Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
8 avril 2014 2 08 /04 /avril /2014 17:30
Airbus Defence and Space receives radar contract extension in the Middle East

The Spexer 2000 security radar improves the surveillance of borders substantially. Photo: Airbus DS

 

Munich,  08 April 2014 Airbus Defence and Space

Spexer 2000 security radar improves border protection

 

 

Airbus Defence and Space has been awarded a contract for the delivery of four of its Spexer 2000 security radars to further improve the surveillance of the borders of a major Middle Eastern country. The contract is an extension to an existing contract for the delivery of more than 40 Spexer 2000 radars, which have been operating successfully for almost two years now.

 

Thomas Müller, head of the Business Line Electronics at Airbus Defence and Space, said: “Spexer 2000 is using state-of-the-art Active Electronically Scanning Array (AESA) technology, which provides a multi-tasking and multi-mode capability, and increases the detection and target assessment capability substantially. Due to this, Spexer 2000 can replace several conventional radars.”

 

Spexer 2000 is optimized for the surveillance of borders and other applications which require the monitoring of vast areas over long distances of 40 km. With high Doppler and velocity resolution as well as high clutter suppression, Spexer 2000 is able to reliably detect, track and classify even very small and slowly moving targets such as pedestrians, and also fast objects such as speed boats or low-flying objects such as Unmanned Aerial Vehicles. In addition, a camera mounted on top of the radar can be cued to the radar in order to identify suspicious objects.

 

This technology ensures a high level of situational awareness providing border guards and security forces with additional reaction time towards illicit intrusions. The radar is qualified according to several military standards and provides a very high availability and MTBCF (mean time between critical failure), combined with a low false alarm rate and reliable performance even in severe environmental conditions.

 

Spexer 2000 is part of Airbus Defence and Space’s Spexer security radar family which consists of several radars, each optimized for specific surveillance applications including border, infrastructure, perimeter and coastal surveillance. A specific military version has been developed for the German Army.

 

About Airbus Defence and Space

 

Airbus Defence and Space is a division of Airbus Group formed by combining the business activities of Cassidian, Astrium and Airbus Military. The new division is Europe’s number one defence and space enterprise, the second largest space business worldwide and among the top ten global defence enterprises. It employs some 40,000 employees generating revenues of approximately €14 billion per year.

Partager cet article
Repost0
8 avril 2014 2 08 /04 /avril /2014 11:20
Airbus Defense and Space Delivers 17th HC-144A Aircraft to USCG

 

 

Apr 7, 2014 ASDNews Source : Airbus Defense and Space

 

    HC-144A Ocean Sentry Continues as the Coast Guard's Primary Maritime Patrol Aircraft

 

Airbus Defense and Space, Inc. has delivered the 17th HC-144A Ocean Sentry maritime patrol aircraft to the U.S. Coast Guard. The Ocean Sentry is based on the Airbus CN235 tactical airlifter with more than 235 currently in operation by 29 countries. This is the second of three HC-144A's planned for delivery this year.

 

The latest aircraft will join a fleet of 16 Ocean Sentries operating from Coast Guard Air Stations in Cape Cod, Mass.; Mobile, Ala.; and Miami. The Coast Guard is planning to stand up the fourth HC-144A air station in Corpus Christi, Texas, later this year.

 

Read full article

Partager cet article
Repost0
7 avril 2014 1 07 /04 /avril /2014 11:50
Selex ES Miysis DIRCM sees success in NATO Trial

 

 

Apr 7, 2014 ASDNews Source : Selex ES

 

The Miysis Directed Infrared Countermeasure (DIRCM) system developed Selex ES, a Finmeccanica company, was successfully demonstrated in March 2014 as part of NATO Trial EMBOW XIV.

 

During the flight trial, witnessed by 100 multi-national VIPs, the Miysis DIRCM system autonomously acquired, tracked and jammed the trial test equipment on the ground. Initial assessment of the results indicates that the Miysis DIRCM has the capability to jam Generation 1, 2 and 3 Man Portable Air Defence Systems (MANPADS) using NATO jam codes. Trial EMBOW XIV was conducted at Biscarrosse in France and the Miysis was installed on a French Direction Générale de l’Armement (DGA) CASA-212 aircraft. The DIRCM trial was assisted by Airbus D&S, the Royal Canadian Air Force and the UK MoD. Prior to and during EMBOW XIV, the UK MoD worked closely with Selex ES and provided them with substantial support.

 

Read more

Partager cet article
Repost0
7 avril 2014 1 07 /04 /avril /2014 07:35
A-50EI Mainstay 2009 photo Michael Sender

A-50EI Mainstay 2009 photo Michael Sender

 

April 6, 2014. David Pugliese - Defence Watch

 

In a bid to boost its aerial surveillance, India will buy six aircraft that can be used for supporting its indigenous Airborne Warning and Control System, according to Aviation Week.

 

More from Aviation Week:

 

“A tender has been floated to global vendors for the supply of suitable aircraft with necessary structural modifications, power and endurance adaptations and equipment installation or installation provisions for the Awacs,” says an official at the defense ministry.

 

Though the type of aircraft hasn’t been specified, India is looking at acquiring a platform that can support an Awacs antenna dome, which is about 10 meters in diameter. The aircraft also should have provisions for the installation of all external and internal elements of the mission systems, the official adds.

 

Only original aircraft manufacturers are qualified to submit the bids. Also, “the vendors should be willing to support the product for a period not less than 30 years from the date of acceptance of the aircraft,” he says.

 

According to the defense ministry official, the Defense Research and Development Organization (DRDO), which is developing the radars and sensors, is looking at either the Boeing-767 or Airbus A330 as the new platform. However, vendors such as Ilyushin, Antonov, Sukhoi, Bombardier and Saab could also be in the running.

 

Full story here:

Partager cet article
Repost0
4 avril 2014 5 04 /04 /avril /2014 19:15
La Turquie accepte enfin le premier de ses dix A400M

L'armée de l'air turque a formellement accepté le premier de ses A400M commandés

 

04/04/2014 Michel Cabirol – LaTribune.fr

 

Airbus Defence & Space a remis à la Turquie son premier avion de transport militaire avec un retard de plus de trois mois. Ankara a tenté de marchander pour obtenir de nouveaux avantages.

 

Enfin... Airbus Defence & Space a remis ce vendredi à la Turquie le premier de ses dix avions de transport militaire A400M commandés avec un retard de plus de trois mois sur le calendrier fixé. L'armée de l'air turque avait estimé en décembre que l'appareil en voie de livraison n'était pas conforme au contrat signé. Ce qui avait particulièrement agacé le directeur général d'Airbus Group, Tom Enders, qui avait reproché fin février à la Turquie de marchander au lieu de prendre livraison de son premier. Il avait jugé la situation "inacceptable".

L'armée de l'air refusait depuis décembre dernier de prendre livraison de cet appareil, le troisième de la série d'un programme multinational. Le directeur général Tom Enders avait expliqué le blocage "par un seul mot : marchandage". Il avait exprimé l'espoir que cette "situation de plus en plus inacceptable" serait réglée rapidement, et a souhaité l'aide des autres nations qui ont commandé cet avion. "Comment peut-on augmenter la cadence de production quand on n'a pas la certitude que les clients vont prendre l'avion et qu'on est obligé de le parquer ?", s'était-il interrogé.

 

Que voulaient les Turcs ?

Selon des sources concordantes, les Turcs exigeaient un peu plus que le stipulait le contrat signé. Ce qui a entraîné de très forts marchandages entre Airbus Defence & Space et l'armée de l'air turque, qui a formellement accepté son premier A400M. Un classique en Turquie. Le secrétariat d'Etat turc aux Industries de défense (SSM) est considéré comme l'un des négociateur les plus redoutable au monde. "C'est simple avec eux, à la fin de la négociation vous n'avez plus de marges", ironise un industriel. Le groupe turc Turkish Aerospace Industries (TAI) est dans le programme A400M est déjà impliqué dans le partage de la charge de travail. Il a 5,56 % du programme. Soit 7,2 % de la partie aérostructures de l'appareil : soit une partie du fuselage, des portes et des ailerons et spoilers.

La Turquie devraient en principe recevoir cet été son deuxième appareil destiné à remplacer les vieux C-160 Transall. A suivre d'autant que le secrétaire d'Etat turc aux Industries de défense (SSM), Murad Bayar, a dû démissionner en début de semaine à la suite d'un nouveau scandale. Réputé proche du Premier ministre Recep Tayyip Erdogan, il a été victime de la diffusion sur internet (YouTube) d'une réunion confidentielle de sécurité où les Turcs envisageaient de faire bombarder un village turc depuis la Syrie pour pouvoir s'impliquer directement dans le conflit syrien. Du coup, Ankara avait bloqué Twitter et YouTube.

 

Une première commande à l'export en 2014 ?

L'A400M, sans équivalent sur le marché des avions militaires, a été commandé à 174 exemplaires par sept pays européens (Allemagne, Belgique, Espagne, France, Grande-Bretagne, Luxembourg et Turquie) et la Malaisie. La France a pris livraison des deux premiers exemplaires l'année dernière, et la Turquie devait prendre le troisième selon le calendrier de livraison convenu entre les partenaires de ce programme multinational.

Airbus Group espère décrocher une première commande à l'exportation pour cet appareil cette année. Pour l'A400M, "l'objectif est de décrocher un contrat cette année, même si ça va être très difficile", avait précisé fin janvier le directeur de l'activité avions militaires au sein de la division Airbus Defence and Space, Domingo Urena-Raso, lors d'une rencontre avec l'Association des journalistes professionnels de l'aéronautique et de l'espace (Ajpae) à Séville.

Depuis que l'armée de l'air française a pris livraison de cet appareil l'été dernier, neuf pays ont déposé des demandes d'informations sur l'avion et ses capacités, avait précisé le patron du programme A400M, Cédric Gautier. Deux demandes "de clients potentiels importants" ont été déposées en janvier, après que la France a fait voler l'appareil vers la Centrafrique et le Mali, sans attendre le délai habituel d'un an pour qualifier un nouvel avion, selon Domingo Urena-Raso.

Partager cet article
Repost0
3 avril 2014 4 03 /04 /avril /2014 12:50
RAF completes first Voyager three-point tanking flight

 

Apr 3, 2014 Cobham  Air Tanker

 

RAF Voyager has today (31/3/14) carried out its’ first flight with RAF crews as a three-point tanker, completing an air-to-air refuelling sortie over the Cornish Coast.

 

The flight follows the Release to Service awarded to Voyager from the Ministry of Defence on 29/3/14, which cleared Voyager to refuel the C-130 Hercules, the first approval on the Fuselage Refuelling Unit (FRU).

 

This latest achievement for the Voyager programme follows the wing-pod approvals already given by the MOD to begin air-to-air refuelling (AAR) operations with Tornado and Typhoon in summer last year.

 

Phill Blundell, CEO, AirTanker, which was appointed in 2008 to deliver the Future Strategic Tanker Transport Aircraft (FSTA) programme, said clearance on the FRU represented another significant step forward.

 

He said: “Clearance with the C-130 on the centerline hose is another important achievement, nudging us just that little bit closer to full operational capability. “We will continue to work alongside the RAF in supporting refinement of these systems as we move towards our air-to-air refuelling in service date in the summer.”

 

AirTanker, the consortium behind Voyager, is made up of leading aerospace, defence and facilities management specialists, Cobham, EADS, Rolls-Royce, Thales and Babcock. They also form its primary supply chain.

 

Since receiving the go-ahead to refuel the Tornado GR4 and Typhoon, Voyager has completed more than 215 air-to-air refuelling sorties, giving away in excess of 3,300 tonnes of fuel.

 

A fully certified and militarily-converted Airbus A330-200, multi role tanker transport MRTT, Voyager has a total fuel capacity of 111 tonnes. This is delivered using standard A330-200 fuel tanks without adaptation of its cargo hold to accommodate additional capacity.

 

In addition to its air-to-air refuelling role Voyager also has capacity to carry up to 291 passengers with a cargo capability of up to 8 NATO pallets or up to 43 tonnes. The aircraft can also be configured to accommodate a 40 stretcher aeromedical evacuation capability including critical care.

 

In all seven aircraft have now been delivered to the programme. The latest arrival, ZZ337, which was delivered at the end of January, brings the total number of aircraft flying on the MAR to six, (2x two-point tankers and 4x three-point capable tankers).

 

Since the start of air transport operations in April 2012, these military aircraft have together clocked more than 7,200 hours, flying more than 1,940 sectors, carrying more than 125,300 passengers and 8,100 tonnes plus of freight. This includes the start of flights in and out of Camp Bastion in support of the Afghanistan air-bridge in December last year.

 

Voyager 02, which flies on the Civilian Aircraft Register, has flown more than 2,700 hours and 490 sectors, carrying over 55,600 passengers and more than 3,400 tonnes of freight, since the start of AirTanker’s civilian airline operation at the beginning of 2013 Blundell added: “As with any programme of this scale, we have faced challenges but in partnership with the RAF, they have been overcome. They have not impacted on the programme. Our effort and the pace of progress has been relentless and we remain on budget and on time.

 

“Most importantly we have remained flexible, adapting to the changing needs of the programme and the RAF and the MOD as customer. We will continue to work alongside them to ensure that needs of the RAF and UK Armed Forces continue to be met.”

Partager cet article
Repost0
3 avril 2014 4 03 /04 /avril /2014 07:50
Airbus Defence and Space delivers new Air Traffic Control Network to German Air Force Flight Safety Authority

 

Munich,  02 April 2014 Airbus DS

 

Worldwide first "Mode S"-based Cluster improves efficient use of Airspace

 

The Airbus Defence and Space business line Electronics has concluded the delivery of the worldwide first air traffic control network based on the latest “Eurocontrol” standard Mode S to the flight safety branch of the German Air Force. This Mode S based network guarantees the automatized guidance of civil and military aircraft in an area of 1,700 x 1,500 km. Thus, flight safety and the efficiency of airspace utilization can be increased considerably. After a five year fully operational observation period, the system has been handed over to the in-service support and the initial procurement project is concluded. Two more Mode S based clusters are already operational and in the observation phase.

"Air traffic control authorities all over the world are faced with continually increasing air traffic density," said Thomas Müller, Head of Airbus Defence and Space Electronics. "Together with military air traffic, this situation requires a high-performance guidance system ensuring safety, comprehensive data exchange and efficient allocation of airspace."

Under the project ”Ramos”, Airbus Defence and Space Electronics has equipped six long-range surveillance radars with so-called MSSR (MSSR = Monopulse Secondary Surveillance Radar) 2000 I secondary radar systems. These secondary radars provide an overview of the air situation based on interrogations and automatic replies from individual aircraft. MSSR 2000 I is the only secondary radar certified according to the latest air traffic control standards, both civil and military.

The MSSR 2000 I systems establish a Mode S Cluster which is safely guiding all aircraft in the area. Within this area, each individual aircraft which is equipped with a Mode S transponder can be identified and tracked automatically without the necessity of individual radar target acquisition, enabled by autonomous target data handover from one radar station to the other. This avoids the risk of single tracks getting lost while handing over from one air traffic control cell to another. Furthermore, the cluster allocates air traffic control tasks automatically, i.e. if one secondary radar fails, others within the cluster take over immediately.

In the military field, MSSR 2000 I is used for automatic friend-or-foe identification (IFF), thus avoiding the erroneous engagement of friendly forces. It is capable of the new Mode 5 military standard which is to be introduced in all Nato countries. MSSR 2000 I is deployed on German naval vessels and used by the armed and naval forces of numerous states worldwide. For civil air traffic control purposes it is in service in such countries as Austria, Portugal, Bulgaria and the Philippines.

 

About Airbus Defence and Space

Airbus Defence and Space is a division of Airbus Group formed by combining the business activities of Cassidian, Astrium and Airbus Military. The new division is Europe’s number one defence and space enterprise, the second largest space business worldwide and among the top ten global defence enterprises. It employs some 40,000 employees generating revenues of approximately €14 billion per year.

Partager cet article
Repost0
2 avril 2014 3 02 /04 /avril /2014 11:35
A330 MRTT

A330 MRTT

 

2 April 2014 airforce-technology.com

 

South Korea has started a process to acquire its long-desired four in-flight refuelling tanker aircraft in an effort to enhance the national air defence.

 

The estimated KRW1.4tn ($1.31bn) deal forms part of the country's attempts to augment its air defence in wake of escalating tension in morth-east Asia over the maritime interests of Japan, China and North Korea, Reuters reports.

 

The South Korean Defense Acquisition Program Administration (DAPA) said in a statement that the purchase will be made through a competitive bid process and bids will be accepted by the end of June 2014.

 

Two unnamed industry sources were quoted by the news agency as saying that Boeing is expected to bid with a model that is based on a Boeing 767-level aircraft, such as the KC-46 Pegasus, while Airbus Group is likely to offer its A330 multi-role tanker transport (MRTT).

 

 

Boeing KC-46 tanker

Boeing KC-46 tanker

Other companies are also anticipated to enter the competition with commercial aircraft overhauled as tankers, the sources added.

 

A closed briefing is scheduled to be held by DAPA on 08 April to brief the bidders regarding the contract requirements.

 

Another source with direct knowledge of its requirements said the country aims to close a deal by the end of 2014.

 

The in-flight refuelling tankers are anticipated to enhance the Republic of Korea Air Force (ROKAF) fighter aircraft airborne operation time by more than one hour, the source added.

 

Scheduled to be acquired between 2017 and 2019, the new tankers will help extend the operational range of ROKAF's F-15K and KF-16 fighter aircraft fleet, as reported earlier by Yonhap News Agency.

Partager cet article
Repost0
2 avril 2014 3 02 /04 /avril /2014 07:50
Picture: German Air Force

Picture: German Air Force

 

2 April - EATC

 

Few weeks ago a German Airbus A310 MRTT with Aeromedical Evacuation configuration flew two dozen injured Ukrainian people from Kiev to Germany for a better intensiv care, while another aircraft is permanently stationed at the military part of the Cologne airport to guarantee 24/7 readiness for action, e.g. to evacuate wounded soldiers out of Afghanistan/Usbekistan.

 

Last year another aircraft with Air-to-Air Refuelling equipment cruised of Western Africa to sustain the French air superiority for "Operation Serval": the MRTT (Multirole, Tanker, Transport) is not just a strategic carrier, but with all its conversion alternatives a flexible mean for the German Air Force, the EATC Participating Nations and all other Allies within EU and NATO to facilitate remote operations abroad.

 

In our new serial about military air transport aircraft read more about this MRTT here.

 

Partager cet article
Repost0
2 avril 2014 3 02 /04 /avril /2014 07:50
photo AirTanker

photo AirTanker

 

01.04.2014 Helen Chachaty - journal-aviation.com

 

Le consortium AirTanker annonce que la première opération de ravitaillement en vol d’un C-130 Hercules de la RAF par un A330 MRTT a eu lieu le 31 mars. Cette manœuvre fait suite à la certification complémentaire accordée par le ministère de la Défense le 29 mars.

 

Les MRTT britanniques réalisent des opérations de ravitaillement en vol des Tornado GR4 et des Eurofighter depuis l’été 2013 et ont à ce jour effectué plus de 215 vols de ce type.

 

La Royal Air Force possède actuellement sept exemplaires des A330-200 modifiés par Airbus Defence & Space, sur les quatorze commandés.

Partager cet article
Repost0
1 avril 2014 2 01 /04 /avril /2014 16:25
Cougar AS532 ALe Chilean Army photo Jose Higuera DN

Cougar AS532 ALe Chilean Army photo Jose Higuera DN

Airbus Helicopters a engrangé six nouvelles commandes ou intentions de commande pour un montant de 54 millions de dollars au salon aéronautique et défense de FIDAE au Chili

 

01/04/2014 Michel Cabirol, de Santiago (Chili) – LaTribune.fr

 

Airbus Helicopters détient 50 % de parts de marché sur les livraisons lors des cinq dernières années et 35 % sur la flotte totale en service en Amérique Latine.

 

Tous les fabricants d'hélicoptères se donnent actuellement rendez-vous en Amérique Latine pour profiter de la très belle croissance de son marché aéronautique. Avec le marché des satellites d'observation très dynamique, celui des hélicoptères est également en plein essor en Amérique Latine où 36 % des opérateurs prévoient dans les cinq ans à venir d'augmenter leur flotte (contre 4 % l'inverse), selon la dernière étude d'Honeywell Aerospace. Du coup, l'Amérique Latine concurrence l'Europe pour devenir le deuxième marché mondial derrière l'Amérique du Nord, la terre d'accueil des hélicoptères. 

 

Airbus Helicopters cartonne 

Dans ce contexte extrêmement dynamique, Airbus Helicopters estime détenir "50 % de parts de marché sur les livraisons des cinq dernières années et 35 % sur la flotte totale", souligne le vice-président exécutif en charge des ventes et des services au niveau mondial, Dominique Maudet, très à l'aise au salon de l'aéronautique et de la défense FIDAE au Chili avec ses clients sud-américains. Il faut dire qu'il parle couramment l'espagnol et connaît bien l'Amérique Latine où il a vécu deux ans au Venezuela au début des années 80 où il travaillait pour le compte du ministère des Affaires étrangères. 

Au total, le constructeur dispose d'une flotte de plus de 1.200 hélicoptères en opération dans cette zone géographique, dont 290 dans la zone la plus australe de la région (Chili, Argentine, Bolivie, Pérou et Uruguay). Ce qui en fait européen le leader en Amérique Latine où il vend bon an, mal an entre 50 et 80 appareils, selon le patron des ventes et des services au niveau mondial. Soit environ 15 % de ses ventes totales (422 en 2013). 

A FIDAE, qui se tenait la semaine dernière, le constructeur a engrangé six nouvelles commandes ou intentions de commande pour un montant de 54 millions de dollars : deux EC145 pour l'armée de l'air bolivienne, un A350 B3 pour le ministère de la Sécurité de la province de Buenos Aires, deux EC145 et un EC155 B1 pour un opérateur péruvien resté anonyme). 

 

Une filiale opérationnelle au Chili 

Pourquoi une telle part de marché en Amérique Latine ? Selon Dominique Maudet, il y a une prime à la performance pour des missions en très haute montagne (Cordillère des Andes) et par temps chaud. D'où la réussite du Fennec, du Super Puma AS332 C1e et de l'A350 B3 (Ecureuil). Enfin, l'EC145 perce bien en Argentine, au Pérou, en Bolivie, au Brésil et au Mexique, constate Dominique Maudet. 

C'est d'ailleurs le cas au Chili où Airbus Helicopters a choisi d'implanter en 2001 une filiale (Airbus Helicopters Chile), qui emploie une centaine de personnes pour des opérations de support commercial, de maintenance et réparation, et enfin de formation pour les cinq pays de la zone la plus australe de l'Amérique Latine. Elle génère autour de 100 millions de dollars de ventes par an. Airbus Helicopters a livré à l'armée de terre chilienne neuf Cougar. Le dernier modernisé (avionique) a été remis au client pendant FIDAE. L'armée de terre dispose également de AS350 B3. Quant à la marine, elle a en service huit Dauphin et des Cougar navals, équipés de lance-torpille et d'Exocet AM 39. 

 

Une déception au Pérou 

Dans les autres pays de la région, le constructeur est également bien présent. Il a vendu en décembre six Super Puma AS332 C1e à la Bolivie. Un très joli coup pour Airbus Helicopters, qui a également vendu quatre EC145, dont deux en version VIP. Au Pérou, le constructeur a poussé dans ses derniers retranchements le russe Mil, qui a toutefois réussi fin décembre à arracher au bout de deux ans de négociations un contrat de 24 Mi-171CH face au Cougar. Petite compensation toutefois, le ministère de l'Intérieur a acheté un cinquième EC145 destinés à renouveler la flotte de la Police nationale. Le quatre premiers appareils EC145 a été livré en novembre et décembre.

L'Equateur dispose d'une flotte de 10 Fennec et de plusieurs Cougar. En Colombie, Airbus Helicopters propose l'EC145 et l'Ecureuil pour la lutte anti-drogue face à des appareils américains. Enfin, en Argentine, des exemplaires EC 135 et EC145 sont en cours de livraison respectivement pour la gendarmerie et la police. Enfin, le EC225 est proposé pour les missions off-shore. 

 

Vers de nouvelles commandes au Mexique ? 

Avec la visite de François Hollande au Mexique le 10 et 11 avril, Airbus Helicopters espère la commande de la deuxième tranche d'EC725, soit entre six et douze appareils. Mexico en a déjà acheté 15 exemplaires. Le Mexique, qui a également une flotte de cinq Panther pour sa marine, pourrait la compléter avec 10 nouveaux appareils de ce type. Il a enfin un projet d'hélicoptères multi-usages et interarmées pour lequel le constructeur de Marignane propose le Fennec/Ecureuil qui devraient équiper essentiellement l'armée de l'air.

Au Brésil, Airbus Helicopters et sa filiale Helibras continuent à produire les 50 EC725 dont le contrat a été signé fin 2008. La force aérienne recevra 18 exemplaires, la marine 16 et l'armée de terre 16 également. La Marine et l'armée de Terre disposent de deux exemplaires en service tandis que l'armée de l'air en a déjà quatre. Le premier exemplaire intégralement fabriqué au Brésil par Helibras a effectué son premier vol le 21 novembre dernier à Itajuba, le site de fabrication d'Helibras. 

 

Et la concurrence ? 

Bell, qui présentait à FIDAE son nouvel appareil très rustique Bell 505 Jet Ranger X, un hélicoptère léger motorisé par Turbomeca (Arrius 2R), destiné à concurrencer le Robinson R66, revendique une flotte de 1.670 appareils en Amérique Latine. Ces deux dernières années, la filiale du groupe Textron a réussi à vendre plus d'hélicoptères dans cette région que dans aucun autre région dans le monde à l'exception bien sûr des Etats-Unis.

Pour sa part, AgustaWestland, qui a dans son carnet de commandes 180 appareils destinés à des clients latino-américains, présentait l'AW139M, la version militarisée de l'AW139, un hélicoptère bimoteur moyen polyvalent, qui débutait à FIDAE un tour de l'Amérique Latine en quatre semaines.

Enfin, l'Amérique Latine reste toujours une terre d'accueil pour les hélicoptères russes, notamment pour la famille MI-8/17 avec plus de 300 appareils livrés en Argentine, Colombie, Equateur, Mexique, Chili… Et du coup, Russian Helicopters, une filiale d'Oboronprom, voit ses ventes s'accélérer. "La flotte d'hélicoptères russes est en croissance en Amérique latine de 6 % sur les trois dernières années, passant de 385 appareils en 2011 à 409 au début de 2014", a expliqué le patron de Russian Helicopters, Alexander Mikheev.

Partager cet article
Repost0
1 avril 2014 2 01 /04 /avril /2014 11:55
Renseignement spatial : la France se dote de très grandes oreilles

Grâce aux satellites CERES, la France pourra envoyer en toute indépendance ses avions qui pourront entrer en premier sur un théâtre d'opérations extérieures

 

01/04/2014 Michel Cabirol – LaTribune.fr

 

Le programme CERES a pour objectif d'équiper les forces armées d'une capacité de renseignement d'origine électromagnétique (ROEM) spatiale. Trois satellites localiseront et identifieront les signaux émis par les systèmes des forces ennemies (radars, télécoms...)

 

Le conseil d'administration du CNES a formalisé lundi le démarrage du programme CERES (Capacité de Renseignement Electromagnétique Spatiale), qui a pour objectif de doter les forces armées, notamment la direction du renseignement militaire (DRM), d'une capacité de renseignement d'origine électromagnétique (ROEM) spatiale. Le système complet sera livré en 2020 par les deux industriels Airbus Defence & Space et Thales Alenia Space, qui ont été notifié d'un contrat en 2013. "L'engagement du projet est maintenant acté avec comme objectif la conception détaillée et la réalisation du système CERES, la mise à poste des satellites et la recette en vol à la fin de cette décennie", a expliqué le CNES dans un communiqué. Selon le magazine "Air&Cosmos", le budget estimé pour ce programme de trois satellites s'élèverait à 400 millions d'euros.

L'objectif du programme CERES est d'acquérir un système spatial interarmées de collecte de données de renseignements d'origine électromagnétique couvrant des besoins stratégiques et de théâtre (localisé sur un opération extérieure). Pour la France, cette capacité opérationnelle de ce type est une grande première. Le système CERES est constitué de trois satellites volant en formation, d'un segment sol de contrôle des satellites, d'un segment sol utilisateur qui permet de programmer la mission et de réaliser un premier niveau de prétraitement des données.

 

Une aide précieuse pour l'armée de l'air

Les satellites CERES localiseront et identifieront les signaux émis par les systèmes adverses. Ce qui permettra de cartographier les centres de télécommunications et les radars dans les zones de conflit, et d'évaluer leur niveau d'activité. Ce programme permettra par exemple de préciser le danger que représentent les radars ennemis afin de garantir la suprématie des avions français, ou encore de déterminer l'architecture des réseaux de communication adverses. En d'autres termes, la France pourra envoyer en toute indépendance ses avions qui pourront entrer en premier sur un théâtre d'opérations extérieures, contrairement à la Libye où l'aide des États-Unis avait été précieuse.

Mieux connaître pour mieux frapper avec le maximum de sécurité. Concrètement, le fait de connaître les caractéristiques et les performances d'un radar adverse permet à un aéronef de le brouiller, par exemple. Ce qui protègera les pilotes. À l'inverse, l'armée de l'air pourra également empêcher les radars ennemis de repérer l'un de ses aéronefs ou missiles, en les faisant évoluer hors des couvertures radar adverses. Enfin, il aide à la mise en place de contre-mesures pour les forces aériennes, notamment pour l'alimentation des bases de données du module Spectra du Rafale.

 

Trois satellites qui chassent en meute

C'est l'utilisation simultanée des trois satellites positionnés en triangle qui permet de localiser l'émission. "Quand un radar émet un signal, chacun des satellites reçoit ce signal à un instant légèrement différent, explique un spécialiste. C'est en croisant les informations recueillies par chacun et comparant l'heure de réception d'un même signal que l'on peut situer l'emplacement de l'émetteur. En faisant l'exercice pour chaque paire de satellites (satellite 1/satellite 2 - satellite 1/satellite 3 - satellite 2/satellite 3), on aboutit à une localisation très précise. D'où la nécessité de disposer de trois satellites travaillant conjointement".

Les satellites CERES ont naturellement une capacité de surveillance étendue à toutes les zones du monde observables par satellite sans contraintes d'accès. Au-delà des applications purement militaires, le programme, conçu pour pouvoir analyser les différents types d'émissions, permettra, en plus de déterminer l'architecture de systèmes en réseaux, tel des réseaux de communication, de suivre, en fonction des caractéristiques des signaux, l'évolution du niveau des performances des matériels des forces adverses. "Il pourra donc détecter la prolifération de matériels sophistiqués dans une zone d'intérêt, si besoin est", souligne un spécialiste.

 

CERES n'écoute pas les conversations privées

Le programme CERES n'écoute pas le contenu des communications mais détecte seulement les signaux. "Si l'on veut intercepter le contenu de l'émission, il faut disposer d'un capteur qui reste longtemps sur la zone d'intérêt, et ce n'est pas le cas avec CERES », précise un bon connaisseur du programme.

La maîtrise d'ouvrage d'ensemble du programme est assurée par la direction générale de l'armement (DGA), le CNES ayant une délégation de maîtrise d'ouvrage sur le segment sol de contrôle. Les trois satellites contribueront directement à la fonction "connaissance et anticipation" du Livre blanc sur la défense et la sécurité nationale. La France sera le seul pays européen présent sur ce domaine, rejoignant ainsi le club, très fermé, des pays les plus avancés dans le renseignement d'origine électromagnétique, avec principalement les États-Unis et la Russie.

Partager cet article
Repost0
1 avril 2014 2 01 /04 /avril /2014 11:30
photo NHI

photo NHI

 

 

28/03 Par Alain Ruello - LesEchos.fr

 

Signe du dynamisme des pays du Golfe en matière militaire, le Qatar vient de passer des commandes d'armements historiques. L'annonce a été faite en marge du salon Dimdex de Doha. Selon Reuters, il y en aurait pour 23 milliards de dollars auprès d'une vingtaine d'entreprises du monde entier. La France y a sa part avec une lettre d'intention portant sur l'achat de 22 hélicoptères de transport NH90 pour près de 2 milliards d'euros : 12 en version terrestre et 10 en version navale.

 

« Cette offre doit comprendre des prestations d'accompagnement, du type soutien ou formation », a précisé le ministère de la Défense, dans la foulée du déplacement sur place de Jean-Yves Le Drian. Le NH90 a été conçu pour la France, l'Allemagne, l'Italie, les Pays-Bas, le Portugal et la Belgique. Il est produit par NHIndustries, une coentreprise détenue par Airbus Helicopters (ex-Eurocopter) à hauteur de 62,5 %, l'italien Agusta (32 %) et le hollandais Stork Fokker (5,5 %). Décliné en 23 versions différentes, l'appareil a souffert d'importants dépassements de calendrier, ce qui ne l'empêche pas de bien s'exporter. L'Australie, la Nouvelle-Zélande et Oman notamment en ont achetés.

 

L'autre bonne nouvelle en provenance de Doha concerne toujours Airbus Goup, et plus précisément sa branche avions militaires, puisque le Qatar va acquérir deux avions ravitailleurs A330 MRTT. Malgré la défaite homérique face à Boeing aux Etats-Unis, cet appareil, un dérivé de l'A330 civil, s'exporte lui aussi très bien. Singapour en a acheté six récemment, qui s'ajoutent à ceux commandés par l'Arabie saoudite ou encore l'Australie.

 

Et le Rafale ? Rien pour l'instant, même si l'avion de Dassault est en lice pour la modernisation de la flotte d'avions de combat qatarie, en concurrence avec l'Eurofighter du trio Airbus Group-BAE Systems-Finmeccanica et le JSF de Lockheed Martin. Le magazine spécialisé « Air & Cosmos » note d'ailleurs que l'achat des A330 MRTT est « une preuve tangible de la volonté du pays de rénover son aviation de combat à court terme » puisque ses 12 Mirage 2000-5 sont dépourvus de perche de ravitaillement.

 

De passage la semaine dernière à Paris, le général Al Atiya, ministre de la Défense du Qatar, a certainement évoqué le sujet avec Jean-Yves Le Drian. Un point notamment reste à clarifier, celui de la quantité d'avions de combat en jeu, les chiffres évoquées allant de 12 à 36 exemplaires. A Paris, on reste confiant, même si l'expérience brésilienne incite à la prudence...

 

En attendant, les Etats-Unis ont aussi été servis puisque Boeing a vendu 24 hélicoptères d'attaque Apache pour 8,9 milliards de dollars. La Turquie aussi, avec une commande de 17 patrouilleurs pour 220 millions de dollars, selon Jane's. Les navires, destinés aux gardes-côtes, seront livrés entre 2016 et 2018, largement à temps pour participer à la sécurisation de la Coupe du monde de foot de 2022.

Partager cet article
Repost0
1 avril 2014 2 01 /04 /avril /2014 07:35
A330 MRTT photo Airbus DS

A330 MRTT photo Airbus DS

 

31.03.2014 Helen Chachaty - journal-aviation.com

 

L’agence d’acquisition d’équipements militaires de la Corée du Sud (DAPA) a officiellement lancé ce 31 mars son programme d’acquisition pour l’achat d’avions ravitailleurs. Baptisé « KC-X », l’appel d’offres vise à équiper l’armée de l’air, qui ne dispose pas à l’heure actuelle d’avions ravitailleurs pour sa flotte de chasseurs.

 

La DAPA annonce également qu’une réunion d’information se tiendra le 8 avril prochain, afin de détailler les exigences techniques liées à ce futur contrat. Les industriels intéressés ont jusqu’au 30 juin 2014 pour faire parvenir leurs offres.

 

Boeing et Airbus devraient sans surprise s’affronter sur ce nouveau marché : L’avionneur américain pourrait en effet proposer son KC-46A Pegasus, tandis que le constructeur européen cherchera à placer son A330 MRTT (Airbus Defence & Space), qui a par ailleurs déjà remporté quelques beaux succès à l’étranger, le dernier en date au Qatar il y a quelques jours à peine.

Partager cet article
Repost0
31 mars 2014 1 31 /03 /mars /2014 18:30
L’optronique de Cassidian sur les chars et obusieurs allemands à destination du Moyen Orient

 

31 mars 2014 par Optro & Défense
 

Cassidian Optronics, filiale d’Airbus Defence and Space, a reçu 40 million d’euros de commande afin d’équiper en systèmes de visualisation les chars de combat Leopard 2 A7+ et les canons autoporteurs PzH 2000 produits par Rheinmetall/Krauss-Maffei pour leurs client du Moyen Orient. Ce marché permet à l’ex-Carl Zeiss de rester le fournisseur principal de périscopes et de systèmes de conduite de tir de la gamme Léopard complète. Le directeur du segment sol chez Cassidian Optronics GmbH précise :  » Nous considérons cela comme la reconnaissance de la performance de nos produits dont nous améliorons sans cesse la sécurité et l’efficacité ».

Le char de combat recevra notamment le périscope PERI RTWL ( panoramique jour, thermique, laser) pour chef de char, le système de tir EMES 15 et la lunette de visée auxiliaire FERO Z18 d’agrandissement de 8 x pour l’opérateur de tourelle. Pour les canons autoporteurs blindés, Cassidian Optronics fournira le même périscope et système de conduite de tir mais, pour la visée  indirecte en cas de défaillance, le périscope panoramique PERI-R19 au pouvoir d’agrandissement de 4 x.  Les deux plateformes seront équipées également de systèmes de vision Spectus pour les pilotes.

Le périscope gyrostabilisé PERI RTWL intègre une caméra thermique Attica de troisième génération, une caméra CCD diurne et un télémètre laser à sécurité oculaire. Lorsqu’une cible a été détectée avec le PERI RTWL, les données sont transmises au système de conduite de tir du char de combat EMES 15. Le système de vision multispectral Spectus pour conducteurs permet de superposer parfaitement les images d’une caméra thermique haute résolution non refroidie à celles d’une caméra asservie à un capteur bas niveau de lumière, générant ainsi de jour comme de nuit et même en cas de visibilité restreinte des images multispectrales.

 Source :
- communiqué de presse officiel du 26 mars 2014 d’Airbus Defense & Space

Partager cet article
Repost0
29 mars 2014 6 29 /03 /mars /2014 21:30
Airbus DS: Cassidian fournit de nouveaux équipements pour le Leopard allemand

 

28.03.2014 (Boursier.com)

 

Cassidian Optronics GmbH a signé, avec Krauss-Maffei Wegmann et Rheinmetall Defence Electronics, un marché portant sur la fourniture d'appareils de vision d'une valeur de plus de 40 millions d'euros, qui seront intégrés aux chars de combat Leopard 2 A7+ et aux obusiers blindés 2000.

 

La filiale d'Airbus Defence & Space demeure ainsi le premier fournisseur de périscopes stabilisés et de capteurs dédiés aux systèmes optroniques pour les armes de toute la famille du Leopard.

Partager cet article
Repost0
28 mars 2014 5 28 /03 /mars /2014 08:30
Qatar air force selects Airbus to supply A330 MRTTs

 

 

27 Mar 2014 by Stephen Trimble – FG

 

Washington DC - The Qatar Emiri Air Force has selected Airbus Defence & Space to supply two A330 multi-role tanker transports (MRTT), potentially adding a seventh customer for the type.

 

Airbus announced the selection on 27 March, with virtually no prior warning of a potential sale.

 

Qatar's air force has no in-flight refueling capability today, but it has been steadily building up its transport capacity.

 

Lockheed Martin has delivered four C-130J-30s and Boeing has delivered four C-17s to Doha in the last four years, joining a fleet of Airbus and Boeing commercial aircraft serving as VIP transports.

 

The tanker selection also comes amidst an extended selection process for Qatar to buy up to 72 fighters to replace an ageing fleet of 12 Dassault Mirage 2000-5s.

 

The bidding process has drawn interest from all of the western fighter makers except Saab, with the Boeing F-15E and F/A-18E/F Super Hornet, Dassault Rafale, Eurofighter Typhoon and the Lockheed Martin F-16 all in contention.

 

Airbus has so far delivered 17 A330 MRTTs among five signed customers with a total of 34 orders. Singapore has also ordered six of the aircraft, while India also is in the final stages of negotiating an order for six more, the company says.

 

The converted A330-200 is capable of carrying 111t (245,000lb) of fuel.

Partager cet article
Repost0
27 mars 2014 4 27 /03 /mars /2014 20:56
Qatar selects Airbus A330 MRTT Multi Role Tanker Transport

 

27/3/2014 Airbus DS

 

Gulf nation will acquire two new generation tankers.

 

Airbus Defence and Space has been selected by Qatar to supply two A330 MRTT new generation air-to-air refuelling aircraft for the Qatar Emiri Air Force.

 

Qatar´s choice of the A330 MRTT makes it the seventh nation to select the type following Australia, Saudi Arabia, Singapore, the United Arab Emirates, and the United Kingdom which have ordered a total of 34 aircraft, and India which is in the final stages of contractual negotiations for six aircraft. A total of 17 aircraft are currently in service.

 

The A330 MRTT is derived from the highly successful A330 commercial airliner and proven in-service as a tanker/transport with multi-role capability.

 

About A330 MRTT

 

The Airbus Defence and Space A330 MRTT is the only new generation strategic tanker/transport aircraft flying and available today. The large 111 tonnes/ 245,000 lb basic fuel capacity of the successful A330-200 airliner, from which it is derived, enables the A330 MRTT to excel in air-to-air refuelling missions without the need for any additional fuel tank. The A330 MRTT is offered with a choice of proven air-to-air refuelling systems including an advanced Airbus Defence and Space Aerial Refuelling Boom System, and/or a pair of under-wing hose and drogue pods, and/or a Fuselage Refuelling Unit.

 

Thanks to its true wide-body fuselage, the A330 MRTT can also be used as a pure transport aircraft able to carry up to 300 troops, or a payload of up to 45 tonnes/99,000 lb. It can also easily be converted to accommodate up to 130 stretchers for Medical Evacuation (MEDEVAC). To-date, a total of 34 A330 MRTTs have been ordered by five customers (Australia, Saudi Arabia, Singapore, the United Arab Emirates, and the United Kingdom), with one (Saudi Arabia) having already placed a repeat order.

Partager cet article
Repost0
27 mars 2014 4 27 /03 /mars /2014 14:35
Satellites espions : les pays d'Amérique Latine veulent s'équiper

Les deux constructeurs Airbus Defence and Space et Thales Alenia Space vont partir chacun de leur côté dans les compétitions en Amérique latine.

 

27/03/2014 Michel Cabirol, de Santiago (Chili) – LaTribune.fr

 

Les satellites d’observation est l’un de marchés de défense les plus dynamiques de la région. Tous les constructeurs se sont donné rendez-vous à Santiago au show FIDAE, le plus grand salon de défense d’Amérique latine, qui a ouvert ses portes mardi.

 

Sous-équipée jusqu'ici, l'Amérique latine est l'un des nouveaux terrains de jeu commerciaux pour tous les constructeurs de satellites d'observation du monde entier. Et notamment pour les deux groupes tricolores, Airbus Defence & Space (ADS) et Thales Alenia Space (TAS), qui maîtrisent tous les deux les technologies clés de ces équipements de souveraineté et d'autonomie à la prise de décision.

Contrairement aux Emirats Arabes Unis et au Maroc où Paris avait exigé une offre commune, les deux constructeurs vont partir chacun de leur côté dans les compétitions en Amérique latine. C'est le cas dans les appels d'offre déjà lancés. "Nous en avons discuté mais il n'y a pas eu d'accord entre nous", explique-t-on à La Tribune. "Nous sommes partisans de laisser le marché décider", confirme une autre source. Que le meilleur gagne donc. D'autant que les offres des fabricants américains devraient être très attrayantes en termes de performances, estime-t-on. Parallèlement, les Israéliens, les Coréens (Satrec), voire les Espagnols, pourraient jouer sur les prix pour rafler la mise.  

 

Chili, le précurseur

La plupart des pays d'Amérique latine sont en train d'exprimer, voire de formaliser, un besoin dans le domaine de l'observation de la terre civile et militaire. Profitant de leur croissance, les pays qui sont prêts à se lancer dans l'achat d'un système d'observation spatiale, sont intéressés par l'identification puis le contrôle de leurs ressources naturelles sur terre comme sur mer (agriculture et pêche) ainsi que par les dossiers sécuritaires comme la lutte contre les trafics, notamment les narcotrafiquants. Et au-delà avec des enjeux de défense nationale.

C'est le Chili, qui a été le précurseur, avec le programme SSOT (nom de code : Fasat Charlie), un programme de nouvelle génération beaucoup plus performant que ceux qui existaient déjà sur le continent sud-américain (Venezuela, Brésil…). Gagné de haute lutte par ADS face au consortium américano-canadien MDA, il est opérationnel depuis 2011. "Nous voulons construire nos succès à partir de celui du Pérou, qui est un client référent et respecté dans la région", explique-t-on chez ADS. L'acquisition par le Chili d'un satellite d'observation performant a aiguisé les appétits des pays de la région et a peu à peu entrainé une dynamique en Amérique latine, où les pays ont la volonté d'acquérir une autonomie en matière d'observation spatiale.

 

Chili, vers un deuxième satellite

Satisfait de son système SSOT, Santiago pense déjà au suivant. Les constructeurs anticipent pour fin 2014, début 2015 un appel d'offre pour "Fasat Delta", le deuxième satellite qui remplacera à l'horizon de 2018 "Fasat Charlie". Soit trois ans environ pour mettre au point le futur satellite chilien. Présents au salon de défense de Santiago FIDAE, les deux constructeurs tricolores, tout comme leurs rivaux internationaux, notamment les israéliens d'IAI, très redoutés pour leur offre, ont été très actifs pour attirer les décideurs sur leur stand et chalet.

Au Pérou, ADS a également une longueur d'avance sur TAS. Lima a sélectionné la filiale spatiale du groupe Airbus pour la fourniture d'un satellite d'observation. Les négociations sont terminées. Si le contrat met du temps à être finalisé, ce ne serait aujourd'hui plus qu'une question de temps. "Nous sommes très avancés au Pérou", confirme-t-on chez ADS où on croise les doigts pour obtenir un contrat de gouvernement à gouvernement (Pérou/France) très, très prochainement.

 

Colombie puis Bolivie

En Colombie, l'élection présidentielle prévue en mai devrait retarder quelque peu le processus de sélection. Mais tous les constructeurs (ADS, TAS, Lockheed Martin, IAI, les espagnols Deimos et ITP-Seiner, ont déjà répondu aux demandes d'informations (RFI, Request for information) lancé fin 2013 par la force aérienne de la Colombie, qui elle aussi veut avoir son satellite d'observation (SOT-COL, satellite d'observation de la Terre de la Colombie).

Selon des sources concordantes, les israéliens IAI auraient fait une offre agressive… mais qui est non engageante à ce stade. "C'est prématuré de dire que les Israéliens sont favoris", assure-t-on à La Tribune. Car le processus de sélection est suspendu pendant la campagne de l'élection présidentielle. Les Colombiens devrait sans doute réélire Juan Manuel Santos. Dans ce contexte, Bogotá devrait lancer un appel d'offre vers la fin de l'été.

La Bolivie est également très intéressée par l'acquisition d'un satellite d'observation. "Les Boliviens ont identifié un besoin", souligne-t-on chez TAS, qui ne s'attend pas à un appel d'offre avant 2016. Une compétition où il faudra compter sur les Chinois, très présents en Bolivie dans le domaine des télécoms. "Ils nous ont dit que la compétition serait ouverte", précise-t-on chez ADS, qui anticipe quant à lui un appel d'offre fin 2014, début 2015. "Ils sont très intéressés par ce que l'on propose", précise-t-on dans la division spatiale d'Airbus Group. Enfin, TAS concourt actuellement sur le segment sol d'un satellite de télécoms bolivien.

 

Brésil et Mexique, deux géants qui se réveillent

Dans la continuité du projet de télécoms duals SGDC-1 remporté par TAS, le Brésil a exprimé de gros besoins avec l'acquisition de deux satellites optiques (programme Carponis) et un satellite radar (lessonia). Des projets qui pourraient se formaliser en 2015 après l'élection présidentielle prévue en octobre et qui seront également l'objet d'importants transferts de technologies (ToT). On veut croire chez ADS que la compétition reste ouverte au Brésil après SGDC-1.

Pour sa part, le Mexique devrait lancer des programmes d'observation spatiale fin 2015, début 2016. Et les deux constructeurs français ont déjà commencé à labourer le terrain en organisant avec la Direction générale de l'armement (DGA) il y a une semaine une table-ronde au Mexique.

 

L'Amérique latine, un nouveau terrain de jeu pour Airbus et Thales

Les deux constructeurs français, ADS et TAS, nourrissent beaucoup d'ambitions dans le domaine de l'observation en Amérique latine. ADS a aujourd'hui un temps d'avance sur son rival français avec la livraison au Chili du programme SSOT et avec la sélection de son offre par le Pérou. Mais TAS a réussi un véritable tour de force au Brésil dans les télécoms (SGDC-1). Et veut durablement s'implanter en Amérique latine. "Nous voulons être plus présents sur l'observation dans ces pays", assure le vice-président de l'observation de la Terre et des sciences de TAS, Michel Orman.

Pour attaquer ce marché, Thales a lancé sur FIDAE une nouvelle plateforme  HRS1 (résolution de 70 cm à 1 mètre) pour tenter de faire la différence avec ses concurrents. Un satellite qui pèse environ deux fois moins que les Pléiades (1 tonne). Soit un prix très attractif pour les clients d'autant que le lancement leur coûtera moins cher. Quant à ADS, on estime que la société a une longueur d'avance en terme de technologies par rapport à TAS, notamment grâce au carbure de silicium (SiC) très léger. ADS et son partenaire Boostec ont réussi à créer, au fil des réalisations spatiales, une véritable filière économique aujourd'hui couronnée de succès. Le SiC produit en région Midi-Pyrénées est exporté dans le monde entier.

Partager cet article
Repost0
27 mars 2014 4 27 /03 /mars /2014 13:50
A400M - RAF visit Airbus DS in Seville


 

27 March 2014 Miss Rebecca Jepps - Royal Air Force

 

The RAF has paid an exclusive behind the scenes visit to Airbus Defence and Space in Seville, Spain to see the progress being made on A400M, otherwise known as ATLAS.

 

The next generation military transport aircraft will bring a unique capability to the RAF as it combines the intercontinental range of the C-17 with the ability to do tactical rough landings of the C-130 Hercules.

A400M

 

Air Officer Commanding 2 Group, Air Vice Marshal Sean ReynoldsCBE DFC RAF said:

 

"It was a privilege to visit Airbus Defence and Space in Seville to see at first hand the progress that is being made with the A400M programme. As part of bringing the aircraft into RAF service, our people including aircrew, engineers and support crew are currently preparing at the International Training Centre to operate the aircraft. ATLAS will bring a unique capability to the RAF’s Air Mobility fleet, with combined strategic and tactical capabilities ensuring that it will be a key capability in the decades to come. ATLAS will be based at RAF Brize Norton, which has an exciting future as it prepares to operate the RAF’s newest aircraft."

Tony Flynn, 45, ex-RAF pilot and Experimental Test pilot

 

Tony Flynn, 45, ex-RAF pilot and Experimental Test pilot is busy putting the aircraft through its paces:

 

“For a pilot, A400M is fantastic to fly. You have the latest generation of fly by wire so it’s easy to fly. It’s supposed to be that way so pilots can focus on the mission. We’ve had lots of pilots from customer nations together with the test pilots fly the aeroplane and everybody is impressed by its handling qualities.”

 

The A400M programme was borne from the combined needs of European and International partners, and is an opportunity for the French Air Force (FAF) and the RAF to work together for mutual benefit following the Defence and Security Cooperation Treaty.

Flt Lt Chris Aston (left) and Lt Col Ben Pallard on the A400M Simulator at Airbus Defence & Space in Seville.

 

Flight Lieutenant Chris Aston, 34, a former C130 Hercules pilot, and FAF pilot Lieutenant Colonel Ben Paillard, 36, a previous exchange officer with 47 Sqn, are both learning to fly the aircraft in a state of the art simulator. Chris said:

 

“It’s been good to get different ideas in the way we operate. The main aim is for interoperability; to make sure, for example, that a British aircraft could fly to a French airfield, pick up a French load and fly it somewhere and they wouldn’t see any difference in the way we operate.”

 

Ahead of its arrival at RAF Brize Norton, planned later this year, RAF loadmasters and avionics technicians are also learning to operate the aircraft. Engineer, Corporal Lloyd Hill, 32, is currently training to be an instructor:

Corporal Lloyd Hill

 

 

“I saw A400M fly at RIAT and really liked it and applied for the programme, I didn’t expect to get it! There are a lot of modern systems on the aircraft and I’m excited to see it up close and see what it can do. The next phase of training will be on the Final Assembly Line (FAL) and training on handling the aircraft.”

Final Assembly Line at Airbus Defence and Space at Seville, Spain

 

Currently undergoing construction on the FAL is ‘MSN 015’, which will be the first ATLAS in RAF Service. ATLAS is at the forefront of modern technology with its software, wings and the aircrew simulator being British manufactured. The cutting edge aircraft will bring an enhanced capability to the RAF. ATLAS can carry 116 Armed Forces personnel, including paratroopers, a Chinook helicopter, heavy outside cargo and modern heavy military armoured vehicles. It can fly faster and further than the C130 Hercules and will be used in peace, crisis or conflict.

 

Photographs: SAC Ben Tritta / SAC Helen Farrer

Airbus Defence and Space in Seville.

Tony Flynn, 45, ex-RAF pilot and Experimental Test pilot.

Flt Lt Chris Aston (left) and Lt Col Ben Pallard on the A400M Simulator at Airbus Defence & Space in Seville.

Corporal Lloyd Hill.

Partager cet article
Repost0
27 mars 2014 4 27 /03 /mars /2014 12:30
Cassidian Optronics receives EUR40M to deliver optronic equipment for army vehicles

 

Mar 27, 2014 ASDNews Source : Airbus Defence and Space

 

Cassidian Optronics GmbH, a subsidiary of Airbus Defence and Space, has received an order valued at more than 40 million euros from Krauss-Maffei Wegmann GmbH & Co. KG and Rheinmetall Defence Electronics GmbH, for the supply of vision equipment. The optical and optronic equipment will be integrated into Leopard 2 A7+ battle tanks and PzH 2000 self-propelled howitzers operated by customers in the Middle East region.

 

Till von Westerman, head of the “Ground” activities at Cassidian Optronics GmbH, assessed the significance of the order: “With this order, Cassidian Optronics continues to be the leading supplier of stabilised periscopes and weapon optronics sensors for the entire Leopard family. We view this as recognition of the performance of our products which we continuously improve to increase safety and effectiveness.”

 

Read more

Partager cet article
Repost0
25 mars 2014 2 25 /03 /mars /2014 22:25
FIDAE: Airbus Expands Cooperation With Chile's ENAER

 

 

Mar. 25, 2014 - By JOSÉ HIGUERA – Defense News

 

SANTIAGO — Airbus Defence and Space and Chile’s Empresa Nacional Aeronautica (ENAER), the state-owned aerospace firm under Air Force administration, signed a cooperation agreement Tuesday expanding their 30-year joint business arrangement for maintenance and upgrade services.

The agreement will increase cooperation and technology transfers for maintenance of C-295, CN-235 and C-212 transport planes, as well as for upgrading of A-36T Aviojet training and light strike planes.

The agreement was signed by Antonio Rodriguez-Barberan, the head of military sales at Airbus Defence and Space, and Chilean Air Force Brig. Gen. Henry Cleveland, CEO of ENAER.

The signing took place during the opening day of the FIDAE International Aerospace Show, the main military and commercial trade aerospace show in South America, which is running here this week.

The agreement with ENAER is part of a push by Airbus Defence and Space to establish a maintenance, repair and overhaul network with preferred partners around the world.

In the case of ENAER, the arrangement will allow the Chilean firm to provide, at the start, maintenance services to operators of the C-212 from Chile as well as other South American nations.

There are about 30 C-212s in service with military operators in Argentina, Bolivia, Colombia, Chile, Ecuador, Paraguay and Venezuela.

As part of the agreement, ENAER will receive additional support for the maintenance and potential upgrade of the A-36T/C-101 Aviojet training and light strike jets of the Chilean Air Force.

The Chilean firm also maintains C-101 jets in service with the Honduran Air Force.

Rodriguez-Barberan said, “It was a great pleasure for Airbus Defence and Space to sign this cooperation agreement with ENAER, a company with which we have such close historical ties. We are today strengthening not only our cooperation with this company, but with the whole Chilean aerospace industry.”

Cleveland underlined that “this agreement will allow us in ENAER to provide maintenance services that are much needed, both in Chile and in other countries in our region.”

ENAER’s relationship with the European group started in the 1980s, when a number of C-101 jets were locally assembled for service with the Chilean Air Force. Later, the Chilean firm started manufacturing parts for the CN-235 and C-295, as well as providing maintenance services for C-212s

Partager cet article
Repost0
25 mars 2014 2 25 /03 /mars /2014 18:50
Nexans va fournir 130.000 kilomètres de câbles à Airbus pour 200 millions d'euros

Le contrat prévoit la fourniture d'environ 130.000 kilomètres de fils de câblage, câbles de puissance, câbles de transmissions de données et câbles résistants au feu, a précisé Nexans.

 

25/03/2014 latribune.fr 

 

Le contrat entre l'avionneur européen et le fabricant de câbles devrait rapporter à ce dernier quelque 200 millions d'euros sur cinq ans. Il porte sur la conception, la fabrication et la fourniture de 130.000 km de fils de câblage (légers) destinés aux appareils Airbus.

 

200 millions d'euros. Voici le montant que devrait rapporter à Nexans, le groupe spécialisé dans la fabrication de câbles, le contrat conclu avec Airbus, qui s'inscrit dans le partenariat de long terme engagé il y a vingt ans entre les deux groupes.

 

95% des besoins totaux en câbles d'un avion

Celui-ci prévoit la fourniture d'environ 130.000 kilomètres de fils de câblage, câbles de puissance, câbles de transmissions de données et câbles résistants au feu, a précisé Nexans. Des équipements qui représentent environ 95% des besoins totaux en câbles d'un avion qui peut, selon les caractéristiques des modèles, être parcouru de 200 à 600 kilomètres de câblage.

 

"Le gain de poids, l'une des priorités d'Airbus"

Ce qui a pesé dans la balance en faveur de Nexans, "a été l'approche innovante du groupe pour la conception de câbles allégés" car "le gain de poids est l'une des grandes priorités d'Airbus", précise le communiqué du groupe.

"L'attention que nous portons à la qualité, aux livraisons et à la logistique a joué un rôle tout aussi important", a commenté Yvan Duperray, directeur des ventes Aéronautique de Nexans, cité dans le communiqué.

Partager cet article
Repost0
25 mars 2014 2 25 /03 /mars /2014 18:30
photo Airbus DS

photo Airbus DS

 

25.03.2014 by Arie Egozi - FG

 

Tel Aviv - Israel Aerospace Industries is in different stages of negotiations with four countries that have shown interest in the Airbus Defence & Space C295 medium transport, fitted with an airborne early warning and control system suite supplied by its Elta Systems subsidiary.

 

Airbus has previously flown one of its C295 development aircraft with an aerodynamic model of an AEW rotodome installed.

 

Elta is offering a mission system including a radar, command, control and communications equipment and electronic intelligence sensors.

 

An Israeli source says the proposed AEW version of the C295 is an attractive option for air forces that already use the European design for transport applications. The current interest includes some nations that currently use the twin-turboprop, the source reveals.

 

Airbus says an AEW version of the C295 would have a mission endurance of up to 9h, and be capable of operating at an altitude of up to 26,000ft (7,930m). The company is exhibiting a Brazilian air force-operated C295 at the 25-30 March FIDAE show in Santiago, Chile.

Partager cet article
Repost0
25 mars 2014 2 25 /03 /mars /2014 17:30
Border Security System in Qatar now in operation photo Airbus DS

Border Security System in Qatar now in operation photo Airbus DS

 

25 March 2014 Airbus Group

 

Full coverage of 600 km borders achieved

 

Airbus Defence and Space has finalised the deployment of the National Security Shield (NSS) to the Qatar Ministry of Interior and Armed Forces, covering the entire Qatar territorial waters and land border. It is operated by the Qatar Border Guards and Coast Guards. This unique fully integrated system for all forces is the most evolved solution world wide.

The system includes surveillance towers and surveillance vehicles equipped with different sensors such as radars, cameras and direction finders, distributed throughout the territory. Consisting of land sectors, coastal border sectors and offshore site, full coverage of Qatari 600 km borders is now achieved. The main threats it needs to address are illegal immigrant trafficking networks, terrorist groups, piracy, smuggling and illegal fishing.

NSS can be used by all Qatar Defence and Security entities such as Coast Guard, Border Guard, Navy, Air Force and Land Force, as well as by governmental agencies. All the sensor data and images can be accessed from any of the country’s operational sites. Coast Guard, Border Guard Operational Centre (Force headquarters) and the Joint Operational Centre (Joint headquarter) are operational, Navy Operational Centre is ready for operations.

Over the next two years, additional functionalities such as a training simulation system, documentation management, a web portal for external agencies and an enhanced user management will be delivered to further enhance the system. The construction of the Alternative Joint Operational Centre is under finalization; it will be integrated and able to take over all operations at any time. The Air force, the Land Force Headquarters and the National Crisis Centre will be connected to the system in the coming months.

Furthermore, offshore towers and platforms will be installed and equipped with the National Security Shield, covering the Qatar Exclusive Economical Zone, protecting key assets (oil and gas production) of Qatar.

 

About Airbus Defence and Space

Airbus Defence and Space is a division of Airbus Group formed by combining the business activities of Cassidian, Astrium and Airbus Military. The new division is Europe’s number one defence and space enterprise, the second largest space business worldwide and among the top ten global defence enterprises. It employs some 40,000 employees generating revenues of approximately €14 billion per year

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories