Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
16 décembre 2012 7 16 /12 /décembre /2012 19:55

http://defense.blogs.lavoixdunord.fr/media/00/00/1548024709.jpg

 

15/12/2012 Par Olivier Berger, grand reporter à La Voix du Nord - Défense globale

 

REPORTAGE à KABOUL | Le dernier vol de forces combattantes françaises a quitté Kaboul. Il faudra encore six mois pour rapatrier la totalité des 1 200 véhicules et autant de containers de l'armée française.

 

En ordre. Pas de bataille mais de désengagement, selon la précision sémantique des militaires.

 

Ne leur dites pas que la coalition de quarante-sept pays de l'OTAN ne pourra jamais venir à bout de ces insurgés de tout poil de barbe. Djihadistes internationaux, talibans locaux aux objectifs flous et intérêts variables, moudjahidines endurcis par une vie de guerre, voici les maîtres des montagnes majestueuses et des vallées rocailleuses.

 

« Les insurgés ont quand même bien ramassé. La moyenne d'âge des chefs talibans est passée de 31 à 27 ans », assure un officier, sans qu'on puisse vérifier la fiabilité de la statistique mortifère. Et son intérêt car il vaut mieux s'adresser à des anciens pour négocier plutôt qu'à des jeunes chiens fous. Il ajoute en un constat légèrement amer : « C'était le bon moment pour partir. Pour eux et pour nous. Avant que les Afghans nous voient comme des ennemis étrangers, comme l'occupant. »

 

Afghanistan, kaboul, défenseLes Français partent (notre photo, un convoi transportant des VAB jusqu'à la zone de stockage de l'aéroport de Kaboul) et l'avenir de l'Afghanistan reste en suspens. « La région qui était occupée par les Français (districts de Surobi et de Kapisa) est désormais dirigée par l'Armée nationale afghane (ANA). Et les insurgés n'ont pas repris la main. C'est la preuve de leur efficacité », assure le colonel Antonelli, le chef de la mission de formation Épidote.

 

Plus on descend en grades, moins on trouve de convaincus. « Les soldats afghans sont des durs au mal mais je ne leur donne pas cinq ans avant de se retrouver à défendre Kaboul », estime le caporal-chef Loïc, d'origine douaisienne. Au camp de Warehouse, à l'est de Kaboul, où sont regroupées les ultimes forces françaises, « l'animateur » des soirées karaoké ou poker de la 1re compagnie du 35e régiment d'infanterie de Belfort serait bien resté quelques mois supplémentaires. Pour la rémunération, multipliée par plus de deux selon le grade et la situation familiale, et non assujettie à l'impôt sur le revenu...

 

Vers la sortie depuis la mort d'Oussama Ben Laden


Mais il faut bien rentrer un jour. Onze ans après les premiers pas des forces spéciales ou des agents de la DGSE sur le sol afghan. Une guerre doit avoir un sens. C'est celui de la sortie depuis la mort de Ben Laden en mai 2011.

L'armée française y a gagné un bond technologique (du treillis jusqu'au drone de surveillance) et un durcissement collectif dans une contrée hostile. Elle y a perdu 88 hommes. C'est peu. C'est énorme.

 

En ce lumineux et glacé dimanche de décembre sur le plateau de Kaboul (1 800 m d'altitude), l'adjudant Denis, du 16e bataillon de chasseurs de Bitche, trente-deux ans d'armée au compteur, n'est pas fâché de rentrer au bercail avec deux centaines de camarades de feu la Task Force La Fayette. Ils viennent de passer sept mois en Kapisa. Ils ont fermé la base avancée de Tagab le 30 septembre, celle de Nijrab le 25 novembre. Les gars du bataillon d'acier vont pouvoir souffler.

 

« La pression à Tagab était permanente. Mais l'homme finit par s'habituer à tout. Comme le camp était en dévers, il y avait trois pistes à découvert qu'on évitait de prendre. On s'est quand même fait « TIC-er » plusieurs fois », nous dit cet adjudant, au pied de l'A340 de l'armée de l'air du départ. Un TIC, dans le jargon de l'OTAN, c'est un accrochage (en anglais l'acronyme de Troops in contact).

 

Une armée de métier ne signifie pas une armée insensible au combat. Si les fermetures des bases avancées se sont globalement passées sans encombres, l'adjudant Denis se souvient encore du départ de Tagab : « À la sortie du village, un pilote de VAB (véhicule de l'avant blindé) a vu arriver droit sur lui une roquette. Il s'est dit : "Elle est pour moi. Juste quand on part." Heureusement, elle était en bout de course et son dard incandescent est venu percuter le bas de la caisse. Un peu plus haut et c'était bon. »

 

Le pilote a eu besoin de parler, pris en chargepar des psys. Le syndrome post-traumatique peut être un ennemi de l'intérieur du soldat de retour d'OPEX (opération extérieure). Le sas de décompression de Paphos à Chypre a été créé pour ça. Trois jours à se détendre dans un hôtel confortable - « cinq étoiles ici, deux étoiles à Palavas » -, à reprendre pied avec la vie normale - « ça fait tout drôle, une douche et des toilettes dans la chambre ! » -, à parler en groupe avec des spécialistes...

 

C'est là qu'on a découvert les souffrances silencieuses des hommes qui étaient à l'intérieur du VAB de Tagab. Contrairement au pilote, ils n'avaient pas vu la roquette fondre sur leur véhicule. Ils n'en dormaient plus...

« Quand on a fermé Nijrab, c'était une sorte de pré-sas après Tagab, plaisante l'adjudant Denis. Le camp de Warehouse à Kaboul, c'était presque des vacances. Maintenant Paphos. D'après ceux qui y sont déjà passés, c'est une bonne chose. Ça permet de décompresser, de se poser avant de retrouver la famille. » La vie normale.

Afghanistan, kaboul, défensePendant ce temps-là à Kaboul, le minutieux travail de rapatriement du matériel se poursuit. Intensément. À raison de deux ou trois gros porteurs Antonov par jour qui engouffrent dans leurs gueules de gymnases volants des VAB, des VBCI, des canons Caesar, des hélicoptères... Les spécialistes du détachement aérien de l'aéroport de Kaboul s'estiment dans les temps : à la moitié des 1 200 véhicules et autant de containers qui repartent vers la France. En ordre.

 

C'EST PLUS CLAIR


ONZE ANS DE GUERRE

Attentats du 11 septembre 2001 : près de 3 000 victimes.

7 octobre 2001 : début de l'opération Liberté immuable, à la poursuite d'Oussama Ben Laden.

20 décembre 2001 : début de la Force internationale d'assistance et de sécurité (FIAS), sous commandement OTAN en 2003.

9 octobre 2004 : 1ere élection présidentielle démocratique en Afghanistan. Hamid Karzaï est élu.

2 mai 2011 : Oussama Ben Laden, le chef d'Al-Qaida, est tué par un commando américain à Abbottabad, au Pakistan.

 

4 MORTS NORDISTES

David Poulain (Halluin), caporal-chef du 1er RPIMA, tué d'un tir hostile dans la région du Helmand ; Bruno Fauquembergue (Lille), adjudant-chef du CFT, à Kaboul ; Lionel Chevalier (St-Pol-sur-Mer), caporal-chef du 35e RI, tué à Tagab lors d'un accident avec son arme ; Denis Estin (Douai), adjudant-chef du 93e RAM, tué à Gwan par un tir " Green on blue ".

 

550

Le nombre de soldats souffrant de troubles psychiques en lien avec leur mission en Afghanistan, soit 6 à 7 % des personnels, selon le Service de santé des armées. L'armée américaine évalue ce chiffre à près de 20 %.

 

QUI RESTE ?

À la fin du désengagement, il ne restera que 500 soldats français à la mi-2013 : le commandement de l'aéroport de Kaboul, hôpital médico-chirurgical Role 3, formation Epidote et dans les divers QG de la FIAS.

 

INTERPRÈTES

Les Afghans qui ont travaillé avec l'armée française (les interprètes notamment) et sont « directement menacés » dans leur pays seront accueillis en France (étude cas par cas du ministère des Affaires étrangères).

 

EN SAVOIR PLUS LIRE

« Afghanistan, la guerre inconnue des soldats français », N. Mingasson. Belfond. 21€. SURFER defense.blogs.lavoixdunord.fr : diaporama de notre reportage.

Partager cet article
Repost0
11 décembre 2012 2 11 /12 /décembre /2012 12:35

ISAF-Logo

 

10 décembre 2012 par Nicolas Laffont- 45enord.ca

 

Les forces de sécurité afghanes et des membres du Commandement régional du Sud-Ouest se sont réunis les 5 et 6 décembre pour discuter des infrastructures dont les forces afghanes disposent.

 

Début décembre, le Camp Leatherneck a accueilli la ANSF Infrastructure Execution and Transition Conference. Les membres du Commandement régional du Sud-Ouest ont ainsi rencontré des membres de l’Armée nationale afghane, de la police des frontières, des policiers en uniforme et sa police nationale de l’ordre civil afin de discuter de l’infrastructure actuelle de l’Afghanistan et de moyens de l’améliorer au moment où les Afghans se préparent à prendre le contrôle complet de leur pays.

 

«Le principe est vraiment d’essayer d’avoir les forces de sécurités afghanes dans une pièce pour parler de l’infrastructure qu’ils auront», a déclaré le major de l’armée britannique Charlie Beatty, directeur en charge de la construction et du développement avec des ingénieurs du Commandement régional du Sud-Ouest. «C’est une occasion pour eux de parler de leurs plans.»

 

C’est au centre d’une pièce, dans le style d’un panel, que les forces étaient assises et que l’échange d’information se faisaient entre les deux parties.

 

Le Commandement régional du Sud-Ouest a fournit les lieux et a aider à étendre les invitations dans de nombreuses unités.

 

Le reste du travail a été fait par les Afghans, qui ont été rejoints lors de la conférence par des fonctionnaires de Kaboul.

 

«Ce que j’ai vu est très encourageant», a déclaré le sergent d’artillerie, Richard Arvey, chef de la construction des forces de sécurité afghanes pour les ingénieurs du Commandement du Sud-Ouest. «Juste la façon dont ils veulent se développer en tant que nation, ce qu’ils veulent construire. Les dirigeants avec qui nous traitons s’efforcent de mieux comprendre pour construire des infrastructures.»

 

Quelques-uns des domaines ont été abordés lors de la réunion. «(Ils ont discuté) du cantonnement et des lieux de leurs troupes pour vivre et travailler», a déclaré Arvey, à propos des exemples d’infrastructures de dirigeants des forces afghanes qu’ils trouvent importantes.

 

Ce genre de conférence a lieu tous les trois mois, ce qui permet à l’ANSF de suivre et contrôler les problèmes à mesure qu’ils surviennent et alors qu’ils continuent à construire l’Afghanistan pour atteindre de nouveaux sommets.

Partager cet article
Repost0
11 décembre 2012 2 11 /12 /décembre /2012 12:33

Explosives-and-other-bomb-making-equipment-photo-UK-MoD-APR.jpg

 

09 décembre 2012 Par Olivier Fourt - RFI

 

C'est une initiative de l'agence européenne de défense (AED), un laboratoire de lutte contre les engins explosifs improvisés (IED) en Afghanistan. Il réunit des experts d'une dizaine de pays. Rencontre avec le commandant de ce centre spécialisé dans la traque des poseurs de bombes.

09/12 Défense Laboratoire IED Kaboul
(03:00)
Partager cet article
Repost0
10 décembre 2012 1 10 /12 /décembre /2012 12:35

afghanistan-rapatriement-de-materiels-lourds-vers-la-france

 

10.12.2012 par P. CHAPLEAU Lignes de Défense

 

Outre les deux mille soldats rapatriés depuis mai 2012, 39%  des matériels et véhicules concernés par la première phase du repli français ont regagné la métropole. D'ici à la fin de l'année, ce chiffre sera porté à 48%. La seconde phase devrait durer six mois et déboucher sur le retrait d'un autre millier de soldats.

 

Le colonel Michel André, le commandant en second du CMT (centre mutimodal des transports, chargé des acheminements stratégiques en liaison, en ce qui concerne l'Afghanistan, avec le CPCO, le CICLO et PAMIR), précise que le fret concerné englobe "2 680 unités dont 1 150 véhicules et 1 530 containers".

 

Selon lui, lors des dernières semaines de décembre et des premières de janvier, "un gros effort va être consenti car les conditions climatiques seront optimales, le froid ambiant permettant de charger au maximum les gros porteurs". Ces Antonov et Boeing 747 assurent, au départ de KAIA, actuellement tout le transfert hors des emprises afghanes. "181 vols ont déjà eu lieu; 20 à 30% de ces vols (pour rapatrier du fret sensible: hélicoptères, munitions...) directement vers la France, le reste vers les EAU" où le fret est alors chargé sur des bateaux.

 

Le recours aux voies de surface est toujours envisagé. "Sur le plan technique, c'est prêt" assure le colonel André. Mais toutes les négociations entre Etats n'ayant pas encore abouti, l'utilisation de ces voies ne s'est toujours pas concrétisée. Toutefois, le cabinet du ministre français de la Défense annonce que la voie nord via l'Ouzbékistan, va faire l'objet de convois tests.

 

Ces voies de surface sont triples:
- la voie sud vers les ports du Pakistan (route la moins onéreuse),
- la voie nord via Kazakhstan: air en partant de Kaboul, voie ferrée vers les ports de la Baltique et mer,
- l'autre voie nord via l'Ouzbékistan: route vers Mazar-i-Sharif, puis voie ferrée et mer au départ des ports baltes.

 

C'est l'entreprise Daher, contractée par le MinDef, qui se charge de la mise en musique de cette manoeuvre d'exfiltration de fret.

Partager cet article
Repost0
10 décembre 2012 1 10 /12 /décembre /2012 08:55

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/d/d0/Insigne_du_1er_RHC.jpg

 

09/12/2012 Par Malika Boudiba - France 3

 

Les militaires du 1er régiment d"hélicoptères de combat de Phalsbourg ainsi que ceux de la base de défense de Phalsbourg qui étaient en Afghanistan sont rentrés en Lorraine.

 

Le ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian a embarqué samedi soir depuis l’aéroport de Paphos, à Chypre, à bord du vol militaire rapatriant 153 soldats français engagés en Afghanistan. Parmi eux , se trouvaient des hommes du 1er régiment d’hélicoptères de combat de Phalsbourg  et des hommes de la base de défense de Phalsbourg.

 

1er régiment d’hélicoptères de combat de Phalsbourg

 

Bilan de l’engagement en Afghanistan

Le 1er RHC a été engagé à quatre reprises en Afghanistan. Il a été le premier régiment d’hélicoptères à mettre le pied sur le théâtre afghan et celui qui a conduit la manoeuvre de désengagement sur ce même théâtre. Les premiers éléments de l’Aviation légère de l’armée de terre (ALAT) ont pris pied en Afghanistan en 2007. En septembre 2008, issus du 1er RHC, les premiers hélicoptères de combat français ont été projetés sur le théâtre afghan à hauteur de 3 Gazelle Viviane. Ce détachement, engagé pour une durée de 6 mois, a été le précurseur des 8 autres mandats de l’ALAT qui se sont succédés jusqu’en décembre 2012. Le 1er RHC a de nouveau été engagé en 2010 de juin à décembre. En 2012, de juin à décembre, le 1er RHC a armé le dernier bataillon d’hélicoptères. Au terme de ces multiples engagements, le 1er RHC aura conduit au cours de plus de 5 000 heures de vol, plus de 1 700 missions, dont plus de 140 évacuations médicales, évacuant ainsi plus de 200 blessés, militaires français ou afghans et civils, dont des femmes et des enfants. Il aura été engagé dans plus de 100 actions de feu, délivrant près de 30 missiles Hot et 8 000 obus de 30 mm.

 


Base de défense de Phalsbourg

 

Historique

La Base de défense (BdD) de Phalsbourg a été créée le 1er janvier 2011. Elle constitue une aire géographique regroupant dans son périmètre l’ensemble des formations et organismes du ministère de la Défense en Moselle.

 

Bilan de l’engagement en Afghanistan

Comme tout le personnel militaire, celui qui sert en GSBdD est projetable en opérations, dans sa spécialité. Durant ces 12 derniers mois, 31 militaires ont été projetés en Afghanistan sur deux mandats distincts, en renfort du GTIA en Surobi, puis en renfort de celui en Kapisa.

Partager cet article
Repost0
9 décembre 2012 7 09 /12 /décembre /2012 12:44

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/c/cc/LAV3patrol.jpg/800px-LAV3patrol.jpg

 

8 décembre 2012 par Nicolas Laffont - 45enord.ca

 

L’Institut de la Conférence des associations de la défense vient de sortir un rapport sur les opérations pangouvernementales canadiennes entre 2010 et 2011 en Afghanistan.

 

Intitulé «Opérations canadiennes pangouvernementales Kandahar – 09/2010 – 07/2011», le rapport précise d’abord que la mission en Afghanistan a permis au Canada de mettre à l’épreuve son approche des 3D – expression de sa politique étrangère formulée en 2003 – qui fusionnait les contributions militaires, diplomatiques et de développement dans les régions accablées par le conflit. Au fil du temps, cette approche 3D se transforma en une participation davantage inclusive, dite pangouvernementale, des instruments de la politique, tous ministères et agences confondus, afin d’établir les liens nécessaires à la création d’une stratégie nationale.

 

Cette transformation ne s’est pas faite sans difficultés, mais l’Institut de la Conférence des associations de la défense dit avoir constaté certains succès.

 

Ainsi, la mise en place de l’Équipe de reconstruction – Kandahar qui avait pour but de venir en aide aux autorités afghanes à créer des capacités, et la mise en place d’un héritage canadien grâce à un certain nombre d’initiatives majeures en agriculture, éducation, santé publique, primauté du droit et gouvernance en sont deux excellents exemples.

 

En même temps, la Force opérationnelle à Kandahar, avec l’aide de ses partenaires afghans, a pu, dans un premier temps, dans le sud-ouest du pays et ensuite, en 2011-2012, dans certains secteurs de la province de Kandahar, créer des zones de sécurité au sein desquelles les communautés ont pu être reliées à leurs gouvernements régional et national et mettre la population en contact avec les programmes de développement durables.

 

En 2011, au terme de sa mission de combat, les autorités canadiennes ont fait le bilan des leçons apprises en Afghanistan afin qu’elles servent à informer toute nouvelle stratégie nationale pangouvernementale.

 

Les efforts du Canada pour mener des activités interministérielles coordonnées en Afghanistan a évolué à la suite de l’élargissement de la mission de l’ISAF, le débat au Canada, et la fin de la mission de combat en 2011. À cette époque, le premier ministre Stephen Harper a expliqué le sens de ce qui avait été accompli par l’ensemble du gouvernement lors de la campagne en Afghanistan:

«Derrière chaque fille maintenant dans une salle de classe, derrière chaque bébé en bonne santé dans les bras de sa mère, derrière chaque agriculteur qui peut nourrir sa famille sans prendre les armes … derrière tous ces progrès, il y a d’innombrables actes d’héroïsme et de dévouement au devoir désintéressé par … les hommes et les femmes des Forces armées canadiennes, nos diplomates et nos travailleurs humanitaires.»

 

L’institut précise qu’à Kandahar, les gens apprécient depuis longtemps les réalisations pratiques importantes du Canada, et notamment dans les canaux d’irrigation qui ont été réparés, les écoles qui ont été construites et les centres de santé qui ont été ouverts. Mais ils se souviendront aussi des partenariats étroits dont ils jouissaient auprès des Canadiens de tous les horizons, qui les ont aidés à bâtir un avenir meilleur pour eux-mêmes et pour leurs enfants.

 

Selon le Dr. Howard G. Coombs, les amitiés forgées prévaudront et seront très probablement renforcées par les nouveaux programmes de coopération et d’assistance que le gouvernement entreprend.

 

À l’inverse, les Canadiens devraient se souvenir de ce qu’ils ont appris de leur expérience en Afghanistan et faire un effort pour que l’apprentissage ne soit pas perdu avant qu’ils ne soient redéployés dans une opération de paix internationale.

 

«Si les Canadiens aspirent à jouer un rôle de chef de file à l’international, l’expertise nécessaire à l’avenir ne sera pas en maintien de la paix traditionnel, mais dans des opérations complexes associant les compétences du militaire et du civil», conclu l’auteur du rapport.

Partager cet article
Repost0
7 décembre 2012 5 07 /12 /décembre /2012 17:20

http://www.mod.uk/NR/rdonlyres/E4979346-21C9-4CE6-BF2B-27C9D05D6D61/0/20121207FP02.jpg

RAF Police and members of The Queens Royal Lancers

talk to locals during a foot patrol around Camp Bastion

Picture MOD 2012

 

7 Dec 12 UK MoD - A Military Operations news article

 

The RAF's No 7 Force Protection Wing has taken over Force Protection duties at Camp Bastion in Helmand province, Afghanistan.

 

Camp Bastion houses a population in excess of 28,000 people, and is a critical part of the strategic air bridge, linking RAF Brize Norton in the UK with forces in Afghanistan. The airfield supports around 3,000 flights per week and is considered one of the busiest airfields in the world.

 

The Force Protection Wing's role is to maintain, alongside the US Marine Corps Headquarters Group, a fully integrated Force Protection capability. This capability exists to protect Bastion, its personnel and assets, whilst disrupting insurgent freedom of movement within a 700 square kilometre defensive zone surrounding the base.

 

No 7 RAF Force Protection Wing comprises a headquarters and a security squadron of RAF Police drawn from stations across the RAF.

 

The Wing is augmented by soldiers from the 5th Contingent from the Tongan Defence Services, an Automated Sense and Warn detachment from 16 Regiment Royal Artillery and, more recently, soldiers from The Queen's Royal Lancers' A Squadron.

 

 http://www.mod.uk/NR/rdonlyres/250C9C69-E908-43D6-806B-FB0A44C67D5A/0/20121207FP01.jpg

A gunner from 15 Squadron RAF Regiment providing protection to Camp Bastion during OP HERRICK 17

Picture MOD 2012

 

Squadron Leader Max Kroyer, Officer Commanding 15 Squadron RAF Regiment, said:

    "The squadron has quickly settled in after a successful handover and we are now in the thick of operations. All personnel are working extremely hard, employing the comprehensive training we received back in the UK. This, combined with the quality and professionalism of our personnel, enables us to continue to disrupt the insurgents' freedom of manoeuvre around Camp Bastion."

 

Senior Aircraftman Matthew White is an RAF Regiment gunner serving on 15 Squadron RAF Regiment and was particularly complimentary about the pre- deployment and in theatre training he received. He said:

    "This was the most valuable training that we could receive before we took over as Resident Field Squadron. I for one was really reassured by this training, which without doubt helped to improve my confidence. All instructors here have praised our personnel's professionalism and attitude, which reflects how well we were prepared for the mission."

Partager cet article
Repost0
7 décembre 2012 5 07 /12 /décembre /2012 17:20

http://www.mod.uk/NR/rdonlyres/3FC65959-4A03-4CD8-8D49-CC58E3BFF348/0/AMOCCCT2012227731m.jpg

Soldiers from 1st Battalion The Royal Regiment of Scotland

patrol in support of the Afghan National Army during

Operation TUUFAN – Picture MOD 2012

 

7 Dec 12 UK MoD - A Military Operations news article

 

Troops from 1st Battalion The Royal Regiment of Scotland (1 SCOTS) have supported the Afghan National Army (ANA) as they planned and led a large operation to clear an area of Afghanistan of insurgents.

 

Codenamed Operation TUUFAN or 'Storm', it involved many hundreds of troops from 3/215 Brigade of the ANA and was supported by soldiers from 1 SCOTS as part of 4th Mechanized Brigade.

 

With an objective to secure an area of central Helmand province, both sets of troops moved quickly into and through the desert or 'dashte' areas, getting ahead of schedule immediately on day one. Although coming under sporadic fire from the insurgency their progress was impressive.

 

The operation ended with six insurgents killed, one ANA soldier killed, and a weapons find including some significant pieces. The operation also involved Afghan engineers, logistics personnel, police, artillery units and IED experts.

 

See Related News for more pictures from the operation.

 

Major Andy Lumley, Officer Commanding Delta Company, 1 SCOTS, said:

    "The ANA have been really quick and they have had very little input from us as we moved behind. They have not really needed any help from us at all."

 

http://www.mod.uk/NR/rdonlyres/A72E2DC5-940A-4EF1-864D-FC9D85CB63D7/0/AMOCCCT2012227247m.jpg

An Afghan National Army warrior patrolling with a rocket-propelled grenade launcher during Operation TUUFAN

Picture MOD 2012

 

Colonel Jhang Baz, a senior Afghan Commander in the ANA's 3/215 Brigade, said:

    "The ANA is in the front line of the operations and they are followed by ISAF who support us. The main job is run by the ANA and if necessary ISAF supports us with their air support."

 

1 SCOTS are operating as the Brigade Advisory Group (BAG) in the region, providing advice and support to the ANA as part of Operation HERRICK 17. The BAG's role is to increase the confidence of the ANA and reduce the reliance on ISAF troops, ready for the end of combat operations by British forces in 2014.

 

Lance Corporal Steven Guest, who provides the force protection to the British adviser teams on the ground, said:

    "A lot of the time the ANA don't really need us to do anything for them. They seem to be able to cope with it themselves. They do a lot of good work without us having to advise.

    "When we go out to the checkpoints they are already doing patrols, fitness - some of them are really organised and switched on guys."

Partager cet article
Repost0
7 décembre 2012 5 07 /12 /décembre /2012 12:35

http://www.defense.gouv.fr/var/dicod/storage/images/base-de-medias/images/operations/afghanistan/121206-afghanistan-fin-de-mission-pour-4-helicopteres-du-bathelico/afghanistan-fin-de-mission-pour-4-helicopteres-du-bathelico/2099694-1-fre-FR/afghanistan-fin-de-mission-pour-4-helicopteres-du-bathelico.jpg

Embarquement d'un Caracal dans l'Antonov à

destination de Pau

 

06/12/2012 ministère de la Défense

 

Le 30 novembre 2012, deux hélicoptères de manœuvre du bataillon d’hélicoptères Mousquetaire (BATHELICO) ont quitté l’Afghanistan pour regagner la France. Deux hélicoptères Tigre doivent également être désengagés dans les jours qui viennent.

 

Dans le cadre du désengagement des troupes et des moyens français en Afghanistan, 2 hélicoptères de manœuvre (1 Cougar et 1 Caracal) ont été rapatriés en France par Antonov le 30 novembre dernier. Ce départ sera suivi par celui de 2 hélicoptères Tigre dans les prochains jours. Ainsi, de 8 hélicoptères, depuis le départ des Gazelle en octobre dernier, le bataillon hélicoptère passe à 4 machines : 2 hélicoptères Tigre et 2 hélicoptères de manœuvre : 1 Caracal et 1 Cougar.

 

http://www.defense.gouv.fr/var/dicod/storage/images/base-de-medias/images/operations/afghanistan/121206-afghanistan-fin-de-mission-pour-4-helicopteres-du-bathelico/afghanistan-fin-de-mission-pour-4-helicopteres-du-bathelico-4/2099699-2-fre-FR/afghanistan-fin-de-mission-pour-4-helicopteres-du-bathelico-4.jpg

 

Le bataillon Mousquetaire mandat 7 a effectué près de 700 missions, 2 340 heures de vol de jour comme de nuit en appui direct des troupes au sol ou lors des 44 missions d’évacuation sanitaire. Avec la fin du mandat de la Task Force la Fayette dont il était un bataillon subordonné et le désengagement de 4 de ses appareils, le BATHELICO passe sous le commandement opérationnel de l’état-major PAMIR et devient le DETHELICO. Il est commandé depuis le 2 décembre par le lieutenant-colonel François Gérard du 3e Régiment d’hélicoptères de combat d’Etain.

 

La manœuvre de désengagement des moyens aéromobiles participe à l’ensemble des opérations de réduction de l’empreinte militaire française sur le sol afghan. 4 hélicoptères stationnent toujours sur le tarmac de l’aéroport de Kaboul afin de poursuivre la mission d’appui des troupes au sol et de protection de la manœuvre logistique ou encore, les missions d’évacuation médicale (MEDEVAC).

Partager cet article
Repost0
3 décembre 2012 1 03 /12 /décembre /2012 20:40

http://www.defense.gouv.fr/var/dicod/storage/images/base-de-medias/images/operations/afghanistan/121203-afghanistan-creation-de-l-etat-major-pamir/afghanistan-creation-de-l-etat-major-pamir/2094610-1-fre-FR/afghanistan-creation-de-l-etat-major-pamir.jpg

Le GBR Franscisco Soriano

 

03/12/2012 Sources : EMA

 

Le 1er décembre 2012, le général de division Francisco Soriano a pris le commandement de l’état-major PAMIR. Un échelon de commandement unique qui succède à celui de la Task Force La fayette et remplace celui du National Contingent Command (NCC).

 

L’état-major Pamir (EM PAMIR) est stationné sur le camp de Warehouse à Kaboul. Il est composé d’une centaine de militaires qui ont pour mission de commander les détachements français encore présents sur le théâtre. Plus particulièrement, pour mener la conduite des opérations de désengagement logistique de l’armée française, assurer la protection de la force, soutenir les insérés français tout en poursuivant l’évolution de ses structures.

 

http://www.defense.gouv.fr/var/dicod/storage/images/base-de-medias/images/operations/afghanistan/121203-afghanistan-creation-de-l-etat-major-pamir/afghanistan-creation-de-l-etat-major-pamir-3/2094620-3-fre-FR/afghanistan-creation-de-l-etat-major-pamir-3.jpg

 

Pour remplir ces missions, l’état-major PAMIR dispose d’unités subordonnées : le bataillon logistique (BATLOG) Koufra, le Bataillon de protection Aquitaine et le bataillon d’hélicoptères Mousquetaire.

Partager cet article
Repost0
3 décembre 2012 1 03 /12 /décembre /2012 20:32

Hélicoptères Mi-17 source Ria novisiti

 

MOSCOU, 3 décembre - RIA Novosti

 

Le contrat russo-américain sur la livraison de 21 hélicoptères Mi-17V-5 à l'Afghanistan reste en vigueur malgré la décision du Sénat US d'interdire au Pentagone d'acheter des armes russes, a annoncé lundi un responsable de l'Agence russe d'exportation d'armements (Rosoboronexport).

 

"Nous en serons informés après que le président américain aura pris une décision. Pour le moment, il s'agit d'une recommandation. Le contrat reste donc en vigueur", a indiqué le responsable.

 

Le Sénat américain a approuvé vendredi dernier un amendement au budget de la défense interdisant au Pentagone toute transaction avec Rosoboronexport, notamment l'achat d'hélicoptères pour l'Afghanistan. Cela met en question la réalisation du contrat russo-américain de 367 millions de dollars sur l'acquisition de 21 hélicoptères de combat Mi-17V-5 à l'Afghanistan, signé par le Pentagone et Rosoboronexport en mai 2011.

 

L'été dernier, la Russie et les Etats-Unis ont signé un avenant sur l'achat de 12 hélicoptères Mi-17 supplémentaires, de pièces de rechange et d'équipements destinés à l'armée afghane, pour plus de 200 millions de dollars.

 

En 2008, les Etats-Unis ont déjà introduit des sanctions contre Rosoboronexport qui l'ont accusé d'avoir fourni des armes à l'Iran en violation du régime de la non-prolifération. Les autorités russes ont déclaré à maintes reprises que leurs négociations avec l'Iran portaient sur des armes défensives qui ne tombent pas sous le coup des sanctions de l'ONU. L'administration de Barack Obama a levé les sanctions américaines en mai 2010.

Partager cet article
Repost0
3 décembre 2012 1 03 /12 /décembre /2012 20:11

http://www.defense.gouv.fr/var/dicod/storage/images/base-de-medias/images/operations/afghanistan/121203-afghanistan-le-centre-meteo-air-deployable-de-douchanbe-a-replie-ses-ailes/afghanistan-le-centre-meteo-air-deployable-de-doushamnbe-a-replie-ses-ailes/2094569-1-fre-FR/afghanistan-le-centre-meteo-air-deployable-de-doushamnbe-a-replie-ses-ailes.jpg

Préparation d'un lâcher de ballon météorologique.

 

03/12/2012 Sources : EMA

 

Le 25 novembre 2012, le centre météo air déployable (CMAD) de Douchanbé a émis son dernier bulletin météo. Mis en place depuis sept ans, le CMAD a fourni les prévisions météorologiques nécessaires à l’accomplissement des missions de toutes les unités opérant sur le théâtre Afghan.

 

Le 25 novembre 2012, le CMAD de Douchanbé est retourné en France après sept ans de mission au service des forces françaises en Afghanistan. Mis en place en 2005 pour assurer le soutien météorologique des Mirage 2000D déployés sur l’aéroport de Douchanbé, le CMAD a étendu sa mission en fournissant les prévisions météorologiques aux différentes unités opérant sur le théâtre afghan. Sa mission était de soutenir la préparation et la conduite des opérations terrestres et de prévenir des risques météorologiques au niveau des différentes installations sur le théâtre.

 

Le CMAD a aussi contribué à la formation organisée pour les météorologistes de l’armée de l’air du Tadjikistan, nouvelle spécialité au sein des forces de ce pays.

Durant ces sept ans, ce sont près de 120 météorologistes et autant de techniciens du Groupement Tactique des Systèmes d’Information et de Communications Aéronautiques de la base aérienne 105 d’Evreux qui ont travaillé à la réussite des missions opérationnelles sur le théâtre afghan.

 

http://www.defense.gouv.fr/var/dicod/storage/images/base-de-medias/images/operations/afghanistan/121203-afghanistan-le-centre-meteo-air-deployable-de-douchanbe-a-replie-ses-ailes/afghanistan-le-centre-meteo-air-deployable-de-doushambe-a-replie-ses-ailes-2/2094574-2-fre-FR/afghanistan-le-centre-meteo-air-deployable-de-doushambe-a-replie-ses-ailes-2.jpg

Un prévisionniste de la station météo de Doushambé au travail

Partager cet article
Repost0
3 décembre 2012 1 03 /12 /décembre /2012 17:34

Hélicoptères Mi-17 source Ria novisiti

 

WASHINGTON, 1er décembre - RIA Novosti

 

Le Sénat américain a approuvé vendredi l'amendement au budget de la défense interdisant au Pentagone toute transaction avec l'Agence russe d'exportation d'armements (Rosoboronexport), notamment l'achat d'hélicoptères pour l'Afghanistan.

 

"Les contribuables américains ne doivent pas financer même indirectement le massacre des citoyens syriens, d'autant plus que [le matériel militaire pour l'Afghanistan] peut être acheté à des producteurs américains. En poursuivant notre coopération avec l'Agence Rosoboronexport, nous torpillons la politique américaine envers la Syrie ainsi que nes efforts de soutien au peuple syrien", a annoncé le sénateur républicain  John Cornyn.

 

Le document entrera en vigueur avec la signature de la loi sur le budget de la défense par le président américain. Un amendement analogue a été adopté fin juillet par la Chambre des représentants des Etats-Unis. 

 

En mars dernier, plusieurs sénateurs américains ont appelé le chef du Pentagone, Leon Panetta, à reconsidérer le contrat conclu avec Rosoboronexport en raison de "la poursuite de ses contacts avec le régime de Bachar el-Assad qui conduit des attaques systématiques contre la population syrienne".

 

En 2011, le Pentagone et l'agence russe d'exportation d'armements Rosoboronexport ont conclu un contrat portant sur la fourniture de 21 hélicoptères Mi-17V5 à l'armée afghane pour un montant total de 367,5 millions de dollars. Le document prévoyait en outre la possibilité de livraison de 12 hélicoptères supplémentaires en Afghanistan.

 

Il y a un mois, le département militaire américain a annoncé qu'il ne renoncerait pas à ce contrat.

 

De 2008 à 2010, Rosoboronexport a fait l'objet des sanctions de la part de Washington qui l'accusait de violer le régime de non-prolifération nucléaire en livrant des armes à l'Iran.

Partager cet article
Repost0
3 décembre 2012 1 03 /12 /décembre /2012 17:32

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/1/17/Nangarhar_Airport.jpg/800px-Nangarhar_Airport.jpg

photo Todd Huffman

 

KABOUL, 2 décembre - RIA Novosti

 

Une attaque de l'aéroport de Jalalabad (est de l'Afghanistan) perpétrée dimanche matin par les talibans a fait dix morts dont cinq membres des forces de sécurité afghanes et cinq talibans, annonce l'agence Pajwak.

 

Selon Hazrat Hussein , un porte-parole de la police de la province du Nangarhar, où se trouve Jalalabad, vers 06 heures locales (02h00 UTC), un groupe de terroristes armés a attaqué des bases militaires déployées sur le territoire de l'aéroport. Deux kamikazes se sont donnés la mort près de l'entrée principale de l'aéroport, plusieurs terroristes ont essayé par la suite de faire irruption dans son territoire.

 

Les échanges de tir on fait cinq morts parmi les Afghans (trois gardes et deux civils), tandis que les assaillants ont perdu cinq hommes, selon la police.

 

L'aéroport de Jalalabad abrite l'une des plus importantes bases aériennes de la Force internationale d'assistance à la sécurité (ISAF) en Afghanistan, tenue par l'armée américaine, laquelle compose plus des deux tiers des troupes internationales.

Partager cet article
Repost0
1 décembre 2012 6 01 /12 /décembre /2012 12:50

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/5/54/HellenicArmySealFlag.svg/250px-HellenicArmySealFlag.svg.png

 

30.11.2012, La Voix de la Russie

 

Le ministère de la Défense de Grèce a achevé le retrait de ses unités d'Afghanistan. Un bataillon spécial a quitté Kaboul avec l'ensemble de son matériel, précise le communiqué du ministère.

 

La mission du contigent grec en Afghanistan commencée le 17 février 2002 a pris fin. Le ministère de la Défense explique le retrait par la réduction du budget militaire et les économies. Son communiqué indique qu'en 2011 l'entretien de la mission militaire à Kaboul a coûté 6,8 millions d'euros et en 2010, 7,7 millions

Partager cet article
Repost0
1 décembre 2012 6 01 /12 /décembre /2012 08:45

http://www.armenews.com/IMG/arton84814-480x270.jpg

 

30 novembre 2012, Stéphane - armenews.com

 

Le ministre de la Défense Nationale Seyran Ohanian s’est rendu en Afghanistan pour discuter de l’avenir de la présence militaire de l’Arménie avec des chefs militaires Afghans et des commandants de l’OTAN.

 

Le Ministère arménien de la Défense Nationale a dit que Seyran Ohanian rencontrera le Ministre afghan de la Défense Nationale Bismillah Khan Mohammadi, le général Nick Carter, vice commandant de la Force internationale d’assistance et de sécurité (FIAS) de l’OTAN (ISAF) pour l’Afghanistan et le Général Erich Pfeffer, commandant allemand de la FIAS pour la zone Nord.

 

« Les questions d’intérêt mutuel lié à la participation de l’Arménie dans la FIAS et de nouveaux programmes seront discutées pendant les réunions » a dit le ministère dans une déclaration.

 

La déclaration ajoute que Seyran Ohanian rendra visite aussi aux villes situées dans le nord de l’Afghanistan Kunduz et Mazar-e-Sharif pour inspecter les 130 soldats arméniens servant sous le commandement allemand.

 

L’Arménie a triplé la taille de son contingent militaire en juin l’année dernière. Seyran Ohanian avait dit en ce temps là que le déploiement de troupe complémentaire en Afghanistan augmentera les liens de l’Arménie avec l’OTAN.

Partager cet article
Repost0
30 novembre 2012 5 30 /11 /novembre /2012 18:54

http://www.defense.gouv.fr/var/dicod/storage/images/base-de-medias/images/air/actualites/images-2012/images-novembre-2012/a-gauche-le-general-mercier-cemaa-en-compagnie-du-general-adam-commandant-l-aeroport-de-kaboul/2092205-1-fre-FR/a-gauche-le-general-mercier-cemaa-en-compagnie-du-general-adam-commandant-l-aeroport-de-kaboul.jpg

A gauche, le général Mercier, CEMAA, en compagnie

du général Adam, commandant l'aéroport de Kaboul

 

30/11/2012 Actus Air

 

Le général Denis Mercier, chef d’état-major de l’armée de l’air (CEMAA), accompagné du médecin général Jean Debonne, directeur central du service de santé des armées, s’est rendu sur l’aéroport international de Kaboul (KAIA) en Afghanistan, les 26 et 27 novembre 2012.

 

A son arrivée sur le théâtre, le CEMAA a été accueilli par le général Olivier de Bavinchove, chef d'état-major de la Force internationale d'assistance et de sécurité (FIAS) et Senior National Representative (SNR) des éléments français en Afghanistan et par le général Philippe Adam, commandant l’aéroport de KAIA depuis le 01 octobre dernier.

 

http://www.defense.gouv.fr/var/dicod/storage/images/base-de-medias/images/air/actualites/images-2012/images-novembre-2012/le-general-mercier-au-centre-de-l-equipe-a-rencontre-le-personnel-francais-insere-dans-l-aeroport-de-kaboul/2092773-1-fre-FR/le-general-mercier-au-centre-de-l-equipe-a-rencontre-le-personnel-francais-insere-dans-l-aeroport-de-kaboul.jpg

 

Ce premier déplacement du général Mercier en Afghanistan en tant que CEMAA lui a permis de visiter certaines installations majeures de l’aéroport, comme la tour de contrôle ou le centre opérationnel de la sécurité de la base. Le général Mercier a également pu découvrir la zone de transit du détachement de transit interarmées aérien (DETIA), ainsi que les installations du bataillon d’hélicoptères français.

 

http://www.defense.gouv.fr/var/dicod/storage/images/base-de-medias/images/air/actualites/images-2012/images-novembre-2012/presentation-d-un-helicoptere-tigre-du-bathelico/2092845-1-fre-FR/presentation-d-un-helicoptere-tigre-du-bathelico.jpg

 

Durant cette visite de terrain, le CEMAA a aussi pu échanger avec les aviateurs insérés au sein de l’aéroport afghan et recueillir ainsi leurs impressions sur cette mission importante au sein de la coalition. La gestion d’une plate-forme aéroportuaire en zone de crise, à des milliers de kilomètre de la métropole, est au cœur des compétences de l’armée de l’air comme l’a souligné le général Mercier au cours de son déplacement.

Partager cet article
Repost0
29 novembre 2012 4 29 /11 /novembre /2012 12:50

ISAF-Logo

 

29.11.2012,  La Voix de la Russie

 

Le contingent géorgien déployé en Afghanistan sera presque doublé, a déclaré le ministre géorgien de la Défense, Irakli Alassania, rapporte ITAR-TASS.

 

« Le nombre de militaires géorgiens déployés en Afghanistan passera de 800 à 1 570 hommes », a indiqué le ministre dans un communiqué. Le contingent géorgien fait partie de la Force internationale d'assistance et de sécurité (FIAS) qui opère en Afghanistan sous le commandement de l'OTAN.

 

« Notre participation à la mission prouve que la Géorgie est un acteur important en matière de sécurité internationale », a souligné M. Alassania. Selon le communiqué, la Géorgie a l'intention de continuer à envoyer des militaires en Afghanistan pour aider les forces de sécurité locales après le retrait des troupes coalisées prévu pour 2014. Au total, 18 militaires géorgiens ont été tués en Afghanistan ces trois dernières années.

Partager cet article
Repost0
29 novembre 2012 4 29 /11 /novembre /2012 08:50

http://newsimg.bbc.co.uk/media/images/45452000/gif/_45452963_kyrgyzstan_466.gif

source bbc.co.uk

 

BICHKEK, 28 novembre - RIA Novosti

 

Le président kirghiz Almazbek Atambaïev a réaffirmé mercredi, dans une interview à la chaîne de télévision Rossia-24, son intention d'achever d'ici la fin 2014 le retrait des militaires américains de leur base aérienne dans l'aéroport de Bichkek "Manas", où ils sont déployés depuis 2001.

 

"Je m'applique toujours à tenir mes promesses. En 2010, il y a eu au Kirghizstan des personnes qui ont insisté sur la rupture de l'accord avec la coalition, exigeant que cette base se retire avant 2014. J'ai rencontré des représentants de la coalition et du département d'Etat américain pour leur dire que nous sommes un pays civilisé qui respecte tous ses engagements internationaux", a déclaré M.Atambaïev.

 

Et de rappeler qu'en 2010, il avait également déclaré à l'administration américaine qu'après 2014, l'aéroport "Manas" devrait rester civil, sans aucune présence militaire.

 

Néanmoins, les Etats-Unis ont plus d'une fois souligné qu'ils comptaient sur la poursuite du dialogue avec Bichkek sur l'avenir de leur base aérienne.

 

La base américaine baptisée Centre de transit a été implantée dans l'aéroport international de la capitale kirghize en décembre 2001. Elle assure près de 30% des ravitaillements en vol des avions participant à l'opération de l'Otan en Afghanistan. Selon les informations officielles, les effectifs du Centre de transit comptent près de 1.500 militaires et civils américains. L'accord prévoyant le fonctionnement de la base arrive à échéance en 2014.

Partager cet article
Repost0
28 novembre 2012 3 28 /11 /novembre /2012 18:30

http://warisboring.com/wp-content/uploads/2009/06/article-1020488-0066785600000258-415_468x316.jpg

 

28 novembre 2012 Guysen international News

 

Le gouvernement allemand a approuvé mercredi un nouveau plan de réduction des effectifs militaires en Afghanistan, diminuant d'un tiers la présence militaire dans le pays en 2013. Selon ce plan, le nombre de soldats présents en Afghanistan passera de 4.900 à 3.300 d'ici à la fin de l'année 2013.Cette réduction entre dans le programme de retrait des troupes mis en place par l'Allemagne, qui prévoit le retour de l'ensemble des troupes de combat avant la fin de l'année 2014.

Partager cet article
Repost0
28 novembre 2012 3 28 /11 /novembre /2012 12:20

US soldiers Afghanistan source defenseWeb

 

Nov. 26, 2012 – Defense News (AFP)

 

WASHINGTON — President Barack Obama is weighing plans to keep roughly 10,000 U.S. troops in Afghanistan after the NATO-led force hands over security to the Afghan government, a senior U.S. official said Nov. 26.

 

The troop levels under consideration remain tentative but the official, who spoke on condition of anonymity, said options under consideration range from 6,000 to 15,000 Americans in boots on the ground.

 

“It’s in that ballpark,” the official told AFP, confirming an earlier report by the Wall Street Journal.

 

A Pentagon spokesman declined to discuss possible troop numbers after the NATO-led combat mission formally ends by 2015. But Defense Secretary Leon Panetta said earlier this month that the White House was studying options from the U.S. commander in Afghanistan, Gen. John Allen, and would be making a decision within a “few weeks.”

 

The follow-on force would carry out counter-terrorism operations against al-Qaida, and provide training and logistical support for Afghan forces, Panetta said on Nov. 12, speaking to reporters during a trip to Asia.

 

Although Washington has committed to pulling out the bulk of the 67,000 U.S. troops now in Afghanistan by the end of 2014, the United States also has promised to keep a follow-on force on the ground under an agreement with Kabul.

 

But Obama has yet to announce how many troops would stay in Afghanistan beyond 2014, and retaining a force in the country would require delicate negotiations with the Afghan government to resolve legal issues and access to bases in the country.

 

Once Obama decides how many troops to keep in the country after 2014, Allen is due to issue recommendations soon on the pace of the planned troop drawdown in the run-up to the 2014 deadline.

 

Apart from American troops in Afghanistan, there are about 37,000 forces from NATO and coalition partners in the country, while the Afghan government has 337,000 soldiers and police.

 

U.S. and Afghan officials launched talks on Nov. 15 to hammer out a status of forces agreement that would allow American forces to stay on after 2014.

 

U.S. officials and military officers have stressed that Washington does not seek any permanent bases in Afghanistan, but they will be keen to secure access to airfields and bases while extracting promises of legal protection for American soldiers stationed in the country.

 

However, Afghan President Hamid Karzai has warned of possible disagreement over the sensitive issue of immunity from prosecution for any American or NATO soldiers deployed after 2014.

 

In Iraq, the United States pulled out all its troops, leaving no residual force, after failing to persuade Baghdad to grant its soldiers immunity from prosecution in local courts.

Partager cet article
Repost0
27 novembre 2012 2 27 /11 /novembre /2012 18:28

Bw-TIGER-Tiger-UHT-ASGARF-F-two

 

26 November 2012 army-technology.com

 

The German Army is planning to deploy the Tiger multi-role combat helicopter in Afghanistan in December 2012 to safeguard its soldiers against aerial attacks, following a comprehensive testing programme.

 

The detachment includes four helicopters, of which two will be responsible for conducting aerial reconnaissance missions and providing fire support for ground-based troops, while the remaining two will serve as a technical reserve.

 

Deployed with the 36 Combat Helicopter Regiment, the detachment is scheduled to become fully operational by the end of February 2013.

 

Additional responsibilities of the helicopters include improvement of convoy protection and monitoring patrols, in addition to serving as armed escorts to other army aircraft deployed in Afghanistan.

 

The helicopters were delivered by Eurocopter in September 2012 as part of the Afghanistan Stabilization German Army Rapid Deployment (ASGARD) programme, as agreed by the Federal Office of Defence Technology and Procurement in late 2011.

 

ASGARD configuration helicopters feature a sand filter, additional defence weaponry, a mission data recorder, as well as enhanced communications equipment to support German army's combat operations in Afghan terrain.

 

Germany had originally ordered 80 Tiger UHT multi-role fire support helicopters from Eurocopter under a €3bn (£2.6bn) deal in 1998, but this number was halved in May 2010 due to technical problems.

 

Eurocopter is scheduled to start delivery of a second batch of an additional four ASGARD configuration helicopters from December 2012 onwards.

 

Powered by two MTU Turbomeca Rolls-Royce MTR390 turboshaft engines, the Tiger UTH is a two-seat attack helicopter designed to conduct precise day and night surveillance and fire support missions.

 

Meanwhile, Germany is also planning to send a detachment of four NH90 helicopters to Afghanistan for forward air medical evacuation of injured warfighters.

Partager cet article
Repost0
27 novembre 2012 2 27 /11 /novembre /2012 17:55

http://www.defense.gouv.fr/var/dicod/storage/images/base-de-medias/images/operations/afghanistan/121127_afghanistan-les-soldats-de-la-tf-la-fayette-quittent-les-dernieres-emprises-en-kapisa-et-en-surobi/depart-emprises/2085381-1-fre-FR/depart-emprises.jpg

 

27/11/2012 Sources : EMA

 

Les 24 et 25 novembre 2012, la Task Force La Fayette a quitté les dernières emprises où elle était encore présente dans la province de Kapisa et dans le district de Surobi. En effet, ils étaient encore quelques français à conseiller et soutenir les forces de sécurités afghanes dans cette zone.

 

Le 24 novembre, les derniers éléments présents à l’Operation Coordination Center Province (OCCP) de Mahmud e Raki (MeR) ont été désengagés. Au total, une quinzaine de conseillers militaires (ou Advisor team, AT) et autant de soldats assurant leur protection étaient présents sur ce poste avancé. Ils étaient chargés de former, conseiller et accompagner l’OCCP. Cet organe indispensable a permis la coordination des actions des forces de sécurité afghanes afin d’assurer la sécurisation de la province. Après plusieurs mois de formation et de conseil, l’OCCP est à présent totalement autonome pour assurer ses missions.

 

Le 25 novembre a été marqué par le départ des conseillers « Etat-major » du poste opérationnel avancé (COP) de Naghlu. Ces derniers ont formé puis conseillé l’état-major de la 3e Brigade de l’armée nationale afghane. Le colonel Leroux, Senior mentor, a transféré sa mission au lieutenant-colonel Kuth de l’US Army, achevant ainsi de façon définitive la présence française en Surobi. Pour mémoire, les conseillers du kandak35, spécialistes du soutien, et du kandak34, spécialistes génie et artillerie étaient également stationnés à Naghlu.

 

http://www.defense.gouv.fr/var/dicod/storage/images/base-de-medias/images/operations/afghanistan/121127_afghanistan-les-soldats-de-la-tf-la-fayette-quittent-les-dernieres-emprises-en-kapisa-et-en-surobi/depart-emprises-2/2085386-1-fre-FR/depart-emprises-2.jpg

 

Travaillant pendant près de 7 mois au contact des militaires afghans de la 3eBrigade, l’équipe partante a participé à une dizaine d’opérations de niveau brigade et a largement contribué à la mise en place d’un parcours contre-IED, permettant ainsi à la brigade d’être autonome dans la découverte et la destruction des engins explosifs improvisés (IED).

 

Fait marquant de la montée en puissance des forces afghanes, les membres des AT sont passés, durant leur mandat, d’une position de mentoring (OMLT), où ils étaient formateurs, a une position d’advisor (AT), donc de conseillers, à partir de juillet 2012. Les AT de MeR et de Naghlu rentreront en France dans quelques jours.

 

http://www.defense.gouv.fr/var/dicod/storage/images/base-de-medias/images/operations/afghanistan/121127_afghanistan-les-soldats-de-la-tf-la-fayette-quittent-les-dernieres-emprises-en-kapisa-et-en-surobi/depart-emprises-3/2085391-1-fre-FR/depart-emprises-3.jpg

 

Dorénavant, la quasi-totalité des soldats français sont à présent concentrés sur Kaboul. D’ici à la fin de l’année 2012, ils ne seront plus que 1500 militaires sur le territoire afghan, dont un millier destiné à terminer la manœuvre logistique de désengagement des matériels français.

Partager cet article
Repost0
27 novembre 2012 2 27 /11 /novembre /2012 17:30

Heron UAV photo Rex Features

 

27.11.2012, Oleg Severguine - La Voix de la Russie

 

La mission de la Bundeswehr en Afghanistan risque de ne pas se terminer, estiment des experts allemands et les médias. Leurs préoccupations se basent sur l’information selon laquelle le Pentagone, dans le cadre de la mission de l’OTAN à l’Hindou Kouch après 2014, prévoit y placer à peu près 10 000 ses soldats.

 

Mais ce n’est qu’un chiffre de référence pour ceux des alliés européens qui sont prêts à participer à cette mission, car, toujours selon des experts, il faut au moins 25 000 militaires étrangers pour former et soutenir l’armée et la police afghanes. Donc, 10 000 GI US plus les militaires européens.

 

D’après les spécialistes militaires, la Bundeswehr dont les effectifs sont à la troisième place après les USA et la Grande-Bretagne devra fournir 1000 - 1 500 soldats. Les débats se déroulent sur le fonds de la validation, par le gouvernement, du mandat de la Bundeswehr pour 2013 qui prévoit pour le début de 2014 la réduction de son contingent. Selon les sondages effectués, 2 /3 d’Allemands demandent le retour des soldats à la maison. On sait également que la France a terminé ses opérations de combat à l’Hindou Kouch avant terme et d’ici vers le mois de décembre ses unités de combat reviendront à la patrie. Plus tôt, les Pays-Bas ont retiré leurs troupes de l’Afghanistan.

 

La future mission est dénommée ITAAM (International Training Advice and Assistance Mission). Et il n’y a que les USA qui ont fourni les chiffres précis. Et c’est le sommet de l’alliance qui s’en chargera l’année prochaine. Pour le moment les experts se demandent si la présence militaire en Afghanistan aidera à installer la paix et le calme. Le spécialiste des problèmes afghans de la Société allemande chargée de la politique extérieure (DGAP) KevinFrancke, a dit à La Voix de la Russie que la future mission de l’OTAN à l’Hindou Kouch est justifiée.

 

« Il est tout à fait clair qu’il faudra plus d’une année pour former l’armée et la police afghanes pour qu’elles soient à même d’assurer la sécurité du pays, - dit-il. - La présence des troupes étrangères ne pourra jamais y provoquer la guerre civile. Juste au contraire : leur absence pourrait déclencher une lutte entre les tribus locales. Et ainsi, après 2014 la tournure des événements sera imprévisible ».

 

Les effectifs US pour la nouvelle mission ne semblent pas excessifs à Kevin Francke.Viktor Litovkine, rédacteur de la « Revue militaire indépendante » estime que les chiffres sont sans aucune importance.

 

« Ce n’est pas demain que la situation en Afghanista va se calmer. C’est pourquoi on ne peut que se réjouir des efforts visant à la formation de l’armée et de la police afghanes. L’Afganistan, c’est pour longtemps ».

Partager cet article
Repost0
27 novembre 2012 2 27 /11 /novembre /2012 13:50

http://www.defense.gouv.fr/var/dicod/storage/images/base-de-medias/images/operations/afghanistan/121126_fin-de-la-task-force-la-fayette-6/fin-tf6/2083752-1-fre-FR/fin-tf6.jpg

 

26/11/2012 Sources : EMA

 

Le 25 novembre 2012 a eu lieu sur la place d’armes du Camp Warehouse à Kaboul, la cérémonie de transfert de la zone de responsabilité de la Task Force La Fayette 6 (TFLF 6) à la 3e brigade de l’armée nationale afghane (ANA). Ce transfert marque le désengagement de la brigade La Fayette en Afghanistan.

 

En présence de Monsieur Bajolet, ambassadeur de France, du général de corps d’armée de Bavinchove, chef d’état-major de l’ISAF et commandant l’opération PAMIR, du général Mayville, commandant le Regional Command East (RCE), du général Waziri, commandant le 201e Corps, du général Barakatullah, commandant la troisième brigade de l’armée nationale afghane et du général Hautecloque–Raysz, commandant la TFLF 6, la cérémonie a marqué la fin de la mission de la TFLF 6 sous les ordres du RCE.

 

http://www.defense.gouv.fr/var/dicod/storage/images/base-de-medias/images/operations/afghanistan/121126_fin-de-la-task-force-la-fayette-6/fin-tf6-2/2083757-1-fre-FR/fin-tf6-2.jpg

 

Ce transfert marque également le désengagement de la Brigade La Fayette après plus de trois années en Kapisa et Surobi. L’occasion pour le général Mayville, commandant le RCE, de saluer la qualité du travail effectué et de rendre un vibrant hommage aux soldats français qui se sont battus, avec abnégation et jusqu’au sacrifice suprême, pour la liberté du peuple afghan : “ TFLF has made significant progess in the RC EAST campaign during course of its deployement, and TF has made irreversible progress towards ANSF development as well as security in the Kapisa province… Today, the 3rd ANA brigade is one of the most capable ANA brigades in RC-East. To the soldiers and leaders of TF La Fayette : it has been a privilege to fight alongside you. Thank you for your tremendous accomplishments and sacrifices.”

 

http://www.defense.gouv.fr/var/dicod/storage/images/base-de-medias/images/operations/afghanistan/121126_fin-de-la-task-force-la-fayette-6/fin-tf6-3/2083762-1-fre-FR/fin-tf6-3.jpg

 

Dernier mandat des forces françaises engagées en Kapisa Surobi, la TFLF 6 est l’héritière des brigades précédentes. Au fil des années, et depuis 2009, de nombreux projets ambitieux ont été réalisés autour des trois axes d’efforts qu’ont été la sécurité, la gouvernance et le développement. Le projet d’électrification d’une partie de la province de Kapisa aura ainsi permis de fournir de l’énergie à plus de 12 000 habitants à travers la province. Plus de 800 projets d’actions civilo-militaires ont été menés pour aider au développement et faciliter la vie des populations et de son administration. La plus belle réussite aura été la montée en puissance de la 3e brigade ANA, que la TFLF a accompagné durant trois ans. Durant cette période, près de 20 000 soldats se sont succédés dans la province de Kapisa et le district de Surobi, au sein des 2 groupements tactiques interarmes déployés (pour mémoire, les GTIA Kapisa et GTIA Surobi), du bataillon d’hélicoptères et des éléments organiques de la brigade.

 

http://www.defense.gouv.fr/var/dicod/storage/images/base-de-medias/images/operations/afghanistan/121126_fin-de-la-task-force-la-fayette-6/fin-tf-6-4/2083767-1-fre-FR/fin-tf-6-4.jpg

 

Aujourd’hui, les ANSF sont désormais capables de concevoir, planifier et conduire toutes leurs opérations en autonomie. La France, à travers la TFLF, a tenu ses engagements vis-à-vis de ses alliés de la coalition et des forces de sécurités afghanes, en restant présente jusqu’au bout. En transférant la responsabilité de cette zone aux forces de sécurité afghane, elle achève sa mission avec le sentiment et la fierté du devoir accompli.

 

La majorité des soldats français sont à présent concentrés sur les camps de Warehouse et de Kaboul International Airport (KAIA) pour finir l’opération logistique de rapatriement des matériels français. La France reste fidèle à ses engagements vis-à-vis de ses partenaires, notamment à travers le commandement de l’aéroport international de Kaboul, mais aussi par sa participation aux missions de formation de l’ANA et au sein des différents états-majors de l’ISAF, et enfin avec le groupement médico-chirurgical de KAIA.

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories