Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
16 mai 2012 3 16 /05 /mai /2012 16:50
Les Britanniques envisagent de transférer 1 200 véhicules aux Afghans

 

16.05.2012 par P. CHAPLEAU Lignes de Défense

 

 

Selon le MailOnline, l'armée britannique a décidé de ne pas rapatrier plus d'un millier de véhicules et blindés légers lors de son retrait d'Afghanistan en 2014. L'armée britannique déploie actuellement quelque 1 900 véhicules dans le sud du pays; sur ce nombre, 700 seulement (Ridgeback, Mastiff et Foxhound) seraient rapatriés au Royaume-Uni, le reste étant transféré aux forces afghanes.

 

La décision concerne des centaines de Land Rover blindées, des Jackal, Wolfhound, Warthog (photo ci-dessus). Selon le MailOnline, 132 Snatch Land Rovers et 198 Vector seraient aussi rétrocédés aux Afghans. Valeur du parc cédé: près de deux milliards (et non millions) de livres sterling.

 

On se demande si les Afghans apprécieront ce genre de don. Si tous les contingents isafiens font de même, l'armée afghane va hériter d'une panoplie dépareillée de véhicules. Futur casse-tête de mécanos en panne de pièces de rechange!

Partager cet article
Repost0
16 mai 2012 3 16 /05 /mai /2012 07:55

vondra_seminar.jpg

 

15-05-2012 Guillaume Narguetn - radio.cz

 

« Se préparer à l’après-Afghanistan » : c’est ce que le ministre de la Défense a déclaré qu’il convenait de faire, lundi, lors d’un séminaire au Sénat consacré aux missions de l’Armée tchèque à l’étranger. S’il ne doute pas du sens et de l’utilité des dix années passées jusqu’à présent par le contingent tchèque en Afghanistan dans le cadre de l’alliance de la Force d’assistance et de sécurité de l’OTAN (ISAF), Alexandr Vondra a toutefois souligné que, dans un proche avenir, les pays européens membres de l’OTAN allaient d’abord devoir se consacrer à la défense de leur territoire.


Ecouter: MP3

 « Les Etats-Unis réduisent leur présence en Europe pour concentrer leur attention sur l’Asie. Ils vont demander aux Européens d’assurer eux-mêmes dans une plus grande mesure leur sécurité et les intérêts de leur territoire et des régions voisines. Si nous n’en sommes pas capables, l’OTAN perdra de son sens pour les Américains et nous ne pouvons pas nous le permettre. »


La mission de l’ISAF en Afghanistan et, avec elle, celle du contingent tchèque, s’achèvera fin 2014. La responsabilité de la sécurité dans le pays reviendra alors à l’armée et à la police locales, seul un minimum de forces alliées étant appelé à rester sur place. Selon le projet préparé par le ministre de la Défense, le nombre de militaires tchèques devrait ainsi être progressivement réduit pour passer de 640 soldats cette année à 340 en 2014. La présence tchèque en Afghanistan, qui remonte à 2002 avec l’envoi à l’époque d’un hôpital de campagne et d’une unité des forces spéciales, a été la plus importante l’année dernière avec 720 soldats. En début d’année, lors d’une visite aux Etats-Unis, Alexandr Vondra avait annoncé qu’il entendait prolonger de deux années supplémentaires la mission tchèque, qui devait initialement arriver à son terme à la fin de cette année.

 

 afghanistan_wardak.jpg

Photo: Martin Hajduch, www.army.cz

 

Lundi, le ministre de la Défense s’est efforcé de tordre le cou aux critiques selon lesquelles la mission de l’ISAF et à travers elle l’engagement tchèque n’avaient pas eu de sens. S’il a reconnu que l’Afghanistan ne s’était pas transformé en une « oasis de stabilité et de démocratie », il a néanmoins fait remarquer qu’un certain nombre d’objectifs avaient été atteints. Toujours selon lui, les opérations en Afghanistan ont souvent été sorties de leur contexte. « Il existe des raisons évidentes et toujours valables qui expliquent pourquoi nous nous sommes engagés comme alliés dans ce pays », a rappelé le ministre tchèque. « Nous participons à la reconstruction du pays tout en assurant l’entraînement des forces de sécurité afghanes afin de partir la conscience tranquille ».

 

afghanistan_wardak2.jpg

Photo: Martin Hajduch, www.army.cz

 

Enfin, Alexandr Vondra ne partage pas l’avis selon lequel les soldats tchèques ayant opéré ou opérant en Afghanistan se seraient « afghanisés ». Le ministre estime que l’expérience emmagasinée et le matériel acheté serviront pour d’autres opérations militaires à l’étranger. « Néanmoins, a conclu le ministre de la Défense, étant donné les moyens limités dont nous disposons tous, et pas seulement la République tchèque, nous devrons nous poser la question de fond de savoir de quelle manière l’envoi de soldats sert les intérêts des alliés et aussi nos intérêts ».

Partager cet article
Repost0
15 mai 2012 2 15 /05 /mai /2012 20:27

camp de Warehouse

 

14/05/2012 Par Isabelle Lasserre –LeFigaro.fr

Effectué par la route ou par les airs, le départ des soldats français a peu de chances d'être effectif avant fin 2012.

Retirer toutes les troupes françaises d'Afghanistan avant la fin 2012. C'est l'une des principales promesses électorales de François Hollande dans le domaine international. Mais sera-t-il capable de la tenir?

 

Concrètement, il s'agit d'évacuer 3 400 hommes, 900 véhicules dont 500 blindés, 1 400 conteneurs, 3 Mirage 2000 et 14 hélicoptères. Le seul moyen de respecter le délai de 2012 serait d'utiliser des avions-cargos, capables d'emporter les hommes et le matériel depuis les aéroports de Kaboul ou de Bagram jusqu'en France ou aux Émirats arabes unis, où Paris dispose d'une base militaire. La France étant sous-équipée en gros-porteurs, elle devra louer à la Russie ou à l'Ukraine des Antonov, capables d'héberger 7 à 8 véhicules blindés. Mais à environ 30 000 euros l'heure, le prix de l'aller-retour est astronomique. Le retrait anticipé aurait donc un coût énorme. «Il faudrait augmenter tout de suite les impôts», ironise un spécialiste.

 

Même si la France en avait les moyens, elle se heurterait à l'engorgement des aéroports afghans qui devront déjà absorber le retour au pays de 23 000 soldats américains avant la fin septembre. Ainsi qu'à un problème de disponibilité des gros-porteurs, également convoités par les autres pays de l'Alliance pour leurs rotations.

Seconde solution, la moins chère mais aussi la moins sûre: emprunter la route du sud, celle du Pakistan. Mais elle est pour l'instant fermée, Islamabad ayant jusqu'à nouvel ordre interdit le transit de matériel militaire sur son territoire pour protester contre les tirs de drones américains au Pakistan.

 

Reste la route du nord, par le rail, via l'Asie centrale et la Russie. Elle n'est pas donnée non plus, les pays d'Asie centrale, notamment l'Ouzbékistan, ayant augmenté leurs droits de douane, mais elle est plus sûre. Même par cet itinéraire, cependant, le retrait sera long et compliqué à organiser. Certes, les manœuvres de décrochage se feront en coordination avec les alliés et avec l'armée afghane. Mais l'été est propice aux attaques des talibans, qui pourront profiter de la végétation pour monter des embuscades contre les convois de l'Otan. Alors que les soldats français ont reçu l'ordre il y a quelques mois de ne plus guère sortir de leurs bases pour limiter les pertes pendant la campagne électorale, des officiers redoutent que le retrait s'effectue dans la violence.

Sommet de Chicago

Conscient des obstacles auxquels se heurte son projet afghan, le nouveau président français a commencé à mettre de l'eau dans son vin. Il laisse désormais entendre que seules les troupes combattantes pourraient partir avant la fin 2012. Quant au retrait du matériel, il «prendra sans doute plus de temps».

 

Pour les militaires, la mission reste très difficile à mettre en place. «On ne va pas laisser nos équipements et demander aux Américains qu'ils le protègent !», glisse l'un deux. Si les troupes combattantes sont évacuées, qui protégera les convois d'équipement des attaques des talibans lorsqu'ils entameront leur retraite?

 

Le retrait précipité de la France, soulignent certains experts, risque en revanche de désorganiser la coalition. La transition en Kapissa, le secteur français, doit normalement durer dix-huit mois. Qui épaulera pendant tout ce temps, dans cette province très instable, la jeune armée afghane?

 

Aux limites financières, sécuritaires et techniques, s'ajoutent des considérations diplomatiques. «En partant plus tôt que prévu, nous risquons d'abîmer notre relation avec les États-Unis et de passer pour un allié non fiable», redoute un gradé. Au début de l'année, Nicolas Sarkozy avait déjà décidé de précéder d'un an le calendrier établi par l'Otan, qui prévoyait un départ des forces combattantes avant la fin 2014. Washington avait à l'époque manifesté une certaine irritation, au moins sur la forme. Au sein de la coalition, plusieurs petits pays, pas très à l'aise avec l'engagement afghan, pourraient profiter du retrait français pour accélérer eux aussi leur départ. L'armée de terre française nourrit elle aussi quelques amertumes. «Les soldats ont le sentiment de ne pas être allés jusqu'au bout, de devoir partir en cours de route et de manière un peu précipitée», commente un officier.

 

Entre la promesse faite aux électeurs, la réalité sur le terrain, les impératifs diplomatiques et l'exigence de sécurité, la marge de manœuvre de François Hollande à Chicago, où il se rend cette semaine pour participer au sommet de l'Otan, est étroite. Certains parient qu'il finira par épouser le calendrier de Nicolas Sarkozy. Et que le reste ne sera qu'une question de sémantique.

Partager cet article
Repost0
15 mai 2012 2 15 /05 /mai /2012 16:50
British Army to donate £1bn of military vehicles to Afghan forces

The British Army's Snatch 2 Land Rovers during Operation Telic in Iraq

 

15 May 2012 army-technology.com

 

The UK Ministry of Defence (MoD) is planning to donate armoured vehicles worth an estimated £1bn to the Afghan National Army (ANA) following the withdrawal of UK troops by the end of 2014.

 

Senior military officials were quoted by the Daily Mail as saying that a preliminary analysis has identified more than 1,200 protected trucks and personnel carriers, which are likely to be passed over to the ANA rather than transported back to Britain.

 

The MoD has listed only 700 vehicles for recovery, which primarily includes the latest and most heavily protected vehicles, such as the Mastiffs, Ridgebacks, Foxhounds, as well as a number of Jackal armoured vehicles.

 

The Foreign Office, which oversees operational policy in Afghanistan, has ordered that 'significant equipment' should be passed to the Afghanistan army and police so they can maintain security when UK troops leave the nation.

 

The British Army currently has more than 1,900 protected vehicles in southern Afghanistan, and the overall cost of equipment to be passed to the ANA is expected to reach £2bn.

 

The vehicles being donated include a number of Wolfhound personnel carriers, some first generation Jackals, a weapons-mounted armoured patrol vehicle and a small number of heavily-protected Warthog all-terrain vehicles.

 

A total of 132 upgraded Snatch Land Rovers will also be handed over, along with 198 Vector armoured personnel carriers to the ANA and police, which mostly operate in a fleet of pick-up trucks.

 

The British Army has also handed over a number of basic vehicles to the Iraqi Army and police, including 400 armoured Land Rovers, which had been used in Northern Ireland.

Partager cet article
Repost0
15 mai 2012 2 15 /05 /mai /2012 16:30

Canadian Forces Flag.svg

 

May 14, 2012. David Pugliese - Defence Watch

 

.... Harper Open To the Idea, According to Report

 

This just in from Global TV:

 

The head of NATO says he wants Canadian soldiers to extend their stay in Afghanistan beyond 2014.

 

While Ottawa has said 900 of our remaining troops will be coming home in a couple of years, Anders Fogh Rasmussen said training Afghanistan’s army is going to take time, and he wants the Canadian Forces to stay longer.


“I appreciate very much that Canada provides trainers for our training mission in Afghanistan and I hope Canada will be in a position to continue that contribution also after 2014,” Rasmussen said Monday in an exclusive interview with Global National‘s Sean Mallen at NATO’s headquarters in Brussels.


“From that time on, the Afghans will have full responsibility, but they still need our assistance and this is the reason why we will continue a training mission,” the NATO Secretary General added.


“And I hope Canada will continue to support our training mission.”

 

It appears Prime Minister Stephen Harper is open to keeping Canadian soldiers in Afghanistan a little longer. “We will assess what is necessary to make sure that Afghanistan continues to progress toward being a state that is not a threat to global security, and that is able to take care of its own security,” he said in Ottawa on Monday.

 

“Those are our objectives and beyond that, we haven’t made any final decisions.”

 

Read it on Global News: The head of NATO says he wants Canadian soldiers to extend their stay in Afghanistan beyond 2014.

Partager cet article
Repost0
15 mai 2012 2 15 /05 /mai /2012 07:25

Afghan soldiers photo USAF

 

14 May 2012 / SİNEM CENGİZ, ANKARA - todayszaman.com

 

Parliament last week approved a protocol concerning the training of Afghan and Pakistani military personnel.

 

The governments of Turkey, Pakistan and Afghanistan, emphasizing their desire to improve relations and cooperation in the field of security, signed the protocol on mutual exercises and training courses of military personnel in İstanbul on Nov. 1, 2011, with Law No. 3119.

 

The protocol was published in the Official Gazette on May 10, 2012.

 

According to Article 1 of the protocol, the purpose of the protocol is to promote mutual relations and cooperation between the military of the three countries, and to enhance such cooperation in the areas of exercises and training courses.

 

The protocol binds military personnel, members of the armed forces from all three countries, to take part in further training and cooperation.

 

Article 4 of the protocol states that the three countries should cooperate in various fields, including combined special forces exercises, counterterrorism courses, combined natural disaster search and rescue exercises, tactical operation courses for dealing with improvised explosive devices, military training and capacity building as well as mid and high-level seminars on various other topics.

 

According to Article 8, the protocol does not affect the rights and responsibilities arising from any other international agreements that the three countries may have previously concluded.

 

The protocol was signed by Pakistani Army Chief Gen. Ashfaq Parvez Kayani, his Turkish counterpart, Gen. Necdet Özel, and Afghan Lt. Gen. Sher Mohammad Karimi on the conclusion of a trilateral summit hosted by Turkish President Abdullah Gül in İstanbul on Nov. 1, 2011, which was organized to reduce tensions between the two neighboring countries.

 

President Gül told reporters last November that Pakistan and Afghanistan had agreed to establish a joint mechanism for investigating the assassination of High Peace Council chief and former President Burhanuddin Rabbani, in order to establish the truth of what happened. The Turkish president said terrorism remained a key challenge and hurdle to peace and stability in Afghanistan and Pakistan.

 

The trilateral summit between Turkey, Pakistan and Afghanistan came at a “critical” time due to the increasing tensions between Afghanistan and Pakistan.

 

The presidents of Pakistan and Afghanistan said last November that they hoped the trilateral summit between the two countries and Turkey would lead to a reduction of recently inflamed tensions.

 

Afghan-Pakistani relations remain strained after both accused the other of supporting terrorist attacks and activities in their respective countries. Afghanistan also has accused the Pakistani intelligence agency of involvement in the recent assassination of Rabbani. Afghan President Hamid Karzai, calling the trilateral summit a significant move in the right direction, said: “The unfortunate assassination of Rabbani has thrown the entire [peace] exercise into difficulty. It was almost the end of negotiations.”

Partager cet article
Repost0
14 mai 2012 1 14 /05 /mai /2012 20:38

natoconvoy133555051pk

 

May. 14, 2012 Defense News (AFP)

 

ISLAMABAD — Pakistan said May 14 it was time to “move on” and repair relations with the U.S. and NATO, the strongest sign yet that it is ready to reopen supply routes into Afghanistan closed for nearly six months.

 

Foreign Minister Hina Rabbani Khar made the remarks one day before Pakistani leaders are to discuss ending the blockade, and so cave in to a key demand from the West in time to attend a NATO summit in Chicago on May 20-21.

 

Islamabad shut its Afghan border to NATO supplies after U.S. airstrikes killed 24 soldiers on Nov. 26, provoking a major crisis in Pakistani-U.S. relations on top of the outcry from the raid that killed Osama bin Laden the previous May.

 

“It was important to make a point, Pakistan has made a point and we now need to move on and go into a positive zone and try to conduct our relations,” Pakistan’s foreign minister told a news conference.

 

“We are trying to put this relationship, you know, in a positive zone and I am quite sure that we will be successful in doing so.”

 

Pakistan has made what have so far been futile calls for an end to U.S. drone strikes targeting the Taliban and al-Qaida on its soil and a formal apology for the November killings.

 

But analysts believe it has no choice but to reopen the border when U.S. cash is needed to help boost government coffers ahead of the next budget.

 

Asked whether Islamabad would allow a resumption of NATO supplies, Information Minister Qamar Zaman Kaira said a decision would be made within days.

 

“There are a lot of sensitivities,” he told reporters. “How we can share things with you which are under discussion? We will share it in the next three to four days.”

 

On May 14, Prime Minister Yousuf Raza Gilani briefed President Asif Ali Zardari, army chief of staff Gen. Ashfaq Kayani and ministers on his visit to Britain, the second largest contributor to the NATO mission in Afghanistan.

 

The presidency said the talks discussed “regional security” but did not refer explicitly to NATO.

 

Pakistani and U.S. officials spent the weekend locked in talks on reaching an understanding to govern fees, logistics and other obligations should trucks again carry NATO supplies through Pakistan.

 

The supply line negotiating team arrived in the country with U.S. special envoy Marc Grossman, who visited in April, and stayed on after he left, officials said.

 

Pakistan’s defense committee of the Cabinet, the country’s top civilian and military leaders, is to meet May 15 to discuss ending the blockade and repairing U.S. relations.

 

Pakistan’s parliament has demanded an end to U.S. drone strikes on Pakistani soil, but American officials consider the attacks a vital weapon in the war on Al-Qaeda.

 

Islamabad reiterated May 14 that it would still like an apology for the November airstrikes with the foreign minister saying it was “on the table.”

 

The U.S. has expressed regret for the deaths, which an American and NATO investigation said stemmed from mistakes made on both sides.

 

In a further sign that tensions are easing, Pakistan on May 13 hosted the most senior talks with NATO and the Afghan military in nearly a year.

 

U.S. Gen. John Allen, the NATO commander in Afghanistan, said he was “very encouraged” by the talks, which concentrated on improving border coordination.

Partager cet article
Repost0
14 mai 2012 1 14 /05 /mai /2012 16:30

Afghanistan.svg

 

Mai 14, 2012 Mieszko Dusautoy (BRUXELLES2)

 

L’Afghanistan était l’un des sujets à l’ordre du jour de la réunion des 27 ministres des affaires étrangères de l’UE aujourd’hui (14 mai). Point important avant la réunion de l’Alliance Atlantique à Chicago. Les « 27″ ont souligné « l’importance pour la communauté internationale d’adopter une approche globale de l’engagement post-2014, étant donné la corrélation entre la sécurité et le développement à long-terme de l’Afghanistan. » Mais ils ont refusé de s’engager sur un financement précis après 2014. Ce que demandait notamment l’OTAN et les Américains.

 

La sécurité, « vitale », la police civile « priorité » pour l’UE


En ce qui concerne la sécurité, elle est « vitale pour que les donateurs puissent donner une assistance effectivement à travers tout le pays. » Les 27 mettent l’accent sur le renforcement de la police civile car « assurer le professionnalisme et la qualité de la police afghane est une plus haute priorité que seuls les chiffres des fonds suffisants« . « La police civile va rester la priorité de l’assistance de l’UE au secteur de la sécurité« . Les ministres soulignent « l’importance d’une coopération et une coordination continue entre les missions de formation d’EUPOL, de l’OTAN et des Etats Membres« .

 

Après 2014, engagement de principe, à définir par la suite


La mission EUPOL Afghanistan doit continuer jusqu’à fin 2014, déjà. La décision de principe avait déjà été acquise. « Le soutien de l’UE aux efforts afghans de renforcement de la police et de l’Etat de droit » continuera « après 2014« . Les ministres n’ont pas voulu s’engager au delà. Car tout dépendra aussi d’une séquence de  réunions internationales qui vont s’étaler dans les prochaines semaines : Otan les 20 et 21 mai, Kaboul le 14 juin, Tokyo le 8 juillet. Le Conseil doit aborder « sous peu » la question de la forme que cela doit prendre.

L’UE entend par ailleurs augmenter le montant de son aide financière à destination de la Police Nationale Afghane à  travers le fonds LOFTA (Law and Order Trust Fund). « Il est essentiel que le LOFTA soit géré de manière efficace, transparente et responsable. » Mais certains pays – notamment les contributeurs nets comme la France ne veut pas qu’il y ait d’engagement sur l’Afghanistan avant un accord plus global sur le cadre financier pluriannuel de l’UE pour 2014-2020.

 

Les autorités afghanes renvoyées à leur responsabilité sur les élections, les finances et la justice


Les 27 ont rappelé leur soutien au gouvernement afghan « au cours de la décennie de la transformation« . Ils appellent les autorités locales à prendre leurs responsabilités quant à « l’exécution de leurs engagements à améliorer la gouvernance politique et économique« . En particulier pour « la tenue d’élections présidentielles et législatives inclusives et crédibles« . Pour cela, « l’UE est prête à continuer à soutenir les efforts afghans pour réformer le système électoral« . En outre, la priorité doit être donné à l’établissement d’une « société civile active et indépendante« , « au respect des droits de l’homme, particulièrement ceux des femmes et des enfants » ainsi qu’au « renforcement du secteur judiciaire, qui est une contrepartie essentielle d’une police civile plus forte« . La gestion des finances publiques doit être améliorée, notamment en assurant une transparence des flux liés à l’aide internationale. La question de la corruption et de « l’évaporation » des différentes sommes données par la communauté internationale est et reste toujours problématique.

 

Lire également :

Télécharger les conclusions du Conseil (en anglais)

Partager cet article
Repost0
14 mai 2012 1 14 /05 /mai /2012 11:30

nato-emblem-300-dark-blue-lg

 

May 14, 2012 defpro.com

 

I welcome President Karzai's announcement confirming the third group of Afghan provinces, cities and districts to make the move to Afghan security lead. This means that the Afghan National Security Forces will soon have lead security responsibility for three quarters of the Afghan population.

 

Once this decision is implemented, transition will have begun in every one of the 34 provinces of Afghanistan, including every provincial capital, and will cover almost two-thirds of the country’s districts.

 

This is thanks to the courage and determination of the Afghan people, the Afghan security forces and ISAF, and it is a result of the progress we have already made. Together, we are moving steadily closer to our shared goal: to see the Afghan forces fully in charge of their country’s security by the end of 2014.

 

The completion of transition at the end of 2014 will mark the end of NATO’s combat role, but not the end of our engagement. NATO is committed to an enduring partnership with Afghanistan, and to providing the training which the Afghan forces will still need, beyond 2014.

 

At the Chicago summit on May 20-21 we will take the decisions which will shape that future training mission. (NATO)

Partager cet article
Repost0
14 mai 2012 1 14 /05 /mai /2012 07:55

Fin Surobi Avril 2012 source LdDEF

 

13/05/2012 Le Point.fr (AFP)

 

Le ministre britannique de la Défense, Philip Hammond, a regretté que les forces de l'Otan ne quittent pas "ensemble" l'Afghanistan.

 

Le ministre britannique de la Défense, Philip Hammond, a regretté que les forces de l'Otan ne quittent pas "ensemble" l'Afghanistan, tout en jugeant "possible" le retrait français anticipé envisagé par le nouveau président français élu François Hollande. Ce dernier a affirmé ces derniers mois son objectif de retirer les troupes combattantes françaises d'ici à la fin 2012, soit deux ans avant le terme prévu de la mission de l'Otan en Afghanistan. Il a l'intention d'expliquer sa stratégie au sommet de l'Otan, qui se déroulera à Chicago les 20 et 21 mai.

 

"Les pays membres de l'Otan sont allés en Afghanistan ensemble et nous avons toujours dit que nous en partirions ensemble, ce qui est important pour la cohésion de l'Alliance", a indiqué Philip Hammond dans une émission de la télévision BBC. "D'un autre côté, il est clair que, dans certaines régions d'Afghanistan, la sécurité est telle qu'il est possible pour les troupes de l'Isaf de se retirer d'un rôle de combat", a-t-il ajouté. "La zone où les Français apportent leur soutien aux Afghans est une zone relativement calme, ce qui rend probablement possible un retrait français sur une période raisonnable sans porter atteinte gravement aux troupes de la coalition", a-t-il jugé.

 

Avec environ 3 400 hommes encore déployés en Afghanistan, essentiellement dans la vallée de la Kapisa (nord-est), la France dispose du 5e contingent étranger dans ce pays, dans le cadre de l'Isaf, force armée de l'Otan, qui compte au total 130 000 soldats. Les Britanniques en constituent le deuxième contingent, derrière les Américains, avec 9 500 militaires.

Partager cet article
Repost0
14 mai 2012 1 14 /05 /mai /2012 07:40

Afghanistan.svg

 

13 mai 2012 Guysen International news

 

Le président Hamid Karzaï a annoncé dimanche que l'armée afghane allait assurer la sécurité des trois-quarts de la population en Afghanistan à la suite de la prochaine étape, la troisième sur cinq au total prévues, dans le transfert par l'Otan d'ici à fin 2014 du maintien de la sécurité dans ce pays. Des responsables du gouvernement afghan ont déclaré que cette troisième phase commencerait dans les plus brefs délais.

Partager cet article
Repost0
13 mai 2012 7 13 /05 /mai /2012 17:10

Afghan soldiers photo USAF

 

13.05.2012 Le Monde.fr

 

Le président afghan, Hamid Karzaï, a annoncé dimanche 13 mai que l'armée afghane allait assurer la sécurité de 75 % de la population du pays à la suite de la troisième et prochaine tranche de transfert de la sécurité de l'OTAN à l'armée afghane. La province de Kapisa, où sont basées les troupes françaises, sera une des onze provinces et 122 districts à passer sous contrôle afghan, selon un communiqué publié par le bureau de la présidence.

 

Cette troisième phase de transfert de la sécurité, dont la date n'est pas communiquée, est une nouvelle étape vers le retrait d'ici fin 2014 de l'ISAF, la force armée de l'OTAN, qui compte au total 130 000 soldats.

 

HOLLANDE VEUT RETIRER LES TROUPES FRANÇAISES

 

Le nouveau président français élu François Hollande a affirmé ces derniers mois son objectif de retirer les troupes combattantes françaises d'ici à la fin 2012, soit deux ans avant le terme prévu de la mission de l'Otan en Afghanistan. Avec environ 3 400 hommes encore déployés en Afghanistan, la France dispose du 5e contingent étranger dans ce pays.

 

Le ministre de la défense britannique, Philip Hammond, a d'ailleurs regretté que les forces de l'OTAN ne quittent pas "ensemble" l'Afghanistan, tout en jugeant "possible" le retrait français anticipé envisagé par le nouveau président français élu François Hollande. "La zone où les Français apportent leur soutien aux Afghans est une zone relativement calme, ce qui rend probablement possible un retrait français sur une période raisonnable sans porter atteinte gravement aux troupes de la coalition", a-t-il jugé.

 

Les deux premières phases du transfert de la sécurité de l'OTAN vers l'armée afghane, processus démarré en juillet 2011, ont déjà placé 50 % de la population du pays sous contrôle afghan.

Partager cet article
Repost0
13 mai 2012 7 13 /05 /mai /2012 16:30

Afghanistan.svg

 

13.05.2012 par P. CHAPLEAU Lignes de défense

 

La province de Kapisa, où est basé l'essentiel des troupes de combat françaises, est l'une des onze provinces (avec l'Uruzagan tenue par les Australiens) et 122 districts qui vont passer sous contrôle afghan, selon un communiqué publié ce dimanche par le bureau de la présidence afghane.

 

Dans ce communiqué, le président afghan Hamid Karzaï annonce que l'armée afghane assurera la sécurité de 75% de la population du pays à la suite de la troisième et prochaine tranche de transfert de responsabilité. Cette annonce intervient moins d'une semaine avant le sommet de l'Otan qui devrait voir la France (et peut-être un ou deux autres pays) annoncer le retrait de leur contingent d'Afghanistan).

Partager cet article
Repost0
13 mai 2012 7 13 /05 /mai /2012 11:19

releve-du-groupement-tactique-interarmes-en-kapisa-1.jpg

 

11/05/2012 Sources : EMA

 

Le 7 mai 2012, le colonel de Larouzière a succédé au colonel Gouriou à la tête du groupement tactique interarmes (GTIA) en Kapisa. Le Battle Group (BG) Steel (acier) succède ainsi au BG Tiger qui armait le GTIA Kapisa depuis le 7 novembre 2011.

 

En présence de soldats américains et français et de chefs de Kandak (bataillon) afghans, le général Hautecloque-Raysz, commandant la Task Force Lafayette (TFLF) a rappelé la difficulté de la mission confié au BG Tiger pendant le dernier mandat.


« Vous allez retrouver notre chère terre de France […] vous devez le faire la tête haute ! » a-t-il déclaré. Il a rendu hommage aux 3 légionnaires du BG Tiger qui sont morts les 14 novembre et 29 décembre 2011. Il a également rappelé les avancées obtenues par les soldats de Tiger, notamment les progrès en termes d’autonomie et d’efficacité de l’armée afghane qui a pu prendre en compte 3 postes de combats jusque là tenus par les soldats français, en vallée d’Alasay et de Tagab, et assurer elle-même la construction d’un nouveau poste en vallée d’Alasay. 

 

Le BG Steel, qui succède au BG Tiger, est articulé autour du 16e bataillon de chasseurs (BC) de Bitche avec :
- le 501e régiment de chars de combat (RCC) de Mourmelon ;
- le 92e régiment d’infanterie (RI) de Clermont-Ferrand ;
- le 13e régiment du génie(RG) de Valdahon ;
- des équipes cynotechniques du 132ème BCAT de Suippes ;
- le 6e régiment du génie (RG) d’Angers, le 31e RG de Castelsarrasin, le 1er régiment étranger de génie (REG) de Laudun ;
- le 40e régiment d’artillerie (RA) de Suippes.

 

Le BG Steel poursuit la mission d’appui à l’armée afghane pour qu’elle continue de progresser pour assurer elle-même et seule la sécurité en Kapisa.

 

Sources : EMA

Partager cet article
Repost0
13 mai 2012 7 13 /05 /mai /2012 09:36

Felin-Pamir-Avril-2012-source-LdDef.jpg

 

13.05.2012 par P. CHAPLEAU Lignes de Défense

 

Le FELIN a été déployé en Afghanistan depuis six mois. Pour en savoir un peu sur ses performances, on peut lire le numéro d'avril de Pamir News.


On lira aussi le résumé de cet article sur le blog Mars attaque. "Ni miracle ni catastrophe" dit pertinemment le titre de l'article.

Partager cet article
Repost0
12 mai 2012 6 12 /05 /mai /2012 16:30

India.svg

 

May 12 2012Shubhajit Roy - indianexpress.com

 

New Delhi - In a bid to expand its strategic footprint in Afghanistan in the post-2014 phase, India is set to give three helicopters to the Afghan security forces, and to train Afghan policemen in Indian training institutions.

 

These discussions took place at the first Joint Working Group on Political and Security Consultations held on April 30 between Foreign Secretary Ranjan Mathai and Deputy Foreign Minister of Afghanistan, Jawed Ludin. The working group meeting took place a day ahead of the May 1 Partnership Council meeting held last week between External Affairs minister S M Krishna and Afghanistan foreign minister Zalmai Rassoul.

 

New Delhi has offered to increase the strength of police training slots in various police academies. Already, there are about 150 Afghan officers who are doing courses in different training facilities in the country. Delhi and Kabul have also discussed the way Afghanistan should structure its police forces.

 

Delhi is also in conversation with the Afghan national security forces on “refurbishing” their equipments.

 

On the political and security cooperation between the two sides, Afghan Foreign Minister Zalmai Rassoul had said that India is helping his country’s forces to prepare to prevent a resurgence of the Taliban after the US withdrawal.

 

“With India, we are continuing to discuss about training our officers, training national security forces, but also equipping, in the longer term, our security forces,” Rassoul had said last week.

 

Krishna had told Rassoul, after the talks last week, “We will continue to partner with the Afghan government to ensure that Afghanistan is a source of regional stability and does not become a target for extremist forces.”

Partager cet article
Repost0
12 mai 2012 6 12 /05 /mai /2012 11:45

natoconvoy133555051pk.jpg

 

May 11, 2012 defence.pk

 

Claire McCaskill, the Democrat senator from the state of Missouri claimed that NATO is losing more than $1 million every day because of Pakistan’s refusal to allow fuel supplies to Afghanistan.

 

The NATO is currently using the Northern Distribution Network (NDN) to supply fuel and other supplies to its troops in Afghanistan, which is lengthier and considerably costlier, as compared to the Karachi-Peshawar route (Southern Distribution Network). The increasing transport costs have dealt a heavy blow to the NATO troops in Afghanistan, which are already affected badly by the sharp rise in crude oil prices.

 

The senator claimed that the armed forces are facing an additional bill of $1.3 billion as a result of the increase in crude oil prices. She said that the closure of the Pak supply route is further putting in pressure on their already critical financial state. Pakistan closed the supply route after the November 26 cross-border NATO air raid, which killed 24 of its troops in 2011.

 

The Vice Chief of Staff of the United States Air Force, Gen. Philip Breedlove said during the same congressional hearing that the armed forces are likely to face further additional bills and operational delays if Pakistan refuses to reopen the Ground Lines of Communication (GLOCs).

 

NATO is having two primary supply routes for its troops and vehicles in Afghanistan. The first and the shortest one is the Southern Distribution Network (SDN). The SDN starts from Karachi, then splitting in to two at Sindh. The first one travels towards the South Eastern Afghan city of Qandahar. The second one goes toward Multan, from there to Peshawar and terminates at Kabul after travelling through Jalalabad.

 

The NDN is considerably longer, starting at the Black Sea port of Poti (Georgia) and then reaching the Caspian coast city of Baku after travelling through Tbilisi. From Baku, the oil and other supplies are transported to the Kazakh port of Aktau. It travels further south through Termez in Uzbekistan, finally reaching Mazar-e-Sharif in Northern Afghanistan. The NDN started operating from 2008 onward, when the NATO decided to bypass Pakistan as a result of frequent attacks by Taliban and other insurgent groups. In 2011, the NDN was transporting as much as 35% more supplies when compared with the SDN.

Partager cet article
Repost0
11 mai 2012 5 11 /05 /mai /2012 18:21

afghanistan-operation-condor-circle-1.jpg

 

11/05/2012 Sources : EMA

 

Les 1er et 2 mai 2012, les soldats français ont conduit, avec les forces de sécurité afghanes, une opération de ravitaillement logistique des bases opérationnelles avancées (FOB) de Tagab et de Nijrab en Kapisa. Le convoi important comptait près de 30 véhicules et acheminait 50 tonnes de fret, nécessaires au fonctionnement des bases.

 

L’opération s’est déroulée en 3 phases.

 

Dans un premier temps, le 1er mai, la RCC (Road Clearance Compagny) afghane a mené une mission de reconnaissance d’itinéraire, appuyée par le détachement français d’ouverture d’itinéraire piégé dans le nord de Kapisa.
Puis les éléments du Battle Group (BG) Tiger et de kandaks (bataillons) afghans se sont déployés le long de l’axe Nijrab-Tagab. Des éléments ont été mis en place sur les hauteurs en hélicoptères.

 

afghanistan-operation-condor-circle-3.jpg


Ensuite, dans la nuit du 2 mai, les vrombissements du convoi du Battle Group le long de la voie sacrée se sont fait entendre en quittant le camp de Warehouse à Kaboul.

 

La trentaine de véhicules s’est dirigée vers le nord du pays, en direction de Bragram, avant de continuer vers Mahmud-e Raki et d’emprunter l’axe Vermont pour arriver à la FOB de Nijrab.


Sur la FOB de Nijrab, les matériels on été déchargés, les véhicules recomplétés et le personnel a pris quelques minutes de repos avant de reprendre la route vers la FOB de Tagab.

 

afghanistan-operation-condor-circle-2.jpg


Quinze kilomètres séparent les deux FOB. Cette dernière étape a été la plus sensible de l’opération. Il faut traverser la zone verte qui est, en cette saison de feuillaison, très propice aux accrochages.


En effet, des insurgés ont tenté à plusieurs reprises de prendre à partie le convoi mais les ripostes coordonnées des dispositifs français et afghans, avec l’appui des hélicoptères ont permis de faire cesser ces attaques et de mobiliser plusieurs insurgés.

 

Au bilan, les 50 tonnes de ravitaillement ont pu être acheminées sans encombre. Il s’agissait de la dernière opération du BG Tiger, qui a passé la main au BG Steel, le 7 mai 2012.

Partager cet article
Repost0
11 mai 2012 5 11 /05 /mai /2012 17:30

Nato source Lignes de Défense

 

May 11, 2012 thenews.com.pk

 

BRUSSELS: NATO Secretary General Anders Fogh Rasmussen said Friday that Pakistan had not been invited to the upcoming Chicago summit.

 

Rasmussen added that China, Russia and India have also not been invited to the conference. Invitations were given to Qatar, United Arab Emirates, Jordan and Morocco.

 

Speaking to reporters, Rasmussen asked Pakistan to restore the NATO supply route.

 

“Our supply should be unblocked immediately,” Rasmussen said in reply to a question.

 

The May 20-21 summit will be the biggest NATO summit in history, with more than 60 countries and organizations represented.

 

The United States anticipates three results from the summit:

 

• An agreement on an interim milestone in 2013 when the International Security Assistance Force's mission will shift from combat to support for the Afghan national security forces;

 

• An agreement on the size, cost and sustainment of the Afghan forces beyond 2014; and

 

• A road-map for NATO's post-2014 role in Afghanistan.

Partager cet article
Repost0
11 mai 2012 5 11 /05 /mai /2012 12:53

Nato pic 2 source Ria Novisti

 

Mai 11, 2012 Nicolas Gros-Verheyde (BRUXELLES2)

 

Le retrait des troupes combattantes de l’OTAN programmés pour 2014 ne signifie pas la fin de toute mission de l’OTAN en Afghanistan, a confirmé officiellement aujourd’hui Anders Fogh Rasmussen, lors de sa conférence de presse mensuelle. D’ailleurs déjà dès l’année prochaine, en 2013, la mission ISAF va évoluer. « Dans le cours de l’année prochaine (2013), quand l’armée afghane aura pris le « lead » du commandement, nous aurons à augmenter notre rôle de soutien ». Et ceci « incluera également un rôle de soutien au combat ».

 

Pas une nouvelle mission ISAF 

 

Après 2014, l’OTAN restera en Afghanistan. « Ce n’est pas une mission ISAF sous un autre nom » a-t-il tenu cependant à préciser. Ce sera « une nouvelle mission avec un nouveau rôle ». Elle aura trois fonctions : « former, conseiller et assister » l’armée afghane et les forces de sécurité. L’assistance dans la fonction de combat n’est pas précisée explicitement. Mais elle parait certaine. Ce sera tout l’enjeu des débats à Chicago que de « définir » le rôle de l’Alliance dans la région. Tout comme les alliés auront à « définir (leur) soutien financier à l’Afghanistan, dans le cadre du soutien international ».

A Chicago, l’OTAN compte d’ailleurs capitaliser sur cette expérience unique en son genre qui est à la fois un vecteur de la transformation des armées et de rayonnement politique. Coté capacitaire, différents besoins ont été détectés, des orientations prises, des équipements commandés qui n’étaient pas automatiquement planifiés avant le début de la mission sur place. Une partie de la transformation capacitaire qui est en cours prend ainsi naissance à Kandahar, dans la Kapisa ou le Helmand.

 

OTAN, organisation globale de sécurité


Coté politique, l’OTAN a réussi à déborder de ses frontières. « Nous avons rassemblé la plus grande coalition de l’histoire récente » a précisé Rasmussen. Et elle entend s’imposer comme un vecteur global de la sécurité dans le monde. « Dans le monde d’aujourd’hui, les défis de sécurité ne connaissent pas de frontières et aucun pays ou alliance ne peut plus prétendre faire face seul aux défis de sécurité » explique le secrétaire général de l’OTAN. « Notre réseau unique de partenaires s’étend dans le monde entier :de l’Europe de l’est à l’Asie de l’Est, de l’Afrique du nord au Pacifique sud. » L’Union européenne et l’ONU sont ainsi invités à ce sommet. « L’OTAN reste une alliance euro-atlantique. Mais c’est aussi un partenaire de choix pour la paix et la sécurité dans le monde. »

Partager cet article
Repost0
11 mai 2012 5 11 /05 /mai /2012 07:55

media_xll_4818792.jpg

 

10 mai 2012 Opex news

 

Le retrait des militaires belges d'Afghanistan débutera au mois de septembre, a dit le Premier ministre Elio Di Rupo, jeudi à la Chambre. Leur nombre passera, encore cette année, de 626 à environ 360.

 

Le Premier ministre répondait ainsi aux questions de Dirk Van der Maelen (sp.a) et Wouter De Vriendt (Groen) après le déplacement en Afghanistan des ministres de la Défense et des Affaires étrangères, Pieter De Crem et Didier Reynders.

 

L'accord de gouvernement est clair. Il prévoit que le retrait des troupes d'Afghanistan débutera encore cette année, a rappelé Elio Di Rupo.

 

Il a encore ajouté que toute déclaration sur la présence éventuelle de militaires belges après 2014 était prématurée.

Partager cet article
Repost0
10 mai 2012 4 10 /05 /mai /2012 07:45

centre-de-formation-de-Mazar-e-Sharif-LdDef.jpg

 

09.05.2012 par P. CHAPLEAU Lignes de Défense

 

Le 26 avril, le centre de formation de Mazar-e-Sharif (nord de l'Afghanistan) a fermé. Ce Regional Training Center ouvert en 2004 à l'initiative du DoS (Department of State, qui avait alors la charge du contrat de formation de la police afghane), était utilisé pour la formation des officiers de police et les agents de l'ANCOP (Afghan National Civil Order Police).

 

gendarmes mazar.jpgInitialement, la formation était assurée par DynCorp puis des forces de police européennes ont envoyé des formateurs dans le cadre du NTM-A (Nato Training Mission Afghanistan, qui a donné cette info sur son site). Aux côtés de gendarmes français (ils étaient encore une trentaine en 2011) opéraient donc des Gardes civils espagnols et des policiers polonais.

La fermeture du centre de formation ne signifie pas la disparition du site qui a été rétrocédé aux forces afghanes. Le site va accueilir le QG de la 6e brigade de l'ANCOP et deux bataillons (soit 1300 hommes).

Partager cet article
Repost0
9 mai 2012 3 09 /05 /mai /2012 17:10

K-MAX-in-Afghanistan--USMC-photo-.jpg

 

The Marine Corps says the K-MAX has performed so well in Afghanistan that the original six-month trial has been extended in theater. (USMC photo)

 

May 9, 2012 defense-aerospace.com

(Source: US Marine Corps; issued May 7, 2012)

 

3D MAW (FWD) Explores the Use of Unmanned Helicopters

 

HELMAND PROVINCE, Afghanistan --- Improvised explosive devices have changed the way the Marine Corps engages hostile forces. The need has risen for supplies to reach the most remote parts of Afghanistan quickly, reliably and safely.

 

Late last year, the Corps began experimenting with the K-MAX - an unmanned helicopter, able to transport large amounts of cargo and reduce the need for convoys.

 

With troops spread across a desolate country with few paved roads, steep mountains, rocky terrain and abrasive weather, the K-MAX has arrived to help deliver supplies across the harsh lands of Afghanistan.

 

Presently, convoys are exposed to many potential dangers, such as improvised explosive devices and ambushes. Both have claimed the lives of Marines in the past.

 

“The need [for an alternate transport solution] came about because the Marine Corps wanted to get trucks off the road,” said Maj. Kyle O’Connor, the detachment officer in charge for Cargo Resupply Unmanned Aircraft Systems [CRUAS], a component of Marine Unmanned Aerial Vehicle Squadron 1.

 

“They wanted to be able to deliver supplies from one locale to another without putting Marines in danger of IED’s,” he said. “The Marine Corps needed a fast, reliable platform with which to deliver to COPs [Combat Outposts].”

 

The K-MAX platform has a unique configuration. The two sets of rotors are mounted side-by-side and turn in opposite directions. Each rotor on the helicopter is mounted at a slight angle to the other so that the blades can spin simultaneously without colliding. This configuration allows for superior stability and power while eliminating the need for a tail rotor.

 

K-MAX has, thus far, fulfilled the Corps’ request of transporting large amounts of cargo over great distances in an expeditious manner.

 

O’Connor explained that in the month of March alone, the K-MAX ferried approximately 500,000 pounds of cargo and has transported more than 1.3 million pounds since its arrival five months ago. It has flown roughly 400 missions in theater.

 

O’Connor said the K-MAX has performed so well that the original six-month trial has been extended in theater.

 

“It’s such a new system for the DoD [Department of Defense] that there isn’t a whole lot of reliability data for it,” he said. “Since it’s done so well, the deployment extension is going to give us more time to continue to gather data on its performance and transport more cargo.”

 

The data collected will give Corps officials insight on whether to keep the K-MAX as a permanent addition to the Corps’ unmanned squadrons.

 

“We’re flying to see if there are any issues and see if problems come up,” O’Connor said.

 

While data is being collected, new tactics, techniques and procedures have been created to weave the K-MAX into everyday operations across Helmand province.

 

Sgt. Trevor Scarberry, an Air Vehicle Operator with CRUAS said he has helped create new procedures for the aircraft.

 

“Since no one has done this and it’s all brand new, we’re having to develop new ways of doing things,” said Scarberry, of Choctaw, Okla.

 

He said new procedures have been implemented for safety, landing zone and air space coordination. One such procedure ensures the safety of ground crews unloading the K-MAX once it reaches its destinations. The intermeshing duel rotors spin within a few feet of the ground and surrounding personnel must be keenly aware of the down tilt of the rotor blades.

 

Even though the K-MAX is still in its trial run, Scarberry said he is very pleased with the performance of the aircraft.

 

“The precision of the system is amazing,” he said. “I’ve been impressed and surprised.”

 

In addition to resupplying units on the ground, the K-MAX will also support the reduction of international troops. While NATO forces prepare to withdraw from Afghanistan, the K-MAX will be working alongside them.

 

“As the drawdown occurs, there will be fewer vehicles and a greater demand for air transportation,” O’Connor said. “With K-MAX being extended, we hope to use it to assist in retrograde operations.”

 

O’Connor added since February, the K-MAX has helped retrograde equipment from several combat outposts and will likely continue these types of operations in the future.

Partager cet article
Repost0
9 mai 2012 3 09 /05 /mai /2012 16:57

DROGEN-photo-Infotron.jpg

DROGEN photo Infotron

 

09.05.2012 Par  Guillaume Belan (FOB)

 

Les capacités et la protection des unités françaises du génie déployées en Afghanistan vont être considérablement accrues dès cet été avec l’arrivée du mini-drone à voilure tournante « DROGEN » (Drone pour les unités du Génie). Trois de ces petits drones de type hélicoptère à rotors contra-rotatifs, d’une quinzaine de kilos ont été commandés en procédure d’urgence opérationnelle par l’armée de terre afin de venir offrir des capacités d’observation et de détection avancées pour la lutte contre les IED (engins piégés artisanaux), qui demeure la principale menace des troupes de l’ISAF en Afghanistan. La DGA est en passe d’achever ses essais de qualification, puis c’est le génie qui le récupérera pour s’entrainer. Le déploiement opérationnel au sein du DOIP (détachement d’ouverture d’itinéraire piégé) est prévu courant du mois d’août. Sur les trois drones commandés, deux doivent être projetés sur le théâtre afghan, tandis que le troisième restera en France pour assurer la formation. Ce petit drone aidera les unités à reconnaitre les itinéraires et détecter les emplacements suspects piégés. Le drone IT 180-5, d’une dizaine de kilomètres de portée est fabriqué par la PME française Infotron. Le segment sol est réalisé par Thales.

 

La lutte contre les IED fait l’objet d’efforts importants de la part de l’état-major des armées depuis quelques années. Outre divers types brouilleurs, les unités du génie ont aussi perçu le MiniRogen, robot détecteur et déclencheur d’IED. Les unités s’entraînent actuellement à son utilisation.

Partager cet article
Repost0
9 mai 2012 3 09 /05 /mai /2012 16:55

AIR_MD-530F_Military_lg.jpg

 

May 9, 2012 ASDNews Source : Cobham Plc

 

Cobham has announced that three of its business units will provide critical components for six MD530F training helicopters bound for Shindand Air Base in Afghanistan in 2012.

 

Via its partner, EDMO Distributors, Cobham Aerospace Communications will supply four N301A audio controllers, Cobham Antenna Systems will provide VHF Communications, VOR/LOC/GS V-Dipole, DME, and Navigation Splitter Antennas, and Cobham Commercial Systems will supply an Artex C406-2HM Emergency Locator Transmitter for each MD530F. John Payne, General Manager, Cobham Aerospace Communications, said, “Cobham is proud to be on board the MD530F. Our ruggedized, lightweight, high-performance components will deliver superior communication and navigation functionality, resulting in significantly enhanced safety in the high altitude/high temperature environment of Afghanistan.”

 

It’s anticipated that up to 50 MD530F helicopters will be produced over the next three years.

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories