochaines années, a dit Domingo Urena Raso.

 

Développé avec la Belgique, la Grande-Bretagne, l'Allemagne, le Luxembourg, l'Espagne et la Turquie pour un coût de plus de 20 milliards d'euros, le complexe programme A400M a subi un retard de plus de quatre ans, avec notamment de gros soucis de moteur, et un dépassement de coût de plusieurs milliards d'euros.

 

"L'A400M a connu des débuts un tout petit chahutés, c'est le moins qu'on puisse dire, mais ça progresse bien", a dit Domingo Urena Raso à quelques journalistes à Paris à l'approche du salon du Bourget, du 17 au 23 juin prochains.

 

"L'objectif est de livrer quatre avions cette année, 10 avions l'année prochaine et 21 l'année suivante", a-t-il ajouté.

 

L'armée française espère la livraison de son premier A400M avant le 14 juillet, a-t-on appris jeudi auprès du ministère de la Défense.

 

L'appareil a obtenu en mars dernier son certificat de type civil complet, franchissant ainsi une étape essentielle avant la livraison du premier appareil à l'armée de l'air française.

 

IL POURRAIT VOLER LE 14 JUILLET

 

"L'objectif du ministère de la Défense, c'est la certification militaire pour le salon du Bourget et la livraison du premier avion à l'armée avant le 14 juillet", a déclaré jeudi le porte-parole du ministère de la Défense, Pierre Bayle, lors d'un point de presse.

 

"La livraison avant le 14 juillet permettrait que ce soit un équipage français qui pilote l'avion français au-dessus du défilé", a-t-il ajouté.

 

Ce double objectif a été qualifié de "tout à fait raisonnable" par Domingo Urena Raso, qui espère voir le mois prochain l'A400M voler au salon du Bourget pour la première fois et voit grand pour l'avenir.

 

"Je voudrais que cette année on vole au Bourget", a-t-il dit. "Il faut prouver que cet avion, qui a volé plus de 5.000 heures en essais, est très bon en termes de maturité. Les retours sur les essais sont très bons mais maintenant, il faut voir comment l'avion se comporte dans certains types de mission".

 

"L'objectif à l'exportation, c'est 400 avions dans les 30 prochaines années", a-t-il ajouté.

 

Le besoin urgent qu'a l'armée française d'un avion de transport militaire a été illustré récemment par le conflit au Mali.

 

Paris en a commandé 50 contre 53 pour l'Allemagne, a confirmé le président d'Airbus Military, qui a dit ne pas craindre une contraction de ces commandes malgré les difficultés économiques que traversent les pays de la zone euro.

 

"On n'a aucun signe de changement de commandes d'aucun pays", a-t-il dit, précisant que l'armée allemande devrait recevoir son premier A400M fin 2014.

Airbus Military vise le succès planétaire pour l'A400M
Partager cet article
Repost0
17 mai 2013 5 17 /05 /mai /2013 11:50
Skeldar V-200

Skeldar V-200

16 May 2013 army-technology.com

 

Saab has successfully conducted flight testing of the Skeldar V-200 vertical lift unmanned aircraft system (UAS) in an effort to demonstrate its critical capabilities at various sites across Sweden and the US.

 

Carried out primarily to demonstrate land and sea-based operations of the UAS during both day and night conditions, the flight testing fully validated its convoy shadowing, use of electro-optical/infrared (EO/IR) sensor, as well as precision landing capabilities.

 

As well as highlighting the platform's ability to perform long-range operations using tactical hand-over between ground control stations (GCS), the fully autonomous flights also verified a heavy fuel engine for the UAS.

 

The upgraded next-generation variant of the original design aviation fuel engine has been delivered and cleared for flight testing, according to the company, which also conducted several customer demonstration flights of the UAS.

 

Saab Tactical UAS product area director Mikael Franzen said: "The combination of two alternative engine types, a modular payload design, and the ability to incorporate and utilise a variety of data link systems, provides a true multi-mission capability for the Skeldar V-200 and a flexibility that enables the customer to successfully meet their mission objectives on land or at sea," Franzen said.

 

The built-in safety functionality of the Skeldar V-200 system confirmed contingency behaviours in an event of link loss, including autonomous navigation in accordance to predefined parameters, as well as auto landing and shutdown during flight tests.

 

Featuring two air vehicles and a mobile UAS control station, the Skeldar V-200 is a medium range vertical takeoff and landing (VTOL) UAS designed for reconnaissance, surveillance and target acquisition (RSTA), light cargo transportation and electronic warfare missions.

Partager cet article
Repost0
17 mai 2013 5 17 /05 /mai /2013 11:35
FIRST PHOTOS: First Boeing P-8I Joins Indian Navy

May 15, 2013 by Shiv Aroor - Livefist

 

Navy Statement: Indian Naval Aviation received a major fillip with the arrival of the first of eight Boeing P-8I Long Range Maritime Reconnaissance and Anti Submarine Warfare aircraft at Naval Air Station Rajali, Arakkonam, Tamil Nadu today, 15 may 13. Vice Admiral Bimal Verma, AVSM, Chief of Staff, Eastern Naval Command presided over the event that was attended by Commodore Puneet Bahl, Commanding Officer, INS Rajali, representatives from the Command and Integrated Headquarters, Ministry of defence (Navy) as well.

 

The P-8I aircraft, based on the Boeing 737-800(NG) airframe, is the Indian Naval variant of the P-8A Poseidon that Boeing has developed for the US Navy. The aircraft is equipped with both foreign as well as indigenous sensors for Maritime Reconnaissance, Anti Submarine operations and for Electronic Intelligence missions. The aircraft is fully integrated with state of the art sensors and highly potent Anti Surface and Anti Submarine weapons.

 

These LRMR/ ASW aircraft have been procured under the contract signed in 2009. The IN is in process of acquiring an additional four P-8I aircraft under the option clause. The induction of the P-8I aircraft into the Indian Navy would greatly enhance India's maritime surveillance capability in the Indian Ocean Region.

 

More pics

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories