Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
11 juin 2013 2 11 /06 /juin /2013 15:45
C-130J Super Hercules photo Lockheed Martin

C-130J Super Hercules photo Lockheed Martin

Jun. 11, 2013 - By AARON MEHTA – Defense News

 

WASHINGTON — The Pentagon has notified Congress it wants to sell Libya two C-130J Super Hercules cargo planes, strengthening military ties between America and the burgeoning post-Gadhafi government.

 

The sale is worth an estimated $588 million and includes two of the Lockheed-produced aircraft, 10 Rolls Royce AE2100D3 engines, modifications for the planes, training and logistics support. The planes are of the C-130J-30 “stretch” variety, which adds 15 feet to the fuselage to create space for two extra pallets.

 

“This proposed sale will contribute to the foreign policy and national security of the United States by helping to improve the security of Libya,” according to the Defense Security Cooperation Agency (DSCA) notification posted on its website June 11. “The Government of Libya uses airlift to maintain the connection between the central government and the country’s outlying areas. The sale of these C-130Js to Libya will significantly increase its capability to provide in-country airlift support for its forces, thus strengthening its capacity in the security arena.

 

“Libya intends to use these aircraft primarily to move supplies and people within Libya. This medium-lift capability should assist with border security, the interdiction of known terrorist elements, and rapid reaction to internal security threats. In addition, Libya intends to utilize these aircraft in support of regional peacekeeping and humanitarian operations. Libya, which already operates a mix of legacy C-130s, will have little difficulty absorbing these aircraft, which include a three-year training and sustainment package.”

 

Initially entering American use in 1956, the C-130 has dominated the medium-lift market for almost 60 years. The C-130J, the most recent version, has been a hit for Lockheed, with 10 variants in various stages of production.

Partager cet article
Repost0
11 juin 2013 2 11 /06 /juin /2013 12:50
 European Air Transport Training 2013
 
The European Air Transport Training 2013 is a two weeks EDA flying event which allows crews to train different tactical airlift missions in an international environment. The aim is to increase interoperability in the air transport area. More information www.eda.europa.eu
 
Partager cet article
Repost0
11 juin 2013 2 11 /06 /juin /2013 12:35
 photo Livefist

photo Livefist

07/06/2013 by Paul Fiddian - Armed Forces International's Lead Reporter

 

The Indian Air Force's first 12 Pilatus PC-7 MkII basic trainers were formally accepted into service during a recent ceremony at Dundigal Air Force Base.

 

Present was Jitendra Singh - the Indian Minister of State for Defense - who described the turboprop training aircraft's arrival on the scene as "a very important landmark in our nation's quest for modernising its armed forces." He added: "The need to train pilots on modern trainers is crucial to prepare them for the requirements of combat flying."

 

Introduced in 1978, the Pilatus PC-7 is a major success story among ab initio training aircraft. Over 30 air arms have pressed the PC-7 into service and the Indian Air Force's selection of the upgraded Mk11 version followed a rigorous evaluation process.

 

Alongside the aircraft themselves, the Indian Air Force will also receive an associated ground-based training system and in-depth logistics support.

 

PC-7 MkII Trainer

 

The Pilatus PC-7 MkII trainer made its debut in 1994 and, according to its manufacturer, no other turboprop training aircraft can match its engine operating costs.

 

In company documentation, Pilatus writes that the PC-7 MkII has a maximum rate of climb of 2,910 feet a minute, a top speed of 556 kilometres per hour and a maximum range of 1,500 kilometres. A 700 shaft horsepower Pratt & Whitney PT6A-25C engine drives a four-bladed Hartzell four-bladed propeller, while its cockpit features include ejection seats and anti-G systems.

 

Also included are six under-wing weapons hardpoints, giving the aircraft the ability to take on an armed role, if necessary.

 

Indian Air Force PC-7s

 

Ultimately, the Indian Air Force will get 75 Pilatus PC-7 MkII trainers. They'll be used not only to train future Indian Air Force fast jet pilots but also Indian Coast Guard and Indian Navy trainees.

 

"Pilatus will prove to be the ideal platform that will train ab-initio trainees about nuances of basic flying and expose them to modern avionics and navigation aid", Air Chief Marshal N A K Brown stated at the PC-7 MkII's inauguration event. "It will provide a solid foundation and facilitate a seamless transition from ab-initio stage through intermediate and advanced stages into full-fledged operational flying for all streams.

 

He continued: "These aircraft will remain with us for the next 30 to 40 years. We signed a contract in May last year and we already have 12 aircraft. By the time we start the first course in July, we will have 14 aircraft. And by this year end, we will have 30 aircraft in the academy. All the 75 aircraft will be with us by the end of August, 2015."

Partager cet article
Repost0
11 juin 2013 2 11 /06 /juin /2013 12:20
F-35A AIM-120 missile

F-35A AIM-120 missile

Jun 7, 2013 ASDNews Source : US Air Force

 

An F-35A conventional takeoff and landing aircraft completed the first in-flight missile launch of an AIM-120 over the Point Mugu Sea Test Range, June 5.

 

It was the first launch where the F-35 and AIM-120 demonstrated a successful launch-to-eject communications sequence and fired the rocket motor after launch -- paving the way for targeted launches in support of the Block 2B fleet release capability later this year.

 

The Air Force F-35A variant has seen significant development in training and operations recently including the beginning of pilot training at Eglin Air Force Base, Fla., the delivery of the first operational test aircraft to Edwards and Nellis Air Force Base, Nev., the first operational aerial refueling and the completion of high angle of attack testing.

 

"It's a testament to the entire military-industry test team," said Lt. Col. George "Boxer" Schwartz, F-35 Integrated Test Force director, who also piloted the flight. "They've worked thousands and thousands of hours to get to the point where we are today. It's fantastic to see that it's all paid off. We're rolling into a lot of additional weapons work in the coming months to put that expanded capability on the aircraft."

 

The F-35A 5th Generation fighter is designed to carry a payload of up to 18,000 pounds using 10 weapon stations. The F-35A features four internal weapon stations located in two weapon bays to maximize stealth capability. The CTOL aircraft can also utilize an additional three external weapon stations per wing if required.

 

The U.S. Air Force has established an F-35A initial operating capability target date of December 2016. By this date, the Air Force will have fielded an operational squadron with at least 12 aircraft along with Airmen trained and equipped to conduct basic close air support, interdiction and limited suppression, and destruction of enemy air defense operations in a contested environment.

 

Moving into the active phase of weapons test is another large step toward delivering Block 2B software capability that will enable initial combat deployment.

 

"We've spent years working on the design of the aircraft, and many months ensuring that weapons could be contained within the aircraft and dropped as designed," said Charlie Wagner, F-35 weapons director. "This event is the result of tremendous effort and collaboration in the F-35 Enterprise, and marks a turning point in F-35 capabilities; the AIM-120 launch is one small but critical increment toward proving combat capability,"

 

The 5th generation F-35 Lightning II combines advanced stealth with fighter speed and agility, fully fused sensor information, network-enabled operations and advanced sustainment. Three distinct variants of the F-35 will replace the A-10 and F-16 for the U.S. Air Force, the F/A-18 for the U.S. Navy, the F/A-18 and AV-8B Harrier for the U.S. Marine Corps, and a variety of fighters for other countries.

Partager cet article
Repost0
11 juin 2013 2 11 /06 /juin /2013 11:55
Les ateliers de l’armée de l’air : « l’armée de l’air en action »

10/06/2013 Armée de l'air

 

Le mercredi 12 juin 2013, de 8h à 13h, le centre d’études stratégiques aérospatiales (CESA) organise les ateliers de l’armée de l’air, à l’École militaire (Amphithéâtre Foch, 1 place Joffre, 75007 Paris).

 

Revenant sur une année particulièrement exigeante pour l’armée de l’air, cette demi-journée d’études et d’échanges mettra à l’honneur les aviateurs à travers une série de témoignages et l’intervention d’experts ou de journalistes qui éclaireront le contexte dans lequel les forces aériennes sont engagées.

 

 Pierre Servent (journaliste Défense), Alfred de Montesquiou (grand reporter à Paris Match), Vincent Hugeux (grand reporter à L’Express), le général Jean-Jacques Borel (commandant des opérations aériennes de l’opération Serval, au Mali), le général Patrick Charaix (commandant des forces aériennes stratégiques) et de nombreux autres intervenants animeront les débats autour de deux tables rondes.

 

Ces Ateliers permettront de mieux appréhender les enjeux diplomatiques et politiques des opérations, les réalités stratégiques et opérationnelles auxquelles les aviateurs font face et les enseignements à en tirer pour se préparer aux engagements futurs.

 

Programme

 

•      07 h 45 : accueil du public et des journalistes

•      08 h 30 : ouverture des débats

•      09 h 00 : tables rondes (l’armée de l’air, instrument de puissance et les aviateurs en action)

•     12 h 10 : clôture des débats par le général Denis Mercier, chef d’état-major de l’armée de l’air.

 

 Les journalistes souhaitant assister à cette journée sont priés de s’accréditer auprès des contacts ci-dessous :

 

CESA – Division études et rayonnement

Adjudant David FLOCH : 01 44 42 46 91

Lieutenant Christelle HINGANT : 01 44 42 80 53

air.cesa.manifestation.lst@intradef.gouv.fr

Partager cet article
Repost0
10 juin 2013 1 10 /06 /juin /2013 12:50
EATT13: Second European Air Transport Training Started
Zaragoza | Jun 10, 2013 European Defence Agency
 
 

350 aircrew and ground personnel and thirteen transport aircraft from eight countries arrived yesterday in Zaragoza, Spain for the second European Air Transport Training (EATT13). The two week flying event (9-21 June 2013), which is coordinated by the European Defence Agency in close cooperation with the European Air Transport Command and hosted by Spain, allows crews to train different tactical airlift missions in an international environment. 

 

The aim is to increase interoperability in the air transport area. Participating Member States are Belgium, the Czech Republic, France, Germany, Italy, the Netherlands, Spain and Sweden. Bulgaria, Finland, Greece, Luxembourg, Norway, Portugal, UK and the US participate in the event as observers. 

 

More information:
Partager cet article
Repost0
10 juin 2013 1 10 /06 /juin /2013 11:55
MQ-9 Reaper flies above Creech AFB - photo USAF

MQ-9 Reaper flies above Creech AFB - photo USAF

June 10, 2013: Strategy Page

 

France is apparently not pleased with the performance of its locally developed Harfang UAV and is buying two American RQ-9 Reapers with the intention getting more and standardizing on this proven UAV design. Currently two Harfang UAVs are present in Mali (operating from neighboring Niger) and some American RQ-9s are helping out as well. France wants the RQ-9s as quickly as possible and apparently this sale is dependent on the U.S. being able to deliver the RQ-9s before the end of the year.

 

The MQ-9 Reaper is a 4.7 ton, 11.6 meters (36 foot) long aircraft with a 21.3 meters (66 foot) wingspan that looks like the MQ-1 Predator. It has six hard points and can carry 682 kg (1,500 pounds) of weapons. These include Hellfire missiles (up to eight), two Sidewinder or two AMRAAM air-to-air missiles, two Maverick missiles, or two 227 kg (500 pound) smart bombs (laser or GPS guided). Max speed is 400 kilometers an hour, and max endurance is 15 hours. The Reaper is considered a combat aircraft, to replace F-16s or A-10s in many situations.

Hargfang photo Armee de l Air

Hargfang photo Armee de l Air

The Harfang was based on the Israeli Heron Shoval UAV which in turn is very similar to the MQ-1 and is selling well to foreign customers who cannot obtain the MQ-1. In addition to being one of the primary UAVs for many armed forces (Israel, India, Turkey, Russia, France, Brazil, El Salvador) the United States, Canada, and Australia have either bought, leased, or licensed manufacture of the Heron. Meanwhile France has bought four Harfang ("Eagle") UAVs and used them in Afghanistan, Libya and Mali over the last four years.

The Shoval weighs about the same (1.2 tons) as the Predator and has similar endurance (40 hours). Shoval has a slightly higher ceiling (10 kilometers/30,000 feet, versus 8 kilometers) and software which allows it to automatically take off, carry out a mission, and land automatically. Not all American large UAVs can do this. Both Predator and Shoval cost about the same ($5 million), although the Israelis are willing to be more flexible on price. Shoval does have a larger wingspan (16.5 meters/51 feet) than the Predator (13.2 meters/41 feet) and a payload of about 137 kg (300 pounds). The French version costs about $25 million each (including sensors and development costs).

 

Israel also developed a larger version of the Heron, the 4.6 ton Heron TP. This is similar to the American RQ-9, but with a lot less combat experience, and more expensive. Some Heron TP tech was incorporated into Harfang and France was going to buy some Heron TPs, even though MQ-9s were offered for more than 20 percent less. Now France plans to switch to the RQ-9 because they are seen as more reliable and capable.

Eitan (Heron TP) drone source Defense Update

Eitan (Heron TP) drone source Defense Update

The Heron TP entered squadron service in the Israeli Air Force four years ago. The UAV's first combat service was three years ago, when it was used off the coast of Gaza, keeping an eye on ships seeking to run the blockade. For that kind of work the aircraft was well suited. But so are smaller and cheaper UAVs.

 

Development of the Heron TP was largely completed six years ago, mainly for the export market, and the Israeli military was in no rush to buy it. There have been some export sales and the Israeli air force eventually realized that this was an ideal UAV for long range operations or for maritime patrol. But it turned out there were few missions like that.

 

Equipped with a powerful (1,200 horsepower) turboprop engine, the Heron TP can operate at 14,500 meters (45,000 feet). That is above commercial air traffic and all the air-traffic-control regulations that discourage, and often forbid, UAVs fly at the same altitude as commercial aircraft. The Heron TP has a one ton payload, enabling it to carry sensors that can give a detailed view of what's on the ground, even from that high up. The endurance of 36 hours makes the Heron TP a competitor for the U.S. MQ-9. The big difference between the two is that Reaper is designed to be a combat aircraft, operating at a lower altitude, with less endurance, and able to carry a ton of smart bombs or missiles. Heron TP is meant mainly for reconnaissance and surveillance, and Israel wants to keep a closer, and more persistent, eye on Syria and southern Lebanon. But the Heron TP has since been rigged to carry a wide variety of missiles and smart bombs.

 

The U.S. will not provide Predators or Reapers weapons ready, forcing foreign users to develop their own equipment for arming the UAVs. France also, like other Predator and Reaper users, has to spend a lot of money to develop satellite link technology and set up a ground control facility (or pay to use the American one in the United States or, possibly, the new control center just opened in Britain)

Partager cet article
Repost0
10 juin 2013 1 10 /06 /juin /2013 10:37
MSN8 First Flight 10.06.2013 photo Airbus Military

MSN8 First Flight 10.06.2013 photo Airbus Military

Second production Airbus Military A400M makes maiden flight - photo Airbus Military

 

Madrid,  10 June 2013 Airbus Military

 

The second production Airbus Military A400M new generation airlifter has made its maiden flight.

 

Known as MSN8, the aircraft made its first flight from Seville, Spain, the location of the A400M final assembly line on 7 June.

 

It is scheduled for delivery to the French Air Force in the third quarter of the year. MSN7, which flew for the first time at the beginning of March this year, will be delivered to the French Air Force in the coming weeks.

Partager cet article
Repost0
9 juin 2013 7 09 /06 /juin /2013 12:35
An Indian Air Force Hawk AJT - Photo BAE Systems

An Indian Air Force Hawk AJT - Photo BAE Systems

07 June 2013 by Saurabh Joshi - stratpost.com

 

These aircraft are part of a batch of 57 Hawks ordered jointly by the Indian Navy and Indian Air Force (IAF) for around 700 million pounds, the first 17 of which will go to the navy.

 

The Indian Navy is set to receive the first four of its order of 17 Hawk Advanced Jet Trainer (AJT) aircraft next month.

 

The aircraft, manufactured under license by Hindustan Aeronautics Limited (HAL) will be delivered to INS Dega at Visakhapatnam and will eventually take over the role of the eight Kiran Mk II training aircraft operated by the Indian Navy at INS Hansa at Goa.

 

These aircraft are part of a batch of 57 Hawks ordered jointly by the Indian Navy and Indian Air Force (IAF) for around 700 million pounds, the first 17 of which will go to the navy.

 

The second of eight Boeing P-8I Long Range Maritime Reconnaissance (LRMR) aircraft will also be delivered to the Indian Navy’s base INS Rajali next month. The first aircraft was delivered last month.

 

The IAF also plans to acquire an additional 20 aircraft for their Surya Kiran aerobatic team.

 

The delivery of a 2004 IAF order of 66 Hawk aircraft to the IAF was completed last year, with 42 being license-produced by HAL.

 

A Kiran Mk II of the Indian Navy’s Sagar Pawan aerobatic team crashed at Hyderabad during the Indian Aviation 2010 air show on in March, 2010, killing both crew members.

 

The first ten of the IAF order for 75 Pilatus PC-7 Mk II aircraft in an order worth around USD 600 million, were delivered last month, which will replace the indigenous HAL HPT-32 basic trainer aircraft, grounded last year following a number of crashes.

Partager cet article
Repost0
8 juin 2013 6 08 /06 /juin /2013 11:40
Su-35’s Cobra – source combatace.com

Su-35’s Cobra – source combatace.com

MOSCOU, 7 juin - RIA Novosti

 

Le chasseur russe dernier cri Soukhoï Su-35, dont la présentation en Europe se tiendra dans le cadre du salon du Bourget-2013, décollera pour la France la semaine prochaine, rapporte vendredi le service de presse du groupe Soukhoï.

 

Selon le groupe, le programme de présentation du chasseur inclut plusieurs figures de voltige aérienne telles que des tonneaux, des renversements, des vrilles, ainsi que le célèbre Cobra de Pougatchev.

 

Le Soukhoï Su-35 est un chasseur polyvalent hautement manœuvrable de génération 4++. Sa vitesse maximale atteint 1.400 km/h près du sol et 2.400 km/h en altitude. Son plafond opérationnel est de 18.000 mètres. L'appareil est capable de détecter des cibles volantes à plus de 400 km. Ces caractéristiques permettent au Su-35 de résister efficacement aux chasseurs de génération 5 F-35 et F-22A.

 

Le Cobra de Pougatchev est considéré comme l'une des manœuvres les plus exigeantes et difficiles à effectuer durant les spectacles aériens.

Partager cet article
Repost0
7 juin 2013 5 07 /06 /juin /2013 15:55
EATT13: Interview with Lieutenant Colonel Jose Almodovar
Brussels | Jun 07, 2013 European Defence Agency
 
 

Lieutenant Colonel Jose Almodovar from the Spanish Air Mobility Command is the Exercise Director of the second European Air Transport Training (EATT13) in Zaragoza, Spain. The flying event which will last from 9 to 21 June will unite 350 personnel from eight countries. 

 

1. What is your role in EATT13?

I have been designated by the Spanish Air Mobility Command, where I work as the Deputy Chief in the Air Transport Section, as the Exercise Director (EXDIR) for the European Air Transport Training 2013 (EATT13). My role as EXDIR, once the designing and planning phases were concluded, is to control and command the different cells involved in the EATT13 organisation. 
 

2. What is the importance of the EATT13 for European Air Transport?

Managing military budgets is quite difficult and complex for all European countries; joint operations are more common. Consequently, European projects and initiatives in this area must be focused on carrying out multinational air transport training programmes with Pooling & Sharing as a priority, followed by the standardisation of procedures, tactics, techniques, and cross-servicing activities.
We can affirm that EATT13 is a clear example of this kind of initiative; the motto is “Training together to operate together” with the aim to increase interoperability of European aircrews and fleets based on common procedures. The objective is to create a European Advanced Air Tactical Transport Course (EAATTC) similar to the American one, and following the philosophy of the Tactical Leadership Programme (TLP). 
 

3. How is this project supported by Spain?

Spain is the Host Nation (HN) and the Spanish Air Force is in charge of leading the activities, the planning process and the coordination of the air transport aircraft from eight different nations, with the main support of the European Air Transport Command (EATC), the European Air Group (EAG), the Joint Air Power Competence Center (JAPCC) and, the most important support, the air transport units participants and their Senior National Representatives (SNRs).
 

4. What are the keys to EATT13's success?

First of all, the multinational team has already been working very hard for more than one and a half years to design, plan and execute this multinational training programme; secondly, the great support of Spain, as Host Nation, of the Spanish Air Force, as host air force and of the Zaragoza Air Base, as a multiplication factor to achieve EATT13’s goals; and finally, the flexibility of the event, which allows that air missions are planned to achieve the tactical training requirements of all participating crews. 

 

More information:
EATT 2012 photo EDA

EATT 2012 photo EDA

Partager cet article
Repost0
7 juin 2013 5 07 /06 /juin /2013 11:55
photo Armée de l'Air

photo Armée de l'Air

06/06/2013 Par Guillaume Steuer - air-cosmos.com

 

Il n'y a plus que 30 Mirage 2000-5F dans l'inventaire français.

 

C'est la hantise des pilotes de monoréacteurs : hier en fin d'après-midi, un Mirage 2000-5F rattaché à l'escadron EC-1/2 "Cigognes" et ayant décollé de Luxeuil s'est écrasé à une trentaine de kilomètres de sa base d'attache après une collision avec un volatile qui, "avalé" par l'entrée d'air de l'avion, a entraîné une surchauffe du réacteur M53. Le pilote, qui jouait le rôle de plastron à basse vitesse pendant une mission d'entraînement, s'est éjecté après avoir largué ses deux bidons de carburant qui sont apparemment tombés dans un jardin. Il est en bonne santé.

 

Pour l'EC-1/2 "Cigognes", il s'agit là du deuxième Mirage 2000-5F perdu en moins d'un an. Le précédent l'avait été en octobre 2012 ; peu après un décollage en patrouille de quatre avions et par mauvais temps, l'appareil s'était écrasé sur la commune de Froideconche, à proximité de Luxeuil. Les conclusions de l'enquête ne sont pas connues et il n'est pas certains qu'elles soient rendues publiques, car le sujet est sensible : le pilote, qui s'était tué dans l'accident, était en effet un Taïwanais en échange dans l'escadron.

 

Suite à ces deux accidents, l'armée de l'Air ne compte plus que 30 Mirage 2000-5F en inventaire. Il s'agit de cellules anciennes mais rénovées au cours des années quatre-vingt-dix avec un système d'armes très performant, exclusivement dédié à la défense aérienne. Ces avions se sont notamment illustrés pendant l'opération "Harmattan", assurant dès les premières heures le respect de la "No Fly Zone" décrétée au-dessus du territoire libyen.

 

Des travaux sont aujourd'hui en cours pour déterminer de quelle manière ces avions pourraient être prolongés au-delà de 2018, date à laquelle il était jusqu'alors prévu de les retirer du service. Car contrairement aux autres Mirage 2000 français, leur armement (le missile Mica) ne sera pas frappé d'obsolescence à court terme et ces avions pourraient donc continuer de jouer un rôle utile en assurant les missions de protection du territoire national, à un coût inférieur à celui d'un Rafale.

Partager cet article
Repost0
6 juin 2013 4 06 /06 /juin /2013 20:55
Accident aérien d’un Mirage 2000-5 de la base aérienne de Luxeuil

Un Mirage 2000-5 de la base aérienne 116 de Luxeuil

 

06/06/2013 Armée de l'air

 

Mercredi 5 juin 2013, aux environs de 18h45, un Mirage 2000-5 de la base aérienne 116 de Luxeuil s’est écrasé au retour d’une mission d’entraînement. L’appareil s’est abîmé dans une zone inhabitée, à proximité de la commune de Montcourt (Haute-Saône), à une trentaine de kilomètres au nord-ouest de la ville de Luxeuil.

 

Le pilote a pu s’éjecter et a été pris en charge médicalement. Il est indemne. Il s’agit d’un pilote français expérimenté, affecté à l’escadron de chasse 1/2 "Cigognes" sur la base aérienne 116 de Luxeuil.

 

Une enquête a été diligentée afin de déterminer les circonstances exactes de cet accident.

Partager cet article
Repost0
6 juin 2013 4 06 /06 /juin /2013 10:50
Baltic 2013 : première mission d’interception pour les Mirage F1CR.

Baltic 2013 : première mission d’interception pour les Mirage F1CR.

06/06/2013 Sources : EMA

 

Le 3 juin 2013, une patrouille de deux Mirage F1 CR du dispositif français de l’opération Baltic 2013 a intercepté et identifié un aéronef russe.

 

Moins de dix minutes après le retentissement de la sirène d’alerte, deux Mirage F1 CR ont décollé de la base de Šiauliai, en Lituanie, pour intercepter un  appareil militaire qui n’appartient pas à une nation membre de l’OTAN. Sur ordre du CRP (Control and Reporting Post),situé sur la base d’Amarï, en Estonie, les deux chasseurs se dirigent vers la mer Baltique. Les Mirage F1 CR rejoignent rapidement l’aéronef. Ils identifient un avion russe de type Iliouchine 20« Coot-A ». Après vérification de tous les critères de l’aéronef, ils l’escortent sur quelques dizaines de miles nautiques jusqu’à ce que deux Jas-39 Gripen  suédois prennent le relais.

 

Depuis le 30 avril2013, près de 90 militaires français et 4 Mirage F1CR assurent la mission Baltic, sous mandat de l’OTAN. Durant 4 mois, le détachement conduit des missions d’assistance et de police du ciel de l’espace aérien de la Lituanie, de la Lettonie et de l’Estonie.

Baltic 2013 : première mission d’interception pour les Mirage F1CR.

Baltic 2013 : première mission d’interception pour les Mirage F1CR.

Partager cet article
Repost0
6 juin 2013 4 06 /06 /juin /2013 07:50
photo Armée de l'Air

photo Armée de l'Air

4 Jun 2013 By Craig Hoyle - FG

 

London - France will receive its first A400M tactical transport in late June or early July, after the nation's air force has displayed the type at the Paris air show, says Airbus Military programme head Cedric Gautier.

 

The company completed production acceptance tests with lead aircraft MSN7 at its San Pablo site in Seville, Spain in May, Gautier says, adding: "We as industry consider the aircraft as ready for delivery. Customer acceptance is ongoing, and is going well."

 

Meanwhile, the same production acceptance process has also been launched for the French air force's second A400M, which is expected to be transferred "in the summertime". Sources had suggested that aircraft MSN8 was due to make its flight debut late last month, but Gautier on 30 May said a decision was taken to delay this by around one week, due to "some very little short-term conflict with MSN7's delivery process".

 

Airbus Military also expects to conduct the first flight of an A400M for the Turkish air force before the end of June, with MSN9 scheduled to be delivered in late September. This will be followed by a third example for France, in December, with MSN10 the first aircraft to be completed in the SOC1 software standard - which will introduce tactical capabilities including initial aerial delivery and self-protection equipment. First flight is planned for late September.

 

Targeted for completion ahead of Bastille Day events to be staged in France on 14 July, the delivery of MSN7 is a key milestone as the European manufacturer looks to attract more export orders for the Atlas, beyond the four units to be delivered to Malaysia.

 

"Entry into service is the real starting point for us for a marketing campaign," Gautier says. "Our potential customers want to have a clear view of the aircraft being used by launch operators." Airbus Military officials say it is already negotiating possible deals with several undisclosed nations, with the company having previously described opportunities as existing in Asia, Latin America and the Middle East.

 

Gautier believes a new export order could potentially be agreed within the next 18- to 24-months, although one production slot is available for delivery during 2016, should a buyer emerge in time.

 

With Germany having previously expressed a desire to operate just 40 of its originally planned 60 and already revised 53 A400Ms, France's publication of a new defence White Paper in April also hinted at a need for a potentially reduced fleet than the 50 it is under contract to receive.

 

"There is a risk regarding the capability of the [French] customer to take on time all the aircraft," Gautier says. "Perhaps they will take some measures later on, but for now they have an urgent need."

 

Gautier notes that Airbus Military has had no discussions so far with Europe's OCCAR defence procurement agency about reducing its production total below the 170 A400Ms on order for Belgium, France, Germany, Luxembourg, Spain, Turkey and the UK. "The short term and the medium term is protected," he adds. The company will look to offer any surplus slots to the export market from late this decade if any of the core nations opt to reduce the size of their planned fleets.

 

Meanwhile, flight testing with the new type has recently advanced to include initial air-to-air refuelling proximity flights, ahead of a Eurocopter demonstrator for the EC725 utility helicopter, says Eric Isorce, head of A400M flight tests. Conducted in late May, the process involved aircraft Grizzly 2 deploying a refuelling hose for the rotorcraft to approach at flight speeds of 130kt (240km/h) down to 105kt.

 

Further work with the A400M acting as a receiver aircraft during refuelling should be conducted in September 2013, behind a C160 Transall airlifter. More than 30 dry contacts already performed between the types by multiple pilots have shown the new aircraft's ability to maintain contact, even during turns of up to 20˚ angle of bank, Isorce says.

 

With the company's five-strong fleet of Grizzly development aircraft having accumulated more than 5,000 flight hours through 1,700-plus flights since December 2009, Gautier says: "We are now devoted to the SOC1 and 1.5 standards development." To be fielded by late 2014, the latter will add air-to-air refuelling functionality and expanded self-protection systems: "the vast majority of the tactical capabilities to operate in a hostile environment," he notes.

 

Beyond the four aircraft to be delivered this year, structures for two more A400Ms are already on the final assembly line, with 15 others currently in the production or subassembly stages at supplier sites, and long-lead items already ordered out to aircraft MSN32. "The A400M is now part of the production landscape in Europe," Gautier says

Partager cet article
Repost0
6 juin 2013 4 06 /06 /juin /2013 06:25
photo Jean Ponsignon AerobuzzFr

photo Jean Ponsignon AerobuzzFr

05/06/2013 L'Expansion.com

 

La présidente du Brésil, Dilma Roussef, pencherait en faveur du F 18 de Boeing pour équiper son armée de l'air à l'issue d'une recontre avec le vice-président américain Joe Biden. Ce qui signerait le glas des espoirs de Dassault et de son Rafale.

 

Coup dur pour le Rafale. Encore favori au Brésil il y a un an, l'avion de combat de Dassault verrait ses espoirs de contrat s'éloigner au profit du F-18 de Boeing. La rencontre mardi du vice-président américain Joe Biden et de la présidente brésilienne Dilma Roussef aurait été déterminante, croit savoir l'agence de presse Reuters, qui cite des responsables brésiliens anaonymes.

 

Le Brésil craignait que le Congrès américain ne s'oppose au contrat afin d'éviter tout transfert de technologie militaire en direction du pays le plus peuplé d'Amérique Latine dont les positions sur l'Iran ou le Venezuela ont parfois énervé certains parlementaires US. Mais Joe Biden aurait donné des assurances qu'il n'en serait rien. Résultat, un contrat portant sur 36 avions de chasse pour un montant de quatre milliards de dollars semble bien parti pour tomber dans l'escarcelle de Boeing. Des commandes supplémentaires pourraient même s'y s'ajouter.

 

Les sources de Reuters ont toutefois précisé que la présidente brésilienne n'avait pas encore pris de décision définitive. Le calendrier exact de l'annonce n'est pas non plus connu. Dassault et le suédois Saab, également sur les rangs, ne sont donc pas officiellement hors course. Mais l'Inde apparaît plus que jamais comme le plus sûr espoir du Rafale pour décrocher enfin son premier contrat à l'étranger.

 

Problème, la négociation était au point mort en mai. La vente de quelque126 appareils achoppait sur le refus du français d'assumer la responsabilité des appareils assemblés sur place dans le cadre d'un transfert de technologie. Le contrat, évalué entre 12 et 20 milliards de dollars, stipule que les 18 premiers exemplaires doivent être construits en France et les 108 restants assemblés sous licence en Inde.

Partager cet article
Repost0
5 juin 2013 3 05 /06 /juin /2013 18:55
25e congrès des transporteurs aériens militaires sur la base de Lyon

05/06/2013 Armée de l'air

 

Jeudi 30 mai 2013, le 25e congrès de l’association nationale du transport aérien militaire (ANTAM) s’est tenu sur la base aérienne 942 de Lyon Mont-Verdun. À cette occasion, une cérémonie commémorative a mis à l’honneur l’un des chefs de groupement de transport opérationnel de l’opération Serval menée au Mali.

 

Au cours de cette journée, les 85 participants du 25e congrès de l’association nationale du transport aérien militaire, accompagnés du général Thierry Caspar-Fille-Lambie, commandant la défense aérienne et les opérations aériennes (CDAOA), ont visité des structures opérationnelles clés de l’armée de l’air situées sur la base aérienne de Lyon. Il s’agit de la brigade aérienne des opérations, du centre national des opérations aériennes et du centre d’analyse et de simulation pour la préparation aux opérations aériennes. Ils se sont ensuite rendus dans l’ouvrage enterré de la base aérienne afin d’assister à une présentation des différentes phases de l’opération Serval menée au Mali depuis mi-janvier. Parmi les orateurs, le général Caspar-Fille-Lambie était entouré du commandant du centre d’instruction des équipages de transport et du chef de l’escadron de transport «Poitou» de la base aérienne 123 d’Orléans.

Mise à l’honneur de l’un des chefs de groupement de transport opérationnel de l’opération Serval menée au Mali

Mise à l’honneur de l’un des chefs de groupement de transport opérationnel de l’opération Serval menée au Mali

Lors de la cérémonie commémorative qui a marqué cette 25e édition du congrès de l’ANTAM, le lieutenant-colonel Éric Le Bras qui a occupé, pendant l’opération Serval, la fonction de chef du groupement de transport opérationnel d’Abidjan, en Côte d’Ivoire, a été récompensé au nom du chef d’état-major des armées. Issu de l’école d’enseignement technique de l’armée de l’air de Saintes à son entré dans l’armée de l’air, le lieutenant-colonel Le Bras est aujourd’hui chef de la composante avion de la brigade aérienne d’appui et de projection du commandement des forces aériennes.

Présentation du CASPOA aux 85 participants

Présentation du CASPOA aux 85 participants

Un point sur l’ANTAM

25e congrès des transporteurs aériens militaires sur la base de Lyon

L’ANTAM regroupe le personnel appartenant ou ayant appartenu au transport aérien militaire. Elle vise à maintenir les liens d’amitié et de solidarité entre ses membres, à perpétuer les traditions et à contribuer à la sauvegarde du patrimoine historique des unités.

 

Il y a plus de 70 ans, la première organisation de transport aérien militaire est née avec les lignes aériennes militaires (LAM). C’est, en effet, le 28 août 1941, que le général de Gaulle, prenant conscience de la nécessité de constituer un réseau de lignes aériennes pour relier les territoires de la France libre, créé les LAM, à Damas, en Syrie, et nomme le colonel de Marmier à cette tâche. Les premières missions régulières de transport se développent, ainsi que des missions spéciales comme le ravitaillement en vivres et en munitions de la colonne Leclerc.

source ANTAM

source ANTAM

Depuis cette date, les équipages de transport ont participé à toutes les crises et à tous les conflits impliquant la France. Ils ont été présents sur tous les théâtres d’opérations, comme aujourd’hui au Mali.

Mise en place des hommes et des matériels de l’opération Serval sur l’aéroport de Bamako.le 13 janvier 2013

Mise en place des hommes et des matériels de l’opération Serval sur l’aéroport de Bamako.le 13 janvier 2013

Partager cet article
Repost0
5 juin 2013 3 05 /06 /juin /2013 17:50
Rafale et Super Etandard français encadrent des F-18 Suisse pendant la Air Defense Week 2013 - photo Cyril Davesne / Marine Nationale

Rafale et Super Etandard français encadrent des F-18 Suisse pendant la Air Defense Week 2013 - photo Cyril Davesne / Marine Nationale

Partager cet article
Repost0
5 juin 2013 3 05 /06 /juin /2013 16:55
Cérémonie des 80 ans du centre d'expériences aériennes militaires (CEAM)

Cérémonie des 80 ans du centre d'expériences aériennes militaires (CEAM)

05/06/2013  Ltt Alexandra Lesur-Tambuté - Armée de l'air

 

Lundi 3 juin 2013, le centre d’expériences aériennes militaires (CEAM) a fêté dignement ses 80 ans sur la base aérienne 118 de Mont-Marsan. Présidé par le général Denis Mercier, chef d’état-major de l’armée de l’air (CEMAA), cet événement a notamment été marqué par la présence d’un A400M.

 

Cérémonie d’ouverture

 

Sous un soleil radieux, une cérémonie militaire a ouvert les festivités en présence de nombreuses autorités civiles et militaires. Sur le tarmac, face aux tribunes, un dispositif comprenant le drapeau et les équipes de marque du CEAM ainsi qu’une délégation de la Multi Entry Service Team d’Orléans (unité qui recevra très prochainement le premier A400M estampillé « armée de l’air » ) ont fait honneur à l’unité montoise. Après la revue des troupes et une remise de décorations, le général Denis Mercier, CEMAA, a procédé à la lecture de l’ordre du jour. Il a naturellement rappelé les moments forts du CEAM, de sa création en 1933, à Reims, jusqu’à nos jours, en passant par son implantation définitive en 1945 à Mont-de-Marsan. « Vous pouvez être fiers de vos aînés qui depuis 80 ans ont toujours su faire preuve d’une grande ténacité et d’un très haut niveau d’expertise tant dans la conduite des expérimentations que dans la participation directe aux opérations », a t-il souligné.

Revue des troupes par le général Denis Mercier, chef d'état-major de l'armée de l'air

Revue des troupes par le général Denis Mercier, chef d'état-major de l'armée de l'air

80 ans de technologies

 

Le CEAM a pour principale mission de définir les règles d’emplois des matériels de l’armée de l’air avant leurs livraisons aux unités. Ses premiers travaux  ont alors concerné des avions hérités de la Seconde Guerre mondiale avant de s’atteler aux premiers aéronefs nationaux tels que le Noratlas ou encore l’Ouragan. «S’enchaînent alors de nombreux modèles d’avions toujours plus performants», a expliqué le CEMAA. Pour n’en citer que quelques uns : le Vautour, le Mirage VI, le Transall, ou encore le Jaguar. Mais le CEAM, c’est aussi les expérimentations sur Mirage F1 et Mirage 2000, sans oublier la mise en service opérationnel du Rafale, des armements embarqués, des drones et du développement de l’A400M. «Le CEAM est de tous ces programmes tout en s’impliquant dans l’intégration des armements sur les aéronefs», a mis en évidence le général Mercier.

Défilé aérien en clôture de la cérémonie des 80 ans du CEAM

Défilé aérien en clôture de la cérémonie des 80 ans du CEAM

Des expositions statique et dynamique, preuves du savoir-faire du CEAM

 

Et pour prolonger cet anniversaire, le CEAM a offert au public venu en masse, une exposition statique mettant à l’honneur un large éventail des matériels sur lesquels travaille l’unité. Parmi les aéronefs exposés, un Rafale, un Mirage F1CR, un Mirage 2000, un Caracal, un C160 Transall du «Poitou» et pour la première fois, un A400M déployé depuis Toulouse. Pendant plus de deux heures, les équipes de marques et le général Joël Rode, commandant le CEAM, ont présenté au public les équipements (armements, technologies, équipements) utilisés dans les dernières opérations telles que Serval, au Mali. Puis, une mission de Personnel Recovery (récupération de personnel) a été présentée de manière dynamique afin d’illustrer l’ensemble des systèmes testés et conçus par le CEAM pour une telle opération. Cette journée a également été marquée par le passage au-dessus de la base de Mont-de-Marsan, de l’A400M, futur transporteur de l’armée de l’air.

L'A400M survole la base aérienne de Mont-de-Marsan

L'A400M survole la base aérienne de Mont-de-Marsan

Partager cet article
Repost0
5 juin 2013 3 05 /06 /juin /2013 16:50
Air Defense Week - photo Frederic Duplouich - Marine Nationale

Air Defense Week - photo Frederic Duplouich - Marine Nationale

04/06/2013 Marine nationale

 

Après dix jours d’exercice, l’entraînement Air Defense Week s’est achevé le 31 mai 2013. Cet entraînement interallié et interarmées organisé par le Groupe aérien embarqué et mis en œuvre par la Marine nationale s’est déroulé depuis la Base d’Aéronautique Navale de Landivisiau.

 

Du 21 au 31 mai 2013, Français, Suisses et Britanniques ont eu l’opportunité de développer leurs capacités à évoluer ensemble dans le domaine de la défense aérienne, en particulier dans la défense de forces navales. De nombreux moyens ont ainsi été mis en œuvre dans le cadre de cet entraînement opérationnel qui n’avait pu être organisé depuis 2008 en raison de l’activité du groupe aérien embarqué (GAé).

photo Frederic Duplouich - Marine Nationale

photo Frederic Duplouich - Marine Nationale

Au terme de l’entraînement, l’heure est au bilan et de nombreuses satisfactions ont été retirées des dix jours d’entraînement opérationnel.

 

Les britanniques ont pu accélérer la formation de leurs équipages, puisque 4 contrôleurs aériens ont été brevetés à l’issue des vols d’entraînement des deux Seaking. Dans le même temps, les aviateurs suisses ont dépassé leurs objectifs d’entraînement et ont su tirer parti des missions réalisées avec les forces maritimes et terrestres. Les unités françaises ont quant à elles su combiner leur expertise et leur savoir-faire avec les nations alliées pour maintenir à haut niveau leur qualification opérationnelle.

Les F18 suisses stationnés sur de la BAN de Landivisiau durant l’exercice Air Defense Week 2013 - photo Frederic Duplouich - Marine Nationale

Les F18 suisses stationnés sur de la BAN de Landivisiau durant l’exercice Air Defense Week 2013 - photo Frederic Duplouich - Marine Nationale

Air Defense Week démontre la capacité des forces participantes à conduire des opérations en coalition, tout en intégrant les composantes Air, Mer et Terre au travers de missions complexes et variées, de jour comme de nuit. Cela démontre la nécessité de la coordination et l’interopérabilité des forces et des équipements dans un environnement stratégique où la coopération interalliée et interarmées est de plus en plus importante.

 

Les vols ont donné lieu à beaucoup d’échanges entre Français, Britanniques et Suisses. Les pilotes suisses ont pu apporter une expertise forte concernant la défense aérienne, leur domaine de prédilection, et retirer beaucoup d’expérience lors des exercices maritimes.

Hawkeye au décollage de Landivisau durant l’exercice l’Air Defense Week 2013 - photo Frederic Duplouich - Marine Nationale

Hawkeye au décollage de Landivisau durant l’exercice l’Air Defense Week 2013 - photo Frederic Duplouich - Marine Nationale

Témoignages du CV Eric Aymard, commandant du Groupe aérien embarqué et de "Teddy", chef des opérations du détachement Suisse

 

«Réaliser un exercice de cette ampleur permet  une richesse et une variété importante des thèmes tactiques et de complexifier les scénarii d’entraînement. Nous avions programmé 350 sorties et en avons effectué 330, ce qui est un taux de réalisation particulièrement satisfaisant.»

 

«Les vols ont donné lieu à beaucoup d’échanges entre Français, Britanniques et Suisses. Les pilotes suisses ont pu apporter une expertise forte concernant la défense aérienne, leur domaine de prédilection, et retirer beaucoup d’expérience lors des exercices maritimes.»

Air Defense Week - photo Cyril Davesne - Marine Nationale

Air Defense Week - photo Cyril Davesne - Marine Nationale

Partager cet article
Repost0
5 juin 2013 3 05 /06 /juin /2013 16:00
Livre Blanc 2013 : le chef d'état-major de l'armée de l'air s'exprime

05/06/2013 Ltt Alexandra Lesur-Tambuté  - Actus Air

 

Comme promis, le général Denis Mercier, chef d’état-major de l’armée de l’air, a souhaité s’adresser aux aviateurs suite à la sortie du nouveau Livre blanc sur la Défense et la sécurité nationale, le 29 avril 2013. Échanges en toute franchise sur l’avenir de l’institution.

 

Mon général, vous avez participé à la commission en charge de rédiger le nouveau Livre blanc. Quel a été votre rôle et quels ont été vos objectifs durant cette rédaction ?

Le général Denis Mercier, chef d’état-major de l’armée de l’air - Comme tous les membres de la commission, mon rôle a été d’apporter ma réflexion aux travaux du Livre blanc. Nous sommes satisfaits de constater qu’un grand nombre de nos propositions ont été reprises dans ce document qui fixe les grandes orientations en matière de Défense. Cette considération est d’autant plus importante pour notre institution qu’elle établit une cohérence entre le projet de l’armée de l’air, récemment présenté aux aviateurs, et les grands principes retenus dans le Livre blanc.

Justement, quels sont selon vous les points clés, les orientations qu’il faut retenir de ce nouveau Livre blanc pour l’armée de l’air ? 

Je retiens principalement que les orientations que j’ai souhaitées pour l’armée de l’air sont parfaitement cohérentes avec les quatre principes directeurs annoncés par le ministre de la Défense. Le premier point concerne la question de l’autonomie nationale pour laquelle l’armée de l’air est fortement impliquée à travers sa participation très active aux missions permanentes (dissuasion, protection) ainsi que par sa  capacité à réagir immédiatement à une décision. Le deuxième point est axé sur la cohérence du modèle et des missions que nous sommes amenés à réaliser. Cette cohérence nous oblige à adapter en permanence notre dispositif en fonction de nos engagements. Elle s’exprime dans notre capacité à avoir des forces adaptées à toutes les phases d’une opération. C’est pourquoi nous devons aller vers une différenciation de l’entraînement, entre les forces capables d’entrer en premier avec une très grande réactivité et celles capables de durer. Cette différenciation des forces est d’ailleurs le troisième point mis en évidence par le ministre. Une nécessité qui entraîne également une différenciation de certains équipements. Pour passer la période budgétairement difficile, nous allons donc utiliser encore quelques temps des flottes plus anciennes, en ralentissant la modernisation de certains équipements sans l’interrompre. Nous l’avons réalisé au Mali, lorsque nous avons remplacé les Rafale de la permanence opérationnelle par des Mirage 2000 pour les envoyer en intervention. Enfin, le ministre de la Défense met en avant le principe mutualisation C’est un processus qui guide depuis longtemps notre action, notamment avec nos partenaires européens au sein de l’’EATC (1) et que nous poursuivrons avec des projets phares tels que celui de l’A400M, du MRTT ou des drones.

Avec ce Livre blanc, l’armée de l’air s’apprête à subir de nouvelles modifications. On parle de 34 000 postes supprimés pour la Défense, d’équipements revus à la baisse… Quelle réalité pour l’institution ?

Oui, nous allons vers un format plus réduit avec des diminutions qui seront conséquentes. Nous avons déjà fait des efforts entre 2008 et 2013 et nous devrons de nouveau en fournir. Mais dans ce format revu à la baisse, il est également question de projet et donc de modernisation. J’ai deux objectifs pour l’armée de l’air de demain. Tout d’abord, celui de continuer à moderniser ses capacités dans les domaines qui ont été présentés dans le projet « unis pour faire face ». D’autre part, celui de remonter son niveau d’activité aérienne en baisse actuellement de 20%, ce que je ne peux accepter. Ainsi, les  cinq priorités de l’armée de l’air, que j’ai annoncées dans le projet s’inscrivent parfaitement avec les objectifs affichés dans le Livre blanc. L’armée de l’air devra poursuivre sa capacité à commander et à conduire des opérations avec notamment la modernisation des outils de détection sur le territoire national. Elle devra toujours contribuer à notre autonomie nationale dans l’appréciation des  situations et garantir l’acquisition du renseignement nécessaire pour une opération au travers d’une différenciation de ses capteurs de renseignement, et de l’acquisition de systèmes de drones de type MALE (2). De plus, l’armée de l’air poursuivra sa mise en œuvre de structures adaptées garantes de notre capacité de réaction immédiate. En parallèle, elle développera ses moyens de projection avec l’arrivée de l’A4000M et le remplacement des tankers (ravitailleurs), avec le futur avion multirôle MRTT (3). Enfin, nous moderniserons nos capacités de formation et d’entraînement pour répondre aux nouvelles orientations.

Comment conserver la performance de l’armée de l’air dans un contexte de restructurations et de réorientations ?

Aujourd’hui, l’opération Serval, au Mali, a démontré le potentiel et le niveau extraordinaire acquis par l’armée de l’air. Pour la première fois depuis très longtemps, nous avons mené une opération sous notre propre commandement et contrôle. Le format capacitaire retenu dans le Livre blanc est un format, certes, plus ramassé, mais qui nous permet de maintenir le niveau atteint par l’armée de l’air, au Mali. Nous arrivons toutefois à un seuil limite, en-dessous duquel il faudrait sûrement réaliser des choix impactant la capacité des armées à s’engager dans une opération extérieure. Actuellement, le format annoncé dans le Livre blanc nous permet bien heureusement de conserver notre superbe armée de l’air, sa réactivité et sa performance, même si le court terme sera très difficile.

 

"Soyons unis pour faire face"

 

Après le Livre blanc de 2008, les aviateurs ont su faire face à des restructurations importantes. Quel message voulez-vous leur adresser aujourd’hui en cette période annonciatrice de nouvelles réformes ?

Il faut continuer à travailler sur le projet de l’armée de l’air « Unis pour faire face ». D’autre part, il ne faut pas se focaliser sur les formats. C’est bien la cohérence que nous construisons qui nous fera avancer. Le projet de l’armée de l’air nous fixe plusieurs objectifs clairs dont celui de se recentrer sur des valeurs qui nous sont essentielles. Il a également vocation à redonner des responsabilités aux différents niveaux de commandement par une adaptation de nos structures militaires, la création d’escadres de nouvelle génération, le tout étayé par la mise en œuvre attendue de stages de formation au profit des officiers et des sous-officiers supérieurs appelés à exercer des responsabilités. Tout ceci va nous donner l’opportunité de préparer au mieux le futur de l’armée de l’air.

Avez vous déjà des échéances programmées dans la mise en œuvre du Livre blanc ?

La prochaine échéance extrêmement importante concerne la loi de programmation militaire. Elle va traduire l’ambition du Livre blanc et fixer le cap pour les six prochaines années. La deuxième échéance concerne, quant à elle, la traduction physique du projet de l’armée de l’air « Unis pour faire face ». En effet, nous allons très bientôt mettre en œuvre ce que nous avions annoncé. Le comité stratégique reviendra sur les bases aériennes le moment venu présenter aux aviateurs la mise en exécution de la loi de programmation militaire et celle du projet de l’armée de l’air, qui sont étroitement liées.

Le nouveau projet de l’armée de l’air « unis pour faire face » que vous avez présenté est-il une anticipation des réformes à mener suite au Livre blanc ? Constitue-t-il une mesure fédératrice pour aider les aviateurs à intégrer au mieux le nouveau visage de la Défense ?

Le nouveau projet n’était pas une anticipation mais un besoin de remise en cohérence globale des différentes réformes qui se sont télescopées jusqu’à présent. Dans cette remise en cohérence, plusieurs grands objectifs se dessinaient naturellement et je savais, étant un membre de la commission du Livre blanc, qu’ils étaient en accord avec les nouvelles orientations à venir. C’est d’ailleurs pour cela que nous avons souhaité présenter le projet de l’armée de l’air avant la sortie du Livre blanc. Dans le projet « Unis pour faire face », nous avons mis en évidence le principe de différenciation des forces ou encore les efforts que nous souhaitions porter sur les moyens de renseignement et de surveillance. Des objectifs confortés dans le nouveau Livre blanc avec notamment l’acquisition de douze drones, et de moyens ISR (4) léger. Ce projet offre des objectifs clairs, qui démontrent que nous ne subissons pas notre avenir mais que nous le maîtrisons. Pour cela, il est très important d’expliquer les nouvelles orientations aux aviateurs, qu’ils puissent comprendre ce que nous faisons, qu’ils puissent y adhérer, et surtout en être les acteurs principaux. Je ne peux commander l’armée de l’air seul. Elle appartient à tous les aviateurs.

(1) EATC : European Air Transport - commandement européen du transport aérien

(2) MALE : moyenne altitude longue distance 

(3) MRTT : Multirole Transport Tanker - avion multirôle de ravitaillement en vol et de transport

(4) ISR : Intelligence Surveillance and Reconnaissance

Partager cet article
Repost0
5 juin 2013 3 05 /06 /juin /2013 12:35
photo Dmitry A. Mottl

photo Dmitry A. Mottl

04/06/13 bourse.challenges.fr

 

La Corée du Sud devrait officiellement lancer la semaine prochaine l'appel d'offres pour le renouvellement de ses jets de combat, selon l'agence locale Yonhap, qui cite un officiel de l'agence des achats de l'armée. Pour ce contrat évalué à 7,5 milliards de dollars pour une soixantaine d'appareils, le F-15 de Boeing, le F-35 de Lockheed Martin et l'Eurofighter de BAE Systems et EADS sont sur les rangs. La durée de l'appel d'offres pourrait être limitée à deux à trois semaines, les parties ayant déjà négocié un certain nombre d'éléments.

 

Selon l'agence coréenne, comme il est d'usage en pareil cas, les prétendants ont rivalisé de propositions pour s'attirer les faveurs du pays. EADS aurait ainsi mis sur la table un investissement de 2 milliards de dollars à Séoul pour y assembler les appareils. Boeing aurait pour sa part proposé 1,2 milliard de dollars pour une usine d'équipements pour son appareil, ainsi que pour des pièces d'autres programmes à l'export. Lockheed Martin s'et enfin engagé à produire certains éléments de ses appareils dans le pays, et à aider à l'export l'industrie aéronautique coréenne.

Partager cet article
Repost0
5 juin 2013 3 05 /06 /juin /2013 11:50
photo Airbus Military

photo Airbus Military

2013-06-04 xinhua

 

L'Agence européenne de défense (EDA) a annoncé lundi à Bruxelles la concrétisation du partage des capacités de transport militaire pour 13 Etats membres, par le lancement d'un portail sur son website.

 

Cette initiative vise à simplifier la procédure concernant les opérations de transport aérien militaire entre Allemagne, Belgique, Bulgarie, Chypre, Grèce, Italie, Lituanie, Norvège, Pays- Bas, Roumanie, Slovaquie, Suède et Tchèque. A travers ce portail, les Etats membres pourront échanger facilement les informations sur les survols et les atterrissages, au lieu de recourir à l'autorisation diplomatique pour chaque vol.

 

Il s'agit d'un mécanisme pour la mise en place du ciel unique européen dans les années à venir. "Il permet des économies substantielles des ressources humaines et financières, tout en rendant les opérations de transport militaire plus rapides et efficaces", a commenté Peter Round, directeur des capacités de l'EDA. L'EDA prévoit que le nouveau mécanisme couvrira un maximum de 95% des missions de transport militaire exécutées chaque année au-dessus des territoires des pays signataires.

 

Le partenariat sur la flotte européenne de transport aérien, signé par 20 Etats en 2011 sous les auspices de l'EDA, se penche sur l'amélioration de la disponibilité du transport aérien militaire dans l'Union européenne (UE) et l'élaboration des solutions concrètes pour accroître son efficacité.

 

L'EDA a souligné, dans un communiqué, qu'elle continuerait à travailler dans le domaine de l'autorisation diplomatique, dont l'autorisation pour les avions de transport militaire de l'UE à l'extérieur de l'UE et l'autorisation pour les opérations de ravitaillement air-air en ciel européen. 

Partager cet article
Repost0
5 juin 2013 3 05 /06 /juin /2013 10:55
Tir opérationnel sur le système d’arme "Mamba"

Tir opérationnel sur le système d’arme "Mamba"

04/06/2013 Armée de l'air

 

Le 3 juin 2013, l’escadron de défense sol-air (EDSA) 2/95 «Sancerre» d’Avord a validé son premier tir opérationnel sur le système d’arme «Mamba», lors d’une campagne de tir multi-système sur le site d’essais missile des Landes, à Biscarosse.

 

Après une année de préparation et de prise en main du système sol-air moyenne portée "Mamba", l’EDSA 2/95 «Sancerre» et l’escadron de soutien technique sol-air 2E950 d’Avord ont validé à 11h30, leur 1er tir ASTER à partir du "Mamba". Ce tir a été réalisé dans un environnement complet mettant en œuvre l’ensemble de la chaine de commandement de théâtre avec le déploiement, à côté de la section Mamba, d’un centre de détection et de contrôle déployable (CDC/D) d’Évreux et d’un centre de management de la défense dans la troisième dimension (CMD3D), tous communicant par liaison 16 (L16).

 

Validation du tir au cœur d’un scénario complexe

 

Le scénario d’engagement reposait sur les capacités de discrimination ami-ennemi du système. La séquence mettait alors en œuvre deux cibles simulant un chasseur «ami» menacé par un chasseur «ennemi», les deux évoluant à une altitude de 2000 mètres et à 450 nœuds (environ 230 mètres par seconde). L’identification et la classification des cibles ont été transmises du CDC/D au CMD3D, lequel ordonna le tir. Au départ du missile, la cible ennemie se trouve à 50km. Elle sera interceptée à 40 km. Le tir est validé.

Système sol-air moyenne portée (SAMP) "Mamba"

Système sol-air moyenne portée (SAMP) "Mamba"

L’EDSA 2/95 «Sancerre» d’Avord est donc le nouvel escadron opérationnel sur "Mamba". Il a démontré le parfait fonctionnement du système dans une chaine de commandement complète sous L16.

Partager cet article
Repost0
3 juin 2013 1 03 /06 /juin /2013 21:30
Syrie: Washington va déployer des missiles Patriot et des F-16 à Amman

03 juin 2013 Romandie.com (AFP)

 

WASHINGTON - Les Etats-Unis vont déployer des missiles Patriot et des avions de combat F-16 en Jordanie, pays frontalier de la Syrie, pour des manoeuvres militaires, après lesquelles certains de ces équipements pourraient rester sur place, ont annoncé lundi des responsables américains.

 

Les lanceurs de missiles Patriot et les avions F-16 ont été autorisés à être déployés en Jordanie pour l'exercice dénommé Eager Lion, a indiqué le porte-parole du CentCom (commandement central) américain, le lieutenant-colonel T.G. Taylor dans un communiqué.

 

Pour renforcer la capacité et la position défensive de la Jordanie, certains de ces équipements pourraient rester sur place au-delà de l'exercice, à la demande du gouvernement jordanien, a-t-il précisé.

 

Cette décision de maintenir des équipements en Jordanie pourrait alimenter à nouveau les spéculations sur une éventuelle intervention militaire des Etats-Unis en Syrie, ce que la Maison Blanche considère comme la dernière des options possibles.

 

Les responsables américains n'ont pas précisé combien de F-16 participeraient aux manoeuvres ou combien resteraient ensuite dans le royaume.

 

Les Etats-Unis ont déjà soutenu une opération similaire au début de l'année en Turquie, quand l'Otan a déployé des lanceurs de missiles Patriot le long de la frontière turque, mitoyenne de la Syrie.

 

Ce déploiement en Jordanie intervient après plusieurs avertissements de Washington au régime du président syrien Bachar al-Assad à propos de livraisons d'armes au mouvement chiite libanais Hezbollah, soutien de Damas.

 

Israël a mené des raids aériens en Syrie pour tenter d'empêcher ces transferts d'armes.

 

La Jordanie, qui accueille plus de 500.000 réfugiés syriens, elle aussi s'inquiète d'un débordement du conflit syrien.

 

En avril, le secrétaire américain à la Défense, Chuck Hagel, avait révélé que quelque 150 militaires américains avaient été déployés en Jordanie depuis l'an dernier, portant à plus de 200 hommes la présence militaire américaine dans le royaume.

 

Les missiles Patriot peuvent abattre des missiles Scud ou d'autres missiles de courte portée, qui font partie de l'arsenal du régime d'Assad. Ils peuvent aussi être utilisés pour une zone d'exclusion aérienne ou d'autres opérations aériennes.

 

Les combats continuaient de faire rage lundi en Syrie. Un missile sol-sol a tué 26 personnes dans le nord de la Syrie, au moment où l'offensive menée par l'armée syrienne, épaulée par le Hezbollah, contre la localité rebelle de Qousseir (ouest) entrait dans sa troisième semaine.

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories