Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
28 juin 2013 5 28 /06 /juin /2013 11:30
A KC-130J load master watches a refueling of an MV-22B Osprey during a training mission in 2012. (Cpl. Michael Petersheim/US Marine Corps)

A KC-130J load master watches a refueling of an MV-22B Osprey during a training mission in 2012. (Cpl. Michael Petersheim/US Marine Corps)

Jun. 27, 2013 - By OREN DORELL USA Today  - Defense News

 

The United States plans to give Israel weapons that would enable it to send ground forces against Iranian nuclear facilities that it can’t penetrate from the air.

 

The deal includes air-refueling aircraft, advanced radars for F-15 fighter jets, and up to eight V-22 Ospreys, an aircraft that can land like a helicopter and carry two dozen special operations forces with their gear over long distances at aircraft speeds.

 

The Osprey “is the ideal platform for sending Israeli special forces into Iran,” says Kenneth Pollack, a former CIA analyst now at the Brookings Institution’s Saban Center for Middle East Policy.

 

The aircraft could help solve Israel’s inability to breach Iran’s uranium enrichment facility buried under a granite mountain at Fordow. It might be impregnable to even the heaviest conventional bunker-busting munitions in the U.S. arsenal, Pollack said. Israeli military planners have been brainstorming how to conduct an effective operation, Pollack said, citing conversations with senior Israeli military officers.

 

“One of the possibilities is (Israel) would use special forces to assault the Fordow facility and blow it up,” Pollack said.

 

The weapons deal would be part of a military aid package for Israel that includes $1 billion for up to eight V-22 tilt-rotors; $500 million to retrofit radars into F-15 fighters and another $1 billion for a variety of air-to-ground weapons. Additional details about the U.S.-financed deal were revealed during a visit to Washington by Israeli Defense Minister Moshe Yaalon on June 15.

 

The State Department said discussions of the arms deal are ongoing.

 

Secretary of State John Kerry on Thursday had a working dinner with Israeli Prime Minister Benjamin Netanyahu in Jerusalem and will visit with Israeli, Palestinian and Jordanian officials through Saturday, discussing broad regional issues and the peace process.

 

Jonathan Schanzer, executive director of the Foundation for the Defense of Democracies, said the arms package was part of an Israeli wish list including some items that were not discussed publicly to help it keep amilitary edge over other nations in the region and for possible operations against Iran.

 

Israel’s air force would be hard-pressed to cause lasting damage to the Iranian nuclear program because it cannot sustain long-term bombardment and has limited bunker-busting capabilities and limited air-refueling capabilities, said Kenneth Katzman, who co-wrote the 2012 report “Israel: Possible military strike against Iran’s nuclear facilities” for the Congressional Research Service.

 

When he first announced the deal during a visit to Israel in April, Defense Secretary Chuck Hagel said the Ospreys would provide Israel with high-speed maritime search-and rescue-capabilities.

 

Yaalon said the arms sale would send a message to Israel’s chief adversary in the region.

 

“Without a credible military option, there’s no chance the Iranian regime will realize it has to stop the militarynuclear project,” Yaalon said.

 

Other parts of the arms package include Boeing’s KC-135 “Stratotanker,” which can refuel Ospreys and other aircraft while airborne and extend the tilt-rotor aircraft’s 426-mile range almost indefinitely. The deal also includes anti-radiation missiles that are used to target air defense systems, and advanced radars for Israel’s fleet of F-15 fighter jets, according to a Defense Department press release.

 

That equipment would increase Israel’s capabilities against Iran, said Ely Karmon, a senior research scholar at the Institute for Counter-Terrorism at The Interdisciplinary Center in Herzliya, Israel.

 

The refueling equipment would extend the reach of Israeli special forces, which could be used against Iran as they were in Israel’s attack on a Syrian nuclear facility under construction in 2007, Karmon said.

 

In the 2007 attack, at least one Israeli team was on the ground to provide laser targeting of sophisticated airmunitions, Karmon said. “The same would be done for Iranian sites.”

 

The Osprey also could be used for search-and-rescue operations if Israeli aircraft involved in a complex airoperation are shot down and pilots endangered, Karmon said.

 

Michael Rubin, an analyst for the American Enterprise Institute, said senior U.S. and Israeli bombers would do significant damage to Iran’s hardened sites by targeting the entrances, and Israel could use the Ospreys for missions other than Iran’s nuclear sites. Israel may want the ability to send troops to secure chemical facilities in remote regions of Syria or to block Iranian shipments bound for terrorists in the Gaza Strip, Sinai Peninsula or Lebanon, Rubin said.

 

“Sudan and Eritrea are floating the idea of building an Iranian naval base or shipping Iranian missiles to the Gaza Strip,” Rubin said, referring to the Palestinian territory controlled by the terrorist group Hamas. “If you wanted to disrupt such missiles in a convoy, you’d do it with an Osprey.”

 

The arms deal also sends a message to Iran and reassurance to Israel that the United States is serious about standing by the Jewish state, Karmon said.

 

Katzman said he doesn’t think the arms sale provides Israel with significant new capabilities that Israel did not already have. He said the overall defense package, which also includes advanced F-16 fighter jets for the United Arab Emirates and Saudi Arabia, Iran’s chief rivals in the Persian Gulf, is more “a symbolic move to show (American) resolve to Iran,” Katzman said.

 

Contributing: Barbara Opall-Rome of Defense News

Partager cet article
Repost0
28 juin 2013 5 28 /06 /juin /2013 07:55
Les Forces aériennes stratégiques ont mené un exercice en France de montée en puissance des forces nucléaires.

Les Forces aériennes stratégiques ont mené un exercice en France de montée en puissance des forces nucléaires.

27/06/2013 Armée de l'air

 

Ces trois dernières semaines, les Forces aériennes stratégiques ont mené deux exercices en France, un premier de montée en puissance des forces nucléaires appelé « Banco » et un second de raid aérien nucléaire avec armement inerte appelé « Poker ».

 

Après l’étape de planification exécutée par le centre opérationnel des FAS (COFAS), les équipages et le personnel mécanicien se sont déployés sur l’ensemble du territoire national. Une fois les Rafale et les Mirage 2000N armés de leur missile nucléaire air sol moyenne portée amélioré (ASMP A), et les C135 mis en configuration pour la mission, tous les équipages ont pris l’alerte à bord de leurs avions respectifs. Cet exercice Banco terminé, les armes nucléaires étaient rapportées dans leur zone de stockage car en France, en temps de paix, le vol avec une arme nucléaire réelle est interdit.

 

A l’issue, toujours sous la conduite permanente du général commandant les FAS, l’ensemble de la flotte a décollé pour un raid aérien de plusieurs heures au-dessus du territoire national dont les phases principales sont le ravitaillement en vol, la pénétration basse altitude et le tir fictif mais restitué du missile (dépourvu de la charge nucléaire).

Exercices «Banco-Poker» pour l’armée de l’air

 De nombreux moyens de l’armée de l’air ont participé à cette exercice aérien d’envergure appelé Poker pour endosser le rôle soit de protection du raid soit d’adversaire. Rafale, Mirage 2000D, Mirage 2000-5, Alphajet, E-3F, déploiement d’escadrons de défense sol-air, contrôleurs aériens, fusiliers-commandos pour protéger les zones d’alerte… Le général commandant les FAS dirigeait la manœuvre aérienne à partir du COFAS « Général Dubroca » situé à Taverny tandis que le centre national des opérations aériennes (CNOA) situé à Lyon-Mont-Verdun conduisait la manœuvre défensive.

 

Des moyens de la marine nationale (Rafale Marine, Hawkeye) ont aussi été engagés. Cette opération aérienne majeure est aussi l’occasion de tester toute la chaîne de transmission pour apporter l’assurance au président de la République qu’il pourrait, si les circonstances l’exigeaient, transmettre l’ordre d’engagement aux avions placés en alerte en vol.

 

Cet exercice s’est effectué sous les yeux du général Denis Mercier, chef d’état-major de l’armée de l’air (CEMAA) et de ses invités, madame Patricia Adam, présidente de la commission Défense à l’Assemblée nationale accompagnée de M. Jean-Jacques Bridey, rapporteur du budget équipement-dissuasion, de M. Carrère, président de la commission des Affaires étrangères et des forces armées au Sénat, de M. Delon, secrétaire général de la sécurité et de la Défense nationales, accompagné du général de division aérienne Steininger, et du général de division de Courrèges, chef du cabinet militaire du Premier ministre, accompagné de M. Verclytte.

Exercices «Banco-Poker» pour l’armée de l’air
Partager cet article
Repost0
27 juin 2013 4 27 /06 /juin /2013 16:40
Iliouchine-20 COOT A photo Armée de l'Air

Iliouchine-20 COOT A photo Armée de l'Air

27/06/2013 Sources : EMA

 

Le 27 juin 2013, une patrouille de deux Mirage F1 CR du dispositif français de l’opération Baltic 2013 a identifié puis escorté un aéronef russe.

 

A 8h54, moins de dix minutes après le retentissement de la sirène d’alerte, deux Mirage F1 CR ont décollé de la base de Šiauliai, en Lituanie, pour intercepter un  appareil survolant la mer Baltique. A 9h12, les Mirage F1 CR ont intercepté un aéronef russe de type Iliouchine-20 COOT A. Dix minutes plus tard, après vérification de tous les critères de l’aéronef, ils ont rejoint leur base.

 

Depuis le 30 avril 2013, près de 90 militaires français et 4 Mirage F1CR assurent la mission Baltic, sous mandat de l’OTAN. Durant 4 mois, le détachement conduit des missions d’assistance et de police du ciel dans l’espace aérien de la Lituanie, de la Lettonie et de l’Estonie.

Partager cet article
Repost0
27 juin 2013 4 27 /06 /juin /2013 16:20
Le premier hélicoptère CH-147F Chinook arrive au Canada

27 juin 2013 (Marketwired )

 

OTTAWA, ONTARIO- L'honorable Kerry-Lynne D. Findlay, c.r., ministre associée de la Défense nationale responsable des achats militaires, et l'honorable Peter MacKay, ministre de la Défense nationale, se sont réjouis de la livraison du premier hélicoptère CH-147F Chinook des Forces armées canadiennes lors de la cérémonie tenue aujourd'hui au Centre d'accueil du Canada.

« La livraison aujourd'hui du nouvel hélicoptère Chinook démontre clairement l'engagement de notre gouvernement à doter les Forces armées canadiennes de l'équipement approprié pour les nombreuses tâches exigeantes qu'on leur demande d'exécuter », a déclaré la ministre Findlay. « L'hélicoptère Chinook canadien de modèle F - conçu spécialement pour les exigences opérationnelles et environnementales uniques - offrira une mobilité et une souplesse plus grandes à l'Aviation royale canadienne. »

« À mesure que l'instruction initiale à l'intention des membres d'équipage progressera, les nouveaux Chinook, auxquels des améliorations considérables ont été apportées, augmenteront assurément la capacité des Forces armées canadiennes à mener des opérations militaires, peu importe l'endroit où elles doivent le faire, y compris l'intervention rapide en cas d'urgence au Canada », a souligné le ministre MacKay.

Le CH-147F Chinook est un hélicoptère de transport moyen à lourd avancé à missions multiples. Même si sa mission principale consiste à transporter de l'équipement et du personnel durant les opérations au pays et à l'étranger, il fournit également une capacité essentielle d'intervention en cas d'urgence nécessitant une aide humanitaire (p. ex., incendies, inondations, séismes). Ces Chinook canadiens ont été modifiés afin de satisfaire aux exigences opérationnelles nationales. Notamment, ils ont été munis de réservoirs de carburant à long rayon d'action, ce qui leur permet de parcourir une distance deux fois plus grande que les modèles précédents. Cette augmentation marquée du rayon d'action est particulièrement importante pour les missions dans les vastes régions du nord du Canada.

Ils sont également équipés d'un système électrique à la fine pointe de la technologie, de systèmes d'alerte laser et radar perfectionnés, de trois mitrailleuses défensives et d'un système de contre-mesures de missiles actifs à laser pour neutraliser les missiles de défense aérienne. Cet équipement permettra d'utiliser plus efficacement les Chinooks canadiens dans de nombreux milieux présentant une menace, tout en augmentant la sécurité des équipages et les chances de succès des missions.

« Le nouveau CH-147F représente l'évolution la plus moderne et la plus avancée d'une conception d'hélicoptère qui fait ses preuves depuis de nombreuses années lors d'opérations militaires », a indiqué le lieutenant-général Yvan Blondin, commandant de l'Aviation royale canadienne. « Nos six hélicoptères Chinook précédents, de modèle D, ont sauvé la vie de bon nombre de Canadiens et d'alliés en Afghanistan en réduisant l'exposition au sol aux dispositifs explosifs de circonstance meurtriers. Ces impressionnants nouveaux hélicoptères constitueront également un précieux ajout à la capacité de transport tactique du Canada pour bien des années à venir. »

Le coût total pour l'acquisition et le soutien en service du projet d'hélicoptère de transport moyen à lourd est estimé à 5 milliards de dollars canadiens. Ce montant inclue 2,3 milliards de dollars pour le projet d'acquisition et 2,7 milliards de dollars pour le programme de soutien en service sur 20 ans. Le projet d'acquisition respecte le budget et l'échéancier depuis que le contrat avec la compagnie Boeing a été signé en 2009. Les montants susmentionnés n'incluent pas les coûts de personnel, de fonctionnement et de maintien en service.

Dans le cadre du programme d'hélicoptère de transport moyen à lourd, Boeing s'est engagé à générer des retombées industrielles et régionales de 1,25 milliard de dollars américains, de sorte que l'industrie canadienne profite grandement de cet approvisionnement. Boeing est actuellement en voie de respecter ses engagements.

L'intégralité de la flotte canadienne de 15 hélicoptères CH-147F Chinook sera livrée au cours de la prochaine année. Le 450e Escadron tactique d'hélicoptères, situé sur la Base des Forces canadiennes Petawawa (Ontario), accueillera cette nouvelle flotte et comptera environ 400 militaires d'ici 2016.

Remarques aux rédacteurs en chef et aux directeurs des nouvelles :

Pour obtenir de plus amples renseignements, veuillez consulter la documentation à l'adresse suivante :

http://www.rcaf-arc.forces.gc.ca/v2/nl-ln/index-eng.asp

Pour obtenir de plus amples renseignements sur les particularités techniques et des images, visitez la page Web de la Force aérienne à l'adresse suivante :

http://www.rcaf-arc.forces.gc.ca/v2/equip/ch147f/index-eng.asp

Pour voir des images à haute résolution du CH147F :

http://www.combatcamera.forces.gc.ca/site/01/chinookch147f/index-eng.asp

Partager cet article
Repost0
27 juin 2013 4 27 /06 /juin /2013 10:30
C-130J Super Hercules Photo by Andrew McMurtrie

C-130J Super Hercules Photo by Andrew McMurtrie

27.06.2013 par Helen Chachaty - journal-aviation.com

 

L’avionneur américain Lockheed Martin a livré le premier C-130J Super Hercules à Israël le 26 juin, lors d’une cérémonie qui s’est tenue à l’usine de Marietta, en Géorgie. L’avion devrait toucher le sol israélien au printemps 2014. Les trois avions que doit recevoir Israël seront surnommés « Shimshon », comme les 12 C-130E/H qu’utilise le pays depuis 1971.

Partager cet article
Repost0
27 juin 2013 4 27 /06 /juin /2013 09:45
C130 Hercules de l’U.S Air Force

C130 Hercules de l’U.S Air Force

27/06/2013 Sources : EMA

 

Le 21 juin 2013, un avion C130 Hercules de l’U.S Air Force, transportant des soldats français dans le cadre d’une relève, s’est posé sur le tarmac de l’aéroport de Bamako, après une première rotation entre Dakar et Gao.

 

Depuis le début de l’opération Serval, une dizaine de nations alliées ont apporté leur soutien à la force Serval en mettant à disposition des avions de transport tactiques (ATT) et stratégiques (ATS).

 

Depuis le début de l’opération Serval, les Etats-Unis fournissent des avions ravitailleurs KC135 au profit des avions de chasse français et des avions C-17. D’autres nations alliées ont contribué de manière significative aux opérations au Mali, que ce soit directement pour l’opération Serval ou dans le cadre du soutien à la MISMA. Ainsi, la Belgique a fourni deux avions C 130 Hercules et deux hélicoptères A109 Medevac. Les Danois ont quant à eux envoyé un avion C 130 Hercules. Le Canada, la Grande-Bretagne et la Suède ont engagé des avions C-17. Les Pays-Bas ont mis à disposition 2 avions KDC 10 ainsi que 4 C130 et 1 DC10. L’Espagne a fourni dans un premier temps un avion C 130 Hercules puis un avion Casa qui terminera sa mission fin juillet. Enfin, l’Allemagne a fourni 3 avions C 160 Transall et un avion A 310 multi-rôle de ravitaillement en vol et de transport.

C 130 Hercules - Danemark

C 130 Hercules - Danemark

hélicoptères A109 Medevac - Belgique

hélicoptères A109 Medevac - Belgique

C 130 Hercules - Belgique

C 130 Hercules - Belgique

C 160 Transall - Allemagne

C 160 Transall - Allemagne

C 130 Hercules - Espagne

C 130 Hercules - Espagne

Opération Serval : contribution alliée au transport tactique intra-théâtre
C-17 - Canada

C-17 - Canada

Les moyens néerlandais engagés en soutien de l’opération Serval – Crédit : EMA / ECPAD

Les moyens néerlandais engagés en soutien de l’opération Serval – Crédit : EMA / ECPAD

C-17 - Royal Air Force

C-17 - Royal Air Force

Les moyens mis à disposition par les pays alliés en soutien de l’opération Serval ont permis de renforcer les capacités de transport et de ravitaillement. Cette complémentarité et cette interopérabilité sont le fruit d’une coopération régulière développée notamment au cours d’exercices interalliés.

Le 21 juin 2013, un avion C 130 Hercules de l'U.S Air Force, transportant des soldats français dans le cadre d'une relève, s'est posé sur le tarmac de l'aéroport de Bamako, après une première rotation entre Dakar et Gao.

Le 21 juin 2013, un avion C 130 Hercules de l'U.S Air Force, transportant des soldats français dans le cadre d'une relève, s'est posé sur le tarmac de l'aéroport de Bamako, après une première rotation entre Dakar et Gao.

Partager cet article
Repost0
27 juin 2013 4 27 /06 /juin /2013 07:55
Formation ravitailleur, Rafale, Mirage F1

Formation ravitailleur, Rafale, Mirage F1

26/06/2013 Ltt Alexandra Lesur-Tambuté - Armée de l'air

 

Mardi 25 juin 2013, la première répétition du défilé aérien du 14 Juillet a été organisée sur la base aérienne 279 de Châteaudun. Un passage des aéronefs dans des conditions dignes du Jour J.

 

Chaque année, un entraînement au défilé aérien du 14 Juillet est organisé sur la base aérienne 279 de Châteaudun au plus proche des conditions parisiennes. « Ici, les circuits d’attente et  l’axe de la piste  sont positionnés exactement comme au 14 Juillet », explique le général Jean-Jacques Borel, chef d’état-major du commandement de la défense aérienne et des opérations aériennes, directeur du défilé aérien. Tout le dispositif est au plus près de celui établi à Paris ».  Sur place, une tente abritant le poste de commandement, de conduite et de coordination (P3C) a été installée. Ce même poste que l’on retrouvera au sommet de l’Arc de Triomphe le jour de la fête nationale. S'y trouveront plusieurs contrôleurs aériens et pilotes dont le capitaine Pierre Coudray, plus connu pour cet événement sous l’indicatif radio « Étoile ».

 

43 aéronefs et 20 hélicoptères en entraînement

 

Pour cette répétition, une grande partie du dispositif aérien prévu pour le 14 Juillet a fait le déplacement. Au total, ce sont 43 avions (sur 53) dont chaque leader de plot et 20 hélicoptères qui ont réalisé un passage au-dessus de la piste de Châteaudun. Même l’A 400M est venu répéter. «  Notre objectif est de vérifier la tenue des formations et le respect du timing », confie le lieutenant-colonel Nicolas Berjon, coordinateur du défilé aérien. Positionnés en bout de piste, comme en tribune présidentielle, le général  Borel et les officiers projet vont alors contrôler chacun des passages.

Le poste de commandement, de conduite et de coordination (P3C)

Le poste de commandement, de conduite et de coordination (P3C)

Formation Ravitailleur C135, deux Rafale et deux Mirage

Formation Ravitailleur C135, deux Rafale et deux Mirage

Top départ à 11h03 et 30s

 

«Étoile » annonce le top départ à 11h03 et 30 secondes. Chaque patrouille calcule alors son temps de passage en respectant un écart de 30 secondes entre chaque formation. « La difficulté repose sur le fait qu’à Châteaudun tous les aéronefs ne pouvaient pas se poser », souligne le général Borel. « Les transporteurs ont rejoint les axes d’attente depuis leurs bases aériennes tandis que les autres ont décollé de Châteaudun. »  Après la première partie du défilé aérien, les hélicoptères ont, quant à eux, décollé et réalisé la deuxième partie du défilé à 11h45.

 

Débriefing précis

 

À la fin de cette répétition grandeur nature,  chaque leader (chasse, hélicoptère et petit aéronef) s’est posé sur la piste pour un débriefing du défilé revu à la loupe. Les leaders des formations transport se sont posés sur les bases alentour avant de rejoindre en véhicule la BA 279. « Bravo », a souligné le général Borel. « Dans l’ensemble, cette répétition s’est bien déroulée malgré quelques petits détails à corriger pour atteindre la perfection visée ». Cette répétition étant filmée, les pilotes ont pu voir leurs positions et prendre en compte les quelques remarques annoncées par l’officier projet. Le prochain rendez-vous est fixé au 9 juillet, cette fois-ci sur les Champs-Élysées avec la présence indispensable des leaders et Deputy (remplaçant) de chaque formation.

Contrôle du passage des aéronefs par le directeur du défilé aérien

Contrôle du passage des aéronefs par le directeur du défilé aérien

Débriefing des leaders de patrouille

Débriefing des leaders de patrouille

Suivez la préparation d’un pilote de Casa

 

 Pilote de CN 235 Casa à l’escadron de transport 1/62 « Vercors » de Creil,  le sous-lieutenant Anthony Marchand va participer à son premier défilé aérien, à l’occasion du 14 Juillet. Après une première étape de sa préparation réalisée à Villacoublay, il nous embarque à bord de son avion pour sa répétition à Châteaudun.

 

 Pour la répétition à Châteaudun, la formation composée de trois Casa est partie directement de la base de Creil. « Nous ne pouvons pas nous poser sur la base aérienne 279, explique le sous-lieutenant Anthony Marchand. Nous avons décollé à 9 h 40 locales de notre base et rejoint en basse altitude la zone règlementée temporaire (ZRT)  créée pour l’occasion ».Cette ZRT est indispensable pour éviter le passage d’autres aéronefs lors de l’entraînement.

 

Avant le top « départ », les aéronefs rejoignent les circuits d’attentes qui leur sont consacrés. « Pour les Casa, nous étions regroupés avec les autres transporteurs, Hercules et Transall, dans un même circuit », ajoute le pilote.  « Étoile » annonce alors l’heure de passage, le H1, comme on dit. « Dès lors, le leader de notre patrouille fait le calcul pour savoir très exactement à quel moment nous devons quitter l’attente, explique Anthony. Nous sommes les derniers de notre box à devoir passer, seulement 30 secondes après les Transall et en même temps, nous devons être 30 secondes devant les Xingu situés dans un autre circuit d’attente ».

 

Le temps d’un passage, d’un seul essai,  et les Casa repartent déjà à Creil. Malgré le trafic aérien conséquent et une radio à utiliser au minimum, Anthony a manœuvré habilement. Au débriefing, la formation Casa est dite « symétrique », aucun ailier n’étant trop écarté par rapport au leader. Et le timing a été respecté. Situé à gauche du Casa leader, le sous-lieutenant Marchand est plutôt satisfait. Il avoue cependant en toute humilité « Ce n’est pas encore parfait, il faut qu’on affine notre travail et nos positions par rapport au leader pour le meilleur passage possible le Jour J».

Formation des trois Casa pour la répétition de Châteaudun

Formation des trois Casa pour la répétition de Châteaudun

Partager cet article
Repost0
27 juin 2013 4 27 /06 /juin /2013 07:55
Photo Marine nationale Thibaut Claisse

Photo Marine nationale Thibaut Claisse

26/06/2013 Marine nationale

 

La flottille 11F (Rafale Marine) est déployée du 18 juin au 2 juillet 2013 sur la base aérienne 125 d’Istres pour son entraînement annuel à la simulation d’appontage sur piste (ASSP). 120 techniciens, 15 pilotes, 8 Rafale Marine et 2 officiers d’appontage sont mobilisés pour cette campagne sur une base de l’armée de l’Air.

 

Ces séances d’appontage simulé sur piste constituent une manœuvre importante dans la préparation des pilotes de la Marine nationale. Durant deux semaines, et à raison de deux créneaux d’ASSP quotidiens, les pilotes de la flottille 11F vont se ré entraîner, de jour comme de nuit dans la perspective d’un prochain déploiement sur le porte-avions Charles de Gaulle.

 

À Istres, un miroir d’appontage est installé et une piste est dessinée le temps de ces entraînements. Ce dispositif, appuyé par les officiers d’appontage, permet aux pilotes de la Marine d’évaluer et de corriger si nécessaire, leur position à l’approche et au moment d’atterrir.

 

La Marine nationale se déploie sur la BA 125 depuis 2009. Cette mesure correspond à l’engagement pris par le ministère de la Défense lors de la fermeture de la base d’aéronautique navale de Nîmes-Garons, où ces ASSP avaient précédemment lieu.

 

Le déploiement sur la base aérienne d’Istres de la flottille finistérienne a par ailleurs été l’occasion pour les pilotes et les techniciens de participer à l’entraînement «Tactical La Fayette Weeks».

 

Tactical La Fayette Weeks a pour objectif l’entraînement, dans un environnement réaliste, des équipages aux différentes phases tactiques d’une mission aérienne complexe avec, des phases de ravitaillement en vol, de pénétration basse et moyenne altitude et de combat aérien.

Photo Marine nationale – Jacques Tonard

Photo Marine nationale – Jacques Tonard

Partager cet article
Repost0
27 juin 2013 4 27 /06 /juin /2013 07:35
Le général Éric Law De Lauriston, commandant en second le CSFA avec le CEMAA singapourien.

Le général Éric Law De Lauriston, commandant en second le CSFA avec le CEMAA singapourien.

26/06/2013 Armée de l'air

 

Le chef d’état-major de l’armée de l’air de Singapour, le général Hoo Cher Mou, s’est rendu sur la base aérienne 120 de Cazaux les 20 et 21 juin 2013. Cette haute autorité militaire a mis à profit sa présence au Salon du Bourget à Paris pour rendre visite au personnel du 150° escadron de la Republic of Singapour Air Force (RSAF) et à leurs familles, implantés sur la base de Cazaux depuis 1998.

 

Le général Éric Law De Lauriston, commandant en second le commandement du soutien des forces aériennes (CSFA), avait fait le déplacement à cette occasion pour représenter le général Denis Mercier, chef d'état-major de l'armée de l'air (CEMAA).

 

Après avoir visité l’unité singapourienne, le général Hoo Cher Mou s’est rendu dans l’école testerine Brémontier qui accueille une grande partie des enfants des familles du personnel de l’escadron. Cette visite, en présence d’autorités politiques locales, a permis au général de constater la parfaite intégration des Singapouriens dans le tissu local du sud Bassin d’Arcachon.

Le chef d’état-major de l’armée de l’air de Singapour, le général Hoo Cher Mou, s’est rendu sur la base de Cazaux.

Le chef d’état-major de l’armée de l’air de Singapour, le général Hoo Cher Mou, s’est rendu sur la base de Cazaux.

Partager cet article
Repost0
26 juin 2013 3 26 /06 /juin /2013 15:55
La première journée des aviateurs

25/06/2013 Actus Air

 

Afin de renforcer l’identité des aviateurs, l’armée de l’air a décidé de célébrer, une journée par an, sa naissance. Le mercredi précédent le 2 juillet de chaque année, l’ensemble des militaires arborant des charognards, qu’ils soient en France ou à l’étranger, fêteront ensemble cette journée des aviateurs !

 

« Tout personnel de l’armée de l’air, quelle que soit sa catégorie, son statut, son lieu d’affectation, doit se sentir fier d’appartenir à notre armée. Cette journée doit créer un élan de solidarité (…) les initiatives devront en particulier s’appuyer sur les valeurs de l’armée de l’air qui seront développées dans le prochain carnet de l’aviateur », écrivait sur son blog en mars dernier le général Denis Mercier, chef d’État-major de l’armée de l’air (CEMAA).

 

Le mercredi 26 juin 2013 est donc officiellement la première journée des aviateurs. Chaque base aérienne en France mais aussi en outre-mer organise l’événement.

Parmi les festivités organisées, la base aérienne (BA) 125 d’Istres a mis en place un challenge sportif et propose même un tirage au sort avec 25 places à gagner pour réaliser un vol en C135 ravitailleur. Du côté de Bordeaux, la BA 106 ouvre ses portes aux familles afin de visiter les différentes unités avant un barbecue géant. À Mont-de-Marsan, sur la BA 118, les visiteurs pourront suivre des conférences notamment une sur le régiment de chasse « Normandie-Niemen » avant de se balader autour de l’exposition statique d’aéronefs et de matériels roulants.

Dans cette dynamique de rendre ses couleurs à l’identité des aviateurs, le CEMAA a décidé la création d’une devise : « Unis pour faire face ». Une reprise de la réplique du célèbre As de l’aviation, Georges Guynemer, avec l’ajout du verbe « Unir ». Ce 26 juin 2013 sera donc l’occasion pour les aviateurs de se réunir en famille, entre collègues, entre passionnés afin de célébrer ensemble la naissance de l’armée de l’air. 

Pour lire l'ordre du jour du général Mercier, chef d'état-major de l'armée de l'air.

Partager cet article
Repost0
26 juin 2013 3 26 /06 /juin /2013 15:55
photo Armée de l'Air

photo Armée de l'Air

26.06.2013 Helen Chachaty - journal-aviation.com

 

Le chef d’état-major de l’armée de l’air (CEMAA), le général Denis Mercier, a été auditionné le 11 juin dernier par la Commission des Affaires étrangères, de la Défense et des Forces armées, sur la thématique du nouveau Livre blanc et des implications que celui-ci aura sur l’armée de l’air, couplé à la future Loi de programmation militaire (LPM).

 

Le général Mercier s’est ainsi exprimé sur plusieurs points importants au cœur des préoccupations actuelles : les équipements à renouveler, la rénovation des Mirage 2000, les drones, le MCO, ainsi que la formation et l’entraînement des aviateurs.

 

Il a également rappelé que l’armée de l’air était une des rares – avec l’US Air Force et la Royal Air Force – à posséder cette capacité d’entrer en premier sur un théâtre et de monter rapidement en puissance, une composante essentielle pour la capacité d’autonomie stratégique soutenue par le Livre blanc.

 

Le CEMAA appelle également à considérer la cohérence de l’armée de l’air et à ne pas se focaliser uniquement sur les formats réduits : « même si les formats comptent, le maintien de notre cohérence, qui est au cœur de notre projet, est encore plus importante », ajoutant « mon souci principal est de maintenir la cohérence d’ensemble ».

Partager cet article
Repost0
26 juin 2013 3 26 /06 /juin /2013 15:50
German air force to bid 'Pharewell' to last F-4Fs

26 Jun 2013 by Craig Hoyle –FG

 

London - Germany will retire its last operational McDonnell Douglas F-4F Phantom IIs on 29 June, with the veteran type's duties having been assumed by Eurofighter units.

 

After almost 40 years of service, the final interceptors will be retired during a decommissioning event to be staged at the Luftwaffe's Wittmund air base.

 

The final German examples are operated by the air force's JG 71 "Richthofen" squadron, which was also the first to begin flying the type, in March 1974. Delivered in 1973, its first F-4F, 37+01, received a special livery for the occasion.

 

A total of 263 Phantoms were acquired by Germany, the air force says, including 88 in the RF-4E reconnaissance configuration, from 1971.

 

Flightglobal's MiliCAS database shows Germany's retirement of the Phantom will reduce the global frontline fleet of the type to 431 aircraft, operated by the air forces of Egypt, Greece, Iran, Japan, South Korea and Turkey. The US Air Force also has more than 150 examples, which have been adapted for use as QF-4 aerial targets.

Partager cet article
Repost0
26 juin 2013 3 26 /06 /juin /2013 13:33
photo Armée de l'Air

photo Armée de l'Air

26 juin 2013 AIRetCOSMOS

Le premier entraînement au défilé aérien du 14 juillet 2013 s'est tenu mardi 25 juin sur la base 279 de Châteaudin.

Partager cet article
Repost0
26 juin 2013 3 26 /06 /juin /2013 10:55
Seeking A Substitute For Experience In The Air

June 26, 2013: Strategy page

 

France is, like the United States and many other European countries, making big cuts in their defense budgets. In response the French Air Force is adopting radical new training methods. Rather than cut the flying time of all pilots by 20 percent (from 180 hours a year to 150), half the pilots would remain at 180 hours while the other half would be reduced to 40 hours in combat aircraft (like the Rafale) and another 140 hours in a high-end trainer (that is much cheaper to operate than the Rafale, or similar aircraft.) If there were a major war and the second line pilots were needed, they would undergo 60-90 days of intense training in the Rafale, amounting to over a hundred hours of flight time, which the French air force leaders believe would make them roughly equal to the first line pilots in terms of capability.

 

All this is something of a gamble and it’s unclear if it will actually work. But the French have little choice since the money is not there to maintain 180 hours a year for everyone and as the recent operations in Mali made clear, you need highly skilled and experienced pilots to carry off operations like that without losing aircraft.

 

The U.S. currently and Russia during the 1990s used a similar two-tier system, where pilots not heading overseas had their flight hour cut. But when a squadron was scheduled for a trip to a combat zone, pilots got a lot more flying hours for the few months before they went. This apparently was sufficient to get the pilots back (or reasonably close to) their former (with 180 or more flight hours a year) competence levels.  The U.S. is again using this system because of budget cuts.

 

There are several other unknowns. Cost issues may mean using a high end turboprop trainer instead of a jet trainer. Then there’s the issue of simulators. Research into the effectiveness of high-end simulators (which cost less than ten percent per hour compared to the actual aircraft) is still unclear when you try to substitute simulator time for a lot of actual flying hours (like down to 40 hours a year). It’s long been theoretically possible to substitute simulator hour for the lost flight time and still have a pilot able to perform at an acceptably high level. This new budget crises in Western air forces may be a way to finally clear up just how effective simulator use is.

Partager cet article
Repost0
25 juin 2013 2 25 /06 /juin /2013 16:55
EC120B-Colibri

EC120B-Colibri

25 June 2013 by defenceWeb

 

French company DCI has trained six Niger Air Force helicopter pilots and will train more aircrew under an extended contract.

 

DCI said that six pilots from Niger underwent ab-initio training in France and Niger and that the government of Niger had decided to extend the project in 2013 with the training of additional aircrews.

 

The six pilots, together with six flight mechanics, graduated with their diplomas in March at a ceremony held in Niamey, Niger.

 

“This innovative project, supported by the presidency of Niger, allowed the pilots and flight mechanics to use Helidax installations, within the framework of an ab initio training,” DCI said. “The pilots were trained on EC120 Colibri aircraft.

 

The Niger Air Force operates several Mi-8/17 transport and Mi-24 attack helicopters.

 

DCI-AIRCO, in partnership with the French Air Force, has offered fighter pilot training since 2008. Training takes place at French Air Force bases (Salon de Provence, Cognac, Tours and Cazaux). The company also offers helicopter pilot training, at the ALAT (French Army Light Aviation) pilot training school in Dax, or in the customer’s country.

 

DCI, via its subsidiary Hélidax, is an important partner for the Dax school. Hélidax supplies flight hours required for the basic training of pilots from the Armed Forces (land, sea and air), Gendarmerie Nationale and other foreign pilots.

 

Some of DCI’s customers include the Qatar Emiri Air Force and Libya. Earlier this month it was announced that the Libyan Air Force had appointed DCI to train 20 officer trainees.

 

DCI was created in 1972 to assist foreign military equipment sales, with its main mission to provide training to foreign customers.

Partager cet article
Repost0
25 juin 2013 2 25 /06 /juin /2013 15:35
photo Livefist

photo Livefist

25/06/2013 Michel Cabirol – LaTribune.fr

 

Les négociations sur la vente de 126 Rafale à l'Inde, après avoir été très ralenties pendant plusieurs mois sur la question du partage des responsabilités entre les groupes français et indiens, ont repris depuis quelques semaines tous azimuts. Dassault Aviation, qui n'exige plus deux contrats séparés, en négocie qu'un désormais.

 

Le gouvernement et Dassault Aviation se sont montrés particulièrement enthousiastes ces derniers jours sur la concrétisation avant la fin de l'année d'un contrat portant sur la vente de 126 Rafale en Inde. Pourquoi un tel optimisme ? Selon des sources concordantes, les négociations, après avoir été très ralenties pendant plusieurs mois sur la question du partage des responsabilités, ont repris depuis quelques semaines tous azimuts. "Très souvent quand les négociations coincent sur un point, une fois l'obstacle franchi, elles repartent à plein régime", explique un proche du dossier. Le ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian a même vendu un petit peu la mèche en expliquant en début de semaine dernière que les négociations avaient reprise sur un bon rythme. "Il y a eu des avancées significatives, avait-il expliqué, j'espère qu'elles se poursuivront et, si ce contrat est rempli, ce sera une très bonne nouvelle, pour Dassault, l'industrie aéronautique et pour la France".

 

Car effectivement l'abcès sur le partage des responsabilités entre les industriels indiens et français pour les 108 appareils devant être assemblés en Inde a été une bonne fois pour toute crevé entre Dassault Aviation et New Delhi, expliqe-t-on à La Tribune. Début avril, The Indian Express affirmait que les négociations achoppaient sur un différend lié à la responsabilité du groupe français pour les 108 appareils devant être assemblés en Inde. Mais le problème traînait déjà depuis l'automne dernier. La presse indienne évoquait déjà à cette époque ce différend. A tel point que l'avionneur tricolore exigeait de négocier deux contrats séparés, l'un pour les 18 fabriqués en France, l'autre pour les 108 assemblés en Inde. Finalement, Dassault Aviation, qui a semble-t-il obtenu des garanties, négocie actuellement un seul contrat englobant toutes les licences de transferts de technologies pour lui et l'ensemble de ses sous-traitants.

 

Un communiqué commun Dassault Aviation et HAL

 

Du coup, il y a une dizaine de jours, un peu avant l'ouverture du salon aéronautique du Bourget, le PDG de Dassault Aviation, Eric Trappier, s'est dit convaincu de signer le contrat de vente de l'avion de combat Rafale avec l'Inde, les deux parties souhaitant selon lui conclure cette année. "L'Inde a été le premier client export de Dassault dans les années 50, elle sera sûrement aussi le premier à signer le (contrat du) Rafale", avait-il estimé. "On espère aller le plus vite possible. Si on écoute nos amis indiens et si on s'écoute nous-mêmes, on aimerait bien finir en 2013, finir c'est signer un contrat", avait-il précisé. Refusant d'entrer dans le détail des négociations, Eric Trappier a simplement indiqué qu'elles se poursuivaient "dans la très bonne humeur", notamment sur le partage des responsabilités entre la France et l'Inde d'une part, et industriels français et indiens d'autre part. "Il n'y a jamais eu de blocage", avait-il précisé. Pas de blocage mais un très fort ralentissement des négociations. De son côté, le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, partageait cet enthousiaste. Il estimait que les négociations pour la vente du Rafale à l'Inde étaient "en bonne voie" et qu'il n'y avait "pas de retard particulier" dans le processus. En Inde, "il y a un temps de négociation qui est un petit peu long, mais je suis, comme M. Trappier plutôt positif par rapport à l'échéance", avait-il encore déclaré.

 

Et cette "bonne humeur" s'est concrétisée par un communiqué commun entre Dassault Aviation et son partenaire privilégié Hindustan Aeronautics Limited (HAL). A l'occasion du salon aéronautique du Bourget, le président de HAL Dr RK Tyagi et Eric Trappier se sont réunis "pour passer en revue les progrès des projets en cours. Les deux présidents ont exprimé leur satisfaction sur le travail déjà réalisé par les équipes intégrées et ont renouvelé leur engagement vers la réussite de leurs différents projets". D'une manière générale, l'Inde a besoin pressant sur le plan opérationnel de ces 126 appareils, notamment pour faire face à la menace du Pakistan et à celle de la Chine. L'armée de l'air doit notamment remplacer ses vieux MiG russes dangereux pour ses pilotes. En outre, cette acquisition majeure va permettre à New Delhi de restructurer en profondeur le tissu industriel dans le domaine de l'aéronautique. Enfin, en cas d'échec des négociations, New Delhi aurait perdu deux ans.

 

Quelles dates pour les élections générales

 

Seul bémol, les élections générales indiennes qui risquent de ralentir à nouveau les négociations. En juillet, New Delhi devrait décider de la date des élections. Si elles sont fixées au printemps 2014, Dassault pourrait avoir une bonne chance de terminer les négociations et signer un contrat avant la fin de l'année, comme Eric Trappier l'espère, estiment certains observateurs. En revanche, si elles ont lieu à la fin de l'année, l'avionneur devrait patienter encore plusieurs mois pour parapher le contrat.

Partager cet article
Repost0
25 juin 2013 2 25 /06 /juin /2013 12:35
H6K In flight

H6K In flight

June 25, 2013 by Noam Eshel - defense-update.com

 

The Chinese People’s Liberation Army Air Force (PLAAF) recently received 15 Xian H-6K bombers with nuclear capabilities, according to Jane’s Defence Weekly.

 

The H-6K, an updated version of the H-6 bomber (originally, a locally built version of the 1960s vintage Russian Tupolev Tu-16 bomber), is a medium-sized craft designed for long-range attacks, stand-off attacks and large-area air patrol. Unlike its predecessor, the H-6K can carry cruise missiles under its wings. The H6-K also maneuvers more deftly than the H-6 and requires a smaller crew to operate. H-6K reportedly has a combat radius of 3,500 km. It can carry weapons in the internal weapon bay and on four underwing pylons. The nuclear-capable Changjian-10 (long sword) CJ-10A cruise missiles it carries have a range of 1,500-2,000 km, effectively extending the bomber’s combat range to 4,000-5,000 km – long enough to reach Okinawa, Guam and even Hawaii from China’s mainland.

Variants of the CJ-10 anti-ship/land attack cruise missile can be launched from different platforms. Six are carried by Xian H-6K strategic bomber, The missile is also carried on board the Type 095 and 052D destroyers and on land-based mobile launchers.

Variants of the CJ-10 anti-ship/land attack cruise missile can be launched from different platforms. Six are carried by Xian H-6K strategic bomber, The missile is also carried on board the Type 095 and 052D destroyers and on land-based mobile launchers.

Analysts stipulated that PLAAF missiles be able to reach Taiwan, southwestern Japan and Guam, a range of control that requires a 3,000 km combat radius and powerful attack capability. Only the combined combat radius of the H6-K and Changjian-10 strike range currently satisfy the length requirement for those missions.

Chinese Air Force Gets More H-6K Strategic Bombers
Partager cet article
Repost0
25 juin 2013 2 25 /06 /juin /2013 11:35
Australia: 1000th Mercedes-Benz G-Wagon delivered to Defence

25.06.2013 Pacific Sentinel
 

 
Minister for Defence Materiel Dr Mike Kelly AM MP today announced the delivery of the 1000th Mercedes-Benz G-Wagon under Project LAND 121 Phase 3A.
 
The new G-Wagons, along with Australian-made trailers, are being rolled out to Army and Royal Australian Air Force units as part of LAND 121 ‘Project Overlander’, a $7.5 billion program delivering more than 7500 protected and unprotected vehicles to the Australian Defence Force (ADF) over the next decade.
 
“The new G-Wagons will help prepare ADF personnel for operations and provide the flexibility to undertake a wide range of tasks in difficult off-road conditions, while ensuring that Australian soldiers are better prepared and equipped,” Dr Kelly said.
 
The new variants are used as tactical training vehicles and for a wide range of support tasks. 
 
“G-Wagon variants include utility, ambulance, surveillance and reconnaissance, mobile command post variants, and even a canine variant to transport military working dogs and their handlers,” Dr Kelly said.
 
Dr Kelly congratulated Mercedes-Benz on the delivery of the first 1000 G-Wagons, adding that the G-Wagon represents a big step forward for the ADF’s tactical training capability.
 
“Today’s handover of the 1000th G-Wagon represents an important milestone at the Mercedes-Benz facility in Mulgrave, Victoria,” Dr Kelly said.
 
“At the Mulgrave facility, modules and tray bodies provided by G.H. Varley in Newcastle are integrated with the vehicles and pre-delivery work is undertaken.”
 
A total of 2146 G-Wagons are being rolled out to ADF units between July 2012 and June 2016.
 
Partager cet article
Repost0
25 juin 2013 2 25 /06 /juin /2013 10:55
Les aéronefs dont l'A400M

Les aéronefs dont l'A400M

25.06.2013 defense.gouv.fr

Partager cet article
Repost0
24 juin 2013 1 24 /06 /juin /2013 18:30
Rafale : François Hollande en a parlé avec le Qatar

23/06/2013 Michel Cabirol – LaTribune.fr (AFP)

 

Le président de la République, qui effectue une visite de deux jours au Qatar, a évoqué le dossier du Rafale que la France espère vendre à l'émirat. Dassault Aviation pourrait entrer en négociations exclusives prochainement.

 

François Hollande a affirmé dimanche à Doha avoir évoqué avec les dirigeants du Qatar le dossier de l'avion de combat Rafale de Dassault, que la France souhaite ardemment vendre à l'émirat. "J'en ai parlé", a expliqué le président français lors de la conférence de presse clôturant sa visite officielle au Qatar. "Pour la suite je pense qu'il faut laisser les négociations se poursuivre", a-t-il ajouté sans donner plus de précisions. Le Rafale est considéré comme un dossier "d'importance stratégique majeure", avait indiqué l'entourage du président avant son déplacement. "Le Qatar a validé techniquement" l'avion de combat français, et "on attend des Qataris qu'ils puissent rapidement nous confirmer l'engagement de négociations sur le Rafale seul", avaient également souligné des sources gouvernementales. L'appareil du groupe Dassault Aviation est en concurrence avec l'Eurofighter construit par BAE Systems, Finmeccanica et EADS.

 

Vers des négociations exclusives ?

 

En juillet dernier, le Rafale avait beaucoup impressionné les Qataris à l'issue d'une campagne extrêmement positive par temps chaud (50 degrés) au Qatar... sans aucun coup de chaleur contrairement à certains de ses concurrents américains, les appareils de Boeing, les F-15 et les F-18. Les Qataris, qui ont un besoin estimé entre 24 et 36 appareils, ont également évalué le Typhoon Eurofighter et le F-16 Block 50/52 (Lockheed Martin). Le Rafale aurait la préférence des pilotes qataris et serait sorti vainqueur des évaluations techniques, selon un proche du dossier. Doha, qui dispose notamment de douze Mirage 2000-5 vieillissants, pourrait entrer en négociations exclusives avec Dassault Aviation à tout moment, explique-t-on à La Tribune. En revanche, il existe peu de chance pour qu'un contrat soit signé d'ici à la fin de l'année. Mais pourquoi pas 2014...

Partager cet article
Repost0
24 juin 2013 1 24 /06 /juin /2013 16:50
The A400M takes flight: redefining the airlift market? (SLD)

21 June 2013 by Robbin Laird - Second Line of Defence - defenceWeb

 

At the recent Airbus Military Trade Media Briefing 2013, journalists who attended were given the opportunity to fly the aircraft for more than an hour.

 

Francis Tusa, the well-known British journalist and hardly a Euro hugger, underscored what we all felt:

 

The lack of noise within the aircraft was noticeable compared to the C-17, C-130 or other aircraft. The seats are more comfortable as well. I did not hear the engines start up, and so was surprised when the aircraft took off. And then the incredibly rapid takeoff demonstrated its capability to lift from very, very short fields. The plane had a very stable performance in flight. And all of this in a very large cargo aircraft.

 

The A400M features C-130-like ability to use a wide variety of airfields with the capability to carry oversized loads of the sort that the C-17 currently carries.

 

The aircraft will be able to deliver equipment and personnel closer to the point of attack than the C-17 with C-17 type loads.

 

It will not be difficult to see how this aircraft will initially be used. In the current Mali operation, the French had significant challenges in delivering the capability necessary for their forces. When the A400M many years ago was first thought of, lift was considered somewhat equivalent to a truck or a greyhound bus.

 

With the last decade of experience and the revolution in air dropping, the airlifter is an integral part of the kind of expeditionary logistics, which insertion forces clearly need to operate with for 21st century operations.

 

In my colleague’s reporting from Mali, the French military made it clear to her that they were eagerly waiting for the A400M to join the fleet in order to facilitate the kind of operation which Mali represented.

 

As Murielle Delaporte underscored about the Mali operation:

 

Air support has been crucial in the areas of more intense engagement. Forward air controllers or FACs were important members of the ground forces. And air assets –Air Force (fighters), Army (helos) and Navy (Atlantique 2) – have been drawn upon in the operation.

 

More generally, and as far as the air component goes, one should also stress that the demands on the old tactical transport aircraft Transalls or the C-160s are very high.

 

This would be a good time to have the new A400Ms in play.

 

French Air Force officers all agree that it will be beneficial in the near future to have a plane which could fly straight from France and have the capability to land on the short, tough airfields characteristic of the Mali operation.

 

The logistics side of the Mali operation was inextricably intertwined with the combat forces in the combat operation.

 

Murielle Delaporte, based on interviews with the French forces in Mali, has emphasized that the French are re-inventing the Caravan concept but in the context of 21st century operations. They are deploying into combat areas the forces they need but correlated with the support they need as well. They are not creating mobile Walmarts that need to be defended. And in this effort, various transport means are being used, including convoys (on which she travelled for several days in Mali) as well as airlift of various types.

 

To gain a sense of how the A400M would be used in the future with the Mali operation in mind, Airbus Military’s Damien Allard, the Market Development Manager for the A400M, has put together a briefing, which he recently presented at a press conference.

 

At the heart of the approach is the capability of the aircraft to carry C-17 type loads with C-130 type agility. The A400m combines an ability to carry outsize and heavy loads that cannot fit into current tactical airlifters and be able to deliver those loads on soft, short, and austere areas where current strategic airlifter cans not. According to Airbus Military, the plane can deliver up to a 55,000-pound or 25 ton payload onto as short an airfield as a 750 meter or 2500 foot low grade airstrip.

 

The range of the aircraft will allow it to fly directly from France to do the resupply effort and land directly onto remote airfields, creating a very different type of transit link, one between the supply “warehouse” and the engaged force. The key is to deliver equipment to the point of need for the supply points, not necessarily located in the combat zone or country. This allows reduction of transit time, and enhanced security of supply.

 

At the heart of the evolving concepts of expeditionary logistics is the concept of providing support integrated within combat forces, without having to stockpile equipment to support “forward” deployed forces.

 

The notion of the “front” and “rear” is eroded by the expeditionary logistics concept.

 

The A400M fits right into this concept. The A400 M will bring the capability to the French forces of delivering heavy and outsize loads directly from France or from other airfields in the region to unpaved airstrips in Northern Mali such Tombouctou, Gao, or Tessalit.

 

According to Damien Allard: “The A400M can airlift all the equipment in use for ‘Operation Serval,’ including those which were either sealifted through slow Ro-Ro ships or airlifted through costly strategic airlifters.”

 

The first A400Ms are being delivered this year to the French and Turkish forces.

 

Clearly, the European forces need an upsurge in lift capabilities.

 

The program has been contracted between a European agency called the Organization for Joint Armament Cooperation or OCCAR and Airbus Military, which guarantees a stable, buy of the aircraft. Beyond the core buyers – the UK, France, Germany, Turkey, Spain, Luxembourg, and Belgium), the first export customer is Malaysia. What this means is that the signers of the OCCAR contract are obligated to buy the core purchases even if they decide to reduce the number in their own inventory from the initial order.

 

Contract stability among multinational partners in the program is a crucial element of launching such a program in challenging financial times.

 

The A400M is clearly a 21st century aircraft and part of the multi-mission revolution generated by the small number of multinational programs, which are re-baselining 21st century capabilities. Whether it is the A400M or the F-35, each platform is part of a fleet and is designed to operate as such.

 

Some of the characteristics of such a fleet are building in logistics from the ground up.

 

Common serial numbers or UIDs are built in. These common markings enable a global logistics management effort. The prime contractor manages the global supply chain to build the aircraft and manages the data on parts performance to ensure improvements in the supply chain as operational experience is gained with the aircraft.

 

Multi-national training is a core focus of the A400M and the F-35, and this common training facilities cross-fertilization of ideas of how to use a common fleet. There is an opportunity to apply the user group concepts pioneered by programs such as the Rover or the C-130 and to apply the inputs from user groups to drive further development of these 21st century programs rather than developing the program based on the desires of procurement agencies or engineers.

 

Clearly, global reach is enabled by each participant in the program getting economies of scale on parts, surge capabilities, and the possibility of cross learning on con-ops.

 

The A400M will re-define airlift with its capability to bring large loads into close proximity to operational forces.

 

This does not mean that the market for other lift aircraft simply vaporizes over night.

 

The core concept which I developed for understanding the impact of 5th generation aircraft is the re-norming of air operations, whereby the new aircraft reshape how air operations are done, and how legacy aircraft are used and how new capabilities get defined and added over time. The A400m is part of re-definition process for airlift.

 

C-17s are no longer being built. This means that the C-130J and the upgrade market of the C-130s will remain part of the picture of some time to come. Embraer is promising to launch a new lift aircraft into the mix as well. The market by 2030 is certainly going to be a mix of these aircraft, but the capabilities of the A400M will be obvious from how its users deploy the aircraft. And in this market and is many parts of the military market, imitation is the highest form of flattery.

 

A suggestion of how the mix might play out came from a discussion with a senior editor of an Asian defense journal. M. Ghazemy Mahmud, the editor of the Malaysian based Asian Defence Journal:

 

A core reality is that the A400M will be used with our C-235s and C-130s for a long time. In effect, a task force approach will be put in place.

 

Malaysia has C-130Hs which is relevantly new airlifter and the Air Force is very pleased with this aircraft. It will be upgraded over time, but the C-130J will not be bought because of the availability of the A400M.

 

Although the Malaysian Air Force likes the C-17, it is too expensive to buy and to operate for them. The A400M is a better choice for them, and will shape a new approach to the use of the overall fleet.

 

In short, the A400M, which will appear at the forthcoming Paris Air show and not only fly, but also have the first French aircraft on display, will be a key contributor to 21st century air capabilities.

 

And these capabilities are part of what I like to call the 3 Ms: multi-mission, maintainable and high technology manufactured.

 

In today’s world, the acquisition of aircraft in financially stringent environments favors multi-mission platforms. The U.S. and allied air forces are buying less aircraft and a smaller variety of aircraft. The expectation is that the aircraft purchased will do more than their core specialty.

 

With regard to maintainability, new platforms are built with a significant amount of attention to how to enhance their ability to be maintained over time. When platforms were built thirty years ago, logistics support was an afterthought. Now it is a core element of determining successful outcomes to the manufacturing process.

 

The final M is manufacturability. Briefing slides and simulations are not the same thing as a finished good of high quality and of high reliability. Here you need a trained workforce, good engineering practices and an ability to deliver a product of high quality and standards. It is challenging to build new systems and not every manufacturer is created equal. And a core element of today’s manufacturing systems is the challenge of managing extended supply chains. And these supply chains are subject to disruptions and the need to manage those disruptions.

 

In short, the Three M’s – Multi-Mission, Maintainability and Manufacturability – are key elements of shaping 21st century air capabilities. Flexibility, agility, reliability and performance are highly interactive elements for building viable platforms and systems for the years ahead and the A400M is a core example of 21st century trends.

Partager cet article
Repost0
24 juin 2013 1 24 /06 /juin /2013 16:45
AW109 - photo AgustaWestland

AW109 - photo AgustaWestland

24 June 2013 by defenceWeb

 

The Mauritanian Air Force has ordered two AW109 helicopters and the Senegalese Air Force a single AW139 from AgustaWestland, the company has announced.

 

The contract with Mauritania was signed on June 17 at the Paris Air Show during a ceremony attended by Colonel Hereitani of the Mauritanian Air Force and Geoff Hoon, AgustaWestland’s Managing Director of International Business.

 

AgustaWestland said the twin-engined AW109 Power helicopters would be used for border patrol and reconnaissance missions, and would be delivered in mid-2014 in a multi-role homeland security configuration.

 

The contract also includes a comprehensive training and support package that will be delivered both in Italy and on-site to ensure a quick and effective entry into operational service for the aircraft, AgustaWestland added.

 

Mauritania’s Air Force only flies two other helicopters – Chinese Harbin Z-9As delivered in 2003, according to the Jane’s Information Group.

 

The Mauritanian Air Force has been growing in recent times, especially in response to Islamic terrorist organisations operating in the region. Four Embraer EMB-312F Tucanos were received from France in 2010 and 2011, while the nation began taking delivery of new Super Tucanos in October 2012.

AW139M - photo AgustaWestland

AW139M - photo AgustaWestland

Also at the Paris Air Show, AgustaWestland announced that it had signed a contract for a single AW139 medium helicopter, which will be operated by the Senegal Air Force. It will most likely be used for VIP transport.

 

The contract marks the entrance of AgustaWestland helicopters in the regional market, the company said, and includes in-country support services and training for both aircrew and maintainers.

 

Senegal is also expanding its air force, with the country recently ordering three A-29 Super Tucanos from Embraer. The contract was signed on April 10 this year.

 

The AW109 Power variant, which can be flown by a single pilot, features a digital glass cockpit with six liquid crystal instrument displays providing the aircrew with flight, systems and mission data. It can cruise at a maximum speed of 285 km/h. Nearly 480 AW109s are in service in around 50 countries, with almost one third of these being operated by government customers.

 

The AW109’s larger sibling, the AW139, can cruise at 306 km/h over nearly a thousand kilometres. Around 720 have been sold in almost 60 countries to over 200 customers for many roles including VIP/corporate transport, passenger transport, law enforcement, fire fighting, offshore transport, search and rescue, emergency medical services, disaster relief and maritime patrol.

Partager cet article
Repost0
24 juin 2013 1 24 /06 /juin /2013 15:50
SCCOA Système de Commande et de Conduite Aérienne - Crédits burokdesign.com

SCCOA Système de Commande et de Conduite Aérienne - Crédits burokdesign.com

21/06/2013 Par Quentin Michaud - air-cosmos.com

 

En service dans l’armée de l’air depuis 1993, le Système de Commande et de Conduite Aérienne (SCCOA) va bénéficier progressivement d’une modernisation grâce à une extension JRE en cours d’intégration dans la liaison 16. Le SCCOA constitue un ensemble de systèmes de transmission pour assurer la surveillance de l’espace aérien, le contrôle des vols militaires et gouvernementaux et le commandement des opérations aériennes et de la défense sol-air.

 

Le SCCOA entre en ce moment dans une nouvelle phase de son développement. Ainsi, le SCCOA 4.1 permettra de rénover 6 radars 2215 et 4 radars 22XX. La surveillance sera désormais assurée par deux centres de coordination (ACCS) et deux centres équipés du Système de Traitement et de Représentation des Informations de Défense Aérienne (STRIDA). Deux centres de détection et de contrôle passeront également en version C3.

 

Chaque année, 250 millions d’euros sont investis dans la recherche et développement pour apporter des corrections sur SCCOA. Depuis 20 ans, le coût global du programme est de 4 milliards d’euros. Thalès met en œuvre à 90% le SCCOA avec une participation de la société française CS et de Cassidian.

Crédits thalesraytheon.com

Crédits thalesraytheon.com

En la matière, la coopération européenne tente de se renforcer. Des contacts sont établis avec l’EATC pour mutualiser le transport tactique européen au sein du SCCOA. Enfin, le SCCOA sera mis à l’épreuve de la prise de la NATO Response Force par la France en 2015.

Partager cet article
Repost0
24 juin 2013 1 24 /06 /juin /2013 15:30
Airbus Military A400M  F-WWMS 23rd June- Paris Air Show 2013 crédits EADSpics

Airbus Military A400M F-WWMS 23rd June- Paris Air Show 2013 crédits EADSpics

21/06/2013 Par François Julian - air-cosmos.com

 

Il vient tout juste d'emmener au Bourget le président de la République François Hollande, et devrait prochainement s'envoler pour une autre mission d'importance. Cet avion, c'est bien entendu l'A400M, et plus particulièrement « Grizzly 5 » (MSN 006). Cet exemplaire d'essai, présent depuis le début de la semaine au Salon du Bourget, devrait s'envoler « très bientôt » pour la région du Golfe Persique, très probablement avant la fin de salon, explique une source issue de l'industrie.

 

Là, l'avion y subira sa toute première campagne d’évaluation dans le cadre d'une possible vente à l'export. Bien que cela ne soit pas confirmé, il est possible que ce soit aux Emirats Arabes Unis que l'avion sera évalué. Si Abou Dhabi venait à se laisser tenter par l'avion d'Airbus Military, ce dernier viendrait alors renforcer une flotte d'avions de transport déjà bien conséquente, comprenant des C-17, des C-130 et des CN-235.

 

Pour autant, les Emirats Arabes Unis ne sont pas le seul prospect de l'A400M dans la région. Ce dernier pourrait également intéresser l'Arabie Saoudite, voir le Qatar. Dans tous les cas, il est prévu que des pilotes militaires d'un des ces pays prennent les commandes de l'avion, en place droite.

 

Airbus Military mise beaucoup sur les ventes export de l'A400M, sachant que beaucoup de clients européens envisagent déjà des étalements de leur commande par rapport à ce qui a été conclu en 2003.

Partager cet article
Repost0
24 juin 2013 1 24 /06 /juin /2013 15:20
MQ-9 Reaper flies above Creech AFB - photo USAF

MQ-9 Reaper flies above Creech AFB - photo USAF

21 juin 2013 Liberation (AFP)

 

En envisageant de se doter de drones de combat, la France s’engage dans une nouvelle façon de faire la guerre, mais l’acquisition de ces appareils sans pilotes, déjà utilisés massivement par les Américains au Pakistan ou en Afghanistan, soulève des questions stratégiques, éthiques et juridiques.

 

A court terme, la France a décidé d’acquérir douze drones d’observation, dont deux premiers Reaper américains pour conduire ses opérations au Mali.

 

«Enfin, il y a le plus long terme, avec le champ des drones de combat qui, à l’horizon 2030, viendront compléter, voire remplacer nos flottes d’avions de chasse», a déclaré le ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian, dans une tribune parue dans le quotidien Les Echos. «Ce rendez-vous, nous ne le manquerons pas», martèle le ministre de la Défense.

 

Pendant longtemps, les drones n’ont pas été la priorité des militaires, ni même des industriels français qui ont raté le marché des aéronefs d’observation. Mais avec les drones armés, l’armée française se prépare à une nouvelle forme de guerre, désincarnée, avec une technologie et une capacité de frappe très puissantes.

 

«Vers 2025/2030, on sait qu’on en aura», mais «aucun pays n’a une idée extrêmement claire de l’emploi des drones de combat», soulignait mercredi le chef d’état-major de l’armée de l’Air française, le général Denis Mercier, lors d’une rencontre avec la presse au Salon du Bourget.

 

Pour le patron de l’armée de l’Air, les drones ne remplaceront pas les avions de chasse - du type Rafale, qui ont encore de belles décennies devant eux -, ils viendront au contraire s’ajouter : «On gèrera la présence ensemble d’avions de chasse et de drones de combats».

 

En France, la réflexion porte désormais sur «l’introduction de lois humaines» et le maintien de l’homme au coeur du processus d’utilisation des drones. Prudence donc. Aux Etats-Unis, le recours massif aux drones de combat pour lutter contre le terrorisme a en effet provoqué la colère des organisations de défense des droits de l’Homme contre une façon jugée déloyale, inhumaine, de faire la guerre.

 

Historiquement, la guerre est jugée légitime quand les deux parties en conflit exposent la vie de leurs combattants. A défaut, on sort du registre du combat. Un principe largement écorné avec l’usage des avions de chasse qui peuvent frapper leurs cibles à des km de distance, avec un niveau de risque extrêmement limité pour les pilotes.

 

Avec les drones armés, on passe pourtant dans une autre dimension. Les Predator américains sont pilotés depuis une base du Nevada, située à des milliers de km de leurs cibles. Surtout, si les frappes américaines ont fait, selon les sources, autour de 4.000 morts depuis 2004, elles ont causé la mort de plusieurs centaines de civils.

 

Des «dégâts collatéraux» contraires aux lois de la guerre qui interdisent de cibler les populations civiles. Et qui exposent les responsables des frappes à des poursuites judiciaires. La légalité des opérations américaines, notamment sur ce point, a provoqué un vif débat aux Etats-Unis où Barack Obama a annoncé fin mai que le recours aux drones contre les talibans serait dorénavant mieux encadré.

 

En France, le débat reste pour l’instant circonscrit aux cercles de défense. «La victoire est d’autant plus grande qu’elle est acquise au moindre coût humain pour celui qui l’obtient. Qu’en revanche, la technologie soit employée pour s’abstraire du champ de bataille, pour éliminer les risques encourus par les hommes qui acceptent le combat, c’est une chose à laquelle il faut s’opposer», écrit l’historien Eric Juillot dans le dernier numéro de la «Revue Défense Nationale».

 

«Une machine n’agit qu’en fonction des programmes installés par l’homme. Celui-ci tient les rênes, fixe les limites, dresse les garde-fous», objecte Philippe Migault, chercheur à l’Iris, dans la revue «Défense». L’essentiel est de rester maître de la machine.

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories