Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
10 juillet 2013 3 10 /07 /juillet /2013 07:30
Formation mixte composée de deux Rafale francais (1er plan) et de deux Typhoon britanniques

Formation mixte composée de deux Rafale francais (1er plan) et de deux Typhoon britanniques

Jul 9, 2013 Awad Mustafa - thenational.ae

 

ABU DHABI // UAE Air Force chiefs are this week meeting with a European defence consortium as part of a possible deal to buy 60 of their fighter jets.

 

Representatives from BAE Systems, Eads, Eurojet and MBDA, the companies behind the Eurofighter Typhoon, have been locked in discussions with Air Force officials this week.

 

Tony Gilchrist, BAE Systems' vice president for air programmes who is leading discussions on behalf of the consortium, said: "We have been in dialogue for several months with the Air Force.

 

"We have also started talking with the Department of General Procurement at the Air Force and the discussions are in a good place, amicable and there is a mutual understanding between us."

 

The UAE has been in talks with a number of nations to procure advanced multi-role aircraft, including the French manufacturer Dassault for its Rafale fighter.

 

Mr Gilchrist, in Abu Dhabi to attend the Tawazun Economic Council and BAE Systems industrial workshop, said the UAE Air Force's demands for the new jets included installing sophisticated weapons systems.

 

"What is being discussed is the most advanced Typhoon when compared to the existing fleet or any orders that have been made," he said. "An extremely capable and very advanced fighter jet has been asked of us by the Air Force."

 

Alan Sparkes, the director of cooperative programmes at MBDA, the missile systems maker for the Eurofighter, said the UAE's requirements included the most advanced weapons in the world placed together in one aircraft.

 

"These capabilities include a beyond visual range air-to-air missile with high accuracy," Mr Sparkes said.

 

Although the demands put forward by the UAE are challenging, Mr Gilchrist said he was confident they could be delivered.

 

"The UAE Air Force's capability requirements are highly ambitious but deliverable because of the strength of the European partnership and its expertise," he said.

 

There are more than 700 Typhoons in air forces around the world, with 571 aircraft on order by seven nations including Saudi Arabia and Oman.

 

Part of ongoing discussions in the fighter deal is training, education and technology transfer with the UAE, Mr Gilchrist said.

 

BAE Systems Middle East and Africa and Khalifa University in Abu Dhabi already operate a programme to train students.

 

A major structural component of the jets will be developed by UAE company Tawazun Precision Industries.

 

"We are trying to get kids straight out of school into apprenticeships within our consortium," said Mr Gilchrist.

 

"Education and training in technology, aerospace and engineering for Emiratis is a key focus for us."

 

He added that the consortium is looking for Emiratis to form part of a highly capable workforce to participate in research and development.

 

Saif Al Hajeri, chief executive of Tawazun Economic Council, said its strategy was aligned with the UAE's vision for economic diversification and aimed to develop technology transfer from leading experts to help build national capabilities.

 

"Through such forums, TEC aims to provide a platform to both local industry and international partners to communicate best practices, to exchange knowledge, and to look into potential strategic initiatives and cooperation opportunities," Mr Al Hajeri said.

photo Livefist

photo Livefist

This year the Eurofighter lost out to Rafale over a US$10 billion (Dh36.7bn) contract in India for 126 jet fighters.

 

Mr Gilchrist said that despite the Rafale being given the L1 rating by the Indian ministry of defence, which means they would be first to present and offer a contract, his company was closely watching the negotiations between Dassault and the Indian government.

 

"If the L1, Rafale, is not able to fulfil the negotiation demands, then Eurofighter would be given the chance," he said.

 

"We are still optimistic in India. This is by no way a done deal for our French friends. We are ready to re-enter discussions."

photo Jean Ponsignon AerobuzzFr

photo Jean Ponsignon AerobuzzFr

Note defense-aerospace.com

French Defense Minister Jean-Yves Le Drian completed a two-day visit to the UAE on July 8, during which he lobbied in favor of the Dassault Aviation Rafale and other equipment being negotiated by French companies: two observation satellites worth 500 million euros (Astrium and Thales Alenia Space), 700 VBCI wheeled armored vehicles, as well as Thales air-defense radars.

However, according to the French news website La Tribune, Le Drian’s main goal was to convince Abu Dhabi’s Crown Prince, Sheik Mohamed Ben Zayed Al-Nahyan, to buy the Rafale as a replacement for the UAE air force’s Mirage 2000-5 fighters.
French sources say the UAE is using Eurofighter talks as a negotiating ploy to obtain a lower price, and express confidence that Rafale still has a good chance to win the UAE’s 60-aircraft contr
act.

Partager cet article
Repost0
9 juillet 2013 2 09 /07 /juillet /2013 11:50
Berlin prévoit une décision début 2014 sur l'Eurofighter

08/07 LesEchos.fr (Reuters)

 

L'Allemagne, l'Espagne, l'Italie et la Grande-Bretagne prendront sans doute début 2014 une décision sur la dernière tranche de leur commande de chasseurs Eurofighter, a déclaré lundi un porte-parole du ministère de la Défense après avoir confirmé que le coût de l'appareil avait augmenté.

 

L'Allemagne a pour l'instant pris livraison de 101 exemplaires de l'avion de combat et prévoit de porter sa flotte à 108 unités d'ici la fin de l'année, sur un total de 143 commandés.

 

Une éventuelle dernière tranche n'est soumise à aucune obligation contractuelle.

 

"Nous discutons évidemment avec nos partenaires mais nous n'avons pas encore pris de décision. Les discussions vont continuer dans le courant de cette année et je pense que d'ici le début de l'an prochain, nous serons en mesure de prendre une décision", a dit le porte-parole.

Partager cet article
Repost0
8 juillet 2013 1 08 /07 /juillet /2013 18:35
S. Korea Temporarily Suspends Bidding for Next-Generation Fighter Jet Program

July 5, 2013 Source: Yonhap

 

SEOUL --- South Korea has temporarily suspended bidding for its next-generation fighter jet project, mainly due to none of the contenders meeting the preset budget limit, the state arms procurer said Friday.

 

South Korea is pushing to buy 60 fighter jets to replace its aging fleet of F-4 and F-5 jets starting from 2017. Vying for the project are Boeing's F-15 Silent Eagle; Lockheed Martin's F-35 stealth jet; and the Eurofighter Tranche 3 Typhoon from the European Aerospace Defense and Space Company (EADS).

Partager cet article
Repost0
6 juillet 2013 6 06 /07 /juillet /2013 11:45
Opération Serval : intervention du Casa "Nurse"

 

06/07/2013 Sources : EMA

 

Le 2 juillet 2013, l’avion Casa médicalisé stationné sur l’aéroport de Gao est intervenu au profit d’un militaire français souffrant d’une appendicite sur le camp de Tessalit. L’équipage du « Casa nurse » revient sur cette évacuation sanitaire.

 

« J’ai été contacté à 13h40 par le PECC (Patient Evacuation Coordination Cell) pour une demande d’évacuation sanitaire à Tessalit. Il s’agissait d’aller récupérer un patient souffrant d’une appendicite aigue. 30 minutes plus tard nous avons décollé de Gao, emmenant pour l’occasion du fret destiné aux soldats installés dans le nord du Mali ». Le « Casa nurse » profite en effet de ses missions ponctuelles pour acheminer du matériel, rationalisant ainsi les flux logistiques caractérisés par des élongations importantes entre les différentes emprises de Serval.

 

Opération Serval : intervention du Casa "Nurse"

« Après 1h25 de vol, nous avons atterri à Tessalit, dans l’Adrar des Ifoghas. Nous avons immédiatement pris en charge le patient qui était en bon état général, avec un peu de température mais une bonne tension, un bon pouls et une bonne tolérance à la douleur ».

Une fois le patient installé le plus confortablement possible sur sa couchette, « ce qui dans l’avion n’est finalement pas une évidence » avoue le médecin, l’équipe médicale composée de ce dernier, d’un infirmier et d’une convoyeuse de l’air, assure une surveillance et un relevé des paramètres de l’état du malade. Dans ce cas précis toutes les 30 minutes, un diagnostic est réalisé.

Opération Serval : intervention du Casa "Nurse"

« La plus-value du « Casa nurse » est d’apporter le maximum de confort possible à l’évacuation sanitaire. Mais surtout, sur le plan médical, cela nous permet de bien surveiller le patient et éventuellement d’ajouter un traitement à la douleur si cela s’avère nécessaire » précise le médecin principal Isabelle.

Opération Serval : intervention du Casa "Nurse"

A 17h30, l’avion a atterri à l’aéroport de Gao, soit un peu moins de 4 heures après le déclenchement de l’intervention : « Le fait de gagner des délais au départ est très important car cela conditionne l’arrivée du patient au bloc opératoire. Plus nous partons rapidement et plus nous sommes utiles et efficaces. Le contrat est d’être prêt en moins d’une heure, donc un départ en 30 minutes c’est plutôt bien » note le médecin Isabelle avant de conclure : « Je suis allée voir le patient ce matin, il va très bien. L’opération réalisée à l’antenne chirurgical avancée (ACA) une heure après l’atterrissage s’est parfaitement déroulée. Un peu triste de laisser ses camarades derrière lui mais en bonne santé, il prépare désormais son retour en France dans les jours à venir ».

 

Seul avion médicalisé de ce type déployé sur un théâtre d’opérations, le « Casa Nurse » de Gao a effectué 18 missions médicales depuis le 20 mai, dont 4 en moins d’une heure. A l’équipe médicale s’ajoute un pilote, un co-pilote, un mécanicien navigant et un mécanicien.

 

Environ 3200 militaires français sont actuellement présents sur le sol malien et poursuivent leurs missions de sécurisation visant à affaiblir durablement les groupes terroristes ainsi qu’à poursuivre le transfert progressif de la zone aux contingents africains de la MINUSMA.

Partager cet article
Repost0
5 juillet 2013 5 05 /07 /juillet /2013 11:40
Su-30SM Fighter source Ria Novisti

Su-30SM Fighter source Ria Novisti

MOSCOU, 4 juillet - RIA Novosti

 

L'usine d'optique et de mécanique de l'Oural a conçu un nouveau capteur de précision pour les avions, muni d'une caméra thermique, d'un télémètre laser et d'une optique de haute définition qui assure la détection des cibles le jour et la nuit même dans des conditions météorologiques défavorables. Cet équipement est suspendu sous le fuselage ou une aile de l'avion et transmet l'image directement dans le cockpit. Selon les experts ce capteur pourrait non seulement devenir une sorte de lunette de précision pour les pilotes mais aussi rétablir la position de la Russie sur le marché international des armements, écrit jeudi le quotidien Izvestia.

 

"L'usine d'optique et de mécanique de l'Oural en est aujourd’hui au stade des essais. Les travaux devraient s'achever d'ici la fin de l'année, après quoi cet équipement sera transmis aux forces aériennes qui lanceront leur propres tests", rapporte une source bien informée du complexe militaro-industriel.

 

Selon lui, ce dispositif sera fourni non seulement aux forces aériennes russes mais aussi aux pays dont les armées sont équipées d'avions russes. Auparavant, l'absence de cette technologie obligeait les producteurs à fournir aux clients étrangers des avions munis de systèmes français.

 

Une source des forces aériennes russes indique que cet équipement permettra au pilote de frapper des cibles terrestres avec une précision au centimètre.

 

"Il s'agit de fait d'une lunette de précision capable de fonctionner dans n'importe quelles conditions météorologique. En plus de l’optique et de la caméra thermique, le capteur est muni d'un laser qui projette un point de lumière sur la cible choisie par le pilote. Les systèmes de guidage des bombes et des missiles utilisent ensuite ce point pour corriger leur trajectoire de vol", explique cet officier des forces aériennes russes.

 

Selon lui ce capteur pourrait équiper le Su-30 car ce dernier est le seul chasseur russe muni d’écrans liés au système électronique conjoint du capteur et de l'avion. Cet appareil biplace permet aux pilotes d'utiliser ce capteur tout en pilotant l'avion de manière efficace.

 

"C’est la deuxième tentative de créer des lunettes de tir suspendues pour les forces aériennes. L'usine d'optique et de mécanique de l'Oural a déjà conçu il y a quelques années le Sapsan pour les Su-27 et les Su-25. Des problèmes techniques ont cependant empêché sa production en série", souligne-t-il.

 

Les représentants de l'usine d'optique et de mécanique de l'Oural se sont abstenus de tout commentaire, mettant en avant le caractère secret des travaux.

 

Anton Lavrov, expert militaire indépendant et coauteur du livre La Nouvelle armée russe, a indiqué à Izvestia que les avions modernes d’attaque, sont en grande majorité, équipés de tels systèmes.

 

"C'est le moyen le plus économique de transformer un chasseur possédant des capacités limitées de frappe sur terre en chasseur-bombardier polyvalent dans toutes les conditions météorologiques. Un bon exemple est l'américain F-15E Strike Eagle. La guerre du Golfe a démontré que sans son capteur Lantirn il s'agissait simplement d'un chasseur biplace tout à fait ordinaire et même, pas très performant. Toutefois, cet outil de précision a fait de lui l'appareil le plus demandé des forces aériennes américaines en matière de frappe sur des cibles terrestres", raconte-t-il.

 

Selon lui, la Russie cède actuellement du terrain sur le marché de la modernisation du matériel militaire.

 

"Partout dans le monde il y a beaucoup d'avions soviétiques obsolètes tels que Su-25, Su-22, MiG-21, MiG-23 etc. Les pays qui possèdent ces appareils n'ont pas de fonds pour acquérir de nouveaux avions et ils donc s'adressent à d'autres Etats pour les moderniser. Par exemple, Israël a modernisé les Su-25 géorgiens. Les Français le font également. Le nouveau capteur permettra à l'industrie russe de concurrencer Israël et la France car elle sera en mesure de moderniser efficacement des avions obsolètes pour une somme relativement peu importante", conclut Anton Lavrov.

Partager cet article
Repost0
5 juillet 2013 5 05 /07 /juillet /2013 11:40
Su-30SM Fighter source Ria Novisti

Su-30SM Fighter source Ria Novisti

MOSCOU, 4 juillet - RIA Novosti

 

L'usine d'optique et de mécanique de l'Oural a conçu un nouveau capteur de précision pour les avions, muni d'une caméra thermique, d'un télémètre laser et d'une optique de haute définition qui assure la détection des cibles le jour et la nuit même dans des conditions météorologiques défavorables. Cet équipement est suspendu sous le fuselage ou une aile de l'avion et transmet l'image directement dans le cockpit. Selon les experts ce capteur pourrait non seulement devenir une sorte de lunette de précision pour les pilotes mais aussi rétablir la position de la Russie sur le marché international des armements, écrit jeudi le quotidien Izvestia.

 

"L'usine d'optique et de mécanique de l'Oural en est aujourd’hui au stade des essais. Les travaux devraient s'achever d'ici la fin de l'année, après quoi cet équipement sera transmis aux forces aériennes qui lanceront leur propres tests", rapporte une source bien informée du complexe militaro-industriel.

 

Selon lui, ce dispositif sera fourni non seulement aux forces aériennes russes mais aussi aux pays dont les armées sont équipées d'avions russes. Auparavant, l'absence de cette technologie obligeait les producteurs à fournir aux clients étrangers des avions munis de systèmes français.

 

Une source des forces aériennes russes indique que cet équipement permettra au pilote de frapper des cibles terrestres avec une précision au centimètre.

 

"Il s'agit de fait d'une lunette de précision capable de fonctionner dans n'importe quelles conditions météorologique. En plus de l’optique et de la caméra thermique, le capteur est muni d'un laser qui projette un point de lumière sur la cible choisie par le pilote. Les systèmes de guidage des bombes et des missiles utilisent ensuite ce point pour corriger leur trajectoire de vol", explique cet officier des forces aériennes russes.

 

Selon lui ce capteur pourrait équiper le Su-30 car ce dernier est le seul chasseur russe muni d’écrans liés au système électronique conjoint du capteur et de l'avion. Cet appareil biplace permet aux pilotes d'utiliser ce capteur tout en pilotant l'avion de manière efficace.

 

"C’est la deuxième tentative de créer des lunettes de tir suspendues pour les forces aériennes. L'usine d'optique et de mécanique de l'Oural a déjà conçu il y a quelques années le Sapsan pour les Su-27 et les Su-25. Des problèmes techniques ont cependant empêché sa production en série", souligne-t-il.

 

Les représentants de l'usine d'optique et de mécanique de l'Oural se sont abstenus de tout commentaire, mettant en avant le caractère secret des travaux.

 

Anton Lavrov, expert militaire indépendant et coauteur du livre La Nouvelle armée russe, a indiqué à Izvestia que les avions modernes d’attaque, sont en grande majorité, équipés de tels systèmes.

 

"C'est le moyen le plus économique de transformer un chasseur possédant des capacités limitées de frappe sur terre en chasseur-bombardier polyvalent dans toutes les conditions météorologiques. Un bon exemple est l'américain F-15E Strike Eagle. La guerre du Golfe a démontré que sans son capteur Lantirn il s'agissait simplement d'un chasseur biplace tout à fait ordinaire et même, pas très performant. Toutefois, cet outil de précision a fait de lui l'appareil le plus demandé des forces aériennes américaines en matière de frappe sur des cibles terrestres", raconte-t-il.

 

Selon lui, la Russie cède actuellement du terrain sur le marché de la modernisation du matériel militaire.

 

"Partout dans le monde il y a beaucoup d'avions soviétiques obsolètes tels que Su-25, Su-22, MiG-21, MiG-23 etc. Les pays qui possèdent ces appareils n'ont pas de fonds pour acquérir de nouveaux avions et ils donc s'adressent à d'autres Etats pour les moderniser. Par exemple, Israël a modernisé les Su-25 géorgiens. Les Français le font également. Le nouveau capteur permettra à l'industrie russe de concurrencer Israël et la France car elle sera en mesure de moderniser efficacement des avions obsolètes pour une somme relativement peu importante", conclut Anton Lavrov.

Partager cet article
Repost0
5 juillet 2013 5 05 /07 /juillet /2013 08:35
Exercice Tactical La Fayette Week dans le sud de la France

05/07/2013 Armée de l'air

 

Du 20 au 27 juin 2103, l’escadron de chasse 2/4 «La Fayette» a participé à l’exercice Tactical La Fayette Week (TLW) organisé par le centre opérationnel des forces aériennes stratégiques (COFAS).

 

Cet exercice vise à entraîner dans un environnement réaliste les équipages aux différentes phases tactiques d’une mission aérienne complexe. Au programme, des phases de ravitaillement en vol, de pénétration basse et moyenne altitudes, et de combat aérien en vol dans le respect le plus strict des règles de sécurité aérienne du temps de paix.

 

Les avions ont évolué dans la zone d’entraînement aérienne la plus étendue de France, qui couvre tout l’espace maritime entre Perpignan et Solenzara, en Corse. Cette zone, l’une des plus grandes en Europe, offre de très belles possibilités d’entraînement (vitesse supersonique, vol très basse altitude…). L’emploi de moyens de conduite modernes tels Stradivarius (outil de visualisation en temps réel de la situation aérienne) a favorisé l’optimisation des moyens aériens dédiés à TLW.

 

Au bilan, l’exercice a totalisé 137 sorties en 9 raids aériens composés de 15 à 25 chasseurs. Le nombre des acteurs révèle également le succès de TLW : Mirage 2000N, Rafale, Mirage 2000-5, Mirage 2000D, Mirage F1, Alphajet, avions ravitailleurs C135 et un avion radar E3-F. TLW se caractérise aussi par sa dimension interarmées avec la participation de Rafale de la flotille 11F de la marine nationale, mais également une dimension interalliée avec la présence d’Eurofighter espagnols et italiens, de F18 espagnols et de Tornado britanniques. Enfin, par son action, le centre de détection et de contrôle de Lyon Mont-Verdun a permis de donner toute sa dimension à cet exercice.

Partager cet article
Repost0
4 juillet 2013 4 04 /07 /juillet /2013 12:20
Un C-18 lors de la mission en Libye en mars 2012 Photo PC

Un C-18 lors de la mission en Libye en mars 2012 Photo PC

03 juillet 2013 Daniel Proussalidis - .journaldemontreal.com(QMI)

 

Les fabricants de chasseurs doivent soumettre une évaluation des avantages industriels comme remplaçants potentiels des CF-18 des Forces canadiennes.

 

OTTAWA – Les manufacturiers d’avions de combat ont jusqu’à vendredi pour terminer leurs devoirs et présenter les coûts de leurs appareils comme remplaçants potentiels des CF-18 des Forces canadiennes.

 

En outre, d’ici au 2 août 2013, les fabricants de chasseurs doivent soumettre au gouvernement fédéral une évaluation des avantages industriels que leur avion procurerait au Canada.

 

Un rapport de la firme KPMG avait évalué à 46 milliards $ sur 42 ans les coûts associés à l’achat, à l’exploitation et à l’entretien d’une flotte de F-35 de Lockheed Martin.

 

Ottawa veut obtenir des manufacturiers, incluant Lockheed Martin, les coûts d’acquisition et d’exploitation sur une base horaire et une évaluation des coûts d’entretien de leur flotte d'avions entre 2020 et 2050.

 

Boeing doit remplir un formulaire pour son appareil Super Hornet tandis que Dassault Aviation, de la France, répond au nom de son Rafale et le consortium Eurofighter au nom de son Typhoon.

Partager cet article
Repost0
3 juillet 2013 3 03 /07 /juillet /2013 15:30
Campagne de tir Rafale - Koron  photo SGT CONGINI - FFDj

Campagne de tir Rafale - Koron photo SGT CONGINI - FFDj

03/07/2013 Michel Cabirol – LaTribune.fr

 

Le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, se rend aux Emirats Arabes Unis, pour une visite de deux jours. Le match Rafale-Eurofighter se joue en partie dans les coulisses diplomatiques. Entre Londres et Paris, la guerre fait rage.

 

C'est l'un des duels aériens les plus féroces du moment : quel est l'avion de combat - Rafale contre Eurofighter - qui équipera l'armée de l'air des Emirats Arabes Unis (EAU). Surtout c'est un duel entre deux capitales européennes, Paris et Londres, qui se livrent une guerre diplomatique totale. C'est dans ce contexte que le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, effectue une nouvelle visite très consistante de deux jours aux Emirats en fin de semaine, du samedi 6 au lundi 8 juillet. Lors du dernier salon de défense à IDEX en février, le ministre français a su nouer une bonne relation avec l'homme fort des Emirats, le prince héritier cheikh Mohamed Bin Zayed Al Nahyan, principal décideur en matière de coopérations militaires, d'achats d'armement, d'énergie et de culture (La Sorbonne, Le Louvre). Les deux hommes ont notamment partagé un déjeuner simple en dehors d'un cadre protocolaire strict, ce qui leur avait permis de discuter librement du Rafale... et d'autres dossiers de coopérations entre la France et les Emirats. Bref, le "fit" est passé... Le nouveau PDG de Dassault Aviation, Eric Trappier, qui connait bien les Emirats pour y avoir vendu 30 Mirages 2000-9 en 1998, dispose depuis le salon IDEX d'une "road map claire pour travailler" de la part de Cheikh Mohamed.

A Jean-Yves Le Drian de conforter cette bonne relation ce week end.  Le président de la République avait reçu avec tous les honneurs en juillet 2012 au Palais de l'Elysée, Son Altesse cheikh Mohamed Bin Zayed Al Nahyan, qui sera, sauf accident, le prochain émir d'Abu Dhabi et le prochain président des EAU, à l'occasion d'une visite qu'il effectuait en France. C'est aussi l'interlocuteur privilégié de Paris en général, et des groupes de défense tricolores en particulier. Enfin, François Hollande avait maintenu une visite importante en janvier dernier aux Emirats en dépit du début de l'intervention militaire française au Mali. La relation entre la France et les Emirats est une relation mure et approfondie par des années de coopérations. Elle n'est surtout pas une relation au coup par coup en fonction des contrats commerciaux.

 

Optimisme de BAE Systems

Londres joue également sa partition sur le plan diplomatique et industriel. BAE Systems intensifie ses campagnes Eurofighter à l'export face au Rafale. Au salon du Bourget, BAE Systems, qui dirige la campagne commerciale du consortium Eurofighter GmbH (outre le britannique, EADS et l'italien Finmeccanica en font partie) aux Emirats a fait preuve d'un réel optimisme pour l'Eurofighter. Le groupe britannique, qui a distillé à la plupart des interloculeurs rencontrés un souffle d'euphorie, espère une décision cette année des EAU en faveur de l'Eurofighter Typhoon, très fortement soutenu par le Premier ministre britannique David Cameron, pour un contrat portant sur le remplacement d'au moins 60 Mirage 2000-9, un avion qui a particpé à l'opération Harmattan en Libye.

Pour quelles raisons les Britanniques entretiennent-ils un tel optimisme ? Info ou Intox ? Méthode coué ? Plusieurs raisons à cela. Car Londres croit en son étoile aux Emirats même si le duel Rafale/Eurofighter a toujours tourné en faveur de l'avion français. Une pierre dans le jardin britannique. Et ce d'autant que selon le vice-président d'une division de Selex (groupe Finmeccanica), Chris Bushell, le carnet de commandes de l'Eurofighter Typhoon à l'export se tarira si le Royaume-Uni, l'Allemagne, l'Italie et l'Espagne ne parachèvent pas leur accord de financement en faveur d'un système de radar à balayage électronique... dont le Rafale est déjà équipé.

 

La Reine VRP de l'Eurofighter

Sur le plan diplomatique, Londres a mis les petits plats dans les grands quand elle a reçu le président des EAU, l’Emir d’Abu Dhabi et commandant suprême des forces armées, cheikh Khalifa Bin Zayed Al Nahyan, qui a effectué une visite d’Etat de quatre jours en Grande- Bretagne fin avril-début mai. Même la reine Elisabeth II a été "mise à contribution, personnellement, pour mieux réussir l’opération de séduction en direction de la classe dirigeante émiratie, et pour appuyer les approches officielles et commerciales au profit des industriels britanniques", avait écrit la revue Middle East Strategic Perspectives. Cheikh Khalifa, qui détient les cordons de la bourse aux Emirats, a été sensible à cet accueil.

Surtout, Londres compte sur le traité entre la Grande-Bretagne et les Emirats pour remporter la victoire. La signature d'un contrat Eurofighter dont le montant est évalué à 10 milliards de dollars, enverrait, selon les Britanniques, un signal très positif sur la relation stratégique entre les deux pays. Dans ce cas-là, Londres installerait une base aérienne à Al-Minhad.

Partager cet article
Repost0
3 juillet 2013 3 03 /07 /juillet /2013 12:50
EATT13: High Satisfaction among Participants
Zaragoza | Jul 02, 2013 European Defence Agency
 

EATT13 received outstanding testimony from its 350 participants. 65% participated in an evaluation survey and 99% of them stated that they would recommend participation in next year’s EATT to their colleagues; 96% found the flying event valuable for them. On a scale from 1 (negative) to 5 (positive), overall rating of EATT13 was at 3,9 which shows high satisfaction regarding the event.

 

In total, EATT13 included 350 aircrew and ground personnel from eight nations on twelve aircraft. During the two weeks training period, 112 sorties in increasing complexity were carried out. Due to bad weather and technical malfunctions, this number stays below the planned 143 sorties but well above the 98 from EATT12. 435 paratroopers were dropped and all static line and bundle drops were executed. Most importantly, almost all training requirements were met with a very high success ratio.

For 2014, two events are planned for which already potentially 16 participating nations indicated interest in participating. “EATT was an extremely successful flying event. We were able to provide the necessary framework to allow nations to fulfill their training requirements. Congratulations to all of you and see you in 2014”, said Laurent Donnet, EDA Assistant Capability Manager Manœuvre and Deputy Exercise Director at the closing of EATT13.

 

More information:

 

Partager cet article
Repost0
3 juillet 2013 3 03 /07 /juillet /2013 12:30
photo Lockheed Martin

photo Lockheed Martin

July 2, 2013 by Arie Egozi - FG

 

Tel Aviv - Rafael is in the advanced stage of work on the unique communications systems that will be installed in the Lockheed Martin F-35s to be operated by the Israeli air force.

 

Specific details of the system are highly classified, but the enhancement has been described by one Israeli source as a "big leap in airborne communications".

 

The equipment will combine some systems that Rafael has developed in recent years, including an airborne datalink system, which the company says provides the ability to accurately process and distribute real-time information to all airborne and ground units and provide total visibility in the theatre of operations. The technology also guarantees reliable, simultaneous, multi-channel voice, data, imagery and video transmissions, it says.

 

Israel's communications systems for the F-35 will also include elements of Rafael's software-defined communication system. This is designed to enable fast wideband connection between manned aircraft, unmanned air systems and their ground control stations. The equipment will allow the fighter to keep its stealth capabilities in "a variety of fighting modes", says a company source.

 

Rafael is also adapting some of its air-to-air and air-to-surface weapon system to be carried within the F-35's internal weapons bays.

 

Israel is due to receive the first of its currently contracted 20 conventional take-off and landing F-35As in 2017.

Partager cet article
Repost0
3 juillet 2013 3 03 /07 /juillet /2013 11:30
Photo Alenia Aermacchi

Photo Alenia Aermacchi

July 2, 2013 by Arie Egozi – FG

 

Tel Aviv - The Israeli air force is to name its Alenia Aermacchi M-346 advanced jet trainer the 'Lavi', re-using the name previously carried by the Israel Aerospace Industries (IAI) fighter developed in the 1980s and scrapped because of heavy US opposition.

 

The first of 30 M-346s is due to be delivered to Israel in 2014, with its arrival expected to transform the air force's fast jet training system.

 

Currently Israeli fighter pilots undergo the advanced stage of their flight course using the Douglas A-4 Skyhawk and Lockheed Martin F-16A/B. Following the introduction of the new type, students will instead fly the M-346 Lavi, which will be operated by the "Flying Dragon" squadron at the air force academy at Hazerim air base.

 

The Italian-built type will allow pilots to train in the operation of radar and advanced weapon systems, with the use of simulator technology to enable "team flying" to be performed on the ground. The new Lavi will also carry some Israeli systems that will make it more "responsive" to the operational needs of the service, says an air force source.

 

IAI was forced to pull the plug on developing the Lavi fighter in 1987, after having flown two prototypes of the fourth-generation design.

Partager cet article
Repost0
3 juillet 2013 3 03 /07 /juillet /2013 10:30
AIM-9X Block II

AIM-9X Block II

June 28, 2013: Strategy Page

 

Saudi Arabia and South Korea recently ordered over 150 AIM-9X Block 2 air-to-air heat seeking missiles. Both nations have used this missile for decades and are satisfied customers. They are not alone. The AIM-9X Block 2 is the latest version of the Sidewinder, a missile that has come a long way since it first appeared in the 1950s. In the last 25 years these short-range heat-seeking missiles have accounted for some 90 percent of losses in air-to-air combat. Sidewinder still dominates the market, despite a lot of competition from the likes of IRIS-T, ASRAAM, Magic, Python, Molinya, and several Chinese clones of foreign designs.

 

There are not only a lot of different heat-seekers out there, they offer a wide variety of features. Sidewinder has managed to dominate the field by concentrating on the most useful, workable, and popular features. For example, the 9X-2 can lock-on-after-launch. That is, the missile can be fired and then directed to a target via a datalink. That means it can be fired at ground targets or at an enemy aircraft behind you. The X-2 version also makes improvements in the warhead fuze and other components. As impressive as all these features, most are already found in similar missiles made in several other countries (including Russia and China). In effect, the X-2 version is just keeping up. What the U.S. sells, in addition, is an impressive track record of reliability and the high probability of actually performing as expected in combat. Over 4,000 X model Sidewinders have been built since it entered service in 2003. Block II (X-2) entered service four years ago.

 

The AIM-9 is a heat seeking missile and the heat sensors have become much more sensitive since the first AIM-9s. The current versions of the missile work by detecting a heat source at the point where the pilot is looking. This is done using the JHMCS (Joint Helmet Mounted Cueing Systems), which allows a pilot to see, displayed on his visor, critical flight and navigation information. Sort of like a see-through computer monitor or HUD (Head Up Display). Most importantly, the pilot can turn his head towards a target, get an enemy aircraft or ground target into the crosshairs displayed on the visor, and fire a missile that will promptly go after the target the pilot was looking at. For Sidewinder the pilot has to be looking at something giving off enough heat to catch the attention of the missile's heat sensor. With the X-2 the pilot can launch the missile before he has located the target via the JHMCS, saving a critical few seconds.

Partager cet article
Repost0
3 juillet 2013 3 03 /07 /juillet /2013 10:20
Pacific Partnership 2013 - Au Revoir!

6/29/2013 Strategy Page

 

PACIFIC OCEAN (June 28, 2013) U.S. Navy Boatswain's Mate 2nd Class Cassandra Collier signals to a French Armee De L'Air Puma helicopter as it takes off from the amphibious dock landing ship USS Pearl Harbor (LSD 52). Pearl Harbor, underway for Pacific Partnership 2013, conducted flight deck qualifications with the helicopter while departing Noumea, New Caledonia. A French helicopter detachment will be joining Pacific Partnership in the Solomon Islands. (U.S. Navy photo by Mass Communication Specialist 2nd Class Carlos M. Vazquez II)

Partager cet article
Repost0
2 juillet 2013 2 02 /07 /juillet /2013 17:35
The future air traffic management platform is expected to provide the next generation of air traffic control to Australian air space. Photo: 1st Joint Public Affairs Unit/© Commonwealth of Australia 2013

The future air traffic management platform is expected to provide the next generation of air traffic control to Australian air space. Photo: 1st Joint Public Affairs Unit/© Commonwealth of Australia 2013

2 July 2013 airforce-technology.com

 

The Australian Department of Defence (DoD) has issued a request for tender (RFT) for an air traffic management (ATM) platform that will be capable of offering the next generation of air traffic control to the national air space.

 

Issued in collaboration with Airservices Australia, the RFT seeks to implement an unified national solution to help address joint requirements of both the organisations.

 

The RFT comes as both Airservices' Australian Advanced Air Traffic Control System (TAAATS) and the Australian Defence Air Traffic System (ADATS), which are used by the Royal Australian Air Force (RAAF), approach the end of their respective service lives.

 

Commenting on the system, Airservices chief executive officer Margaret Staib said the future ATM system will be designed to make sure that Australian aviation maintains a leading position in technologically advanced ATM and safety.

 

''A truly national harmonised ATM platform will remove the inherent limitations from separately managed volumes of airspace and the constraints of operating different systems,'' Staib added.

 

"Through more flexible use of airspace, it will enable better management and prioritisation of an increasingly complex traffic mix. In an environment of projected growth, it will also allow us to connect the Australian aviation industry to deliver world-best industry performance."

 

Royal Australian Air Force chief air marshal Geoff Brown said: ''It will reduce overlaps, increase cooperation, improve communication, and deliver better training and expertise across the workforce.''

 

Both Airservices and the DoD have repeatedly expressed commitments to successful harmonisation of civil and military ATM, which is expected to bring an array of benefits, including enhanced operational efficiencies, seamless systems compatibility, and better investment in personnel and infrastructure.

 

Serving as the project's lead agency, Airservices will lead the acquisition process for both the company and the DoD.

 

Scheduled to close on 30 October, the RFI follows an industry request for information (RFI) in April 2010, and industry briefings in December 2011 and 2012 respectively.

Partager cet article
Repost0
2 juillet 2013 2 02 /07 /juillet /2013 16:50
Baltic 2013 : Visite du CEMAA lituanien

01/07/2013 Sources : EMA

 

Le 28 juin 2013, le chef d’état-major de l’armée de l’Air (CEMAA) lituanienne, le Major Général Edvardas Mazeikis, accompagné de plusieurs officiers de son état-major, a rendu visite au détachement français stationné sur la base aérienne de Šiauliai, dans le cadre de l’opération Baltic 2013.

 

Lors de cette rencontre, il a été accueilli par le lieutenant-colonel Jérôme Colombani, chef du détachement. La délégation a ainsi pu visiter la zone d’alerte (Quick Reaction Alert), et s’entretenir avec le personnel présent sur la base. Le CEMAA lituanien s’est notamment entretenu avec les officiers pilotes sur leurs conditions d’entrainement et la réalisation de leurs missions. Fort de son expérience de 1500h de vol sur différents appareils (L-39, MIG-23, F-16, AN-2, YAK-52, W-35, MI-2), le CEMAA lituanien a particulièrement apprécié ces échanges.

Baltic 2013 : Visite du CEMAA lituanien

La visite s’est achevée par une présentation du Mirage F1 CR par le commandant d’escadrille du détachement.

Baltic 2013 : Visite du CEMAA lituanien

Depuis le 30 avril 2013, près de 90 militaires français et 4 Mirage F1CR assurent la mission Baltic, sous mandat de l’OTAN. Durant 4 mois, le détachement conduit des missions d’assistance et de police du ciel dans l’espace aérien de la Lituanie, de la Lettonie et de l’Estonie.

Partager cet article
Repost0
2 juillet 2013 2 02 /07 /juillet /2013 16:45
Opération Serval : la journée de l’aviateur à Bamako

01/07/2013 Armée de l'air

 

Mercredi 26 juin 2013, les aviateurs déployés à Bamako se sont rassemblés pour célébrer la création de l’armée de l’air dans l’enceinte du détachement «air».

 

Au Mali, la journée de l’aviateur a débuté sur la place d’armes de la base aérienne 101 de Bamako, avec une cérémonie militaire au rythme des cuivres de la musique militaire malienne et présidée par le général Grégoire de Saint Quentin, commandant la force (Comanfor) Serval. Le doyen et le benjamin du personnel du détachement « air » ont ensuite procédé à la lecture de l’ordre du jour du général Denis Mercier, chef d’état-major de l’armée de l’air (CEMAA) qui retrace 79 années d’histoire de l’arme aérienne.

 

Opération Serval : la journée de l’aviateur à Bamako

Dans ce document lu par les aviateurs aux quatre coins du monde, le général Mercier évoque notamment les frappes aériennes des 11 et 13 janvier 2013 qui ont permis de stopper l’offensive ennemie au Mali. La date du 27 janvier est également citée comme le jour où l’opération aéroportée la plus complexe depuis de nombreuses décennies a été réalisée.

 

Tout au long de la journée, des activités rassemblant les aviateurs de Bamako ont été organisées au sein des unités. En soirée, le colonel Gilles Bertrand, commandant le détachement «air», s’est adressé à tous les aviateurs réunis sur la plateforme. Après avoir rendu hommage aux aviateurs présents sur l’ensemble des emprises au Mali, le colonel Bertrand a rappelé les quatre valeurs essentielles à l’identité des aviateurs : le respect, l’intégrité, le service et l’excellence. Il a ensuite dressé un premier bilan de l’engagement de l’armée de l’air, en soulignant l’effort réalisé les aviateurs, quelle que soit leur spécialité, depuis le début du conflit, ainsi que le soutien fourni par la force Serval. «Je retiendrai de l’opération Serval ses succès opérationnels combinés et son dynamisme en dépit des conditions particulièrement éprouvantes. Ces succès, ce sont les vôtres ! Vous pouvez et devez en être légitimement fiers. Avec toute l’équipe de commandement, je veillerai à ce que nous restions unis pour Faire Face.»

Opération Serval : la journée de l’aviateur à Bamako

Le colonel Bertrand a conclu en remerciant les autorités de l’armée de l’air malienne qui ont ouvert leurs portes aux aviateurs et leur ont permis d’opérer à partir de la base aérienne 101 dans les meilleures conditions.

Partager cet article
Repost0
2 juillet 2013 2 02 /07 /juillet /2013 11:45
Vietnam did not Buy 18 Su-30K Aircraft from Russia?

tu01.07.2013 defense-studies

(DVO) - 18 Su-30K fighter jets that India returned to Russia, probably will not be sold to Vietnam, but instead is Ethiopia.

Deputy Group Director arms exporter Rosoboronexport Alexander Mikheyev said that Russia is negotiating supply 18 Su-30K fighters to Ethiopia.

Number 18 multipurpose fighters were returned to India to replace the Russian fighter Su-30MKI is newer.

"We are in consultation with Ethiopia for the supply of the fighter. They have proposed a variant to modernize, enhance combat capability as well as the specification and provide additional tactics the rocket - to - land / sea more advanced, "said Mikheyev said.

The Rosoboronexport officials also stressed that, at present, four Su-30K first being repaired at a local aircraft factory.

"Just got the proposal from customers and financial resources, we are ready to upgrade and modernize all 18 Su-30K aircraft within 4-6 months," he said Mikheyev.

Complete 18 Su-30K aircraft the IAF was not used in 10 years time, then returned to Russia. This aircraft was delivered to some 558 factories in Belarus to repair and upgrade, before being sold to 3rd party without giving back to Russia to avoid import taxes.

Each has been much speculation about the fate of 18 Su-30K and its destination. There has been news that Belarus wants to buy the whole lot and that Russian planes do not extend credit to them (Belarus) to purchase the Group's Irkut aircraft, then, a few other sources revealed that customer Nan is Vietnam after Vietnam military mission sent to check out a few planes.

Since then, no further information about the fate of this 18 Su-30K. However, the recent disclosure of personally Rosoboronexport Deputy Director General that Vietnam will not be a customer of 18 Su-30K aircraft, may be negotiated by the two parties, but does not meet requirements of each other, or maybe, Vietnam will not buy old planes instead is buying new aircraft Su-30 at a point!

(DatViet)

Partager cet article
Repost0
1 juillet 2013 1 01 /07 /juillet /2013 16:55
Le comité stratégique de l’armée de l’air réuni à Dijon

01/07/2013 Actus Air
 

Mercredi 26 juin 2013, journée au cours de laquelle l’ensemble des aviateurs célébrait l’anniversaire de l’armée de l’air, la base aérienne 102 et le commandement des forces aériennes (CFA) accueillaient, à Dijon, en réunion délocalisée, le comité stratégique de l’armée de l’air (COSTRAT).

 

Le colonel Boëri, commandant la base aérienne et la base de défense de Dijon et le général Gelée, commandant le CFA, ont accueilli le chef d’état-major de l’armée de l’air (CEMAA), le général Denis Mercier, ainsi que le haut commandement de l’armée de l’air pour cette journée particulière.

 

La journée s’est clôturée par une cérémonie militaire au cours de laquelle trois membres du commando parachutiste n°20 (CPA 20) ont été distingués ainsi qu’un officier américain.

 

Le comité stratégique est l’organe de décision du haut commandement de l’armée de l’air. Il examine les sujets majeurs qui intéressent l’armée de l’air, procède aux orientations et décide des arbitrages qu’ils impliquent. Présidé par le CEMAA, le comité stratégique est animé par le major général de l’armée de l’air. Il se compose de onze membres.

Partager cet article
Repost0
29 juin 2013 6 29 /06 /juin /2013 22:45
Opération Serval : relève du détachement chasse

29/06/2013 21:28 Sources : EMA

 

Le 24 juin 2013, les trois avions Mirage 2000 D du détachement chasse (DETCHASSE) de Bamako ont été relevés et ont quitté le Mali pour rejoindre la base aérienne 133 de Nancy-Ochey.

 

Déployés sur le tarmac de Bamako le 17 janvier 2013, les trois avions de chasse relevés ont tous participé, de jour comme de nuit, à des missions d’appui aux opérations au sol de la force Serval. Ils ont également pour mission de conduire des frappes au sol sur des objectifs ennemis identifiés et validés, comme des dépôts logistiques, des véhicules ou des centres d'entrainement utilisés par des groupes terroristes. [lien vers la brève du 18 février : focus sur le DETCHASSE de Bamako]. Depuis le début de l’opération Serval, les avions Mirage 2000 D du DETCHASSE de Bamako ont effectué 435 missions et totalisent près de 2 200 heures de vol.

 

Les trois Mirage 2000 D en provenance de Nancy ont atterri le 22 juin sur le tarmac de Bamako.  Un avion C135 du groupement de ravitaillement en vol 2/91 « Bretagne » de la base aérienne 125 d’Istres a assuré la mission de ravitaillement sur le vol aller puis retour. Les trois équipages ayant convoyé les nouveaux avions sont repartis avec les trois autres aéronefs désengagés du Mali.  

 

Immédiatement, les trois Mirage 2000 D ont été pris en main par la quarantaine de mécaniciens du DETCHASSE. En moins de trente heures, les hommes et les femmes du soutien technique se sont relayés pour configurer un à un les trois avions.  Ainsi, le dispositif de permanence opérationnelle a été maintenu et permet à de deux aéronefs de décoller dans l’heure qui suit le déclenchement d’une l’alerte.

 

Les trois avions Mirage 2000 D désengagés ont été déséquipés en vue de constituer le nouveau parc : opérations de maintenance aéronautique, descente puis remontage des bombes et autres équipements inhérents à la mission.

 

Environ 3200 militaires français sont actuellement présents sur le sol malien et poursuivent leurs missions de sécurisation visant à affaiblir durablement les groupes terroristes ainsi qu’à poursuivre le transfert progressif de la zone aux contingents africains de la MISMA puis de la MINUSMA.

Opération Serval : relève du détachement chasse
Partager cet article
Repost0
28 juin 2013 5 28 /06 /juin /2013 21:50
Eine Ära geht zu Ende (Quelle Mediendatenbank der Bundeswehr)

Eine Ära geht zu Ende (Quelle Mediendatenbank der Bundeswehr)

28.06.2013 Helen Chachaty & Romain Guillot - journal-aviation.com

 

L’escadron de chasse Jagdgeschwader 71 « Richthofen » de la Luftwaffe, basé à Wittmund, va se séparer ce weekend de ses derniers F-4F Phantom II. Les avions seront remplacés par des Eurofighter.

Sonderlackierung  der Phantom photo Luftwaffe   -Stefan Petersen

Sonderlackierung der Phantom photo Luftwaffe -Stefan Petersen

Les F-4F Phantom II de McDonnell Douglas ont précisément été introduits au JG 71 en mars 1974. Au total, l’Allemagne a reçu 174 appareils, déployés par quatre escadrons. Quatre-vingt huit RF-4E ont également été produits pour les missions de reconnaissance, mis en œuvre par deux escadrons.

 

Les Phantom II allemands, qui opéraient au départ sous les couleurs de la RFA, assuraient le tout premier rempart face à la menace aérienne du Pacte de Varsovie à la fin des années 70.

Generationsflug, Tornado, Phantom und Eurofighter (Quelle Luftwaffe Jürgen Schönhöfer)

Generationsflug, Tornado, Phantom und Eurofighter (Quelle Luftwaffe Jürgen Schönhöfer)

Le retrait progressif des Phantom II a eu lieu à partir de 2002, avec l’introduction de l’Eurofighter dans les forces aériennes allemandes.

 

Produit à plus de 5000 exemplaires depuis le début des années 60, le célèbre biréacteur supersonique multirôle est encore en service en Corée du Sud, en Egypte, en Grèce, en Turquie, en Iran et au Japon.

Partager cet article
Repost0
28 juin 2013 5 28 /06 /juin /2013 18:45

28 juin 2013 FORCESFRANCAISES

Partager cet article
Repost0
28 juin 2013 5 28 /06 /juin /2013 15:55
Un drone Air Force MQ-9 Reaper

Un drone Air Force MQ-9 Reaper

28/06/2013 Michel Cabirol – LaTribune.fr

 

Le Pentagone a notifié jeudi une possible vente à la France de 16 Reaper MQ-9, fabriqués par General Atomics Aeronautical Systems, au Congrès, qui doit donner son feu vert à l'opération. Une vente estimée à 1,14 milliard d'euros. Bien loin des estimations du ministère de la Défense français, qui évaluait cette opération à 670 millions d'euros, achat et développements ultérieurs compris.

 

Ce n'est pas 12 drones MALE Reaper pour un montant de 670 millions d'euros que la France veut acheter aux Etats-Unis, comme l'avait récemment expliqué le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, mais finalement 16 Reaper MQ-9 et 8 stations sol mobile pour une enveloppe de 1,5 milliard de dollars (1,14 milliard d'euros), un prix qui intègre les coûts d'entraînement et de logistique. Bien loin donc des estimations du ministère de la Défense français, qui subit une cure d'austérité même si le budget de la défense est maintenu à 31,4 milliards d'euros. Dans les 670 millions, le coût de la francisation des drones MALE américains était compris. C'est le Pentagone, ou plus exactement la Defense Security Cooperation Agency (DSCA), l'agence dédiée aux ventes d'armes à l'international, qui a vendu la mèche. La DSCA a effet notifié jeudi au Congrès une possible vente à la France de 16 Reaper MQ-9, fabriqués par General Atomics Aeronautical Systems. Ce type d'opération doit recevoir l'aval du Congrès avant de pouvoir être réalisée.

Selon la DSCA, très favorable à cette vente,"la France est l'un des pays politiques et économiques majeurs en Europe et de l'Organisation du Traité de l'Atlantique Nord (OTAN)". Elle est également "un allié des États-Unis dans la poursuite de la paix et de la stabilité"dans le monde. En conséquence, la DSCA considère que cette vente de 16 drones Reaper "est essentielle à l'intérêt national américain d'aider la France à développer et maintenir une solide capacité d'autodéfense. Cette vente potentielle améliorera les capacités ISR (intelligence, surveillance et reconnaissance) de l'armée française" dans le cadre des opérations nationales, de l'OTAN, des Nations unies (ONU) et dans d'autres opérations au sein d'une coalition". Cettte vente augmentera "énormément l'interopérabilité" entre les armées américaine et française ainsi que les forces de maintien de la paix.

La France considérée comme un bon élève

La DSCA a expliqué que la France demandait cette capacité opérationnelle pour renforcer la défense de ses troupes déployées, la sécurité régionale et améliorer l'interopérabilité avec les États-Unis. Selon la DSCA, cette vente augmentera "la capacité de la France à faire face à des menaces actuelles et futures". La France, "qui a déjà piloté à distance ce type d'appareil, n'aura aucune difficulté à maîtriser cette capacité supplémentaire", estime la DSCA. Enfin, cette dernière estime que cette vente ne changera pas l'équilibre militaire dans la région. "Il n'y aura aucun impact défavorable sur la sécurité de la défense américaine", assure-t-elle au Congrès.

Le ministre français de la Défense, Jean-Yves Le Drian, avait annoncé le 11 juin dernier son intention d'acheter douze drones d'observation Reaper aux Etats-Unis. Il avait précisé lors d'un déjeuner de presse que, dans un premier temps, il voulait acquérir deux Reaper ainsi qu'une station sol fabriqués par General Atomics, pour parer aux besoins urgents des forces armées françaises au Mali et dans la région du Sahel. "Il y a une nécessité opérationnelle immédiate", avait-il précisé. La France a également besoin de dix autres drones Reaper qui puissent opérer dans l'espace aérien français et européen, ce qui suppose que leurs moyens de transmission soient adaptés par des industriels européens. Là aussi, le Congrès devra donner son accord pour que la France ait accès aux "codes sources", codes informatiques de ce matériel militaire soumis à de strictes règles d'exportation, afin de le modifier.

Le Pentagone est favorable et "si on s'y prend dans le bon sens, ça devrait se débloquer"', avait alors estimé Jean-Yves Le Drian. On l'a senti moins optimiste sur cette deuxième phase. "J'espère que cela ira", a-t-il avoué. A défaut d'accord du Congrès, la France pourrait se tourner vers un drone israélien, a cependant ajouté le ministre. Le coût total de l'acquisition de ces 12 drones MALE (pour moyenne altitude, longue endurance, soit 24 heures de vol), soit le prix d'achat et le coût de leur "francisation", est évalué par les services du ministère à 670 millions d'euros. Elle doit être inscrite dans la loi de programmation militaire pour la période 2014-2019 qui sera présentée au parlement à l'automne.

Partager cet article
Repost0
28 juin 2013 5 28 /06 /juin /2013 14:55
MQ-9 Reaper flies above Creech AFB - photo USAF

MQ-9 Reaper flies above Creech AFB - photo USAF

28/06 Par Alain Ruello – LesEchos.fr

 

Le Pentagone a notifié au Congrès la possible vente de 16 drones Reaper à la France pour 1,5 milliard de dollars. « Une borne haute non engageante » , indique-t-on dans l’entourage de Jean-Yves Le Drian.

Surprise : alors que le livre blanc de la défense a fixé à 12 le nombre de drones d’observation dont l’armée doit disposer à terme, la demande officielle de la France aux Etats-Unis pour acheter des Reaper à General Atomics porte sur... 16 exemplaires. Si l’on ajoute les stations au sol, la formation ou encore les pièces détachées, la facture atteint 1,5 milliard de dollars, là encore bien plus que le chiffre avancé jusque-là.

C’est ce qui ressort de la notification du Pentagone au Congrès , en application directe de la procédure dite « Foreign military sales) qui veut que les parlementaires américains doivent donner leur feu vert à toute vente d’armement à un pays étranger.

Renseignements pris dans l’entourage du ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, on assure qu’il n’y a pas de changement. Avec le « FMS », le Pentagone notifie un nombre maximal d’exemplaires de l’équipement en question, et donc la fourchette haute de prix qui en découle. Sans que cela soit définitif. « On a pas le choix, c’est comme cela, et ça n’engage en rien », assure-t-on.

On en reste donc au plan A qui prévoit que la France achète rapidement deux drones Reaper MQ-9 identique à ceux qui servent dans l’armée américaine. Cela pour les envoyer rapidement traquer les rebelles dans le Sahel. La deuxième étape consiste à négocier l’achat et la possibilité de modifier 10 exemplaires supplémentaires (au maximum si la cible du livre blanc est respectée).

La modification doit porter notamment sur l’ajout d’équipements permettant aux aéronefs de voler dans l’espace aérien français. Si cette « francisation » s’avérait impossible où trop coûteuse, le ministère de la Défense négocie en parallèle avec l’israélien IAI.

Pour tenter de contrer ce qu’ils considèrent comme une menace grave pour la souveraineté industrielle de l’Europe, Dassault, EADS et Finmeccanica ont profité du Bourget pour affirmer qu’ils étaient prêts à concevoir un drone en commun si plusieurs Etats leur passent commande. On en prend pas vraiment le chemin...

Partager cet article
Repost0
28 juin 2013 5 28 /06 /juin /2013 11:55
photo Armée de l'Air

photo Armée de l'Air

27 juin 2013 par Frédéric Lert – Aerobuzz.fr

 

Aerobuzz revient sur la rencontre organisée, au salon du Bourget, par l’association des journalistes de défense avec le général Denis Mercier, chef d’état-major de l’armée de l’Air. Cohérence, compétence et réactivité sont les mots clef à retenir...

 

Le dernier Livre Blanc sur la défense et la Loi de Programmation Militaire (LPM) qui va en découler entraineront une réduction globale du format des armées à laquelle l’armée de l’Air n’échappera pas. Mais pour le général Mercier, Chef d’Etat-Major de l’Armée de l’air, plus que le format, c’est avant tout la cohérence globale de l’outil aérien qui compte : « A quoi bon avoir des centaines d’avions si l’on ne dispose pas d’une cohérence globale ?  » s’interrogeait-il. L’opération Serval a montré cette cohérence dont l’armée de l’Air peut encore se féliciter.

 

Pour la première fois depuis longtemps, la France a été engagée dans une opération aérienne à 100% sous commandement national. L’armée de l’Air y a démontré sa capacité à agréger des moyens très différents (chasse, transport, renseignement…) décollant de sept bases séparées les unes des autres par plusieurs milliers de kilomètres. « L’opération Serval nous a également conduit à utiliser l’ensemble de nos savoir-faire, depuis le bombardement de précision jusqu’à la reconnaissance et la surveillance, en passant par le « command & control », les poser d’assaut, le parachutage de charges lourdes etc. (…) Mon objectif à l’avenir est que l’on puisse préserver et moderniser cette cohérence  ».

 

La cohérence est aussi une affaire d’hommes et de femmes. L’armée de l’Air maintient en permanence environ un millier de personnes sur le pied de guerre, prêtes à partir en mission au coup de sifflet bref. Les équipages ne représentent qu’une petite part de ce chiffre. Serval l’a encore montré, les spécialistes des réseaux prennent aujourd’hui une importance majeure dans la conduite des opérations. « Nos spécialistes des systèmes d’information et de commandement, qui sont des gens clef pour nos opérations, ont toujours la valise à la main…  » soulignait le général Mercier. « Ce qui fait de nous une grande armée de l’Air (…), ce qui impressionne le plus nos homologues, c’est notre capacité à monter des réseaux complexes  ». Faire communiquer les bases, les détachements, les aéronefs, planifier les opérations, organiser les centres de commandement et de contrôle et assurer la transmission des ordres et des informations, le tout dans des conditions de sécurité et de fluidité essentielles aux opérations militaires : le défi n’est pas simple.

 

Autre point évoqué, celui de l’entrainement des équipages et la disponibilité des appareils. Les deux sont intimement liés. « Le format de nos armées est plus conditionné par la capacité à entretenir le matériel plutôt qu’à l’acheter » rappelait le général Mercier. Faute de budgets suffisants, l’entretien programmé des matériels est devenu une variable d’ajustement au cours des années passées, ce qui c’est traduit par un appauvrissement des stocks et une capacité insuffisante à régénérer l’activité. « Notre activité a été réduite de 20%. C’est une situation que l’on peut maintenir deux ou trois ans mais pas plus. Je suis prêt à diminuer notre format mais à condition que cela nous permette de remonter le niveau d’activité des unités de première ligne, pour qu’elles gardent cette capacité à « entrer en premier » sur un théâtre d’opération  ».

Armée de l’Air : la quadrature du cercle

Car si la réduction du nombre d’appareils est rendue acceptable par la polyvalence des avions entrant en service (le meilleur exemple étant celui du Rafale), elle se traduit également par une exigence de formation accrue pour les équipages. Dans un monde idéal, et afin d’exploiter au mieux les capacités de son avion, un pilote de Rafale devrait voler 250 heures par an. La norme affichée est actuellement de 180 heures. Mais même ce chiffre est difficile à atteindre, l’armée de l’Air reconnaissant que ses pilotes de combat sont aujourd’hui plus près de 150 heures annuelles… Un déficit que l’on retrouve également chez les transporteurs et les pilotes d’hélicoptères.

 

Il n’y a pourtant pas de miracle : en 2011 en Libye, en 2013 au Mali, les interventions décisives de l’armée de l’Air se sont faites avec des préavis très courts, quelques jours tout au plus. Impensable dans ces conditions de s’accorder quelques semaines de remise à niveau : aéronefs et équipages devaient être prêts, immédiatement. Avec la compétence et la cohérence évoquées plus haut, cette réactivité est une qualité essentielle que l’armée de l’Air devra à tout prix conserver dans les années à venir pour garder toute sa crédibilité.

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories