Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
25 juillet 2013 4 25 /07 /juillet /2013 16:45
SAAF “crisis” caused by underfunding

25 July 2013 by Kim Helfrich - defenceWeb

 

With the country’s military watchers united in their view the SA Air Force (SAAF) is fast approaching crisis point in terms of operational ability, the finger is - again - being pointed at underfunding.

 

Some, including respected defence analyst Helmoed-Romer Heitman, have gone as far as suggesting the sale of certain air assets, including the Hawk Lead-In Fighter Trainers and Agusta light utility helicopters.

 

Such comments follow the news that 14 out of 26 of the Air Force’s Gripens have been placed in storage and that most of the A109 light utility helicopters have been grounded.

 

Heitman is on record as saying government must decide what it wants its military to do and fund it accordingly.

 

On the aircraft maintenance side, the United Association of South Africa (UASA), a trade union representing workers in, among others, the transport, manufacturing and engineering sectors, has added its voice to the list of those seeing the SAAF in crisis.

 

 

Some its of members were among those retrenched when a SAAF maintenance contract with Denel Aviation was not renewed earlier this year. The contract was not renewed because it was apparently in contravention of the Public Finance Management Act and left a large gap in maintenance operations of the air force. More than 500 specialist aircraft technicians were affected by the termination.

 

In February, SAAF Deputy Chief Major General Jerry Malinga said termination of the Aero Manpower Group contract was a “serious knock” for the airborne arm of the SA National Defence Force (SANDF).

 

Speaking at the annual Air Force Day parade in February, he pointed out the SAAF was “in good shape considering the restrictions it has to live with”.

 

UASA spokesman Andre Venter points out some consequences of the lapsed contract are already starting to show.

 

“Most notably only 10 out of the 26 Gripen fighter jets, bought as part of the Arms Deal at the princely sum of R40 billion, are serviced to fly while the rest were either mothballed for long term storage or are being cannibalised to keep the others flying. The same is most probably experienced regarding aircraft serviceability at most other squadrons. No transfer of skills is taking place or will take place until such time the proposed agreement (to end March 2014) with Denel is signed for aircraft maintenance.

 

“It has become a sad day in the proud history of the SAAF, that not only aircraft, worth billions, are being mothballed due to technical incapacity but also as to what the future holds for the SAAF capabilities in the near and long term future,” he said.

 

His statement follows the revelation earlier this week that at least half of the SAAF’s fleet of Agusta light utility helicopters cannot fly due to a lack of funds. This could see at least 18 current Agusta pilots lose currency on the aircraft type. SANDF Communications Head Siphiwe Dlamini would not comment other than to say: “We do not discuss operational matters and the SANDF’s state of readiness”.

 

Keen military watcher and author Darren Olivier said the latest developments are what happens when an air force is allocated a minuscule peacetime flying budget that gets drastically cut from last year and then is forced to carry out two rapid, large scale and expensive deployments to countries thousands of kilometres away.

 

“Once the operational budget has been totally emptied, emergency ad hoc funds are not allocated from the National Treasury’s contingency fund as expected. The Minister of Defence and Military Veterans didn’t even know what reporters were talking about when they asked her about ad hoc funding,” he wrote on a local aviation chatroom.

 

He also points out the SAAF definitely needs more equipment.

 

“The need for new transports to replace the 50-year-old C-130BZs, maritime patrol aircraft and unmanned aerial vehicles won’t go away just because the operational budget has been squeezed.”

 

Opposition Democratic Alliance (DA) party shadow minister of defence and military veterans David Maynier is another who feels the SAAF “cannot go on like this. We have to get to the bottom of what is really happening in the air force”.

 

He plans to request a meeting of Parliament’s joint standing committee on defence to discuss the crisis in the SAAF.

 

Maynier points out that while a large portion of the Agusta fleet is grounded, VIPs, including the President and the Defence Minister, continue to use SAAF Oryxes.

 

“Between 2009/10 and 2012/13 the SAAF undertook 590 helicopter flights for VIPS at a cost of R50.9 million. The SAAF is in danger of being reduced to an airborne taxi service for VIPS.”

Partager cet article
Repost0
25 juillet 2013 4 25 /07 /juillet /2013 16:45
South Africa Air Force’s A-109s grounded

24 July 2013 by defenceWeb

 

Not one of the SA Air Force’s (SAAF) 18 Agusta A109 helicopters is currently flying because there are no funds to use them operationally, the Afrikaans daily Beeld reports.

 

Such funding as there is is used to start the engines on the light utility helicopters from time to time but the rotorcraft don’t take-off.

 

This boils down to helicopter flight crews and the rotary-winged aircraft not retaining current status for flying missions and sorties.

 

Along with the mothballing of 12 Gripen fighters as well as the under-utilisation of the remaining 14, this means a second aircraft type obtained as part of the Strategic Defence Acquisition Package are not being used, according to the paper’s specialist defence writer Erika Gibson.

 

The situation is fast reaching the critical stage, according to confidential documentation on SAAF helicopter operations.

 

An across the board budget cut of 60% for helicopter operations has led to an “amputation” of SAAF work nationally, a senior officer told the newspaper.

 

The same productivity is expected, which is almost impossible when taking into account the loss of technicians at various squadrons. The technicians were retrenched earlier this year when the Air Force did not renew a maintenance contract with AMG, a division of Denel Aviation.

 

This has also negatively influenced availability of the workhorse Oryx medium transport helicopter. During the 2010 FIFA Soccer World Cup there were at least 30 Oryxes serviceable daily. Indications are possibly 13 can now become airborne daily.

 

The current defence budget allocates just 71 flying hours for the year to the light utility helicopters. Making matters worse is acquisition of A109 spares has been halted, also due to financial constraints. This is also given as the reason for stopping the last helicopter pupil pilot course.

 

Another helicopter type operated by the SAAF – the Eurocopter BK-117 – has also fallen foul of budget cuts. All six are based in Port Elizabeth and face an uncertain future because of the apparent cancellation of a maintenance contract. This has been renewed following protracted negotiations but availability is currently reckoned at two a day.

 

The BK-117s were earmarked to take over from the A109s in the ongoing anti-rhino poaching operation in the Kruger National Park following a crash that saw five SA National Defence Force (SANDF) personnel killed. The low level of aircraft availability has put paid to this.

 

Military analyst Helmoed-Romer Heitman was scathing in his response.

 

“The Air Force, as with the entire SANDF is suffering as a result of government’s inability to decide what it wants from its military.

 

“An air force without fighters is a dead duck in the African military context. A defence force without helicopters and transport aircraft is a dinosaur in a swamp. An army without attack and transport helicopters is a lame duck and a navy without maritime helicopters and maritime patrol aircraft is blind,” was how the Defence Review Committee member reacted to the A-109 grounding coupled with other current equipment shortcomings in the SANDF.

 

The SAAF did not respond to the newspapers when asked for comment. defenceWeb has had the same lack of response from the airborne arm of the SANDF since Lieutenant General Zakes Msimang took over command late last year.

 

Enquiries routed via SANDF Corporate Communications suffer the same fate. A telephonic enquiry to DCC SSO Captain (SAN) Prince Tshabalala about the SAAF’s lack of response to media questions drew this response: “We forward it to them for action and if they don’t answer, it appears they don’t want to”.

Partager cet article
Repost0
25 juillet 2013 4 25 /07 /juillet /2013 16:40
Chasseur T-50: les pilotes ne manqueront plus d’oxygène

MOSCOU, 17 juillet - RIA Novosti

 

Le chasseur russe de cinquième génération T-50 est désormais doté d'un système d'oxygène illimité pour la respiration du pilote, écrit le quotidien Izvestia du 17 juillet 2013.

 

Ce dispositif est nécessaire pour les vols à des altitudes supérieures à 4 kilomètres : à cette hauteur le pilote "s'endort" et perd connaissance à cause du manque d'oxygène. Tous les avions russes actuellement en service possèdent des ballons d'oxygène mais ils ont une durée d’utilisation limitée. Le T-50, par contre, est désormais muni d'un système spécial qui produit l'oxygène à partir de l'air environnant, conçu par l'entreprise Zvezda.

 

"L'oxygène est pompé dans l’air environnant pour être ensuite compressé et envoyé dans l’appareil respiratoire du pilote. Grâce à cette technique le temps de vol ne dépend plus des réserves d'oxygène et le pilote peut rester dans l'air plus longtemps avec plusieurs ravitaillements en combustible. Dans les avions existants le pilote est obligé de contrôler tout le temps le niveau d’oxygène, qui pourrait s'épuiser plus vite que le carburant", explique Mikhaïl Doudnik, spécialiste en chef de l’entreprise Zvezda.

 

Ce système fournit un volume d'oxygène illimité mais permet aussi d'économiser la charge utile de l'appareil : il ne pèse que 30 kg alors que le poids des ballons d'oxygène nécessaires pour deux heures de vol s'élève aujourd’hui à 90 kg.

 

"C'est crucial.  Tout d'abord pour les chasseurs qui ont toujours un déficit d'espace et de charge. Il ne sont donc pas en mesure de stocker des volumes importants d'oxygène comme le font les bombardier, plus spacieux", précise Mikhaïl Doudnik.

 

La conception de ce système a occupé l’entreprise pendant ces cinq dernières années. Il vient finalement d’être installé sur quatre prototypes de T-50 qui sont actuellement testés dans la région de Moscou.

 

"Les premiers prototypes du T-50 produits à Komsomolsk-sur-l'Amour sont arrivés ici par leurs propres moyens : ils ont été obligés de se ravitailler en combustible mais pas en oxygène", ajoute-t-il.

 

Aucun avion moderne ne peut se passer d'oxygène : les pilotes sont tout physiquement incapables de respirer à des altitudes de plus de 4 kilomètres. Et si un avion de ligne ou de transport peut embarquer sans problème de gros ballons d'oxygène, cette diminution de 60 kg est plus que considérable pour un chasseur qui compte chaque centimètre d'espace et chaque gramme de charge.

 

Ce nouveau système a servi de base pour un équipement similaire destiné aux avions d'entraînement Iak-130. Les chasseurs embarqués MiG-29K seront également doté de ce dispositif au cours de l'année. Les armées algérienne et malaisienne sont parfaitement au courant des avantages de ces équipements et les ont déjà commandés pour leurs chasseurs Su-30.

 

"Les premiers prototypes du Iak-130 étaient doté de ballons d'oxygène classiques, indique le pilote d'essai Roman Taskaev. En 1999, nous avons décollé vers l'usine italienne d'Aermacchi dans l’un de ces appareils en embarquant le volume nécessaire d'oxygène pour tout le vol. Mais une dépressurisation partielle des ballons a augmenté notre consommation, nous forçant à atterrir à Bratislava pour un ravitaillement. Le nouveau système exclut en principe ces problèmes".

 

L'armée russe produit, jusqu’à maintenant, l'oxygène sur terre. Ce procédé nécessite un personnel compétent et des équipements spéciaux. Et toute erreur peut provoquer une explosion.

 

"Les bataillons techniques des forces aériennes possèdent actuellement des stations automobiles de production d'oxygène, raconte Anatoli Kornoukov, ancien commandant en chef de l'armée de l'air. Les soldats et les sergents doivent suivre un cours de six mois pour être en mesure de manier cet équipement, alors que la formation des officiers dans ce domaine prend cinq ans. La sélection est très stricte en raison des risques d'incendie liés à l'oxygène".  

 

Selon lui, le nouveau système permettra de réduire le personnel des aérodromes et d'augmenter l'efficacité des chasseurs longue distance. Cela résout également le problème des aérodromes de campagne qui ne sont pas équipés pour la production d’oxygène.

 

L'armée américaine possède elle-aussi le même système, OBOGS, qui est installé dans les avions de cinquième génération F-22 et les chasseurs embarqués F-18.

Partager cet article
Repost0
25 juillet 2013 4 25 /07 /juillet /2013 16:35
photo Armée de l Air

photo Armée de l Air

25/07 Par Alain Ruello -LesEchos.fr

 

L’avionneur Dassault continue d’oeuvrer à la conclusion de la vente de 126 Rafale à New Delhi avant la fin de l’année. Il mise aussi toujours sur 70 livraisons de Falcon cette année, malgré quelques retards sur son plan de marché au premier semestre.

 

Un point de suivi tous les jours vers midi avec Eric Trappier, le PDG, cinquante salariés mobilisés à plein temps, partage des responsabilités avec HAL, l’EADS local, arrêté : chez Dassault, la mobilisation est toujours aussi forte pour tenter de conclure la vente de 126 Rafale en Inde avant la fin de l’année. Et ni l’approche des élections générales, ni les manoeuvres présentes ou à venir de la concurrence pour faire dérailler l’affaire du siècle ne parviendront à faire changer d’avis New Delhi, affirme le patron de l’avionneur.

 

« La décision (de choisir le Rafale, NDLR), est ferme. Les élections ne changeront pas la nature du choix », a-t-il indiqué ce jeudi matin, à l’issue de la présentation des résultats semestriels. Si la signature n’intervient pas avant les élections ? Alors « cela se fera après. L’appel d’offres a été long et documenté. Je ne suis pas inquiet », a ajouté Eric Trappier qui met en avant le consensus de la classe politique sur la nécessité de moderniser l’aviation de combat indienne.

 

Pas d’inquiétude vis-à-vis de la concurrence

 

Pas plus qu’il n’est inquiet des initiatives que les concurrents pourraient prendre pour tenter de revenir dans la danse en profitant du calendrier électoral. La dernière rumeur en cours fait état de courriers envoyés par un ancien ministre des finances indien au ministre de la Défense actuel mettant en avant le coût élevé du Rafale.

 

« Je n’ai pas d’information, a répondu le PDG de Dassault à une journaliste indienne qui soulevait ce point. C’est sûr que le choix ne plaît pas à tout le monde », allusion à peine voilé aux Britanniques qui n’ont pas digéré que l’Eurofighter s’incline en finale dans leur ex-colonie.

 

A en croire Dassault, sauf si les autorités de New Delhi décident de ne plus acheter d’avions - ce qui est toujours possible - rien ne devrait empêcher la conclusion de ce qui s’annonce comme la première exportation du Rafale. Le processus de négociation qui implique plusieurs comités se déroule en toute rigueur, et tout est parfaitement « documenté ». Reste une seule incertitude : quand ?

 

Falcon : reprise encore molle

 

Sur le front des avions d’affaires Falcon, la tendance est plus prévisible : la reprise est là, mais encore molle et inégale selon les pays. L’Europe du Nord et l’Amérique du Sud affichent un certain dynamisme. En revanche, les Etats-Unis sont encore en retrait.

 

Sur le premier semestre Dassault affiche 27 prises de commandes de Falcon, deux de plus que l’année dernière sur la même période. L’objectif des 70 livraisons est maintenu sur l’année, malgré un léger retard sur le plan de marche depuis le premier janvier.

 

Dassault prépare activement la sortie du Falcon SMS, le futur appareil d’entrée de gamme de l’avionneur dont les caractéristiques seront dévoilées à l’automne lors du grand salon américain NBAA de l’aviation d’affaires. L’augmentation des frais de développement sur ce programme a d’ailleurs pesé sur la marge opérationnelle qui est passée de 12,7 % à 10,3 %. La marge nette a suivi la même pente pour la même raison. Sur les six premiers mois de l’année, elle s’est établie à 9 %, contre 10,6 % un an plus tôt. A 1,8 milliard d’euros, le chiffre d’affaires a baissé de 5 %.

Partager cet article
Repost0
25 juillet 2013 4 25 /07 /juillet /2013 16:30
photo ADCOM Systems

photo ADCOM Systems

MOSCOU, 17 juillet - RIA Novosti

 

Le ministère russe de la Défense envisage d'acheter deux drones aux Emirats arabes unis, a confié à RIA Novosti une source au sein de l'industrie de l'armement.

 

"Il s'agit au moins de deux appareils United 40, version Block 5, conçus par ADCOM Systems", a indiqué l'interlocuteur de l'agence.

 

Selon les informations fournies par cette société basée à Abou Dhabi, l'United 40 (version Block 5) possède un fuselage en S muni d'ailes en tandem. Il est équipé de deux moteurs à hélice installés sur des pylônes au-dessous des ailes avant.

 

Le drone peut voler à 9.000 d'altitude, et son autonomie dépasse les 100 heures.

 

L'appareil possède un radar et un système optoélectronique de surveillance. Ses quatre points de suspension situés sous les ailes arrières lui permette en outre d'accueillir des missiles téléguidés air-surface Yabhon-Namrod conçus par ADCOM.

 

Un expert russe en matière d'appareils sans pilotes, Denis Fedoutinov, a déclaré à RIA Novosti que la Russie était le premier pays du monde à commander des drones United 40.

 

"Ce système n'a jusqu'à présent été livré à aucun client, ni étranger ni émirati. Dans sa version actuelle, le drone a été présenté pour la première fois au Salon d'armements IDEX en février 2013 à Abou Dhabi. Il a effectué son premier vol d'essai en mars dernier", a indiqué l'expert.

 

Selon le Centre russe d'analyse du commerce mondial d'armes, aux termes d'un contrat signé en avril 2009 entre Israël et la Russie, l'Etat hébreu a livré deux drones Bird Eye-400 (pour un montant de 4 millions de dollars), huit drones I-View Mk150 (pour 37 millions de dollars) et deux drones Searcher Mk.2 (12 millions de dollars).

 

En mars dernier, le conglomérat public russe Oboronprom a signé avec le groupe israélien IAI un contrat de 400 millions de dollars prévoyant la mise en place en Russie d'une usine d'assemblage de drones Bird Eye et Searcher.

Partager cet article
Repost0
25 juillet 2013 4 25 /07 /juillet /2013 14:50
A400M defensive flares test - photo Airbus Military

A400M defensive flares test - photo Airbus Military

July 22, 2013 By Gerald Traufetter - spiegel.de

 

German Defense Minister Thomas de Maizière, in trouble over the costly cancellation of the Euro Hawk drone, faces a potentially even greater problem. Certification for the A400M military transport plane is behind schedule and plagued by legal pitfalls.

 

The image was truly emblematic: A huge, heavy transport plane painted in camouflage gray stood unable to move, the wheels of its landing gear sunk up to the axles in the soft sand of eastern Germany's Lausitz region.

 

Although the incident occurred more than a year ago, few people heard about the pilot mishap that stranded the A400M Atlas aircraft. That is, apart from the manufacturer -- Airbus Military -- the German armed forces, and the six European air forces that had put in orders for the massive four-engine turboprop plane.

 

The aircraft, which was designed for a maximum starting weight of 141 metric tonnes, was undergoing tests on the grass runway of Cottbus-Drewitz Airport. The test landing had gone without a hitch, but when roll and braking tests were conducted, the heavy prototype suddenly slid, and its left undercarriage ploughed into the ground.

 

The image of the stricken colossus could be symbolic of the fate of German military procurement at the present time -- and yet the aircraft is part of a prestigious European project, with orders for 170 planes worth a combined €25 billion ($32.9 billion). Last year crews spent hours using shovels and heavy lifting gear to free the plane from the sandy ground. But now a different and far more serious problem threatens to keep it grounded: The German armed forces, the Bundeswehr, can't meet the legal requirements for getting military certification for the A400M.

 

Read MORE

Partager cet article
Repost0
25 juillet 2013 4 25 /07 /juillet /2013 14:35
F-X III fighter contest F-35 Eurofighter F-15 SE photo FG

F-X III fighter contest F-35 Eurofighter F-15 SE photo FG

July 25, 2013 Source: Reuters


SEOUL --- South Korea said on Thursday it would hold a new round of bidding next month for its 8.3 trillion won purchase of 60 next generation fighter jets, [which was] suspended after bids exceeded the budget.

The Defence Acquisition Program Administration (DAPA), the country's arms procurement agency, suspended the auction earlier this month after 55 rounds. None of the entries, Lockheed Martin Corp's F-35, Boeing Co's F-15 and EADS's Eurofighter Typhoon, submitted bids meeting the required price.

The DAPA said it would begin a new round of bidding for its biggest-ever defence import programme in the third week of August. Analysts said that was unlikely to close the price gap that has scuppered previous rounds.

"We have decided at the defence project committee meeting to resume bidding for the F-X project," DAPA spokesman Baek Youn-hyeong told a briefing.

Baek hinted at the possibility of increasing the budget, but offered no further details.

"If there is no entry with price within the project budget after the resumption of bidding, we will pursue the project again through reviews or increase in overall budget," he said. (end of excerpt)


Click here for the full story, on the Reuters website.

Partager cet article
Repost0
25 juillet 2013 4 25 /07 /juillet /2013 12:55
L'écusson de la Multinational Entry into Service Team. Photo Olivier Fourt RFI

L'écusson de la Multinational Entry into Service Team. Photo Olivier Fourt RFI

14 juillet 2013 Olivier Fourt/RFI

 

L’avion-cargo A400M a ouvert le défilé aérien de ce 14 juillet. L’avion a survolé les Champs-Elysées, suivi d’une cinquantaine d’aéronefs, mais en réalité il faudra encore des mois avant qu’un premier escadron d’A400M soit réellement opérationnel.

France : L’A400M à la Multinational Entry into Service Team
(02:22)
Partager cet article
Repost0
25 juillet 2013 4 25 /07 /juillet /2013 11:50
Baltic : mission d’identification pour les Mirage F1-CR

24/07/2013 Sources : EMA

 

Le 22 juillet 2013, une patrouille de deux Mirage F1-CR a décollé de la base aérienne de Šiauliai (Lituanie) pour une mission d’identification concernant d’un avion en transit.

 

A 20h15, après le retentissement de la sirène d’alerte, deux Mirage F1 CR ont décollé de la base de Šiauliai, en Lituanie, pour intercepter un « Bogey » survolant la mer Baltique. Dans la terminologie radio utilisée pendant les opérations aériennes combinées (COMAO’S), un « Bogey » est un plot inconnu, sur lequel contact radar ou visuel a été établi, et dont l’interception a entre autres pour but de déterminer les intentions (amies, neutres, suspectes ou hostiles). Au cours de cette mission, un appareil léger immatriculé en Italie a été intercepté, identifié puis escorté. Celui-ci a d’abord effectué des manœuvres d’évitement infructueuses puis le contact radio a été établi avec la patrouille de Mirage F1-CR qui l’a escorté jusqu’à son atterrissage sur le terrain de Ventspils, en Lettonie.

 

Depuis le 30 avril 2013, près de 80 militaires français et 4 Mirage F1-CR assurent la mission Baltic, sous mandat de l'OTAN, sont présents sur la base aérienne de Šiaulai (Lituanie). Durant 4 mois, le détachement français conduit des missions d'assistance et de police du ciel dans l'espace aérien de la Lituanie, de la Lettonie et de l'Estonie.

Partager cet article
Repost0
25 juillet 2013 4 25 /07 /juillet /2013 11:45
Angola officially receives Super Tucanos

23 July 2013 by defenceWeb

 

The National Air Force of Angola’s training capability has received a major boost with the acceptance of the first three of six Super Tucanos on order, and the delivery of six Cessna 172R trainers.

 

The first three Super Tucanos were accepted during a formal ceremony held in the capital Luanda on July 12. Chief of General Staff General Geraldo Sachipengo Nunda officiated at the event, which was also attended by generals, officers and soldiers.

 

Nunda said the Super Tucanos would be used for training fighter pilots and for the attack role. He praised the type’s ability to operate in all weathers from short, unprepared runways. The chief of staff said the armed forces would allocate the necessary funding so the aircraft are maintained correctly, allowing them to fully serve the pilots who will fly them.

 

Embraer delivered the first three aircraft to Angola during a ceremony at its Gaviao Peixoto facility in Sao Paulo, Brazil, on January 31. Luiz Carlos Aguiar, President of Embraer Defence and Security at the time said that the selection of the Super Tucano by the Angolan air force demonstrated the great potential of the Super Tucano in Africa. “It is a robust, versatile and very efficient combat-proven aircraft with low operating costs and has generated great interest among other African nations.”

 

In Africa, the Super Tucano has also been ordered by Burkina Faso, Mauritania and Senegal.

 

Angola operates the earlier EMB-312 Tucano, buying six new-production Tucanos plus two Embraer company demonstrators, which were delivered in 1999, followed by six more, delivered in 2004.

 

Nunda said that after receiving the Cessna 172R trainers at the beginning of this year, the arrival of the Super Tucanos marks the ambitious re-equipping of the Angolan air force and the overall rebuilding of the armed forces, as directed by President and Commander-in-Chief Jose Eduardo dos Santos.

 

The six Cessna 172Rs were acquired through a contract signed with American company Africair in 2010. Defence Minister Candido van-Dunem handed over the six aircraft to Lobito’s Military Aeronautical School on April 20 this year. As part of the Cessna 172 acquisition, the Angolan Air Force also received a Cessna 172 TDI Level 5 Flight Training Device (FTD), provided by fixed wing and helicopter simulator manufacturer Frasca.

Partager cet article
Repost0
25 juillet 2013 4 25 /07 /juillet /2013 11:30
F-16_Fighting_Falcon photo USAF

F-16_Fighting_Falcon photo USAF

24 juillet, 2013 – BBC Afrique

 

Les États-Unis ont annoncé qu’ils retarderaient la livraison de quatre avions de chasse F-16 à l’Egypte en raison des violences qui ont suivi le coup d’état militaire qui a renversé le Président Mohamed Morsi.

 

Le porte-parole du Pentagone George Little a déclaré que la décision a été prise "compte tenu de la situation actuelle en Egypte".

 

Auparavant, le chef de l'armée égyptienne a appelé à des manifestations pour donner aux militaires le mandat de faire face à "la violence et au terrorisme potentiel".

 

Mais Abdel Fattah al-Sissi a indiqué qu'il n’appelait pas à troubler l'ordre public.

 

Suite à ces déclarations, le mouvement des Frères musulmans, qui soutient Mohamed Morsi, a déclaré que « le général Sissi a appelé à la guerre civile».

 

Les quatre avions de chasse F-16 jets font partie d'une plus grande commande de 20 avions, dont huit ont déjà été livrés à Egypte.

 

Après la prise de pouvoir par l’armée le 3 Juillet, Washington a déclaré qu'il examinait si l'action constitue un coup d'état, car cela pouvait conduire à une obligation légale de couper l'aide.

 

Très récemment, le 11 juillet, les responsables américains avaient indiqué que les derniers quatre F-16 seraient livrés à l’Egypte.

 

Cependant, mercredi, le Pentagone a confirmé que la livraison avait était mis en attente.

 

«Compte tenu de la situation actuelle en Egypte, nous ne pensons pas qu'il soit approprié de poursuivre en ce moment la livraison des F-16, « a déclaré Mr Little aux journalistes.

 

"Nous restons attachés aux relations de défense américano-égyptiennes car elles restent un fondement de notre partenariat stratégique global avec l'Egypte et constituent un pilier de la stabilité régionale", a-t-il dit.

 

Le secrétaire américain à la défense, Chuck Hagel a informé le général Sissi de la décision dans un appel téléphonique tôt mercredi, a ajouté le porte-parole du Pentagone.

 

L'aide militaire américaine à l'Egypte est estimé à 1,3 milliard $ (860 €) par an.

Partager cet article
Repost0
25 juillet 2013 4 25 /07 /juillet /2013 09:54
photo Livefist

photo Livefist

NEW DELHI: July 23, 2013 DHNS - deccanherald.com

 

French Defence Minister Jean-Yves Le Drian is scheduled to visit Delhi later this week, giving rise to speculations of “forward movement” in India’s biggest defence deal to purchase 126 fighter jets from France.

 

For the last two years, India and France are locked in price negotiation to purchase the medium multi-role fighter aircraft for the Indian Air Force (IAF). French major Dassault Aviation’s Rafale fighter planes were selected to replace ageing MiG-21s.

 

The much-awaited deal, sources said, is on the agenda of bilateral talks between Le Drian and his Indian counterpart A K Antony, including National Security Adviser Shiv Shankar Menon, between July 25-27.

 

But there is no confirmation on whether an announcement on finalisation of the deal can be expected by the week-end.

 

The French minister will meet Prime Minister Manmohan Singh and members of the Parliamentary standing committee on defence, sources said. Dassault Aviation had earlier raised questions on the role HAL would play once the mega deal is signed. But the Defence Ministry is understood to have conveyed to the French company that HAL would be the lead integrator and there was no change in conditions mentioned in the original tender.

 

As per the tender, Dassault will deliver 18 aircraft in fly-away condition whereas HAL will manufacture the rest under licensed production. The top bosses of HAL and Dassault met last month on the sidelines of the Paris air show to discuss the project and iron out differences. “Both chairmen expressed satisfaction on the work already achieved by the integrated teams and renewed their commitment towards successful completion of various projects,” Dassault said in a statement issued in June.

 

Though the tender was valued at $ 10.4 billion (Rs 42,000 crore), the price is set to escalate in the final commercial contract, making it India’s biggest defence deal. The new price band may be between $ 17-20 billion, but there is no official word. The sliding rupee will also be taken into account for the new price that is being negotiated for two years.

 

The French minister will be travelling to IAF station in Gwalior, which houses the Mirage-2000 fleet. In 2011, India signed a Rs 10,900 crore (approximately $ 2.4 billion) agreement with French arms majors Thales and Dassault Aviation for upgrading 51 Mirage-2000 fighters.

Partager cet article
Repost0
25 juillet 2013 4 25 /07 /juillet /2013 07:55
Au cœur de l’exercice «Matin rouge» avec le CPA 20

23/07/2013- ASP L. Rose - officier communication BA 102 - Armée de l'air

 

Du 15 au 19 juillet 2013, le commando parachutiste de l’air n°20 (CPA 20) s’est rendu en Aquitaine pour s’entraîner avec l’escadron d’hélicoptères 1/67 «Pyrénées» et l’escadron de transition opérationnel 1/8 «Saintonge» à l’occasion de l’exercice «Matin rouge».

 

Après quinze jours d’entraînement intense avec leurs camarades du 2erégiment étranger de parachutiste de Calvi, les commandos du CPA 20 ont participé à l’exercice «Matin rouge» sur la base aérienne de Saintes, du 15 au 19 juillet.

 

Il est un peu plus de 14h le premier jour quand les 25 commandos embarquent à bord de deux hélicoptères Puma de l’escadron d’hélicoptère 1/67 «Pyrénées». Après quarante minutes d’infiltration en hélicoptère entre les bases aériennes 120 de Cazaux et 722 de Saintes, les Puma se positionnent au-dessus de la tour de contrôle et déploient une corde lisse. Alors que sept mètres séparent les combattants du sol, ils s’élancent sans une once d’hésitation. Deux tireurs d’élite restent à bord des aéronefs en soutien de leurs équipiers.

Au cœur de l’exercice «Matin rouge» avec le CPA 20

Déployés au sol, les deux groupes commandos sont soudain pris à parti par des insurgés, simulés par du personnel de la base de Saintes. «Immediatly show force, immediately show force!» Le lieutenant B., contrôleur aérien avancé au sein d’une des équipes d’appui aérien appelée TACP (Tactical Air Control Party), lance immédiatement une demande d’appui à la radio. En quelques secondes deux Alphajet survolent la zone pour une démonstration de force destinée à faire fuir les insurgés. Les groupes peuvent enfin progresser et sécuriser la zone aéroportuaire. Trente minutes plus tard l’assaut vertical est une réussite et l’extraction des commandos peut commencer.

 

Le but de ce raid héliporté est d’entraîner les aviateurs aux techniques d’aérocordage et de guidage aérien, des techniques utilisées en opérations extérieures.

Partager cet article
Repost0
24 juillet 2013 3 24 /07 /juillet /2013 12:50
Le ciel unique européen : enjeux et défis pour l’aviation militaire.

22.07.2013 Sous-lieutenant Golfier Patricia - Chargé d’études au CESA

 

En 1999, la Commission européenne met en lumière dans un communiqué l’urgence d’une réforme de la gestion du trafic aérien. Les nombreux retards, de nature opérationnelle et logistique, décriés par les compagnies aériennes et les passagers menaçant de s’accentuer grandement dans les cinq prochaines années, la Commission se penche sur le sujet. En cause, une saturation de l’espace aérien liée à la nécessité d’assurer la sécurité des vols, les techniques utilisées ne pouvant garantir la sécurité que d’un nombre limité d’avions dans un espace donné « sur base parfois de méthodes artisanales » . Pour répondre à ces nouveaux besoins, la création d’un Ciel unique européen est lancée. Quels en sont les teneurs et les enjeux ? (I) Si l’espace militaire et l’entraînement des forces restent une prérogative des États, l’utilisation de l’espace aérien est une préoccupation partagée par les civils et les militaires qui doivent travailler ensemble. Mais les préoccupations et les enjeux de ces deux « mondes » semblent parfois très éloignées. Avec le développement de l’Europe de la Défense, se pose ainsi la question de la mise en place d’un ciel militaire européen tenant compte de toute la spécificité de l’aviation militaire, notamment française, à travers l’exemple du drone Harfang (II).

 

Télécharger l’intégralité de l’article en pdf

photo Sirpa Air

photo Sirpa Air

Partager cet article
Repost0
23 juillet 2013 2 23 /07 /juillet /2013 07:30
Paris dispose d’une carte maîtresse même si elle doit être maniée avec prudente : la reprise des 60 Mirage 2000-9. Rafale fighter 11 Jul – source Stéphane Fort

Paris dispose d’une carte maîtresse même si elle doit être maniée avec prudente : la reprise des 60 Mirage 2000-9. Rafale fighter 11 Jul – source Stéphane Fort

 

 

23/07 Par Alain Ruello – LesEchos.fr

 

La France reste bien décidée à vendre 60 Rafale aux Emirats. Mais pour y arriver, elle devra améliorer son offre sur le plan de la coopération industrielle.

 

Même si elle n’a pas réussi à le faire sous l’ère Sarkozy, la France reste bien décidée à vendre 60 Rafale aux Emirats, en surfant sur la relation de confiance retrouvée entre les deux pays. Face à l’Eurofighter poussé par BAE Systems et Londres, Dassault peut arguer de performances supérieures. Pour ce qui est du prix, là encore, le match apparaît favorable à l’avion tricolore comme l’a démontré sa victoire sur son concurrent européen en finale de l’appel d’offres indien.

 

Sur le plan diplomatique, les jeux sont plus équilibrés. Paris est un allié historique du royaume du golfe au point de d’avoir conclu un accord d’auto défense en 2007 assorti de l’implantation d’une base militaire sur place. Mais Londres n’est pas en reste et négocierait un important accord de défense avec son ancien protectorat.

 

Dernier critère qui permettra de départager les deux camps : la coopération industrielle. Sur ce volet, les Britanniques semblent avoir pris une longueur d’avance. « Ils ont beaucoup proposé », reconnaît-on dans le camp français. Lorsque le Rafale était seul en lice, l’avionneur et la DGA avait mis sur la table la possibilité pour les deux pays de partager le coût de certaines améliorations techniques du Rafale. Il va sans doute falloir aller plus loin en associant les industriels locaux.

 

La reprise des 60 Mirage 2000-9

 

In fine, Paris dispose d’une carte maîtresse même si elle doit être maniée avec prudente : la reprise des 60 Mirage 2000-9. A ce stade, Abou Dhabi a fixé la règle suivante, explique-t-on aux « Echos » : celui qui emportera l’affaire devra se charger de revendre ces appareils, dont la moitié va sur ses 30 ans. Comme il s’agit d’un matériel d’armement français, Paris a un droit de veto sur leur réexportation.

 

Pour satisfaire cette règle, BAE a donc besoin d’informations précises – ne serait-ce que pour évaluer le prix de reprise - que Paris refuse évidemment de fournir pour ne pas favoriser le concurrent de Dassault. C’est de bonne guerre. Mais quid si Abou Dhabi devait in fine trancher en faveur de l’Eurofighter ? La France irait-elle jusqu’à bloquer la revente des Mirage et donc tout l’affaire quitte à casser la relation de confiance patiemment retissée ?

 

Pendant ce temps-là, les Américains ne restent pas inactifs. Ils négocient la vente d’une vingtaine de F-16 pour remplacer une partie des 80 exemplaires hors de service, ainsi que l’installation sur toute cette flotte de la liaison de donnée tactique L16 de l’Otan. Il semble également que tout cela s’accompagne d’un gros paquet de missiles air-sol. Avec le bon espoir, qu’à terme, les Emirats remplacent tous ces appareils par des F-35.

Partager cet article
Repost0
22 juillet 2013 1 22 /07 /juillet /2013 19:55
Défense : l'A400M va bientôt atterrir dans l'armée de l'air française

20/07/2013 Michel Cabirol – LaTribune.fr

 

L'A400M a obtenu sa certification militaire, une étape à la livraison du premier A400M à l'armée de l'Air française. Aucune date n'a été en revanche précisée pour la remise du premier appareil de transport militaire à la France.

 

La première livraison de l'A400M à la France vient de franchir un jalon important. Le comité d'experts rassemblant les sept pays du programme, le CQC (certification and qualification committee), a recommandé ce jour la certification militaire de l'avion de transport militaire, qui vient de participer à son premier défilé du 14-Juillet. "L'autorité technique, c'est-à-dire la Direction générale de l'armement (DGA), sera donc en mesure dans les jours prochains d'établir un certificat de type militaire", a précisé le ministère de la Défense dans un communiqué publié vendredi soir. Le comité d'experts, qui comprend un représentant de chaque nation, est présidé par une ingénieure en chef de l'armement de la DGA. "Ce comité a pour mission principale de vérifier la tenue des exigences de sécurité militaire et les performances de l'avion présentées par Airbus Military", a expliqué le ministère. Il s'appuie sur 15 groupes de travail dans tous les domaines concernés : avionique, facteurs humains, guerre électronique, etc...

 

La certification militaire est une des étapes préalables à la livraison du premier A400M à l'armée de l'Air française. Elle s'inscrit dans un processus comprenant également la certification civile qui a été délivrée par l'Agence européenne de la sécurité aérienne (AESA), la qualification militaire qui sera prononcée par l'Organisation conjointe de coopération en matière d'armement (OCCAR), avec l'aval de tous les pays partenaires, et les opérations de réception du premier appareil de série réalisées par la DGA. Pour EADS, c'est la fin d'un long chemin de croix pour ce programme très coûteux (6,2 milliards de dépassements de coûts). « Ce programme ne sera jamais rentable », reconnaît-on au sein du groupe EADS. Mais, en excluant les provisions supportées par EADS (plus de 4 milliards d'euros), les commandes des sept pays membres du programme vont permettre au programme d'être à l'équilibre vers la fin de 2022, explique-t-on dans le groupe. Avec les premières livraisons, en principe entre trois et quatre appareils seront remis en 2013 - trois à la France (juillet, mi-août et peut-être fin décembre, voire début janvier) et un à la Turquie (fin septembre-début octobre) -, l'A400M devrait avoir le potentiel de séduire de nouveaux clients à l'export. « Nous avons déjà un avion mature, assure le président d'Airbus Military, Domingo Urena. Il est prêt, ce n'est plus un projet de papier. Nous avons le bon avion au bon moment ».

 

Entre 50 et 100 appareils vendus dans les dix prochaines années

 

L'avionneur européen compte montrer d'ici à la fin 2013 l'A400M dans le Golfe et en Asie-Pacifique, où l'Australie notamment a exprimé un intérêt. Le patron d'Airbus Military, qui prévoit la vente de 400 d'A400M sur 30 ans, évaluent dans les dix années à venir, entre 50 et 100 appareils vendus sur les marchés export. « Entre 30 et 40 pays pourraient être intéressés par cet appareil », estime-t-il. Mais, auparavant, l'avionneur doit encore développer une version export moins sophistiquée que celle configurée OTAN, qui par exemple des communications cryptées par satellite. "Cet appareil n'a pas été pensé pour l'export, explique-t-il. Nous devons développer des équipements pour le rendre exportable". Seule véritable ombre, le nouveau programme brésilien d'Embraer le KC-390, bien qu'il soit limité par sa charge d'emport (payload), pourrait lui voler une partie du marché en entrée de gamme.

Partager cet article
Repost0
22 juillet 2013 1 22 /07 /juillet /2013 18:30
L’opération CHEVESNE (1984) : une opération de projection de puissance aérienne

15.07.2013 LTT Patricia Golfier Chargée d’étude

Le général de Gaulle déclarait en 1941 : « Les Libanais ont été le seul peuple dont jamais aucun jour le coeur n’a cessé de battre au rythme du coeur de la France ». La France et le Liban partagent une histoire multiséculaire et à travers cet article nous mettrons en lumière une journée très peu évoquée au coeur de la guerre au Liban où la France a su démontrer toute la puissance de son arme aérienne.

Télécharger l’intégralité de l’article au format pdf

Partager cet article
Repost0
22 juillet 2013 1 22 /07 /juillet /2013 11:35
Mer du Japon: les bombardiers stratégiques russes en patrouille

MOSCOU, 17 juillet - RIA Novosti

 

Quatre bombardiers stratégiques russes Tu-95MS ont effectué mercredi une mission de patrouille de quatre heures au-dessus de la mer du Japon dans le cadre de l'exercice militaire d'envergure lancé dans la région militaire de l'Est, a annoncé le ministère russe de la Défense.

 

"Les bombardiers stratégiques russes Tupolev Tu-95MS ont quitté la base aérienne "Ukraïnka" de l'aviation à long rayon d'action pour accomplir une mission de patrouille dans le cadre de l'inspection surprise des troupes de la région militaire de l'Est. Les équipages de quatre bombardiers Tu-95MS se sont entraînés à coopérer avec la Flotte russe du Pacifique dans la recherche de cibles imitant des bâtiments de surface ennemis, ainsi qu'à piloter leurs avions dans une zone sans repères", a indiqué le ministère dans un communiqué.

 

Le vol de patrouille a duré 3 heures et 40 minutes. Les avions ont survolé la mer du Japon dans l'espace aérien russe. "L'Armée de l'air russe effectue tous ses vols en stricte conformité aux normes internationales d'utilisation de l'espace aérien - au-dessus des eaux neutres et sans violer les frontières d'autres Etats", souligne le ministère.

 

La Russie a entamé une série de manœuvres militaires surprises en hiver 2013, pour la première fois depuis la chute de l'URSS. Le commandement des Forces armées russes a déjà testé les troupes des régions militaires du Centre et du Sud, constatant plusieurs problèmes systémiques, selon le chef d'Etat-major général Valeri Guérassimov.

 

L'exercice surprise actuel se déroule du 12 au 20 juillet dans les régions militaires du Centre et de l'Est. Il engage au total, plus de 160.000 militaires, 1.000 chars et véhicules blindés ainsi que 130 avions et hélicoptères et 70 navires militaires.

Partager cet article
Repost0
22 juillet 2013 1 22 /07 /juillet /2013 08:25
Cuba: le navire nord-coréen transportait aussi deux avions de chasse soviétiques

22/07/2013 Par LEXPRESS.fr (AFP)

 

Le navire nord-coréen, arraisonné par les autorités panaméennes alors qu'il quittait Cuba, ne transportait pas seulement des composants de missiles usagés mais aussi deux avions de chasse en état de marche.


 

Les autorités panaméennes ont découvert deux avions de chasse soviétiques MiG-21 à bord du navire nord-coréen intercepté ce mois-ci alors qu'il tentait de passer par le canal de Panama après son départ de Cuba. 

Les avions supersoniques ont été trouvés à côté de missiles et autres pièces d'armement cachées dans une cargaison de sucre, ce qui pourrait constituer une violation des embargos sur la Corée du Nord décidés par l'ONU. Cuba a affirmé que la cargaison ne contient que des armes "obsolètes" que le pays communiste envoyait à son allié nord-coréen pour qu'elles soient rénovées puis renvoyées. 

Les experts de l'ONU sur les sanctions ont prévu de se rendre à Panama pour inspecter la cargaison le 5 août

"Apparemment ces avions étaient utilisés puisqu'ils contenaient du carburant", a déclaré le président Panaméen Ricardo Martinelli pendant une visite dans le port de Manzanillo, où le navire est en train d'être déchargé. L'équipage de 35 hommes du navire baptisé Chon Gang battant pavillon nord-coréen, a été arrêté et pourrait être accusé de trafic d'armes.

Partager cet article
Repost0
21 juillet 2013 7 21 /07 /juillet /2013 09:40
L'exercice Bold Quest doit permettre l'expérimentation de matériels et de procédés

L'exercice Bold Quest doit permettre l'expérimentation de matériels et de procédés

19/07/2013 ASP Emilie Ziane - BA118

 

Mardi 16 juillet, 8h30 heure locale: c’est l’heure du briefing. Sur la base aérienne (BA) 118 de Mont-de-Marsan, la phase de «tests communs» de l’exercice Bold Quest a commencé depuis lundi.

 

Durant toute une semaine, le matériel est vérifié et validé avant l’exercice final, qui se déroulera aux États-Unis, du 4 au 19 septembre 2013. En coordination avec l’USJoint Staff, Bold Quest a pour objectif l’expérimentation dans les missions d’identification, de coordination des feux, d’appui aérien et de cyber défense.

 

Mercredi 17 juillet, 14h30 heure locale: cette fois c’est un avion qui vole au profit de l’exercice. «On teste la transmission des données entre l’alliance sol vers le centre des opérations tactiques puis vers l’avion», explique un commando de l’air.

 

Dans les préfabriqués, l’activité du plateau technique bat son plein. Les téléphones sonnent de tous les côtés. Développeurs, analystes, équipe réseau, industriels: chacun s’applique à remplir la mission qui lui est confiée. Devant les écrans et sur le terrain, sous la chaleur.

 

Si l’armée de l’air participe à cet exercice depuis 2007, le Bold Quest 2013-2 s’annonce bien plus complexe en raison du nombre de nations participantes cette année: la Belgique, l’Allemagne, la Norvège, l’Australie, les Pays Bas, la Suède, l’Italie, la Finlande, le Danemark, la Grande Bretagne, le Canada et les États-Unis.

Tests préparatoires à l'exercice "Bold Quest"

Tests préparatoires à l'exercice "Bold Quest"

Exercice interallié et interarmées, avec un acteur supplémentaire pour l’édition 2013: l’armée de terre, observatrice les autres années, déploie cette fois-ci son matériel et ses systèmes. Elle mettra en œuvre l’outil d’appui aérien numérisé ALLIANCE (applicatif logiciel interopérable d'aide numérique sur calculateur embarqué), et fournira les positions de ses forces terrestres à la coalition.

 

Bold Quest 2013-2 utilisera également plus de technologies et notamment le CID, pour Combat Identification Server. Ce système collecte les différentes positions amies au sol: forces spéciales, armée de l’air et armée de terre. Ces données transmises à l’équipage permettent de différencier les entités dans une zone de combat. Le CID minimise ainsi les tirs fratricides tout en améliorant la performance des forces militaires. La France viendra pour la première fois avec ce matériel.

L'infrastructure et les réseaux ont été testé en grandeur nature

L'infrastructure et les réseaux ont été testé en grandeur nature

Partager cet article
Repost0
21 juillet 2013 7 21 /07 /juillet /2013 09:05
Remise de brevet à un élève-pilote belge

Remise de brevet à un élève-pilote belge

19/07/2013 Armée de l'air

 

Le jeudi 18 juillet 2013, a eu lieu une remise de brevets du personnel navigant sur la base aérienne 705 de Tours. La cérémonie était présidée par le général Néret, du commandement des forces aériennes (CFA). Ce macaronnage concernait les pilotes de chasse français et belges, ainsi que les NOSA (navigateurs officiers systèmes d’armes).

 

Après la revue des troupes, la cérémonie a débuté par des remises de décorations à certains cadres de la base aérienne. Ces récompenses ont une valeur d’exemple pour les plus jeunes, notamment de ceux qui recevaient ce jour-là leur poignard d’officier et leur brevet de pilote ou de navigateur.

 

Au cours de la cérémonie, six lieutenants français, deux marins et cinq adjudants belges ont reçu leur brevet de pilote de chasse. Des brevets de NOSA ont également été remis à trois lieutenants français. Enfin, cinq d’entre eux se sont vus remettre leur poignard d’officier, marquant leur entrée dans ce corps et rappelant leur engagement à servir la France.

Remise de brevet à un élève français

Remise de brevet à un élève français

Il s’agissait du dernier macaronnage des élèves pilotes belges à Tours. Depuis la création de l’AJeTS en 2004, une cinquantaine d’entre eux avaient été formés à la BA 705. La phase III de leur formation sera désormais assurée sur la base aérienne de Cazaux.

La cérémonie de remise de brevet marque un moment crucial dans la carrière de ces jeunes navigants

La cérémonie de remise de brevet marque un moment crucial dans la carrière de ces jeunes navigants

Partager cet article
Repost0
21 juillet 2013 7 21 /07 /juillet /2013 07:55
A400M photo RP Defense

A400M photo RP Defense

20/07/2013 Michel Cabirol – LaTribune.fr

 

L'A400M a obtenu sa certification militaire, une étape à la livraison du premier A400M à l'armée de l'Air française. Aucune date n'a été en revanche précisée pour la remise du premier appareil de transport militaire à la France.

 

La première livraison de l'A400M à la France vient de franchir un jalon important. Le comité d'experts rassemblant les sept pays du programme, le CQC (certification and qualification committee), a recommandé ce jour la certification militaire de l'avion de transport militaire, qui vient de participer à son premier défilé du 14-Juillet. "L'autorité technique, c'est-à-dire la Direction générale de l'armement (DGA), sera donc en mesure dans les jours prochains d'établir un certificat de type militaire", a précisé le ministère de la Défense dans un communiqué publié vendredi soir. Le comité d'experts, qui comprend un représentant de chaque nation, est présidé par une ingénieure en chef de l'armement de la DGA. "Ce comité a pour mission principale de vérifier la tenue des exigences de sécurité militaire et les performances de l'avion présentées par Airbus Military", a expliqué le ministère. Il s'appuie sur 15 groupes de travail dans tous les domaines concernés : avionique, facteurs humains, guerre électronique, etc...

 

Défense : l'A400M va bientôt atterrir dans l'armée de l'air française

La certification militaire est une des étapes préalables à la livraison du premier A400M à l'armée de l'Air française. Elle s'inscrit dans un processus comprenant également la certification civile qui a été délivrée par l'Agence européenne de la sécurité aérienne (AESA), la qualification militaire qui sera prononcée par l'Organisation conjointe de coopération en matière d'armement (OCCAR), avec l'aval de tous les pays partenaires, et les opérations de réception du premier appareil de série réalisées par la DGA. Pour EADS, c'est la fin d'un long chemin de croix pour ce programme très coûteux (6,2 milliards de dépassements de coûts). « Ce programme ne sera jamais rentable », reconnaît-on au sein du groupe EADS. Mais, en excluant les provisions supportées par EADS (plus de 4 milliards d'euros), les commandes des sept pays membres du programme vont permettre au programme d'être à l'équilibre vers la fin de 2022, explique-t-on dans le groupe. Avec les premières livraisons, en principe entre trois et quatre appareils seront remis en 2013 - trois à la France (juillet, mi-août et peut-être fin décembre, voire début janvier) et un à la Turquie (fin septembre-début octobre) -, l'A400M devrait avoir le potentiel de séduire de nouveaux clients à l'export. « Nous avons déjà un avion mature, assure le président d'Airbus Military, Domingo Urena. Il est prêt, ce n'est plus un projet de papier. Nous avons le bon avion au bon moment ».

 

Entre 50 et 100 appareils vendus dans les dix prochaines années

 

L'avionneur européen compte montrer d'ici à la fin 2013 l'A400M dans le Golfe et en Asie-Pacifique, où l'Australie notamment a exprimé un intérêt. Le patron d'Airbus Military, qui prévoit la vente de 400 d'A400M sur 30 ans, évaluent dans les dix années à venir, entre 50 et 100 appareils vendus sur les marchés export. « Entre 30 et 40 pays pourraient être intéressés par cet appareil », estime-t-il. Mais, auparavant, l'avionneur doit encore développer une version export moins sophistiquée que celle configurée OTAN, qui par exemple des communications cryptées par satellite. "Cet appareil n'a pas été pensé pour l'export, explique-t-il. Nous devons développer des équipements pour le rendre exportable". Seule véritable ombre, le nouveau programme brésilien d'Embraer le KC-390, bien qu'il soit limité par sa charge d'emport (payload), pourrait lui voler une partie du marché en entrée de gamme

Partager cet article
Repost0
21 juillet 2013 7 21 /07 /juillet /2013 07:30
Déploiement de l’exercice - 17 Juillet 2013

Déploiement de l’exercice - 17 Juillet 2013

20 juillet 20, 2013 Tsahal.fr

 

Demain matin (21/07/2013), le Commandement des forces des Etats-Unis en Europe (EUCOM) et Tsahal commenceront "Juniper Stallion 13", un exercice aérien conjoint qui se tient entre les Etats-Unis et les forces aériennes israéliennes.

 

L'exercice durera environ deux semaines et fait partie des formations régulières entre les deux nations.

 

"Juniper Stallion 13" est un exercice conjoint combiné, mettant en pratique les avions F-15/F-16, destiné à améliorer l'interopérabilité et la coopération entre les Etats-Unis et les forces aériennes israéliennes. "JS13" est un exercice annuel qui est prévu depuis plus d'un an.

Déploiement de l’exercice - 17 Juillet 2013

Déploiement de l’exercice - 17 Juillet 2013

Partager cet article
Repost0
19 juillet 2013 5 19 /07 /juillet /2013 11:35
photo Livefist

photo Livefist

15/07/2013 Helen Chachaty - journal-aviation.com

 

Pilatus a annoncé que la formation de l’armée de l’air indienne sur PC-7 MkII avait débuté le 8 juillet dernier à l’Indian Air Force Academy de Dundigal. Ce sont pour l’instant huit « cadets » qui participent à la formation.

 

L’industriel suisse Pilatus et l’Indian Air Force avaient signé un contrat en mai 2012 pour la fabrication et la livraison de 75 avions d’entraînement basique PC-7 MkII, pour plus de 400 millions d’euros. Quatorze avions ont été livrés depuis, l’admission au service actif ayant elle été prononcée le 31 mai dernier.

 

Le Pilatus PC-7 MkII est en service depuis 1994. Motorisé par un PT6A-25C de Pratt & Whitney, l’avion d’entraînement basique partage la même cellule et le même système avionique que le PC-9M.

Partager cet article
Repost0
19 juillet 2013 5 19 /07 /juillet /2013 11:35
photo Livefist

photo Livefist

15/07/2013 Helen Chachaty - journal-aviation.com

 

Pilatus a annoncé que la formation de l’armée de l’air indienne sur PC-7 MkII avait débuté le 8 juillet dernier à l’Indian Air Force Academy de Dundigal. Ce sont pour l’instant huit « cadets » qui participent à la formation.

 

L’industriel suisse Pilatus et l’Indian Air Force avaient signé un contrat en mai 2012 pour la fabrication et la livraison de 75 avions d’entraînement basique PC-7 MkII, pour plus de 400 millions d’euros. Quatorze avions ont été livrés depuis, l’admission au service actif ayant elle été prononcée le 31 mai dernier.

 

Le Pilatus PC-7 MkII est en service depuis 1994. Motorisé par un PT6A-25C de Pratt & Whitney, l’avion d’entraînement basique partage la même cellule et le même système avionique que le PC-9M.

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories