Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
27 avril 2015 1 27 /04 /avril /2015 16:50
Le Caracal (H225M – photo Airbus HC) a remporté la compétition en Pologne face à ses concurrents américain et italien

Le Caracal (H225M – photo Airbus HC) a remporté la compétition en Pologne face à ses concurrents américain et italien

 

21/04/2015 Michel Cabirol – LaTribune.fr

 

Le constructeur de Marignane a remporté une compétition estimée entre 2 et 2,3 milliards d'euros en Pologne. Elle porte sur la livraison de 50 appareils de transports multirôles de type Caracal (H725) à Varsovie.

 

C'est une très grande performance commerciale réalisée par Airbus Helicopters. Selon une information du journal polonais "Gazeta Wyborcza", que "La Tribune" a confirmé selon des sources proches du dossier, le constructeur de Marignane a remporté l'appel d'offres pour une commande de 50 hélicoptères de transport multirôles passée par la Pologne. Les autorités polonaises ont retenu le Caracal (H225M) d'Airbus Helicopters dans le cadre d'un contrat estimé entre 2 et 2,3 milliards d'euros. Une annonce devrait être faite cet après-midi.

 

Pour livrer à la Pologne 50 hélicoptères militaires (contre 70 initialement), ils étaient trois en lice. L'américain Sikorsky, l'italo-Britannique AgustaWestland et l'européen Airbus Helicopters, avaient répondu à un appel d'offres de Varsovie pour un contrat estimé trois milliards de dollars (2,5 milliards d'euros), avait annoncé fin décembre le ministère de la Défense polonais.

Partager cet article
Repost0
27 avril 2015 1 27 /04 /avril /2015 16:50
système SAMP/T - photo DGA

système SAMP/T - photo DGA

 

21/04/2015 Michel Cabirol – LaTribune.fr

 

Une bonne nouvelle en cache une mauvaise. Si Varsovie a choisi les Caracal d'Airbus Helicopters (2 milliards d'euros), la Pologne a toutefois sélectionné Raytheon pour sa défense antimissile (4 milliards) au détriment de MBDA et Thales. Clairement, Varsovie a confié à Washington la commande la plus stratégique pour sa défense.

 

C'est officiel cette fois-ci. La Pologne a choisi pour de nouveaux "tests" les Caracal, les hélicoptères multirôles d'Airbus Helicopters, dans le cadre d'un appel d'offres estimé entre 2 et 2,3 milliards d'euros (50 appareils au lieu des 70 fixés par l'appel d'offre), a annoncé mardi le président polonais Bronislaw Komorowski. Une façon originale d'indiquer que le constructeur de Marignane est entré en négociations exclusives avec Varsovie. Et surtout de préciser élégamment que le Caracal a remporté la compétition face aux deux autres hélicoptères en compétition jusqu'ici, le S-70i de l'américain Sikorsky et l'AW149 de l'italo-britannique AgustaWestland.

"Le gouvernement a pris la décision politique de retenir pour tests l'appareil de la société Airbus", a déclaré à la presse Bronislaw Komorowski, à l'issue d'une rencontre avec la Première ministre polonaise, Ewa Kopacz.

Si Airbus Helicopters parvenait in fine à gagner un tel appel d'offre, ce serait la première fois que la Pologne passe une commande significative dans le domaine de l'armement à la France. Historique... Entre 2009 et 2013, la Pologne a par exemple commandé royalement à la France pour un total de 53,6 millions d'euros de matériels militaires. C'est peu et cela dure depuis de très nombreuses années.

La signature du contrat pourrait intervenir "en septembre" et les premiers hélicoptères devraient être livrés "à partir de 2017", a-t-on expliqué de source proche du ministère de la Défense, qui a estimé que la quantité d'hélicoptères pourrait être revue à la hausse. Enfin, Paris a démenti que la décision de Varsovie en faveur des hélicoptères français étaient liée à une promesse française de ne pas livrer les deux porte-hélicoptères de type Mistral à la Russie.

 

Les États-Unis choisis pour la défense antimissile

Paris n'a pas toutefois réalisé le grand chelem en perdant en parallèle une compétition dans la défense aérienne (Air defence). Peu d'observateurs estimaient d'ailleurs possible une victoire total de Paris sur Washington. Le président polonais Bronislaw Komorowski a donc annoncé que la Pologne ouvrirait des négociations avec les États-Unis qui visaient également à l'image de la France le grand chelem, pour finaliser l'appel d'offres des missiles."Les États-Unis visaient le grand chelem, ils ont mis une pression politique majeure au cours des derniers mois sur la Pologne", explique-t-on de source proche du ministre de la Défense.

Varsovie, qui avait accéléré cet automne le processus de sélection du fournisseur de son nouveau système de défense antimissile en raison des tensions liées à la situation en Ukraine, s'est donc employé à réaliser un équilibre transatlantique dans un contexte de montée des tensions avec la Russie. La Pologne, membre de l'Otan depuis 1999, s'est peu à peu rapprochée du reste de l'Europe ces dernières années. Surtout depuis que Barack Obama a réduit le bouclier de défense anti-missiles en Europe de l'Est. Depuis la fin de la Guerre froide, Varsovie entretenait auparavant des liens de défense et de sécurité étroits avec Washington.

 

La très belle offre de MBDA/Thales que Varsovie a refusé

Le ministère de la Défense polonais a précisé pour sa part que Varsovie avait approuvé sa recommandation de passer une commande de missiles Patriot de l'américain Raytheon au détriment d'un consortium tricolore formé par le missilier européen MBDA et Thales (système SAMP/T). Soit un possible contrat de l'ordre de 4 milliards d'euros, ce qui serait le plus gros marché public de l'histoire militaire de la Pologne. Surtout la Pologne a encore choisi les États-Unis, qui a réinvesti l'Europe de l'est avec la crise ukrainienne, pour le contrat le plus stratégique, sa défense antimissile.

"MBDA et Thales avaient une très belle offre qui était en cohérence avec les savoir-faire des deux groupes, regrette-t-on dans l'entourage du ministre. Nous avons le sentiment que cette offre a été sérieusement considérée par la Pologne. Mais il faut savoir d'où vient la Pologne, qui ne peut pas effacer comme cela en deux ans sa relation avec les États-Unis". Une très belle offre qui donnait la part belle à l'industrie polonaise. Bon élève, Eurosam a collé au plus près des demandes de la Pologne.

Ainsi, le GIE proposait le système SAMP/T, un système européen déjà opérationnel dans les pays de l'OTAN, donc compatible avec l'Alliance atlantique. Le SAMP/T bénéficie des dernières technologies, dont la capacité ATBM. En Turquie, faut-il rappeler qu'il est arrivé en deuxième position derrière le système chinois CPMIEC (China Precision Machinery Import-Export Corp.) mais devant les américains Lockheed Martin/Raytheon (PAC-3). D'ailleurs, ce sont les Polonais eux-mêmes qui avaient demandé à Eurosam de concourir alors que le GIE n'avait pas été invité à participer en 2013 au dialogue technique.

 

Une offre qui donnait la part belle à l'industrie polonaise

Contrairement à Raytheon, qui a fait le minimum, MBDA et Thales proposaient un partenariat de haut niveau à la Pologne via un transfert de technologies (ToT) très élevé qui concerne aussi bien le missile que les fonctions Commande et Contrôle, les radars, les lanceurs et les communications (développement, production, intégration, tests, maintenance, formation...). Ce qui aurait pu induire des milliers d'emplois à la clé pour Varsovie selon le degré du ToT négocié. Ils proposaient aussi un partenariat sur le long terme avec l'industrie polonaise, notamment la possibilité de rejoindre la feuille de route Aster grâce à la modernisation du système (Aster B1NT).

Concrètement si Eurosam avait gagné le contrat, les industriels français auraient signé des partenariats avec les groupes polonais Bumar PIT Radwar, Mesko et HSW filiales de la holding Polska Grupa Zbrojeniowa (PGZ). Des déclarations d'intention (Letter of Intent) avaient déjà été signées. Thales a déjà une coopération étroite avec Radmor sur les postes de radio PR4G fabriqués en Pologne, ou encore la technologie IFF qui fait l'objet d'une coopération entre Thales et Radwar.

Enfin, les deux partenaires au sein d'Eurosam donnaient, contrairement aux Américains, la maîtrise totale du système. Soit une indépendance opérationnelle de l'armée polonaise. Au-delà, la France proposait un partenariat stratégique avec un choix d'un système européen pour participer à la construction de l'Europe de la défense et ne pas reposer uniquement sur les États-Unis. Raté...

 

Airbus Helicopters remporte la mise

"Nous nous préparons maintenant pour les prochaines étapes de l'appel d'offres, a réagi Airbus Helicopters dans un communiqué. Nous coopérerons étroitement avec les forces armées polonaises, pendant la période des essais, afin de répondre à toutes questions et demandes et démontrer ainsi que le Caracal satisfait à l'ensemble des critères de l'appel d'offres et des besoins opérationnels". Dans le camp français, on s'attend à des recours des deux rivaux. "La procédure a été respectée", a-t-on expliqué.

Mais on explique dans l'entourage du ministre de la Défense, que le choix de Varsovie est "difficilement réversible" même si Airbus Helicopters "n'a pas encore gagné". Pourquoi un tel optimisme? Parce qu'au ministère, on estime que l'annonce a été faite par le président polonais, c'est donc "un peu plus qu'une étape technique", veut-on croire. D'autant que le Caracal a convaincu les Polonais, a-t-on insisté : "ils achètent un matériel dans la perspective d'un engagement militaire. Ils l'ont déjà vu fonctionner, sur le terrain et en exercice".

Partager cet article
Repost0
27 avril 2015 1 27 /04 /avril /2015 16:50
Méga-contrat en Pologne : les trois clés du succès d'Airbus Helicopters

Défense l'armée polonaise a véritablement découvert les qualités de l'EC725 présenté par Airbus Helicopters à Kielce en 2012 (photo Armée de l'Air)

 

21/04/2015 Michel Cabirol – LaTribune.fr

 

La machine - le Caracal -, l'offre industrielle et les hommes ont été les trois facteurs déterminants du succès d'Airbus Helicopters en Pologne. Le constructeur de Marignane est présélectionné pour un contrat de l'ordre de 2 à 2,3 milliards d'euros pour la vente de 50 appareils.

 

Airbus Helicopters a remporté "le contrat de la décennie en Europe" dans le domaine des hélicoptères. C'est comme cela qu'en interne on désignait cette campagne majeure pour le constructeur de Marignane, qui a longtemps été considéré comme un simple outsider face à ses deux rivaux, l'américain Sikorsky et l'italien AgustaWestland, déjà très bien implantés industriellement en Pologne. Avec son partenaire le motoriste Turbomeca (Safran), Airbus Helicopters se sont d'ailleurs beaucoup engagés sur le plan industriel pour séduire la Pologne.

Avec succès finalement, le constructeur franco-allemand ayant été présélectionné pour entrer en négociations exclusives avec Varsovie. La signature du contrat est attendue en septembre tandis que les premières livraisons du Caracal sont prévues à partir de 2017.

 

Une compétition très, très dure

Que la compétition fut longue et extrêmement difficile pour les équipes d'Airbus Helicopters face à des concurrents prêts à tout, y compris à des opérations de piratage informatique. En outre, la saga de la livraison des deux porte-hélicoptères Mistral à la Russie a compliqué les chances d'Airbus Helicopters à l'automne 2014 et a miné le moral des équipes engagées dans cette campagne.

Le gouvernement polonais a également hésité sur les volumes qu'il souhaitait offrir à son armée, désireuse d'acquérir des hélicoptères de transport. Au bout du bout, il a finalement opté pour l'acquisition de 50 hélicoptères de transport (contre 70 appareils dans l'appel d'offre) pour un montant estimé entre 2 et 2,3 milliards d'euros. Trois compétiteurs - l'italien AgustaWestland (AW149), Airbus Helicopters (Caracal ou H225M) et l'américain Sikorsky (S-70) - se sont rapidement positionnés.

 

Comment Airbus Helicopters a gagné

Deux personnes, bien aidées par toutes les équipes d'Airbus Helicopters et d'Airbus Group mobilisées par cette campagne majeure pour l'avenir de l'entreprise, incarnent cette grande performance commerciale. Notamment les deux principales chevilles ouvrières de la campagne en Pologne, Olivier Michalon, patron des ventes Europe d'Airbus Helicopters, et son adjoint Mickaël Péru. Le vice-président exécutif en charge des ventes et des services au niveau mondial Dominique Maudet, a également beaucoup mouillé sa chemise pour la réussite du constructeur franco-allemand. Trois anciens de la maison qui ont su garder le cap et la tête froide malgré les montagnes russes par lesquelles ils sont passés pendant trois ans. Enfin, le ministre de la Défense Jean-Yves le Drian, qui a rencontré depuis son arrivée à l'Hôtel de Brienne en 2012 au moins quinze fois son homologue polonais, Tomasz Siemoniak, ainsi que François Hollande se sont également beaucoup dépensé comme à leur habitude pour faire aboutir l'offre française.

Après avoir pris du retard à l'allumage en Pologne en 2012, en raison du manque de fair-play d'AgustaWestland, le constructeur franco-allemand a mis les gaz pour rattraper ses concurrents partis plus vite et surtout déjà bien installés en Pologne. Airbus Helicopters a proposé dans son offre que la Pologne devienne l'un de ses piliers pays au même titre que la France et l'Allemagne. Ainsi, le PDG d'Airbus Helicopters Guillaume Faury a joué à fonds la carte européenne et a démontré que cet appel d'offres peut déboucher sur des partenariats plus globaux.

"Nous sommes convaincus de la capacité d'Airbus Group de proposer des produits mais aussi d'offrir l'opportunité pour l'industrie polonaise de prendre part à un rôle plus important, de participer à l'avenir à des programmes d'envergure, que ce soit des programmes militaires ou civils, que le groupe Airbus lance et développe par nature", avait expliqué son PDG, Guillaume Faury, lors du salon de Farnborough en juillet 2014.

En outre, l'armée polonaise a véritablement découvert les qualités du H225M présenté par Airbus Helicopters à Kielce en 2012. Elle s'est montrée très intéressée par cet appareil, qui correspond bien à ses besoins opérationnels et qui a fait ses preuves au combat (combat proven) en Afghanistan, en Libye et au Mali même si dans ce pays du Sahel, les turbines ont souffert. Mais en règle général, H225M s'est très bien comporté sur tous ces théâtres d'opération. Mieux en tout cas que les deux autres appareils en compétition.

 

Des projets d'usine en Pologne

Dans le cadre de cette campagne stratégique, le constructeur basé à Marignane a signé en 2013 un accord industriel avec le polonais WZL 1. Cette entreprise basée à Lodz et spécialisée dans la maintenance aéronautique assemblera le Caracal si le constructeur franco-allemand gagne la compétition. En outre, le groupe Airbus a ouvert en février un centre de recherche et de développement à Lodz, en Pologne. "Nous sommes maintenant à Lodz parce que nous avons trouvé ici de très bons ingénieurs, un très bon environnement pour des investissements", avait expliqué Guillaume Faury.

De son côté, le motoriste et partenaire d'Airbus Helicopters dans cet appel d'offre, Turbomeca, installera aussi une chaîne d'assemblage pour les turbines du H225M. Safran a déjà pour sa part une usine implantée à Sedziszow Malopolski dans le sud-est de la Pologne (Hispano-Suiza) et qui emploie plus de 500 personnes. Elle produit des pignons et des carters pour les transmissions de puissance et fait le montage. Elle produit des composants pour moteurs d'avions, d'hélicoptères et de nacelles.

 

Ce que proposait la concurrence

AgustaWestland et Sikorsky avaient également des accords industriels avec des groupes polonais s'ils remportent la compétition. Le groupe italien a racheté en 2010 l'usine de PZL à Swidnik (sud), qui produit des hélicoptères Sokol utilisés dans les opérations de sauvetage, la lutte contre les incendies et le transport, notamment militaire. Ils sont vendus en Pologne, en République tchèque et en Corée du Sud.

Sikorsky Aircraft produit, quant à lui, dans son usine de Mielec (sud) sa nouvelle version de l'hélicoptère Black Hawk, S70i, destinée à l'exportation.

 

Une extraballe

Pour AgustaWestland et Sikorsky, une seconde chance d'offre à eux. Le ministère polonais de la Défense polonais a lancé en juillet 2014 un programme d'achat d'hélicoptères (entre 20 et 30), estimé à près d'un milliard d'euros. L'appel d'offre pourrait être formellement lancé "d'ici à la fin de 2015", explique-t-on de source proche du ministre de la défense, Jean-Yves Le Drian. Il pourrait donc équilibrer leur choix, comme au Qatar (hélicoptères de transport pour la France, d'attaque pour les États-Unis). Le lancement de cette opération a été avancé de quelques années à la suite de la crise en Ukraine.

Airbus Helicopters concourt avec le Tigre contre l'Apache de l'américain Boeing et l'AW-129 Mangusta d'AgustaWestland. Les constructeurs intéressés avaient jusqu'au 1er août pour manifester leur volonté de participer à une étude du marché. Une demande d'informations (RFI) sera lancée mi-octobre et un appel d'offre (RFP) est attendu en 2015.

Partager cet article
Repost0
1 avril 2015 3 01 /04 /avril /2015 12:55
Stéphane Chéry photo Airbus Helicopters

Stéphane Chéry photo Airbus Helicopters

 

31 mars Aerobuzz.fr

 

Stéphane Chery a été nommé Directeur de la Stratégie digitale d’Airbus Helicopters, rattaché à Clive Schley, Directeur de la Stratégie et du Marketing. Dans ses fonctions, il sera chargé de mettre en œuvre « la vision et les objectifs clés de l’entreprise dans ce domaine, développant ainsi la culture et les comportements en cohérence avec les technologies introduites dans l’ensemble de la société », précise le constructeur.

 

Suite de l’article

Partager cet article
Repost0
21 mars 2015 6 21 /03 /mars /2015 13:55
H225M (previously named EC725 Super Puma -Cougar) – photo Airbus HC

H225M (previously named EC725 Super Puma -Cougar) – photo Airbus HC

 

20 mars 2015 Usinenouvelle.com (Reuters)


Les discussions sont dans l'impasse entre Airbus Group et l'Etat français sur le financement de l'hélicoptère qui doit remplacer le Super Puma, ce qui suscite des interrogations sur la localisation des centaines d'emplois induits par le projet, selon deux sources au fait du dossier.

 

Le remplaçant du Super Puma sera-t-il produit en France ? Airbus et l'Etat ne sont pas d'accord sur le mode de financement de ce futur programme d'hélicoptère militaire. Les discussions achoppent sur le mécanisme du financement dans le contexte d'austérité budgétaire, selon des sources proches du dossier.

 

Transfert du projet en allemagne ?

Le projet de renouvellement dénommé X6, confié à Airbus Helicopters, fait depuis des mois l'objet de négociations avec le gouvernement sur la mise en place d'un prêt similaire à ceux qu'Airbus Group utilise pour sa division d'avions Airbus, et qui pourrait atteindre plusieurs centaines de millions d'euros. Un tel système a été mis en place pour des projets précédents d'hélicoptères, comme le X4 désormais appelé H160. "Les choses sont dans une impasse et Airbus a commencé à évoquer un transfert du projet en Allemagne", a dit l'une des sources.

Airbus Helicopters s'est refusé à tout commentaire. Le ministère français de Finances n'a pas répondu dans l'immédiat à une demande de commentaire.

Partager cet article
Repost0
17 mars 2015 2 17 /03 /mars /2015 13:35
H-155 Dauphin - photo Airbus HC

H-155 Dauphin - photo Airbus HC

Ce contrat est évalué, selon Reuters, à trois milliards de dollars (2,8 milliards d'euros), dont 1,4 milliard d'euros pour Airbus Helicopters

 

16/03/2015 Michel Cabirol – LaTribune.fr

 

Airbus Helicopters a annoncé lundi avoir signé un contrat pour le développement et la fabrication en Corée du Sud d'un nouveau programme de plus de 300 hélicoptères légers militaires et civils.


 

Sacré Norbert Ducrot.... Dix ans après avoir réussi le "casse du siècle" en Corée du Sud pour le compte d'Airbus Helicopters au nez et à la barbe des hélicoptéristes américains, ce vendeur hors-pair récidive à nouveau. Le vice-président du constructeur de Marignane pour l'Asie du Nord (Chine, Corée du Sud et Japon) a signé un accord avec l'industriel coréen KAI (Korean Aerospace Industries) en vue de développer et fabriquer cette fois plus de 300 appareils civils et d'attaque de la classe des 5 tonnes destinés à l'armée coréenne et au marché civil. KAI doit encore de son côté signer le contrat final avec le gouvernement dans les prochaines semaines.

"Ce contrat exceptionnel par son ampleur porte sur le développement et la fabrication de 214 hélicoptères militaires d'attaques et une centaine d'appareils civils destinés au marché civil et parapublic coréen", a expliqué à l'AFP Norbert Ducrot. Et ce n'est pas rien car il a mis hors jeu ou presque les Américains, qui sont pourtant chez eux à Séoul avec 50.000 GI stationnés en Corée du Sud. Il justifie une nouvelle fois son surnom, Norbertcopter....

 

1,4 milliard d'euros pour Airbus Helicopters

Du lourd, du très lourd pour Airbus Helicopters. Car ce contrat est évalué, selon Reuters, à 3 milliards de dollars (2,8 milliards d'euros), dont 1,4 milliard d'euros pour le constructeur de Marignane. "C'est un accord d'autant plus structurant qu'il prévoit un volet exportations", a fait valoir Norbert Ducrot. Airbus estime le potentiel de vente mondiale du LCH et LAH a au moins de 600 appareils, "ce qui peut représenter pour Airbus Helicopters un revenu de plusieurs milliards d'euros dans les 20 prochaines années, si l'on ajoute les opérations de support et de maintenance".

L'appareil civil, le LCH (Light Civil Helicopter), sera développé sur la base de l'EC155 B1, toute dernière version du Dauphin, qui inclut les versions militaire (Panther) et parapublique, et servira de base pour le développement par KAI d'un dérivé militaire léger, le LAH (Light Armed Helicopter). Des hélicoptères qui devraient être motorisés par Turbomeca (Arriel), selon nos informations. Les premières livraisons du LCH (15 millions de dollars par appareils) et du LAH (20 millions) sont prévues respectivement en 2020 et 2022. Ces appareils doivent remplacer une partie de la flotte vieillissante des McDonnell Douglas 500MD et AH-1S Cobra, en service depuis des décennies, ont indiqué des responsables de KAI.

 

Le nouveau souffle du Dauphin

"Grâce à cette nouvelle coopération, nous pensons pouvoir doubler le chiffre de vente du Dauphin dans les 20 prochaines années", a précisé Norbert Ducrot. Quelque 1.100 appareils Dauphin ont été livrés dans le monde depuis ses débuts en 1975. Il va enfin donner un nouveau souffle au programme Dauphin, dont le successeur le H160 doit entrer en service en 2018. "Nous engageons notre plein support dans l'assurance que les programmes LCH et LAH seront achevés à l'heure, au coût et aux spécifications" prévus contractuellement, a expliqué le PDG d'Airbus Helicopters, Guillaume Faury.

Airbus Helicopters s'engage à un transfert de savoir-faire technique, comme il l'a déjà réalisé sur le Surion à partir de 2005, pour aider la Corée du Sud à développer de nouveaux appareils surplace. "Les programmes LCH et LAH seront développés à partir de notre coopération avec KAI sur le Surion, qui est devenue une référence dans le cadre d'un partenariat réussi. En continuant notre relation, nous allons réduire significativement les risques pour ces deux nouveaux programmes en développement, en respectant toutes les exigences des missions", a précisé Guillaume Faury.

Partager cet article
Repost0
17 mars 2015 2 17 /03 /mars /2015 12:50
EC175 Winter Campaign - photo Airbus HC

EC175 Winter Campaign - photo Airbus HC


17 mars 2015 Airbus Helicopters

 

40 degrees below zero

Last year, Airbus Helicopters performed cold tests to certify its aircraft for operation in freezing temperatures.

Relive the event and follow a team as they go as low as minus 40 degrees Celsius.

Partager cet article
Repost0
16 mars 2015 1 16 /03 /mars /2015 12:55
AS532 Cougar rénové photo Thierry Rostang Airbus HC

AS532 Cougar rénové photo Thierry Rostang Airbus HC

 

13 mars Aerobuzz.fr

 

La Direction générale de l’armement (DGA) a réceptionné, ce vendredi 13 mars, deux AS532 Cougar rénovés, au profit de l’armée de Terre française. Trois et cinq AS532 Cougar rénovés ont été respectivement livrés en 2013 et en 2014. Sept appareils seront livrés cette année.

 

Suite de l’article

Partager cet article
Repost0
16 mars 2015 1 16 /03 /mars /2015 12:35
Airbus Helicopters signe un gros contrat avec la Corée du Sud

Le contrat stipule la fabrication de 214 hélicoptères militaires d'attaques et d'une centaine d'appareils civils destinés au marché civil. Le contrat stipule la fabrication de 214 hélicoptères militaires d'attaques et d'une centaine d'appareils civils destinés au marché civil.

 

16/03/2015 Le Point.fr

 

L'industriel français a conclu un accord de développement de 1,5 milliard d'euros "sur 20 ans" avec le sud-coréen Korea Aerospace Industries (KAI).

 

Airbus Helicopters a signé lundi à Séoul un contrat de 1,5 milliard d'euros avec le sud-coréen Korea Aerospace Industries (KAI). L'accord porte sur le développement et la fabrication de plus de 300 hélicoptères civils et militaires, a annoncé un responsable du groupe européen.

"Ce contrat exceptionnel par son ampleur porte sur le développement et la fabrication de 214 hélicoptères militaires d'attaques et d'une centaine d'appareils civils destinés au marché civil et parapublic coréen comme la sécurité publique, le secours et sauvetage, la surveillance des lignes électriques, etc.", a déclaré Norbert Ducrot, vice-président d'Airbus Helicopters en Asie du Nord.

"Ce contrat de développement et de production représente 1,5 milliard d'euros pour Airbus Helicopters sur vingt ans", a-t-il précisé. L'appel d'offres avait été lancé en juin 2014. La filiale d'Airbus Group, numéro un mondial des hélicoptères civils, était opposée à l'italo-britannique Agusta Westland et son AW 169 ainsi qu'à l'américain Bell Helicopters et son Bell 430. L'appareil civil appelé LCH (Light Civil Helicopter) sera développé sur la base de l'EC155 B1 (toute dernière version du Dauphin) et ne nécessitera pas de nouvelle certification.

 

"Gagnant-gagnant"

Le LCH servira également de base pour le développement par KAI d'un dérivé militaire léger, le LAH (Light Armed Helicopter), qui sera qualifié par l'armée de terre coréenne. Les premières livraisons du LCH et entrées en service du LAH sont prévues respectivement en 2021 et en 2022. Le LAH, appareil de cinq tonnes, sera équipé d'une tourelle canon placée à l'avant de l'appareil comme ses homologues de la catégorie supérieure Tigre et Apache. "C'est un accord d'autant plus structurant qu'il prévoit un volet exportations", a commenté Norbert Ducrot.

Airbus estime le potentiel de vente mondiale du LCH et LAH a au moins 600 appareils, "ce qui peut représenter pour Airbus Helicopters un revenu de plusieurs milliards d'euros dans les 20 prochaines années, si l'on ajoute les opérations de support et de maintenance". Ce partenariat est "réellement gagnant-gagnant", souligne le responsable, puisqu'il permet à KAI de développer son industrie aéronautique et à Airbus d'augmenter significativement ses parts de marché mondiales sur le segment des hélicoptères de moyen tonnage.

 

"Flotte militaire importante"

"Nous avons déjà vendu plus de 1 000 hélicoptères de la famille Dauphin dans le monde et, grâce à cette nouvelle coopération, nous pensons pouvoir doubler ce chiffre dans les 20 prochaines années", a-t-il également expliqué. Avec ce contrat, Airbus Helicopters va conforter sa présence en Corée du Sud, pays encore considéré comme la chasse gardée des États-Unis. Il intervient près de 10 ans après celui portant sur 240 appareils de transport militaire, déjà remporté avec KAI. Airbus Helicopters (ex-Eurocopter) avait déjà été préféré à Bell et AgustaWestland.

En Corée du Sud, le marché civil des hélicoptères, assez restreint pour des raisons historiques, est amené à se développer. Le pays "dispose en revanche d'une flotte militaire importante de plus de 700 hélicoptères majoritairement constituée de plateformes américaines vieillissantes" qu'il faut renouveler, ce qui offre de belles opportunités pour des groupes comme Airbus.

Partager cet article
Repost0
12 mars 2015 4 12 /03 /mars /2015 16:50
H225M (previously named EC725 Super Puma -Cougar) – photo Airbus HC

H225M (previously named EC725 Super Puma -Cougar) – photo Airbus HC

 

12/03/2015 Michel Cabirol – LaTribune.fr

 

Selon nos informations, Berlin a finalement autorisé très récemment la livraison à Tachkent de huit Cougar et de six Fennec. L'Allemagne a bloqué pendant quelques mois l'exportation de certains composants allemands non critiques, qui équipaient des systèmes optionnels non allemands.

 

Et une bonne nouvelle pour Airbus Helicopters : l'Allemagne a fini par donner son agrément pour l'exportation d'hélicoptères militaires à l'Ouzbékistan. Selon nos informations, Berlin a récemment autorisé la livraison à Tachkent de huit Cougar et de six Fennec, dont certains composants non critiques équipaient des systèmes optionnels non allemands. Ce qui va finalement permettre à Airbus Helicopters, qui planchait sur un plan B en vue de livrer l'Ouzbékistan, de respecter le calendrier de livraison initial d'un contrat qui s'élève à environ 180 millions d'euros.

Le 10 octobre, La Tribune révélait que l'Allemagne travaillait sur un éventuel blocage de livraisons d'hélicoptères d'Airbus Helicopters vers l'Ouzbékistan. Le 14 octobre, lors d'une conférence mi-octobre sur la sécurité à Berlin, le président d'Airbus Group Tom Enders confirmait que Berlin bloquait la livraison de 14 hélicoptères militaires à l'Ouzbékistan. Ces hélicoptères, construits principalement en France, contiennent des pièces fabriquées en Allemagne et pour lesquelles le gouvernement n'a pas donné son agrément à l'exportation, bloquant ainsi leur livraison, avait-il expliqué.

 

Airbus Helicopters a déjà livré des appareils

Pour autant, Airbus Helicopters a déjà pu livrer des appareils à Tachkent, notamment deux à l'été 2014. Des hélicoptères qui n'étaient pas équipés de ces fameux composants allemands soumis à l'agrément de Berlin en vue d'une exportation. "Le constructeur n'a jamais interrompu les livraisons", confirme-t-on à La Tribune. Du coup, Airbus Helicopters ne paiera pas de pénalités au titre de retard dans les livraisons mais cela est passé tout près.

Enfin, l'autorisation de Berlin en faveur d'Airbus Helicopters a coupé l'herbe sous le pied des Américains, très présents en Ouzbékistan en raison de sa frontière avec l'Afghanistan d'où les États-Unis se désengagent militairement. Ils étaient prêts à se substituer au constructeur franco-allemand en cas de défaillance.

 

Berlin a bloqué plusieurs livraisons d'armes françaises

L'Allemagne, qui a une politique de plus en plus restrictive en matière d'exportation sous l'impulsion du ministre de l'Economie allemand Sigmar Gabriel, bloque et débloque depuis quelques mois plusieurs contrats passés entre la France et des pays tiers. Notamment un contrat de MBDA en cours d'exécution et la finalisation d'une commande de Renault Trucks Defense (RTD) au Liban. Le missilier avait été empêché par l'Allemagne de livrer depuis le début de l'année 2014 des missiles antichars Milan ER (un programme en coopération) vers un pays du Golfe. Berlin bloquait les postes de tir fabriqués en Allemagne.

Récemment, Berlin aurait refusé à Krauss-Maffei Wegmann (KMW), qui va se rapprocher de Nexter, de vendre 50 Boxer à la Lituanie. L'Allemagne avait déjà interdit une vente de 200 Leopard A7 de KMW à l'Arabie Saoudite et avait également laissé planer une interdiction pour la livraison de 62 Leopard et 24 PzH 2000 (1,9 milliard d'euros) au Qatar.

Partager cet article
Repost0
12 mars 2015 4 12 /03 /mars /2015 08:50
photo Airbus HC

photo Airbus HC

 

11 mars 2015 par Gil Roy – Aerobuzz.fr

 

Après trois ans d’hésitation, l’Allemagne commande 18 NH90 NFH pour remplacer ses Sea King et Lynx à bout de souffle. Cette commande n’apaise pas pour autant le différent qui oppose Berlin au constructeur dans le dossier du NH90 et qui s’est traduit par l’annulation de 40 NH90TTH.

 

Plus de trois ans après avoir annoncé son intention d’acquérir de nouveaux hélicoptères navals, le Bundestag a finalement ratifié, le 4 mars 2015, l’achat de 18 NH90 NFH. Ces hélicoptères de nouvelle génération seront produits en Allemagne, sur le site Airbus Helicopters de Donauworth. Ils seront basés aussi bien à terre qu’en mer. Bien que démunis de système ASW/ASuW, ils seront capables d’assurer des missions de transport, des opérations spéciales et des opérations de sauvetage dans les conditions les plus difficiles. La décision d’acquérir ces hélicoptères, qui implique la mise à disposition d’un budget de 1,4 Milliards d’euros, n’a pas été simple car elle s’inscrit dans un mouvement de réforme plus vaste des acquisitions de matériels de Défense.

 

Suite de l’article

Partager cet article
Repost0
11 mars 2015 3 11 /03 /mars /2015 13:35
Airbus Helicopters en pole-position en Corée du Sud

Airbus Helicopters pourrait développer en coopération avec Korea Aerospace Industries (KAI) une nouvelle génération d'hélicoptères légers LCH (Light Civil Helicopter) et LAH (Light Armed Helicopter). Sur la photo, le Surion développé et fabriqué en Corée en coopération entre KAI et Airbus Helicopters

 

11/03/2015 Michel Cabirol - LaTribune.fr

 

C'est en Corée du Sud qu'Airbus Helicopters pourrait avoir prochainement une très bonne nouvelle. Le constructeur de Marignane est en discussions exclusives avec KAI pour développer une nouvelle génération d'hélicoptères légers civils et militaires.

 

Pour Airbus Helicopters, la Corée du sud est une terre bénie. Près de dix ans en décembre 2005 après avoir réussi un joli coup commercial pour le développement et la production du programme KHP (Korean Helicopter Program), Airbus Helicopters est à nouveau bien parti pour récidiver au pays du Matin frais. Car, selon nos informations, il est actuellement en négociations exclusives avec Korea Aerospace Industries (KAI).

L'industriel coréen, qui avait été lui-même sélectionné en juillet 2014 par le ministère de l'Industrie et de l'Energie et la DAPA (agence en charge de l'acquisition des programmes de défense) pour développer une nouvelle génération d'hélicoptères légers LCH (Light Civil Helicopter) et LAH (Light Armed Helicopter). KAI était jusqu'à récemment encore en discussions avec l'italo-britannique AugustWestland, Airbus Helicopter ainsi que les américains Bell and Sikorsky.

 

1.000 hélicoptères en jeu

Le budget global de ces deux projets du gouvernement coréen s'élève à environ 700 millions d'euros, qui n'inclut pas l'investissement étranger. Les projets LCH /LAH seront issus d'une seule et même cellule de base pour économiser les coûts de développement. Le LCH remplacera les hélicoptères étrangers dédiés actuellement à l'évacuation sanitaire, la surveillance maritime, le transport des passagers, etc... Il doit être mis en service vers 2020 avant le LAH, programmé vers 2022. Cet appareil remplacera les vieux hélicoptères d'attaque 500MD et AH-1S Cobra.

Les Coréens prévoient 1.000 unités de production pour LCH (15 millions de dollars par appareils) et LAH (20 millions), dont 600 unités pour l'export. Selon Challenges, Séoul prévoit d'abord une première tranche de 60 hélicoptères civils et 50 militaires, assemblés par KAI. Soit un programme évalué à 10 milliards de dollars.

En outre, le constructeur de Marignane propose également un dérivé de l'hélicoptère Surion, fabriqué en coopération avec KAI pour le programme KMOH, la version navale du Surion (60 millions de dollars à l'unité). Séoul prévoit l'achat d'une première tranche de 12 appareils pour une cible estimée entre 40 et 60 hélicoptères.

 

En 2005, Airbus Helicopters avait déjà été sélectionné

Fin 2005, Séoul avait donné son feu vert pour le lancement du programme KHP, l'hélicoptère de transport militaire Surion fabriqué en Corée sous la maîtrise d'œuvre de KAI, la principale entreprise aéronautique coréenne en partenariat avec Airbus Helicopters (à hauteur de 30% pour le développement et 20% pour la production ). Le budget total de ce projet (245 hélicoptères), compris entre 6 et 8,8 milliards de dollars, avait été découpé en trois phases par le ministère de la défense coréen (MND) : développement (de 1 à 1,3 milliard de dollars entre 2006 et 2011), production (3 à 4 milliards) et maintenance (2 à 3,5 milliards).

Le premier prototype du KUH Surion (Korean Utility Helicopter) a été livré en août 2009 et a effectué avec succès son premier vol en mars 2010 avant le début de sa production à grande échelle en 2012.

Partager cet article
Repost0
3 mars 2015 2 03 /03 /mars /2015 17:50
Airbus Helicopters opens R & D facility in Poland

A Tiger helicopter from Airbus Helicopters, which has opened a research and development facility in Poland. Photo: Airbus Helicopters.

 

MARIGNANE, France, Feb. 22 By Richard Tomkins (UPI)

 

Airbus Helicopters has opened an engineering design office in Poland, expanding its research and development capabilities. The facility, with about 100 engineers, is in the city of Lodz and is the company's fourth such facility. The others are located in France, Germany and Spain. "We see a significant potential from Poland, particularly with its young and skilled engineers who can contribute to a new way of bringing innovation to our products and systems," said Airbus Helicopters President Guillaume Faury. "Our goal is to have Airbus Helicopters Polska directly involved with us in many fields, including organization, processes and design."

 

Read more

 

Partager cet article
Repost0
2 mars 2015 1 02 /03 /mars /2015 17:50
La Grèce pourrait exclure Siemens, Eurocopter et Rheinmetall des marchés publics

 

27 février 2015 OkeaBird

 

Le ministre suppléant de la Défense Kostas Ysichos (SYRIZA) a dit que ces trois entreprises doivent être exclues des marchés en raison de pratiques illégales et de « transactions frauduleuses prouvées »

 

La Grèce envisage d'exclure les entreprises allemandes Siemens et Rheinmetall ainsi que le constructeur franco-allemand Airbus Helicopters (ex Eurocopter) des marchés publics. En outre, le nouveau gouvernement grec entend porter la question des pratiques de ces trois entreprises à l'ordre du jour du Parlement européen.

S'exprimant sur le site d'informations concernant la défense Onalert.gr, le Ministre de la Défense suppléant Kostas Ysichos (SYRIZA) a dit que ces trois entreprises doivent être exclues des marchés en raison de pratiques illégales, "les transactions frauduleuses prouvées qu'ils ont faites afin de se garantir des marchés publics".

 

Suite de l'article

Partager cet article
Repost0
27 février 2015 5 27 /02 /février /2015 08:35
Airbus Helicopters EC725 - Photo Anthony Pecchi Airbus HC

Airbus Helicopters EC725 - Photo Anthony Pecchi Airbus HC

 

February 20, 2015 Saurabh Joshi – Stratpost.com

 

Airbus Helicopters has initiated the process to get approval for a joint venture with an Indian partner to manufacture helicopters in India, with a majority stake held by the European company.

 

Airbus Helicopters is planning a joint venture for the production of helicopters with an Indian partner, which will have a majority stake controlled by the European company, formerly known as Eurocopter.

The company’s Vice President for Sales and Customer Relations in India, Rainer Farid, told StratPost at Aero India 2015 that they have ‘initiated the process’ for identifying and tying up with an Indian partner for the proposed JV before getting approval from the Indian government.

Farid says his company anticipates a requirement for more than 250 helicopters with both, the Indian Navy’s requirement for 123 Naval Multi Role Helicopters (NMRH) as well as a future Indian Army requirement for over 150 Tactical Transport Helicopter under the Long Term Integrated Perspective Plan. According to him, both these requirements could be met by Airbus Helicopters’ EC725.

The EC725 is a medium lift helicopter in the 11-ton class, which recently underwent Field Evaluation Trials (FET) for the Indian Coast Guard tender for 14 shore-based helicopters.

The NMRH requirement envisages Anti Submarine Warfare (ASW), Anti Surface Warfare (ASuW), Search and Rescue (SAR) and ELINT roles, as well as, special operations, while the army’s Tactical Transport Helicopter requirement would mostly be for transport in battlefield conditions with a larger cabin that could accommodate 25-28 troops.

 

Read more

Partager cet article
Repost0
24 février 2015 2 24 /02 /février /2015 12:35
L’EC145 T2 est motorisé avec l’Arriel 2E de Turbomeca photo Airbus HC

L’EC145 T2 est motorisé avec l’Arriel 2E de Turbomeca photo Airbus HC

 

23 février Aerobuzz.fr

 

L’Armée royale thaïlandaise six hélicoptères légers EC145 T2, la dernière évolution en date du bimoteur EC145 et aussi la plus puissantes (masse maximale au décollage de 3,65 tonnes). L’EC145 T2 est équipé d’un cockpit numérique et d’un pilote automatique 4 axes. Les EC145 T2 thaïlandais seront aménagés en version VIP, et destinés au transport de personnalités. Les livraisons débuteront en 2016.

 

Suite de l’article

Partager cet article
Repost0
10 février 2015 2 10 /02 /février /2015 07:50
Premier vol de formation pour la version transport du NH90 en Belgique

 

09/02/2015 par MIL.be

 

Les quatre NH90 ‘Tactical Transport Helicopter’ (TTH) effectuent leurs premiers vols de formation ce mardi 10 février 2015. Les hélicoptères décolleront de la base de Beauvechain pour un vol d’entrainement. Cette manœuvre contribue à l’opérationnalité de la flotte NH90. Le vol durera environ 45 minutes.

Partager cet article
Repost0
26 janvier 2015 1 26 /01 /janvier /2015 17:50
Priorité d'Airbus Helicopters en 2015 : au moins deux gros contrats militaires à l'export

Airbus Helicopters est actuellement engagé dans quatre campagnes majeures en Pologne, au Qatar, au Koweït et enfin en Corée du Sud (Crédits : NHI)

 

26/01/2015 Michel Cabirol – LaTribune.fr

 

Airbus Helicopters vise la signature d'au moins deux gros contrats militaires à l'export. Deux contrats qui permettraient de regonfler le carnet de commandes.

 

Pour Airbus Helicopters et son PDG, Guillaume Faury, qui va présenter son bilan 2014 mardi, la priorité des priorités en 2015 sera d'obtenir la signature de deux gros contrats militaires à l'export. Deux contrats qui permettraient de regonfler le carnet de commandes dans le domaine militaire en mal de très gros contrats ces dernières années. "Sinon nous allons consommer notre carnet et situation sera difficile, très difficile", explique-t-on à La Tribune. Logique avec des livraisons de 50 NH90 par an en moyenne.

"Il nous faut impérativement une très grosse affaire militaire ou deux grosses", assure-t-on. Bref, il y a urgence car le dernier gros contrat signé par Airbus Helicopters a été celui avec la France en 2013 (34 NH90). D'autant que la France et l'Allemagne ont réduit leur commande de Tigre (de 80 à 70 pour Berlin et de 80 à 60, dont 21 HAD neufs et 39 retrofités pour Paris) et de NH90 (122 à 80 pour Berlin). En 2014, Airbus Helicopters a réalisé une bonne année au niveau commercial dans un contexte compliqué pour tous les constructeurs. Le constructeur aurait engrangé environ 400 commandes l'an dernier.

En outre, Airbus Helicopters a livré fin 2014 les premiers exemplaires de son programme EC175 (entre 13 et 17 millions d'euros l'unités), le premier hélicoptère développé depuis le NH90. Plus de 60 EC175 sont en commande (64 au 11 décembre).

 

Deux campagnes au Moyen-Orient : Qatar et Koweït

Airbus Helicopters est actuellement engagé dans quatre campagnes majeures en Pologne, au Qatar, au Koweït et enfin en Corée du Sud. Sur les trois premières, Airbus Helicopters en vise deux sur trois. "On fera un bilan mi-2015", fait-on observer. L'une - Qatar - semble acquise puisque Doha a signé en mars 2014 une lettre d'intention en vue d'acheter 22 hélicoptères de transport militaire NH90 pour près de deux milliards d'euros. Dans le détail, il s'agit de 16 NH90 pour le transport tactique et de six exemplaires de la version de lutte anti-sous-marine ainsi que des heures d'entrainement  et des pièces de rechange. "On fait du sur-mesure avec le Qatar", précise-t-on. Airbus Helicopters vise désormais la signature d'un contrat début 2015.

Airbus Helicopters piste également un autre très grand contrat au Moyen-Orient : le Koweït, qui souhaite acquérir 24 hélicoptères de transport militaire (plus support, formation et entrainement) pour un montant estimé entre 800 millions et 1 milliard d'euros. Moins médiatisé et moins important que celui en Pologne, cette campagne revêt toutefois une importance pour le constructeur de Marignane dans le contexte actuel ainsi que pour la France, pour qui le Koweït avait été un grand partenaire dans les années 80 dans le domaine de la défense. Airbus Helicopters, qui propose le Caracal face au Black Hawk américain de Sikorsky, a reçu l'an dernier à, l'automne l'appel d'offre.

 

Une campagne majeure en Pologne

En Pologne, fin décembre, Airbus Helicopters, qui concourt avec le Caracal, a rendu son offre pour un contrat de livraison de 70 hélicoptères de transport évalué entre 2,5 milliards et 3 milliards d'euros. Tout comme ses deux rivaux, l'italo-britannique AgustaWestland avec le AW149, et l'américain Sikorsky (S-70), qui a longtemps joué un drôle de jeu en Pologne. Le ministère de la Défense polonais prévoit de signer un contrat définitif au second semestre 2015. Le constructeur européen, en partenariat avec le motoriste Turbomeca (groupe Safran), arrive avec un vrai projet industriel. En outre, le groupe Airbus ouvrira en février un centre de recherche et de développement en Pologne, a indiqué le PDG du groupe Tom Enders.

En outre, Airbus Helicopters, qui a signé en 2014 deux belles commandes en Indonésie (11 hélicoptères AS565 MBe Panther) et au Mexique (10 Panther navals pour 200 millions d'euros environ), attend en 2015 la commande d'une deuxième tranche de EC725. Le constructeur pourrait également obtenir en Malaisie une deuxième tranche de EC725 (entre 6 et 12), dont 7 à 8 exemplaires ont dû être livrés en 2014. Pour l'hélicoptère d'attaque Tigre, trois prospects sont encore possibles mais restent encore très hypothétiques à ce stade : Malaisie, Brésil et Mexique.

 

Un nouveau coup de maître en Corée du Sud?

C'est peut-être de Corée du Sud qu'Airbus Helicopters aura prochainement une très bonne nouvelle. Les Coréens préparent une nouvelle génération d'hélicoptère LCH/LAH pour répondre à ses besoins civils et militaires. Airbus Helicopters fonde de gros espoirs sur ce  programme qui passe par une coopération avec KAI, sélectionné par le ministère de l'industrie et de l'énergie et l'administration de l'acquisition des programmes de défense (DAPA) pour le développement du projet Light Civil Helicopter (LCH), un hélicoptère léger civil (15 millions de dollars par appareil), et Light Armed Helicopter (LAH), un hélicoptère de combat léger (20 millions de dollars). Le LCH /LAH seront issus d'une seule et même cellule de base. Ils remplaceront dans l'armée les MD500 et autres AH-1 Cobra encore en service. Les Coréens prévoient 1.000 unités de production pour le LCH et LAH, dont 600 unités pour l'export. Soit un programme évalué à 10 milliards de dollars.

Le constructeur de Marignane propose également un dérivé de l'hélicoptère Surion, fabriqué en coopération avec KAI (Korea Aerospace Industries), premier constructeur aéronautique coréen, pour le programme KMOH, la version navale du Surion (60 millions de dollars à l'unité). Séoul prévoit l'achat d'une première tranche de 12 appareils pour une cible estimée entre 40 et 60 hélicoptères.

Partager cet article
Repost0
26 janvier 2015 1 26 /01 /janvier /2015 12:50
DAHER devient Lead Logistics Provider d’Airbus Helicopters

 

 

Paris, le 19 janvier 2015 – Daher

 

Un contrat 2014 – 2019 pour piloter et opérer la logistique des quatre usines européennes d’Airbus Helicopters

 

Après avoir commencé à opérer la logistique d’Airbus Helicopters pour son site de Donauwörth en Allemagne en septembre 2014, DAHER poursuit son développement avec Airbus Helicopters et devient le prestataire logistique unique sur les quatre usines européennes d’Airbus Helicopters. En complément, il devient le « Lead Logistics Provider » du premier hélicoptériste mondial.

 

Un partenariat global de long terme marqué par l’excellence opérationnelle
Avec la signature de nouveaux contrats et la reconduction de contrats existants, DAHER pilote et opère la logistique des quatre usines européennes d’Airbus Helicopters (Donauwörth en Allemagne, La Courneuve et Marignane en France et Albacete en Espagne) jusqu’en 2019.
DAHER devient ainsi le Lead Logistics Provider pour l’ensemble de ce périmètre.

 

En tant que Lead Logistics Provider, DAHER est en charge de la gestion de la supply chain de son client Airbus Helicopters.

 

DAHER peut ainsi :
- avoir une approche globale des coûts de la supply-chain et des plans d’amélioration associés,
- déployer une approche opérationnelle commune à l’ensemble des sites et permettre ainsi l’accélération des flux et l’optimisation des structures et des moyens,
- généraliser et partager les bonnes pratiques sur l’ensemble des sites concernés.
Cette démarche est parfaitement adaptée aux exigences de diminution des coûts et de performance opérationnelle d’Airbus Helicopters.

« Ce contrat de long terme signé avec Airbus Helicopters marque une nouvelle étape dans notre
stratégie de développement, visant à proposer une prestation globale, clés en main, à nos clients.
Notre ambition est d’étendre ce niveau de prestations à d’autres clients dans un avenir proche »
précise Stéphane Mayer, Président & CEO du pôle Aéronautique & Défense de DAHER.


DAHER, Lead Logistics Provider, opère la logistique des 4 usines européennes d’Airbus Helicopters:

 

Donauwörth, Allemagne
Depuis le 1er septembre 2014, DAHER gère la totalité de la plateforme logistique de l’usine
allemande d’Airbus Helicopters basée à Donauwörth (Bavière). Dans la continuité des prestations
réalisées pour les autres usines, DAHER est en charge de l’ensemble des flux de composants
destinés à la production et aux rechanges :
- La logistique
- Le contrôle qualité
- Le stockage et la préparation des colis (picking, kitting)
- La gestion de la cellule peinture
- La distribution sur site (transport, gestion des douanes,..)

 

Marignane, France
Les équipes de DAHER y centralisent les flux entrants et la logistique industrielle autour de deux magasins entièrement automatisés.
Le premier magasin, sur le site d’assemblage des hélicoptères et d'une capacité de 55 000 emplacements, est dédié à la réception des pièces. Le second d'une capacité de 110 000 emplacements, à proximité de l’usine, gère les flux sortants des
pièces de rechange et le service clients. Le succès du premier contrat et les chantiers d’amélioration continue mis en place ont amené Airbus Helicopters à renouveler sa confiance à DAHER jusqu'en 2019.

 

La Courneuve, France
Sur ce site, DAHER est au coeur de l’usine de fabrication et de réparation des pales d’hélicoptères.
DAHER gère la logistique du magasin central où sont stockés l’ensemble des produits standards, du magasin des pales principales, pales arrières, rotors et fenestrons et du magasin froid pour les tissus et résines.

 

Albacete, Espagne
Depuis septembre 2012, DAHER gère la logistique de l’usine d’Albacete en Espagne, de la réception des pièces, à la préparation des commandes et l’envoi sur la ligne d’assemblage final.

Partager cet article
Repost0
7 janvier 2015 3 07 /01 /janvier /2015 08:50
Airbus Helicopters s’ouvre aux PME innovantes

 

29 décembre 2014 par Gil Roy – Aerobuzz.fr

 

Airbus Helicopters a officiellement lancé sa nouvelle plateforme Open Innovation. Ce nouveau programme offre l’opportunité aux entreprises créatives, désireuses de se développer sur de nouveaux marchés, d’accompagner Airbus Helicopters dans sa stratégie d’innovation.

 

Suite de l’article

Partager cet article
Repost0
19 décembre 2014 5 19 /12 /décembre /2014 17:50
Airbus helicopters - Greetings 2015

19 déc. 2014 Airbus HC

Partager cet article
Repost0
18 décembre 2014 4 18 /12 /décembre /2014 13:50
L’armée allemande dispose de 14 EC135 pour la formation initiale de ses pilotes d’hélicoptères photo Airbus HC

L’armée allemande dispose de 14 EC135 pour la formation initiale de ses pilotes d’hélicoptères photo Airbus HC

 

16 décembre 2014 Aerobuzz.fr

 

La Bundeswehr a reconduit jusqu’en 2022 le contrat qui la lie, depuis 2005, à Airbus Helicopters pour le support technique de la flotte d’EC135 de son école de pilotage d’hélicoptères. L’accord stipule que 11 des 14 hélicoptères de l’école doivent être disponibles. Le constructeur entretient sur place à Bückeburg, à l’année, une équipe de techniciens. Le support technique et la logistique son assurés par son centre de Kassel-Calden. Les interventions des militaires se limitent aux seules visites pré-vol.

 

L’armée allemande forme à Bückeburg environ 70 pilotes par an. Elle dispose de 14 EC135 qui effectuent environ 6.000 heures de vol par an. Au cours de douze mois de formation, les élèves-pilotes se forment au pilotage à vue, passent leur qualification de vol aux instruments (IFR) et s’entraînent au vol de nuit à basse altitude.

Partager cet article
Repost0
17 décembre 2014 3 17 /12 /décembre /2014 13:55
Réception du NH90 n°13 par le CEPA/10S

 

17 Décembre 2014 Marine Nationale

 

Le 12 décembre 2014, le CEPA/10S a réceptionné auprès d’Airbus Helicopters, un treizième NH90 Caïman Marine,  soit le cinquième appareil livré cette année.

 

Pour la circonstance, l’adjoint au sous-chef d’état-major « plans-programmes » de l’état-major de la marine, l’amiral commandant la force de l’aéronautique navale (ALAVIA) et le commandant de l’aéronautique navale de Hyères ont participé à la cérémonie de réception de cet appareil, puis à son transfert en vol vers la base d’aéronautique navale de Hyères. A leur arrivée, ils ont été accueillis par le commandant du CEPA/10S.

 

Le NH n°13 est appelé à rejoindre à terme la flottille 31F, pour soutenir ses activités de formation des équipages et d’armement des détachements de frégate de défense aérienne.

Partager cet article
Repost0
16 décembre 2014 2 16 /12 /décembre /2014 12:55
    Les nouveaux Tigre HAD Block 2 seront opérés par le Groupement aéromobilité de la section technique de l’armée de Terre (GAMSTAT), avant de rejoindre le 1er régiment d’hélicoptères de combat (1er RHC) de Phalsbourg, en Moselle. photo J. Deulin / Airbus HC

Les nouveaux Tigre HAD Block 2 seront opérés par le Groupement aéromobilité de la section technique de l’armée de Terre (GAMSTAT), avant de rejoindre le 1er régiment d’hélicoptères de combat (1er RHC) de Phalsbourg, en Moselle. photo J. Deulin / Airbus HC

12 décembre 2014Aerobuzz.fr

La flotte d’hélicoptères de combat Tigre de l’armée de Terre prend une dimension nouvelle avec la livraison (10 décembre 2014) par Airbus Helicopters des deux premiers appareils en version HAD (appui-destruction) « Block 2 », suite à sa qualification par la Direction générale de l’armement (DGA) le 21 novembre.

Suite de l'article

Partager cet article
Repost0
4 décembre 2014 4 04 /12 /décembre /2014 12:55
Yves Barillé, nouveau directeur de la Communication d’Airbus Hélicopters

 

03.12.2014 Aerobuzz.fr
 

Yves Barillé est le futur directeur de la Communication d’Airbus Helicopters. Après sa prise de fonction au mois de mars 2015, il sera hiérarchiquement rattaché à Guillaume Faury, président et directeur général d’Airbus Helicopters. Il dirigera alors l’ensemble des activités de communication internes et externes d’Airbus Helicopters. Yves Barillé était directeur de la Communication Groupe chez le missilier international MBDA depuis mars 2008.

Âgé de 48 ans, M. Barillé a débuté sa carrière en 1991 au siège central du groupe Aerospatiale avant de rejoindre à Toulouse la direction de la Communication interne d’Aerospatiale Airbus en 1992. Entré chez Matra BAe Dynamics en 2000, il arrive pour préparer l’intégration des deux entreprises qui formeront MBDA en 2001. Avant d’accéder au poste de directeur de la Communication Groupe chez MBDA, M. Barillé avait été directeur de la Communication interne Groupe et directeur adjoint de la Communication.

Le nouveau directeur de la Communication d’Airbus Helicopters succède à Cécile Vion-Lanctuit, qui a rejoint Bombardier Transport.

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories