Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
1 avril 2014 2 01 /04 /avril /2014 07:20
Dunford: US Will Not Give Pakistan MRAPs From Afghanistan

 

Mar. 28, 2014 - By JEFF SCHOGOL  - Defense News

 

The US military is disputing media reports that it plans to give Pakistan excess American military equipment that is currently in Afghanistan.

 

“Our commitment to the Afghan people and the Afghan National Security Forces is unwavering,” Marine Gen. Joseph Dunford, commander of all US and NATO troops in Afghanistan, said in a statement Thursday.

 

The Washington Post first reported in a March 16 web story that the US military was considering giving the Pakistanis $7 billion worth of equipment amid the drawdown in Afghanistan. The Pakistani military has expressed interest in getting Mine Resistant Ambush Protected vehicles, which have been proven to be too big and heavy to operate effectively in Afghanistan, which lacks road infrastructure.

 

The story came shortly after Dunford had testified before the Senate Armed Services Committee that the US military was considering whether to repair damaged MRAPs in Afghanistan in order to give them to someone else.

 

“We're in the process right now of seeing if there are any of our allies that can use those vehicles,” Dunford said at the March 12 hearing. “The services are also going back to review those requirements. I've put a stop on any destruction of any vehicles except those that are battle-damaged.”

 

But US Forces-Afghanistan issued a statement on Thursday calling media reports that it was considering sending military equipment to Pakistan “inaccurate.”

 

“USFOR-A does not provide or intend to provide any such equipment, including MRAPs, from Afghanistan to Pakistan,” the statement says.

 

When asked about the statement by Military Times, a spokeswoman for the Washington Post said the newspaper stands by its story.

 

“We reported accurately on March 17 that discussions about a possible equipment transfer to Pakistan had been going on for months and that no final decisions had been made,” the spokeswoman said in an email. “We have taken note of the March 27 statement from US Forces Afghanistan.”

 

The story caused more strain on the US military’s relationship with Afghan President Hamid Karzai, whose spokesman said Afghanistan would oppose any move to give excess MRAPs to Pakistan.

 

“Afghan security forces need this type of equipment and as a strategic partner, the US needs to consult with Afghanistan before making such a decision,” Emal Faizi told Voice of America for a March 18 story.

Partager cet article
Repost0
30 mars 2014 7 30 /03 /mars /2014 11:20
U.S. Army’s Artillery Branch Preparing For Future Wars By Returning To Cold War-Era Tactics


March 26, 2014. David Pugliese - Defence Watch

 

The Stars and Stripes is reporting that the U.S. Army’s field artillery is preparing for future wars by returning to Cold War-era tactics supplemented by modern, mobile technology.

 

More from Stars and Stripes:

Though counterinsurgency has been at the center of the wars in Afghanistan and Iraq, the recent past might not be the best guide to new threats, participants at the Future Artillery conference in London, hosted by Defense iQ, said earlier this week.

Maj. Gen. Mark McDonald, commander of the Fires Center of Excellence at Ft. Sill, Okla., told Stars and Stripes on the margins of the conference that U.S. artillery has to regain the capability to fight in more traditional, force-on-force style conflicts.

His vision of artillery training re-emphasizes 20th-century-style tactics but with 21st-century equipment. Soldiers would focus less on training to fire guns manually, by doing calculations themselves, and would instead rely more on the digital tools.

“We’ve got most of the pieces in place to be able to train the digital system. What we have to do is get everybody really comfortable with it, train with it more often, so that’s their go-to system,” McDonald said.

 

Full story here

Partager cet article
Repost0
30 mars 2014 7 30 /03 /mars /2014 07:35
Retrait/ISAF: des terroristes afghans pourraient s'infiltrer en Russie (FSB)

 

 

TACHKENT, 28 mars - RIA Novosti

 

Le départ de la Force internationale d'assistance à la sécurité (ISAF) d'Afghanistan pourrait provoquer une infiltration de groupes de terroristes afghans en Russie, la déclaré vendredi le directeur adjoint du Service fédéral de sécurité (FSB) Sergueï Smirnov.

 

"A la suite du retrait des forces de la coalition d'Afghanistan, qui aura lieu cette année, il y a un risque d'affaiblissement du régime de contre-espionnage  dans ce pays. Nous constatons un risque d'infiltration de groupes ou d'individus terroristes en Russie et dans les pays voisins", a indiqué le responsable russe à l'issue d'une réunion du Conseil antiterroriste régional des pays membres de l'Organisation de coopération de Shanghai (OCS) qui s'est déroulée à Tachkent, la capitale de l'Ouzbékistan.

 

Le responsable a souligné que le FSB, conjointement avec les services spéciaux des pays membres de l'OCS, envisageait  actuellement des mesures visant à contrecarrer ces risques.

 

"Nous envisageons de prendre des mesures importantes, dont la surveillance de la situation tant en Afghanistan que dans ses pays frontaliers", a conclu le directeur adjoint du FSB.

 

L'OCS comprend la Russie, la Chine, le Kazakhstan, le Kirghizstan, l'Ouzbékistan et le Tadjikistan.

Partager cet article
Repost0
25 mars 2014 2 25 /03 /mars /2014 20:18
L'Embuscade : retour dans l'enfer d'Uzbin ce mardi soir sur France 2

 

25.03.2014 Par Olivier Berger, grand reporter à La Voix du Nord

 

Après les épisodes 3 et 4 d'Apocalypse, consacrée aux images de la Première Guerre mondiale, le téléspectateur de France 2 va replonger à 22 h 50 ce mardi soir dans l'enfer d'Uzbin, le 18 août 2008, où 10 soldats français du 8e RPIMa et du régiment de marche du Tchad perdent la vie (21 blessés aussi).

Ce documentaire de Jérôme Fritel mêle des témoignages saisissants d'anciens militaires qui partagent leur cauchemar afghan et des images animées remarquables (image Brotherfilms), créées par Sébastien Dupouey et Laurent Him, pour simuler le combat (aucun document militaire n'a été révélé). Cela donne un style très particulier au film et à un événement marquant de l'histoire récente de l'armée française. Car pour les Français, ce retour à Uzbin est celui du retour de la guerre et de la mort possible de ses soldats. Une choc qui laisse des traces.

Pour Bénédicte Chéron, chercheuse associée à Paris I, qui s'intéresse particulièrement aux relations entre la défense et les médias, le réalisateur de L'Embuscade montre à la fois " l'impossible récit épique " et " s’efface derrière la parole des quatre survivants et la forme particulière de son film. Sur un sujet aussi délicat, dans un contexte aussi particulier, cette humilité dans l’approche de l’événement rend ce documentaire utile. " Son texte complet est par ici.

En prime, voici le teaser d'un documentaire à ne pas manquer...

source France 2

 

Documentaire. 
Créé par
Jérome Fritel. 
Réalisation des animations par Sébastien Dupouey. Illustrations de Laurent Hirn.
Réalisé par Jérome Fritel. Produit par Brotherfilms. 
Avec la participation de France Télévisions, LCP La chaîne Parlementaire et Le Centre National du Cinéma et de l'Image Animée.

 

Le 18 août 2008, en Afghanistan, une section de parachutistes du 8e RPIMA tombe dans une embuscade tendue par des combattants talibans dans la vallée d’Uzbin. Le bilan est terrible, 10 morts et 21 blessés. Jamais autant de soldats français n’avait été tués au combat depuis la guerre d’Algérie. L’embuscade d’Uzbin devient le symbole d’une sale guerre qui menace de devenir un bourbier. Elle traumatise la hiérarchie militaire, la classe politique et la société française qui refuse de payer le prix du sang. Les familles des victimes déposent plainte contre l’armée et, pour la première fois, la justice civile obtient un droit de regard sur la conduite de la guerre. Cinq ans après, que sont devenus les survivants d’Uzbin ? Que se rappellent-ils de cette journée en enfer ? Comment vivent-ils la polémique qui oppose les familles à l’armée ? Et enfin, quel regard jettent-ils sur cette guerre d’Afghanistan au moment où les troupes françaises achèvent leur retrait. Pour la première fois, quatre soldats témoignent, face à une caméra. Ils s’appellent Julien, Jean-Christophe, Gregory et Mayeul, ont tous quitté l’armée et refait leur vie depuis. Ils racontent l’embuscade : comment ce jour-là ils sont partis en patrouille à 30 et revenus à 20. Ils ont également ouvert leurs archives personnelles, photos et vidéos et, soudain c’est l’ensemble de leur section Carmin 2, composée de jeunes d’une vingtaine d’années, qui reprend vie à l’écran. Mais L’Embuscade n’est pas qu’un film de paroles. Il mélange images réelles et séquences d’animation qui donnent vie aux témoignages des survivants. Ainsi, leurs récits dégagent un réalisme, une intensité et une émotion qui permettent de revivre au plus près la terrible journée du 18 aout 2008, dans la vallée d’Uzbin.

Partager cet article
Repost0
25 mars 2014 2 25 /03 /mars /2014 08:35
T-Hawk Remotely Piloted Air System in Afghanistan

A soldier watches as a Tarantula Hawk (T-Hawk) Micro Remote Piloted Air System (RPAS) hovers over the desert in Afghanistan.

 

Photographer: Captain Dave Scammell

 

The Tarantula-Hawk takes off vertically and hovers to get a clear view of the ground ahead of troops.

It is used by the British Army in Afghanistan, clearing routes without risking human life and checking for roadside bombs.

Talisman is the army unit using T-Hawk. It is a counter-IED task force and uses specialist equipment, including this drone, to clear routes for large convoys.

Partager cet article
Repost0
23 mars 2014 7 23 /03 /mars /2014 13:35
Afghanistan : transferts d’autorités à EPIDOTE et à l’hôpital militaire

 

 

21/03/2014 Sources : EMA

 

Les 12 et 14 mars, à Kaboul, ont eu lieu les deux cérémonies de passation de commandement dans le cadre des relèves du détachement Epidote et de l’hôpital militaire de KAIA.

 

Le 12 mars, le colonel Philippe Vervaeke, a transmis le commandement du détachement Epidote au colonel Philippe Sagon. Au cours du 33e mandat, tout en accompagnant la formation du dernier Kandak (bataillon afghan) à l’Armor Branch School (ABS), le détachement du colonel Vervaeke s’est ré-organisé conformément à la planification opérationnelle de désengagement du théâtre afghan. Il a ainsi planifié et conduit son regroupement sur l’aéroport international de Kaboul depuis le camp américain PHOENIX en février 2014. Au terme du 33e mandat de la mission Epidote, ce sont plus de 2100 militaires afghans qui ont été formés par l’armée française.

 

Le 14 mars, le médecin-en-chef Puidupin a transmis le commandement de l’hôpital militaire français de Kaboul au médecin-en-chef Merat. Durant son mandat, l’équipe médicale du médecin-en-chef Puidupin aura conduit la transition de l’hôpital d’un niveau de ROLE 3 (traitement de toutes les pathologies et traumatismes) à un niveau de ROLE 2+ (uniquement chirurgie viscérale, orthopédique et anesthésie/réanimation) au profit de la FIAS. Cette transition s’est effectuée, là encore, conformément à la planification des désengagements militaires de la France en Afghanistan.

 

Actuellement, une cinquantaine de militaires français poursuivent la formation des cadres militaires afghans (mandat EPIDOTE 34). L’équipe médicale de l’hôpital se compose elle aussi d’une cinquantaine de médecins et infirmiers, parmi laquelle une vingtaine de militaires des services de santé d’autres nationalités de la coalition (hongroises, tchèques, bulgares).

Afghanistan : transferts d’autorités à EPIDOTE et à l’hôpital militaireAfghanistan : transferts d’autorités à EPIDOTE et à l’hôpital militaire
Afghanistan : transferts d’autorités à EPIDOTE et à l’hôpital militaire
Afghanistan : transferts d’autorités à EPIDOTE et à l’hôpital militaireAfghanistan : transferts d’autorités à EPIDOTE et à l’hôpital militaireAfghanistan : transferts d’autorités à EPIDOTE et à l’hôpital militaire
Partager cet article
Repost0
23 mars 2014 7 23 /03 /mars /2014 12:35
Afghanistan: the view from Pakistan

 

Alerts - No12 - 21 February 2014 Eva Gross

 

Pakistan will arguably be the most crucial regional player in post-2014 Afghanistan. Close religious and cultural links notwithstanding, its links to the Taliban give Islamabad considerable leverage and influence over any peace process. However, the protection and support granted to insurgent groups ­operating in Afghanistan over the past decade has had unintended domestic consequences for Pakistan, with the growing number of terrorist attacks now posing a ­significant threat to the country’s internal stability. Failure to reach a political settlement in Kabul is therefore likely to have a spill-over effect that would further weaken Islamabad’s ability to contain extremist groups operating inside Pakistan.

Despite the complexity of US-Pakistan relations, a complete US withdrawal by the end of 2014 – with the concomitant risk of a security vacuum developing along Pakistan’s border – is not in Islamabad’s interest. However, the implications of even a reduced transatlantic footprint are bound to contribute to a reckoning with extremism, and the forces that encourage it, inside Pakistan itself.

 

Download document

Partager cet article
Repost0
21 mars 2014 5 21 /03 /mars /2014 17:35
Afghanistan: the view from China

 

Alerts - No6 - 24 January 2014 Andrew Small

 

2014 is a defining year for China’s relationship with Afghanistan. After more than a decade on the margins of international efforts to shape the country’s future, this summer China will take the diplomatic driving seat as it hosts the Istanbul Ministerial Process, the major regional conclave between Afghanistan and its neighbours, in Tianjin in August.

In anticipation of the drawdown of Western forces, Beijing has been making it clear to both friends and rivals that, unlike the aftermath of Soviet withdrawal, it will not sit on the sidelines and watch the country slide into civil war.

 

Download document

Partager cet article
Repost0
21 mars 2014 5 21 /03 /mars /2014 17:35
Mi-17V-5 photo US Navy

Mi-17V-5 photo US Navy

 

 

MOSCOU, 21 mars - RIA Novosti

 

La Russie poursuivra sa coopération avec l'OTAN dans la réparation d'hélicoptères pour l'Afghanistan malgré l'adoption de sanctions américaines et européennes contre Moscou, a déclaré vendredi le président russe Vladimir Poutine.

 

"Il faut poursuivre la réalisation de ce projet, bien que nos partenaires de l'OTAN aient l'intention de geler la coopération", a indiqué M.Poutine lors d'une réunion du Conseil de sécurité russe.

 

La Russie et les pays occidentaux financent conjointement les travaux de réparation d'hélicoptères de fabrication russe et soviétique pour l'Afghanistan et la formation de personnel technique et de pilotes pour ces hélicoptères.

 

Le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov a rappelé pendant la réunion que la première étape de ce projet avait été un succès et que les participants au projet avaient noté son utilité.

 

Washington a adopté des sanctions à l'encontre de hauts responsables et hommes d'affaires russes suite à l'adhésion à la Russie de la république de Crimée, jusque-là appartenant à l'Ukraine. Les chefs de diplomatie des pays membres de l'UE ont aussi convenu de lancer des sanctions contre les officiels russes et ukrainiens, coupables, selon eux, de "miner l'intégrité territoriale de l'Ukraine".

Partager cet article
Repost0
21 mars 2014 5 21 /03 /mars /2014 17:35
Afghanistan: the view from India

 

Alerts - No1 - 10 January 2014 Eva Gross

 

Afghan President Hamid Karzai’s visit to India from 12-15 December 2013 – during which he requested greater defence and security cooperation in the years to come – underscored the close bilateral ties between the two countries. President Karzai’s attempt to enlist regional allies in support of a stable post-2014, post-transition Afghanistan also raises questions about the extent to which Afghanistan’s neighbours are prepared to modify their engagement in the near future.

The bilateral relationship between India and Afghanistan has deep historical and geographical roots. Yet, to date, India’s engagement in Afghanistan has mainly centred on civilian contributions and economic development. This is partly due to Pakistani resistance and fears over India’s growing regional influence. Possible developments in the relationship with Islamabad will therefore have a bearing on India´s future Afghanistan policy – and vice versa.

 

Download document

Partager cet article
Repost0
20 mars 2014 4 20 /03 /mars /2014 12:35
 photo US Army

photo US Army

 

20.03.2014 journal-aviation.com (Reuters)

 

Cinq élus américains de la Chambre des représentants ont adressé mercredi une lettre au secrétaire à la Défense Chuck Hagel pour le prier d'annuler des contrats d'armement conclus avec la Russie.

 

"Etant donnés les actes récents de la Russie qui violent la souveraineté et l'intégrité territoriale de l'Ukraine, notamment son soutien au référendum illégal sur la sécession de la Crimée, nous vous invitons vivement à renoncer à ces contrats", y disent les députés des deux bords, qui représentent pour la plupart des circonscriptions où les principaux fournisseurs de l'armée américaine sont implantés.

 

Le Pentagone a commandé en juin 30 hélicoptères russes Mi-17 pour équiper les forces afghanes, ce qui représente un investissement de 572 millions de dollars. Sous la pression du Congrès, il a renoncé en novembre à en acheter d'autres, sans remettre en cause les commandes antérieures. (Warren Strobel, Jean-Philippe Lefief pour le service français)

Partager cet article
Repost0
20 mars 2014 4 20 /03 /mars /2014 12:20
Les derniers soldats canadiens sont rentrés d’Afghanistan

 

19 mars 2014 par Nicolas Laffont – 45eNord.ca

 

Le moment était historique, les retrouvailles touchantes, les discours émouvants, simples et efficaces. C’est ce mardi 18 mars 2014 que sont rentrés au pays les derniers soldats canadiens de l’Opération ATTENTION, mettant ainsi fin à plus de 12 ans de présence dans ce pays d’Asie centrale.

 

La mission en Afghanistan a représenté pour le Canada le plus important déploiement militaire depuis la Seconde Guerre mondiale. Il s’agissait également du plus long déploiement de son histoire.

Depuis la première intervention du Canada en Afghanistan en 2001, plus de 40.000 soldats, marins et aviateurs canadiens ont été affectés à des missions au pays. De ce nombre, environ 25% ont pris part à plus d’une mission, certains effectuant jusqu’à cinq, six, voire sept «tours»!

Le dernier contingent de soldats canadiens a fait le trajet entre l’Afghanistan et Ottawa (avec une escale à Chypre) à bord d’un avion de transport C-17, escorté par deux avions de chasse CF-18 de la base de Bagotville.

Les militaires ont été accueillis par le Premier ministre, le Gouverneur général, le chef d’état-major de la défense et le ministre de la Défense nationale avant de pouvoir enfin embrasser et étreindre leurs proches.

Rappelant l’engagement et le dévouement dont ont fait preuve chaque soldat déployé en Afghanistan, le Premier ministre Stephen Harper a annoncé qu’afin de «rendre hommage à leur service exemplaire [...] je suis très heureux d’annoncer que le 9 mai 2014 a été déclaré ‘Journée nationale de commémoration’ par proclamation royale, en reconnaissance et commémoration de la mission militaire du Canada en Afghanistan. Pendant cette Journée nationale, les Canadiens auront l’occasion de rendre hommage au courage dont ont fait preuve nos soldats ainsi qu’aux sacrifices que ceux-ci ont consentis.»

«Vous avez servi avec courage, sacrifié votre vie, enduré des conditions climatiques extrêmes et toléré d’être séparés de votre famille et vos amis. Malgré cela, vous avez prouvé votre diligence, votre résilience et votre compassion devant la détresse des autres», a déclaré le Gouverneur général du Canada, David Johnston dans un discours particulièrement touchant.

Le ministre de la Défense nationale Rob Nicholson a souhaité exprimer sa «gratitude aux hommes et aux femmes des Forces armées canadiennes qui rentrent chez eux aujourd’hui ainsi qu’à leur famille pour leur soutien indéfectible. Nous vivons aujourd’hui une période charnière de force dans l’histoire de notre nation», a dit le ministre.

Le chef d’état-major de la Défense nationale, le général Tom Lawson, a, quant à lui, pris un moment pour penser «aux milliers de militaires qui ont participé à cette mission et à ceux qui ont fait le sacrifice ultime et qui ne sont pas revenus. Nous nous souviendrons d’eux», a-t-il sobrement déclaré.

Dans l’assistance, plusieurs officiers et haut-gradés n’avaient cependant pas le cœur à la fête, ayant en tête le récent suicide du caporal Alain Lacasse, du Royal 22e Régiment. «C’est un geste incompréhensible», nous a dit un général, tandis qu’un capitaine à qui nous avons appris la nouvelle puisqu’il était dans l’avion qui le ramenait d’Afghanistan quand s’est produit l’événement, a paru accuser le choc. Un caporal nous disait qu’il trouvait cela «vraiment triste», tandis qu’une caporale soulignait que la communauté était une nouvelle fois ébranlée.

 

 

Partager cet article
Repost0
18 mars 2014 2 18 /03 /mars /2014 12:35
Afghanistan: le mandat de la mission de l'Onu prorogé d'un an

 

NEW YORK (Nations unies), 17 mars - RIA Novosti

 

Le Conseil de sécurité des Nations unies a prorogé lundi d'une année, soit jusqu'au 17 mars 2015, le mandat de la Mission d'assistance de l'Onu en Afghanistan (MANUA), en adoptant une résolution appropriée.

"Le Conseil de sécurité de l'Onu reconnaît que le mandat prorogé de la MANUA prend pleinement compte du processus de transition et contribue à faire en sorte que l'Afghanistan assume intégralement le rôle principal et toute la responsabilité en matière de sécurité, d'administration d'Etat et de développement", lit-on dans le document.

A la demande des autorités afghanes, la MANUA va contribuer entre autres à l'organisation des élections présidentielle et provinciales en 2014 et des législatives en 2015.

En 2013, la mission comptait plus de 2.000 civils, 14 conseillers militaires et trois conseillers de police.

La situation en Afghanistan reste alarmante. L'Onu a publié début février dernier son rapport sur les victimes civiles en Afghanistan. Selon ce document, près de 3.000 civils ont été tués l'an dernier soit 7% de plus que par rapport à l'année 2012. Le représentant de l'Onu en Afghanistan Jan Kubis a fait part de son inquiétude concernant les femmes et les enfants qui n'ont jamais autant été pris pour cible depuis 2009. Alors que la campagne présidentielle a à peine démarré, on craint une flambée de violence dans le pays.

La Mission d'assistance des Nations unies en Afghanistan (MANUA) est une mission politique et d'appui pour la consolidation de la paix en Afghanistan, décidée le 28 mars 2002 par le Conseil de sécurité des Nations unies. Prévue à l'origine pour une durée d'un an, elle a été renouvelée à plusieurs reprises.

Partager cet article
Repost0
17 mars 2014 1 17 /03 /mars /2014 17:35
Afghanistan experience

A soldier provides covering fire as his colleagues in the Brigade Reconnaissance Force cross open ground (library image) [Picture: Sergeant Rupert Frere, Crown copyright]

 

17 March 2014 Ministry of Defence

 

Operational lessons learnt in Afghanistan have made the British Army a more effective fighting force.

 

The British Army has always learnt from experience, as the dramatic changes in uniforms and equipment over the years show. Even the Force that will return from Afghanistan at the end of 2014 looks and operates differently to the one that first deployed to the country in 2001.

And all of this is due to the service’s ability to absorb knowledge gained on the battlefield and adapt its methods accordingly.

The process, which is co-ordinated by Warminster’s Lessons Exploitation Centre, draws on feedback from all ranks, from the private soldier right up to the most senior staff.

Among those tasked with capturing the information is Lieutenant Colonel David Steel of the Royal Regiment of Scotland, who said that recording ideas and observations from those who have recently served was vital to improving operational effectiveness:

A successful ‘lessons learnt’ process should enhance our tactics and procedures, reduce casualties, mould our training so troops are better prepared, and lead to the development of better kit.

The system ensures the Army remembers and acts on what it learnt during the last fighting system, from every training event and every incident. It is vital that personnel at all levels contribute and we’ve worked hard to make sure it’s as easy as possible for people to do so.

Soldier with a Black Hornet nano unmanned aerial system

Operational requirements in Afghanistan have driven forward the development of unmanned aerial systems (library image) [Picture: Sergeant Rupert Frere, Crown copyright]

Servicemen and women give their feedback from the sharp end in a number of ways. Anyone who identifies an area for improvement can tell their chain of command, who will note it in a post-operational report.

In addition, teams of researchers visit units that have recently returned from a tour to conduct syndicate discussions with all ranks and record their views. Mission exploitation symposiums also take place after key deployments or training periods, giving personnel from various arms and branches the chance to share ideas.

Finally, troops can submit their proposals directly to the Lessons Exploitation Centre via the Ministry of Defence intranet.

Lieutenant Colonel Steel said:

The process is designed to be a thorough way of extracting information and ensures that everyone in the chain of command can get their point of view across. It plays a significant role in improving our capabilities and will continue to do so as long as personnel persist in reporting their good ideas.

Once the information has been received and analysed, it is passed to the relevant branch at Army Headquarters to be put into action as appropriate. Tangible results can be seen in improved personal equipment such as ballistic glasses and body armour.

But, while more complicated technology such as new vehicles can take years to hit the front line, other lessons are translated much more rapidly. One such example is the 1-page guide that is produced and distributed in a matter of days if troops need to be made aware of an urgent operational development.

British Army mentor with Afghan soldier

Mentoring skills and techniques learned and developed in Afghanistan will be transferable to future stabilisation and peacekeeping roles (library image) [Picture: Corporal Jamie Peters, Crown copyright]

Lieutenant Colonel Steel explained:

The response happens as fast as it reasonably can. In the best-case scenario, an incident could occur in theatre and within about 48 hours soldiers undergoing training for Afghanistan in the UK could know about a particular threat and how they can counter it.

For example, about 18 months ago in Helmand a new type of improvised explosive device (IED) known as a ‘pillow IED’ was identified. They look a bit like a half-empty sandbag, and insurgents could place them on a road surface, where they were very hard to decipher, within about 10 seconds.

They would listen for a vehicle patrol at night, scoot in quickly to lay the bomb and leave again without being seen, which obviously left soldiers very vulnerable. The counter-IED community found a device, examined it, and were able to devise some simple countermeasures which were emailed around Task Force Helmand within a few hours.

Soldiers may not always get the impression that senior officers are listening to them but examples such as this are proof that their suggestions are being taken seriously and used to enhance the Army’s capabilities, both now and in the future.

 

This article is based on a report by Becky Clark which features in the March 2014 issue of Soldier: Magazine of the British Army.

Partager cet article
Repost0
17 mars 2014 1 17 /03 /mars /2014 17:35
photos UK MoD

photos UK MoD

Soldiers of 2nd Battalion The Royal Anglian Regiment were the last UK forces to be based at MOB Lashkar Gah

 

16 March 2014 Ministry of Defence

 

UK forces have now closed or handed over to Afghan forces all but 2 of their bases in Helmand province.


 

In a complex and well-planned operation spanning more than a month, Main Operating Base (MOB) Lashkar Gah and Patrol Base (PB) Lashkar Gah Durai have been handed over to Afghan control. A third base, MOB Price, has also been closed.

From a peak of 137 UK bases, just Camp Bastion, which remains the main base for UK personnel, and Observation Post Sterga 2 are now under UK control. The majority of the former UK bases are now in the hands of the Afghan National Security Forces (ANSF).

Afghan forces are now leading 97% of all security operations across the country and are carrying out over 90% of their own training.

Defence Secretary Philip Hammond said:

The handover and closure of our bases across Helmand underlines the progress UK forces have made to increase security and stability across the province but also to build up the capability of the Afghan forces who will carry that work forward.

Those service personnel who have served in Lashkar Gah and Lashkar Gah Durai and at MOB Price as part of successive UK brigades have made a huge contribution to the campaign which has safeguarded our national security at home.

UK combat operations will cease by the end of this year but our support for the Afghan people will continue. Meanwhile, our troops will continue the mammoth task of getting our people and equipment home by Christmas.

MOB Lashkar Gah being handed over to the Afghan National Security Forces
MOB Lashkar Gah being handed over to the Afghan National Security Forces

MOB Lashkar Gah was handed over to the Afghans on 24 February 2014 during a ceremony attended by civilian and military leaders from the district centre. It opened in 2006 and served as the headquarters of UK military forces in Afghanistan until August 2013 when Task Force Helmand moved to Camp Bastion.

PB Lashkar Gah Durai, handed over to the Afghans on 8 March 2014, commands an important junction in Helmand. MOB Price, which has been closed, was formerly home to Danish armed forces and was the UK’s largest forward location for most of Operation Herrick.

Each base provided a strategic location in Helmand for International Security Assistance Force personnel supporting the ANSF.

Brigadier James Woodham, Commander Task Force Helmand, said:

The handover of 3 of the largest British bases in Helmand represents a historic moment in the UK’s military campaign in Afghanistan. This was a complex and significant operation requiring detailed planning and much hard work during its execution.

That we are no longer required to operate from these bases is a sign of the progress made by Afghan forces delivering security for their own people.

While the Afghans are firmly in the lead, UK personnel will continue to serve in Helmand throughout this year supporting the Afghan security forces where necessary.

Vehicles from 2 Logistic Support Regiment take equipment back to Camp Bastion
Vehicles from 2 Logistic Support Regiment take equipment back to Camp Bastion [All pictures: Corporal Ross Fernie, Crown copyright]

The gradual operation to remove infrastructure from each base and make the move back to Camp Bastion took around 6 months, with dozens of journeys via road and air, including combat logistic patrols. In the final stages of the operation there were 10 such patrols, involving nearly 600 vehicles.

This month’s handovers come as the ANSF prepare for their second summer in the lead for security operations in Helmand.

Partager cet article
Repost0
16 mars 2014 7 16 /03 /mars /2014 17:35
USA – Afghanistan: un départ difficile

 

14 mars, Boris Pavlichtchev - La Voix de la Russie

 

Les Américains peuvent rester an Afghanistan au-delà de 2014 sur un fondement légitime même en l’absence du Pacte bilatéral de sécurité, a fait savoir aux agences occidentales Manuel Superville, ancien conseiller juridique des forces armées américaines en Afghanistan.

 

Selon le juriste, il y a actuellement 33600 militaires américains en Afghanistan. Les conditions de leur séjour dans ce pays sont spécifiées par l’accord sur le statut du contingent militaire SOFA (status-of-forces agreement, SOFA) conclu avec Kaboul. Cet accord est à durée indéterminée et s’applique jusqu’à son abrogation par une des parties.

 

En ce qui concerne le Pacte, ce texte doit déterminer le statut, le nombre et les lieux de stationnement des forces américaines qui pourraient se trouver en Afghanistan pendant au moins 10 ans au-delà de 2014. Après 6 mois d’atermoiements, le leader afghan Hamid Karzaï a fini par laisser la décision au bon vouloir de son successeur dont on saura le nom à la suite les élections du 5 avril. Une question se pose cependant : si les Américains ont déjà l’accord SOFA, à quoi leur sert un accord parallèle? La parole est à Nikita Mendkovitch, expert du Centre d’études afghanes :

 

« Les forces internationales stationnées en Afghanistan agissent dans le cadre du mandat de l’ONU. Elles prennent des engagements déterminés sans rapport direct avec les intérêts des États-Unis dans la région. D’un autre côté, les Américains pourraient être intéressés à installer en Afghanistan des radars du système antimissile. C’est possible, s’ils ont un accord bilatéral avec Kaboul. Pourtant, il serait très difficile de le faire dans le cadre d’autres accords qui déterminent le séjour des forces internationales en Afghanistan Certes, ils peuvent rester en Afghanistan mais n’ont pas le droit de s’y installer à des fins purement militaires, par exemple, pour contrecarrer l’Iran. »

 

Mais on peut aussi comprendre la logique de Karzaï, poursuit l’expert :

 

« Compte tenu des sentiments antiaméricains très forts en Afghanistan à la veille de l’élection, Karzaï est réticent à signer ce genre de document pour ne pas jouer un bien mauvais tour aux candidats qu’il soutient. »

 

Dans ce contexte, bien des choses dépendent de la figure de son successeur. Or, il n’existe pas de favori manifeste dans la course électorale qui se joue actuellement, y compris parmi hommes de Karzaï. Un second round est fort probable et dans ce cas l’Afghanistan restera sans président jusqu’à l’automne. Les analystes du Pentagone estiment que le mois de septembre est la date critique pour prendre la décision sur le retrait total ou « l’option zéro ».

Partager cet article
Repost0
16 mars 2014 7 16 /03 /mars /2014 08:35
U.S. Marines Experimenting With Unmanned Ground Vehicles – UGVs Could Be Headed To Afghanistan

The Mobile Detection Assessment Response System surveys the area around the expeditionary airfield at Marine Corps Air Ground Combat Center Twentynine Palms, Calif., on Feb. 6. (Cpl. D.J. Wu / Marine Corps)

 

March 9, 2014. David Pugliese - Defence Watch

 

The Marine Corps Times is reporting that the Corps is experimenting with a new unmanned ground vehicle that can patrol installations and detect intruders or potential enemy forces nearly a mile away.

 

More from the Marine Corps Times:

 

The Mobile Detection Assessment Response System, or MDARS, was used in late January to successfully secure an air base during the latest Integrated Training Exercise — the final predeployment workup all units conduct at Marine Corps Air Ground Combat Center Twentynine Palms, Calif. The vehicle could be headed to Afghanistan, according to its developers, although concrete plans have not been made.

 

A field demonstration of MDARS began Jan. 30 at the combat center’s Camp Wilson. The vehicle successfully aided members of Marine Aircraft Group 13 and Marine Wing Support Squadron 374 to patrol the area immediately surrounding their airfield as a mock enemy force tried to probe their defenses.

 

During the first night, the vehicle was autonomously navigating around the base — by heading to predetermined waypoints — when guards in one tower detected two potential enemy soldiers, said Pat Culliton, the MDARS program manager with San Diego-based Space and Naval Warfare Systems Center Pacific.

 

“We were operating between two towers and one of the towers reported some activity,” Culliton said. “From the operator control station you just click a button and say go there.”

 

Full story here

Partager cet article
Repost0
15 mars 2014 6 15 /03 /mars /2014 22:35
Photo: Here’s How You Stop Green on Blue in Afghanistan

 

March 8, 2014. David Pugliese - Defence Watch

 

The so-called Green on Blue attacks in Afghanistan pose a danger to ISAF troops. During my recent trip to the Kabul training centre, the French commandos accompanying me, had an answer to that issue.

 

We were filming the Afghan National Army’s new armoured vehicle unit, the Mobile Strike Force, for a new documentary (details about that below)

 

The French commandos were there for protection if the ANA crews tried anything against the ISAF trainers or foreign journalists. Each French soldier had a rifle equipped with a anti-tank grenade and all were ready to fire at the Afghan vehicles if the heavily armed turrets point in the direction of the foreigners.

 

“We don’t expect a problem, but I told them if those guns swing around towards us then we’ll kill them,” a French officer told me.

 

For those who are interested, some of the Mobile Strike Force footage is included in the documentary, Afghanistan: Outside the Wire: End Game, which aired Friday night and continues over this weekend.

 

It takes a look at Canada’s achievements in Afghanistan and what the future holds for that country. It is being broadcast on the Cable Public Affairs Channel (CPAC).

 

Myself and former Australian soldier Sasha Uzunov were cameramen for the documentary, which was filmed in Afghanistan in December. The documentary features Esprit de Corps publisher Scott Taylor and is a sequel to his previous documentary Afghanistan: Outside the Wire, which also aired on CPAC.

 

Partager cet article
Repost0
14 mars 2014 5 14 /03 /mars /2014 06:20
Russia can’t derail US exit from Afghanistan: general

 

March 14th, 2014 defencetalk.com (AFP)

 

Russia would be unable to disrupt the US military’s withdrawal from Afghanistan even if it cut off access to supply routes across its territory, a top US commander said Wednesday.

 

Amid rising tensions between Washington and Moscow over the crisis in Ukraine, the head of NATO-led forces in Afghanistan reassured lawmakers that Russia could not hold up a planned troop drawdown there.

 

“I’m absolutely confident we’ll be able to” remove all US equipment on schedule, General Joseph Dunford told the Senate Armed Services Committee.

 

“Even if the Russians cut off one of the avenues?” Senator John McCain asked.

 

“Yes, senator,” Dunford said.

 

The general said that “we’ve got resilience in the system and I’m not concerned at all about a loss of the Russian northern distribution network, the Russian piece of that.”

 

Dunford was referring to a network of road and rail routes that pass through Central Asia, the Caucasus and, in some cases, Russia.

 

The primary supply routes for US forces in Afghanistan still run through Pakistan but the Pentagon set up the alternative channels through Central Asia after friction with Islamabad triggered border closures.

 

With the bulk of US and NATO forces due to withdraw by the end of the year, a major drawdown is under way and vast amounts of military hardware are being ferried out across the Pakistan border.

 

‘Begin to deteriorate’

Roughly 40 percent of supplies are moving through the Pakistan roads at the moment, defense officials said.

 

President Barack Obama and lawmakers in Congress are threatening sanctions against Russia over its military intervention in Ukraine’s Crimean peninsula, and European Union governments are also weighing possible punitive measures.

 

Moscow in turn has warned that any sanctions will have a “boomerang” effect on Washington.

 

Dunford told the same hearing that US forces in Afghanistan will need to have a security accord with Kabul in place by September, otherwise the NATO mission will have to launch a full withdrawal.

 

The security pact would lay out a legal framework for foreign forces to remain beyond December.

 

But President Hamid Karzai has refused to sign the bilateral security agreement, casting uncertainty over plans to keep a small US-led force in the country beyond the end of this year.

 

Dunford said the absence of a deal has not yet created logistical problems for the NATO-led force, which includes more than 33,000 US troops.

 

Military planning would become complicated but “manageable” if the delay continued through July and August, he said.

 

The White House has said it is prepared to have no troops left in Afghanistan if Kabul’s leaders fail to sign the security pact. But Dunford warned that a total pull-out would weaken Afghan forces, endanger Afghan women and invite a potential revival of Al-Qaeda militants.

 

“If we leave at the end of 2014, the Afghan security forces will begin to deteriorate,” Dunford said. “The security environment will begin to deteriorate, and I think the only debate is the pace of that deterioration.”

Partager cet article
Repost0
13 mars 2014 4 13 /03 /mars /2014 13:35
Afghanistan: le pessimisme du patron de l'Isaf

 

13-03-2014 par RFI

 

Le général américain Joseph Dunford, qui dirige la force internationale de l’Otan en Afghanistan (Isaf) était auditionné hier, mercredi 12 mars, par le Congrès américain.

 

Le but était de faire un point sur l’action des forces étrangères en Afghanistan et d’envisager l’avenir. Le président Karzaï n’a toujours pas signé l’accord qui permettrait aux forces américaines de rester. Donc, soit le gouvernement issu des élections d’avril signe cet accord, soit c’est un retrait total qui se dessine.

 

D’après le général Dunford, qui ne s’exprime que très rarement, le dernier délai est la fin du mois de septembre 2014. Le général est par ailleurs très pessimiste sur l’avenir de l’Afghanistan si les forces de l’Otan devaient abandonner complètement le terrain afghan.

 

« Nous sommes aujourd’hui concentrés, dit-il, sur la mise en œuvre d’un modus operandi, afin d’aider les unités de l’armée de terre afghane pour qu’elles soient en mesure de se suffire à elles-mêmes. Donc ce qui arrivera immédiatement si nous partons en 2015, c’est une perte d’efficacité des forces afghanes ».

 

Une «grande victoire» pour al-Qaïda

 

«De la même manière, poursuit le général Dunford, nous ne serions pas en mesure de finir notre travail avec l’armée de l’air afghane, nous avons besoin d’encore deux ou trois ans. Et, dans le cas d’al-Qaïda, je répète que la pression que nous leur avons infligé chaque jour, grâce à nos forces spéciales, en coopération avec l’armée afghane, les a empêchés de se reconstituer ; nous savons par les services de renseignements qu’ils essaient de continuer d’opérer à partir d’Afghanistan et du Pakistan; ils verraient cela comme une grande victoire ».

 

« Si nous nous retirons, ils auront la latitude de conduire leurs opérations à nouveau.

Ce ne serait pas seulement une reconstitution physique, mais un important signal moral pour le mouvement terroriste si jamais nous nous retirions de la région en 2015 », conclut-il.

Partager cet article
Repost0
7 mars 2014 5 07 /03 /mars /2014 16:55
Arrivée groupée des blessés et des familles. Crédits : Armée de Terre

Arrivée groupée des blessés et des familles. Crédits : Armée de Terre

 

07/03/2014 Armée de Terre

 

Samedi 1er mars 2014, 700 athlètes se sont rejoints pour courir les 89 kilomètres pour ceux d’Afghanistan.

 

Les athlètes civils et militaires se sont retrouvés à l’école de Saint Cyr - Coëtquidan pour courir 89 kilomètres.

 

Pourquoi 89 ?

 

Afin de rendre hommage aux 89 militaires décédés en Afghanistan.

Partager cet article
Repost0
7 mars 2014 5 07 /03 /mars /2014 12:35
Livraison du dernier Tigre UHT destiné aux opérations allemandes en Afghanistan

Cette douzième livraison constitue le dernier rétrofit prévu dans le programme ASGARD pour le Tigre UHT. Photo Airbus Helicopters

 

6 mars Aerobuzz.fr

 

Airbus Helicopters a livré (6 mars 2014) à l’armée allemande le dernier des 12 hélicoptères d’appui Tigre UHT optimisés en vue d’accomplir différentes missions en Afghanistan : appui des troupes au sol, protection des convois et reconnaissance aérienne.

 

Cet appareil destiné au 36e régiment d’hélicoptères de combat est le dernier des trois tranches de quatre hélicoptères d’appui Tigre UHT modifiés en configuration ASGARD (Afghanistan Stabilization German Army Rapid Deployment) dans le cadre d’un programme lancé fin 2011 par Airbus Helicopters et le ministère allemand de la Défense. La configuration ASGARD comprend l’installation de filtres anti-sable et d’une protection balistique supplémentaire, ainsi que l’intégration d’un enregistreur de données de missions et des moyens de communication optimisés pour les interventions multinationales.

 

Livraison du dernier Tigre UHT destiné aux opérations allemandes en Afghanistan

Les forces armées allemandes ont déployé leurs premiers Tigre UHT en configuration ASGARD en décembre 2012, les opérations débutant un mois plus tard à Mazar-e-Scharif. Photo Bundeswehr

 

À ce jour, les hélicoptères Tigre en configuration ASGARD ont accompli plus de 1 000 heures de vol au sein des forces armées allemandes, démontrant leur haute fiabilité, leur efficacité en mission, en particulier en appui des troupes au sol.

Partager cet article
Repost0
4 mars 2014 2 04 /03 /mars /2014 20:20
Afghanistan: le Pentagone prévoit 80 milliards malgré la fin du conflit

 

04 mars 2014 Romandie.com (AFP)

 

WASHINGTON - Le Pentagone prévoit de consacrer 79,4 milliards de dollars en 2015 pour financer ses dépenses liées au conflit en Afghanistan, un montant stable malgré la fin de la guerre attendue à la fin de l'année, selon le projet de budget dévoilé mardi.

 

Ces fonds, officiellement dévolus aux opérations d'intervention extérieures (OCO), servent depuis une dizaine d'années à financer les surcoûts liés aux guerres en Irak, en Afghanistan et contre le terrorisme.

 

Mais, alors que les opérations de combat en Afghanistan se terminent au 31 décembre et qu'il est loin d'être sûr que Washington maintienne le contingent de 10.000 hommes envisagé dans le pays par la suite, le Pentagone prévoit 79,4 milliards de ces fonds pour l'exercice budgétaire 2015, qui court du 1er octobre 2014 au 30 septembre 2015.

 

Ce montant, dont la répartition n'est pas détaillée à ce stade, est en retrait de seulement 5 milliards de dollars par rapport à celui de l'exercice 2014, alors que la présence militaire américaine dépasse les 30.000 hommes.

 

En 2011, les forces américaines étaient encore présentes en Irak et avaient plus de 100.000 militaires en Afghanistan. Le budget OCO était alors de 159 milliards de dollars.

 

Ce maintien d'un important budget dédié à la guerre en Afghanistan permet au Pentagone de s'affranchir à bon compte du plafond imposé par le Congrès au budget de la Défense, explique Todd Harrisson, spécialiste du budget au Center for Strategic and Budgetary Assessments (CSBA), un cercle de réflexion de Washington.

 

L'exécutif et le Congrès sont disposé à l'utiliser pour limiter l'impact de coupes automatiques imposées au budget de base du Pentagone, qui s'établit à 495,6 milliards pour l'exercice 2015, explique-t-il.

 

Par ce jeu d'écriture, une partie des frais opérationnels et de maintenance habituels sont transférés sur le fonds OCO. Cette pratique a largement compensé la réduction du budget de base due aux coupes automatiques, explique Todd Harrisson.

 

Au total, le projet de budget 2015 pour la défense américaine s'élève donc à 575 milliards de dollars, en net retrait par rapport au pic de 2010 (691 milliards) mais bien au-delà du budget 2001 (316 milliards).

 

Le budget du Pentagone équivaut au budget combiné des 15 pays qui dépensent le plus pour leur défense après les Etats-Unis.

 

Malgré cela, il ne prévoit pas un financement adéquat pour la modernisation des avions, l'entraînement et l'entretien des bases nécessaires pour que le Pentagone ait les moyens de répondre pleinement aux défis qui lui sont posés, juge le ministère.

 

Le budget, dont les grandes lignes avaient été dévoilées dès le 24 février par le chef du Pentagone Chuck Hagel, prévoit également une liste de courses de 26,4 milliards supplémentaires non financées à ce stade, essentiellement pour acheter davantage de matériel.

 

Le budget 2015 est protégé des coupes automatiques grâce à un accord entre démocrates et républicains, mais celles-ci doivent reprendre en 2016, pour atteindre quelque 500 milliards de dollars d'ici 2022.

 

Le Pentagone a également dévoilé mardi sa revue stratégique quadriennale (QDR), qui représente une mise à jour de la stratégie de défense dévoilée par Barack Obama début 2012.

 

Elle prévoit des forces armées moins nombreuses mais équipées et entraînées pour des conflits de haute intensité après une décennie principalement consacrée à la contre-insurrection.

Partager cet article
Repost0
25 février 2014 2 25 /02 /février /2014 19:35
Afghanistan: possible de signer l'accord de sécurité plus tard cette année

 

 

25 février 2014 Romandie.com (AFP)

 

WASHINGTON - Barack Obama a indiqué mardi à son homologue Hamid Karzaï qu'il devait planifier un retrait de tous les soldats américains d'Afghanistan, mais que signer un accord bilatéral encadrant un déploiement après 2014 restait possible plus tard cette année.

 

Le président Obama a demandé au Pentagone de mettre en place des projets pour se préparer à la possibilité d'un retrait d'ici à la fin de l'année, a expliqué la Maison Blanche dans un communiqué, alors que M. Karzaï refuse de signer l'accord, voulant laisser ce soin à son successeur qui doit être élu en avril.

 

Le président Obama a dit au président Karzaï que puisqu'il avait montré qu'il était improbable qu'il signe l'accord (bilatéral de sécurité, BSA), les Etats-Unis prenaient des mesures supplémentaires pour prévoir un retrait à la fin de la mission de l'Otan, prévue en décembre prochain, a remarqué la Maison Blanche.

 

Dans le même temps, si un BSA est en place, de même qu'un gouvernement afghan engagé à un partenariat (avec les Etats-Unis), une mission limitée après 2014 reste possible et serait dans l'intérêt des Etats-Unis et de l'Afghanistan, a expliqué M. Obama à M. Karzaï, selon la même source.

 

Une telle mission serait consacrée à la formation, au conseil et à l'assistance des forces afghanes, ainsi qu'à la traque des derniers membres d'Al-Qaïda présents en Afghanistan, a rappelé la présidence américaine.

 

Donc, nous laisserons ouverte la possibilité de conclure un BSA avec l'Afghanistan plus tard cette année. Toutefois, plus longtemps nous resterons sans BSA, plus ce sera difficile d'exécuter quelque mission américaine que ce soit après 2014, a indiqué la Maison Blanche, en mettant aussi en garde contre une mission plus réduite en taille et en ambition dans ce cas.

Partager cet article
Repost0
23 février 2014 7 23 /02 /février /2014 12:35
Afghanistan : Inspection des armées

 

21/02/2014 Sources : EMA

 

Du 10 au 14 février 2014, le général de division Pinel, adjoint à l’inspecteur des armées (IDA), s’est rendu en Afghanistan à la rencontre des militaires français.

 

Lors de ce séjour à Kaboul, il s’est également rendu à  l’hôpital militaire de campagne (HMC) de KAIA (Kaboul International Airport) où il a rencontré l’équipe médicale. Composée d’une centaine de personnes dont plus de 90 français, celle-ci est capable  de déployer simultanément trois équipes chirurgicales. Elle assure trois missions : le soutien à la Force Internationale d’Assistance de Sécurité (FIAS) ; la prise en charge de personnels des forces armées et de la police afghane ; le soutien aux différentes organisations gouvernementales et non gouvernementales, ainsi que l’aide à la population locale.

 

Le général Pinel a également participé à de nombreuses tables rondes avec les différentes catégories de personnel de la force Pamir à KAIA, dont la cinquantaine de militaires du détachement Epidote. Ces derniers, œuvrent au sein de différentes écoles (l’école de guerre ; l’école de la logistique, des finances et des ressources humaines ; l’école des blindés ; l’école du renseignement ou l’école de formation initiale des officiers). Il a par ailleurs eu l’occasion de s’entretenir avec l’ambassadeur de France.

 

Il s’est également rendu sur le futur site de l’université de Défense afghane, encore en construction, à Qargah. Cette université s’agrandira avec plusieurs écoles afghanes qui se créeront ou déménageront, dans les années à venir.

 

Enfin, le 11 février, le général de division Pinel s’est rendu à Douchanbé, au Tadjikistan, auprès des militaires qui y sont déployés dans le cadre des accords de coopération. Des sapeurs du 25e régiment du génie de l’air (25e RGA) y réalisent des travaux de rénovation des  pistes de l’aéroport.

 

Le général Pinel a conclu sa visite en félicitant l’ensemble des militaires constituant la Force Pamir : «  Vous n’avez pas à rougir de ce que vous faites aujourd’hui, car vous le faites avec professionnalisme. Votre mission est aussi importante que celle que vos camarades accomplissent actuellement en Afrique. Dans les mois à venir, il s’agit de  continuer sur cette voie… »

 

L’objectif de cette visite était de pouvoir se faire une idée plus précise du rôle de la Force Pamir dans un contexte de désengagement de la coalition, à quelques mois de la fin de la mission de la Force Internationale d’Assistance et de Sécurité (FIAS), fin 2014. L’intérêt d’une telle visite a également permis de sonder le moral des militaires engagés sur le théâtre.

 

Moins de 500 militaires sont désormais chargés de poursuivre l’engagement français jusqu’à la fin de la mission de l’ISAF en 2014, à travers notamment le commandement de l’aéroport de KAIA, le fonctionnement de l’hôpital médico-chirurgical militaire français de KAIA, l’appui à la formation de l’armée nationale afghane, la participation aux fonctions d’état-major dans les structures de l’ISAF et le commandement du laboratoire européen contre-IED.

Afghanistan : Inspection des armées
Afghanistan : Inspection des armées
Afghanistan : Inspection des armées
Afghanistan : Inspection des armées
Afghanistan : Inspection des armées
Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories