Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
7 août 2014 4 07 /08 /août /2014 07:45
Challenges ahead if SA wants to be Africa's military superpower

 

 

06 August 2014 by Helmoed Römer Heitman, Independent Military and Defence Analyst – ISS Africa

 

South Africa has big plans to expand its involvement in Africa. To implement these, defence minister Nosiviwe Mapisa-Nqakula has a vision and a 400-page Defence Review to guide her developing the capabilities of the SANDF to match national, regional and continental roles envisaged by cabinet and the Presidency.

 

Yet she will need support and additional funds: quite a lot of it too, judging by the recommendations in the review.

 

The border security mission presents challenges in terms of present force levels, equipment and funding – up to R1 billion extra will be required to fully equip, deploy and sustain a further 11 companies for deployment to the border, as the minister intends.

 

Indications are that if all goes according to plan, the SANDF could be up to speed to fulfil its commitments at its borders and in the region by 2023. Only then will the real work of renewing the force capabilities start in earnest.

 

In her budget speech on 23 July, Mapisa-Nqakula said: ‘It is also going to be important that the implementation of the Defence Review takes into consideration the tasks and commitments for defence arising from the New National Security Strategy.’ This crucial document, which has been many years in the making, should be the central document to shape policy regarding South Africa’s political, military and diplomatic roles and engagement. Approved by government earlier this year, it has still not been made public – which hinders its role as a policy tool.

 

Government has, meanwhile, tasked the Army with forming a combat group for employment as part of the African Capacity for Immediate Response to Crises (ACIRC), which will in time become the intervention capability envisaged in the Defence Review.

 

In her speech, the minister reiterated the main responsibilities of the SANDF, which include, among others, defending and protecting South Africa, safeguarding its borders and infrastructure and promoting peace and security in Africa. South Africa’s regional role thus remains central to policy, the only question being to which level this is to be pursued.

 

In this regard, the Defence Review’s baseline of three long-term battalion or combat group peace support operations is derived from an assessment of government’s intent and on past experience. For several years, South Africa had battalions in Burundi, the Democratic Republic of the Congo (DRC) and Darfur simultaneously, plus a brief battalion-strength deployment in the Comoros.

 

The minister also referred to the five milestones proposed in the Defence Review as the basis for planning. These are to arrest the decline of the SANDF; to rebalance the force by reprioritising; to ensure capacity meets current needs; to develop capacity to meet future challenges and to build the strength to deal with a limited war. The fifth only becomes relevant in the event of a major strategic shift, but the first two fall within the current five-year medium-term strategic framework.

 

However, the current defence budget – and the budgets forecast for the next two years – will not provide sufficient funding to do that. But, as the minister remarked, ‘many aspects … can be pursued in the short term without additional funding.’ These include various measures to lay the groundwork for the future development of the defence force. In reality, some of these have already been initiated – such as planning for restructuring within the Army. However, it is never without cost, and is more about reprioritising expenditure.

 

The current, short-term programme focuses on succession planning and renewal within the SANDF, and will, in fact, not require much funding in addition to what is needed for proper training and maintenance. Once these aspects have been addressed – and this should be done promptly – funding will have to increase to start the rebuilding. An immediate challenge is, however, the current shortfall in the present defence budget, due to both legacy issues and new operational activities, such as unfunded ACIRC preparations, sustainment of current missions and staff structure.

 

Considering the intent expressed in the budget speech along with what the Defence Review envisages for the first two milestones, relatively limited growth in defence funding should suffice during the current medium-term strategic framework. Real growth will, however, be needed in the second part of the period.

 

The targets set in the Defence Review for Milestone 1 (by 2015/16) that are relevant to the regional peace support role include enhanced strategic awareness capability, which includes expanding and enhancing the Special Forces capability; establishing a permanent forward base in Africa; re-establishing or enhancing a tactical airfield unit capability and a naval port-operating capability; and ensuring that troop contribution obligations are maintained at the standard whereby reimbursement from the United Nations is guaranteed.

 

This is over and above present deployments, which would continue at the same levels. These include the battalion in Darfur, the battalion group and other elements in the DRC, the patrol station in the Mozambique Channel and some smaller elements.

 

The targets set in Milestone 2 (by 2018/19) that pertain to the regional peace support role include developing a joint rapid response intervention capability; simultaneous renewal of the medium and light airlift; in-flight refuelling and air-ambulance capability and enhancing the medium helicopter lift capability. It also includes extended maritime protection capability. Again, this is over and above the present deployments that would continue, and over and above what is set out for Milestone 1.

 

Depending on the detailed force structure and chosen design, and the level of border patrolling to be reached within this period, these interventions and capability targets should be attainable at about 1,4% of the current gross domestic product (GDP), which is about 25% to 30% more than the present funding level.

 

This, however, only creates the basis for an expanded regional peace support operations capability. The actual development of that capability would begin in the second medium-term strategic framework. To evaluate the 2014 budget against South Africa’s regional capability one must also consider this second period, during which the Defence Force would be expected to attain the capabilities of Milestone 3.

 

This would, again depending on the detail and the required border security deployment, take the defence budget to about 1,6% of the current GDP, or 46% higher than the present funding level.

 

By the end of the second medium-term strategic framework – 2023 – the Defence Force would be capable of sustaining three long-term combat group level peace support operations, conducting maritime security patrols in Southern African Development Community (SADC) waters, and conducting a short-term brigade strength intervention operation using air- or sealift. This would be in addition to border safeguarding and patrols of South Africa’s own waters.

 

Only in the period after 2023 would the Defence Force begin with major renewal of conventional force capabilities to be able to respond to a serious challenge in the region. That would see defence funding rising to about 2,4% of the present GDP. While this envisaged defence strategy is desperately needed, and can be seen as a blueprint to transform the defence force into an organisation that will have at least minimum capabilities for its projected role and responsibilities, the big question remains how this will be done.

Partager cet article

Repost0
29 avril 2014 2 29 /04 /avril /2014 07:45
Défense : la carte des pays africains qui dépensent le plus

 

25/04/2014 Par Rémi Carayol - Jeuneafrique.com

 

Dans les pays développés, la course aux armements s'essouffle. C'est loin d'être le cas en Afrique, où les budgets militaires enflent, voire explosent.

 

C'est un constat du Sipri, l'Institut international de recherche sur la paix de Stockholm, qui fait référence en la matière : pour la deuxième année consécutive, les dépenses militaires sont en baisse dans le monde (- 0,4% en 2012, - 1,9% en 2013). Le jour où le concert des nations décidera d'en finir avec la course aux armements n'est cependant pas arrivé. Car si les pays développés, atteints par la crise, ont revu pour la plupart leurs budgets de défense à la baisse - dont les États-Unis (- 7,8% en 2013), il n'en va pas de même pour les pays du Sud.

Le dernier rapport du Sipri, publié le 14 avril, note que là où l'on se développe, en Asie, en Amérique latine, au Moyen-Orient ou en Afrique, les dépenses augmentent. Voire explosent, comme en Arabie saoudite, passée en un an du septième au quatrième rang mondial.

 

>> Lire aussi : Armement en Afrique : un business en plein boom

 

L'Afrique n'est pas en reste. Selon le Sipri, c'est le continent où la hausse est la plus forte (+ 8,3 % en un an). En 2013, les États africains ont affecté 44,9 milliards de dollars à leurs armées. C'est très loin des dépenses mondiales (1 747 milliards) et même en deçà du seul budget militaire de l'Inde, mais l'effort est tout de même spectaculaire. En 2013, l'Algérie est ainsi devenue le premier pays africain à avoir franchi le seuil des 10 milliards de dollars (+ 8,8 % en un an) et l'Angola, en deuxième position sur le continent avec 6,1 milliards, a vu son budget de défense croître de 36 %. Le pays lusophone dépasse l'Afrique du Sud (4,1 milliards) : une première.

 

>> Lire aussi : Afrique du Nord : course aux armements et leadership algérien

 

Mais la palme de la plus forte hausse revient au Ghana, et de loin : il a triplé ses dépenses en un an ! Il est vrai qu'Accra partait de très bas (109 millions de dollars en 2012). L'institut suédois relève qu'entre 2004 et 2013, cinq pays africains - l'Algérie, le Ghana, l'Angola, la Namibie et le Swaziland - ont doublé ou triplé leurs budgets militaires et constate que dans la plupart des cas, en Afrique comme ailleurs, l'explosion des moyens alloués aux forces de défense est liée à la découverte de richesses dans les sous-sols.

Partager cet article

Repost0
30 septembre 2013 1 30 /09 /septembre /2013 13:45
Chaos en Centrafrique

30 Septembre 2013 Par valeursactuelles.com

 

Afrique. Autoproclamé président depuis sa prise du pouvoir, en mars dernier, Michel Djotodia n’arrive plus à faire régner l’ordre.

 

Son pays est déchiré par des rébellions pseudo-politiques — du simple grand banditisme. La population en est la première victime. Après le Mali, la Centrafrique devient donc le dossier prioritaire de la France en Afrique. Ce 24 septembre, à New York, François Hollande espérait convaincre l’Onu de la nécessité d’une “opération de maintien de la paix”. Près de 300 soldats français supplémentaires sont prêts à être projetés à Bangui.

Partager cet article

Repost0
27 septembre 2013 5 27 /09 /septembre /2013 11:45
Sahel: un sommet sur le terrorisme à Paris en décembre

27 septembre 2013 Par RFI

 

Le ministre français des Affaires étrangères, Laurent Fabius, a annoncé hier jeudi 26 septembre à l'ONU qu'un sommet sur les risques terroristes en Afrique et en particulier au Sahel se tiendra à Paris au mois de décembre. Le ministre français a mis en garde contre une possible résurgence des groupes armés chassés du Mali, ailleurs dans la région.

Laurent Fabius
(00:45)
 

Ministre français des Affaires étrangères

 
Sahel: un sommet sur le terrorisme à Paris en décembre

Partager cet article

Repost0
26 septembre 2013 4 26 /09 /septembre /2013 12:45
ONU: Idriss Déby plaide pour une représentation de l'Afrique au Conseil de sécurité

26 septembre 2013 à 08:34 Par RFI

 

Dans le cadre de la 68e Assemblée générale de l'ONU à New York, Idriss Déby était à la tribune mercredi 25 septembre. Le président tchadien a appelé à une réforme du Conseil de sécurité des Nations unies, comme l'avait fait la veille le président sud-africain, Jacob Zuma.

Idriss Déby
(00:42)

Président tchadien

Partager cet article

Repost0
21 septembre 2013 6 21 /09 /septembre /2013 11:45
Quels pays africains dépensent le plus pour leur armée?

21.09.2013 Jeune Afrique

 

Les entreprises d'armement internationales, de plus en plus dépendantes des exportations en raison de la baisse des dépenses militaires en Europe et aux États-Unis, lorgnent vers une Afrique dont les budgets d'armement vont exploser dans les dix prochaines années.

 

Selon l'hebdomadaire américain Defense News, les dépenses militaires en Afrique - en plein boom énergétique dans les régions de l'Ouest et de l'Est - vont augmenter de 20 milliards de dollars au cours de la prochaine décennie contre plus de 40 milliards en 2012, selon le Stockholm International Peace Research Institute (Sipri). Ce phénomène est lié au développement récent de plusieurs armées en Afrique qui, depuis la fin de l'époque coloniale, connaît bon nombre de guerres, d'insurrections et de coups d'État. D'autre part, l'Occident fait, depuis 2001, beaucoup d'efforts pour renforcer les capacités de lutte antiterroriste, particulièrement dans la zone sahélo-saharienne, la Corne de l'Afrique et la côte orientale où les groupes djihadistes demeurent très présents.

 

Protéger les ressources

 

"La ruée vers le marché de la défense africain vient tout juste de commencer, et il se poursuivra au cours de la prochaine décennie", estime le colonel Joseph Sibanda, officier retraité de l'armée du Zimbabwe, désormais consultant pour la défense, cité par Defense News. Il estime que les pays comme le Mozambique - ancienne colonie portugaise pauvre désormais en plein boom gazier de même que la Tanzanie voisine -, l'Ouganda et le Kenya devront rediriger leurs besoins de défense vers la protection de leurs gisements de pétrole et leurs infrastructures de gaz onshore et offshore.


"Le marché africain de la défense sera, dans les prochaines années, pratiquement au même niveau que celui de l'Asie du Sud-Est", annonce Sibanda. "Les avions militaires, véhicules blindés et système d'artillerie devront être modernisés afin de répondre aux nouvelles menaces qui planent sur la sécurité", poursuit-il.

 

Une bonne nouvelle pour l'Afrique du Sud

 

Jusqu'à maintenant, l'Afrique n'avait jamais été un marché-clé pour les grands contractants militaires occidentaux, même si des pays riches en pétrole comme le Nigeria, l'Algérie ou la Libye ont déjà acheté des systèmes d'armes de hauts niveau, des avions, des navires de guerre et des armes au fil des ans.

 

Les seul pays africains ayant des industries d'armement autochtones sont l'Afrique du Sud - bien que son secteur de la défense lié à Israël ait considérablement diminué depuis la fin de l'apartheid, en 1994 - et l'Egypte qui, depuis l'accord de paix signé en 1979 avec Israël, s'est davantage tournée vers les États-Unis.

 

Le secteur de la défense sud-africain est dirigé par Denel, capable de produire des systèmes de missiles avancés, de l'artillerie aux standards internationaux et des systèmes aérospatiaux. La plus grande économie d'Afrique pourrait bien être l'une des principales bénéficiaires de la mise à niveau majeure de l'équipement des forces armées du continent.

Qui dépense le plus pour l'armement en Afrique ?
(en millions de dollars, 2012)

1. Algérie 9 325
2. Afrique du Sud 4 470
3. Égypte 4 372
4. Angola 4 146
5. Maroc 3 402
6. Libye 2 987
7. Nigeria 2 327
8. Sud Soudan 964
9. Kenya 798
10. Tunisie 709
11. Côte d'Ivoire et Namibie 407

Source : Stockholm International Peace Research Institute (SIPRI)

Partager cet article

Repost0
4 juillet 2013 4 04 /07 /juillet /2013 17:45
Deux POC, trois BOA et des nénuphars: les sénateurs détaillent la stratégie en Afrique

04.07.2013 par P. CHAPLEAU Lignes de Défense
 

On lira en cliquant sur  ce lien le "Rapport d'information de MM. Jean-Pierre CHEVÈNEMENT et Gérard LARCHER, fait au nom de la commission des affaires étrangères, de la défense et des forces armées n° 720 (2012-2013) - 3 juillet 2013".

Je suggère de lire les pages consacrées à notre positionnement en Afrique (de la page 164 à la page 177). Une Afrique qui, finalement, se limite aux anciennes AOF et AEF et qui lorgne vers l'océan Indien (nos bases de l'océan Indien ne sont même pas mentionnées!).

Les rédacteurs du rapport suggère que la présence militaire française en Afrique pourrait s’articuler autour de
- 2 pôles opérationnels de coopération (désignés POC sur la carte ci-dessus) spécifiquement dédiés à la coopération avec les organisations régionales africaines (CEEAC1 et CEDEAO), à, respectivement, Libreville (allégé) et Dakar (renforcé).

- 3 bases opérationnelles avancées: Abidjan, Djibouti et les Émirats.
Côte d’Ivoire. Abidjan, port en eaux profondes stratégiquement situé, pourrait être un point d’appui (commandement- logistique- réservoir de forces) permettant de concourir à la sécurité de l’Afrique de l’Ouest et de la bande sahélo saharienne.
Émirats Arabes Unis. Cette base participerait à la défense du golfe arabo-persique et à la protection de nos ressortissants. Le niveau de forces serait redimensionné pour permettre un strict maintien en condition opérationnelle des matériels. Elle pourrait être renforcée le cas échéant par les moyens de Djibouti.
Djibouti. Cette base serait un point d’appui pour des opérations dans le golfe et l’océan Indien, ainsi qu’un pôle d’influence et coopération avec l’Afrique de l’Est. Les moyens terrestres et aériens conserveraient un niveau suffisant compte tenu de nos accords de défense et pour pouvoir renforcer rapidement le dispositif des Émirats Arabes Unis.

- Un réseau de « nénuphars » (en vert sur la carte ci-de"ssus) autour de la zone de crise que constitue aujourd’hui la bande sahélo-saharienne (reposant sur les dispositifs Épervier, Sabre et Serval).

Partager cet article

Repost0
15 juin 2013 6 15 /06 /juin /2013 11:45
Two French soldiers wounded as Mali violence continues, Le Drian

14 June 2013 By RFI

 

French troops continue to clash with armed Islamists in Mali with two French soldiers wounded this week, French Defence Minister Jean-Yves Le Drian told RFI Friday. The French troop presence will be reduced from 3,500 to 1,000 by the end of the year, he added.

 

"There are still some incidents (in Mali] since this week there were two wounded among the French special forces," Le Drian said, without giving details of the clashes in which the injuries took place.

Dossier: War in Mali
 

But, he insisted, that the country is largely pacified, while adding that "we have to be extremely vigilant about sporadic elements".

French troops have found caches of "tons" of arms, which show "considerable organisation aiming to endanger security in France and in Europe, according to Le Drian.

A horde of about 30 weapons, including machine-guns, 5,000 bullets and pick-up trucks was found in the Bourem region, the defence ministry announced on Thursday.

The 3,500-3,600 French troops in Mali at the moment will be reduced to about 2,000 as planned by the end of summer, Le Drian said, and 1,000, devoted to anti-terrorism and coordination with the UN's planned force by the end of the year, Le Drian said.

Partager cet article

Repost0
1 juin 2013 6 01 /06 /juin /2013 16:45
Commanding Officer of the FS Nivôse, Captain Samuel Majou, briefs the EU NAVFOR Force Commander on FS Nivôse’s capabilities

Commanding Officer of the FS Nivôse, Captain Samuel Majou, briefs the EU NAVFOR Force Commander on FS Nivôse’s capabilities

31 mai 2013 Par Rédacteur en chef.  PORTAIL DES SOUS-MARINS

 

Cette semaine, le commandant de la force européenne Atalante, le Commodore Jorge Novo Palma, et une délégation du navire-amiral de la force, la frégate portugaise NRP Alvares Cabral, se sont rendus à bord de la frégate Nivôse, de la marine européenne, pour une mise à jour opérationnelle de la part du commandant de la frégate, le capitaine de vaisseau Samuel Majou.

 

Les 2 navires participent à des patrouilles au large de la côte somalienne, où on sait que des pirates opèrent.

 

La reconnaissance de la côte somalienne par des navires européens est une mesure dissuasive forte pour les groupes de pirates qui, si on leur en donne la possibilité, prendraient la mer pour attaquer les navires de passage.

 

La frégate Nivôse fait partie de la contribution française à la force européenne de lutte contre la piraterie, l’opération Atalante.

 

Référence : Etat-major Atalante

Partager cet article

Repost0
29 mai 2013 3 29 /05 /mai /2013 07:45
African Union to establish emergency military force

May 27, 2013 ASDNews (AFP)

 

The African Union said Monday it will set up an emergency military force to rapidly quell conflict on the continent, amid frustration that a planned peacekeeping force was still not operational after a decade.

 

"Almost all countries have agreed that we will have rapid response capability in Africa," AU chairman and Ethiopian President Hailemariam Desalegn told reporters at the close of a two-day AU summit.

 

The AU's "African Standby Brigade" to intervene in sudden crises -- a proposed force of 32,500 troops and civilians drawn from five regions of the continent -- has made little headway since preparations for it started a decade ago.

 

Only two of five regional sections are close to becoming operational.

 

"This is meant as an interim measure pending the full operationalisation of the African standby force," AU security commissioner Ramtane Lamamra told reporters at the pan-African bloc's headquarters in the Ethiopian capital.

 

"In the meantime, crises, unconstitutional changes of government, massive violations of human rights are likely to happen here and there, so from a responsible point of view, we say we cannot wait until we get a perfect tool to be used."

 

South Africa, Uganda and Ethiopia have pledged troops to the proposed interim force, Lamamra said. Funding and troop contributions will come from member states on a voluntary basis.

 

The AU was criticised for not responding fast enough in Mali, after soldiers seized power in a coup in March 2012, opening the way for Islamist rebels to take over the country's north.

 

This led to the rapid collapse of one Africa's more stable democracies, prompting a French military intervention to oust the extremists in January.

 

"Africa could have done better, could have moved faster and could have perhaps made some significant effort so that the French contribution would not have been indispensable," Lamamra added.

 

"It's quite unfortunate that 50 years after our independence our security is so much dependent on a foreign partner."

 

The AU's Peace and Security Council (PSC), the bloc's body for tackling conflict, remains hampered by financial constraints, with military missions largely funded by western donors.

 

However, the AU's force in Somalia, where 17,700 AU troops from five nations are fighting to claw back territory from Al-Qaeda linked Shebab insurgents from the government, has made impressive achievements.

 

But this success is not without cost.

 

One senior UN official recently estimated as many as 3,000 African troops had been killed in Somalia since 2007, similar to the numbers of UN peacekeepers killed worldwide since 1948.

 

Although funding for that mission comes mainly from Western backers, its role in Somalia shows the potential for an AU force.

 

The commitment of African nations to peacekeeping roles is clear: the peacekeeping mission in Sudan's war-torn western Darfur region is a hybrid AU-UN force, while Mali now has a -- belatedly deployed -- African-led international support mission.

 

Five of the top ten contributors of soldiers and police officers to UN missions are African.

Partager cet article

Repost0
22 mai 2013 3 22 /05 /mai /2013 12:45
Etude de l'IRSEM n°24-2013 : Les défis stratégiques africains : exploration des racines de la conflictualité en Afrique de l'Est

17/05/2013 IRSEM

 

Sous la direction de Amandine GNANGUÊNON, avec les contributions de Karl SÖRENSON Alain GASCON Jean-Nicolas BACH Christian DELMET Simon IMBERT-VIER Raphaël ROSSIGNOL Patrick FERRAS

 

L'Afrique de l’Est est sans doute une de régions africaines la plus hétérogène de toute l’Afrique, de par sa diversité religieuse et politique, mais aussi de par le fait qu’elle est composée d’une multitude des cultures et des origines ethniques. De même, la région est souvent caractérisée par un enchevêtrement de conflits, parmi les plus complexes au monde. Cette multitude de facteurs d’insécurité mis en relation avec la complexité des rapports de forces régionaux peu apparaître comme un vrai défi pour le monde académique, dans sa tentative de mieux appréhender cette région. Tout l’enjeu de ce Cahier est de mieux en comprendre les tenants et les aboutissants de la conflictualité en Afrique de l’Est.

 

Etude de l'IRSEM n°24-2013

Partager cet article

Repost0
26 avril 2013 5 26 /04 /avril /2013 11:45
plus de 200 tonnes d’équipements militaires ont été capturées par les forces françaises à ce jour (photo ECPAD)

plus de 200 tonnes d’équipements militaires ont été capturées par les forces françaises à ce jour (photo ECPAD)

 

26.04.2013 par Frédéric Lert (FOB)

 

 Arrivé hier dans la capitale malienne, Jean-Yves Le Drian se rend aujourd’hui à Gao pour y rencontrer les troupes françaises déployées dans le pays. Evoquant ce matin au micro de RMC la décision des Nations Unies de déployer 11200 soldats et 1400 policiers à partir du premier juillet prochain, avec l’appui d’un contingent français, le ministre de la Défense a pu se féliciter d’une « belle victoire diplomatique pour la France (…) qui permettra d’avoir le relai nécessaire pour stabiliser la paix ».

 

Le conseil de sécurité des Nation Unies devra toutefois déterminer dans les jours à venir si les conditions de sécurité sur le terrain permettront véritablement le déploiement de cette « Mission Intégrée des Nations Unies pour la Stabilisation au Mali » (Minusma), qui prendra le relais de la Misma (force panafricaine) pour une période initiale de douze mois.

 

« Nous sommes en train de gagner la guerre, il faut maintenant gagner la paix » a ajouté le ministre sur RMC, précisant que l’intégralité du territoire a pu être « libéré et fouillé ». « Nos forces ont fait un travail remarquable, dans des conditions climatiques difficiles. Mais il reste des risques dans la région de Tombouctou et de Gao. La vigilance s’impose ».

 

Les forces françaises ont découvert à ce jour plus de 200 tonnes d’armes et de munitions et de nouvelles caches continuent d’être mises au jour au gré des opérations de fouille. Jean-Yves Le Drian s’est également félicité du vote unanime au Parlement pour la prolongation de l’opération Serval : les députés se sont prononcés par 342 voix pour, zéro contre et l’abstention des élus du Front de Gauche. Les sénateurs se sont également prononcés en faveur de l’opération par 326 voix pour et zéro contre.

 

Le contingent français au Mali, 3 850 soldats aujourd’hui, doit être ramené à 2 000 en juillet et à un millier à la fin de 2013. Au plus fort de l’opération « Serval », lancée le 11 janvier, il comptait près de 4 500 hommes.

Partager cet article

Repost0
26 avril 2013 5 26 /04 /avril /2013 07:55
Mali : l'opération a coûté 200 millions d'euros

 

25/04/2013 JDD

 

L'opération militaire française au Mali a coûté plus de 200 millions d'euros depuis son lancement, le 11 janvier, a indiqué jeudi le ministère de la Défense. Le surcoût de l'opération Serval pour le budget de l'Etat est estimé à 91 millions d'euros pour le transport stratégique, notamment l'acheminement d'environ 4.500 soldats français dans le pays. S'y ajoutent 55 millions d'euros pour le paiement des soldes des militaires au titre des opérations extérieures (Opex) et 59 millions de dépenses de fonctionnement, de munitions ou de carburants. Soit un total "de l'ordre de 200 millions d'euros", a souligné le porte-parole adjoint de la Défense, le général Martin Klotz

 

Les frais liés au transport stratégique ont été les plus importants durant les premières semaines de l'opération et se sont stabilisés ensuite, a-t-il précisé. De même, le coût lié aux soldes des militaires est appelé à diminuer avec la réduction amorcée des effectifs. Le nombre de militaires français actuellement au Mali est d'environ 3.850.

 

Contrairement à d'autres nations, la France calcule le "surcoût" de ses opérations extérieures pour le budget de l'Etat. C'est-à-dire ce que les opérations ont coûté, en soldes ou en heures de vol des appareils, par rapport au budget prévu si ces opérations n'avaient pas eu lieu. Des crédits - d'un montant de 630 millions d'euros pour 2013 - sont prévus dans le budget de la Défense pour financer les opérations extérieures. Si le surcoût dépasse cette somme, le gouvernement débloque des crédits supplémentaires.

Partager cet article

Repost0
26 avril 2013 5 26 /04 /avril /2013 07:45
Un général brésilien de l'ONU en RDC

 

25 avril, 2013 – BBC Afrique

 

L’ONU a nommé un général brésilien à la tête de la force de maintien de la paix de l’ONU en République démocratique du Congo, la Monusco.

 

Le général Carlos Alberto dos Santos Cruz, connu pour avoir pacifié un bidonville à Haïti, dirigera une force de 20.000 hommes, dont la nouvelle brigade d’intervention de la Monusco, une force offensive de 2.500 hommes chargée de “neutraliser et desarmer” les groupes armés dans l’est de la RDC.

 

C’est la première fois que l’ONU a accordé un mandat offensif à ses troupes de maintien de la paix. La Monusco avait été largement critiquée pour son inefficacité.

 

La nouvelle brigade offensive de l’ONU en RDC sera composée essentiellement de soldats de Tanzanie, du Malawi, de Mozambique et d’Afrique du Sud, et devrait être déployée en juillet.

 

Le général Santos Cruz a déclaré à la BBC que ses troupes seraient entraînées pour prendre en compte les civils et la propriété privée en RDC.

 

“Je suis prêt à affronter les scénarios les plus difficiles. Le principal objectif est de soulager les souffrances de la population.”

 

Carlos Alberto dos Santos Cruz est l’ancien commandant de la mission de l’ONU à Haïti, qui avait bataillé pendant un an en 2007 pour reprendre le contrôle de l’immense bidonville de la Cité Soleil à Haïti. Ensuite, il avait pris sa retraite.

Partager cet article

Repost0
26 avril 2013 5 26 /04 /avril /2013 06:45
photo EMA / ECPAD

photo EMA / ECPAD

26.04.2013 par RFI

 

Le ministre français de la Défense a répondu aux questions de Christophe Boisbouvier. L’entretien est à écouter dans son intégralité sur RFI, ce vendredi 26 avril, à 5h30 (TU), 6h30 (TU) et 7h30 (TU), après le journal.Les casques bleus sont-ils capables de prendre la relève des Français dans le nord du Mali ? Quelle sera la place des Tchadiens dans cette force de l'ONU ? Faut-il reporter l’élection présidentielle malienne, prévue au mois de juillet ? Autant de questions auxquelles répond Jean-Yves Le Drian, qui vient d'entamer une tournée dans la région.

 

Le ministre français de la Défense a entamé jeudi à Bamako une tournée au Mali, au Niger et au Tchad. Il a accepté de répondre, pour RFI, aux questions qui se posent à la France dans la sous-région, après l’annonce par les Nations unies de la création de la Minusma, la force de maintien de la paix au Mali, qui sera déployée à partir du mois de juillet.

 

Une intervention française « nécessaire » et « opportune »

Jean-Yves Le Drian a salué l’accord donné jeudi par le Conseil de sécurité de l’ONU à la création de la Minusma : « C’est d’abord une très bonne nouvelle que le Conseil de sécurité adopte cette résolution. Et qu’il l’adopte à l’unanimité, ce qui montre bien que l’intervention française au Mali était nécessaire, opportune et soutenue au niveau international. Maintenant, le rôle de la mission des Nations unies, de permettre le maintien de la stabilisation du Mali, sera mis en œuvre de manière efficace ».

 

Vers la mise en place d'un « groupe du désert »

Le ministre de la Défense a également insisté sur le rôle que la France entend continuer à jouer, sur le plan militaire et de manière directe : « Parallèlement, je pense qu’il faut le dire avec beaucoup de clarté : la France restera militairement présente elle-même au Mali, en gardant un ensemble d’un millier de soldats, permettant d’empêcher la reconstruction des groupes terroristes et éventuellement d’intervenir, s’il y avait des attaques de certains mouvements qui, pour l’instant, sont résiduels, mais dont il faut empêcher la renaissance. Nous mettrons en place, avant la fin de l’année, un millier d’hommes, qui s’appelleront "groupe du désert" et qui auront pour mission d’empêcher la reconstruction de ces groupes ».


 

Cliquez pour accéder à la page de l'émission
© Aurélia Blanc
 

Ecoutez l’intégralité de l’entretien accordé par le ministre français de la Défense à Christophe Boisbouvier sur RFI, ce vendredi 26 avril, à 5h30 (TU), 6h30(TU) et 7h30 (TU), après le journal. L'entretien sera ensuite disponible en podcast sur la page de l'émission.

Partager cet article

Repost0
25 avril 2013 4 25 /04 /avril /2013 22:31
Opération Serval : point de situation sur les opérations du jeudi 25 avril 2013

25.04.2013 Sources : EMA

 

Points sur les opérations de la force Serval depuis le jeudi 18 avril 2013 (18h00) jusqu’au jeudi 25avril (18h00)

 

Au cours de ces derniers jours, les opérations aériennes se sont poursuivies avec près de cent trente sorties, principalement dans la région de l’Adrar des Ifoghas et le long de la boucle du Niger, de Gao à Tombouctou. Une quarantaine de sorties a été réalisée à l’appui CAS des opérations terrestres et aux frappes dans la profondeur, un peu plus d’une cinquantaine dédiée au transport de nos forces et de nos matériels,les autres sorties étant consacrées au soutien des opérations.

 

Le désengagement s’est poursuivi avec la fin du retour vers la métropole du GTIA TAP, l’adaptation du dispositif AIR la semaine passée et le redéploiement des premiers éléments du GTIA 3 vers Bamako puis vers Abidjan. Parallèlement, les premières relèves du dispositif français ont eu lieu, notamment avec l’arrivée des éléments du1er RHC de Phalsbourg en remplacement du 5e RHC de Pau qui armait le groupement aéromobile jusque là.

Opération Serval : point de situation sur les opérations du jeudi 25 avril 2013

Malgré le redéploiement, la Force Serval maintient son rythme opérationnel avec la conduite simultanée de plusieurs opérations combinant des moyens terrestres et aériens, et associant les forces armées maliennes et les forces africaines de la MISMA dans les régions de Tombouctou, de Gao, d’Abeibarra et d’Ametettaï.

 

A Gao, du 16 au 20 avril 2013, près de 700 militaires français et maliens ont conduit  l’opération Obiou au nord-est de Gao, dans la région de SEMIT. Cette opération visait à poursuivre l’affaiblissement des groupes terroristes présents dans la zone en portant un nouveau coup à leur organisation logistique. Elle n’a donné lieu à aucun contact avec l’adversaire mais a permis la découverte de plusieurs caches d’armes et d’un campement.

Opération Serval : point de situation sur les opérations du jeudi 25 avril 2013

Ces caches d’armes abritaient près de 15 000 munitions de petit calibre et plus de 400 obus en tous genres. Elle a également permis la saisie de deux pick-up, d’un groupe électrogène et de conteneurs de stockage. Obiou a permis de mettre en avant la volonté des FAM qui ont conduit des actions de fouilles et de renseignement auprès de la population locale qui s’est avérée être un atout important dans la découverte des caches.

Opération Serval : point de situation sur les opérations du jeudi 25 avril 2013

A Tombouctou, le transfert officiel d’autorité entre les éléments français de l’EAE et le bataillon burkinabè a eu lieu le 23 avril. Il marque un pas supplémentaire dans le transfert progressif de responsabilité aux forces africaines de la MISMA.

Opération Serval : point de situation sur les opérations du jeudi 25 avril 2013

Au Nord, les éléments français du GTIA 2 ont conduit une reconnaissance des entrées Ouest de la vallée d’Ametettaï, y découvrant encore un important stock de munitions qui n’avait probablement pas été trouvé lors des premiers combats dans la région.

Le 25 avril, le ministre de la Défense est arrivé au Mali pour une visite de plusieurs jours, notamment auprès des militaires français déployés au sein de l’opération Serval. Ils sont aujourd’hui près de 3850 à poursuivre les opérations dans le pays.

Partager cet article

Repost0
25 avril 2013 4 25 /04 /avril /2013 15:41
L'ONU va déployer 12.600 Casques bleus pour stabiliser le nord du Mali

 

25 avril 2013 Romandie.com (AFP)

 

NEW YORK (Nations unies) - Le Conseil de sécurité de l'ONU a autorisé jeudi la création d'une force de maintien de la paix de 12.600 Casques bleus chargée de stabiliser le nord du Mali après l'intervention française contre les islamistes qui contrôlaient cette région.

 

Cette Mission intégrée des Nations unies pour la stabilisation au Mali (Minusma), qui prendra le relais de la Misma (force panafricaine), sera déployée au 1er juillet prochain, si les conditions de sécurité le permettent, et pour une période initiale de 12 mois.

 

Dans les 60 jours à venir, le Conseil devra déterminer si la sécurité sur le terrain est suffisante, indique la résolution, mise au point par la France et adoptée à l'unanimité.

 

La Minusma comprendra au maximum 11.200 soldats et 1.440 policiers, dont des bataillons de reserve capables de se déployer rapidement.

 

Le texte autorise les troupes françaises (...) à intervenir en soutien à des éléments de la Minusma en cas de danger grave et imminent les menaçant et à la demande du secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon.

 

Un millier de soldats français doivent rester au Mali pour contrer une éventuelle guérilla des groupes islamistes armés. L'armée française dispose aussi de bases arrières au Sénégal, en Côte d'Ivoire ou au Tchad.

 

Le contingent français au Mali doit passer de 3.850 soldats aujourd'hui à 2.000 en juillet et un millier fin 2013. Au plus fort de l'opération Serval, lancée le 11 janvier, il comptait près de 4.500 hommes.

 

La Minusma n'aura pas pour mission la lutte antiterroriste mais devra stabiliser les centres urbains essentiels, particulièrement dans le Nord et empêcher un retour d'éléments armés dans ces zones. Les Casques bleus devront aussi protéger les civils et le patrimoine culturel et contrôler le respect des droits de l'Homme.

 

Ils aideront aussi les autorités maliennes à instaurer un dialogue politique national, organiser des élections libres, équitables et transparentes, et promouvoir la réconciliation avec les Touaregs du Nord. Un représentant spécial de l'ONU pour le Mali sera nommé pour diriger la Minusma.

Partager cet article

Repost0
25 avril 2013 4 25 /04 /avril /2013 07:45

 

24 Avril 2013 atlasinfo.fr (source Liberation)

 

Les militaires l’appellent «l’effet mercure» : quand on presse une bille de ce métal liquide, elle se scinde en de multiples gouttes qui s’éparpillent sans qu’on puisse jamais les éliminer. Au Nord-Mali, l’armée française a certes frappé les groupes jihadistes au cœur de leur sanctuaire, leur portant un coup majeur. Mais elle reconnaît volontiers qu’un nombre indéterminé d’entre eux - probablement plusieurs centaines - est parvenu à s’enfuir dans les pays voisins.

Le sud de la Libye, nouveau refuge des jihadistes du Mali

Vastes. Malgré l’armada déployée dans le ciel - les drones français et américains, les avions de surveillance ATL2 -, un strict contrôle de l’ensemble des vastes frontières du Mali relève de la mission impossible, même pour la principale armée de la région, celle de l’Algérie. Résultat : depuis l’intervention française, des groupes d’individus soupçonnés d’appartenir à la mouvance salafiste ont été aperçus dans plusieurs villes de la région, notamment à Niamey (Niger) et à Ouagadougou (Burkina Faso). «Les jihadistes n’ont pas attendu l’opération Serval pour circuler dans la région, note Mathieu Pellerin, directeur de Cisca (un centre d’analyse sur l’Afrique). Mais celle-ci a disséminé durablement la menace terroriste, et ce jusque dans des pays comme la Côte d’Ivoire et le Sénégal.»

la passe de Salvador - Google Maps

la passe de Salvador - Google Maps

Mais c’est surtout le sud de la Libye qui est cité comme l’une des principales zones refuges des jihadistes. D’après une source bien informée, certains terroristes blessés au Mali y seraient soignés. «L’autoroute du risque», comme l’appelle un haut gradé, longe le massif de l’Aïr, au Niger, et conduit jusqu’en Libye, via la passe de Salvador. Ironie du sort : à l’été 2011, cette même voie a été empruntée, en sens inverse, par les vétérans touaregs de la légion islamique en route pour le Nord-Mali. Leur arrivée a catalysé les revendications indépendantistes des Touaregs, débouchant sur une déstabilisation majeure du Mali, et de l’ensemble de la région.

 

Alors qu’Al-Qaeda au Maghreb islamique (Aqmi) et ses affidés ont encore appelé, vendredi, les musulmans à frapper les Français en représailles à leur engagement militaire au Mali, la surveillance des intérêts hexagonaux dans la zone saharo-sahélienne a été discrètement renforcée depuis plusieurs mois, tout comme celle aux abords des principales plateformes aéroportuaires de la région. La nuit, les passagers sont ainsi fermement appelés à baisser le volet de leur hublot pour masquer la lumière émanant de la cabine lors de la phase d’atterrissage à Bamako. Une mesure de protection qui traduit la hantise - bien réelle - d’un attentat, à l’aide d’un missile sol-air.

 

Au-delà de ces mesures de sécurité et de l’action des services de renseignements, Paris a décidé de maintenir une force de plusieurs centaines d’hommes, en appui à la future opération de maintien de la paix de l’ONU. Cette force dite «parallèle» aura spécifiquement pour but de poursuivre la lutte antiterroriste. En clair, les Casques bleus seront chargés de sécuriser les villes du Nord-Mali, tandis que les Français mèneront, si nécessaire, des actions coups de poing.

Crédits EMA / ECPAD

Crédits EMA / ECPAD

Etoffé. Au fil des ans, Paris a étoffé de manière substantielle son dispositif militaire dans la région. Des unités de formations, composées de forces spéciales et équipées d’hélicoptères, sont habituellement déployées au Burkina Faso et en Mauritanie. Des forces françaises sont installées en permanence à Dakar et à Abidjan. Enfin, plusieurs aéronefs stationnent sur le tarmac de l’aéroport de N’Djamena, au Tchad. Remis lundi prochain au président de la République, le Livre blanc sur la défense et la sécurité nationale devrait entériner le maintien de ces forces prépositionnées dans la bande saharo-sahélienne.

Partager cet article

Repost0
25 avril 2013 4 25 /04 /avril /2013 07:45
Marines from Task Force African Lion 13 and servicemembers from Joint Task Force-Port Opening, U.S. Transportation Command, begin the offload of vehicles and equipment to support Exercise African Lion 13 in the Port of Agadir, Morocco, on April 6. (Sgt. Tatum Vayavananda / Marine Corps)

Marines from Task Force African Lion 13 and servicemembers from Joint Task Force-Port Opening, U.S. Transportation Command, begin the offload of vehicles and equipment to support Exercise African Lion 13 in the Port of Agadir, Morocco, on April 6. (Sgt. Tatum Vayavananda / Marine Corps)

Apr. 24, 2013 – Defense News (AFP)

 

RABAT — US-Morocco war games, cancelled by Rabat over a Washington-backed plan for the UN's Western Sahara mission, have resumed on a smaller scale after a compromise was reached, the US embassy said Wednesday.

 

"The Moroccan government did ask us (in the past 48 hours) if we could resume African Lion," embassy spokesman Rodney Ford told AFP.

 

"Most of our forces had already redeployed. But some elements are still on the ground. So we are conducting modified limited military engagements," he said.

 

Aerial training, refuelling and workshops were among the resumed activities, he added.

 

The US army was to conduct the "African Lion 2013" joint military exercises with Morocco from April 7-27, involving 1,400 personnel from US Africa Command (AFRICOM) and 900 members of the Moroccan armed forces.

 

But it began withdrawing troops and equipment last week amid disagreement over a plan to broaden the Western Sahara peacekeeping force's mandate to include rights monitoring in the disputed territory and in Sahrawi refugee camps in Algeria.

 

The US proposal triggered a furious lobbying campaign by Morocco, which called off the war games in a clear sign of Rabat's displeasure.

 

Washington this week dropped its demand that rights monitoring be included in the mandate of the UN mission in the Western Sahara, diplomats said, with the resolution merely to encourage stronger efforts on human rights.

 

The Security Council resolution on the UN peacekeeping force is to be voted on Thursday.

 

Giving the force a rights monitoring role is something human rights groups and the pro-independence Polisario Front have been advocating for years in the face of repeated allegations of torture of Sahrawi activists by Moroccan forces.

 

Morocco annexed the former Spanish colony in the 1970s in a move never recognised by the international community, and proposes broad autonomy for the phosphate-rich region under its sovereignty.

 

But this is rejected by the Polisario, which insists on the right of Sahrawis to decide in a UN-monitored referendum whether or not they want independence.

Partager cet article

Repost0
24 avril 2013 3 24 /04 /avril /2013 21:55
Mali: le MNLA refuse de désarmer

24 avril, 2013 BBC Afrique

 

Le MNLA, la rébellion armée touareg au Mali, exclut tout désarmement et "ne veut pas entendre parler" des élections.

 

"Le désarmement du MNLA, il n'en est pas question. Est-ce qu'on a déjà vu un groupe armé désarmer tant qu'il n'y a pas eu négociations ?", a lancé Mahamadou Djeri Maïga, vice-président du mouvement, lors d'une conférence de presse à Paris.

 

Au sujet des élections prévues au Mali en juillet, et exigée par la France, "il n'en est pas question dans les conditions actuelles", a ajouté le vice-président du MNLA.

 

La France, qui a amorcé le retrait de ses troupes engagées en janvier pour lutter contre les groupes islamistes armés du nord du Mali, insiste sur la nécessité d'avoir au minimum une élection présidentielle en juillet, afin de doter le pays d'autorités légitimes.

 

Lors d'une visite début avril à Bamako, le ministre français des Affaires étrangères Laurent Fabius avait avait estimé que le MNLA devrait désarmer dans la perspective du scrutin.

 

Le MNLA, qui réclame une large autonomie du nord du Mali, contrôle la ville de Kidal, et refuse toute présence de l'armée malienne.

 

Les troupes françaises et tchadiennes, qui assurent la sécurité de la ville, sont appelées à se retirer progressivement.

 

Dans un communiqué, le MNLA réagit avec virulence aux informations selon lesquelles l’armée malienne projetterait d’avancer vers Kidal:

 

“Le MNLA (...)n'hésitera aucunement à réagir militairement à toute provocation des putschistes de Bamako.”

 

“Le MNLA”, ajoute le communiqué, “ informe les azawadiens que tous ses combattants sont prêts à mourir, jusqu’au dernier d’entres-eux, pour protéger les populations de l'Azawad contre les inévitables exactions de l'armée malienne.”

Partager cet article

Repost0
24 avril 2013 3 24 /04 /avril /2013 19:45
Le Cours Supérieur Interarmées de Défense devient Ecole Supérieure Internationale de Guerre de Yaoundé

24/04/2013 Par Ingrid Alice Ngounou d'Halluin - journalducameroun.com

 

Le chef de l’état en tant que chef des armées a décidé du changement de nom, qui manifeste une volonté de mutation de cette école

 

Crée par décret présidentiel le 13 janvier 2005, le Cours Supérieur Interarmées de Défense (Csid), nouvellement Ecole Supérieure Internationale de Guerre de Yaoundé (Esigy) a fait du Cameroun l’un des rares pays africains à délivrer un enseignement militaire de qualité. Elle accueille chaque année des stagiaires camerounais et étrangers qui bénéficient d’une formation reconnue de haute facture avec l’appui de la France. Ce pays alloue depuis la création de l’école, un support financier de plus de 120 millions de FCFA et y affecte un officier supérieur breveté du collège interarmées de défense.

 

L’école a pour missions de délivrer le Brevet d'Etudes Militaire Supérieures, après des enseignements militaires supérieurs, des officiers supérieurs des trois armées (terre, air, marine) et de la gendarmerie, afin qu’ils soient aptes à assumer de hautes responsabilités au sein des états-majors. Le recrutement se fait sur concours ouvert à l’intention des diplômés d’état-major, officiers d’armées et de la gendarmerie. Conformément au décret N°2005/015 du 13 janvier 2005, le Csid est placé sous l'autorité d'un commandant, assisté d'un commandant en second, exerçant les fonctions de directeur de l'enseignement, officier nommé par décret présidentiel. L'enseignement général de défense dispensé au Csid intègre la stratégie, la géopolitique, le droit, les relations internationales, le management, la communication, l'économie... Cet enseignement vise à enrichir la culture générale des officiers stagiaires, à approfondir leur réflexion sur la défense et l'institution militaire, à développer l'ouverture vers des instances extérieures, civiles et militaires, nationales et internationales. L'enseignement opérationnel, quant à lui, a pour objectif de donner aux stagiaires les connaissances indispensables à la planification et à la conduite des opérations interarmées nationales ou multinationales.

 

Pour faire évoluer ce centre et l’adapter aux exigences stratégiques actuelles, une réflexion est en cours, a mentionné Edgard Alain Mebe Ngo’o, ministre délégué à la présidence chargé de la défense lors du colloque annuel de l’institution, le 23 avril 2013 à Yaoundé

Partager cet article

Repost0
24 avril 2013 3 24 /04 /avril /2013 18:45
photo EMA / ECPAD

photo EMA / ECPAD

24 avril 2013 Par RFI

 

La France vient officiellement de passer le relais aux forces burkinabè à Tombouctou. Première grande ville du Nord à passer entièrement sous le contrôle des forces ouest-africaines de la Misma. C’est donc à présent la Mission internationale de soutien au Mali qui commande les opérations dans la ville et dans le secteur, via le bataillon burkinabè.

 

Les soldats français étaient 450 à Tombouctou, ils sont remplacés par 650 Burkinabè, arrivés il y a deux semaines. Deux semaines pendant lesquelles la passation a été organisée. Capitaine Dorian, officier adjoint de l’escadron français d’aide à l’engagement s'explique :

 

« La première chose était d’accueillir nos frères d’armes, de leur montrer le dispositif que nous avions pris pour la sécurité de l’aéroport puis de la ville de Tombouctou avec l’armée malienne. Ensuite, pour ce qui est de la sécurité de la ville, nous avons participé avec eux et avec les forces armées maliennes à des patrouilles conjointes, pour leur montrer les quartiers et un certain nombre de choses ».

 

Malgré deux attaques survenues en un mois, le capitaine français juge la situation sécuritaire satisfaisante. Le commandant Gilles commande le bataillon burkinabè de Tombouctou. Après Markala et Djabialy au mois de janvier, c’est la première fois qu’il prend le relais des Français et il se sent prêt :

 

« La tâche n’est pas impossible même si elle est grande. Nous avons les capacités aussi bien personnelles que matérielles pour accomplir notre mission. En liaison avec la force Serval et nos frères maliens, nous allons être en mesure d’accomplir notre mission ici, rassurer la population et pouvoir contrer toutes sortes de menaces qui pourraient se présenter dans la ville ».

 

A la fin de la semaine, il ne restera plus qu’une trentaine de soldats français à Tombouctou qui assureront la coordination avec l’opération Serval et conseilleront le commandement burkinabè

Partager cet article

Repost0
24 avril 2013 3 24 /04 /avril /2013 17:45
photo ECPAD

photo ECPAD

24/04/2013 Sources : EMA

 

Du 16 au 19 avril 2013, le GTIA 2, en coordination avec les forces armées maliennes (FAM) a conduit l’opération Obiou dans l’Est de Gao. Cette action, engageant près de 700 soldats, avait pour but de sécuriser la région de Semit, de désorganiser et de poursuivre la destruction des groupes terroristes dans la zone.

 

Dès le 1er avril, une compagnie malienne a quitté Gao pour se positionner à hauteur du village de Tagelaten, au Nord de la vallée de Semit, afin de contrôler la zone. De leur côté, les éléments français du GTIA2ont mené une reconnaissance de la zone de Semit. Cette première action de l’opération s’est poursuivie par la fouille, en appui d’une deuxième compagnie de l’armée malienne, du village de Semit. Au bilan, 9 pick up ont été découverts et neutralisés et plus de 1000L de gasoil et d’essence ont été trouvés.

Opération Serval : opération Obiou dans l’Est de Gao

Opération Serval : opération Obiou dans l’Est de Gao

L’opération s’est poursuivie dans l’oued d’In Saloua à la recherche de caches d’armes ; Le GTIA 2 a fouillé les villages d’InZekouan, deTin Echreut et de Teyskot où deux campements de groupes terroriste sont été localisés. Les fouilles réalisées par le GTIA 2 ont permis de découvrir d’importants stocks de munitions comprenant des roquettes de 130 mm et de 107 mm, des caisses d’obus de 23 mm et de 60 mm, 2 fusils mitrailleurs de calibre 7.62 mm, des pièces de mitrailleuses de calibre 12.7 mm, 7 roquettes PG7, 5 armes légères,une pièce d’artillerie, des munitions et des grenades. D’autres matériels tels qu’un groupe électrogène, une bouteille d’oxygène, un fût de 200 litres de gasoil et quelques effets d’habillement ont également découverts.

Cette opération conjointe des forces françaises et maliennes s’inscrit dans le cadre de la nouvelle phase opérationnelle débutée il y a quelques semaines au Mali qui a pour but de sécuriser la zone et de poursuivre les actions d’affaiblissement visant à désorganiser durablement les groupes terroristes.

Opération Serval : opération Obiou dans l’Est de Gao

Opération Serval : opération Obiou dans l’Est de Gao

Partager cet article

Repost0
24 avril 2013 3 24 /04 /avril /2013 16:55
photo Marine Nationale

photo Marine Nationale

24/04/2013 Sources : EMA

 

Du 20 au 21 avril, l’équipage du bâtiment de projection et de commandement (BPC) Tonnerre, engagé dans l’opération européenne de lutte contre la piraterie Atalante a mené divers entrainements afin de maintenir sa condition opérationnelle et d’entraîner l’équipage à faire face différentes menaces pouvant mettre en péril la survie du bâtiment.

 

Cette séquence a débuté par un exercice de maîtrise des capacités opérationnelles (MACOPEX).Il visait à entrainer l’ensemble du bord au traitement et à l’évacuation de blessés lorsque le navire est loin des côtes. Ce fut l’occasion de déployer et de tester la mise en œuvre de l’antenne chirurgicale aérotransportable (ACA) embarquée à Djibouti.

 

Puis, un important exercice de lutte contre la piraterie a été organisé en coordination avec l’état-major de la TF 465 embarqué, à bord de la frégate lance-missiles portugaise NRP Alvares Cabral. Le scénario avait pour objectif de conduire une interpellation de pirates après la mise en œuvre des principaux moyens embarqués à bord et de reproduire le parcours de rétention. Un skiff (petite embarcation rapide) est repéré par un l’hélicoptère Alouette III du BPC. L’information est alors transmise au « central opérations », à la passerelle du Tonnerre et à la Task Force 465. L’équipage est alors rappelé au poste de combat et deux embarcations de drome opérationnelle (EDO) avec à leur bord une équipe de visite sont envoyées sur zone pour appréhender les présumés pirates. Les hélicoptères de l’armée de terre Gazelle et Puma décollent tandis que l’Alouette III reste sur zone. Devant la résistance des présumés pirates, le Puma effectue des tirs de semonce puis des tirs d’arrêt.

 

Le bord, en contact permanent avec le chef de la Task Force 465, donne les autorisations d’emploi de la force depuis le moment où les présumés pirates sont repérés jusqu'à la phase de rétention. Ces présumés pirates sont ensuite pris en charge et placés en rétention sur le BPC Tonnerre avant d’être remis au pays en charge du traitement judiciaire.

photo Marine Nationale

photo Marine Nationale

En complément de ces entrainements, l’équipage, l’équipe de protection embarquée estonienne et les officiers élèves ont effectué plusieurs exercices de tirs.

Depuis le 12 avril 2013 , le BPC Tonnerre a rejoint l’opération Atalante de lutte contre la piraterie, au large de la corne de l’Afrique aux côtés du Georges Leygues avec qui il forme le groupe Jeanne d’arc, du Nivôse, et de l’Adroit. L’opération Atalante a pour mission d’escorter les navires du Programme alimentaire mondial (PAM), de participer à la sécurité du trafic maritime et de contribuer à la dissuasion, à la prévention et à la répression des actes de piraterie au large des côtes somaliennes. La France participe à l’opération Atalante avec le déploiement permanent d’au moins un bâtiment de la marine nationale. Le dispositif peut être renforcé ponctuellement d’un avion de patrouille maritime, le plus souvent un Atlantique 2 (ATL 2), d’un Falcon 50 ou d’un Awacs.

Partager cet article

Repost0
24 avril 2013 3 24 /04 /avril /2013 16:45
Ethiopia says preparing to pull troops out of Somalia

24 April 2013 defenceWeb (Reuters)

 

Ethiopia will withdraw its troops from Somalia soon, its prime minister said, voicing frustration with the Mogadishu government and African Union peacekeeping forces that are also battling Islamist militants there.

 

After waging an ill-fated war in Somalia in 2006-2009, Ethiopia in 2011 once again rolled troops into Somalia to fight al Qaeda-allied al Shabaab, opening a third front alongside Kenyan troops and an African Union mission.

 

At the time Ethiopia pledged to stay in the war-ravaged country until Somali government could ratify a new constitution and its ragtag military was able to fend off the Islamist threat on its own, Reuters reports.

 

However, last month Ethiopian troops unexpectedly withdrew from Hudur, the capital of Bakool province near the Ethiopian border, enabling al Shabaab to retake the dusty town.

 

Hailemariam Desalegn, who replaced Ethiopia's long-serving Prime Minister Meles Zenawi in September, stopped short of announcing a full withdrawal but voiced concern with the pace of progress in Somalia, recovering from two decades of civil war.

 

"It has taken them (African peacekeepers and Somalia) a year already and they repeatedly assure us each month but fail to deliver so we pulled out," said Hailemariam, referring to pledges by African Union's Amisom force to replace Ethiopian troops.

 

"The main issue now is to accelerate our complete withdrawal towards our border. This is what we are fulfilling," he told Ethiopia's parliament.

 

Hailemariam said Addis Ababa was paying for its military mission in Somalia from its own coffers and Western diplomats say financial issues are one of the main reasons behind Ethiopia's discontent, along with strained relations with Mogadishu and Amisom.

 

African countries which sent troops into Somalia under the Amisom banner are compensated by the African Union but Ethiopian troops do not operate within that framework.

 

Al Shabaab has been greatly weakened since late September when Kenyan troops forced it to withdraw from the port of Kismayu, its last major urban stronghold.

 

But analysts say they doubt Ethiopia is set for a full withdrawal and Hailemariam suggested Ethiopia could continue its fight against al Shabaab, but in other parts of Somalia.

 

"Somalia is one of Ethiopia's main security interest zones, so I don't think they would change policy drastically," said one Nairobi-based Western diplomat.

 

"It's in Ethiopia's own interest that Somalia stays in tact and that gains achieved are not lost once again."

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories