Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
28 octobre 2015 3 28 /10 /octobre /2015 17:45
First A-Darter missiles to be delivered in February 2016

 

27 October 2015 by defenceWeb

 

The development of the A-Darter fifth generation short range air-to-air missile has reached the stage of industrialisation and subsequent production with first deliveries expected by February next year.

 

The 2014/15 Armscor annual report notes that “despite a total delay of approximately six months during the development phase, this ambitious development programme, co-funded by the Brazilian Air Force and the SA Air Force, is delivering good results.

 

“It will deliver an air-to-air missile that is functionally comparable with the most advanced missiles of this nature available in the world. Despite delays incurred during the development phase, the programme time scale has still been shorter than that of comparable missiles developed internationally.

 

“The programme encountered several difficulties on various aspects during this reporting period, but these difficulties were all successfully resolved without any significant further delays to the programme. During the past year, a number of test flight campaigns were conducted which culminated in the successful completion of the final development flight test campaign.

 

“These successful tests essentially signify the completion of the development phase of the project. The following reporting period will see the finalisation of the Critical Design Reviews of the complete missile and all its subsystems as a precursor to final qualification and attainment of the Product Baseline (PBL).

 

“Following the successful flight test campaigns conducted during the past year, and sufficient mitigation of most technical risks on the programme, a contract for the industrialisation and subsequent production of the operational missiles for the SAAF was placed with industry towards the latter part of the reporting period. First delivery of missiles is expected to be towards February 2017.”

 

During the year under review work was also done on integrating the A-Darter and a helmet mounted display capability (HMC) onto the SAAF’s Hawk Mk120 lead-in fighter trainers.

 

“A feasibility study was conducted to identify and reduce major integration risks, and it was concluded it is viable to integrate the missile and an HMC onto the Hawk aircraft with no major developmental risks associated with the programme.”

 

Armscor foresees a contract for the integration of the A-Darter missile onto the Hawk aircraft based at 85 Combat Flying School in Limpopo being concluded during the 2015/16 financial year.

Repost 0
28 octobre 2015 3 28 /10 /octobre /2015 17:30
RAAF KC-30A Refuels E-7A Wedgetail Above Iraq

 

October 28, 2015 By Australian Department of Defence - defencetalk.com

 

A Royal Australian Air Force KC-30A Multi-Role Tanker Transport aircraft has used its air‑to‑air refueling boom for the first time on operations while refueling a RAAF E-7A Wedgetail last week during a Coalition mission above Iraq. The air-to-air boom refuelling process involved two large aircraft, military versions of the Airbus A330 and Boeing 737-700, approaching within metres of each other while in flight and transferring fuel via a maneuverable pipe, known as a boom, which extends back from the rear of the KC-30A. This type of refuelling involves use of the AAR boom at the rear of the aircraft, rather than the wingtip AAR drogues used to refuel smaller aircraft equipped with an AAR probe. Commander of the Australian Air Task Group, Air Commodore Stuart Bellingham, said establishing and proving the operational boom refueling capability was yet another in a long list of accomplishments by the Australian Defence Force team in the Middle East.

Read more

Repost 0
28 octobre 2015 3 28 /10 /octobre /2015 13:20
photo 355th Fighter Wing

photo 355th Fighter Wing

 

October 23, 2015

 

Officials downplay planned fly-off between warplanes

 

Several weeks ago, the Project on Government Oversight announced its cautious optimism upon learning the Director of Operational Test and Evaluation planned to conduct a close air support fly-off between the proven A-10 and the yet-to-be proved F-35.

The cautious aspect of that optimism has been proven to be warranted. Under questioning by Rep. Martha McSally, an Arizona Republican and former A-10 pilot, F-35 program executive officer Lt. Gen. Christopher Bogdan dismissed the idea of a comparative test as irrelevant. The exchange occurred during a House Armed Services subcommittee hearing on updates to the Joint Strike Fighter program.

Bogdan’s remarks echo earlier comments by Air Force Chief of Staff Gen. Mark Welsh, who described the proposed test as a “silly exercise.”

Michael Gilmore, Director of Operational Test and Evaluation, said in late August, “The comparison tests on the close-air support mission will reveal how well the F-35 performs and whether there are gaps, or improvements in capability, compared to the A-10.”

Read more

Repost 0
28 octobre 2015 3 28 /10 /octobre /2015 08:55
Première présentation au drapeau au CPOCAA

Première présentation au drapeau au CPOCAA

 

27/10/2015 Armée de l'air

 

La présentation au drapeau des jeunes engagés ayant suivi la formation militaire élémentaire promotion 2015-4 a eu lieu jeudi 22 octobre 2015 au centre de préparation opérationnelle du combattant de l’armée de l’air (CPOCAA) 24/566.

 

La cérémonie a été présidée par le général Serge Soulet, commandant les forces aériennes, en présence du général Claude Tafani, directeur des ressources humaines de l’armée de l’air, de son adjoint, le général Thierry Combel, et du colonel Bertrand Jardin, commandant la base aérienne 115 «Capitaine de Seynes».

 

Les jeunes aviateurs ont été présentés au drapeau de la 1re escadre de chasse. Cette cérémonie a été close par le défilé des jeunes engagés devant le drapeau et des autorités civiles et militaires.

 

Pour clôturer l’événement, le général Soulet a prononcé une allocution avant que ne soit procédé à la remise des diplômes.

Un jour mémorable pour les jeunes engagés

Un jour mémorable pour les jeunes engagés

Repost 0
27 octobre 2015 2 27 /10 /octobre /2015 17:55
Colloque "L'audace : moteur du changement"


26/10/2015 CESA - Armée de l'Air

 

2013 voit le lancement du plan stratégique Unis pour « Faire face » afin de construire une armée de l’air toujours prête à assurer ses missions de dissuasion, de protection et d’intervention. Ce plan de transformation s’inscrit dans un contexte toujours mouvant qui nécessite d’adapter les organisations, de maîtriser les techniques de pointe toujours plus performantes, d’innover tout en préservant l’identité des aviateurs.

Cette nécessité de se transformer est partagée par toute organisation quelle qu’elle soit.

C’est pourquoi, ce thème sera la veine du colloque que l’armée de l’air organise à l’Ecole militaire mardi 17 novembre 2015. Les tables rondes permettront de croiser les regards entre différents acteurs venus d’horizons très divers réunis pour débattre d’une question essentielle pour tous. La parole sera aussi donnée à certains acteurs qui se distinguent par leur engagement au grade de colonel, au sein de la réserve citoyenne de l’armée de l’air, dont l’armée de l’air fête les 10 ans cette année.

Ce colloque se veut ouvert à un public large : élus nationaux et régionaux, experts, chefs d’entreprise, cadres en charge de  formation, directeurs des ressources humaines, représentants du monde associatif…

 

Contacts :

Paris Ecole Militaire
Centre d’Etudes Stratégiques Aérospatiales / Division Etudes et rayonnement
Section Rayonnement

Lieutenant Lecourt : 01 44 42 80 54

Sergent-chef Le Sager : 01 44 42 46 91

Mail : cesa@armeedelair.com

Repost 0
27 octobre 2015 2 27 /10 /octobre /2015 13:45
Convoyage des deux Mirage 2000C vers Niamey, au Niger. Photo R. Nicolas-Nelson Armée de l'Air

Convoyage des deux Mirage 2000C vers Niamey, au Niger. Photo R. Nicolas-Nelson Armée de l'Air

 

27 Octobre 2015 par Loïc - Defens'Aero

 

Le 05 Juillet 2015, l'Armée de l'Air a déployé, sur la base aérienne 101 de Niamey, au Niger, deux Mirage 2000C de l'Escadron de Chasse 2/5 «Ile de France» afin de les intégrer dans l'opération Barkhane, qui vise à lutter contre les différents groupes terroristes au sein de la bande sahélo-saharienne.

Ce déploiement a pour principal objectif, tout comme l'envoi de trois Mirage 2000N en Jordanie pour l'opération Chammal, de réduire la cadence des rotations des Mirage 2000D, de leurs équipages, et des mécaniciens qui les mettent en oeuvre au sol, puisque la 3ème escadre, tout comme l'ensemble de l'Armée de l'Air, est victime d'une «suractivité» et d'une «surintensité» en raison des nombreuses opérations extérieures qui se prolongent dans la durée et des détachements permanents, comme à Djibouti.

C'est donc dans ce cadre là, selon mes informations, que le Mercredi 21 ou le Jeudi 22 Octobre 2015, qu'un Mirage 2000C aurait effectué une «passe-canon» contre des individus afin de soutenir les militaires français qui se trouvaient au sol dans le cadre d'une opération dans la bande sahélo-saharienne.

Pour l'instant, peu d'informations sont disponibles au sujet de cette frappe aérienne, dont elle serait la première pour les Mirage 2000C engagés dans la région. Contactée par téléphone hier Lundi 26 Octobre 2015, la communication de l'Etat-Major des Armées n'a pas souhaité s'exprimer à ce sujet, en rappelant uniquement que les différentes sorties aériennes et les bilans des opérations sont évoqués à chaque point-presse hebdomadaire.

Afin de mener à bien les missions qui leurs sont confiées, les pilotes de chasse des Mirage 2000C peuvent emporter deux bombes air-sol guidées laser GBU-12 ou des Mk 82 non guidées en point ventral, et ils ont aussi la capacité de tir canon, qui n'est malheureusement pas, pour l'instant, disponible sur la flotte des Mirage 2000D étant donné que ce sont des appareils biplaces.

Avant leur déploiement sur place, le lieutenant-colonel Gauthier Dewas, commandant du 2/5 «Ile de France» et de ce détachement de Mirage 2000C, a indiqué que lui et ses aviateurs de l'escadron se sont entraînés au tir air-sol, en coopération avec les équipages des Mirage 2000D de la 3ème escadre de la base aérienne 133 de Nancy. C'est la première fois que des Mirage 2000C sont engagés en MFE (Mixed Fighters Element) avec des Mirage 2000D pour des opérations air-sol.

Cet entraînement qui a eu lieu avant le déploiement était relativement important puisque les patrouilles de Mirage 2000 qui évoluent désormais au sein de la bande sahélo-sahaerienne sont mixtes, et composées d'un Mirage 2000C aux côtés d'un Mirage 2000D. Ces patrouilles se complètent puisque le 2000D peut illuminer une cible au sol grâce à sa nacelle de désignation laser, que le 2000C ne peut emporter, et les Mirage 2000C peuvent effectuer une «passe-canon», qui est un bon compromis entre le Show Of Force (démonstration de force, en français) et le tir d'une bombe guidée laser.

La base aérienne de Niamey, au Niger, est notamment armée par deux Mirage 2000C, deux Mirage 2000D, des drones Harfang et trois MQ-9 Reaper, un ravitailleur C-135FR de l'Armée de l'Air, des avions de transport, et enfin, un Atlantique II de la Marine Nationale.

Repost 0
27 octobre 2015 2 27 /10 /octobre /2015 12:55
Le chef d’état-major de l’armée de l’air visite la base aérienne d’Avord

 

26/10/2015 Armée de l'air

 

Jeudi 22 octobre 2015, la base aérienne 702 (BA 702) « capitaine Georges Madon » d’Avord a reçu la visite du général André Lanata, chef d’état-major de l’armée de l’air (CEMAA).

 

Le CEMAA a assisté à une présentation de la base aérienne, pilote de la mise au format BA XXI, de ses enjeux et de ses problématiques par le colonel Fabien Kuzniak, commandant la BA 702, entouré de ses principaux collaborateurs. Le général Lanata est allé à la rencontre du personnel du site et a assisté à une démonstration dynamique des savoir-faire de l’escadre sol-air de défense aérienne et de l’escadron de protection. Les missions de surveillance aérienne dévolues à la 36e escadre de commandement et de conduite aéroportés ainsi que la mission de formation des pilotes par l’école de l’aviation de transport lui ont également été présentées.

Suite de l’article

Repost 0
27 octobre 2015 2 27 /10 /octobre /2015 12:25
Le déploiement sur le théâtre Antilles/Guyane d’un A400M a été optimisé à son maximum - photo FAA

Le déploiement sur le théâtre Antilles/Guyane d’un A400M a été optimisé à son maximum - photo FAA

 

Du 18 au 19 octobre 2015, un A400M de l'armée de l'Air était déployé sur les îles de Martinique et de Guadeloupe pour une mission de transport logistique opérationnel.

Découvrez les photos de cet impressionnant avion de transport militaire polyvalent.

Repost 0
27 octobre 2015 2 27 /10 /octobre /2015 08:30
Su30SM aux côtés d'un Su-25 Frogfoot déployés en Syrie - photo Russia MoD

Su30SM aux côtés d'un Su-25 Frogfoot déployés en Syrie - photo Russia MoD

 

26 octobre 2015 Romandie.com (AFP)

 

Washington - Les Américains et la coalition contre le groupe Etat islamique n'ont pas mené de frappes aériennes en Syrie depuis trois jours, un calme contrastant avec l'activité de Moscou qui indique avoir frappé 94 cibles sur les dernières 24 heures.

 

Selon les statistiques de la coalition menée par les Etats-Unis, le dernier bombardement en Syrie remonte au jeudi 22 octobre, avec une frappe de drone dans la région de Mara (nord de la Syrie) visant un véhicule et un mortier.

 

Le Pentagone juge purement circonstancielle cette retenue, démentant notamment que la coalition puisse manquer de cibles.

 

Nous demandons à nos services de renseignement des cibles que nous pouvons frapper sans causer de dommages civils et nous n'en avons eu aucune ces derniers jours, a déclaré lundi le porte-parole du Pentagone, le capitaine de vaisseau Jeff Davis.

 

Mais ça ne veut pas dire que nous ne sommes pas en train de chercher d'autres cibles. Et il y en aura d'autres, a-t-il ajouté.

 

Il n'y a rien à lire dans ce calme récent, a indiqué un responsable de la Défense, sous couvert de l'anonymat.

 

Les cibles ne manquent pas mais il peut y avoir toute une série de raisons pour lesquelles nous renonçons à frapper, comme le mauvais temps, a commenté un autre responsable américain.

 

L'armée russe a annoncé lundi avoir effectué 59 sorties au dessus de la Syrie et frappé 94 cibles terroristes en 24 heures, un nombre record de bombardements depuis le début de l'intervention russe le 30 septembre.

 

D'une manière générale, les statistiques du Pentagone montrent un net ralentissement des frappes en Syrie qui a commencé dès le début du mois de septembre, avant même l'intervention russe.

 

En septembre, le nombre de bombardements de la coalition en Syrie est tombée à 127, alors qu'il était resté supérieur à 200 sur les quatre mois précédents, selon les chiffres du Pentagone collectés par Airwars, un site internet spécialisé.

 

En octobre, après le début des bombardements russes en Syrie, la baisse s'est confirmée, avec une centaine de frappes enregistrées jusqu'au 25.

 

Les frappes en Irak montrent moins d'irrégularités, oscillant approximativement entre 400 et 500 par mois sur les six derniers mois.

 

Le Pentagone se refuse à lire un quelconque essoufflement des frappes dans les chiffres concernant la Syrie.

 

Nous frappons les cibles où nous les trouvons et quand nous les avons vérifiées, a souligné lundi Elissa Smith, une porte-parole du Pentagone.

Repost 0
26 octobre 2015 1 26 /10 /octobre /2015 17:30
photo EMA / Armée de l'Air

photo EMA / Armée de l'Air

 

21/10/2015 Sources : État-major des Armées

 

Le 15 octobre 2015, le colonel Emmanuel a pris le commandement de la base aérienne projetée de Jordanie. Il succède au colonel Laurent qui, durant les 4 derniers mois, a préparé et dirigé plusieurs centaines d’opérations aériennes au-dessus des zones contrôlées par Daech en Irak et dernièrement en Syrie.

 

La cérémonie de passation de commandement a rassemblé l’ensemble des militaires déployés sur la base dans le cadre de l’opération Chammal, marquant solennellement l’investiture du nouveau chef. La formule consacrée a été prononcée sur le front des troupes: « Vous reconnaîtrez désormais pour votre chef le colonel Emmanuel ici présent et vous lui obéirez en tout ce qu’il vous commandera, pour le bien du service, l’exécution des règlements militaires, l’observation des lois et le succès des armes de la France ». Avec plus de 2 400 heures de vol, dont 1 800 sur Mirage 2000 D, le colonel Emmanuel occupe un poste stratégique à l’état-major de l’armée de l’air. Il effectue en Jordanie sa 6e opération extérieure. Il poursuit ainsi le travail de ses prédécesseurs en participant à la conduite des opérations aériennes (reconnaissances armées, ISR, ravitaillement) menées par Chammal et la coalition contre Daech en Irak et en Syrie.

 

Retrouvez en détail l'actualité de l'opération Chammal en cliquant sur ce  lien.

Repost 0
26 octobre 2015 1 26 /10 /octobre /2015 17:25
Arrivée des Rafale en Guyane

Arrivée des Rafale en Guyane

 

21/10/2015 Armée de l'air

 

Organisé du 12 au 15 octobre 2015 sur la base aérienne 367 de Cayenne, l’exercice Urubu vise à renforcer et tester le dispositif permanent de protection de l’espace aérien guyanais (opération Bubo).

 

Cette édition avait notamment pour objectif d’expérimenter une architecture liaison 16 permettant d’interconnecter un E3-F, le centre de contrôle militaire (CCM) de Kourou et les radars NC1 du 3e régiment étranger d’infanterie (REI). Urubu 2015 visait également à éprouver la capacité de la base guyanaise à accueillir des avions de combat après des travaux d’agrandissement de la plateforme réalisés en 2012. Exercice concluant, puisque deux Rafale ont effectivement pu se poser sur la base.

 

Un E3-F, deux Fennec de l’escadron de transport 68, le centre de contrôle militaire de Kourou, les moyens sol-air du 3e REI (mistral et radar NC1) ainsi qu’un plastron Robin de la section aérienne de réserve de l’armée de l’air ont pris part à l’entraînement de défense aérienne. Plusieurs mesures actives de sûreté aérienne ont alors été testées sur avion lent. Toute la chaîne de commandement a pu être validée, jusqu’à la haute autorité de défense aérienne.

 

L’avion radar de l’armée de l’air a par ailleurs réalisé un travail de surveillance maritime en collaboration avec un Falcon 50 de la marine nationale, au profit de la lutte contre la pêche illégale dans nos eaux territoriales.

Survol de la base aérienne guyanaise par les Rafale

Survol de la base aérienne guyanaise par les Rafale

Repost 0
16 octobre 2015 5 16 /10 /octobre /2015 14:30
USAF F-15C Eagles (493rd Fighter Squadron) with Turkish Air Force F-16C Fighting Falcons - Archives USAF

USAF F-15C Eagles (493rd Fighter Squadron) with Turkish Air Force F-16C Fighting Falcons - Archives USAF

 

16 octobre 2015 Romandie.com (AFP)

 

Moscou - Tous les avions de chasse russes opérant en Syrie ont regagné leur base et tous les drones russes fonctionnent normalement, a assuré vendredi l'armée russe après que la Turquie eut annoncé avoir abattu un aéronef non identifié dans son espace aérien près de la frontière syrienne.

 

Tous les avions russes en Syrie ont regagné la base aérienne de Hmeimim après avoir rempli leurs tâches militaires. Les drones russes, qui surveillent la situation en Syrie et font du renseignement, fonctionnent normalement comme prévu, a affirmé le porte-parole du ministère russe de la Défense, Igor Konachenkov, cité par l'agence officielle TASS.

 

Des chasseurs turcs ont abattu vendredi un aéronef, dont le type et la nationalité d'origine n'ont pas été immédiatement précisés, qui avait violé l'espace aérien de la Turquie près de la frontière syrienne, selon un communiqué de l'armée turque.

 

L'aéronef a été abattu par des avions de l'armée turque après avoir été mis en garde à trois reprises, a précisé l'état-major turc.

 

Un responsable turc a ensuite indiqué à l'AFP que l'engin abattu était un drone.

 

La Turquie avait affirmé la semaine dernière avoir détecté plusieurs violations de son espace aérien par des avions de combat russes provoquant des tensions entre Moscou et Ankara.

 

Le 3 octobre, des avions turcs avaient ainsi intercepté un chasseur de l'armée de l'air russe et l'avaient forcé à faire demi-tour, selon l'armée turque. Mais selon Moscou, cette incursion avait été causée par les mauvaises conditions météo.

 

La Russie mène depuis le 30 septembre des frappes aériennes contre le groupe Etat islamique (EI) et les terroristes en Syrie.

 

La Turquie, membre de l'Otan, participe de son côté à des frappes aériennes d'une coalition internationale menée par les Etats-Unis qui visent également l'EI.

Repost 0
16 octobre 2015 5 16 /10 /octobre /2015 07:20
NATO Tactical Leadership Program in Albacete, Spain. U.S. Air Force photo

NATO Tactical Leadership Program in Albacete, Spain. U.S. Air Force photo

 

ALBACETE, Spain, Oct. 14 By Ryan Maass (UPI)

 

Fighter pilots from seven NATO countries completed the NATO tactical Leadership Program designed to enhance combat and coordination skills. The pilots came from the United States, United Kingdom, Spain, Greece, Italy, Poland, and the Czech Republic. The program prepared pilots to become mission commanders and lead coalition airstrike packages, also instructed allied flying and ground personnel in tactical air operations. The program also emphasized cooperation between different air forces.

Read more

Repost 0
16 octobre 2015 5 16 /10 /octobre /2015 06:30
Israel receives upgraded C-130 transport

Israel is modernizing its C-130H fleet, Photo: Israeli Air Force.

 

TEL AVIV, Israel, Oct. 14 By Richard Tomkins (UPI)

 

A C-130 aircraft modernize by Elbit Systems and Israel Aerospace Industries has been delivered to the Israeli Air Force.

 

The Israeli Air Force reports that it has received its first C-130H Hercules transport it had modernized by Elbit Systems and Israel Aerospace Industries. The aircraft has new radar, digital screens, advanced systems and a new main wing. The IAF said the upgrades will help keep the plane flying for decades.

Read more

Repost 0
15 octobre 2015 4 15 /10 /octobre /2015 14:30
photo Russia MoD

photo Russia MoD

 

15 octobre 2015 Romandie.com (AFP)

 

Moscou - Une ligne directe a été installée entre Moscou et Tel Aviv pour éviter tout incident entre leurs aviations dans l'espace aérien syrien, a annoncé jeudi le ministère russe de la Défense.

 

Le partage mutuel d'informations sur les opérations de nos forces aériennes a été établi par le biais d'une ligne directe entre le quartier-général russe de la base aérienne Hmeimin, dans le nord-ouest de la Syrie, et celui de l'aviation militaire israélienne, a déclaré le ministère.

 

Des entraînements se sont déroulés pour que les états-majors des deux aviations se familiarisent avec cette ligne directe, a-t-il ajouté, précisant que l'un d'eux se déroulait jeudi.

 

Lors de sa rencontre en septembre à Moscou avec le président russe Vladimir Poutine, le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu avait indiqué que les deux pays s'étaient mis d'accord pour établir un mécanisme visant à coordonner leur action militaire en Syrie afin d'éviter malentendus et confrontations.

 

Avec le début des frappes russes en Syrie le 30 septembre, l'espace aérien est de plus en plus encombré, avec des risques croissants d'incidents, même si les chasseurs russes opèrent surtout dans le nord et dans l'ouest de la Syrie.

 

Les Russes cherchent également à finaliser un accord avec l'armée américaine pour éviter tout incident avec ses avions de chasse qui visent le groupe jihadiste Etat islamique.

 

Un accord pourrait être signé dans les prochains jours, a déclaré mercredi à Washington un responsable américain de la Défense à l'issue de la troisième séance de discussions par vidéo-conférence depuis le début de l'intervention russe en Syrie.

 

Selon des sources concordantes, Israël a effectué plus d'une dizaine d'attaques aériennes en Syrie depuis 2013. La plupart de ses frappes visaient des transports d'armes destinées au Hezbollah libanais.

Repost 0
15 octobre 2015 4 15 /10 /octobre /2015 10:51
 F/A-18 - photo VBS

F/A-18 - photo VBS

 

15.10.2015 Romandie.com (ats)

 

Le pilote blessé du F/A-18 qui s'est écrasé hier dans le Département du Doubs (F) était sur le point d'être rapatrié en Suisse jeudi. Une enquête a été ouverte par la justice militaire suisse, en collaboration avec les autorités françaises. Sans donner de détails sur la gravité des blessures du pilote, Daniel Reist, chef de la communication Défense du Département fédéral de la défense (DDPS) a expliqué jeudi à l'ats qu'il était en état d'être rapatrié. Par ailleurs, les Forces aériennes suisses ont repris leurs vols d'exercice, a ajouté M. Reist. Mercredi, une interruption de l'entraînement avait été annoncée suite à l'accident. Les causes de l'accident restent, pour l'heure, inconnues. Mais la justice militaire au sein du DDPS a informé qu'une enquête franco-suisse a été ouverte.

 

Enquête lancée

Interrogé sur les détails de la collaboration entre la Suisse et la France, le porte-parole de la justice militaire Tobias Kühne a déclaré que "la justice militaire enquête en Suisse avec l'armée suisse sur les circonstances de l'accident. Nous sommes par ailleurs en train de mettre en place la collaboration avec les autorités françaises." "Nous avons commencé à récolter des preuves en Suisse", a-t-il précisé, sans pouvoir donner plus de détails. A la question de savoir si le pilote avait déjà pu être interrogé, il a indiqué que "l'enquête étant en cours, nous ne donnons pas d’autres informations pour le moment." L'accident s'est produit mercredi vers 11h30 dans le cadre d'un entraînement mené au-dessus de la région de Besançon. Le F/A-18 et deux F-5 Tiger évoluant dans l'espace aérien de l'Hexagone, ils volaient sous le contrôle d'officiers français. L'appareil s'est écrasé dans une zone d'entraînement commune aux deux pays non loin du village de Glamondans. Le pilote a pu s'éjecter à temps. Aucune victime n'est à déplorer, mais l'avion est hors d'usage. Il s'agit du troisième accident de ce modèle depuis 1998.

Repost 0
15 octobre 2015 4 15 /10 /octobre /2015 10:50
F/A 18 Hornet  Forces Aériennes Suisses - photo VBS

F/A 18 Hornet Forces Aériennes Suisses - photo VBS

 

14 octobre 2015 Aerobuzz.fr

 

Un avion monoplace de l’armée suisse de type F/A-18 s’est écrasé vers 11 h 30 ce mercredi matin sur la commune de Glamondans, entre Besançon et Baume-les-Dames dans le Doubs.

 

Le pilote avait décollé ce matin en mission d’entraînement dans une zone EUC 25 à cheval entre la Suisse et la France comme le prévoit un protocole d’accord entre les deux pays.

Le pilote âgé de 38 ans s’est éjecté de l’appareil. Conscient, il a été médicalisé sur place par les sapeurs-pompiers, dans l’attente de son transport en hélicoptère au CHU de Besançon. Son pronostic vital n’est pas engagé.

L’incendie de l’épave de l’avion a été maîtrisé. Une enquête a été confiée à la section de recherches de la Gendarmerie des Transports Aériens de Villacoublay. En outre, un arrêté d’interdiction de survol du secteur a été pris par le préfet du Doubs. L’armée suisse, de son côté, vient d’annoncer la tenue d’une conférence de presse à 17 h à Berne.

C’est le 8e crash d’un avion ou hélicoptère militaire suisse ces vingt dernières années. C’est le deuxième accident d’un F/A-18 en moins de deux ans. La flotte initiale de 34 avions acquis dans les années 1990 est désormais réduite à 31 appareils. Leur remplacement ne devrait pas intervenir avant les années 2020.

Repost 0
15 octobre 2015 4 15 /10 /octobre /2015 10:50
photo VBS

photo VBS

 

Berne, 15.10.2015 - news.admin.ch

 

Le 14 octobre 2015 en fin de matinée, un F/A-18 des Forces aériennes suisses s’est écrasé dans une zone non habitée de la commune de Glamondans dans le Jura français. Le pilote a pu s’éjecter. Blessé, il a dû être hospitalisé mais ses jours ne sont pas en danger.

La justice militaire a ouvert une enquête et informera en temps voulu sur la suite de la procédure.

Repost 0
14 octobre 2015 3 14 /10 /octobre /2015 18:55
Audition du général André Lanata, chef d’état-major de l’armée de l’air, sur le projet de loi de finances pour 2016

 

7 octobre 2015 Commission de la défense nationale et des forces armées - Compte rendu n° 4

 

Mme la présidente Patricia Adam. Je suis heureuse d’accueillir le général André Lanata, qui intervient pour la première fois devant notre commission en tant que chef d’état-major de l’armée de l’air. Outre la situation de cette dernière, que nous avons déjà pour partie abordée ce matin lors de l’audition de M. Laurent Collet-Billon, délégué général pour l’armement, nous évoquerons la fin de gestion de l’année 2015, comme il se doit à cette période de l’année. Je précise qu’après votre exposé, général, je donnerai la parole à Marie Récalde et Alain Marty, afin qu’ils nous rendent compte de leur récent déplacement en Jordanie.

 

Général André Lanata, chef d’état-major de l’armée de l’air. En préambule, et puisqu’il s’agit de ma première audition en tant que chef d’état-major de l’armée de l’air devant la commission de la Défense de l’Assemblée nationale, je tiens à dire combien je suis fier de pouvoir évoquer devant vous l’extraordinaire niveau d’engagement des aviateurs au service de la protection des Français. Je veux également remercier la représentation nationale pour le soutien sans faille qu’elle apporte à nos militaires. J’attache une importance particulière à ce rendez-vous et à nos échanges.

Après deux semaines passées à la tête de l’armée de l’air, je dresserai deux constats : tout d’abord, les aviateurs sont au rendez-vous, quels que soient les sollicitations et le contexte sécuritaire ou opérationnel ; ensuite, rien ne permet de penser que la pression des opérations, qui s’est encore accrue, notamment ces deux dernières semaines en Syrie, diminuera en 2016.

Partant de ces constats, je commencerai par témoigner de l’engagement opérationnel de l’armée de l’air, en opérations extérieures comme sur le territoire national, avant de montrer que le seul moyen d’honorer ces missions au niveau actuel et dans la durée est de poursuivre la modernisation engagée par mon prédécesseur, le général Mercier. Nous continuerons donc à transformer l’armée de l’air en un système de combat complet, cohérent, dynamique et réactif, à la disposition de la Nation, du président de la République et du chef d’état-major des armées. Enfin, je vous indiquerai quelles sont mes priorités dans le cadre du projet de loi de finances pour 2016.

Quelle est ma vision de l’armée de l’air au moment où j’en prends le commandement ?

Premièrement, je veux souligner sa réactivité, qui est une qualité essentielle pour figurer dans l’élite mondiale. En vingt-quatre heures, une crise peut changer de visage. Ainsi, moins de vingt-quatre heures se sont écoulées entre la décision du Président de la République de réaliser des missions de reconnaissance en Syrie et le survol effectif de ce pays par nos Rafale, le 7 septembre dernier. Nous nous tenions prêts à y effectuer des frappes pour continuer à réduire le potentiel militaire de Daech et, dans la nuit du 26 septembre, cinq Rafale ont frappé un camp d’entraînement de terroristes dans le nord de la Syrie. En janvier 2013, Bamako serait tombée si la chasse française n’était pas intervenue en l’espace d’une nuit. Les actions aériennes combinées à une manœuvre interarmées ont alors porté un coup d’arrêt puis réduit considérablement les capacités des groupes armés djihadistes et leur ont interdit les sanctuaires dans le nord du Mali. L’armée de l’air est donc capable, et elle le montre, d’intervenir de façon rapide, où que ce soit dans le monde, en moins de vingt-quatre heures. Il s’agit d’une qualité essentielle : l’armée de l’air est l’armée du temps court.

Le deuxième trait essentiel de l’armée de l’air est son caractère global et cohérent. Aux ordres du chef d’état-major des armées et dans le cadre d’une manœuvre globale interarmées, l’ensemble du spectre des missions aériennes est mobilisé. Reconnaissance et surveillance de vastes étendues, frappes de précision de nos chasseurs Rafale ou Mirage 2000, ravitaillements en vol, transports stratégiques avec l’A400M et largages tactiques avec nos vénérables Transall et C-130, forces spéciales avec les commandos parachutistes de l’air : tout cela est commandé, organisé et contrôlé par un système de commandement performant. Il s’agit là, non pas d’un inventaire, mais des capacités réellement utilisées tous les jours sur les théâtres d’opérations. Parce que nous ne savons pas aujourd’hui de quoi demain sera fait, nous aurons toujours besoin d’un outil complet pour mettre en œuvre un large éventail de capacités cohérentes entre elles. C’est une question d’efficacité opérationnelle et de souveraineté nationale.

Troisièmement, il convient de souligner l’importance de la permanence des actions aériennes. Pour couvrir des étendues de plus en plus vastes avec des moyens en constante réduction, pour traquer un ennemi fugace et le frapper au moment opportun, pour imposer à la bataille un rythme toujours plus proche du temps réel, il est nécessaire de disposer de toujours plus de permanence. Il s’agit, me semble-t-il, d’une tendance lourde de notre développement, qui se traduit en particulier par le recours aux moyens de surveillance de longue endurance ou l’importance du ravitaillement en vol.

Quatrièmement, cette permanence s’accompagne de la nécessité de renforcer la connexion des forces dans un cadre interarmées et interallié. Les forces aériennes ont en effet besoin de combiner leurs actions entre elles et avec celles des autres armées dans des délais très brefs. Moyens de surveillance, forces spéciales, avions de combat, forces terrestres, avions de transport, hélicoptères de combat ou de manœuvre : cette mise en réseau élargie facilite le quadrillage de vastes étendues et accroît la réactivité des forces. C’est pourquoi j’estime indispensable de penser le développement de nos capacités d’abord en système de combat global interconnecté et donc, si possible, nativement connectable.

Cinquièmement, existe aujourd’hui le risque de croire que la maîtrise de l’air est définitivement acquise. Nous, aviateurs, avons le devoir de répéter inlassablement qu’il y aura toujours une condition préalable essentielle au bon déroulement de toutes les opérations : la maîtrise de l’air et de l’espace. La présence d’avions russes dans le ciel syrien aujourd’hui en apporte la démonstration. Cette maîtrise garantit non seulement la protection du territoire national, mais aussi la capacité d’entrer sur un théâtre d’opérations. Elle est donc un gage de liberté pour l’action politique et de souveraineté. Il faut le rappeler et préparer les capacités qui nous permettront demain de toujours pouvoir tirer parti de l’exploitation, à des fins militaires, de l’air et de l’espace, comme nous le faisons actuellement.

Notre aptitude à réaliser ces opérations, à garantir l’efficacité et la cohérence et à durer repose sur quatre piliers.

Le premier est la capacité de commander et de conduire des opérations aériennes, qui est une des clés de l’efficacité des opérations aériennes, dans le Sahel, au Levant ou sur le territoire national. La situation tactique est suivie en temps réel, les ordres sont adaptés, transmis et exécutés au même rythme. Il s’agit d’une aptitude centrale, héritée de nos missions permanentes : la défense aérienne et la dissuasion, qui constituent le cœur de nos obligations et répondent à des ordres directs de l’exécutif. En cinquante ans, ces deux missions ont structuré notre système de commandement. Les moyens de commandement et de contrôle associés à des moyens de communication longue distance constituent l’intelligence et le système nerveux de ces opérations.

Deuxième pilier : nos bases aériennes. L’armée de l’air opère à partir de ses bases, que ce soit dans le cadre de ses missions permanentes, d’alertes ou pour intervenir dans des délais très brefs où que ce soit dans le monde. Les premières missions au-dessus de la Libye, du Mali, de l’Irak ou de la Syrie ont toutes décollé de nos bases aériennes métropolitaines ou pré-positionnées. Ainsi, la base aérienne, système complet, réactif et cohérent, participe à part entière du système de combat global de l’armée de l’air. En outre, elle matérialise la présence de l’armée de l’air sur le territoire national et sert de point d’appui à des actions interministérielles ou de service public. Compte tenu de leur importance et de menaces croissantes à l’intérieur de nos frontières, le renforcement de la protection des bases aériennes est l’une de mes priorités – j’y reviendrai en détail ultérieurement, si vous le souhaitez.

Troisième pilier : la préparation opérationnelle, qui se situe au cœur de mes responsabilités, donc de celles de l’armée de l’air. Elle regroupe l’ensemble des actions qui vont permettre aux capacités de l’armée de l’air d’être prêtes le jour où le président de la République décidera de les engager – je pense notamment à l’entraînement de nos équipages ou à l’entretien de nos systèmes d’armes. Elle est essentielle car elle est le gage de notre efficacité, donc de notre crédibilité opérationnelle à l’égard tant de nos autorités politiques, qui doivent avoir confiance dans les possibilités d’emploi de l’arme aérienne, que de nos adversaires, sur lesquels elle procure un ascendant, de nos alliés, qui savent pouvoir se reposer sur un partenaire robuste, et de nos propres forces, qui ont confiance dans les chances de réussite de leurs missions car elles se savent bien entraînées. La préparation opérationnelle fonde notre réactivité ; elle est donc la clé.

La raison d’être et l’enjeu de cette préparation sont les hommes et les femmes de l’armée de l’air, qui forment le dernier pilier, et non le moindre ; il est au centre de mon attention. Actuellement, 5 800 aviateurs sont mobilisés en opération, de jour comme de nuit, dont plus de 4 000 sur le territoire national, forces de souveraineté comprises. Il ne s’agit pas ici uniquement de chiffres et de bilans comptables, même si ceux-ci sont éloquents. Si l’armée de l’air est reconnue comme l’une des meilleures du monde sur l’ensemble du spectre des opérations, depuis les missions humanitaires jusqu’aux opérations de combat de haute intensité, c’est bien grâce à la valeur des aviateurs qui accomplissent ces missions, à leur professionnalisme, à leur expérience opérationnelle et, avant tout, à leur esprit de service. On ne salue jamais assez ce que j’appelle l’« épaisseur opérationnelle », cette qualité humaine, cette abnégation doublée d’une exceptionnelle maturité opérationnelle qui fait la véritable valeur d’une armée.

Aujourd’hui, pour faire face à un contexte sécuritaire exceptionnel, l’armée de l’air est fortement engagée, depuis plus d’un an, à une hauteur qui dépasse les contrats opérationnels issus du Livre blanc. En l’espace d’un an, elle a ouvert deux théâtres supplémentaires, notamment en Syrie ces derniers jours. Nos avions opèrent aujourd’hui simultanément à partir de quatorze territoires. Nos chasseurs ont largué cent tonnes de bombes depuis le début de l’année. Nous sommes engagés sur tout le spectre des missions pour traquer un ennemi qui dispose de ramifications sur notre propre territoire, et ces perspectives me semblent durables.

Face à cette situation, l’armée de l’air est au rendez-vous. Elle l’a encore prouvé il y a un peu plus d’une semaine, lorsque le président de la République a ordonné des frappes sur la Syrie. Nos opérations constituent un exercice de vérité pour nos armées, en particulier pour l’armée de l’air. Vérité sur nos capacités réelles, sur l’efficacité de nos systèmes d’armes, sur le niveau de préparation opérationnelle et sur la valeur de nos soldats. Peu d’armées sont aujourd’hui mises à nu d’une façon aussi exigeante que la nôtre, qui opère au Sahel, en Centrafrique et au Levant, souvent dans des conditions très difficiles qui requièrent prouesses techniques, prouesses opérationnelles et courage. Bien plus, l’armée de l’air assure simultanément en permanence, sur le théâtre national, les missions de protection de l’espace aérien, de sauvegarde et de dissuasion.

Pour faire face à une telle tension opérationnelle, l’armée de l’air doit tout d’abord poursuivre sa transformation. Alors que l’armée de l’air vient de changer de tête, vous vous interrogez probablement sur l’avenir de l’ambitieux plan de transformation lancé par mon prédécesseur. Cette question bien légitime, les aviateurs se la posent également. Je les ai rassurés sur ce point lorsque je les ai réunis sur la base de Villacoublay le premier jour de mon commandement, le 21 septembre. Qu’il n’y ait aucune ambiguïté : je m’inscris pleinement dans la continuité du plan stratégique « Unis pour faire face » lancé par le général Mercier. Je tiens du reste à dire ici publiquement toute mon admiration pour cet officier général hors pair et pour son action volontariste à la tête de l’armée de l’air. Son rôle a été déterminant à un moment où se sont ajoutées à un niveau d’engagement opérationnel hors-norme de fortes contraintes structurelles.

Nous ne nous transformons pas parce que c’est à la mode, mais parce que nous sommes convaincus que le seul moyen d’assurer dans la durée un tel niveau d’engagement est de continuer inlassablement à nous adapter. Le monde évolue en permanence, les technologies également, nos ennemis s’adaptent, la contrainte budgétaire demeure. Dès lors, l’immobilisme n’est pas de mise. Si nous voulons avoir, demain, une armée de l’air aussi performante qu’aujourd’hui, une armée de l’air opérationnelle, modernisée, ouverte aux partenariats, portée par ses aviateurs, nous devons continuer à nous transformer.

Depuis deux ans, les projets-phares du plan « Unis pour faire face » articulent, dans une dynamique d’ensemble et de façon cohérente, la modernisation des capacités de combat, la simplification de nos structures, l’ouverture et le développement de partenariats ainsi que la valorisation du personnel. Mais cette transformation n’est pas un empilement désordonné de dossiers techniques ; c’est une manœuvre globale, caractérisée par un état d’esprit. Elle passe surtout par les hommes : les aviateurs sont au centre du projet. Ce plan donne un sens à nos évolutions. Les hommes en sont à la fois le moteur et la raison d’être. Je continuerai donc à promouvoir la dynamique d’une armée de l’air qui avance avec les aviateurs aux commandes.

J’illustrerai cette dynamique par trois réalisations concrètes intervenues cet été.

Outre le regroupement du commandement des forces aériennes à Bordeaux cet été, un autre projet emblématique a pris corps le 1er septembre dernier avec la création du centre d’expertise aérienne à Mont-de-Marsan. Cet « Air warfare center » est construit sur un modèle nouveau qui a pour vocation principale de rapprocher sur un même plateau les expérimentations, c’est-à-dire le volet équipements, la réflexion conceptuelle, c’est-à-dire le volet doctrine, et les savoir-faire opérationnels, c’est-à-dire le volet tactique. Ce triptyque sera alimenté en permanence par les retours d’expérience à chaud des unités opérationnelles du commandement des forces aériennes et du commandement des forces aériennes stratégiques. Résolument tourné vers l’innovation, le centre apportera son expertise des programmes aux autorités en charge des opérations aériennes, en coordination étroite avec tous les commandements, y compris pour l’orientation de l’entraînement des forces. Ouverts à des partenariats industriels, nous comptons beaucoup sur les synergies dégagées par un tel travail en plateau.

Le deuxième exemple concerne la formation et de l’entraînement. Grâce à la création, cet été, sur la base d’Orange du CEPOCAA, le Centre de préparation opérationnelle du combattant de l’armée de l’air, nous rationalisons nos emprises et nos structures tout en renforçant la capacité socle de formation et d’entraînement. Ce centre, qui formera à terme 4 000 stagiaires par an, a été créé à partir des effectifs transférés depuis les bases aériennes de Dijon et de Saintes. Cette centralisation des structures de formation du combattant à Orange comporte d’importants effets d’échelle : valorisation des infrastructures, uniformisation des méthodes, renforcement de l’identité de l’aviateur par la transmission de valeurs communes et densification de la base aérienne 115 d’Orange. La préparation opérationnelle du combattant a désormais son pôle d’excellence.

Troisième exemple : le projet « Smart base », qui a été inauguré, cet été également, sur la base d’Évreux. Ce projet innovant consiste à développer, dans le cadre de partenariats, les applications tirées des nouvelles technologies du numérique. Il s’agit, comme pour les smart cities, d’améliorer concrètement la vie du personnel sur les bases aériennes. La vie d’une base aérienne est en effet comparable à celle d’une petite ville qui interagit avec son environnement. L’approche étant résolument expérimentale, il faut accepter un certain foisonnement au départ ; nous accompagnerons, le moment venu, les applications les plus prometteuses. Ce type d’approches est particulièrement adapté à la difficulté que nous avons à appréhender a priori toutes les possibilités offertes par les nouvelles technologies de l’information et de la communication. Parmi les projets qui se concrétisent chaque jour, nous développons des applications destinées à partager entre aviateurs les informations relatives à différents domaines : protection et sécurité de la base aérienne, administration du personnel ou infrastructure.

Mais la Smart base se caractérise également par son ouverture et sa collaboration avec son environnement. Une première start-up numérique va ainsi s’installer, le 16 octobre, sur la base aérienne d’Évreux, au sein de la pépinière favorisant la synergie entre les entreprises locales et l’escadre de commandement et de conduite projetable, composée de spécialistes des systèmes d’information et de commandement projetables de l’armée de l’air.

Comme le montrent ces trois exemples, le plan stratégique « Unis pour faire face » va continuer à vivre. Si l’armée de l’air est au rendez-vous des opérations, elle démontre également sa capacité à se transformer en conduisant une modernisation d’ampleur. De la réussite de ces projets et de la mise en œuvre du nouveau plan de stationnement dépend la capacité de l’armée de l’air de réaliser les rationalisations nécessaires et les gains que nous en attendons.

Le second facteur qui nous aidera à obtenir des succès en opération, ce sont incontestablement les décisions prises au titre de l’actualisation de la loi de programmation militaire (LPM).

Compte tenu du niveau d’engagement de nos forces, il est certain que nous aurions eu des difficultés à garantir la même performance dans la durée sans l’ajustement que vous avez voté en juillet dernier et qui concerne aussi bien les hommes, que les équipements, et leur régénération. L’actualisation de la LPM marque en effet une inflexion significative en ajustant la trajectoire de la programmation au durcissement du contexte sécuritaire. Ce résultat a été rendu possible par l’action volontariste du ministre de la Défense et par des décisions courageuses, compte tenu du contexte budgétaire. Je veux donc saisir l’occasion qui m’est donnée ici afin de remercier votre commission pour son appui et la diligence dont elle a fait preuve dans l’examen, mené tambour battant, de ce texte essentiel pour les capacités des armées, en particulier de l’armée de l’air.

Je souhaiterais également dire un mot de la fin de gestion 2015, qui est importante en ce qu’elle conditionne le lancement sur de bonnes bases des quatre années de la LPM actualisée. Sur le plan financier, la fin de gestion nécessite que toutes les ressources encore attendues se concrétisent. Pour l’armée de l’air, une incertitude existe, comme chaque année, sur la levée totale ou partielle de la réserve de précaution et sur le montant du remboursement des opérations. La couverture du décret d’avance OPEX permettra, par exemple, d’assurer le recomplètement au plus vite des munitions que nous consommons à un rythme élevé en opération. Il est important – et vous me pardonnerez ce tropisme probablement hérité de mes fonctions précédentes – que le ministère aborde l’année 2016 avec un report de charges raisonnable si nous voulons garantir la bonne exécution de la LPM.

Sur le plan capacitaire, je suis attentif à la notification de plusieurs contrats essentiels pour l’armée de l’air, qui doit intervenir d’ici à la fin de l’année. Rénovation des C-130 et des Mirage 2000D, lancement du programme « Avion léger de surveillance et de reconnaissance », dit « ISR léger », commande du troisième système de drones MALE et affermissement de la tranche de huit avions de ravitaillement en vol : autant d’affaires centrales pour la feuille de route capacitaire de l’armée de l’air, tant elles touchent à des domaines clés de ses capacités.

Ces précisions concernant la fin de gestion 2015 étant faites, j’en viens au projet de budget pour 2016. Celui-ci est fondamental pour notre préparation opérationnelle, pour la poursuite de la modernisation de nos capacités, pour la manœuvre des ressources humaines et pour la poursuite de notre transformation.

Le projet de loi de finances pour 2016 représente la première annuité de la LPM actualisée ; il intègre donc les ajustements apportés par cette actualisation. Pour l’armée de l’air, ceux-ci concernent principalement les crédits consacrés au maintien en condition de nos équipements, qui constitue le premier axe.

En la matière, nous poursuivons les objectifs de remontée de l’activité. L’entretien des équipements est un déterminant de l’activité, laquelle est la clé de notre préparation opérationnelle. L’investissement dans cette préparation est le prix de nos performances en opération ; les heures de vol sont irremplaçables. L’entretien des équipements est donc central. Si je devais résumer l’équation, je dirais que l’objectif consiste à équilibrer la pression des opérations – qui conduit à une surexploitation de certains parcs et au vieillissement accéléré des cellules dans des conditions sévères d’exploitation – à l’aide des mesures décidées en actualisation de la LPM et en LPM, de la poursuite des chantiers de modernisation et de différents chantiers de transformation, dont celui de la formation des pilotes de chasse. Ainsi, la remontée progressive du niveau d’activité à partir de 2016 dépend non seulement de la mise à disposition des ressources prévues par la loi de programmation militaire mais aussi de la baisse des dépenses permise par les réformes engagées dans le domaine du maintien en condition des équipements ou de la « supply chain ».

En 2015, nous observons, comme cela était prévu et malgré la pression des opérations, une stabilisation de l’activité. De fait, les effets des investissements ne sont pas immédiats et ne se font sentir que deux ans plus tard. Ainsi la stabilisation observée cette année est-elle consécutive à la progression des crédits décidée par le ministre de la Défense en 2013. Ce rebond, bien qu’inégal selon les flottes, s’observe déjà, en particulier pour l’aviation de chasse, avec une progression de 3 % attendue cette année. Pour être complet, je dois néanmoins ajouter que cette situation masque des difficultés que nous gérons sur le plan organique : le sous-entraînement des jeunes équipages qui ne sont pas encore engagés en opération et un moindre effort sur certains savoir-faire, que nous surveillons. Pour 2016, toutes choses étant égales par ailleurs, je suis confiant dans le maintien de cette dynamique : nous prévoyons une augmentation de l’activité de l’ordre de 5 % dans tous les domaines : chasse, transport, hélicoptères.

Je rappelle enfin l’importance que revêt la poursuite du projet de formation des pilotes de chasse, dit FOMEDEC. Ce projet est structurant non seulement pour la formation des pilotes mais aussi pour la cohérence du modèle de l’aviation de chasse, la rationalisation de nos emprises et la manœuvre des ressources humaines. Il importe donc que l’entrée en service de cette capacité se fasse dans les meilleurs délais. Outre une meilleure performance dans la formation de nos pilotes, elle permettrait la réalisation de nombreuses économies indispensables pour tenir les différentes trajectoires de notre transformation.

Deuxième axe : la manœuvre des ressources humaines. Je crois avoir déjà insisté sur l’importance que j’attache à nos ressources humaines. Les moindres déflations obtenues dans le cadre de l’actualisation de la LPM (1 300 postes) bénéficient principalement au soutien à l’export fourni par l’armée de l’air et aux efforts consentis en faveur du commandement et de la conduite des opérations, du renseignement et de la protection. Elles compensent enfin des contraintes structurelles comme la non-fermeture de certaines emprises. Pour le domaine fonctionnel « air », les déflations sur la durée de la loi de programmation militaire sont ramenées de 4 500 à 3 200. Si l’on tient compte de celles qui ont été réalisées en 2014 et 2015, il reste un peu plus de 500 postes nets à supprimer.

Cette logique arithmétique ne saurait toutefois rendre compte de la complexité d’une manœuvre RH plus lourde qu’il n’y paraît. Je ferai plusieurs remarques à ce sujet. Tout d’abord, il s’agit bien d’une moindre déflation, et non d’effectifs supplémentaires. Derrière les déflations, il existe un mécanisme complexe de gestion des flux, d’organisation et de gestion des filières. Ainsi l’armée de l’air a besoin de faire des efforts dans certains secteurs. Ces efforts conduisent à des créations de postes supplémentaires dans les métiers de l’aéronautique, de la protection, des structures de commandement et de conduite des opérations ou des unités de drones, qui montent en puissance. Environ 700 postes supplémentaires seront ainsi créés sur la période 2015-2019. Il est donc nécessaire d’ajouter aux déflations nettes les gages à mobiliser pour permettre ces créations. Aussi les déflations totales à réaliser s’élèvent-elles en réalité à environ 1 200 postes entre 2015 et 2019. Du point de vue des flux, le freinage des déflations conduit à doubler le taux de recrutement en 2015 et 2016. Nous ne sommes pas inquiets sur ce point, mais la vigilance reste de mise.

Tout cela montre combien les restructurations restant à effectuer sont indispensables pour atteindre nos objectifs. Nous continuons donc à densifier nos emprises, à optimiser nos transferts de personnels et à réorganiser nos métiers comme nos structures.

Il me faut, pour être complet sur ce sujet, signaler la diminution du taux d’encadrement, c’est-à-dire de la proportion des officiers dans l’ensemble de la population des aviateurs. Le modèle des ressources humaines de l’armée de l’air est, me semble-t-il, spécifique : le volume de ces officiers ne peut être évalué en fonction du seul taux d’encadrement. En effet, nos pilotes et navigateurs sont tous officiers. C’est un mécanisme différent mais comparable à celui des médecins ou des ingénieurs. Le volume de déflation et le dépyramidage ne peuvent pas être abordés sans tenir compte de cette particularité. En termes de cible, nous avons atteint, en 2015, le maximum de ce que nous pouvons réaliser compte tenu de l’augmentation de nombreux besoins, notamment dans les structures de commandement et de contrôle ou dans les structures internationales – ce raisonnement vous avait déjà été présenté par mon prédécesseur.

Enfin, la condition du personnel contribue à l’efficacité opérationnelle de nos forces. Nous demandons beaucoup à notre personnel, dans un environnement qui est incertain à de nombreux égards et suscite de l’anxiété. J’estime donc important de prendre en considération ses attentes et de lui donner le sentiment qu’il bénéficie d’un traitement équitable ; je prendrai le temps d’analyser la situation et de faire remonter les éléments qui me paraîtront les plus significatifs dans ce domaine.

En ce qui concerne la trajectoire capacitaire, le budget pour 2016 permet à l’armée de l’air de poursuivre la modernisation de ses capacités de combat dans le domaine des équipements. Compte tenu du contexte opérationnel, la tenue des feuilles de route capacitaires est indispensable dans une LPM qui ne dispose d’aucune marge.

S’agissant de l’aviation de combat, les perspectives s’organisent autour des éléments clés suivants. Premièrement, la modernisation du Mirage 2000D. En 2020, la plupart des flottes anciennes seront retirées du service ou sur le point de l’être, et l’armée de l’air possédera une centaine de Rafale. La rénovation programmée du Mirage 2000D joue donc un rôle essentiel dans la préservation non seulement de la cohérence opérationnelle mais aussi de l’équilibre du format de l’aviation de chasse.

Deuxièmement, l’export du Rafale est indispensable à l’exécution de la LPM. Nous avons en effet construit notre feuille de route capacitaire sur cette hypothèse, qui suppose une reprise impérative des livraisons en 2021 ; à défaut, il faudrait revoir à la baisse les ambitions de l’aviation de combat.

Troisièmement, la montée en puissance du deuxième escadron nucléaire sur Rafale est un point d’attention majeure. Cet escadron doit être opérationnel à l’été 2018. Sa montée en puissance a débuté cet été à Saint-Dizier, où les ressources humaines et les compétences commencent à être transférées. Vous comprenez bien que, pour une mission de cette importance, ces mouvements sont en partie irréversibles. Dans ce cadre, nous attendons dès 2016 le début de la restitution des six Rafale biplace prélevés sur nos livraisons dans le cadre de l’export Égypte. Puisque j’évoque la dissuasion, il me paraît utile de vous signaler également le lancement en 2016 des importants travaux d’infrastructure nécessaires à l’accueil des avions ravitailleurs MRTT « Phénix » sur la base aérienne d’Istres.

Dans le domaine du commandement et de la conduite des opérations aériennes, l’année 2016 sera marquée par la mise en service, à Lyon, du système de commandement et de conduite des opérations aériennes de l’OTAN, ACCS (Air command and control system), qui permet la rationalisation du dispositif autour de trois centres de détection et de contrôle au standard OTAN, tout en garantissant la robustesse du système pour les missions de souveraineté nationale. Cette intégration se fait en effet au sein du programme « Système de commandement et de conduite des opérations aérospatiales » (SCCOA).

S’agissant du renseignement, outre le programme d’ISR léger que j’ai évoqué, les priorités pour 2016 concernent principalement le système Reaper. Il s’agit en effet d’une des capacités clés dans la bande sahélo-saharienne, de sorte que la demande en heures de vol augmente : celles-ci ont doublé en l’espace d’un an. Je serai attentif à la livraison, courant 2016, du deuxième système, à la commande du troisième avant la fin de l’année 2015 et à la commande du quatrième en 2016, afin que nous soyons en mesure d’atteindre le format décrit dans la loi de programmation militaire. Je veillerai également à ce que soit étudiée l’acquisition d’une capacité de pilotage des missions depuis la France, avec une station sol sur la base aérienne de Cognac, qui permettrait de soulager temporairement la pression que subit un nombre d’équipages limité à ce stade.

Quant à l’aviation de transport, il s’agit d’une capacité sensible, car extrêmement sollicitée en opération, et qui mérite en conséquence une attention particulière. L’enjeu se situe dans la poursuite de la modernisation de la flotte, avec les livraisons de l’A400M. Nous en attendons trois en 2016, qui s’ajouteront aux huit, dont nous devrions disposer fin 2015. Je suis également très attentif au dialogue engagé actuellement avec l’industrie sur la question des standards tactiques de cet appareil. Par ailleurs, la flotte de C-130, constitue un complément indispensable à l’A400M, en particulier pour les missions effectuées au profit des forces spéciales. Outre le lancement de leur rénovation en 2015, l’acquisition de quatre C-130 supplémentaires, qui vise à soutenir nos efforts en opération, est à l’étude.

Au vu de ce bilan, vous mesurez combien la fin de l’année 2015 et l’année 2016 sont déterminantes pour les capacités de l’armée de l’air.

En conclusion, qu’est-ce que l’armée de l’air aujourd’hui ?

C’est bien entendu, cette patrouille de Rafale qui délivre de l’armement de précision sur les positions de Daech en Syrie. C’est ce pilote qui a décidé récemment de ne pas ouvrir le feu en Irak parce qu’il jugeait que les conditions n’étaient pas réunies. Il n’est pas évident de prendre une telle décision aux commandes d’un avion de combat au-dessus d’une zone hostile – et je sais de quoi je parle. Ce choix démontre la maturité opérationnelle de nos forces, qui suppose une véritable intelligence des situations.

L’armée de l’air aujourd’hui, c’est aussi l’abnégation de ce caporal-chef du 25e régiment du génie de l’air qui construit une plateforme aéronautique aux confins du Niger, à Madama, dans des conditions extrêmes de température et de rusticité. C’est également le sens du service de ce sous-officier spécialiste des systèmes d’information et de communication qui, avec son équipe, a câblé tous les réseaux opérationnels de la base déployée de nos Mirage 2000D en Jordanie en moins de trois jours ; cette performance remarquable a permis l’activité opérationnelle de cette base en un temps record. C’est encore ce commando parachutiste de nos forces spéciales qui combat au corps-à-corps les groupes armés djihadistes dans le nord du Mali.

Enfin, je ne saurais oublier les victimes du terrible accident d’Albacete, qui a marqué l’armée de l’air et la communauté de défense tout entière.

Je viens de prendre la tête d’une armée de l’air opérationnelle car ses aviateurs sont engagés, entraînés, enthousiastes. Ils le sont parce que les missions, la trajectoire de la transformation et la feuille de route de la LPM actualisée sont claires. Les défis restent nombreux, qu’il s’agisse du niveau d’engagement, de la durée, des tensions sur le personnel, du maintien en condition de nos équipements ou de la poursuite de notre transformation. Vous pouvez compter sur ma franchise pour vous alerter sur les besoins de l’armée de l’air et sur le moral de ses aviateurs, qui conditionnent la poursuite de ses opérations et de sa transformation. Nous sommes au rendez-vous des opérations et de notre modernisation. J’ai confiance en mes hommes, en leur engagement, en leurs compétences et en leur équipement. J’ai confiance dans les capacités de l’armée de l’air et, surtout, dans la foi en la mission, qui constitue par-dessus tout le moteur de l’armée de l’air.

 

Mme la présidente Patricia Adam. Merci, général. Nous partageons la confiance que vous avez en vos hommes.

 

Mme Marie Récalde. Alain Marty et moi-même nous sommes rendus, du 18 au 21 septembre, sur notre Base aérienne projetée (BAP) de Jordanie dans le cadre d’une mission sur les conséquences du rythme des opérations extérieures sur le maintien en condition opérationnelle (MCO). Ce déplacement coïncidait, d’une part, avec le premier anniversaire du lancement de l’opération Chammal et, d’autre part, avec la décision du président de la République d’étendre à la Syrie les vols de reconnaissance. Les premières frappes en territoire syrien ont, du reste, été menées une semaine après notre départ, à partir de la base d’Al-Dhafra.

Proche des frontières irakienne et syrienne, la BAP de Jordanie est idéalement située. Cette situation privilégiée permet d’économiser à la fois le potentiel opérationnel d’appareils extrêmement sollicités – nous y reviendrons – et le carburant nécessaire aux vols. L’activité de la BAP est permanente et soutenue, et la mission particulièrement exigeante : deux patrouilles de deux avions sont effectuées six jours sur sept, le no fly day étant consacré au MCO. Les équipages réalisent ainsi vingt-quatre sorties par semaine. La base doit, en outre, être en mesure d’offrir pendant une semaine une capacité surge, qui suppose la mobilisation de deux avions supplémentaires, soit l’intégralité de la flotte présente.

À ce jour, 1 100 opérations ont été réalisées par les forces françaises dans le cadre de Chammal, dont environ 500 à partir de la BAP. Parmi les 350 objectifs détruits par les forces françaises, 300 l’ont été par les appareils de la base. Je précise que 95 % des missions menées sont dites de Close air support (CAS), c’est-à-dire d’appui des forces au sol – il s’agit de frappes d’opportunité effectuées en fonction du contexte tactique ; les 5 % restants correspondent à des missions dites deliberate : il s’agit de frappes en profondeur, sur des objectifs clairement identifiés au préalable.

Outre cette « suractivité », les conditions opérationnelles, particulièrement sévères, pèsent sur les hommes et les matériels. Les conditions climatiques ainsi que la qualité de certaines infrastructures – la base a été édifiée par les Américains en 1969 – sont des défis quotidiens. Les températures sous abri ont en effet pu atteindre près de 58 degrés au mois d’août. Pénible pour les hommes, la chaleur pose également des problèmes de gestion des matériels et des équipements, qu’il s’agisse du stockage ou du fonctionnement d’appareils sensibles aux températures extrêmes tels que les systèmes d’information et de communication. Le sable, qui infiltre les matériels, peut également compliquer leur maintenance. Quant aux tempêtes de sable, aussi violentes qu’imprévisibles, elles sont susceptibles de paralyser provisoirement l’activité de la base.

 

M. Alain Marty. Je compléterai l’intervention de Marie Récalde en citant quelques chiffres, qui permettent de comprendre l’activité de la base. Le taux de disponibilité des six appareils est supérieur à 90 %. Chaque avion réalise en moyenne 72 heures de vol par semaine – contre 21 heures sur le territoire national –, soit 4 300 heures de vol en dix mois. Dans le même temps, l’escadrille La Fayette, par exemple, qui compte 23 appareils, en réalisent 5 000. Nous avons pu constater également des tensions sur les matériels, notamment les pods de désignation laser et les jumelles de vision nocturne.

Les hommes souffrent de la fatigue. Le contrat opérationnel exigeant couplé à des vols longs – cinq heures en moyenne – mobilise durablement les personnels navigants ainsi que les équipes au sol chargées de la maintenance et de la préparation des opérations. Grâce aux efforts considérables qui ont été réalisés cette année, les infrastructures de vie sont désormais de bonne qualité et permettent de vivre sur la base de façon assez satisfaisante en dépit du contexte difficile.

J’insiste sur le stress lié à la situation tactique. Compte tenu des théâtres d’engagement, il n’existe en effet aucune zone sûre en cas d’éjection des équipages. Or, les Mirage 2000 étant mono-réacteurs, la crainte d’une panne compromettant le vol est en permanence présente à l’esprit. Nous avons abordé ces sujets avec l’ensemble des personnels, dont le courage force l’admiration. J’ajoute que les ressources humaines sont dimensionnées au plus juste, puisque 230 personnes, dont dix équipages et 68 mécaniciens, font voler les six appareils. Certaines spécialités transverses sont ainsi assurées par une seule personne.

En conclusion, je veux dire combien nous avons été impressionnés par le professionnalisme de nos militaires, leur sens de l’engagement et leur détermination. Leur participation à des missions très dangereuses dans le cadre de cette OPEX complète les efforts fournis sur le territoire national pour assurer la sécurité de notre pays. Cette mission parlementaire est la première à s’être rendue sur cette base, il est vrai récente puisqu’elle n’a qu’un an, et je vous remercie, madame la présidente, de nous avoir permis de faire ce déplacement. Je crois pouvoir dire que les personnels, que nous avons assurés du soutien de notre commission et de l’Assemblée nationale, ont été sensibles à notre démarche. Nous tenons d’ailleurs à adresser tous nos remerciements au colonel commandant la base pour sa remarquable disponibilité ; il nous a permis de rencontrer l’ensemble des personnels présents, auxquels nous voulons exprimer une fois de plus notre admiration et notre reconnaissance.

 

Général André Lanata. Je vous remercie de vous être rendus en Jordanie et je transmettrai aux personnels les compliments que vous leur avez adressés. Je salue également leur engagement remarquable dans des conditions éprouvantes. C’est paradoxalement dans de telles situations que nos hommes sont heureux, car leur mission a un véritable sens. Ils parviennent toujours, du reste, à résoudre les difficultés qu’ils rencontrent, du moins celles qui ne relèvent pas des états-majors centraux. C’est sur ce point que je souhaite revenir.

Le taux de disponibilité est en effet de 90 %, car nos dispositifs en opération sont prioritaires, ce qui induit des difficultés de gestion en métropole. Il convient, du reste, de distinguer la suractivité, qui touche à la mise en condition des personnels, et la surintensité, qui affecte les équipements. S’agissant des personnels, la suractivité produit un déséquilibre entre les équipages qui sont en opération et ceux qui restent en métropole et qui volent moins. C’est notamment le cas des plus jeunes, qui ne sont pas encore suffisamment qualifiés pour partir sur des théâtres d’opérations exigeants comme celui de la Jordanie. Nous cherchons donc des solutions pour qu’ils puissent continuer à s’entraîner et à progresser régulièrement afin de pouvoir partir à leur tour sur des théâtres où ils pourront acquérir l’indispensable expérience opérationnelle. Quant à la surintensité, nous cherchons à la compenser en nous efforçant de régénérer nos équipements – je pense en particulier aux avions. Tel est l’objet de certaines dispositions de la loi d’actualisation de la LPM, dans le cadre de laquelle nous avons également réclamé l’acquisition de pods de désignation laser et de jumelles de vision nocturne (JVN) supplémentaires. L’actualisation de la LPM vise en effet à ajuster la trajectoire à l’effort que nous réalisons en opération.

Par ailleurs, j’ai bien conscience de la situation tactique et des dangers inhérents au survol d’une zone hostile. C’est la raison pour laquelle nous accordons une attention particulière à la capacité de sauvetage en zone hostile, qui est aujourd’hui principalement assurée par les Américains sur les théâtres syrien et irakien. Nous sommes en effet parfaitement conscients des conséquences humaines et politiques de l’éventuelle capture d’un équipage.

Nous disposons de deux bases aériennes à partir desquelles opérer sur ce théâtre : l’une est en Jordanie, la base aérienne projetée que vous avez évoquée. L’autre, aux Émirats arabes unis, souligne la pertinence de notre dispositif pré-positionné. Bien entendu, la base des EAU est plus éloignée, mais, pour éviter la dispersion de nos stocks, qui constitue une contrainte importante dans la tenue de nos dispositifs, nous avons préféré maintenir la cohérence des flottes. Ainsi, la base des EAU accueille exclusivement des Rafale et celle de Jordanie des Mirage 2000.

 

M. Alain Marty. Nous avons assisté au départ d’une patrouille et nous avons été touchés par la cohésion qui règne au sein de l’équipe.

J’en viens maintenant à mes questions, général. Comment l’armée de l’air va-t-elle gérer dans la durée l’extension de l’opération Chammal au territoire syrien, compte tenu des conditions opérationnelles difficiles pour les hommes et les matériels que nous venons de décrire ? En ce qui concerne la base, cette extension pourra-t-elle s’effectuer à moyens constants ou la BAP est-elle appelée à « monter en puissance » ?

 

Mme Marie Récalde. La BAP accueille actuellement des Mirage 2000D et 2000N. Les exigences opérationnelles relatives aux OPEX permettront-elles de maintenir le calendrier de passage au « tout Rafale » ou certains appareils devront-ils être maintenus en service plus longtemps – je pense en particulier aux Mirage 2000N ?

Par ailleurs, le programme « Cognac 2016 », devenu FOMEDEC, nous avait été présenté par votre prédécesseur. Le maintien d’une préparation opérationnelle différenciée, qui permet de disposer d’un premier cercle de forces employables avec un très haut niveau de réactivité, est important et salué, mais le rythme actuel des OPEX, qui créé un besoin accru de MCO, permet-il de maintenir ces objectifs ?

 

M. Christophe Guilloteau. Je m’associe, mon général, à l’hommage que vous avez rendu à votre prédécesseur, qui est parti pour Norfolk – et c’est une chance pour la France –, car il a beaucoup fait pour l’armée de l’air. Pouvez-vous nous dire où nous en sommes du projet FOMEDEC, qui est important et structurant pour l’armée de l’air française ?

 

M. Jean-Jacques Candelier. Airbus aurait pris du retard dans la livraison des A400M, prévue en 2015. En outre, ces avions ne seraient pas dotés des capacités de largage de parachutistes par les portes latérales et de ravitaillement des hélicoptères en vol. Qu’en est-il exactement et qu’est-il prévu pour 2016 ? Par ailleurs, la France multipliant les opérations extérieures, notre aviation est très sollicitée. Avons-nous réellement les capacités aériennes nécessaires et les moyens de nos ambitions à moyen et long terme ? Le conflit qui nous oppose à l’EI ne se terminera pas en quinze jours. Enfin, partisan de la parité à tous les niveaux, je souhaiterais connaître le pourcentage d’aviatrices parmi les pilotes de chasse.

 

M. Yves Fromion. Est-il arrivé, au cours des dernières opérations, que nos équipages soient visés par des missiles antiaériens ou la réaction ennemie s’est-elle limitée à l’emploi d’armes légères ? Deuxièmement, en quoi l’actualisation de la LPM, qui semble avoir surtout bénéficié à l’armée de terre, améliore-t-elle la situation de l’armée de l’air ?

 

M. Joaquim Pueyo. En tant que président du groupe d’amitié France-Émirats arabes unis, j’ai visité, il y a un an et demi, lors du voyage officiel du président de la République, la base interarmées d’Abou Dhabi. Lorsque je l’ai rencontré, le ministre des Affaires étrangères des EAU m’a beaucoup parlé de cette base. Les Émirats sont en effet très actifs dans la lutte contre Daech, et le ministre m’a semblé attentif aux relations que pourraient avoir, dans ce cadre, l’aviation française et celle des Émirats, qui est composée de bons éléments et qui intervient actuellement au Yémen. Quelle est votre position sur ce point ? Par ailleurs, je souhaiterais savoir si les effectifs présents sur la base de Jordanie vous paraissent suffisants. Permettent-ils d’assurer la formation et le roulement des personnels ? Des renforcements sont-ils envisagés du fait des perspectives offertes par l’actualisation de la LPM ? Enfin, l’entretien du matériel et le budget prévu vous paraissent-ils également suffisants ? J’ai eu le sentiment, en vous écoutant, que nous étions sur la bonne voie en ce domaine…

 

Mme Geneviève Gosselin-Fleury. Ma première question porte sur l’éventuel report de la réalisation du projet FOMEDEC. Le général Mercier nous avait indiqué que ce projet permettrait d’économiser environ 100 millions par an. Ce retard signifie-t-il que le montant de ces économies devra être revu à la baisse ?

Ma seconde question concerne le dépyramidage. Vous avez indiqué qu’en 2015, vous aviez atteint le maximum de ce qu’il était possible de faire. Estimez-vous, compte tenu des opérations extérieures dans lesquelles vous êtes engagés, que les objectifs qui vous ont été fixés dans la LPM sont difficiles à atteindre ?

 

Général André Lanata. De nombreuses questions ont trait à notre capacité à durer. Aujourd’hui, j’estime, madame Récalde, qu’avec les six mirages 2000D et les six Rafale dont nous disposons, notre dispositif est adapté aux opérations menées au Levant. Mais il est bien évident que si celles-ci devaient s’intensifier, il nous faudrait l’ajuster. Dans les domaines où nous avons traditionnellement besoin de nos alliés, c’est-à-dire le ravitaillement en vol et la surveillance, il nous faudrait également adapter nos capacités. Pourquoi avons-nous engagé des Mirage 2000N en Jordanie – ainsi, d’ailleurs, que des Mirage 2000C au Sahel ? Nous nous sommes aperçus que les unités de Mirage 2000D étaient trop sollicitées – le taux d’engagement était de l’ordre de 50 % – pour que nous puissions poursuivre cet engagement dans la durée : nous aurions « rincé » les unités, non pas tant au plan technique qu’au plan humain. Nous avons donc allégé la pression sur les unités de Mirage 2000D en proposant la mise à disposition de Mirage 2000N de manière à organiser des patrouilles mixtes.

Pour remédier aux tensions que connaît la flotte des Mirage 2000, qui sont très sollicités, nous avons pris la décision, dans le cadre de l’actualisation de la LPM, de prolonger des Mirage 2000C, autant pour répondre aux besoins de nos opérations que pour compenser le potentiel consommé par l’accompagnement du soutien export de la flotte Rafale, puisqu’une partie des heures de vol de cette dernière est consacrée à la formation des équipages des pays clients de cet équipement.

Pour durer, la rénovation du Mirage 2000D est donc absolument nécessaire, car c’est cette flotte pivot qui nous permet de garantir le format de l’armée de l’air et notre capacité à tenir nos opérations dans la durée. Aujourd’hui, la cible de ce programme d’armement est de 45 avions rénovés, sachant que nous disposons de 71 avions en parc. Si les opérations devaient s’intensifier ou durer très longtemps, nous aurions donc toujours la possibilité de rénover davantage de Mirage 2000D. La rénovation de 10 Mirage 2000D supplémentaires permettrait en outre de prendre en compte l’attrition sur la période 2020-2032 pour maintenir 185 avions de chasse en parc au sein de l’armée de l’air.

J’en viens au projet FOMEDEC, qui a fait aussi l’objet de plusieurs questions. Ce projet participe également de notre capacité à durer et de la modernisation de nos capacités. De fait, les objectifs que nous poursuivons sont multiples en la matière. Il s’agit, en premier lieu, de moderniser la formation des pilotes de chasse. Cette modernisation est rendue nécessaire par le fossé important qui existe actuellement entre les Alpha Jet employés au début de la formation et la génération du Rafale. L’Alpha Jet est en effet un avion des années 1980 ; il ne dispose donc pas d’un système d’armes nous permettant de former correctement nos pilotes de chasse. Mais la modernisation de la formation participe d’une transformation beaucoup plus complète qui combine, outre le remplacement des Alpha Jet par une flotte plus économique, une adaptation de notre modèle RH – qui devrait permettre de réaliser des gains sur la plateforme de Tours et le soutien des Alpha Jet –, une restructuration – grâce au basculement de l’activité de Tours sur Cognac – et une évolution vers le nouveau format de l’aviation de chasse tel qu’il est prévu dans la LPM, en permettant la création d’un deuxième cercle d’équipages qui renforcera le premier si celui-ci est trop sollicité en opération.

Pour ce faire, nous prévoyons un dispositif qui inclut la formation des pilotes de chasse et la préparation opérationnelle du deuxième cercle d’équipages. Il s’agit, non pas de les former ab initio sur ce nouveau type d’appareils, mais, une fois qu’ils auront une expérience opérationnelle en unité de combat, de les maintenir à niveau grâce à une activité équilibrée comprenant 40 heures de vol par an sur avion de combat et le reste sur ces appareils modernisés qui leur permettront de se remettre à niveau pour être engagés sur les théâtres d’opérations. Ce deuxième cercle devrait être composé d’une cinquantaine d’équipages.

J’ajoute, pour être complet sur ce chapitre, que ce dispositif exige que nous nous appuyions sur des appareils plus modernes, qui embarqueront de la simulation représentative d’un système d’armes moderne, et plus économiques. Tels sont les deux paramètres que l’armée de l’air a fait figurer dans son expression de besoins. L’appel d’offres est en cours : aujourd’hui, la balle est dans le camp de la DGA. Bien entendu, le plus tôt sera le mieux. L’armée de l’air envisageait initialement une mise en service en 2016, mais les discussions ont un peu traîné et la contractualisation est longue, en raison du montage que nous voulons réaliser. En effet, cette contractualisation ne concerne pas que l’acquisition des équipements : nous achetons également la prestation permettant de produire les heures de vol sur la base de Cognac. Je pense aujourd’hui que la mise en service opérationnelle aura lieu au plus tard en 2018. Je précise que nous avons compensé au mieux, dans le cadre des travaux de VAR, le delta financier afin d’intégrer le retard du programme. J’espère que les premiers appareils seront livrés en 2017. Enfin, le chiffre de 100 millions d’économies annuelles réalisées sur l’ensemble des périmètres – RH, heures de vol et carburant – est exact.

M. Candelier m’a interrogé sur le programme A400M. Celui-ci a en effet rencontré des difficultés dont la presse s’est fait l’écho. La DGA a engagé un dialogue direct avec Airbus, car nous avons un impérieux besoin de renforcer notre capacité dans ce domaine. Initialement, nous devions recevoir quatre avions en 2015 ; en raison des capacités de production d’Airbus, seuls deux avions seront livrés à l’armée de l’air en 2015, portant notre flotte à huit avions. En tout état de cause, il nous a été garanti que ces livraisons seraient rattrapées d’ici à 2018. Par ailleurs, les premiers A400M n’ayant pas été livrés aux standards tactiques définitifs de l’appareil, il a été convenu avec Airbus que ceux-ci seraient rattrapés à partir de 2016, date à laquelle serait livré le premier avion disposant de toutes les capacités, y compris l’aéro-largage de parachutistes et le largage de charges – l’autoprotection et l’atterrissage sur terrain sommaire constituent également deux capacités essentielles pour faire de cet avion un véritable avion tactique. Aujourd’hui, l’industriel nous dit pouvoir être au rendez-vous en 2016 pour ce qui est des standards tactiques et être capable de « rétrofiter » des appareils qui nous auront déjà été livrés, de manière à ce que l’armée de l’air dispose de six avions avec leurs capacités tactiques avant la fin 2016. Nous attendons une confirmation : une discussion sur ce point est en cours entre la DGA et Airbus.

Pour être complet sur cette capacité de transport tactique, qui est essentielle en particulier au Sahel, où il faut ravitailler des forces stationnées aux confins du désert, je précise que nous nous appuyons sur des A400M en phase de maturation opérationnelle, d’une flotte vieillissante de C-160, dont les coûts d’exploitation augmentent, et d’un noyau de C-130, qui constitue en quelque sorte notre flotte pivot. Mais certains de ces avions sont également âgés. C’est pourquoi nous avons demandé, dans le cadre de l’actualisation de la LPM, l’acquisition de quatre C-130 supplémentaires. Aujourd’hui, deux options sont à l’étude : la première consisterait à acquérir des avions d’occasion, mais ces derniers sont bien souvent relativement vieux, la seconde à acquérir des avions neufs aux États-Unis. Nous pourrions ainsi moderniser cette capacité, que j’estime par ailleurs pérenne car, du point de vue de l’armée de l’air, une bonne structure de force pour les capacités de projection doit comprendre des cargos stratégiques de type A400M et des cargos médians de type C-130, qui porteraient par ailleurs la mission des forces spéciales, les deux flottes étant, il est important de le souligner, complémentaires.

Quant à notre capacité à durer sur le long terme, c’est une question que je me pose. J’estime que l’actualisation de la LPM nous permet de nous adapter à l’intensité des opérations. Nous estimons pouvoir durer au rythme d’engagement actuel–, mais si les opérations devaient encore s’intensifier, il faudrait procéder à de nouveaux ajustements.

En ce qui concerne la féminisation de l’armée de l’air, je peux vous indiquer que les femmes représentent 6 % du personnel navigant, 11 % des mécaniciens et 34 % des soutiens, pour un total supérieur à 20 %.

Par ailleurs, les avions en opération ont essuyé surtout des tirs de petit calibre en République Centrafricaine, dans le cadre de l’opération Sangaris. En revanche, au Levant, sur le théâtre Chammal uniquement, ainsi qu’en Libye en 2011 et en Afghanistan, des tirs de missile ont été détectés par les systèmes d’armes des avions.

Quant à l’actualisation de la LPM, elle visait à assurer notre capacité à durer, d’une part, sur le territoire national, d’où un effort portant principalement sur les effectifs de l’armée de terre, et, d’autre part, sur les théâtres d’opérations extérieures, d’où une série d’ajustements qui ont apporté, pour les trois armées, une réponse que nous avons estimée équilibrée, dans la limite de l’effort budgétaire possible, entre les effectifs, les équipements et le maintien en condition de ces derniers pour garantir leur régénération dans la durée. Il s’agit d’une réponse ciblée nous permettant de durer en opération.

En ce qui concerne les effectifs de l’armée de l’air, l’actualisation de la LPM a prévu une moindre déflation de 1 300 postes, qui permet principalement d’améliorer la situation de nos effectifs dans certains domaines : drones, protection, commandement et contrôle et soutien à l’export. Quant aux équipements, il s’agit de pods de désignation laser, d’équipements destinés aux forces spéciales, de C-130 et de leurs missiles. Surtout, un peu moins que la moitié de l’enveloppe de 500 millions dédiée au MCO est directement consacrée à l’entretien des matériels aéronautiques et nous permettra d’accélérer la régénération de certains équipements, en particulier pour les flottes de transport et de chasse, et, dans une moindre mesure, pour le ravitaillement en vol.

L’actualisation de la LPM est donc une réponse à la capacité à durer de l’armée de l’air, compte tenu contexte sécuritaire et opérationnel actuel.

En ce qui concerne la base d’Abou Dhabi, je partage, monsieur Pueyo, l’appréciation que vous portez sur le partenariat privilégié que nous avons avec les EAU et leurs autorités militaires, qui font preuve d’un niveau opérationnel remarquable. Je sais que mon prédécesseur entretenait d’excellentes relations avec ses homologues émiratis – que je rencontrerai en novembre – et je compte bien maintenir ces contacts pour bâtir un partenariat avec les autorités de ce pays.

 

M. Joaquim Pueyo. Je précise que l’ambassadeur de France aux Émirats est, depuis quelques mois, un général, très proche du gouvernement de la fédération.

 

Général André Lanata. S’agissant du dépyramidage, je considère en effet que nous avons atteint une limite. En conséquence, les marges de manœuvre ne peuvent être trouvées que dans le cadre d’une redéfinition du partage de la charge au sein du ministère ou en prenant de nouvelles mesures concernant la restructuration de notre dispositif. Une très grande partie de ces officiers se trouve en effet actuellement en dehors de l’armée de l’air. Il faudrait donc, le cas échéant, que nous entamions des discussions avec les organismes qui les emploient.

 

M. Philippe Meunier. Lorsque nous sommes intervenus en Serbie, deux pilotes de Mirage 2000 se sont éjectés en zone de combat. Si tel devait être le cas en Syrie, quel serait le statut de nos pilotes dans la zone tenue par le gouvernement légal ?

 

Général André Lanata. En Syrie – je compléterai ma réponse, si besoin est, en interrogeant les personnes en charge des opérations –, nous intervenons principalement pour cibler des objectifs liés à Daech, donc situés en dehors des zones contrôlées par le gouvernement légal. Aussi l’éventualité d’une éjection est-elle une véritable préoccupation. À cet égard, les capacités de recherche et de sauvetage en zone de combat sont centrales, pour des raisons humaines et politiques. C’est pourquoi nous attachons de l’importance au développement de cette capacité. Je précise cependant que le Rafale est un biréacteur, ce qui réduit les possibilités d’une éjection en zone hostile.

 

Mme la présidente Patricia Adam. Général, je vous remercie.

La séance est levée à dix-huit heures.

*

* *

Membres présents ou excusés

Présents. - Mme Patricia Adam, M. Daniel Boisserie, M. Jean-Jacques Bridey, M. Jean-Jacques Candelier, M. Guy Chambefort, M. David Comet, Mme Marianne Dubois, M. Yves Fromion, Mme Geneviève Gosselin-Fleury, M. Christophe Guilloteau, M. Francis Hillmeyer, M. Bruno Le Roux, M. Alain Marleix, M. Alain Marty, M. Philippe Meunier, M. Joaquim Pueyo, Mme Marie Récalde, M. Gwendal Rouillard, M. Jean-Michel Villaumé, M. Michel Voisin

Excusés. - Mme Danielle Auroi, M. Claude Bartolone, M. Philippe Briand, M. Jean-David Ciot, M. Guy Delcourt, Mme Geneviève Fioraso, M. Philippe Folliot, M. Yves Foulon, M. Serge Grouard, M. Éric Jalton, M. Charles de La Verpillière, M. Frédéric Lefebvre, M. Maurice Leroy, M. Damien Meslot, M. Jean-Claude Perez, M. Alain Rousset, M. François de Rugy

 

Télécharger Audition du général André Lanata, chef d’état-major de l’armée de l’air, sur le projet de loi de finances pour 2016

Repost 0
14 octobre 2015 3 14 /10 /octobre /2015 07:50
photo Nato

photo Nato

 

13 octobre 2015 Romandie.com (AFP)

 

Berlin - Le ministère allemand de la Défense a identifié un nouveau problème technique sur ses avions de combat Eurofighter et une nouvelle fois gelé les livraisons jusqu'à nouvel ordre, a indiqué mardi un porte-parole.

 

Un problème de même nature qu'un défaut identifié l'an dernier, à savoir des trous mal ébavurés sur le fuselage, est apparu, mais à un autre emplacement, a indiqué à l'AFP un porte-parole du ministère à Berlin.

 

Il y a pile un an, la découverte de ce premier défaut avait conduit à un gel des livraisons de l'avion de combat européen à la Bundeswehr, l'armée allemande. Les livraisons avaient depuis repris, et la Bundeswehr possède maintenant 110 Eurofighter, 33 devant encore être livrés.

 

Une fois de plus toutefois nous ne réceptionnons pas de nouveaux appareils jusqu'à nouvel ordre, a dit le porte-parole.

 

Mais contrairement à ce que rapportait mardi le quotidien Süddeutsche Zeitung, la mise au jour du nouveau problème ne conduit pas à un nouvel abaissement des heures de vol. L'an dernier le nombre d'heures de vol maximales par appareil avait été abaissé de 3.000 à 1.500 en attendant la résolution du problème, et le ministère espère toujours pouvoir ramener ce plafond à 3.000 l'an prochain.

 

Pour l'instant aucun des Eurofighter en possession de la Bundeswehr ne se rapproche des 1.500 heures de vol, a précisé le porte-parole.

 

La Grande-Bretagne, tout en se disant au courant du problème, n'a pas pris de mesure dans l'immédiat. Les Eurofighter Typhoon de la RAF volent normalement et les livraisons continuent, a indiqué le ministère britannique de la Défense.

 

L'Eurofighter est fabriqué par un consortium européen constitué du britannique BAE Systems, de l'italien Finmeccanica et d'Airbus.

 

Après plusieurs déboires, ce concurrent direct du Rafale du français Dassault et du Super Hornet de Boeing a remporté récemment un gros succès commercial, avec une commande de 28 exemplaires par le Koweït.

Repost 0
14 octobre 2015 3 14 /10 /octobre /2015 07:30
photo Russia MoD

photo Russia MoD

 

October 11, 2015: Strategy Page

 

The Russian air support for the Syrian government forces has been effective, mainly because the Russians don’t care if civilians are in the way and get hurt. This is just as well because a lot of the Russian bombs are unguided. Russia does have GPS and laser guided bombs but not a lot of them. There are also many targets that can be destroyed just as easily with dumb bombs, especially if you are not concerned about dead civilians. The Russians are apparently shipping in thousands of unguided aircraft bombs, most (if not all) of them dating back to the Cold War (that ended in 1991). Syria, however is still using locally fabricated bombs and will probably continue to as Syrian helicopters are not equipped to drop aerial bombs. With Russian help the Syrian helicopter force will now increase but helicopters often make effective bombers. Since 2012 the Syrians have been dropping barrels filled with flammable liquids and explosives, rigged to explode when they hit the ground. This sort of thing is not unique to Syria and has been seen for years in Sudan where the government uses “barrel bombs” rolled out of transports and helicopters. These are not precision weapons, but if the target is a village or other residential area, they are accurate enough.  The Syrian barrel bombs have been used frequently against civilian targets like markets, mosques, hospitals, schools and apartment buildings. This has persuaded many anti-Assad Syrians to flee the country which is exactly what the government wants. Now many of these Syrian refugees are forcing their way into Europe, which is another win as far as the Assads are concerned.

 

Russian troops began arriving in late August and by mid-September began launching air strikes. That accelerated on October 9th and will continue to do so as more and more Russian cargo ships arrive with weapons, troops, ammunition and equipment. This increase in Russian military aid to Syria solves several problems for Russia. For one, it prevents the looming collapse of the Assad government, which has been losing territory at an accelerating rate in 2015 and is facing a collapse in morale among its forces and civilian supporters. Russia has been a staunch ally of the Assad dynasty since the 1970s. Iran cannot provide more aid, mainly because despite the July agreement to lift sanctions on Iran that does not go into effect until early 2016 and until then Iran is as broke as ever. But the arrival of the Russian troops does boost Iranian morale and willingness to send in more troops to act as advisors and trainers.

 

Russia is only sending a few thousand ground troops but these are some of the best troops Russia has and ISIL and the other Islamic terrorist rebels will suffer much heavier casualties if they clash with these Russians. All this will boost morale among troops and Syrian civilians in Assad territory and make it more likely that a Russian peace proposal that keeps the Assads in power, even if it means a partition of Syria, will be more acceptable to the world. Russia says it is sending only “volunteers”. This is a policy adopted in Ukraine, and for good reason. While “acting strong” is popular with most Russians, the risk of your own conscripted sons getting sent to Ukraine or Syria and killed or maimed is definitely not popular. To the dismay of Russian leaders it was found that even when young volunteer (“contract”) soldiers get hurt there is popular backlash. This despite government willingness to pay compensation (not a Russian tradition) to families of the dead as well as to disabled soldiers. Thus Russia has an incentive to rely a lot on tech and mercenaries (mainly supplied by Iran) to avoid Russian casualties.  That said the Russian force is not large (because Russian cannot afford a larger force) and they are depending on terror to help out. Russians make no secret of their indifference to civilian casualties and the use of terror against their enemies. ISIL sees this as more of a threat than the more high-tech and civilized Americans.

 

By mid-September Russia had brought in enough warplanes and troops to support and protect the airbase near the coast in Latakia province. Despite Russian talk about it all being about ISIL (al Qaeda in Iraq and the Levant), most of the attacks so far have been against the most immediate threats to the twenty percent of Syria that the Assad forces control. This means rebels who are trying to defeat the Assads and not, like ISIL, seeking to establish a worldwide Islamic religious dictatorship. To placate foreign criticism Russia did hint that a column might be sent east to threaten the ISIL capital Raqqa. That would certainly be possible but even the Russians realize that most of the ISIL gunmen in the east are based among the population outside Raqqa and while these fanatics would die in large numbers they would also be inflicting a lot of unwelcome casualties whoever the Russians had fighting on the ground. Nevertheless the Syrian government and their Iranian military advisors are examining the idea of sending a ground force of Syrian and mercenary (non-Russian) troops to Raqqa, assisted by ruthless Russian air power.

 

Russia wants to carry out a “heroic intervention” to defeat ISIL and earn some positive publicity. That sort of thing is badly needed as Russia is currently seen as a treacherous bully because of its aggression in Ukraine and elsewhere in East Europe. By the end of the year Russia expects to turn that around, even if some depict them as a treacherous and opportunistic hero. Smashing ISIL would nevertheless be praised and appreciated. It would also be seen as a defeat for America and affirmation of Russian might and loyalty to its allies. The main problem Russia faces is doing this with a minimum of Russian casualties. That means inspiring the Syrian military, the Hezbollah militia and Iranian mercenaries to do most of the dangerous work on the ground.

 

Russia admits that it is breaking the UN embargo to supply the Assad government with new weapons. That was clear as Russia announced the sale to Syria of another twelve MiG-29s. Only nine will be delivered by the end of 2016 and the last three will arrive in 2017. The Russia appears determined to immediately do a lot of rebuild what is left of the Syrian Air Force, which has suffered enormous (over 70 percent) losses since 2011. Russia has always provided tech and material (spare parts) support for this largely Russian fleet of warplanes and helicopters but not enough for the Syrians to keep more than 30 percent of the 370 aircraft and helicopters operational. The surge of Russian support will mean the Syrian Air Force can be rebuilt and thus be even more active. The 50 or so Russian aircraft in Syria consist of Su-34 and Su-30 fighter-bombers, Su-24M bombers and Su-25 ground attack aircraft as well as about a dozen armed helicopters. There are also many transport helicopters.

 

Turkey is threatening to shoot down Russian warplanes that continue to slip in and out of Turkish air space. Russia takes that threat seriously and apologized for several recent (October 3rd and 6th) incidents which appear to have been accidental. Russia says bad weather was at fault but the main problem is Syrian rebels operating close to the Turkish border and often crossing it unexpectedly. The Russian pilots will often lose track of the border when going after rebels who may have recently slipped across the border. There is another element in all this. Russia and Turkey are ancient enemies and Turkish public opinion backs using violence against Russian incursions, even accidental ones. Russia is in the process of increasing daily air strikes to a hundred or more a day but pilots are ordered to ensure that every sortie counts. This is especially true because the Russians have a big advantage over NATO here as the Syrian Army has lots of personnel who can speak Russian and are familiar with the procedures for calling in air strikes. So when the Russian pilots get a call for air support they know it is a confirmed target and the morale of the troops down there will soar if the Russian fighter-bombers can get the job done. This is what the Russian pilots are under orders to do. Russia could simply avoid rebels near the border but they know that the rebels would quickly exploit that.

 

In Syria additional Hezbollah, other Shia militia and Syrian Army forces are on the move in the northwest around Homs, Palmyra and Aleppo as well as in the south near the Israeli border. Rebel groups had recently gained territory in all these areas. This sudden counteroffensive is a direct result of the recent Russian intervention in Syria. This was very good news for Hezbollah and the Assad government. The Iran backed Hezbollah militia has been providing thousands of fighters inside Syria for the Iran backed Assad government but this has been increasingly unpopular among Hezbollah members and even more unpopular with Lebanese in general. That’s because Syria considers Lebanon a “lost province” and has always treated Lebanon badly. Hezbollah had to fight in Syria for the hated (by most Lebanese) Assad government because Iran has long been the main financial and military support for Hezbollah and demanded that Hezbollah send fighters to Syria. But Hezbollah leaders eventually told Iran that the Hezbollah operations (and casualties) in Syria were causing serious damage to the unity and effectiveness of Hezbollah in general. In fact, once it became clear that Russia was putting substantial combat forces in Syria, Hezbollah quietly informed Iran and the Assads that by the end of September Hezbollah would cease offensive operations in Syria and confine their participation to fighting Syrian rebel (especially Islamic terrorist groups) attempts to get into Lebanon. Decisions like this are very popular with most Lebanese and especially welcome by Hezbollah fighters, who always thought they had signed up mainly to defend Lebanon in general and the Shia minority of Lebanon in particular. Guarding the border is doing just that and will repair the damage to morale done because of combat operations inside Syria (and several thousand casualties suffered as a result). Now it is clear that Hezbollah, after receiving some additional weapons (including tanks) has been encouraged to do a little more. This appears to be something like pushing Syrian rebels much farther away from the Lebanese border as that would be tolerable to most Lebanese and help the Assad government as well. Putting Hezbollah forces on the Syrian border with Israel is also popular with many Lebanese, as long as the effort does not get a lot of Lebanese killed. Up north Iran is using thousands of foreign Shia volunteers it has armed, trained and paid. With Russian air support, as well as more sorties from Syrian warplanes (because of increased Russian aid) the pro-government forces are advancing. Many of the rebels, except for ISIL, have not experienced many air strikes this year, mainly because the U.S. led coalition aircraft have concentrated on ISIL. The Russians don’t much care about ISIL unless ISIL forces are in the way of the pro-government ground troops. American warplanes have been ordered to stay at least 30 kilometers away from any Russian aircraft and not interfere with Russian operations. This government offensive may not get far but it is off to an encouraging start and that is welcome news back in Iran. That’s largely because it is no secret in Iran that there are over a thousand Iranian trainers and advisors in Syria and these men have played a large role in keeping the Assad government from being destroyed by all the rebel Islamic terror groups constantly attacking since 2012. Officially Iran insists it has no military personnel in Syria, but there is a lot of evidence there, and in Iran, to contradict that claim. It is also widely believed (at least inside Iran) that Iran convinced Russia to intervene. This is in line with the ancient Iranian tradition of wisely using wartime diplomacy to create opportunities and turn defeats into victories. A senior Iranian general (Qassem Sulaimani, head of the Quds Force) is known to have made two semi-secret trips to the Russian capital recently.

 

The Russian intervention in Syria has caused Iraq to openly accuse the United States of being ineffective and unwilling to do what it takes to defeat ISIL. Iraqi leaders pointed out that over a year ago the U.S. and its Arab allies promised sufficient air support and other military assistance to defeat ISIL. That has not worked. Iraq believes the United States lacks the will to get the job done while Iran and Russia do have what it takes. Finally Iraq was considering asking Russia to extend its bombing campaign to attacks on ISIL in western Iraq and Mosul. This would involve allowing Russia to operate from Iraqi air bases. What is meant here but not being said is that Iraq disagrees with the American ROE (Rules of Engagement) which puts more emphasis on protecting civilians than in destroying the enemy. ISIL uses lots of human shields to protect its men and facilities from air attack. Russia and Arab air forces will bomb a target even if there are human shields present.

 

Russia has brought some of its new electronic jamming equipment to Syria and these are being used to jam ISIL and NATO communications. Some NATO radars and satellite signals are also being jammed. NATO is already familiar with some of these jammers, particularly the truck mounted Krasukha-4, which has been encountered in eastern Ukraine (Donbas).

 

Meanwhile Turkey continues to battle rebellious PKK Kurds in southeast Turkey and northern Iraq. The Kurdish government in northern Iraqi tolerates the Turkish air raids on PKK camps in remote areas and publicly denounces the PKK (although many Iraqi Kurds support the PKK goal of a Kurdish state formed from Kurdish populated parts of Iraq, Turkey, Iran and Syria).

 

October 10, 2015: In central Syria (Hama province) Syrian soldiers (assisted by Hezbollah and local Alawite militias) recaptured areas outside the city of Hama. This was aided by Russian and Syrian air strikes. Al Nusra has been fighting government forces in Hama since July in an effort to get into neighboring Latakia province. Latakia is a major center of government support because it is largely Alawites and where the Assad clan comes from.

In the southwest (Quneitra province) government and rebels have renewed their fighting. This is largely the result of the Russian intervention and Hezbollah agreeing to relax its new rule that all its gunmen would remain on or near the Lebanese border. The major target is the Southern Front rebels who are now on the defensive.

Meanwhile to the north ISIL took advantage of the growing Russian and Syrian pressure on al Nusra to attack and take control of some villages outside Aleppo. Russian air strikes on al Nusra forces was, in this case, a direct benefit to ISIL.

American and Russian officials met (via video conference) to work out procedures to avoid conflicts between NATO and Russian aircraft over Syria. These were described as “flight safety” discussions.

In Turkey two bombs went off in the capital near a demonstration by (mostly) Kurds calling for an end to fighting between the PKK (Turkish Kurdish separatist rebels) and Turkish security forces. Nearly a hundred people were killed and nearly 300 wounded. No one took responsibility for this. The Turks suspect either the PKK (that is hostile to Turkey and Kurds who do not support PKK) or ISIL (whose capital, Raqqa, is threatened by another Kurdish offensive by Syrian Kurds). Some Kurds suspect the government planted the bombs because most of the demonstrators were moderate Kurds whose votes in recent elections cost the current government a lot of political power.

 

October 9, 2015: There appeared rumors about a Russian MiG-29 being shot down by Turkish F-16s in northwest Syria after the MiG-29 violated Turkish air space. The rumors persisted over the weekend because no one would confirm or deny them. NATO did say they knew nothing about the incident and there were no pictures of the wreckage. Meanwhile Russia said it had launched 67 air strikes in the last 24 hours, the most in any one day since its forces first arrived in August. Previous to this Russia had been launching about ten air strikes a day. The surge today was mainly directed at targets in central Syria and the northwest (Hama, Latakia and Idlib provinces) as well as Raqqa province in the east.

There were also rumors that turned out to be true about more than twenty explosions in the ISIL capital of Raqqa. These were the result of air attacks by Russian aircraft on Raqqa. The Syrian government wants Russian help to capture Raqqa from ISIL before Syrian rebels (mainly the Syrian Kurds) do so. ISIL considers the Syrian Kurds less of a threat than the Russian backed Syrian military. That’s because the Kurds have Americans providing air support and the American ROE makes the use of civilians as human shields a very effective tactic. But that does not work against the Russians. So while civilians were forced to stay in Raqqa when there was a threat of American air strikes now that the Russian threat seems more likely ISIL is preparing to force civilians out of the city. The ISIL fear is that the city would undergo a siege and in a situation like that the civilians would be a burden, not a form of protection from air strikes.

 

October 8, 2015: In the north (outside Aleppo) a senior Iranian officer (Hossein Hamedani) was killed in combat. Hamedani was a general in the IRGC (Iranian Revolutionary Guard Corps) and apparently in charge of coordination between the Syrian army and Iranian mercenaries (Shia volunteers from Iran and elsewhere who are paid, trained and armed by Iran) fighting for the Assads. Iran officially denies that IRGC personnel are in Syria but the deaths of senior IRGC officers are hard to keep quiet. The Iranian government said that Hamedani was simply visiting Syria.

 

American intelligence analysts believe that at least four of the 26 cruise missiles fired by Russian warships in the landlocked Caspian Sea at targets in Syria crashed in Iran. Both Russia and Iran deny this and insisted that all 26 missiles fired on the 7th hit their targets in Syria and that there were no civilian casualties.

 

Saudi Arabia has increased arms shipments to three Syrian rebel groups (Jaysh al Fatah, the Free Syrian Army and the Southern Front). None of these is known to be associated with al Qaeda or ISIL although these groups will sometimes trade (or surrender, if forced) weapons and ammo to al Nusra or ISIL groups. For this reason the United States is halting its program of training and arming the Free Syrian Army. The American efforts to aid Syrian rebels were always crippled by rules that prohibited aid to any rebels that might cooperate with Islamic terrorist rebel groups (especially those linked to al Qaeda or ISIL). The same criteria was used to select Syrians to train. Because so many Syrian rebels were Islamic radicals or eager to back Islamic terrorists because they were the most effective fighters, few suitable candidates could be found. It appears that the Americans are going to quietly copy from the Arab aid program that concentrates on rebel groups that share a hatred of ISIL. This means more aid for the Kurds, who are not attracted to Islamic radicalism despite being Sunni Moslems. The Kurds attribute this to their not being Arab. Russia is on the other side of this, not caring so much about ISIL right now and intent on destroying Syrian rebels no matter what their views on Islamic terrorism. It is estimated that so far only about ten percent of Russian air strikes have hit ISIL

 

October 7, 2015: Russian troops, operating about a hundred kilometers east of their main base at Latakia, used howitzers and rocket launchers to hit rebel targets outside the rebel held city of Hama. This was the first use of Russian controlled and operated artillery in Syria. About the same time Russian warships in the Caspian Sea launched 26 Klub (Kalibr) cruise missiles at rebel targets in Syria.

A Russian delegation has arrived in Israel for more talks about cooperation and coordination between Russian and Israeli military forces now that Russian troops and warplanes are operating inside Syria. An initial agreement was made on September 21st.

 

October 5, 2015: Several prominent Sunni clerics in Saudi Arabia have called for a jihad (holy war) against the Assad government of Syria as well as Russia and Iran. These conservative clerics have been known to praise Islamic terrorists in the past.

 

October 3, 2015: Local witnesses confirmed that ISIL had destroyed another ancient structure (a Roman Arch of Triumph) near Palmyra. ISIL took this central Syrian site (in Homs province) back in May and since August has been destroying ancient ruins. This was an ancient oasis city that was largely abandoned a century ago and now people live in nearby villages. Palmyra is a major tourist site and it was long feared that ISIL would destroy ruins for being un-Islamic.

 

October 2, 2015: In Iraq the fighting, mostly against ISIL, left 717 Iraqis (security forces and civilians) dead in September. This is about half what it was in August, largely because military operations against ISIL are stalled. On the plus side ISIL activity seems to be stalled as well, in part because ISIL is now more intent on dealing with the new Russian threat in Syria. Still Iraq was a lot less violent than neighboring Syria where the death toll was 76,000 in 2014. That’s over 91,000 dead during 2014 for the two countries where ISIL is most active. The death toll in Syria has risen more sharply than in Iraq. At the same time it is clear that ISIL, while still a threat, is no longer on the offensive anywhere.

 

September 30, 2015: Russia told foreign nations (especially NATO) to keep its aircraft out of Syrian air space. NATO refused and continued air operations over Syria as did Arab members of the American led air coalition. Russian warplanes also began their daily strikes on ground targets today and American aircraft did not interfere.

 

September 27, 2015: Israeli warplanes attacked Syrian Army units just across the border from Israel in Quneitra province because of recent rocket fire that had landed in Israel. These attacks remind Syrian commanders that such attacks have serious consequences. Often these attacks are accidents but when that is unclear, Israel retaliates, just to be certain that the other side understands.

Iraq announced that it had established an intelligence sharing arrangement with Iran, Syria and Russia and invited the United States to join.

Repost 0
14 octobre 2015 3 14 /10 /octobre /2015 05:30
photo Russia MoD - US DoD

photo Russia MoD - US DoD

October 13, 2015 defense-aerospace.com

(Source: US Department of Defense; issued October 10, 2015)

Today Department of Defense officials held a secure video conference with officials from the Russian Ministry of Defense. The talks focused on steps that can be taken by Russian and counter-Islamic State of Iraq and the Levant coalition aircraft to promote safe flight operations over Syria.

The discussions were professional and focused narrowly on the implementation of specific safety procedures. Progress was made during the talks, and the U.S. agreed to another discussion with Russia in the near future.

The video conference lasted approximately 90 minutes.

Repost 0
13 octobre 2015 2 13 /10 /octobre /2015 22:30
F-16IQ photo Lockheed Martin.jpg

F-16IQ photo Lockheed Martin.jpg

 

13/10/2015 Par Lefigaro.fr (Reuters)

 

L'armée irakienne a commencé à bombarder des positions du groupe Etat islamique (EI) grâce à des informations collectées par le nouveau centre de renseignement établi conjointement avec la Russie, l'Iran et la Syrie, a déclaré aujourd'hui le président de la commission de Défense du Parlement irakien.

 

Ce centre, où travaillent six experts de chaque pays, est opérationnel depuis environ une semaine, a précisé Hakim al Zamili, un membre influent de la communauté chiite. C'est grâce à ces informations que l'aviation irakienne a bombardé cette semaine un convoi de l'EI dans lequel le chef du groupe djihadiste, Abou Bakr al-Baghdadi, aurait pu se trouver.

 

"Les renseignements des Russes nous sont très utiles, même s'ils ne mènent pas de raids aériens (en Irak)", a souligné Hakim al Zamili en référence à l'offensive militaire russe en Syrie. Deux généraux russes sont basés au centre de renseignement de Bagdad, a indiqué un responsable irakien.

Repost 0
13 octobre 2015 2 13 /10 /octobre /2015 16:40
South Africa Air Force jet pilots going to Russia for further training

 

13 October 2015 by defenceWeb

 

The financially strapped SA Air Force (SAAF) is further extending its foreign training commitments with Russia being the latest addition.

A report has it that about 10 pilots from 2 Squadron at AFB Makhado have been selected for further training in Russia. This is a direct outflow of a co-operation agreement signed between the defence ministers of the two countries, Afrikaans weekly Rapport said.

 

Four pilots are already undergoing training in Cuba and according to SA National Defence Force Chief General Solly Shoke, agreements have also been entered into with the United States and the United Kingdom on various aspects of military training.

 

At the same time the paper reports the SAAF has experienced more resignations from the ranks of its jet pilots.

 

“Four of only the handful of jet fighter pilots in the SAAF have resigned leaving the force with three times as many Gripens as qualified pilots for them,” the paper said.

 

Making matters worse is that two test pilots based at AFB Overberg, home of the Test Flight and Development Centre (TFDC), have not had their contracts renewed.

 

Against this background it is not surprising the original number of 18 pilots supposed to go to Russia was cut. Another reason for sending fewer jet pilots is cost. South Africa had to pay for travel and living expenses while Russia is carrying the cost of training.

 

The majority of those going to Russia are qualified pilots but are short of flying hours to build their experience base. The lack of flying hours, also a result of a tight budget, has contributed in no small measure to this.

 

Pilots at AFB Makhado told the paper their colleagues who resigned had done so because they couldn’t fly. They have apparently joined airlines or companies operating in the United Arab Emirates, Saudi Arabia and China.

 

It appears the group bound for Russia are not going to have an easy time of it. A SAAF officer, who spoke on condition of anonymity, said the Russians had made it clear no time would be wasted on pilots who cannot fly properly.

Repost 0
13 octobre 2015 2 13 /10 /octobre /2015 16:30
« Quand Daech a attaqué, les avions américains ont survolé la zone, sans intervenir »

 

13/10/2015 Par valeursactuelles.com

 

Révélations. Mgr Hindo, archevêque syro-catholique d’Hassaké, au Nord-Est de la Syrie a répondu aux questions de l’agence de presse américaine CNS. Son point de vue est catégorique : la stratégie américaine en Syrie est « ambiguë ».

 

L’intervention russe est « positive » car « elle cible réellement Daech »

Au cours de cet entretien, relayé par le quotidien La Croix, l’archevêque est revenu sur les interventions américaine et russe et raconte ce qu’il a vu. Il témoigne. A son sens, l’intervention de la Russie en Syrie est « positive » car « elle cible réellement Daech ». Effectivement, il assure que les récentes frappes russes ont « démontré leur efficacité contre le groupe Daech » et auraient permis de faire battre en retraite l’organisation terroriste, vers le désert irakien. « Ils ont fui la région dans l’empressement, à bord d’environ 20 véhicules. Ils ont dû abandonner 20 autres voitures sur place. C’est le signe qu’ils ont vraiment dû battre en retraite », raconte-t-il.

 

Suite de l’article

Repost 0

Présentation

  • : RP Defense
  • RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories