Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
22 mai 2012 2 22 /05 /mai /2012 20:42

Canadian Army Flag.svg

 

22 mai 2012 à 21:39 Guysen international news

 

Le Canada retirera ses soldats d'Afghanistan le 31 mars 2014, a annoncé hier le Premier ministre canadien Stephen Harper après le sommet de deux jours de l'Organisation du traité de l'Atlantique Nord (OTAN) organisé à Chicago.

Partager cet article
Repost0
22 mai 2012 2 22 /05 /mai /2012 19:12

EU UN build corner

 

21/5/2012 European Union Ref: EU12-168EN

 

Summary: 21 May 2012, Chicago - Main messages of European Commission President José Manuel Barroso at the NATO summit in Chicago Meeting on Afghanistan at the level of Heads of State and/or Government

 

The transition which is about to be concluded must now give rise to a tranformation. Transformation of Afghanistan into a stable, prosperous, self sufficient State.

 

The EU and its Member States provide more than EUR 1billion a year in support. This strong engagement will continue in the future. EU Member States contribute with more than 25% of ISAF forces.

 

Security and development go hand in hand. The EU's support will therefore remain multidimensional ranging from security to institution and capacity building and socio-economic development.

 

On the security dimension our support has concentrated on the reinforcement of the country's policing capacity. A civilian police force is critical. The EUPOL mission is assisting on training and improving links between the justice sector and security.

 

The EU is increasing its support from the EU budget for civilian police to 170 million EUR (220 USD million) over the period 2011-2013, which represents a 20% increase.

 

The EU will continue to prioritise support to Afghanistan beyond 2014.

 

The Afghan government must also implement reforms in key areas and the international community as a whole should also step up its engagement.

 

My message here today is that we will do our part to ensure that Afghan development is both durable and secure. Our commitment is not only to the country's young men and women today, but also to the generations yet to come.

 

Background:

 

EU support to Afghanistan today:

1.2 billion EUR per year (EU budget and Member States combined)

Thereof: 200 million EUR per year from the EU budget, including support for the civilian police.

Partager cet article
Repost0
22 mai 2012 2 22 /05 /mai /2012 18:19

Norway.svg

 

May 22, 2012 defpro.com

 

NATO and its partners agreed at the Chicago summit on continued support for Afghan security forces, including for the post-2014 period. Norway will provide NOK 150 million* a year for the Afghan army and police force after 2014.

 

When the ISAF mission comes to an end in 2014, Norway will increase its funding for the security sector in Afghanistan, bringing its total funding to NOK 150 million a year (around NOK 60 million for the army and NOK 90 million for the police).

 

Norway's Minister of Foreign Affairs Jonas Gahr Støre commented, “Norway has been a driving force for a long-term approach to Afghanistan. We are therefore pleased that the international community is commiting itself to continued support for the Afghan security forces after the ISAF mission comes to an end and NATO’s forces are withdrawn. Norway will contribute to this effort, and we also aim to maintain our high level of civilian aid.”

 

When the ISAF mission comes to an end in 2014, the Afghan National Security Forces (ANSF) will be responsible for security in the whole of Afghanistan. Then NATO will primarily have an advisory role in addition to training Afghan forces.

 

Minister of Defence Espen Barth Eide said, “Recent developments have shown that the Afghan security forces are well prepared. When terrorists attacked Kabul and other targets in the country in April, it was Afghan forces that dealt with the situation and put the perpetrators out of action.”

 

After ISAF has withdrawn, the number of Afghan soldiers and police officers is to gradually be reduced from around 350 000 to around 230 000. This will still be more than Afghanistan is able to finance itself. It is therefore important that both NATO and the broader international community provide financial support.

 

 

____

* NOK 1 = USD 0.1685; EUR 0.1322 (as of 22 May)

Partager cet article
Repost0
22 mai 2012 2 22 /05 /mai /2012 18:17

NZ-Army-in-Afghanistan.jpg

 

22.05.2012 par P. CHAPLEAU Lignes de Défense

 

La Nouvelle-Zélande a annoncé que ses 145 soldats stationnés en Afghanistan seraient de retour au pays pour la fin 2013, soit un an avant la date prévue. Selon le ministre néo-zélandais des Affaires étrangères Murray McCully, le succès de l'équipe de reconstruction provinciale (PRT) dans la province de Bamiyan (centre) fait que les troupes peuvent quitter le pays dès l'année prochaine.

 

Ce départ anticipé "reflète le travail exceptionnel accompli par le personnel de la PRT néo-zélandaise pour préparer la province au transfert vers un contrôle par les autorités locales", a déclaré le ministre. "Je pense que notre PRT est considérée comme exemplaire pour l'Afghanistan", a-t-il ajouté sur Radio New Zealand.

 

La Nouvelle-Zélande va maintenir une action de développement dans la province de Bamiyan, où sa PRT est déployée depuis 2003, et participera à la formation des cadres de l'armée afghane. Le pays comptait également une unité d'élite d'une quarantaine d'hommes ( des SAS) à Kaboul, dont la mission s'est achevée en mars dernier.

Partager cet article
Repost0
22 mai 2012 2 22 /05 /mai /2012 17:30

Leopard C2 Canadian Forces photo USAF

 

May 22, 2012. By David Pugliese -- Defence Watch

 

 So the news coming out of the NATO meeting in Chicago is that Canada will withdraw all of its soldiers from Afghanistan in March 2014, on schedule.

 

Prime Minister Stephen Harper confirmed that Monday as the NATO summit ended. “The time has come,” Harper said. “All the benchmarks, all the milestones are being met to make this possible.”

 

Instead, Canada will provide more than $300 million over the next three years to Afghan security forces.

 

But some of those in uniform suggested to Defence Watch that the government’s position might change in 2014 if the situation in Afghanistan hasn’t improved.

 

I questioned that view, however, noting that it would be difficult for the prime minister to reverse course as the Canadian public doesn’t seem too keen for troops to continue on in Afghanistan.

 

The response from some soldiers Defence Watch consulted was that Harper has reversed his commitments before and could do it again if the situation was warranted (i.e. the insurgents had made such significant inroads that the Afghan government was in jeopardy).

 

Consider, they noted, Canada’s continually changing commitment to Afghanistan. Harper originally said in 2006 Canada would not “cut and run” from Afghanistan and would stay until the job was done.

 

But that changed and in the fall of 2009 Harper was adamant Canada’s military mission would end in 2011.

 

In January 2010 the prime minister made one of his strongest statements on the situation, telling the National Post: “We will not be undertaking any activities that require any kind of military presence, other than the odd guard guarding an embassy. We will not be undertaking any kind activity that requires a significant military force protection, so it will become a strictly civilian mission.”

 

But Harper reversed his position, committing troops to t he new training mission in Kabul and other parts of the country in 2011 (after coming under pressure from the U.S.). Defence Minister Peter MacKay said at the time, the training mission was “planned all along.” This training mission is to end in March 2014.

 

But come that date, will the Canadian government once again change its mind?

Partager cet article
Repost0
22 mai 2012 2 22 /05 /mai /2012 17:26

nato-supply-pak-afghan-border-afp-670.jpg

 

May 21, 2012 defence.pk

 

Leon Panetta, the current United States Secretary of Defence said yesterday that the NATO will not agree on a proposed tax of $5,000 per vehicle, which the Pakistani authorities are demanding for the usage of local supply routes.

 

Panetta said that the NATO is not in a position to pay the huge tax, as the rising oil import bills are already stretching its budget. Earlier, the NATO convoys were paying a tax of around PKR 23,000 ($250) per vehicle, before the Pak authorities closed down the supply routes which run through its territory.

 

The Southern Distribution Network (SDN), which runs from Karachi towards Qandahar and Kabul, is one of the shortest supply routes available for the NATO troops operating in Afghanistan. However, Pakistan closed down the route last year in response to an American cross-border air raid, which killed 24 of its soldiers. Currently the international troops operating in Afghanistan depend on another longer route, the Northern Distribution Network (NDN). The NDN starts at the port of Poti (in Georgia) and terminates at the city of Mazar-e-Sharif in Afghanistan, with Baku (Azerbaijan) and Termez (Uzbekistan) en route.

 

Although Panetta refused the Pak demand, he admitted that the proposed troop withdrawal from Afghanistan in 2014 will be extremely difficult, if the Pakistani authorities still refuse to allow NATO to use the SDN. Although the NDN is a safer alternative to the SDN, it is several thousands of miles longer than the SDN. Also, the supplies will have to cross the Caspian Sea, which is the largest inland water body in the world.

 

The Pakistani president, Asif Ali Zardari is attending the NATO summit at Chicago, joining Panetta and other high ranking US officials. The future of the international military intervention in Afghanistan is one of the main talking points which will be taken up during the summit.

Partager cet article
Repost0
22 mai 2012 2 22 /05 /mai /2012 17:25

British-Special-Forces-pictured-observing-an-air-strike-in-.jpg

 

May 20, 2012. David Pugliese - Defence Watch

 

BBC News is reporting that a small number of British soldiers could remain in Afghanistan after forces withdraw in 2014.

 

The senior government official made the disclosure ahead of a NATO summit in Chicago, which is expected to focus on Afghanistan.

 

More from the BBC:

 

David Cameron has set a deadline of the end of December 2014 for Britain to stop all of its combat operations.

 

But it is understood that up to 200 members of the UK’s special forces could stay on to help combat terrorism.

 

British troops have been in Afghanistan since the US-led invasion in 2001.

 

Britain plans to withdraw 500 soldiers from its 9,500-strong force this year, with Afghan security forces due to take over responsibility for security by the end of 2014. ‘Protect ourselves’

 

The official said: “As we’ve said previously, British forces will not remain in a combat role in Afghanistan beyond 2014.

 

“The majority of forces that remain in Afghanistan will be in a training and mentoring role, for example at the Afghan Officer National Training Academy.

 

“But I wouldn’t rule out a small number of forces playing a counter-terrorism role if needed.

 

“This would be in keeping with how we are working to protect ourselves from the counter terrorism threat emanating from other parts of the world, such as the Arabian Peninsula.”

Partager cet article
Repost0
22 mai 2012 2 22 /05 /mai /2012 17:05

Troop Contributing Nations 18 Apr 2012 source NATO

 

May 21, 2012 ASDNews (AFP)

 

US President Barack Obama said Sunday the world backed his plan to end the Afghan war in two years, as President Hamid Karzai promised a NATO summit his bloodied state would no longer be a "burden."

 

Leaders of the 28 NATO nations stood in solemn silence as a bugler's lament recalled the heavy cost of a conflict that has killed over 3,000 coalition soldiers, maimed thousands more and left tens of thousands of Afghans dead.

 

As war weary western publics pine for an exit, the two-day summit was set to endorse a withdrawal strategy and seek firm commitments from alliance states to train and bankroll Afghan forces to ensure a decade of sacrifice is not wasted.

 

Before the summit, Obama met Karzai three weeks after his dramatic flight into Kabul where the two leaders inked a security pact for going forward after the withdrawal of international troops in late 2014.

 

"We're confident that we are on the right track, and what this NATO Summit reflects is that the world is behind the strategy that we've laid out," Obama told reporters, even as France prepares to pull its troops out in 2012, a year earlier than planned.

 

Karzai said his country no longer wanted to be a "burden," urging the international community to complete a security transition to his Afghan forces as it pulls combat troops, currently numbering 130,000, by the end of 2014.

 

"Afghanistan... is looking forward to an end to this war and a transformational decade in which Afghanistan will be working further for institution building and the development of sound governance in the country," he said.

 

Along with reaffirming the 2014 deadline, the summit is expected to back Obama's plan to cede the lead in combat missions to Afghan troops next year, while making a commitment to securing $4 billion annually for Afghan forces.

 

A Western official told AFP Sunday that nations with troops in Afghanistan had pledged roughly $1 billion to bankroll Afghan security forces after 2014. The bulk of the funding is expected to come from the United States.

 

While NATO said the war effort was track, it faced more uncertainty over the reopening of key supply routes into Afghanistan, closed in November after botched US air strikes killed 24 Pakistani troops.

 

Pakistani President Asif Ali Zardari's attendance at the summit had raised hopes his government was ready to lift the blockade on NATO convoys, but talks on reopening the routes have stumbled over Islamabad's demand to charge steep fees for trucks crossing the border.

 

In a sign of the waning appetite to engage in further conflict, NATO chief Anders Fogh Rasmussen said the western defense alliance was not prepared to intervene in Syria despite concern at the bloodshed there.

 

"We strongly condemn the behavior of the Syrian security forces and their crackdowns on the Syrian population and we urge the Syrian leadership to accommodate the legitimate aspirations of the Syrian people," he told reporters.

 

"But again NATO has no intention to intervene in Syria."

 

The summit in Obama's hometown went ahead under a massive security operation as normally bustling Chicago streets were deserted and monitored by police.

 

Boats with machine guns patrolled a river near Obama's hotel and the police and Secret Service enforced a wide security perimeter around the conference center. It was the first summit of the 28-member North Atlantic Treaty Organization on US soil in more than a decade.

 

Thousands of protestors have taken to the streets in recent days calling for an end to war. Although the rallies have been largely peaceful, scuffles broke out Sunday when some hardcore demonstrators refused police orders to disperse.

 

The NATO talks come against a backdrop of a changing geopolitical landscape for the 63-year-old organization which also has to confront shrinking defense budgets.

 

Leaders on Sunday launched the first phase of a US-led missile shield for Europe, risking the wrath of Russia which has threatened to deploy rockets to EU borders in response.

 

"We have decided to develop a NATO missile defense system, because we consider the missile threat a real threat, and against a real threat we need a real defense to protect our populations effectively," Rasmussen said.

 

But he added the dialogue with Russia would continue.

 

Obama and fellow leaders also agreed on a slew of some 20 joint projects to pool military hardware as part of a so-called "Smart Defense" initiative.

Partager cet article
Repost0
22 mai 2012 2 22 /05 /mai /2012 16:50

nato-oil-tankers-pakistan-port-karachi-afp-lg

 

May 22, 2012 Cheryl Pellerin / American Forces Press Service  - defpro.com

 

NORTH CHICAGO, Ill. | The United States continues to negotiate with Pakistan toward a resolution that will lead to the reopening of transport routes that have been closed since November to supplies bound for troops in Afghanistan, Defense Secretary Leon E. Panetta said here May 21.

 

During a news conference at the James A. Lovell Federal Health Care Center, Panetta said it was a positive sign that Pakistani President Asif Ali Zardari attended the NATO summit that ended yesterday.

 

“We still have a way to go, but I think the good news is that we are negotiating and that we are making some progress,” Panetta said.

 

“It is extremely important that ultimately we’re able to open up those lines of communication and transport so that we can expedite the assistance that needs to go to our men and women in uniform who are fighting the battle,” the secretary added.

 

The countries’ precarious affiliation ruptured Nov. 26 when a cross-border attack by NATO forces at a border coordination center in Afghanistan’s Kunar province killed 24 Pakistani soldiers. Pakistan also has protested suspected U.S. drone strikes.

 

At this stage, Panetta said, “I guess I would say that I feel a lot more positive about the effort to try to see if we can find a resolution to that challenge.”

 

Another continuing challenge associated with Pakistan and Afghanistan involves the Taliban.

 

“I think we understand that the biggest challenge is a Taliban that is resilient, that is going to continue to fight even though they've been weakened -- and I think the levels of violence are down -- and that they're going to continue to conduct attacks,” the secretary said.

 

Coalition troops and Afghan national security forces will have to confront that enemy, he said, adding that he has every confidence that the Afghan army can respond effectively and be part of that effort

 

“We are still dealing with a resilient enemy that in many ways still has a safe haven in Pakistan,” Panetta said. “And that, I think, represents the greatest threat that we're facing.”

Partager cet article
Repost0
22 mai 2012 2 22 /05 /mai /2012 16:07

ISAF-Logo

 

May 22, 2012 Jim Garamone / American Forces Press Service – defpro.com

 

WASHINGTON | Coalition forces will fulfill their missions in Afghanistan, Marine Corps Gen. John R. Allen said on Monday, May 20.

 

Allen, commander of the International Security Assistance Force, spoke to reporters at the beginning of the NATO summit in Chicago.

 

Though French President Francois Hollande has announced he will pull his nation’s troops from Afghanistan this year, the general said he still expects to be able to accomplish the mission in Afghanistan and does not anticipate a rush for the exits. “We have the capacity, using our current force structure, to ensure that there is no degradation in security with respect to any decisions that might be made,” he said.

 

Though the alliance and its partners have made tremendous strides in Afghanistan, Allen said, he expects stiff Taliban resistance in this year’s campaign.

 

His first priority, he said, is to keep the momentum going in the right direction and to keep the pressure on the Taliban.

 

A second priority, Allen said, is to accelerate the training and capabilities of the Afghan national security forces. A third priority “is to set the conditions for, and to support the process of transition,” he said, noting that the three priorities work together.

 

“The actions that we are undertaking with respect to the campaign in this coming campaign season are supported by the continued build of the Afghan national security forces,” he said. Afghan security forces will top out at 352,000 troops, and will reach that mark ahead of schedule, he added.

 

“We will continue to train and equip and, ultimately, to field the entire [Afghan national security force] by the end of 2013,” he said. “So we’ll be approaching a key crossover point in the campaign in 2013.”

 

NATO calls this point “Milestone 2013,” and Afghan troops and police will move into security lead of the counterinsurgency campaign, Allen said. Coalition personnel will continue to work with Afghan forces and provide support.

 

“ISAF forces will be supporting that move into the lead, recognizing and noting, however, that … combat operations will continue in the country throughout the period of the remainder of the ISAF mission, which will conclude on the 31st of December 2014,” the general said.

 

Allen highlighted agreements between the United States and Afghanistan, especially the strategic partnership agreement that President Barack Obama and Afghan President Hamid Karzai signed last month. That agreement, the general said, set the conditions for negotiations to begin in the near future on a bilateral security agreement that will define the size and contribution of the United States, over time, to Afghan security.

 

Over the summer, the United States will reduce the number of troops in Afghanistan by 23,000, the general said, adding that he anticipates no problem in doing that.

Partager cet article
Repost0
22 mai 2012 2 22 /05 /mai /2012 11:40

restructuration-structures-commandement

 

21 mai 2012 Sean Kilpatrick - La Presse Canadienne

 

Chicago - Le premier ministre Stephen Harper a affirmé lundi qu'il n'y aura plus de militaires canadiens en Afghanistan après 2014.

 

Il a toutefois indiqué que le Canada continuera à soutenir financièrement l'armée afghane grâce à une aide de 110 millions$ par an pour les trois prochaines années.

 

La contribution du Canada est généreuse et elle constitue un encouragement pour les autres nations à emboîter le pas, selon le premier ministre.

 

Les estimations prévoient que l'Afghanistan devra débourser 4,1 milliards$ par an pour faire fonctionner ses forces de sécurité une fois que la coalition dirigée par l'OTAN se retirera, en 2014.

 

Certains espéraient que le Canada envisager la possibilité de maintenir des effectifs sur place après 2014 pour continuer à contribuer à la formation de l'armée afghane. Mais le premier ministre Harper a confirmé lundi à Chicago que la date limite serait maintenue.

 

Il a dit qu'il ne s'agissait pas là d'un abandon de l'Afghanistan, mais plutôt d'un transfert de responsabilités aux Afghans.

 

M. Harper a fait ces déclarations lors de la deuxième et dernière journée du sommet de l'OTAN, à Chicago.

 

«Un fardeau» pour la communauté internationale

 

Par ailleurs, le président américain Barack Obama s'est entretenu avec son homologue afghan, Hamid Karzaï, en marge du sommet, dimanche. M. Obama a soutenu que les membres de l'OTAN s'étaient entendus sur une «vision» de l'Afghanistan pour l'après 2014, ajoutant qu'il ferait pression auprès des leaders pour mettre en oeuvre cette stratégie. Le président Karzaï a de son côté soutenu que le transfert de la sécurité signifierait que son pays ne représentera «plus un fardeau» pour le reste de la communauté internationale.

 

«Je crois que l'OTAN doit demeurer un partenaire crucial des Afghans pour s'assurer que la sécurité ne se dégrade pas, a plaidé de son côté le ministre MacKay. Mais il y a aussi d'importantes obligations auxquelles le président Karzaï devra répondre, comme la gouvernance et la corruption.»

Partager cet article
Repost0
22 mai 2012 2 22 /05 /mai /2012 11:34

Fin Surobi Avril 2012 source LdDEF

 

21.05.2012 par Vincent Lamigeon, grand reporter à Challenges Supersonique

 

Ainsi donc, la France va connaître l’enfer. C’est en tout cas le pronostic de bon nombre de commentateurs et de responsables politiques après que les membres de l’Otan ont avalisé au sommet de Chicago la décision française de retirer les troupes combattantes d’ici à la fin 2012. « Intenable », entend-on par ci. « Pas sérieux », assure-t-on par là. De fait, le retrait des troupes françaises et du matériel ressemble à tout, sauf à une partie de plaisir. Nécessité impérieuse ? Erreur stratégique ? Revue de détail.

 

Première question : par où passer ? La voie aérienne semble la plus simple, mais se heurte à plusieurs difficultés majeures. Un, la France, en attendant l’A400M dont les premières livraisons sont prévues pour 2013, n’a pas de flotte d’avions de transport stratégique. Elle dépend donc des Antonov An-124 loués dans le cadre du contrat SALIS de l’Otan, une flotte mise à rude épreuve par les besoins des autres pays alliés. Les Etats-Unis doivent notamment évacuer 23 000 soldats avant septembre. Deuxième difficulté, les aéroports de Kaboul et de Bagram risquent d’être saturés. Un des plans français semble être de transporter troupes et matériel vers la base française à Abu Dhabi, la suite du retour s’effectuant par voie maritime. La base de Douchambé, au Tadjikistan, devrait également être mise à contribution.

 

Côté terrestre, la route Nord, via l’Asie centrale et la Russie, est sûre mais complexe, et les droits de passage ont une fâcheuse tendance à l’inflation galopante. La route Sud, vers le port pakistanais de Karachi, est fermée par Islamabad en représailles à des bombardements américains qui ont tué 24 soldats pakistanais en novembre dernier. L’Otan a aujourd’hui encore mis la pression sur le Pakistan pour qu’il rouvre cette route, ce qui soulagerait les alliés, même si des attaques de convois par les talibans sont loin d’être exclues sur le parcours.

 

Difficile, le retrait le sera donc forcément. Les vraies questions sont ailleurs. Un : le retrait aurait-il vraiment été plus aisé dans un an ou deux, quand tous les pays commenceront à quitter le pays ? Les problèmes de disponibilité des flottes d’appareils de transport n’auraient pas disparu comme par magie, ceux de congestion des aéroports et de complexité des routes terrestres non plus. Deux : à quoi servait-il de laisser en Afghanistan des troupes combattantes qui avaient pour consigne de ne pas s’exposer depuis la mort de quatre soldats français en janvier en Kapisa ? L’argument du symbole face aux talibans a ses limites. Fallait-il les faire s'exposer à nouveau, au risque de nouvelles pertes ?

 

L’argument du coût est également à double sens : le retrait risque effectivement de coûter cher, mais rester deux ans de plus aurait également été extrêmement coûteux, les opérations en Afghanistan coûtant de l’ordre de 520 millions d’euros par an à la France. « Le coût des opérations en Afghanistan depuis le début atteint 4 milliards d’euros pour la France, c’est plus que le prix d’un deuxième porte-avions », souligne un bon connaisseur des questions de défense.

 

Quant à l’image de la France face à ses alliés de l’Otan après ce retrait anticipé, la question est légitime. Elle l’était tout autant quand Nicolas Sarkozy annonçait en janvier dernier, suite à la mort des quatre soldats français – et sans avertir son ministre de la défense, assure-t-on de bonne source – d’avancer le retrait des forces françaises de 2014 à 2013, ce qui avait déjà passablement irrité Washington. Le Canada et les Pays-Bas, dont les forces ont quitté le pays, n'ont pas été mis au ban des nations, ni relégués au rang d'alliés de seconde zone.

 

Le retrait prochain par les Etats-Unis de 23 000 soldats, soit sept fois le contingent français, suffit aussi à relativiser l’importance du retrait des forces combattantes françaises dans le dispositif général de l’Isaf. Même si celles-ci auront, à l’évidence, mené leur mission de manière exemplaire.

Partager cet article
Repost0
22 mai 2012 2 22 /05 /mai /2012 11:19

NATO-soldiers-in-afghanistan

 

22.05.2012 Par Corine Lesnes (Chicago, envoyée spéciale) LE MONDE

 

Quand les participants du sommet de Chicago se sont installés, lundi 21 mai, pour la photo officielle, le président pakistanais, Asif Ali Zardari, n'était pas là. Cette absence a aussitôt été interprétée comme un nouveau signe du mécontentement de l'Alliance atlantique à l'égard d'un pays qui refuse de rouvrir les routes d'approvisionnement de la coalition, en Afghanistan, fermées après la bavure de l'OTAN qui a coûté la vie à 24 soldats pakistanais. Finalement, avec retard, il figurera sur la photo de famille.

 

Le blocus des convois, qui dure depuis six mois, n'a pas empêché l'OTAN d'opérer. Selon Michael O'Hanlon, le spécialiste de l'Afghanistan à la Brookings Institution, les stocks sont même plus grands qu'avant la fermeture de la frontière. Mais les coûts sont plus élevés et l'Alliance a besoin de pouvoir traverser le Pakistan pour faire venir un plus grand nombre de véhicules pour les forces de sécurité afghanes ou pour évacuer des équipements qu'il est fastidieux d'expédier par la route du Nord. Néanmoins, cette question reste centrale dans la perspective du retrait "irrévocable" annoncé, lundi, par les 28 pays membres de l'OTAN.

 

L'Alliance n'aura plus de soldats en Afghanistan après le 31 décembre 2014. Et dès mi-2013, l'armée afghane aura pris le contrôle des dernières zones encore à la charge des Occidentaux. Cette accélération du calendrier avait été évoquée, en février, par le secrétaire d'Etat à la défense, Leon Panetta.

 

Les Pakistanais continuent, pour leur part, d'exiger des excuses officielles pour la bavure de l'OTAN. Ils voudraient aussi une solution permanente pour le contrôle des drones américains qui opèrent sur leur territoire. Enfin, ils négocient toujours la contrepartie financière au retour des convois de l'OTAN.

 

LE MÉPRIS DU PRÉSIDENT KARZAÏ

 

Le président Obama, qui n'avait pas prévu d'entretien avec M. Zardari, lui a parlé à deux reprises, en vain, dont une fois avec le président afghan, Hamid Karzaï, sombre pendant toute la conférence et qui a remercié les "contribuables américains" sur un ton jugé méprisant par la presse. la secrétaire d'Etat Hillary Clinton, qui était une amie de Benazir Bhutto, l'épouse de M. Zardari assassinée en décembre 2007, n'a pas, non plus, réussi à débloquer la situation.

 

Les complications croissantes avec la population afghane ont probablement pesé dans la décision de M. Obama d'accentuer le retrait. Le président américain a évoqué les "tensions qui, inévitablement", ont augmenté depuis dix ans du fait de la présence de troupes étrangères. En décembre 2009, il avait décidé un envoi temporaire de renforts sous la pression des généraux. Après l'assassinat du chef d'Al-Qaida, Oussama Ben Laden, le 2 mai 2011, il a confirmé le rapatriement des renforts avant fin septembre.

 

Le candidat républicain Mitt Romney a publié un texte dans le Chicago Tribune, affirmant que le président Obama "affaiblit l'OTAN" en coupant le budget du Pentagone.

Partager cet article
Repost0
21 mai 2012 1 21 /05 /mai /2012 16:30

convoi-de-vehicule-dans-la-vallee-de-NIJRAB-avec-en-tete.jpg

 

21.05.2012 ECPAD

 

Du 23 avril au 11 mai 2012, sur la base opérationnelle avancée (FOB, forward operating base) de Nijrab, le détachement d’ouverture d’itinéraire piégé (DOIP) de la brigade française La Fayette a terminé la formation de la compagnie de reconnaissance d’axes et lutte contre les IED (Improvised Explosive Device, engin explosif improvisé) : la Road Clearance Company (RCC).Il s’agissait de former la 3e et dernière section (Road Clearance Platoon, RCP) de cette compagnie. Ce partenariat franco-afghan a porté sur trois aspects : l’entraînement aux techniques de reconnaissances, la connaissance du matériel spécifique et à la mise en application en opération. L’appréhension et la sensibilisation de la menace IED, la connaissance des techniques opérationnelles sont autant d’éléments inculqués et assimilés par les Afghans. « Ils possèdent un bon équipement et ont une réelle soif d’apprendre et de comprendre nos procédures » a déclaré le capitaine L. commandant le DOIP français.

 

section-ANA-en-pleine-evaluation-avec-reconnaissance-de-l-.jpg

 

Le 9 mai, après trois semaines de formation et la conduite de plusieurs opérations combinées, l’opération Falcon 6 a permis d’évaluer les compétences et les connaissances de la section afghane. Ce bilan a permis à la RCP d’être déclarée opérationnelle. Elle a restitué avec sérieux et rigueur les savoir-faire techniques et tactiques d’ouverture d’itinéraire piégé et a démontré sa capacité à préparer et conduire seule une opération de reconnaissance d’axe.

 

Le général Waziri, commandant le 201e corps a pu le constater lors de sa visite à la FOB Nijrab le 7 mai dernier. Il s’est déclaré très satisfait du partenariat franco-afghan d’une part et du degré d’autonomie atteint par la RCP d’autre part.

 

Deux sections de la Road Clearance Company (RCC) avaient déjà été formées à partir du mois de janvier 2012. Au total, les militaires français ont formé 80 militaires afghans. Les deux premières sections opèrent déjà en appui des bataillons afghans, en Surobi et en Kapisa. La fin de la formation de cette troisième et dernière section permet à la RCC d’être au complet et opérationnelle pour mener à bien des missions d’ouverture d’itinéraire pour les unités afghanes.

Partager cet article
Repost0
21 mai 2012 1 21 /05 /mai /2012 07:35

Troop Contributing Nations 18 Apr 2012 source NATO

 

20 mai 2012 liberation.fr

 

Dans la foulée du sommet du G8, l'Otan rassemble dimanche et lundi à Chicago une cinquantaine de dirigeants du monde entier avec l'ambition d'établir une stratégie claire pour terminer en bon ordre la guerre en Afghanistan.

 

La réunion se déroule dans la ville du président Barack Obama placée sous haute sécurité, surtout après l'inculpation samedi de trois hommes accusés d'avoir projeté un attentat contre le quartier général de campagne de M. Obama à l'occasion des manifestations organisées dimanche contre le sommet de l'Otan.

 

Les avocats de ces trois jeunes militants ont qualifié ces interpellations de "coup monté" des forces de l'ordre destiné à discréditer le mouvement de contestation.

 

Parmi les dirigeants participant au sommet, le nouveau président français François Hollande sera l'un des plus attendus car il est le seul à publiquement remettre en cause le calendrier établi par l'Alliance en Afghanistan.

 

Lors de sa première rencontre avec son homologue américain Barack Obama, M. Hollande a confirmé vendredi sa décision de rapatrier l'essentiel des 3.500 soldats français déployés d'ici à la fin de l'année, soit avec deux ans d'avance sur le calendrier fixé par l'Otan.

 

Même si elle fait grincer des dents, cette décision ne devrait pas provoquer d'incidents diplomatiques à Chicago, où l'unité est le maître-mot du secrétaire général de l'Otan, Anders Fogh Rasmussen.

 

La position française a visiblement été "comprise", a déclaré samedi à l'AFP le ministre français de la Défense, Jean-Yves Le Drian, prévoyant "un sommet de consensus" sur cette question.

 

Les alliés, Etats-Unis en tête, devraient surtout tenter de convaincre les 28 pays de l'Otan, mais aussi le reste de la communauté internationale, de rester engagés en Afghanistan après le départ des troupes étrangères fin 2014.

 

De difficiles négociations ont été lancées pour assurer le financement des forces de sécurité afghanes, évalué à 4,1 milliards de dollars par an pour 228.000 hommes à partir de 2015.

 

Les Etats-Unis sont disposés à en financer un peu plus de la moitié et souhaitent que les autres pays s'engagent pour 1,3 milliard de dollars, le reste étant assumé par l'Etat afghan.

 

L'Allemagne est le dernier pays en date à s'être prononcé en promettant 150 millions d'euros par an qui seront notamment consacrés à la formation des soldats et policiers.

 

A Chicago, l'Otan espère aussi obtenir un assouplissement de la position du Pakistan, sans qui "nous ne pouvons régler les problèmes en Afghanistan", a déclaré samedi M. Rasmussen.

 

L'Alliance souhaite obtenir la réouverture de la frontière pakistano-afghane aux convois américains qui est fermée depuis la fin novembre en représailles à la mort de 24 soldats pakistanais tués par erreur lors de frappes aériennes américaines.

 

Le président pakistanais, Asif Ali Zardari, devait s'entretenir avec M. Rasmussen samedi après-midi tandis qu'une rencontre entre l'Afghan Hamid Karzaï et M. Obama était prévue dimanche matin, avant l'ouverture du sommet.

 

La réunion débutera par l'officialisation de la première phase du bouclier antimissile de l'Otan, un ambitieux projet destiné à protéger l'Europe des tirs de missiles tirés du Moyen-Orient, en particulier d'Iran.

 

Ce lancement permettra à M. Obama de rassurer ses pairs sur l'attachement de son pays au lien transatlantique même si la priorité stratégique des Etats-Unis concerne désormais l'Asie et le Pacifique.

 

L'Otan tente de s'adapter à cette situation, inédite depuis sa création en pleine Guerre froide, en appelant les alliés à coopérer davantage pour ne pas perdre leur suprématie technologique malgré la réduction générale des budgets de défense.

 

Vingt-cinq projets de coopération, dans le cadre d'un programme surnommé "Défense intelligente" ("Smart defence") devraient ainsi être approuvés à Chicago, portant sur la formation des pilotes d'hélicoptères ou les missions de renseignement.

Partager cet article
Repost0
21 mai 2012 1 21 /05 /mai /2012 07:30

Une Cie du BG Picardie quitte l'Afghanistan source LdDef

 

20/05/2012 francetv.fr

 

François Hollande marche sur des œufs. Le président de la République doit expliquer les modalités de retrait des troupes françaises d'Afghanistan lors du sommet de l'Otan à Chicago, dimanche 20 mai. Avec un objectif double : rester ferme sur sa position, sans pour autant froisser les alliés de l'Otan.  

 

Convaincu que la mission de la force internationale est terminée, François Hollande s'est engagé lors de la campagne présidentielle à les soldats français d'Afghanistan "en bonne intelligence" avec les alliés de la France, "sans prendre le moindre risque pour nos troupes".

 

• Rester ferme sur une promesse électorale...


La France a décidé d'accélérer le processus en retirant ses troupes combattantes d'ici la fin 2012, c'est un engagement de François Hollande. Et le nouveau président l'a fait savoir dès son arrivée à Washington vendredi lors d'un entretien avec Barack Obama, affirmant que cette promesse faite pendant la campagne électorale n'était "pas négociable". "J'ai rappelé devant le président Obama que j'avais fait la promesse de retirer nos troupes de combat d'Afghanistan à la fin 2012" a indiqué le nouveau président français à la Maison Blanche.


"Je ne dis pas que le président Obama a adhéré à ce que je lui disais, mais sur ces bases-là, c'est-à-dire une décision de la France, seule, qui ne veut pas faire de leçons à d'autres mais qui veut prendre ses responsabilités, nous pouvons trouver un point d'accord", a ajouté samedi François Hollande à Camp David, lors de la réunion du G8. "Sur l'organisation du retrait, c'est-à-dire, dans l'année 2012, à quel rythme les troupes combattantes rentreront d'Afghanistan, il y aura des réunions tout au long des prochains jours en France (...) avec le ministre de la Défense et les chefs d'état-major", a ensuite précisé François Hollande.

 

• ... Tout en ménageant ses alliés


La décision de François Hollande n'est pas une surprise pour les membres de l'Otan qui participent à la coalition en Afghanistan. Ces derniers mois, Jean-Yves Le Drian, un proche de François Hollande, nommé mercredi ministre de la Défense, s'est rendu à Washington, Londres et Bruxelles, pour déminer le terrain. Il avait notamment fait valoir à ses interlocuteurs que le calendrier de l'Otan avait déjà été remis en cause par Nicolas Sarkozy, qui avait avancé d'un an le retrait des troupes après la mort en janvier de quatre soldats français. Et Jean-Yves Le Drian a continué sa mission "déminage" samedi au Pentagone son homologue américain, Leon Paneta, le rassurant sur la "solidarité des alliés" en Afghanistan. Pour le ministre français, Chicago sera un "sommet de consensus".


Concrètement, la France compte encore 3 400 soldats et 150 gendarmes en Afghanistan, notamment à Kaboul et en Kapisa (est), au sein de la force internationale (Isaf) d'environ 130 000 hommes. Et François Hollande a fait une concession à la réalité du terrain : il a limité le retrait des forces fin 2012 aux seules "troupes combattantes". Ce qui signifie clairement que tous les soldats français n'auront pas quitté le pays à cette date. "Le retrait logistique est plus long et nécessite aussi de la sécurisation", a indiqué samedi le ministre de la Défense français. Outre le maintien d'un contingent pour des missions de formation de l'armée et de la police afghane, des troupes françaises devraient donc rester en Afghanistan pour protéger le matériel, notamment 900 véhicules et 1 400 conteneurs, et en assurer le rapatriement en bon ordre."Evidemment, cela ne veut pas dire que nous quittons la coalition mais que notre présence sera différente", a répété Jean-Yves Le Drian. 

 

Garder une présence en Afghanistan sans être directement exposé au front, c'est le compromis choisi par la France. D'autant que le contingent français n'est pas une force majeure (3 400 hommes sur 130 000) au sein de l'Isaf. Avant la France, les Pays-Bas en 2010, ou le Canada en 2011, ont déjà retiré leurs troupes, et les Etats-Unis s'apprêtent à rapatrier 23 000 hommes durant été 2012.

Partager cet article
Repost0
21 mai 2012 1 21 /05 /mai /2012 07:20

Des F16 belges en Libye - Archive Belga

 

20 mai 2012 RTBF.be (Belga)

 

    Les avions de combat F-16 belges déployés en Afghanistan y demeureront jusqu'a la fin 2014, date fixée pour le retrait des troupes de combat occidentales présentes dans le pays, a indiqué dimanche le ministre de la Défense, Pieter De Crem, peu avant l'ouverture du sommet de l'Otan à Chicago (nord-est des Etats-Unis) qui sera dominé par la volonté des alliés d'organiser un retrait ordonné de leurs force après une décennie.

 

    Ces avions, actuellement au nombre de six , fournissent une contribution "substantielle" à la force internationale d'assistance à la sécurité (Isaf, dirigée par l'Otan), a souligné M. De Crem lors d'un point de presse avec le Premier ministre Elio Di Rupo et son collègue des Affaires étrangères, Didier Reynders.

 

    La Belgique a décidé depuis plusieurs mois de réduire sa présence militaire en Afghanistan - actuellement de près de 600 hommes - en débutant par le contingent chargé d'assurer la protection de l'aéroport international de Kaboul (Kaia, en jargon de l'Otan).

 

    Cinq pelotons de 40 militaires et leur état-major, soit 230 personnes, actuellement affectés à la protection de Kaia, quitteront Kaboul entre septembre et novembre prochains, a précisé dimanche M. De Crem.

 

    Il a ajouté que les autres aspects de la mission afghane se poursuivraient à Kandahar (sud), Kunduz et Mazar-e Sharif (nord).

 

    "Pour les F-16 (opérant depuis la grande base aérienne de Kandahar), on maintient notre présence jusque fin 2014", a-t-il dit, approuvé par MM. Di Rupo et Reynders.

Partager cet article
Repost0
21 mai 2012 1 21 /05 /mai /2012 07:05

Mi-17-helicopter-source-Ria-Novisti.jpg

Mi-17 transport helicopters

 

MOSCOW, May 17 (RIA Novosti)

 

A delivery schedule for an option order of Mil Mi-17 transport helicopters for the Afghanistan Armed Forces will be signed by Russia and the U.S. by the end of the year, Russia's defense exports holding Rosoboronexport said on Thursday.

 

Rosoboronexport signed a $367.5 milliondeal with the United States in May 2011 for delivery of 21 Mi-17V5s, which the U.S. will transfer to Afghanistan. According to U.S. data, the deal could be worth up to $900 million including spares and servicing.

 

The contract also includes an option for delivery of a further 12 Mi-17s.

 

"In February this year, we signed an additional protocol for delivery of two helicopters as part of the option deal, and we plan to deliver ten more by the end of this year," said Rosoboronexport's head of helicopter exports, Grigory Kozlov.

 

Rosoboronexport is counting on further development of military-technical cooperation with the United States, including with regard to sales to third nations, he said.

Partager cet article
Repost0
20 mai 2012 7 20 /05 /mai /2012 22:14

taliban source defenceWeb

 

20/05/2012 LeFigaro.fr (AFP)

 

Les talibans ont appelé aujourd'hui les pays membres de l'Otan à se désolidariser de la position américaine et à suivre l'exemple français, le président François Hollande souhaitant retirer les troupes de combat françaises d'Afghanistan dès la fin 2012.

 

La décision du chef de l'Etat français est "basée sur des réalités et reflète l'opinion de sa nation", remarquent les insurgés dans un communiqué paru sur Voice of Jihad, l'un de leurs sites internet. "Nous appelons tous les autres pays membres de l'Otan à éviter de travailler pour les intérêts politiques des responsables américains et à écouter les appels de leur peuple en retirant immédiatement toutes leurs troupes d'Afghanistan", poursuivent les rebelles.

 

La présence de l'"envahisseur" américain en Afghanistan n'est pas liée "à la sécurité" des Etats-Unis" mais "à une stratégie de long terme pour transformer notre pays et la région en sa colonie", observent les talibans. Les services secrets américains attestent que "tous les combattants d'Al-Qaïda ont quitté l'Afghanistan", ou plutôt qu'il ne reste pas plus de "50" combattants de la nébuleuse terroriste dans le pays, selon les insurgés, pour qui la "guerre contre la terreur" officiellement prônée par Washington est "injustifiée".

 

La coalition de l'Otan, menée par les Etats-Unis, est arrivée en Afghanistan à la fin 2001 pour traquer Oussama ben Laden et chasser les talibans d'un pouvoir qu'ils occupaient depuis 1996.

 

Quelques 130.000 militaires de l'Isaf, la force armée de l'Otan, portent assistance aux troupes pro-gouvernementales, elles-même opposées à une insurrection sanglante menée par les talibans.

 

Les principales victimes de cette guerre sont les civils. Plus de 3.000 d'entre eux sont morts l'an passé des suites du conflit. Près de 80% de ces pertes sont imputables aux talibans, selon l'Otan.

Partager cet article
Repost0
20 mai 2012 7 20 /05 /mai /2012 11:40

nato-emblem-300-dark-blue-lg

 

May. 19, 2012 Defense News (AFP)

 

CHICAGO — NATO’s chief on May 19 urged Pakistan to back efforts to stabilize Afghanistan as he prepared for talks with Pakistani President Asif Ali Zardari, on the eve of a key NATO summit.

 

Zardari was invited to the summit in Chicago amid expectations that Pakistan will lift a six-month blockade against NATO supply trucks that was put in place after U.S. air strikes killed 26 Pakistani troops in November.

 

NATO has also pressed Islamabad to do more to prevent insurgents from taking advantage of the porous Afghan-Pakistani border region to take sanctuary inside Pakistan.

 

“We can’t solve the problems in Afghanistan without the positive engagement of Pakistan,” NATO Secretary-General Anders Fogh Rasmussen said at a policy forum in Chicago, which is hosting the May 20-21 summit.

 

“We have to solve these problems,” he said, referring to the safe havens used by insurgents in Pakistan to launch attacks on NATO troops across the border.

 

When he meets with Zardari, Rasmussen said he would “convey a couple of clear messages,” but he did not elaborate.

 

U.S. President Barack Obama will host fellow leaders for two days of talks focused on plans to gradually hand over security control to Afghan forces and pave the way for the withdrawal of 130,000 foreign combat troops by late 2014.

 

NATO hopes Afghanistan’s security forces, which will grow to 352,000 later this year, can take the lead throughout the country next year, enabling foreign troops to gradually switch from combat to training mode.

 

But France’s new President Francois Hollande has shaken up the carefully crafted transition plan, vowing to bring his 3,500 combat troops home this year, a year earlier than planned.

 

“The withdrawal is not negotiable. The withdrawal of combat forces is France’s decision and this decision will be implemented,” Hollande told reporters May 18 after White House talks with Obama.

 

Hollande, however, said he would honor a treaty signed by predecessor Nicolas Sarkozy to provide training support for Afghan police and military forces.

 

Despite the early French withdrawal, NATO wants to show a united front in the last two years of combat in an increasingly unpopular war in Europe and America.

 

The alliance will also use the summit to reassure Afghan President Hamid Karzai that NATO will fund his security forces and continue training beyond 2014.

 

“Let me be clear,” Rasmussen said. “NATO will continue to stand shoulder to shoulder with Afghanistan.”

Partager cet article
Repost0
19 mai 2012 6 19 /05 /mai /2012 10:33

NATO-soldiers-in-afghanistan

 

19 Mai 2012 Jean-Dominique Merchet

 

Le sommet de l'Otan aura lieu dimanche et lundi.

 

"Il faut trouver la porte de sortie. Et vite." Voilà ce que j'écrivais, à l'automne 2008, en conclusion de mon livre "Mourir pour l'Afghanistan" (1). Rien de ce qui s'est passé dans ce pays depuis lors ne m'a fait changer d'avis, bien au contraire. A la veille du sommet de l'Otan à Chicago, qui sera en grande partie consacré à ce sujet et alors que l'élection de François Hollande accélère le calendrier de retrait français, tentons de faire le point.

 

1) Ensemble. La France est militairement présente en Afghanistan par pure solidarité avec les Américains. C'est parce que les Etats-Unis ont été attaqués le 11 septembre 2001 et que le gouvernement afghan de l'époque protégeait les auteurs des attentats que la France s'est jointe aux Etats-Unis. Elle l'a fait dans le cadre du droit international (résolution des Nations Unies) et de l'Alliance atlantique, avec la mise en oeuvre de l'article 5. Jusqu'en 2012, la position française a toujours été la même : "nous sommes arrivés ensemble, nous repartirons ensemble". Une position qui excluait toute démarche unilatérale de Paris vis-à-vis de Washington.

 

2) Rupture. Cette doctrine française a craqué en janvier 2012. Nicolas Sarkzoy est responsable de ce tournant. François Hollande s'est contenté de faire de la surenchère sur son rival... Un peu d'histoire est nécessaire : en juin 2011, Obama annonce le retrait américain pour la fin 2014. Dans les heures qui suivent, un communiqué de l'Elysée calque la position française sur celle des Etats-Unis. Mais le 20 janvier 2012, cinq militaires français sont assassinés par un soldat afghan sur la base de Gwan. Face à l'émotion de l'opinion publique et alors que la France entre en campagne électorale, Nicolas Sarkozy annonce, le 27 janvier, que le retrait français s'opérera avec un an d'avance sur le calendrier prévu; donc fin 2013.

Le 26 janvier, François Hollande présente ses "engagements". Le soixantième et dernier est consacré à la défense. On y lit ceci : "Il n'y aura plus de troupes françaises en Afghanistan à la fin de l'année 2012". Il y donc eu consensus entre les deux principaux candidats sur la nécessité de partir plus vite que les Américains, seul le rythme les oppose.

 

3) Signal. Le départ d'Afghanistan est une opération complexe, risquée et couteuse. Nous l'avons écrit à plusieurs reprises sur ce blog. Pour faire simple, il est matériellement impossible de quitter l'Afghanistan en six mois, c'est à dire à la fin 2012. Mais au delà de la manoeuvre logistique, les problèmes sont politiques, autant avec l'Afghanistan qu'avec nos alliés de l'Otan.

La France ne peut pas partir en claquant la porte.  La France est liée, depuis janvier 2012, par un traité d'alliance avec l'Afghanistan. Il organise la coopération entre nos deux pays  ; c'est le gage d'une présence française dans ce pays à l'avenir.

Même chose avec nos alliés, au premier chef (sic), les Américains. Ils ont compris que la seule justification du départ français était que le candidat Hollande l'avait promis pour se faire élire et qu'il tiendra ses promesses... au moins jusqu'aux législatives. Pas la peine de polémiquer avec lui. L'important sera dans les "détails" de l'application concrète de cette mesure. Reste qu'aux yeux des Européens, le départ français rompt la solidarité entre les pays alliés. Angela Merkel (et même le gouvernement socialiste belge) n'ont pas manqué de dire qu'eux resteraient jusqu'au bout... Ce n'est pas un bon signal, mais ce n'est pas gravissime.

 

4) Vocabulaire. Il y aura toujours des militaires français en Afghanistan en 2013... et sans doute après. Tout l'enjeu est de trouver la bonne formule, celle qui satisfera tout le monde : les Afghans, les militaires français, les Américains, la gauche française, etc. C'est avant tout une question de vocabulaire : à la Maison Blanche, François Hollande a évoqué le retrait des "troupes combattantes". Celles qui resteront seront-elles des "troupes non-combattantes"? La formule ne plait guère aux chefs militaires.

 

5) Route. Quelle était la principale mission confiée aux Français par les Américains dans la région Est ? Car ne l'oublions pas les troupes françaises y sont placées sous commandement américain. Une mission à la fois simple et difficile : tenir ouvert l'axe Vermont, c'est-à-dire permettre aux convois de circuler sur la route qui passe par la vallée de Kapissa, permettant de rejoindre la grande base de Bagram, sans passer par Kaboul. C'est un axe de contournement stratégique, au cas où les choses se passeraient mal dans la capitale... En gros : 50 kilomètres de route en zone insurgée.

Quand les Français quitteront la Kapisa, de deux choses l'une : soit l'Armée nationale afghane sera capable de tenir l'axe et, dans ce cas, la mission pourra être présentée comme un succès français. Soit elle n'en sera pas capable et les Américains devront s'en occuper. Et dans ce cas là, l'affaire sera présentée comme un fiasco français. Il est aujourd'hui  trop tôt pour le savoir.

 

6) Afghantsy. Les militaires français aimeraient partir avec l'assurance que leur mission est un succès, ne serait-ce que parce que 83 des leurs sont morts là-bas. S'en aller, sous les yeux de leurs pairs étrangers - Américains en premier lieu - n'est pas très agréable. Toute une génération de jeunes cadres, qui seront l'armée de demain, s'est formée en Afghanistan. Ce sont nos "Afghantsy", comme disaient les Soviétiques. Le nouveau Chef des Armées a intérêt à trouver les mots et la manière de faire avec eux pour qu'ils n'aient pas l'impression d'être trahis par le pouvoir politique. On connait l'histoire récente de l'armée française : comme en géologie, certaines failles pourraient rejouer... Il faut y prendre garde et l'affaire se joue aujourd'hui en Kapisa.

 

7) Facture. L'autre mission des militaires français en Afghanistan est la formation des forces de sécurité (armée et police) capables de prendre la relève. Celle-ci devrait se poursuivre en 2013. Mais tout le monde pense déjà à l'après 2014, lorsque les Américains partiront. On estime aujourd'hui à quatre milliards de dollars par an le cout d'entretien des forces de sécurité afghane, coût qui pourrait être révisé à la baisse, si l'on réduit les effectifs (plus ou moins de 300.000). Qui paiera ? Le gouvernement afghan ne pourra pas en financer plus de 10 à 15%, les Etats-Unis devraient en prendre à la charge plus de la moitié. Le reste sera partagé entre les alliés. La contribution française pourrait s'élever à une centaine de millions de dollars par an. Le prix à payer de notre départ précipité ?

 

(1) Jean-Dominique Merchet, "Mourir pour l'Afghanistan". Editions Jacob-Duvernet, 2ème édition. 2010.

Partager cet article
Repost0
19 mai 2012 6 19 /05 /mai /2012 09:31

Germany.svg

 

16 mai 2012 - Par RFI Avec notre correspondant à Berlin, Pascal Thibaut

 

L'Allemagne s'est engagée ce mercredi 16 mai 2012 à coopérer étroitement avec l'Afghanistan après le retrait de ses troupes prévu en 2014. La chancelière Angela Merkel et le président afghan Hamid Karzaï ont signé à Berlin un accord de coopération de long terme. Outre la sécurité, la coopération portera sur l'éducation, la culture et la recherche.

 

« Un pilier de nos relations ». Pour Angela Merkel, le traité de coopération signé ce mercredi entre l’Allemagne et l’Afghanisatan doit sceller l’engagement de Berlin sur place. A la fois dans la durée, c’est-à-dire au-delà du retrait du contingent allemand qui doit coïncider avec celui de la force internationale fin 2014. Mais aussi en étendant la coopération bilatérale à d’autres domaines que la sécurité, aujourd’hui au coeur de la présence et du soutien allemand.

 

Berlin assure actuellement la sécurité dans les régions où la Bundeswehr est présente et forme des militaires et des policiers. Cet engagement dans ce domaine doit se poursuivre au-delà de 2014 à hauteur de 150 millions d’euros par an. La coopération doit être étendue à d’autres domaines comme l’éducation ou la culture.

 

Pour Angela Merkel, il est important qu’il n’y ait pas d’arrêt brutal de cette coopération après le retrait des forces alliées. Le président Karzaï a exprimé sa reconnaissance à la chancelière pour l’engagement de son pays et appelé les entreprises allemandes à s’engager de façon plus importante en Afghanistan.

Partager cet article
Repost0
18 mai 2012 5 18 /05 /mai /2012 20:50

Jim-Townsend-en-charge-de-l-Otan-au-Pentagone-photo-U.S.-Do.jpg

 

Jim Townsend: «Il est absolument crucial de s'assurer que le passage de témoin se passe bien, et que les Afghans soient prêts en 2014. »  photo U.S. DoD

 

18/05/2012 Par Laure Mandeville – LeFigaro.fr

INTERVIEW - Jim Townsend, en charge de l'Otan au Pentagone, rappelle à François Hollande la responsabilité des engagements français.

Dans une interview au Figaro, le sous-secrétaire à la Défense en charge de l'Otan et de l'Europe, Jim Townsend, vante le rôle de la France et exprime son souhait de la voir maintenir des troupes de formation aux côtés de ses alliés.


LE FIGARO. - Quelles sont les priorités américaines pour le sommet de Chicago?


Jim TOWNSEND. - L'Afghanistan sera bien sûr le gros sujet de ce sommet de l'Alliance. Il ne s'agit pas de retrait, il s'agit de réaliser la transition de notre mission à l'armée afghane. À Lisbonne, l'Alliance a décidé d'un plan, qui consiste à permettre aux forces de sécurité afghanes de prendre la relève de nos troupes après 2014. Nous avons beaucoup travaillé depuis pour organiser cette transition, district par district. Les forces de la coalition se replient sur un rôle de soutien et de formation. Vous verrez donc à Chicago un plan stratégique qui reflétera cette transition, mais qui dira clairement aux Afghans: l'Otan n'abandonne pas l'Afghanistan, nous allons avoir une présence durable, essentiellement dans un rôle de formateurs.


Qui va rester? Et dans quel format?


Les États-Unis viennent de signer un partenariat stratégique avec le président Karzaï. Nicolas Sarkozy avait fait de même, ainsi que les Allemands. À Chicago, nous mettrons en place le cadre stratégique de ce que sera notre présence après 2014, tout en continuant à travailler sur les détails des contributions nationales, en hommes et en financements.


La promesse faite par François Hollande de retirer les troupes françaises en décembre prochain est-elle un gros souci pour les Américains?


Il a fait cette promesse pendant sa campagne. Mais celui qui devient président doit confronter ses promesses à la réalité. À Chicago, l'un des messages les plus importants que l'Alliance souhaite faire passer - et qui a été jusqu'ici celui des gouvernements américain et français - est le suivant: nous sommes entrés ensemble, nous devons sortir ensemble. Le président Hollande, je pense, parlait des forces de combat, pas de toutes les forces françaises. C'est à lui de décider, mais il va devoir réfléchir au rôle qu'il veut voir jouer par la France dans l'Otan, à la manière dont il veut que ses alliés le perçoivent et perçoivent le rôle de la France en Afghanistan. L'investissement que les Français ont fait là-bas a été très important, et de grands progrès ont été faits, dont les forces françaises peuvent être très fières. Il est absolument crucial de s'assurer que le passage de témoin se passe bien et que les Afghans soient prêts en 2014. M. Hollande va réaliser tout ce qui a été fait par la France et à quel point nous dépendons de la France pour le succès de l'Alliance. Nous espérons qu'il comprendra que le message que doit envoyer Chicago est capital pour l'Otan.


Vous espérez donc toujours un compromis permettant à certaines troupes de rester?


Je ne vais pas spéculer sur les intentions du président Hollande. Mais je veux souligner que ce sommet marque son entrée en scène, et je pense qu'il va donc réfléchir. Il arrive alors qu'un gros travail a été fait depuis longtemps par de nombreux officiels français. Il doit décider, en mode accéléré, sur des sujets difficiles. J'imagine que ses conseillers ne dorment pas beaucoup en ce moment.


Comment assurer les missions de l'Alliance en période de diète budgétaire?


C'est l'un des gros sujets pour l'Alliance. Chicago se concentrera sur la manière d'aider les pays qui ont des problèmes financiers à conjuguer leurs capacités militaires avec d'autres nations, pour resserrer les coûts. Le général français Abrial, l'un des commandants suprêmes de l'Otan, a beaucoup travaillé sur ce concept pour préparer Chicago. La ­France, dans cette période de contrainte budgétaire, est un allié particulièrement précieux, car elle reste l'une des grandes nations militaires, avec un budget de défense substantiel. On l'a vu en Libye. Bien sûr, nous avons identifié des lacunes de l'Alliance pendant l'opération libyenne, notamment dans les matériels de renseignement électroniques. L'idée est d'acquérir ces capacités en commun en période d'austérité.


LIRE AUSSI:


» Conforter la présence française dans l'Otan


» Visite surprise de Barack Obama à Kaboul

Partager cet article
Repost0
18 mai 2012 5 18 /05 /mai /2012 19:21

afghanistan-l-ana-en-patrouille-a-joybar-1.jpg

 

17/05/2012 Sources : EMA

 

Le 8 mai 2012, le kandak 32 de l’armée nationale afghane (ANA) a conduit une patrouille dans le village de Joybar, à l’entrée de la vallée d’Alasay (province de Kapisa).

 

Cette patrouille à pied était appuyée par un dispositif mixte franco-afghan articulé autour d’une section appui du kandak et une section d’appui feu du Battle Group Steel placés au nord de la base opérationnelle avancée (FOB) Tagab. Elle était planifiée et conduite par l’officier opération du kandak, qui assurait la liaison  avec le Battle Group Steel.

 

Deux sections de la 4e compagnie du kandak ont débuté leur progression à 8h30. Les soldats ont patrouillé dans le village de Joybar et ont échangé avec les habitants afin de collecter des informations et recueillir le sentiment de la population locale.

 

Au même moment, un poste de combat avancé de l’armée nationale afghane, en vallée d’Alasay, a été pris à parti par des insurgés. L’officier opération afghan a immédiatement demandé un appui aérien qui a entraîné la fuite des insurgés.

 

afghanistan-l-ana-en-patrouille-a-joybar-3.jpg

 

Les patrouilles de l’ANA aux alentours de la FOB Tagab sont régulières. Elles permettent de sécuriser ses environs immédiats et d’entretenir le lien avec la population aux alentours.

Partager cet article
Repost0
18 mai 2012 5 18 /05 /mai /2012 19:10

ISAF-Logo

 

Mai 18, 2012 Nicolas Gros-Verheyde (BRUXELLES2)

 

La décision française de retrait des troupes combattantes avant la fin 2012 d’Afghanistan n’inquiète pas outre-mesure à Washington. Mais ne suscite pas vraiment l’enthousiasme non plus. Chacun espère un léger assouplissement de la position française. Comme me l’a expliqué Ivo Daalder, l’ambassadeur américain, dans un échange « tweet », c’est « aux nations de se déterminer elles-mêmes ». (Mais) l’opération ISAF est basé sur « le principe « in together, out together » », soit tous ensemble pour entrer, tous ensemble pour sortir. Et les Alliés ont décidé de « terminer l’opération en 2014 ».

 

NB : le principe « in together et out together », doit être nuancé. Car tout le monde n’est pas « entré ensemble en Afghanistan ». Et les Français ont été parmi les premiers à y participer, bien avant d’autres nations participant aujourd’hui à l’opération : en octobre 2001 pour les forces aériennes et en novembre 2001 pour les forces navales avec le Charles de Gaulle (opération Herakles) et dès janvier 2002 pour les forces terrestres, certaines incorporées à l’opération Enduring Freedom, d’autres à l’Isaf. De plus, on se situe aujourd’hui en pleine période de transition, où la Kapisa va passer, entièrement, sous contrôle des forces afghanes, comme l’a précisé le président Karzai il y a quelques jours en présentant la 3e phase de transition. Il n’y a donc pas totalement rupture de la coalition, mais simplement une accélération du calendrier, qui n’est pas impromptue. Elle a largement été annoncée aux alliés lors de la campagne et aujourd’hui officiellement.

 

Ecoutez ici la réponse

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories